UA-138665747-1

genève

  • Léamn Express (Express ?) : ne pas tirer sur l'ambulance ?

    C'est en tout cas ce que nos "élus", entendez ceux qui mettent en avant leur compétence et probité pour se faire élire, préconisent. "Ne pas tirer sur l'ambulance".

     

    Aurions-nous pu s'attendre à autre chose de la part de "nos" élus, ceux qui ne sont connus que par leur compétence et...probité ? Mais au fait, pourquoi ne veulent-ils pas "tirer" sur l'ambulance ? Ont-ils peur que l'état du "blessé" ne s'empire ?

     

    A moins que...

     

    N'est-ce pas ces mêmes élus qui ont voté le crédit, qui s'est par la suite transformé en gouffre financier presque sans fond ? de 450 millions, la facture a finalement dépassé les deux milliards de francs et, contrairement à ce qu'on croit, ce n'est pas fini. Ce faisant, nos vaillants élus s'évitent de se..."tirer" des balles dans leurs propres pieds, non ? Ne pas tirer sur l'ambulance ou se protéger soi-même ? Deux milliards de francs et ce n'est pas fini, pourquoi, exactement ?  Pour aboutir à cette pourriture ? Et puis, ces milliards, que NOS "élus" ont votés, ça sort sans doute de leurs poches, non ? Ce sont bien les éternels imbéciles qui les ont élus qui les ont payés, non ? Ce sont bien nos impôts, non ?

     

    Récapitulons. Un gouffre financier pour un projet qui ne fonctionne pas. Non pas qu'il fonctionne mal, non, qui ne fonctionne...pas. Et que nous continuons de payer, doublement. Nous payons ces incompétents absolus par nos impôts en plus des billets et abonnements pour un "service" qui n'existe pas. Songez donc : tous ces milliards pour rien car, pour ne prendre que cet exemple, avant la mise en œuvre de ce "bijou" ferroviaire, les trains entre Coppet et Genève et inversement circulaient à une cadence d'un convoi toutes les trente minutes. Plus de deux milliards de francs après, les trains du Léman Express circulent à une cadence de...30 minutes, ce sans compter les retards, annulations fréquentes et...nouveauté, trains à composition "réduite".

     

    Voilà donc. Sans être le seul, j'ai commencé par payer très cher des incompétents et continue de la faire, car ils sont toujours en place. J'ai ensuite décidé de devenir "encore" plus respectueux de l'environnement en achetant un abonnement général qui coûte la peau du popotin, pour le dire joliment, pour aboutir à la situation suivante : Pour arriver aux Augustins à 8h15 ou 8h20, Léman Express nous conseillait de prendre le train de 7h47 à Genthod-Bellevue. Maintenant que la "cadence" est de 30 minutes et puisqu'on risque chaque jour une "petite" annulation, on doit prévoir celui du 7h17. Avec le temps nécessaire pour se rendre à la gare, cela nous fait bon an mal an ente 45 et 1h30. Pas mal pour faire 9.7 kilomètres.

     

    Allez, comme disait l'autre : "Et demain est un autre jour"

  • Al Qaida, au coeur de Genève

    Sous l'oeuil (protecteur ?) de la police et des autorités de notre superbe République, des barbus de la pire espèce se sont réunis à Genève pour soutenir leurs acolytes égorgeurs en Syrie. Nous avons réussi, par caméra cachée, de filmer tout cela. Inutile de dire que la RTS, sous les ordres d'on ne sait qui mais aux frais du contribuable, n'a pas jugé intéressant "d'aller voir". Sans doute que des reportages spécialement et adroitement montés par les soins de ses techniciens seraient mieux à même de répondre aux impératifs qu'on lui a imposés : les égorgeurs (ceux qui jouent au football avec les têtes de leurs victimes) sont des combattants de la liberté.

    Voici les images.

    http://m.youtube.com/watch?v=KR18pASggEA&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3DKR18pASggEA

    "une conférence pour soutenir le terrorisme se tient dans le pays de la paix, la Suisse, à Genève et à quelques jours seulement de la date prévue pour la conférence sur la Syrie. Notre caméra est entrée, sans y être invitée bien sûr et a capté quelques images de cette conférence".

    -Takbir (dites Allah Akbar)

    -Allah Akbar

    -Takbir

    -Allah akbar... etc.

    (regardez les images et les têtes des participants à partir de la 25e seconde)

    Commentaire du présentateur : "l'endroit n'est pas l'Arabie Saoudite, ni aucun autre pays du Golfe, mais bien une des nations les plus développées en Europe, la Suisse (c'est la 39 seconde, regardez les T-shirt et les inscriptions dessus). Notre caméra, malgré le danger représenté par les personnes présente, est entrée pour montrer comment et où se passent les opérations de propagande, financement, endoctrinement et le recrutement de jihadistes en partance pour la Syrie (c'est la 53e seconde, regardez la tête qui apparaît : un certain Nicolas Blancho). Suit des interviews de personnes ayant assisté à cette horreur "toute helvétique".

