UA-138665747-1

Jupiter giflé en pleine rue

A peine installé sur son fauteuil à l’Élysée, Macron a décidé de "rompre" avec la présidence "normale" de son prédécesseur et pris dès lors l'allure de Jupiter. Vous savez, le Dieu de l'Olympe.

 

Quelque temps après, il se faisait gifler alors qu'il "courait" à la rencontre de son...peuple.

 

Alors, quelques petites questions à l'adresse de tous les farfelus dogmatiques qui pullulent en ce moment dans la sphère mondialo inclusivo LGBTistes.

 

Alors, M. Macron, cette gifle, ce fut un "sentiment", comme l'aurait dit votre sinistre ministre de la justice ou une...vraie gifle ?

 

On peut aussi poser la question à M. Macron lui même pour savoir s'il s'agit d'une "incivilité" (terme qu'il affectionne particulièrement).

 

On peut aussi poser la question de savoir s'il s'agit d'un "fait divers", terme qu'il affectionne tout autant en ce moment.

 

Que pourrions-nous aussi poser comme question ? Ah, oui. J'oubliai une des meilleures. Aux dernières nouvelles, le "gifleur" aurait été alcoolisé. Et puisqu'on discute sur tous les plateaux télé de la sanction qu'encoure ce dernier, que risque-t-il vraiment, Me Dupont-Moretti ? Sa responsabilité était-elle diminuée ? Car ce fut le cas pour un certain Traoré (tiens, encore un) qui, sous l'influence du cannabis avait jeté sa voisine par la fenêtre !

 

Voyez-vous, à force de tout banaliser, on finit toujours pour avoir la monnaie de sa pièce. MC Solar avait dit : "qui sème le vent récolte le tempo". Macron, Dupont-Moretti, Kastaner, Castex et toute cette clique de minables l'avaient vraiment cru. Sauf que lui, c'est un rappeur. Il doit rigoler en ce moment pensant : "hé, bande de rigolos pas drôles, c'est de...tempête dont il s'agit".

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel