UA-138665747-1

Indépendance et vérité : le blog de Jean.- S. Gowrié - Page 4

  • Kim, Trump et les Mollahs

    Kim, comme chacun le sait, est un dictateur sanguinaire et sans pitié. En digne héritier de son père mais aussi de son grand-père, Kim Il Sung, le père de la nation, il a torturé, tué, emprisonné, envoyé aux camps de travail des dizaines de milliers de ses "sujets". Il est vrai qu'il en a affamé un peu moins que ses illustres aïeuls. Tout cela est vrai. Tout cela est aussi parfaitement connu et très régulièrement dénoncé par les gardiens de la liberté et de la démocratie dans le monde, les USA d'Amérique et de leurs vassaux, les Européens. Et afin de délivrer le Peuple nord coréen du joug de cette junte sanguinaire, les USA ont lancé une attaque de grande envergure, aérienne, terrestre et maritime. Les installations militaires nord-coréennes ont été anéanties, les centres de commandement réduits à néant et des dizaines de milliers de militaires se sont rendus aux forces libératrices. Kim Jong Hun a été pendu et la plupart de son entourage soit tué soit fait prisonnier.

    Vous me pardonnerez, je n'ai fait que remplacer l'Irak et la Libye par la...Corée du Nord.

    Recommençons. Ainsi, le petit dictateur nord coréen a réussi un exploit unique. Un triple exploit, à vrai dire : rencontrer, en l'espace d'à peine deux ans et à trois reprises, le président de la plus grande puissance du monde, gouvernant ce même monde. Il a même fait mieux, faire venir, hier samedi, ce même président jusqu'à chez lui. Et Trump de déclarer : mettre les pieds à l'intérieur de la Corée du Nord fut un "grand honneur". Dans la foulée, le président américain est allé jusqu'à évoquer les fameuses "sanctions" contre la Corée du Nord en déclarant qu'elles resteront appliquées mais...les choses "peuvent changer".

    Tout cela parce que le petit dictateur sanguinaire dispose de la bombe nucléaire. Comme quoi !

    Ce n'est malheureusement (pour qui?) pas le cas pour les mollahs iraniens ni pour notre ami Maduro, le vénézuélien.

    On rappellera tout de même, au cas où cela serait nécessaire, que notre ami Trump vient juste de signer l'alourdissement des sanctions contre l'Iran. Son but est d'asphyxier le pays et de "délivrer" le Peuple iranien du joug des mollahs. Tiens, tiens. Et pour la perte d'un drone descendu par les armes anti aériennes iraniennes, Trump était à...10 minutes de lancer une attaque "punitive" contre ce pays. Il y a renoncé, précisément, 10 minutes avant, "parce que cela aurait causé la mort de 150 Iraniens" (on reste pantois devant cette précision diabolique).

    Vous avez dit 150 victimes ? Hmmm !

    L'Irak et ses...500'000 à 1 million de morts, cela vous dit-il quelque chose ?

    Tout cela parce que ces "petits" dictateurs n'ont PAS la bombe nucléaire. Comme quoi !

    J'écris des banalités ? Peut-être. Il faut alors se poser des questions sur le "sérieux" avec lequel nos médias, toujours eux, invitant les désormais inévitables "spécialistes" traitent, parlent, analysent, le plus sérieusement du monde, le sujet.

     

  • Elections européennes : Macron grand perdant. Vraiment ?

    En dehors d'un petit coup pour son amour-propre, Macron doit jubiler. Et je pèse mes mots. Car contrairement à ce qu'il prétend, l'Europe, les élections européennes et toute cette plaisanterie importe peu pour Emmanuel. Pour lui, l'essentiel, depuis le début, est de faire le vide autour de lui. Et il faut admettre qu'il a bien réussi.

     

    Ainsi, après avoir émietté les Socialistes, voici qu'il envoie maintenant vers le même sort les Républicains. Ces derniers n'ayant pas compris qu'il fallait se concentrer exclusivement sur Macron pour espérer remonter un peu la pente. Désormais, il n'y a, en face de lui que Marine Le Pen. Il est ainsi assuré de remporter tranquillement les présidentielles de 2022 et c'est tout ce qui l'intéresse. A 48 ans, en 2027, on peut même parier qu'il rempilera pour un troisième mandat.

     

    Le match, dans cette Europe qui se meurt, est désormais définitivement entre les libéraux-mondialistes et ce qu'il est maintenant convenu d'appeler "populistes". J'ai parlé de match. il fallait peut-être dire...guerre.

     

    Inchallah.

     

     

  • Sur les traces du PS, le PDC, en mal de symphatisants, cherche du côté des islamistes

    Les statistiques (mot qui sera bientôt pénalisé, dans le sens du droit pénal) internes du parti en question le montrent d'une manière indiscutable : ce sont, proportionnellement, surtout des mahométans qui rejoignent les rangs du parti démocrate...chrétien. Monsieur Mohamed Hamdaoui n'est que la pointe de l'iceberg. Takkiya et entrisme. La première pour endormir les méfiants et l'autre pour infiltrer doucement et noyauter les organismes mous de nos démocraties. Les statuts de ce parti précisant bien qu'il accepte des "femmes et des hommes de tous milieux sociaux et de toutes confessions qui veulent défendre les intérêts de la collectivité dans le respect de la dignité de la personne humaine et de la création,conformément aux principes fondamentaux chrétiens", on comprend que M. Hamdaoui et ses coreligionnaires rejoignent le PD...C pour agir conformément aux principes fondamentaux...chrétiens.

     

    Comme quoi, les miracles existent.

     

    Laissons ces nouveaux membres de côté et intéressons-nous aux "vrais" chrétiens de ce parti. Prenons par exemple une de ses figures les plus "emblématiques" (façon de parler), un certain Christophe Darbellay. De toutes les tribulations de ce démocrate "chrétien", nous ne nous intéresserons qu'à une séquence, ignorée par la totalité de nos médias. Je ne connaissais pas son existence non plus, jusqu'à ce qu'un de mes lecteurs, qu'il soit remercié, me la fasse parvenir. La voici. Monsieur Darbellay, promoteur acharné des valeurs "chrétiennes" et, accessoirement, démocratiques, calotte sur la tête (il aurait mis n'importe quoi pour ses faire réélire) fait des promesses délirantes aux...Albanais.

     

    Darbellay, calotte sur la tête, fait des promesses aux Albanais

     

    Le démocrate "chrétien" ne se contente pas de cela et n'en pas à son premier coup d'essai :

     

    Darbellay veut des lieux de prière et le port du voile à l'école

     

    "C’est un droit fondamental de croire à ce que l’on veut. Si un élève souhaite profiter d’un peu de calme pendant le ramadan, où est le problème?". Christophe Darbellay, haut responsable du Parti Démocrate "Chrétien".

     

     

     

     

     

     

  • Les dhimmis de Bienne et le PDC (Parti Démocrate...Chrétien ?)

    A l'instar des centaines, peut-être plus, de ses coreligionnaires, Mohamed Hamdaoui, Conseiller de ville et député au Grand Conseil de Bienne, a rejoint le PDC février de cette année. Auparavant, il était au...PS.

     

    Rendez-vous compte ? Même le PS n'était plus assez à son goût, c'est tout dire.

     

    Comme j'ai souvent eu l'occasion de le dire et écrire, la classification gauche-droite de nos partis m'a toujours fait rire. Car en dehors du cas UDC, et encore, on a affaire à des variantes de gauchistes plus ou moins libéraux du point de vue "économique" et c'est tout. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que, de nouveau en dehors du cas précité, ces partis se trouvent très souvent du même côté lors de votations, par exemple.

     

    Il y a de cela quelques semaines, une jeune fille fréquentant le Collège Calvin m'a dit qu'une semaine "politique" allait être organisée et que des politiciens de gauche ET de droite venaient présenter leurs vues et...différence de vues. Qui croyez-vous se sont rangés du côté gauche ? LA socialiste, LA verte et...LA PDC.

