UA-138665747-1

  • Rambouillet : ça y est, il est "psychologiquement" atteint

    Cela n'a donc pas raté : le "clandestin" (arrivé ainsi en France en 2009 et "régularisé" l'année dernière) avait, lui aussi, des problèmes psychologiques.

     

    C'est "fou" ce que cette population en particulier a des "psychopathes" dans ses rangs. On se demande pourquoi !

     

    Les "médias" nous apprennent aussi, par la bouche de sa cousine, que le "pauvre" n'en pouvait plus et qu'il comptait rentrer définitivement en Tunisie après le week end.

     

    On la croit sur parole, bien évidemment. Tout comme on croit les médias et les "psychologues" qui se sont occupés de l'affaire.

     

    Ainsi, avant de rentrer définitivement dans sa Tunisie natale, le pauvre homme a dû se dire : "allez, on en égorge une et on rentre".

     

     

  • Des fleurs, des fleurs. Oui mais de Macronie !

    Tout le monde ou presque se rappelle certainement de cette pub : "des pâtes, des pâtres. Oui mais de Panzani".

     

    Désormais, cela fait déjà un bon moment, que dans la Macronie, la Hollandie, la Sarkozie (et on peut remonter comme cela..) qu'à chaque assassinat, décapitation, égorgement, tuerie de masse, etc., on fait des marches blanches et on dépose des...fleurs.

     

    Les égorgeurs en tremblent. Normal car..."ils n’auront pas notre haine". A la bonheur.

     

    Ainsi, on apprend qu'à "l'occasion" de l'égorgement de la fonctionnaire de police de Rambouillet, le premier ministre et son inénarrable ministre de l'intérieur, allaient se "rendre" en toute vitesse sur place. Le dramatique, minable et lamentable n'étant jamais très loins du drôle, le tout sauf sémillant Darmanin doit vraiment en avoir plus que ras le bol car, tenez-vous bien, le locataire de la Place Beauvau arrivait de Lille où il "rendait" visite aux pompiers du secteur qui avaient la veille essuyé des tirs de mortiers et de Molotovs.

     

    Eh oui. Il paraît que les Français (allez, les occidentaux) sont patients et tolérants.

     

    Non, Mesdames et Messieurs. Vous confondez simplement tolérance et...soumission.

     

    Ce n'est pas du tout la même chose.

     

     

     

  • La puissance du..."et alors" ?

    Petit billet rapide qui trouve son origine dans un article "trouvé" sur www.tdg.ch parlant de "nouvelles sanctions" américaines à l'encontre de la Russie.

     

    Comme quoi, il y en a qui ne se lassent vraiment pas.

     

    Nous y apprenons, entre autres, que les USA reprochent à la Russie de "l'assassin" Poutine des incitations et primes offertes à des insurgés afghans pour tuer des soldats américains.

     

    Et alors ?

     

    1979, cela vous dit-il quelque chose ? Les Stinger et les dizaines de millions de dollars donnés par les Américains à ces mêmes insurgés était-il fait pour descendre des pigeons ?

     

    Il paraît aussi que les USA, et leurs sous-vassaux européens, reprochent au Russes de masser des troupes aux frontières ukrainiennes.

     

    Et alors ?

     

    Même si cela est vraiment lassant : Vietnam, Irak, Afghanistan (justement), Cuba, Libye, Syrie, etc., etc., etc., etc.,  c'était et c'est...quoi ?

     

    On "reproche" aussi au Russes des incursions dans les systèmes informatiques américains et ceux de leurs sous-vassaux européens.

     

    Et alors ?

     

    Les "incursions" américaines dans tous les systèmes informatiques du monde, dans le système informatique iranien, etc. C'est pour offrir des cacahouètes, peut-être ?

     

    Que reproche-t-on encore aux Russes ? Ah, oui. Il paraît que cela fait plus de 15 ans que Poutine est président de la Russie.

     

    Et alors ?

     

    Cela fait combien d'années que la très "démocrate" Merkel est à la tête de l'Allemagne ? Combien d'années que les encore plus démocrates amis du Golfe nous écrasent par leur gentillesse ?

     

    Oh, j'oubliai la plus belle. On reproche aux Russes d'avoir occupé la...Crimée. Hmmm ! On leur reproche donc d'occuper leur propre pays. C'est comme si on reprochait au Américains d'occuper l'Alaska, p.ex (alors même que ceci serait plus proche de la vérité), de reprocher aux Français (bien évidemment) d'occuper la Corse, aux Anglais d'occuper l’Écosse, l'Irlande et le pays de Galles et, enfin, aux Israéliens d'occuper la...Palestine, p.ex ?

     

    Si seulement il y avait assez de monde pour répondre systématiquement et à tout par : "et alors" ?

     

    Je vous assure que cela marche à tous les coups.

     

    Essayez !