    Je ne sais combien ils sont, mais il doit y en avoir tout de même pas mal qui doivent se retourner dans leurs tombes. Pas notre Conseil Fédéral qui, lors d'une autre occasion du même genre ou presque, a offert 50'000 francs aux "amis de la Syrie" à l'occasion d'une "autre conférence" tenus par ceux-ci en Allemagne.

  • PDC : réservoir de voix...pour les autres

    Comme d'habitude, le diable se cache souvent dans les détails. C'est pour cela qu'il serait intéressant d'aller jeter un coup d’œil sur ceux concernant la récente élection du Conseil d’État genevois. Tableau publié, pour de sérieux, par la Chancellerie d’État.

    Voici d'abord le tableau en question.

    Conseil d'état.PNG

     Ainsi, Luc Barthassat, un PDC, apparemment, a été le deuxième candidat le plus biffé...par les siens. Lesquels, les PDC (estampillés, il est vrai, PLR-PDC, pour l'occasion) ont donné 5'607 voix à Poggia et 5'903 à Hodgers. Une théorie commence à faire son chemin selon laquelle le cadeau serait emprisonné. Ceci n'explique cependant pas pourquoi les candidats avaient été biffés par les leurs.

    Inutile, bien évidemment, de faire une quelconque analyse. Ceci est très probablement à la portée de tout le monde.

    Vous avez dit PDC ?

  • Jean-Edouard LECLERC s’offre une publicité énorme à…trois centimes. Carrefour aussi

    Ferney n’est pas loin de Genève et un centre Leclerc se trouve même à quelques mètres de Meyrin. En y arrivant, on est d’abord accueilli par une station service où le gasoil, que nous avons l’habitude d’appeler diesel, était, jusqu’au mardi 28 août, affiché à 1.418 euros. C’est précisément ce jour là que le gouvernement de l’hexagone a décidé d’abaisser le prix des produits pétroliers d’un montant « absolument substantiel », dixit le ministre de l’économie Moscovici, de 6 centimes, dont 3 à la charge de l’Etat, les 3 autres étant supportés par les distributeurs et les compagnies pétrolières. C’est à ce moment là qu’Edouard LECLERC a, comme à son habitude, écumé tous les plateaux des médias disponibles pour nous apprendre que son enseigne participera d’une manière « très substantielle » à cette effort en supprimant totalement sa marge. Il ajouta que cela lui coûtera 20 million d’euros par mois. Waoooo.

    Voyons cela.

    Jeudi, 30 août, je passe devant les deux enseignes, Leclerc et Carrefour, juste pour voir, et suis frappé par le « nouveau » prix, substantiellement plus bas, affiché à…1.384. Faisons un petit calcul. Trois centimes le litre, cela fait 700 millions de litres vendus par mois. Et plus de 23 millions de litres par jour, samedis et dimanches y compris. A 40 litres le plein en moyenne, cela donne 575'000 voitures faisant le plein chez le sémillant commerçant chaque jour. Et attention, tout cela ne concerne que le montant correspondant à la perte annoncée par M. LECLERC. mais ce n'est pas tout. Monsieur LECLERC a dit vouloir "supprimer" sa marge. Monsieur LECLERC, une marge signifie bénéfice. En la supprimant, comme vous le dites, vous supprimez ce bénéfice. D'où viendrait la "perte" exactement ?

    Franchement, Monsieur LECLERC. Pour un commerçant dont le quotidien consiste à manipuler les chiffres, c’est un peu…lourd.

    Un coup de fatigue ? Non, une pub d’enfer, pour trois fois rien.

    Et qui est le dindon de la farce ?

     

  • Les Gauchistes : amis des terroristes et vandales

     

    Samedi 8 octobre, des vandales (j'insiste, au cas où cela n'est pas claire pour certains), escaladent les mures du Consulat de Syrie à Genève, s'introduisent pas « effraction » dans les bureaux qu'ils détruisent et dont ils jettent le contenu dans la rue. Le lendemain, les gauchistes de tout bord se rassemblent devant ce même consulat non seulement pour protester contre le régime syrien mais, il n'ont pas oublié de le souligner, aussi contre la décision de la police genevoise d'appréhender les saccageurs. Décidément, les gauchistes sont allergiques à tout ce qui est loi, ordre, légalité, etc. Il ne faut surtout pas toucher ni aux délinquants, ni aux criminels, ni aux fraudeurs, ni aux illégaux. C'est contre leurs principes. Et si l'on essayait de s'introduire par effraction au 15, rue des Voisins, 1205 Genève, saccager quelques bureaux parce qu'on ne les aime pas ? Ce serait marrant, non ? Ce serait surtout marrant de voir si les Carasso, Leuenberger (surtout celui-là), Longet, etc. iront demander à la police, si jamais celle-ci se déplace, de ne pas toucher aux saccageurs.