     

    Revenons à M. Hamdaoui et aux dhimmis de Bienne. Selon Le Matin, M. Hamdaoui, le PDC, a poussé un coup de gueule, en bon représentant de la...laïcité, bien évidemment, contre les messages "chrétiens" véhiculés sur les trolleys de Bienne. Ni une ni deux, les dhimmis biennois auraient "compris la colère du "PDC" Mohamed Hamdaoui" et décidé des les interdire, désormais.

     

    https://www.lematin.ch/suisse/eternel-benira-trolleys-biennois/story/22257799

     

    Il paraitrait que le message ait été bien reçu par les collègues de Hamdaoui, y compris les...UDC.

     

    Et le Hamdaoui de jurer que ce n'est qu'en tant que laïque, jamais comme musulman, qu'il a entrepris cette démarche.

     

    Vous avez dit Takîya ?

     

    Et le PDC, dans tout ça ? Les PDC ne rêvent plus, depuis longtemps déjà, que d'enlever la lettre C de leur acronyme. Le problème c'est qu'ils ont peur que les lettres restantes ne fassent mauvais genre.

  • L'Elite, les Spécialistes et les Gueux

    C’est en écoutant un « spécialiste », un de ceux qui pullulent sur les plateaux de télévision, de radio, etc., expliquer à la « journaliste » l’exactitude des chiffres avancés par le gouvernement français concernant la hausse du pouvoir d’achat des Français, que l’idée de ce billet est née. La hausse moyenne, par ménage, expliqua-t-il, est de 850 euros.

     

    Ainsi, l’élite, le gouvernement français, offre à « son peuple » une augmentation de pouvoir d’achat de l’ordre de 850 euro, en moyenne, par ménage et par an. Le « spécialiste » vient dérouler sa science pour confirmer les chiffres de l’élite et la…journaliste fait sont habituel : hmmm, hmmm, hmmm.

     

    Je vais donc laisser tomber mon titre d’économiste, ma spécialisation en finances et vais revêtir mon habit de gueux pour poser une question simple de…gueux. Quand je consulte les chiffres de l’élite, confirmés par les spécialistes, je tombe sur le suivant, nombre des ménages français : 30'0000’000. Trente millions de ménages. Maîtrisant un peu, en tant que gueux, les opérations arithmétiques de base, et encore, je fais une petite multiplication : 30'000’000 X 850 = 25.5 milliards d’Euros.

     

    Vingt cinq milliards d’euros.

     

    Je force un peu mon potentiel de réflexion de gueux et pose la question de savoir où vont-ils trouver cet argent à « donner » au Français ? Car, à priori, Macron a commencé par vouloir imposer de nouveaux impôts, enlever certains privilèges, etc., afin, précisément, d’alléger les finances de l’Etat. A la vue de quelques gilets jaunes dans les rues, il a renoncé et bassiné les Français pendant des mois avec ses fameuses mesures à…10 milliards (qu’il ne savait déjà pas où trouver). Alors, ces 25 milliards !

     

    Normalement, mon billet devait se terminer ici. Mais les dernières annonces, mitraillées par « l’élite » de Macron me poussent à aller un peu plus loin.

     

    Ainsi, après avoir gagné presque 5 mois sur le dos des gueux (novembre 2018 – mai 2019) avec son « débat national », histoire de s’approcher au maximum de l’échéance électorale qui le travaille le plus (les élections européennes), Macron sort enfin, à deux semaines de ces mêmes élections, son « programme » pour l’Europe. Et en tête de ce dernier, on trouve…l’écologie. Cela va de soi.

     

    Macron le sait. Il regarde les sondages d’opinion et il voit qu’il suffit de quelques simagrées, annonces fracassantes, débat national, etc., pour que le pourcentage des gueux lui faisant confiance remonte de 18 à 25%. Voyant la courbe baisser un peu, à 21%, il lance une volée de nouvelles promesses qui, comme l’élite le sait mieux que personne, n’engagent que ceux qui y croient : les gueux. Ces derniers ayant déjà mordu à l’hameçon en 2017, en donnant leurs voix à un parti qui n’existe pas, constitué presque exclusivement de « réfugiés » POLITIQUES (à cette différence près qu’ils ne craignaient pas la persécution mais la défaite électorale de leurs anciens partis). Alors Emmanuel recommence. Il recommencera autant de fois et aussi longtemps qu’il y aura des…gueux.

     

    1'000'000'000'000, rien de moins que cela. Mille milliards d’euros. A côté, le mensonge effronté des 25 milliards passe pour une petite plaisanterie. Emmanuel a promis mille milliards d’euros aux écologistes (je dis bien aux écologistes et non pas à l’écologie). Il espère ainsi, comme depuis 2017, rafler les voix des écolos. Après, on verra, ou plutôt pas. Inutile de dire que personne ne verra la couleur du centième de cette somme faramineuse. Emmanuel lui-même ne sait pas où la trouver mais cela n’a pas la moindre importance. Les élections européennes seront derrière nous et il doit déjà réfléchir aux prochains hameçons à jeter dans les gueules de gueux.

  • HUG - RATP : les dhimmis à l'oeuvre

    Petit rappel de "certains" faits d'abord : un "seul" homme armé fait éruption dans deux mosquées à Christchurch, tire et fait 51 morts. La terre entière est en deuil, la première ministre New Zélandaise se voile et Zemmour, Orban, Salvini, Le Pen, etc., sont "immédiatement" accusés d'être directement responsables de ce meurtre. En face (oui, en face) des centaines d'innocents, entre Paris, Nice, Bruxelles, Colombo, etc., sont massacrés et là...silence. C'est l’œuvre de "déséquilibrés".

     

    Regardez bien l'affiche ci-après. Elle est placardée à l'entrée des Hôpitaux Universitaire de Genève.

    20190503_132541.jpg

    Comme on peut le constater, la femme figurant sur l'affiche est la parfaite représentante des femmes de notre pays. Une Helvète pure souche. En tout cas celle qui sera la norme dans quelques années à la grande satisfaction de tous les gauchistes et les dhimmis.

     

    Chez nos voisins Gaulois, on nous bassine depuis deux jours avec cette histoire du conducteur de bus qui a refusé qu'une femme en jupe puisse monter dans "son" bus. Pas un seul média, pas un seul commentateur, pas un seul responsable politique, n'a osé parler des origines du conducteur ni de sa...religion. Mieux, la totalité des chaînes d'information continue sous titraient : "sexisme : un chauffeur de bus refuse l'entrée d'une fille en jupe".

     

    Pour les dhimmis, il s'agit de...sexisme.

  • Un homme (ou une femme, allez) de gauche, en somme un gauchiste, c’est quoi au juste ?

    Le mieux, pour le savoir, serait de prendre des exemples d’hommes (et de femmes, allez, II) de gauche. Ainsi, Jack Lang, Pierre Moscovici, Jacques Attali, Bernard Kouchner, Laurent Fabius et même DSK sont des hommes de gauche. Tous ont cette caractéristique qui distingue les gens de gauche, issus du Peuple et vivant pour le Peuple : ils sont, à des degrés différents, multimillionnaires.

     

    Oh, j’allais oublié Cahuzac. Lui aussi était…socialiste.

     

    Plus près de nous, nous avons Castaner, Ferrand, Delanoë, Collomb, Grivaux, Le Drian, etc. Tous, aussi, sont d’authentiques et fervents gauchistes. Tellement authentiques qu’à la vue du désastre « électoral » qui s’énonçait pour les Socialistes, ils sont partis, laisse bien accrochée à leurs cous, rejoindre l’ultralibéral et le mondialiste Macron.

     

    Mais comme gauchiste, il y a pire que les socialistes. Les Verts. Là, aussi, les exemples sont édifiants. Restons en France où, après avoir fait le siège du parti socialiste, une « verte », Pompili, a fini par décrocher un obscur emploi dans le gouvernement du très socialiste Hollande. Et une fois le désastre électoral précédemment souligné annoncé, elle fut parmi les premiers à courir quémander des miettes auprès de Macron.

     

    Mais il y a encore pire. Son chef de fil, François de Rugy, un Vert pure souche, a participé, tout comme un certain Manuel Valls, le désormais Catalan, aux primaires de la…Gauche. Tous les deux avaient fait serment de soutenir le candidat qui en sortirait vainqueur. Et, tous les deux, au lendemain même de ces primaires, ont rejoint, laisse encore mieux accrochée à leurs cous, les rangs des quémandeurs aux portes de la macronie. Le premier a décroché le poste de Président de l’Assemblée et l’autre celui de député de sa circonscription.

     

    Encore pire ? Il y en a. Avez-vous entendu parler de M. Olivier DUSSOPT ? Il s’agit d’un député « socialiste », qui, dès lors, défend par nature les intérêts du Peuple. Il le fait tellement bien que le mercredi 22 novembre 2017, le « socialiste » en question a voté CONTRE le budget du gouvernement, CONTRE la loi travail et N’A PAS voté la confiance au gouvernement d’Edouard Philippe. Six jours après (pas 6 mois, pas une année ni deux, mais SIX jours après) le socialiste en question a d’abord intégré ce même gouvernement et au poste de…Secrétaire d’État chargé de la Fonction Publique, c-à-d auprès du ministre chargé des comptes publics, c-à-d celui qui confectionne le…budget. Dussopt, le socialiste a même fait mieux : il est allé défendre ce budget au Sénat.

     

    Encore pire ? Il y en a, cela va de soi. Comme tout le monde le sait, l’étape ultime du « socialisme » c’est le communisme. Le communisme peut se résumer en une seule phrase : la révolution du…prolétariat. Savez-vous ce que c’est qu’un prolétaire ?  Dans l’antiquité romaine (c’est le dictionnaire qui nous l’apprend), il s’agissait d’un « Citoyen de la dernière classe du peuple, exempt d'impôt, et ne pouvant être utile à l'État que par sa descendance ». Selon la définition moderne, c’est un « Ouvrier, paysan, employé qui ne vit que de son salaire (opposé à capitaliste, bourgeois) ». La tête de liste du parti communiste aux élections européennes est Ian Brossat. M. Brossat, tête de liste du parti des « prolétaires », voyage souvent en avion (pour passer des vacances sous les tropiques) mais veut imposer une taxe sur le kérosène, possède un appartement sur la butte Montmartre (il n’est pas locataire au 93) ainsi que d’un petit pied à terre à Calvi. Mais il est…prolétaire et ses conditions de vie, le pauvre, lui permettent de comprendre parfaitement les besoins de ses semblables (camarades, pour les initiés). Dimanche dernier et alors qu’il était l’invité d’Ardisson, un chroniqueur lui a lancé : « comment pourriez-vous prétendre parler au nom du Peuple alors même que vous n’avez jamais travaillé ? ». Car M. Brossat est « élu » depuis 2008. Il avait 28 ans.

     

    Justement, un gauchiste est quelqu’un qui apprend très tôt l’art du… « débat ». Ça débat partout, tout le temps. Des logorrhées interminables et maladives.  Il est aussi très vite actif dans le monde  « associatif ». Dans un cas comme dans l’autre, on apprend l’essentiel : comment se faire élire. Car un gauchiste est avant tout un candidat permanent aux élections, quelles qu’elles soient. C’est, la plupart du temps, la garantie d’une carrière tranquille parce que, la plupart du temps, un gauchiste ne sait rien faire d’autre (à l’université, on les appelait les étudiants éternels). Effectivement, entre les débats et les…débats, il ne reste plus beaucoup de temps pour le…boulot. Dans les couloirs des partis on apprend à devenir candidat et, dans ceux du « monde associatif » à recruter des électeurs. Ce dernier point est d’une importance cruciale pour les gauchistes. Un entrepreneur sait que son « business » ne peut prospérer sans clients. L’élu gauchiste aussi. Il est dès lors essentiel pour lui de se faire une clientèle et cette dernière doit se renouveler en permanence.

     

    Elle doit se renouveler en…permanence.

     

    Là, je dois m’arrêter car je risque de tomber dans l’interdit, le politiquement incorrect, voire le pénalement répréhensible. Il faut, notamment, s’interdire de chercher dans les…statistiques. Quelles sont les statistiques des électeurs de gauche ?

     

    Un tout petit exemple. Dans l’Hexagone, un « réfugié » socialiste chez les Macronistes, un certain Aurlien Taché, s’insurge contre l’interdiction du port du voile et le compare au…serre-tête. Avez-vous déjà vu à quoi ressemble un serre-tête ? Quand on y regarde de plus près, on découvre ce dont il s’agit : l’électorat islamiste de Monsieur le député.

     

    Et chez nous, me direz-vous ? Eh bien comme pour tout le reste, on est un peu moins exubérant, un peu plus consensuel, fédéralisme et « traditions suisses » obligent.

     

    Chez nous, nous avons des Adolorata, des Amarelle, des Levrat, ainsi que des sous-fifres, des Romain Kull, gauchiste et, tiens, actif dans le monde associatif, des Topo Thevoz, élu gauchiste à Genève, etc.

     

    Nos gauchistes à nous, dans la foulée de leurs camarades « européens », se sont inventé une nouvelle préoccupation : l’action sociétale (l’action « sociale » étant devenue moins « rétributrice »). Les champs d’action privilégiés sont les criminels, les terroristes, les LGBT, les immigrés, les « migrants » et les animaux (on vous a dit qu’il était essentiel de se faire une clientèle), etc.

     

    • Chez nous, les VERTS de Meyrin (non pas l’élue concernée mais son…parti) ont formé opposition contre la décision d’interdire le port du voile aux élues. Les verts ? Oui, les Verts. Vous savez, le parti le plus à gauche sur l’échiquier politique. Celui pour qui l’égalité des sexes, les droits des femmes, etc. passent avant tout…bien sûr.
    • Romain KULL, socialiste actif dans le monde « associatif », tiens, se réjouit de l’incendie de l’église du Lignon (on ne sait pas ce que sa lâcheté de gauchiste lui aurait dicté s’il s’était agi d’une…mosquée).
    • Topo Thévoz se fait inviter pour un thé à la mosquée de Genève et se considère, à partir de ce moment-là, un grand connaisseur de l’Islam et des Musulmans.
    • Ada Marra ne sait plus où se donner la tête. Pour elle, la Suisse n’existe pas.
    • Sa camarade Amarelle défend bec et ongles les terroristes et veut les garder « ICI » « même s’ils ont commis des actes atroces ».
    • On défend la cause animale, on est spéciste mais assez lâche pour oser s’attaquer aux boucheries halal.

     

    Les gauchistes pleurent et se lamentent à la vue d’un petit garçon mort sur une plage sur la route de « l’exode ». En cela, on ne peut que leur donner raison. Il se trouve juste qu’ils ne veulent même pas entendre parler des viols par centaines, meurtres, vols, etc. commis par les « immigrés ». Ils mettent ça sur le compte des « différences culturelles ».

     

    Les gauchistes pleurent et se lamentent à l’annonce du meurtre, par un seul, un seul homme, d’une cinquantaine de personnes dans deux mosquées à la Nouvelle-Zélande. Et ils accusent immédiatement l’idéologie « d’extrême droite » d’être DIRECTEMENT responsable de ce massacre. Mais les gauchistes ferment complètement les yeux sur les massacres du Sri Lanka, de Paris et d’ailleurs. Mieux. Dans ces derniers cas, il s’agit « systématiquement » de l’œuvre de…déséquilibrés. En aucun cas l’idéologie islamiste ne saurait être tenue pour responsable.

     

    Les gauchistes ont de la compassion pour les criminels, jamais pour les victimes de ces derniers.

     

    Les gauchistes ont de la compassion pour les terroristes, jamais pour les pauvres victimes de ces derniers.

     

    Les gauchistes ont de la compassion pour les femmes de jihadistes et les enfants de ces dernières. Jamais pour les femmes des hommes égorgés par ces bêtes sauvages ni les « enfants » de ces dernières. Des « associations » seraient même prêtes à saisir la justice pour que les pays respectifs de ces terroristes s’occupent de leur sort. Le mot d’ordre : ils ne sont pas responsables des actes de leurs « maris », respectivement, pour les enfants, de leurs parents.

     

    Vraiment ?

     

    Est-ce que les gauchistes ont déjà écouté les déclarations de ces « pauvres » femmes, même après leur arrestation ? Les ont-ils entendues dire : «nous reviendrons, si l’occasion se présente et continuerons notre Jihad » ? Les ont-ils entendues déclarer : « nos enfants grandiront et partiront à leur tour au Jihad » ? Pis. Les gauchistes  ont-ils regardé les vidéos montrant les gentils jihadistes couper les têtes des « mécréants » ? Ont-ils vu les vidéos montrant les « pauvres » enfants de ces jihadistes jouer au football avec les têtes coupées ? Savent-ils, les gauchistes, que ces têtes ont été offertes à ces « pauvres » enfants par leurs non moins « pauvres » mères ?

     

    Vous avez dit idiots…utiles ?

  • Nouveau président d'Ukraine : un comique sans expérience. Et alors ?

    Voilà, cela n'a pas manqué. Le seul commentaire servi par nos médias et les "spécialistes" qui y pullulent fut celui du titre de ce billet.

     

    Le comique en question n'a donc aucune expérience en politique. Est-ce grave, docteur ?

     

    Le docteur n'en sait rien. Il va cependant chercher des exemples. Tiens, à tout hasard, Poroshenko, le président sortant du même pays. Quelle était très exactement "l'expérience" de ce dernier lors de son accession à la présidence de l'Ukraine ?

     

    Il était un vendeur de...chocolats.

     

    Oh, j'oubliai, il fut aussi, accessoirement, le pantin des Américains. Cela vaut toutes les expériences du monde. Et à propos de ces derniers, qui est leur président actuel ? Trump ?

     

    Il était dans l'immobilier, non ?

     

  • Christchurch - Colombo : la marche des ignobles

    Une cinquantaine de morts dans des mosquées à Christchurch, plus de 300 de "chrétiens" à Colombo et quelques autres endroits au Sri Lanka.

     

    Comparaison n'est pas raison ? C'est absolument vrai. Nous verrons cela un peu plus loin.

     

    Après l'attaque, par un (1) (un seul) homme armé des deux mosquées de Christchurch, la terre entière, en tout cas la partie médiatique et politique de celle-ci, s'est levée comme un seul homme, pour condamner dans les termes les plus durs l’infâme action. Cela a duré des jours et des jours, du matin au soir, avec force débats télévisés interminables, analyses politiques et psychologiques à l'emporte pièce et, surtout, des conclusions générales quant à la "doctrine" ayant poussé cet homme à commettre une telle action.

     

    C'est ainsi que les gauchistes de tous poils, les mondialistes et les libéraux gaucho-islamistes ont vite conclu que s'il fallait condamner quelqu'un, ce serait certainement Zemmour, Urban, Salvini et toute la "droite extrême" qui pousse de telles personnes à commettre de telles atrocités. De nouveau, gardons cela bien présent à l'esprit. C'est très important pour la suite.

     

    Commençons par notre cher Pape François, chef des "Chrétiens" dans le monde : «Je prie pour les morts, les blessés et leurs familles. J’exprime ma proximité à nos frères musulmans et à cette communauté, et je renouvelle mon invitation à s’unir par la prière et des gestes de paix pour contraster la haine et la violence.»

     

    Et voici ce que le Pape des Chrétiens a déclaré à l'annonce de la mort de plus de 300 chrétiens au Sri Lanka : "Il a exprimé dimanche sa «tristesse» après les attentats meurtriers au Sri Lanka endeuillant le dimanche de Pâques, se déclarant proche de «toutes les victimes d'une si cruelle violence». (TdG du dimanche 21.04.2019).

     

    Serait-il utile de passer en revue l'énorme vague de déclarations indignées, qui a duré des jours et des jours, qui a suivi l'attaque de Christchurch ? Contentons-nous plutôt de celle, la plus emblématique entre toutes, de la première ministre Néo-Zélandaise, dhimmi et soumise. Voilée, comme une bonne musulmane, à deux reprises, la femme de 38 ans, travailliste, comme de bien entendu et, dès lors, assez stupide, a voulu "présenter un témoignage de compassion et de solidarité envers les membres de la communauté musulmane frappée par cette tragédie".

     

    Les médias ? Entre le 15 et le 22 mars, je me suis contenté d'une seule semaine, des centaines d'heures d'émissions furent consacrées à la "tragédie". Depuis dimanche et le massacre  ISLAMISTE du Sri Lanka, la "nouvelle" a pratiquement disparu de "nos" antennes. A ma connaissance, aucun "débat" ne fut organisé pour "comprendre" ce qui s'est passé, ni et surtout pour condamner la "doctrine" ayant poussé ces hommes à commettre une telle action.

     

    Comparaison n'est pas raison, disais-je ! Depuis dimanche, la plupart de "nos" médias insistaient sur le fait qu'il s'agissait des pires "attentats" depuis la fin des évènements qui ont "ensanglanté" le pays pendant 20 ans. Ainsi, dans l'esprit du téléspectateur/auditeur, un message subliminal est passé : il s'agit d'un évènement qui s'inscrit dans le trame de ceux qui ont "ensanglanté le pays pendant 20 ans". En aucun cas un acte terroriste criminel dicté par un doctrine terroriste et criminelle. Comparaison n'est pas raison ! Des dizaines d'heures d'antenne pour souligner et condamner l’extrémisme de droite "directement" responsable de la mort des 51 personnes à Christchurch. Un gauchiste aussi ignoble que minable, converti au macronisme et au super libéralisme mondialisé, Romain Goupil (cinéaste de son état, paraît-il et, accessoirement, camarade de route d'un certain Cohn-Bendit, comme quoi, mai 68 mène à tout) a lancé à l'adresse de Robert Ménard, ancien président de reporters sans frontière et actuel maire de Bézier : "vous êtes personnellement responsable de la mort de la cinquantaine de personnes à Christchurch". Nous pouvons parier sur le silence absolu de cet idiot "inutile" quant à CEUX qui se trouvent derrière le massacre terrible du Sri Lanka.

     

    Un seul détraqué a ouvert le feux et tué une cinquantaine de personnes à Christchurch et voilà la terre entière, celle des gaucho-islamistes, qui jette toute sa haine contre ce qu'elle appelle l'extrême droite. Les mêmes qui concluent immédiatement à la responsabilité "directe" de Zemmour, Urban et Salvini.

     

    Plus de 300 personnes massacrées dans leurs églises par des dizaines de terroristes qui, eux, se réclament haut et fort de cette doctrine morbide et criminelle qui s'appelle l'islam et aucun, aucun, je dis bien aucun, commentateur ne fait, et ne fera jamais, allusion à cette dernière.

     

    L'idiote de la Nouvelle-Zélande, accessoirement premier-ministre (première-ministre ?) de ce pays, s'est voilée, à deux reprises, pour exprimer sa solidarité avec les familles des victimes de Christchurch. Va-t-elle faire de même à l'adresse des pauvres chrétiens sri-lankais en arborant, par exemple, un...crucifix sur sa poitrine ? A moins qu'elle et les dizaines d'autres imbéciles dans son genre ne confient cette tâche à...Recep Tayyip...Erdogan !

     

    Lui, au moins, islamiste déclaré et assumé qu'il est, n'a pas la langue dans sa poche. Il doit regarder tous ces minables en rigolant...en rigolant.

     

    Comment tout cela finira-t-il ? Certains, optimistes, oui "optimistes", espèrent, oui "espèrent" qu'une guerre civile ou de civilisation (faut-il encore savoir entre la nôtre et laquelle, de civilisation) vienne balayer tout cela, à commencer en priorité par les idiots "inutiles" et dangereux hérités de Marx, Lénine et Cie. Je crains, malheureusement (je dis bien malheureusement) que cela ne soit trop tard.

     

    Rome retombera. Les mêmes causes conduisant toujours aux mêmes effets, ce sera, cette fois aussi, sous sa propre décadence. Avec, cette fois, une énorme différence, tout de même. Les barbares de l'époque ont embrassé les us et coutumes et, accessoirement, religion, de Rome. Les barbares du 21e siècle mettront à sac Rome et les Romains d'aujourd'hui en seront très contents.Ils le sont déjà.

  • Notre Dame a réveillé nos "racines chrétiennes"

    Inouïe, proprement inouïe.

     

    Ainsi, il aura fallu que Notre Dame brûle pour que certains découvrent qu'il s'agissait d'un édifice...chrétien.

     

    Revenons un peu en arrière. Cela fait quelques années que la cathédrale fut en travaux. Pendant toutes ces années et alors qu'elle était visitée par 12 millions de "touristes" chaque année, Notre Dame avait toutes les peines du monde à trouver les "centimes" nécessaires à sa rénovation. Et hop, en à peine 72 heures après le (désastre ?), presque un milliard d'euros furent promis par quelques milliardaires de l'Hexagone ainsi que par des milliers d'autres "vrais" amoureux de l’Église.

     

    L'engouement suscité par le choc fut tel que, pour la première fois depuis longtemps, très longtemps, on a vu des médias français parler de Pâques en tant qu'évènement "chrétien". Une émission de Canal+ titrait même : "la France découvre ses racines chrétiennes". Des images montrant des dizaines de milliers de "fidèles" faisant la procession du Vendredi Saint autour de Notre Dame. Des prêtres, encore uniquement pédophiles jusqu'à il y a trois jours, ont écumé les plateaux de télévision pour expliquer le sens de Pâques, du Vendredi Saint, etc. Bref, tout ce qui fait que nous soyons...chrétiens.

     

    Tous, sans aucune exception, ont exprimé leur "soulagement" de voir que, malgré toute la peine que cela a suscité auprès de tout un peuple, on doit remercier "Dieu" que seul la pierre, enfin, le bois et le plomb aient été touchés et qu'aucune perte de vie humaine n'était à déplorer.

     

    Hmmm.

     

    Inouïe, disais-je.

     

    Combien de "vies humaines" avons-nous déploré (déplorées ?) depuis, disons, Charlie-Hebdo ? Les statistiques, bientôt totalement interdites par le totalitarisme de gauche et de la bienpensance, nous apprennent que :

     

    • En 2017, trois personnes furent tuées par des "frères" ayant crié Allah Akbar.
    • En 2016, le père Hamel est égorgé par un autre frère ayant crié Allah Akbar. 86 autres personnes furent massacrées et, accessoirement, 400 autres blessées par un "camionneur" se baladant à Nice en criant Allah Akbar. Ce sans parler du couple de policiers de Magnanville.
    • En 2015, entre le Bataclen, le Stade de France, Charlie-Hebdo, justement, et quelques autres "bagatelles", 149 personnes sont massacrées.
    • Ainsi, entre 2015 et aujourd'hui, la France, pour ne parler que d'elle, a "déploré" la perte de plus de 240 "vies humaines". Et, depuis 2015, pas une minute ne fut consacrée à l'évocation de nos "racines chrétiennes" ni à l'explication du sens du Vendredi Saint.

     

    Comme quoi...

     

    La force de la pierre, du bois et du plomb.

     

     

     

     

     

     

  • Notre Dame brûle. Nos coeurs saignent

    La charpente de Notre Dame de Paris a tenu 9 siècles. Elle a résisté à tout et à tous. Il aura fallu attendre le 21e siècle, son développement, son avance technologique et tous les moyens techniques, humains et matériels dont on dispose aujourd'hui pour qu'elle s'effondre.

    Pour combattre le feu, une seule lance-eau, du moins pendant les 4 premières heures. Un petit immeuble misérable et insalubre aurait certainement bénéficié de bien plus d'attention.

    De là à alimenter toutes les théories du complot qui ne manqueront pas de surgir...

    Entre-temps, cela a permis à Macron d'annuler son allocution et de gagner encore quelques jours avant les élections européennes.

    Que le Dieu de Notre-Dame les maudisse. Tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, sont derrière ce désastre.

     

  • Le monde que nous vivons

    Comme tout le monde le sait, les daltoniens ont pour caractéristique essentielle de confondre les couleurs et de ne pas en distinguer certaines. L'origine de cette "déficience" est généralement...génétique.

     

    Les déficiences qui sont en train de caractériser notre société aujourd'hui vont bientôt le devenir aussi : On va naître...comme ça.

     

    Ainsi, nous vivons dans un monde où les apôtres de la démocratie et de la liberté dans le monde, comme chacun le sait, les USA, initiateurs du CPI (Tribunal Pénal International, fondé pour "punir" celles et ceux qui commettent des crimes contre l'humanité) refusent d'accorder un visa d'entrée à la procureure de ce même CPI, qui enquête sur les exactions des soldats de la liberté en Afghanistan.

     

    Nous vivons dans un monde où les autorités de ce même pays ont décidé de mettre les Gardiens de la Révolution" corps d'élite de l'armée iranienne, sur la liste des organisations terroristes. Je n'ai vraiment aucune sympathie pour les "gardiens de la Révolution", ni pour les Mollahs qui les commandent mais un minimum d'honnêteté intellectuelle m'oblige reconnaître que, jusqu'à nouvel ordre, ce ne sont pas ces derniers qui ont rayé Hiroshima et Nagasaki de la carte, pas plus qu'ils n'étaient les seuls dans l'Histoire à avoir utilisé l'arme atomique. Ce ne sont pas eux non plus à avoir utilisé les armes chimiques à échelle industrielle au Vietnam ni étaient responsables de la mort d'un à deux millions de Vietnamiens. Les GDR (Gardiens de la Révolution) n'ont pas renvoyé l'Irak (sous les prétextes fallacieux que l'on connaît) à l'âge de pierre ni causé la mort d'un demi million d'Irakiens parmi lesquels des centaines de milliers d'enfants. Les GDR n'ont pas été derrière la création d'Al Quaida ni, pire, celle de L’État Islamique.

     

    Nous vivons dans un monde où un pays "démocratique" et "libre", de forme plus ou moins hexagonale, fait la course pour être parmi les premiers à reconnaître la "légitimité" d'un personnage qui s'autoproclama président d'un pays "souverain", le Vénézuela et dont le premier ministre déclare le plus naturellement du monde, à propos d'un autre pays que : "l’Algérie est un pays souverain, c’est donc aux Algériens, et aux Algériens seuls, qu’il revient de prendre les décisions» pour leur avenir" (Edouard Philippe dans un dans un entretien à BFMTV.

     

    Nous vivons dans un monde où les "souffrances" du Peuple Syrien font pleurer l'entier du monde occidental et notamment la partie médiatique de ce dernier, à raison d'une à deux émissions...par jour. Les mêmes qui savent à peine où se trouve le Yémen. Il est vrai que les Yéménites sont plus résistants, n'ont pas d'enfants et, surtout, sont bombardés par...nos amis : les Saoudiens.

     

    Nous vivons dans un monde où un petit excité, encouragé par un aventurier en mal perpétuel de reconnaissance, BHL, entrainent les USA dans un simulacre de "guerre" pour libérer la Libye du joug du sanguinaire Khaddafi, avec le résultat "merveilleux" que l'on connaît.

     

    Nous vivons dans un monde où nos "démocraties", n'ont qu'un seul souci : la paix, la démocratie et la...liberté. Pour cela, elles, nos démocraties, ont trouvé le cercle "vertueux" (par opposition à vicieux) parfait : installer des dictateurs, les entourer de cercles d'hommes aussi corrompus que sanguinaires, les armer, très lourdement, car cela rapporte gros, signer de gros contrats d'exploitations diverses et variées, se scandaliser ensuite de la situation, fomenter des révoltes et armer, cette fois, les opposants, etc. Le hic ? Des millions de réfugiés, mille pardons aux gauchistes de tous bords, des "migrants", qui déferlent sur nos "plages" sous les regards médusés des vacanciers.

