UA-138665747-1

Votations...d'hier

Généralement, je n'aime pas commenter les résultats des votations et autres référendums et initiatives populaires. Inutile en effet d'en rajouter. Mais les sujets des votations d'hier et les résultats de celles-ci me laissent à tel point pantois...

 

Ainsi, les deux initiatives principales : entreprises responsables et financement des producteurs de matériel de guerre ont été rejetées. Et une fois l'analyse superficielle habituelle faite (résultats, distributions des voix, Rösti-graben, ville, campagne, etc.) il conviendrait de regarder tout cela d'un peu plus près. Plus précisément, la première initiative a été acceptée par un tout petit peu plus que la moitié du "Peuple" alors que la deuxième fut rejetée par une bonne majorité de ce même...Peuple. Inutile d'insister sur le fait qu'aucune "analyse" n'a relevé cela.

 

En que cela me paraît-il aussi intéressant à relever ? Eh bien, aucune analyse ne l'a relevé non plus, je crois que ces deux sujets sont très étroitement liés, du moins moralement. Et l'on découvre que cette super moralité qui a poussé 50.7% du "Peuple" à voter en faveur de l'initiative pour des entreprises responsables l'a fait voter à plus de 48% contre l'autre initiative. Rendre des entreprises responsables, entre autres, de la pollution qu'elles causent en Afrique est ainsi tout à fait compatible avec le fait que ces mêmes entreprises puissent fabriquer et vendre leurs armes comme bon leur semble. Un peu moins de pollution mais des guerres partout...ça nous va.

 

A signaler aussi, pour ceux qui ont passé leur temps hier à nous parler de la majorité du peuple, des cantons, etc., mettant de nouveau en avant l'inévitable Rösti-graben, que, contrairement aux Alémaniques (en d'autres termes, les...Suisses) qui, en conscience, ont dit ce qu'ils pensent, les Romands ont voté dans deux sens totalement et absolument opposés :

  • Initiative pour des entreprises responsables : 5 cantons pour et un (le Valais) contre
  • Initiative sur le financement des armes : seuls Genève, Neuchâtel et le Jura pour.

 

Eh oui. la moralité a des limites et, surtout, que tout cela se passe loin, très loin de chez nous.

 

Enfin, à un moment du sujet que la RTS lui a consacré, Thomas Bruchez, "jeune" de 22 ans et figure de proue de l'initiative contre le financement des armes, nous a gratifiés de cette déclaration ahurissante : "on avait de l'espoir de gagner la majorité des cantons romands (tiens, tiens) et d'obtenir des majorités auprès des jeunes et des femmes".

 

Eh ben. Moi qui croyait que ce sont les horribles gens de droites qui parlaient comme cela !

 

Des jeunes et des femmes ? C'est pas le...Peuple ?

 

 

 

 

Commentaires

  • Bof. Vous n'avez pas du tout l'air d'avoir compris de quoi il en retournait. Pas lu un seul article ou dossier sur ces sujets. Comme si refuser ces initiatives issues des milieux ecclésiastiques irresponsables et des escrocs des ONG était répréhensible...
    Ceux qui ont voté OUI sont les mêmes qui vous déplaisent tant dans vos autres billets. Posez-vous des questions sur vos analyses...

  • Je ne sais pas si vous avez vraiment bien lu mon billet. Il s'agit très exactement de ce que vous dites.

  • En plus, il ne s'agit pas de la moitié du «Peuple», notion qui reste une fiction, ni même du corps électoral, mais bien des citoyens ayant participé au vote pour des raison qui leur sont propres (et qui peuvent échapper complètement aux intentions des initiants). Par rapport à la population Suisse dans son ensemble, c'est n'est pas franchement représentatif, mais c'est la démocratie. Soyons heureux, nous avons la fondue, que demander de plus ?

