UA-138665747-1

  • Samuel Paty : et maintenant ?

    Cette question vous rappelle-t-elle quelque chose ? Maintenant que nous sommes de nouveau en plein dans le COVID-19, cela vous dit-il quelque chose ? Cela ne vous rappelle-t-il pas l'éternelle (éternel ?): et maintenant ? Il y aura un avant et un après COVID-19, plus rien ne sera jamais comme avant et toutes les âneries du genre ?

     

    Alors voilà, tout comme pour le COVID-19 où, immédiatement, j'avais dit que rien ne changera et que l'après-COVID sera la copie conforme de l'avant en, peut-être, pire, je recommence : il ne se passera rien. Absolument rien. L'après Samuel Paty sera l'exacte copie de l'avant en...pire.

     

    Je l'avoue, en commençant ce billet, j'avais l'intention de n'écrire qu'une seule et unique phrase, celle d'une dame que je ne connais pas très bien mais, du peu que je connais d'elle, me semble être d'une très belle intelligence, Isabelle Badinter : "je ne crois pas que les Français aient envie de se battre ou qu'ils y soient prêts".

     

    Tout est dit.

     

    Et, comme d'habitude, tout à fait inutile de faire appel à ces hordes d'analystes, experts et autres "spécialistes", de l'Islam, de l'Islamisme, du terrorisme, du monde arabe, de l'éducation nationale, des falafels et de LA tabboulé (et non pas LE taboulé). Il suffit de tout simplement voir ce qui se présente directement devant nous. Mais là, il va nous falloir un peu plus d'honnêteté, un peu moins d'aveuglement et beaucoup moins de cynisme.

     

    Macron, Castex et toute leur clique, surtout la pile Duracelle, Darmanin, ont définitivement décidé de venir à bout du terrorisme islamique.

     

    Amen (ou Inchallah, c'est selon).

     

    Pour cela, ils ont décidé de :

    1. Lancer un ultimatum à L'Arabie Saoudite, pour son rôle direct dans le financement et le développement du terrorisme islamique
    2. Lancer un ultimatum à La Turquie, pour ces mêmes raisons avec, dans ce cas, l'exigence de se retirer de la Méditerranée, de la Libye, de la Syrie où elle chapeaute directement les terroristes islamistes (aux dernières nouvelles le Tchétchène de 18 ans était en relation directe avec un "jihadiste" russophone, une sorte de mentor. Ce dernier se trouvant dans la bastion jihadiste sous contrôle turque en Syrie : Idleb)
    3. Avouer le rôle direct de la France, jusqu'à aujourd'hui, dans le soutien à ces mêmes jihadistes en Syrie
    4. Fermer la totalité des mosquées salafistes en France (il paraît que les autorités disposent d'une liste exhaustive de ces dernières)
    5. Dissoudre l'UNEF (cette dernière étant devenue officiellement un repère d'islamistes salafistes)
    6. Exiger une refonte complète du coran et criminaliser les passages appelant directement au meurtre
    7. Annuler la totalité des décisions locales concernant les heures de fréquentation alternative des piscines, les repas spécifiques dans les cantines scolaires, etc.
    8. Déférer Plenel, Mélenchon, Coquerel et tous leurs "copains" devant la justice pour complicité de crime.

     

    Non, il ne se passera rien de tout cela ? Alors on peut toujours rêver. Et les ânes qui squattent les plateaux de télé peuvent toujours nous annoncer que plus rien ne sera jamais comme avant.

     

    Ah, j'oubliai, mes excuses. Hier, j'ai fermé les yeux et imaginé la situation où le quart du dixième de qui s'est passé en France et ailleurs dans cette Europe de l'Ouest mourante ait eu lieu dans la...Hongrie d'Orban, la Russie de Poutine (oh le grand méchant) ou la Pologne de...comment s'appelle-t-il déjà ?