     

    Nous vivons dans un monde où le simple fait d'évoquer les années 2000 nous fait passer pour des réactionnaires. Et ne parlons pas des années soixante ou septante où, là, nous serions des dinosaures. Un monde où aucune statistique ne saurait être tenue, de peur que cela ne...blesse quelqu'un. Et il y en a tellement, qui sont susceptibles d'être blessés. Des écoliers, dont le niveau en mathématique est passé de 250 à 176 en l'espace d'à peine 40 ans (cela blessera certainement les tiers modistes et les gauchistes de tous bords car en évoquant ces chiffres, on...stigmatise certainement une...population particulière, non ?) Les mêmes gauchistes qui m'ont tancé vertement à trois reprises, au moins, parce que mes enfants connaissaient déjà leur alphabet et quelques mots avant même d'entrer dans l'école de la République.

     

    Nous vivons dans un monde où le voisin n'est pas un "étranger" mais une personne "issue de la diversité". Un monde où les centaines de langues entendues dans les rues de nos villes ne sont que l'expression du "multiculturalisme".

     

    Nous vivons dans un monde "riche" en "expériences" nouvelles. Me rendant l'autre jour à l'hôpital de la "République et Canton de Genève" (ville de...Calvin) pour y emmener se faire hospitaliser une personne très chère, croix dorée pendue à ma poitrine, on me demande si cette personne mange de...tout. En particulier du...porc. A la vue de mon air surpris, voire agacé, la pauvre infirmière me dit : "pardon Monsieur mais on ne sait plus où on est ni comment faire".

     

    Nous vivons dans un monde où les Mahométans de tous bords fuyant, paraît-il, les enfers dictatoriaux dans lesquels ils vivaient,  déferlent sur nos contrées et, à peine arrivés, que dis-je, très bien et très confortablement installés, se précipitent pour "exiger" que leur hôtes, le monde à l'envers, me diriez-vous, se conforment à leurs us et coutumes. Nous ne savons en revanche pas pour quelles raisons ces personnes, si malheureuses ici, chez les mécréants, n'ont pas pris le chemin du paradis, la terre du "Prophète", l'Arabie Saoudite. Peut-être pourrions-nous nous faire aider, pour comprendre, par Mme Adolorata ?

     

    Nous vivons dans un monde où des "jeunes" (inutile, vraiment, de les accabler) manifestent pour sauver le climat en se remettant à la...volonté de ceux là mêmes qu'ils accusent de détruire la planète. Les mêmes "jeunes" qui, à la question de savoir ce qu'ils feraient si on leur demandait de jeter leurs portables dont la fabrication et l'utilisation causent tant de ravages à la planète, répondent : "on se jette derrière.

     

    Nous vivons dans un monde où la mode est à la véganie (je ne sais même pas si l'expression existe). Un monde où des véganes protecteurs des animaux s'attaquent violemment aux boucheries massacrant les animaux qu'ils chérissent tant, veillant scrupuleusement à éviter celles portant la mention "Halal". Ils ne veulent probablement pas que leur âmes pures soient soupçonnées de...islamophobie.

     

    Nous vivons dans un monde où un pseudo "journaliste", Kashoggi, se fait dépecer pas les agents de la famille "régnante" en Arabie Saoudite dans le consulat de ce "pays" à Istanbul sans que cela ne soulève autre chose que des réactions molles voire un peu gênées de la part de nos "démocraties". Les mêmes..."démocraties!" qui se sont levées comme un seul homme, rouges de colère et d'indignation, suite à l'empoisonnement d'un ex-agent des services secrets russes, Skripal, attribué à ces mêmes services. Tellement indignées, nos démocraties, qu'elles ont décidé de "chasser" de chez elles des dizaines de diplomates russes.

     

    A moins que...

     

    La probité, honnêteté intellectuelle, morale, honorabilité et justice n'aient des limites : celles de la couardise et de la lâcheté

     

     

     

  • Climat, Gilets Jaunes, massacre de Christchurch, Bouteflika, Maduro : le monde que nous vivons (3)

    Christchurch : le chagrin, de nos jours, c'est selon !

    Lire la suite

  • Climat, Gilets Jaunes, massacre de Christchurch, Bouteflika, Maduro : le monde que nous vivons (1)

    Des mois entiers sans que je n'écrive le moindre mot sur cette plateforme. Certainement la lassitude et le sentiment de prêcher, comme des milliers d'autres, dans le désert. Quoique, les sables du désert peuvent probablement faire preuve de plus de discernement que certains "humains".

    Nous vivons donc dans un monde où des "jeunes" défilent depuis quelques semaines pour défendre le "climat". Pour cette "unique" terre sur laquelle nous vivons et dont les ressources sont limitées. Ils trouvent (les jeunes) que ceux qui nous gouvernent ne font rien pour défendre cette pauvre planète et ils veulent que ces derniers prennent des mesures "énergiques" pour limiter les conséquences de la "catastrophe" qui s'annonce.

    Je ne reviendrai pas sur la question, posée à maintes reprises, aux "jeunes". Celle où on leur demande s'ils seraient d'accord pour ne plus prendre l'avion. Non. J'en poserais plutôt d'autres, bien plus terre à terre et auxquelles j'ai pensé samedi dernier alors que j'accompagnais deux "jeunes" au centre de Genève. Dans les magasins de ce même Centre, bondés de...jeunes, je me suis mis à penser leur poser la question de savoir s'ils étaient d'accord pour :

    • Renoncer à porter ces baskets venant du bout du monde dans les conditions qu'on connaît.

    Capture.PNG

    • Renoncer, pendant qu'on y est, à porter ces habits (voir pour le reste le point précédent).

    Capture.PNG

     

     

    • Renoncer (je crois que là, il y aurait des suicides) à ça :

    Capture.PNG

    Car je suis "presque" certain que ces "jeunes", si conscients des ravages que leurs aînés causent à leur chère terre, connaissent un peu ce que ces magnifiques petits joujoux laissent derrière eux une fois fabriqués,et, surtout, ce qu'ils laisseront derrière une fois que leurs propriétaires, si friands de "nouveautés" en la matière, auront décidé de s'en débarrasser.

    Alors, tous ces écrans, on s'en débarrasse, pour le...climat et la Terre ?

    Toutes ces questions, ont-elles été posées par les "professionnels" de la RTS, TF1, France 2, France 3, etc, etc, etc. ? Et tous les "experts" qui arpentent à longueur de journée les allées de ces "édifices" médiatiques ?

    Demain, ces jeunes, comme tous ceux qui les ont précédés, grandiront (ou vieilliront, c'est selon) et l'on peut être certain, au vu de leur volonté inébranlable, que cela se fera sur une Terre nouvelle où l'air sera respirable et où l'eau est cristalline partout. Et, comme au beau vieux temps, ils s'enverront des SMS fixés aux pieds des pigeons voyageurs. A moins que...

    Ils oublieront, tout comme leurs aînés, qu'ils étaient jeunes, un jour.

    Demain, si vous me le permettez, je publierai la deuxième partie de cet article.

  • Maudet, Savary, Broulis, Barazzone et…Ghosn

    Ah, Pierrot, pauvre de lui. Avec les 255'000 à 300'000 annuels qu’il touche (personne n’arrive à savoir combien il gagne exactement), il n’ira effectivement pas très loin. 25’000 de revenus mensuels, que peut-on faire avec cela ? Au point qu’il n’arrive même pas à se payer un billet d’avion pour quelques jours de vacances à…Dubaï. On ne s’éternisera pas sur le sujet car rien ne peut y être ajouté. De même, il est tout à fait inutile de s’étendre sur les cas Barrazone, Broulis ou Savary ou qui sais-je encore (car il serait naïf de croire que les « petites » affaires ne concernent que ces derniers). En vérité, la chose la plus importante à relever concernant ces « gens » là, c’est la partie « donneurs de leçons » et « traceurs de chemin » pour les pauvres délinquants que nous sommes.

    Ce matin, nous sommes le lundi 19 novembre, on apprenait aussi qu’un certain Carlos Ghosn, un pauvre employé de deux groupes automobiles (Nissan et Renault), ne touchant au total qu’entre 16'000'000 (seize millions) et 20'000'000 (vingt millions) d’Euros par…an, selon les années et en comptant le salaire, les gratifications, bonus, stock options, etc., a été arrêté au Japon. Pourquoi ?