  • Eh bien oui, je vais me rabattre sur la fondue qui sera mon étalon de repli pour évaluer ma suissitude.
    Car, comme je l'ai confirmé sur le blog de Eggly, dorénavant je ne participerai plus à cette farce. Je renonce à mes droits politiques et crache sur mon devoir civique.
    Contrairement à Géo, qui souffre d'une aversion viscérale envers la gauche à tel point qu'il a renoncé à penser par lui-même, et bien que je partage nombre de ses critiques envers ces formations qui détruisent en un rien de temps tout ce que nous avons construit péniblement au fil des générations, je considère ici que le fric a rendu la démocratie obsolète. Il a suffit d'un petit coup de boost durant les deux dernières semaines pour réduire à néant l'effort de près de quatre ans des initiants. A coup de millions.
    Ce qui, au passage, me rend honteux de faire partie d'un peuple qui pète dans la soie et a été nourri avec une cuillère d'argent à tel point qu'il en est devenu flippé, anxieux de perdre ses privilèges à la limite de l'indécence dès les premières semonces. Nous sommes devenus des minets de salons et nous nous replions sur nos acquis sans réaliser que la vitesse du changement en cours est en train de nous submerger. Nous allons en payer le prix fort.
    Notamment lorsque l'UE et l'ONU établiront ces mesures que nous, petits égoïstes opportunistes, avons essayé de préserver pour un temps très court. Les dégâts se feront sentir très vite. A la suite des fonds en déshérence et la liste grise des paradis fiscaux, nous avons planté le dernier clou de notre cercueil et nous méritons bien notre inhumation. Nous sommes devenus insignifiants en tant que peuple malgré notre mythologie romantique qui fait encore rêver quelques naïfs. Place à l'oligarchie financière, les mondialistes qui disposent d'un relai de qualité chez nous et qui d'ailleurs y installent volontiers leurs sièges européens afin de profiter des avantages sans subir les inconvénients.
    Sans en arriver à l'état pathologique de Géo, je subis et partage largement les critiques de la gauche que nous pouvons lire ici régulièrement. Mais là on se situe ailleurs. Dans le domaine du pognon et des trois singes. Rien de bon n'en sortira. Juste peut-être pour moi qui a enfin compris la farce des scrutins et qui vais pouvoir enfin passer à autre chose.

  • Requiescat In Pace

  • "Notamment lorsque l'UE et l'ONU établiront ces mesures que nous, petits égoïstes opportunistes, avons essayé de préserver pour un temps très court." (Pierre Jenni)

    Pierre,

    En puissance "d'établissement de mesures", l'union de l'URSS était supérieure à l'union de l'UE et à l'union de l'ONU réunies.

    L'URSS n'existe plus.

  • So what ? Le mal est fait quelles qu'en soient les conséquences à court ou long terme.
    Nous sommes à côté de la plaque et nous méritons une bonne baffe.

  • Pierre Jenni, vous déprimez face aux résultats et dénigrez la situation : "Nous sommes à côté de la plaque"
    Et vous vous fourvoyez avec une rancoeur telle (votre notion de "perte d'image") que ça vous rend incapable de considérer l'ensemble du tableau, rancoeur et colère, qui vous aveuglent.

    Car de facto ce rejet place la Suisse, avec le contre-projet, en pole-position pour la suite, en bonne course parmi l'ensemble des lois votées dans divers pays (j'ai cité,sur d'autre blogs, celles du Canada, qui doté d'une telle loi, regrette car faisant face à d'énormes contradictions problématiques d'application et de financement par les citoyens, à hauteur de mios de $ d'indemnités pour profit non réalisé, entre autres, en vertu des accords Tafta).

    Vous pré-opinez:
    "Le mal est fait quelles qu'en soient les conséquences à court ou long terme"

    En réalité, le contre-projet du CF qui doit être proposé à notre votation,
    - rejoint les exigences de l'Union Européenne dans son projet RSE en cours (2021)
    - est en écho des lois RSE et devoirs de vigilance votées en France, qui y sont actuellement inapplicables (cf. procès contre Total, cf Total à Madagascar).

    Tout se passe comme si ces initiants avaient déboisé le feuillus:
    Au prochain tour, les électeurs devront être attentifs et exiger d'être renseignés avec exactitude, sur les conséquences des lois soumises à votation.

    Vous avez été aveuglé par l'image, et n'avez pas su voir la portée du texte fagoté par une fausse bien-pensance mondialiste, qui se voulait gravée dans le marbre fédéral de notre Constitution.

    Revenez sur terre où rien n'est joué et rassurez-vous, le futur reste à consolider.

  • Il faut surtout redouter que la juvénile naïveté de notre ami Pierre ne soit plus authentique que simulée...

  • Intéressante tournure négative qui rend la phrase alambiquée.
    Et que je traduis par : Il est à craindre que son innocence soit sincère.
    Je pourrais m'étaler sur des pages pour analyser cette proposition.
    Mais ce n'est pas le lieu. Je vais donc à l'essentiel en rassurant tout de suite rabbit dont les soucis sont fondés. Je suis un indécrottable héritier des années soixante-huitardes et, bien que j'aie tenté de remettre en question cet héritage au fil des ans, je suis parvenu à la conclusion, certes provisoire, que nous n'avons encore jamais vécu une telle liberté et, probablement, ne la vivrons nous plus à l'avenir si nous observons la tournure des évènements.
    Alors je me marre, ou plutôt je ris jaune, lorsque j'observe ceux qui prétendent gérer quoi que ce soit. Je les laisse à leurs certitudes et je me planque pour vivre heureux.

Les commentaires sont fermés.