    Regardez d'un peu plus près ceux qui manifestent avec les gauchistes. Regardez-les bien, c'est très révélateur.

    Quant aux manifestants "pacifiques" et Human Rights Watch, etc., je vous renvoie aussi aux images terrifiantes que voici.

     

    http://www.lefigaro.fr/international/2011/10/07/01003-20111007ARTFIG00449-une-martyre-syrienne-reapparait-vivante-a-la-tele.php

    http://www.youtube.com/watch?v=bK0qagS3dws

    http://www.infosyrie.fr/actualite/les-opposants-pacifiques-et-democrates-de-hama-en-pleine-action/

     

     

  • Freysinger - Ramadan : le vrai malaise

    Lundi 5 septembre, quelques minutes avant le coup des vingt deux heures, M. Freyinger, conseiller national, se fait entarté par quelqu'un de l'assistance qui, manifestement, n'a pas supporté les propos du conférencier.

    Je trouve le geste stupide et inutile. Stupide car le manque d'arguments conduit inévitablement à la violence. Même si, personnellement, je ne partage pas entièrement les thèses de M. Freysinger, il ne me viendrait jamais à l'idée de le faire taire, ni personne d'autre, de cette manière là. Au-delà, il faut tout de même reconnaître qu'en dehors des qualificatifs habituels de fascisme, racisme, etc. ses contradicteurs du jour n'ont pas réussi à lui opposer des arguments valables. Les clichés, de part et d'autre, étaient les mêmes.

    Du côté de M. Ramadan, et certains de ses supporters, les choses furent un peu plus compliquées. M. Ramadan a à plusieurs reprises souhaité la bienvenue à Genève à « Oskar », jamais à M. Freysinger. Jusqu'au moment où, inévitablement, quelqu'un lui lança : mais arrêtez, il est chez lui. Il a aussi déroulé la théorie du complot, concernant l'attaque sur les tours du WTC et cité J.J. Rousseau pour nous expliquer tout le bien que le grand philosophe pensait de l'Islam et des merveilles qu'il peut apporter à la civilisation occidentale. Je ne savais pas qu'il s'agissait de la confrontation habituelle Occident-Islam mais M. Ramadan ne pouvait manifestement pas s'en empêcher. A vous ; M. Ramadan, je dis :

    1.    Il est curieux, voire même lassant, de vous entendre encore parler de la croisade américaine et, partant, occidentale contre l'islam alors que la meilleure amie au monde de ces derniers n'est autre que l'Arabie Saoudite, pays le plus islamique et islamisé du monde. Il est encore plus lassant d'en parler que les « croisés » que vous mentionnez sont depuis quelques mois derrière tous les mouvements du soi-disant printemps arabe aboutissant à l'installation des islamistes partout. Le dernier en date n'est autre que Abdul Hakim Belhadj, un des leaders d'Al Qaida.

    2.    J'ai eu le plaisir de vous entendre à plusieurs reprises, ci et là et toujours à propos du même thème et, à chaque fois, un phénomène étrange s'empare de vous. Vous vous adressez à vos interlocuteurs, auditeurs, téléspectateurs en disant : votre morale, votre civilisation, vos principes, l'occident, vos pays, votre manière de vivre, etc.

    N'est-ce pas vrai que cela est votre manière de dire : je viens d'ailleurs ?

    Car votre biographie nous apprend que vous êtes né ici même à Genève où vous avez vécu, étudié, côtoyé vos concitoyens. D'un autre côté, vous persistez, ainsi que vos supporters, à soulever systématiquement la marginalisation, stigmatisation et toute la panoplie habituelle de griefs que vous tenez à l'endroit de...vos concitoyens ?

    Alors, on ne comprend plus : qui stigmatise qui et qui se met soi-même à la marge de sa propre société ? Comment expliquez-vous ce décalage ? Où trouve-t-il sa source ? Que vous a-t-on inculqué, ici, en Suisse, durant toutes ces années, et qui ?

    Cela étant dit, croyez le, ou pas, M. Ramadan, je comprends. Je comprends parfaitement la difficulté que vous pouvez éprouver à concilier l'inconciliable : il n'est effectivement pas facile de tenir très longuement votre discours policé lorsque, à la première interpellation vraiment sérieuse, votre réponse est : aucune règle (édictée par le Coran) n'est caduque. La Charia est ma seule règle.

    Alors, M. Ramadan, dites-le une fois pour toutes : en tant que citoyen suisse, si vous en aviez le pouvoir, quelle règle légale, à appliquer à tous les citoyens de ce pays, primera : le Code Civil suisse ou...la charia ?

    N'oubliez pas, vous l'avez déclaré vous-même, que les règles islamiques sont à prendre dans leur totalité, en un seul paquet. Aucune n'est caduque.