    Nous passerons rapidement, très rapidement, sur la première raison (alors même la plus importante en volume) celle concernant la dissimulation de revenus, car que serait le monde si tous ces milliardaires payaient leurs impôts, comme de vulgaires gueux, claque-pains et « sans-dents », comme dirait l’autre, l’homme de gauche, l’ami du Peuple,  vous savez, le patron de Cahuzac, Thevenoud, Yamina Benguigui et Kader Arif (tiens, tiens !) ? Non, nous nous intéresserons surtout à la « petite » histoire. Celle qui concerne l’utilisation de fonds de l’entreprise, en l’occurrence Nissan, pour des frais…privés. Le pauvre, lui aussi, pas de quoi se payer un sushi dans une gargote tokyoïte.

    Sinon, essayez, pauvres misérables que vous êtes, que nous sommes, de ne pas payer (d’oublier, p.ex) votre petite contravention de 40 francs, que vous avez hautement mérité pour vous être stationné « illégalement » sur une place de parc une dizaine de minutes pour manger une pomme. Là, Pierrot le terrible fera un enfer de votre lamentable vie.

  • Un islamiste chez Ardisson

    Je n'ai strictement rien contre Thierry Ardisson. Je dois même avouer que j'ai toujours admiré sa créativité et le dynamisme fantastique de ses émissions, même si, parfois, j'avais des réserves lorsque cela dérapait quelque peu. J'écris aussi extrêmement rarement aux médias concernant des émissions, articles, etc., publiés ou traités par ces derniers. Voici donc les lettres, recommandées, que je lui ai adressées à et auxquelles je n'ai reçu aucune réponse. On ne sait pas si les personnes chargées de filtrer les messages qui lui sont envoyés ont jugé inutile de les lui transmettre, à moins que ce ne soit lui-même. C'est la seule raison pour laquelle je les publie ici.

     

    Jean.- S. Gowrié

                                                                                                                    le 2 octobre 2018

     

     

     

                                                                                                                    Recommandée

                                                                                                                    Monsieur Thierry Ardisson

                                                                                                                    Les Terriens du Dimanche

                                                                                                                    Studio 210 de la Plaine Saint Denis

                                                                                                                    Rue du Grain

                                                                                                                    93300 Aubervilliers

     

     

    Emission du dimanche 30 septembre (invité fil rouge : … Yassine Bellattar).

     

     

    Cher Monsieur,

     

    Ce devrait probablement être la deuxième fois que j’écris au sujet d’une émission de télévision et ne crois pas, à vrai dire, que ma lettre arrivera à bon port.

    Je suis régulièrement votre émission, comme la plupart de ce que vous présentez en général. Si je suis parfois gêné par la tournure et le contenu de certaines d’entre elles, cela est gommé par la franchise, la liberté, la créativité et, surtout, l’intelligence qui y règnent. Éléments curieusement absents lors de l’émission susmentionnée. On peut difficilement comprendre qu’un islamiste (comique, paraît-il, de son état) puisse exercer son militantisme et revendiquer sa radicalisation d’une manière aussi ouverte. Ce qui est absolument incompréhensible est de voir la tétanisation de vos chroniqueurs, d’habitude si vite indignés et pour bien moins que cela. La seule qui ait « osé » reprendre l’islamiste en question est Mme Polony qui s’est montrée surprise de l’insistance du « comique » à ajouter le qualificatif « musulman » chaque fois qu’il se présentait. Et même là, elle n’est pas allée au bout de son intervention. Il est vrai que le « sourire » du comique en question était plutôt menaçant.

    « Je suis Français, humoriste et…musulman ». Ni Polony, ni aucune autre des personnes présentes ne posa la question de savoir comment on réagirait si, toutes les deux secondes, Me William Goldnadel se présentait en disant : « je suis Français, avocat et juif ». Si toutes les deux secondes, vous-mêmes vous vous présentiez comme « Ardisson, Français (un peu italien), présentateur, animateur et…catholique ». Si, encore mieux, votre acolyte (l’est-il ?) « d’on n’est pas couché » commence chacune de ses émissions comme cela : « je suis Laurent Ruquier, présentateur, homosexuel et…athée ».

    Le même comique a, pendant de longues minutes, parlé de l’éternel « problème » des banlieues, des « déshérités » et des « oubliés » de la République. Là non plus, personne n’a osé lui poser la question de savoir pourquoi, parmi tous les « oubliés » de la République, seuls (je dis bien seuls) ses coreligionnaires posent problème. A moins que les statistiques ne soient complètement fausses et que les banlieues ne soient habités QUE par des musulmans. Avons-nous déjà entendu parler d’un Hindouiste se faire exploser au milieu d’une foule de fêtards parisien en criant : « au nom de Krishna ? »

    Belattar déroule tranquillement les poncifs habituels :  « C’est le chômage, la pauvreté, etc., qui sont les causes principales de la radicalisation des  jeunes musulmans ». Et personne, je dis bien personne, ne réagit. Personne n’ose lui poser la question de savoir la raison exacte de l’hyper radicalisation des très riches Saoudiens. Personnes pour lui demander, de nouveau, pourquoi, parmi tous ces chômeurs et sans le sou de toutes les banlieues de l’Hexagone, seuls ses coreligionnaires posent problème. Le comique, qui ne fait pas vraiment rire et qui, me semble-t-il, n’en a pas envie lui-même, « n’est pas Charlie », pas plus qu’il n’est « le Bataclan » et encore moins Nice. Il le dit haut et fort. Là, de nouveau, il ne trouve face à lui que des « interlocuteurs » tétanisés. Il n’est pas Charlie, Bataclan ou Nice mais il est « français, humoriste et…musulman ».

    Dommage, vraiment, Monsieur Ardisson, de laisser passer cela, sans réaction. Sans même la moindre contradiction.

    Je vous souhaite bonne réception de la présente et vous prie de recevoir, Cher Monsieur, mes meilleurs messages.

     

     

                                                                                                                    Jean.- S. Gowrié

     

    Et la deuxième, une dizaine de jours après.

     

    Jean.- S. Gowrié

                                                                                                                 , le 12 octobre 2018

     

     

                                                                                                                    Recommandée

                                                                                                                    Monsieur Thierry Ardisson

                                                                                                                    93, rue du Faubourg Saint Honoré

                                                                                                                    75008 Paris (France)

                                                                                                                   

    Émissions du samedi 6 et dimanche 7 octobre.

     

    Cher Monsieur,

     

    Voici la deuxième lettre de ma part en un peu plus d’une semaine. Vous m’en excuserez. Je ne vous en enverrai probablement plus.

    Ainsi, cette personne, Belattar, n’est rien d’autre qu’un vrai islamiste (pour autant qu’il y ait encore qui fassent la différence entre un musulman et un islamiste). Vous l’avez fait intervenir lors de l’émission où vous receviez MM. Marshall et Truchot et cela n’a pas manqué : tout comme pour Ruquier, l’émission de ces derniers est une honte, etc., etc. Elle doit s’arrêter.

    Inutile de s’étendre sur le sujet.

    Vous avez aussi reçu des excitées, végane et anti-spéciste (c’est comme cela qu’elles se font appeler). Autant vous dire que je ne suis pas un carnivore à tout prix, mais là…

    Parmi tous les intervenants, y compris le très offensif Moix, il ne s’est trouvé personne pour demander à ces défenseurs de la « cause animale » pourquoi ne s’attaquent-ils pas (et ne le feront certainement jamais) aux boucheries…Halal !

    Comme toujours, les grands principes ont des limites : celles de lâcheté et de la médiocrité.

    Je vous souhaite bonne réception de la présente et vous prie de recevoir, Cher Monsieur, mes meilleurs messages.

     

     

                                                                                Jean.- S. Gowrié

     

     

  • Skripal, Kashoggi : meurtres, empoisonnements, démocratie, droit, etc.

    Il y a de cela quelques semaines et suite à la tentative d'assassinat avortée de l'ex espion russe Skripal et sa fille en terre britannique, les "démocraties" occidentales étaient toutes vent debout contre les "méthodes inacceptables" de "l'ennemi" russe. Et il ne leur (les "démocraties" occidentales) a fallu que quelques heures pour décider de nouvelles sanctions (désormais habituelles contre la Russie...de Putine) et de renvois massifs de diplomates russes, entre 1 et 23, selon les pays.

