UA-138665747-1

  • Face au "dictateur", le "militant" "PRO démocratie" Navalny

    Avec le COVID (19, 20, 21, etc.) l'autre sujet qui empêche les "démocrates" des "démocraties" occidentales de dormir (et pardon d'avance pour ces guillemets et tous ceux qui suivront) est le traitement "inhumain" réservé par la dictature poutinienne à un opposant qui, somme toute, n'a qu'un seul objectif en point de mire : la démocratie. Encore et toujours. La démocratie et rien d'autre.

     

    Tout comme ce fut le cas pour les "démocrates" ukrainiens, en son temps.

     

    Du coup, les "démocraties" occidentales, scandalisées, se sont de nouveau élevées comme un seul homme (sincères excuses adressées aux féministes) et ont décidé de se réunir, encore une fois, pour décider des "sanctions", encore elles, à infliger au dictateur. De son côté, le Français, pitoyable comme toujours, a demandé à Merkel d'annuler le contrat liant l'Allemagne à la Russie pour l'acheminement du gaz (russe) en Europe Occidentale. Merkel a répondu dans la seconde : "allez vous faire...".

     

    Mais passons.

     

    Voyons plutôt ce qu'en pensent les politiciens, les commentateurs, les "chroniqueurs" et, surtout, les...journalistes (c'est en tout cas comme cela qu'ils s'appellent). Un (ou une) de ces derniers, dont j'ai oublié le nom ce pour autant qu'il/elle, existe) a obtenu un entretien avec Macron (ou Castex, ou encore Le Drian: Je ne me rappelle plus et cela importe peu).

     

    • Le "journaliste" : M. le Président (ou le Premier Ministre, ou le ministre des affaires étrangères), pourriez-vous nous expliquer la raison de votre indignation et les mesures que vous vous apprêtez à entreprendre à l'encontre du "dictateur" ?
    • Macron (ou Castex ou Le Drian) : ce qui s'est passé et ce qui se passe est inacceptable et va à l'encontre de toutes les règles démocratiques de base que nous défendons.
    • Le "journaliste" : et c'est grave ?
    • Macron (ou Castex ou Le Drian) : c'est même plus que cela. En 2021, on ne peut accepter qu'un dissident politique puisse être traité de la sorte.
    • Le "journaliste" : on peut donc en conclure que votre réaction n'est pas spécifiquement dirigée contre M. Poutine (pardon, le dictateur russe) et qu'elle représente le fond même de notre manière d'être.
    • Macron (ou Castex ou Le Drian) : qu'entendez-vous par là (il, Macron ou Castex ou Le Drian, montre(nt) quelques signes d'inquiétude).
    • Le "journaliste" : je veux dire qu'elle sera, votre réaction, la même au cas où ceci se présenterait ailleurs ?
    • Macron (ou Castex ou Le Drian, bien plus inquiets) : euh...bien évidemment. Il s'agit de nos principes démocratiques, de notre ADN (nouvelle appellation à la mode).
    • Le "journaliste" : hmmm, j'ai ici le récit d'un opposant saoudien, un certain Kashoghi qui, semble.t.il, fut tué et, voyons voir, dépecé, oui, c'est cela, dépecé, sur ordre direct du "Palais Royal" saoudien et ce au sein même du consulat de ce pays à Istanbul. Qu'avez-vous entrepris à l'encontre du pouvoir saoudien Monsieur le président (ou Monsieur le Premier Ministre ou Monsieur le Ministre des affaires étrangères).
    • Macron (ou Castex ou Le Drian) : ...
    • Le "journaliste" : Monsieur Macron (ou Castex ou Le Drian ) ?
    • Macron (ou Castex ou Le Drian ) : ...
    • Le "journaliste" : M. Macron (ou Castex ou Le Drian) : souhaiteriez-vous qu'on change de sujet ?
    • L'attaché de presse de la Présidence française : oui, de préférence.
    • Le "journaliste" : M. Macron (ou Castex ou Le Drian) pourriez-vous nous rappelez les sanctions que vous avez infligées à la Chine (démocratique) suite au traitement réservé par cette dernière au "Peuple" Ouïghours? Je crois me rappeler que vous avez parlé d'un...crime contre l'Humanité !
    • L'attaché de presse de la Présidence française : Excusez-moi, le Président (ou M. Castex ou Le Drian) sont déjà partis.

     

    Tout le monde l'aura compris, le journaliste (ou le commentateur ou le chroniqueur...) n'existe pas. C'est une pure invention. Ils ne sont en effet pas faits pour cela.

     

    Ils (pour le coup je ne peux même pas les appeler "journalistes") sont en train de "décortiquer" chaque parole, geste ou décision, pour savoir s'ils contiennent (les paroles, gestes ou décisions) suffisamment de diversité, inclusivité ou...excuses.

     

    A ce propos, pas plus loin que cet après-midi, nous apprenions que les acteurs de "Friends" et de "Sex in the City" vont ce réunir pour la énième "dernière" fois afin d'en refaire une. Aux dires des "journalistes" ayant relayé la nouvelle, cet épisode corrigera les incartades de ceux tournés dans les années 90 (nonante). Ces derniers furent, selon les "journalistes" trop blancs, pas assez inclusifs, pas assez féministes et pas assez LGBTistes. Ces informations, véridiques, peuvent être vérifiées sur une radio libre qui s'appelle "France Info".

     

    En revanche, personne n'était là pour poser la seule question qui s'impose : "comment cela se fait-il que vous soyez à ce point con" ? Mais bon, il n'y avait pas de "journalistes" pour poser la question.