    Le 2 octobre, un "journaliste" saoudien (d'origine syrienne) se faisait couper, alors qu'il était encore vivant, les doigts, puis le reste de son corps : mains, bras, jambes et tête. Comme réponse, les "démocraties" occidentales ont décidé d'abord "d'attendre" d'en savoir plus pour décider des suites, éventuelles, à donner à l'affaire. La première d'entre elles, comme chacun le sait, celle de notre ami Trump, a déclaré, dans la bouche de ce dernier, qu'il était urgent d'attendre et que, surtout, sanctionner l'Arabie Saoudite causerait plus de dommages aux USA qu'aux Saoudiens. Comme quoi...

    D'autres "démocraties" ont "décidé" d'attendre que "toute la lumière" soit d'abord faite sur l'affaire avant de décider. Reste à savoir...de quoi. Il y en a même qui ont salué les efforts de...transparence du royaume wahhabite.

    Revenons un peu sur l'affaire elle-même. C'est tout de même drôle de constater qu'aucune de toutes ces rédactions, aucun de ces brillants journalistes n'aient révélé un point central de l'affaire : le "journaliste" en question possède une carte de séjour "permanente" aux USA et, de plus, il travaille accessoirement pour le compte du Washington Post. On peut dès lors se poser la question de savoir pour quelle raison devait-il se rendre en "Turquie" pour une petite affaire administrative, des papiers pour son mariage. N'y a-t-il pas des représentations diplomatiques saoudiennes aux USA ? Pourquoi devait-il aller jusqu'en Turquie pour ce faire ? A moins que la vraie question ne soit : pourquoi l'a-t-on "envoyé" en Turquie ?

    Aux dernières nouvelles, le roi de la Macronie a déclaré qu'il ne suspendrait pas les livraisons d'armes aux Saoudiens. Les missiles tuant des centaines d'enfants aux Yémen n'étant que des bavures et le découpage de Khashoggi, lui, est simplement un interrogatoire qui a mal tourné.

    Alors, franchement, dans ce monde, il faut soit :

    • Être fort, très fort (et accessoirement riche) comme les USA pour soumettre les autres à sa volonté.
    • Être riche, très riche (et accessoirement avoir un tuteur très fort) comme les Saoudiens, pour faire taire les autres.

    Pour le reste, démocratie, liberté, droits,etc.,toutes ces conneries ne sont valables que pour les imbéciles qui y croient, et il y en a, mais aussi pour les pauvres misérables qui les subissent, et il y en a beaucoup.

     

     

     

  • En France, on menace une enseignante avec un revolver. Et chez nous ?

    On ne reprendra pas ici cette affaire où tout a déjà été dit depuis bientôt deux jours. On rappellera juste les faits : dans la République d'à côté, un "élève" d'un lycée professionnel a brandi un revolver, factice (mais cela ne change strictement rien à l'affaire car même des braquages, réussis, sont exécutés avec de telles "armes") avec laquelle il a menacé son enseignante. Derrière, on voit un autre "élève" brandissant, lui, le désormais habituel doigt d'honneur.

    Et chez nous ?

    Cela, paraît-il, se passe d'une manière un peu plus douce. Afin d'y voir un peu plus clair et puisque j'ai des enfants fréquentant encore l'école de la République (et canton de Genève) comment cela se passe-t-il chez nous ?

    Il y a de cela 5 ans, l'aînée quittait les bancs de l'école primaire pour se lancer à l'assaut du CO. Elle a dû, à cette occasion, se séparer de la plupart de ses camarades qui, pour certains, partaient pour le Co de la Colombière et, pour d'autres, pour celui de Montbrillant. Ceux-là lui auraient dit que là-bas, à Monbrillant, tu es "mort" si tu n'es pas...albanais.

    Quelques années plus tard, son petit frère tente l'expérience à Colombière et voici ce qu'on lui donne comme programme de lecture en Français : Le Prince de Central Park.

    Et voici ce qu'on y lit :

    Page 11 : "le sexe était omniprésent, derrière les portes fermées qui abritaient les maquereaux et leurs petites copines, sur la terrasse, et surtout au neuvième étage où l'allemande alcoolique ne cessait de se demander comment elle pourrait bien faire pour arriver à séduire un jour ce gamin".

    Page 13 : " La pointe du couteau s'enfonça dans la chair de son cou. Une goutte de sang perla..."

    Page 14 : "Le drogué retira son pied. Les portes de l'ascenseur se refermèrent".

    Pour ne point reproduire la totalité du "torchon" ici, je tourne les pages au hasard et tombe, page 42, sur ceci : "Les viols, les meurtres, les agressions avaient fait de cette zone un no man's land". Un peu plus loin, dans la même page, on lit : "...une femme aux vêtements voyants et un homme.... Le couple traînait au coin de la rue. L'homme et la femme étaient en train de négocier".

    On peut aussi lire, en vrac :

     "Au-delà de cette zone s'étendait un territoire dangereux. Jay-jay savait que des bandes d'adolescents rôdaient (...), prêts à se jeter sur le premier passant assez imprudent pour s'aventurer sur leur terrain de chasse. Lorsque le gibier se faisait rare, les jeunes loups se dévoraient entre eux (...) » Quand, à onze ans et en plein New York, Jay-jay s'échappe de l'appartement de sa mère adoptive pour fuir sa tyrannie, on pourrait craindre pour lui". Mais aussi : "Il y survit au jour le jour, recueille un chien, fait la connaissance d'une vieille femme avec laquelle naît une curieuse amitié. Mais il doit aussi échapper à Elmo, un jeune drogué qui s'est juré de lui faire la peau...".

    Et voilà.

    Programme de français pour des enfants de 11 et 12 ans.

    Aux écoles de la République du bout du Léman, il y a ce qu'on appelle le "livret scolaire" qui résument la vie et les résultats des gamins et où parents et maîtres peuvent avoir des échanges. J'ai donc écrit deux mots au "maître" du petit à propos de ce qui précède lui demandant d'avoir un entretien au plus vite. Sa réponse fut "avec plaisir mais l'emploi du temps est chargé et il doit en discuter avec une sorte de supérieure qui doit aussi être présente, etc.". Clairement, on se verra lorsqu'il n'y a plus de raison de se voir. C'est à dire une fois le "livre" est lu, relu, décortiqué, etc.

    Au moment même où j'écris ces quelques lignes, j'ai pris la décision unilatérale de ne point laisser le petit continuer cette lecture néfaste, ce alors même que le mal est fait. Nous verrons si son maître osera répercuter cela sur les résultats du gamin.

    Je vous tiendrai aussi au courant de la réponse du département de l'instruction publique à la lettre que je lui ai envoyée et qui est une presque reproduction de ce qui précède.

     

     

     

  • Exit pasdamalgrame et cépalislam. Maintenant, c'est le régne du déséquilibre mental

    Padamalgam et cépalislam ne faisant plus recette, les gauchistes de tous bords se sont rabattus sur la dernière trouvaille de la bienpensance : le déséquilibre mental de ceux qui commettent toutes ces atrocités que leur dicte leur...foi.

    Inutile bien évidemment de débattre. Cela est aussi vain que de convaincre un gauchiste de sa propre inutilité, voire de sa dangerosité. Non, le mieux c'est toujours de poser des questions...simples. Celles qu'on n'entendra jamais dans la bouche des journalistes, ni de celles de leurs invités "psychiatres, psychologues, sociologues, etc."

    C'est quand-même fou le nombre de déséquilibrés qu'on trouve dans les rangs de ceux qui suivent l'enseignement du "Prophète". Personne, en revanche, ne s'est jamais posé la question de savoir pourquoi on n'a jamais entendu quelqu'un se jeter sur des passants couteau à la main en criant :

    • Au nom du Christ
    • Au nom de Bhouda
    • Au nom de Shiva
    • Au nom de Zoroastre
    • Au nom de...