UA-138665747-1

  • Les incivilités à travers l'Histoire

    J'ai consulté le dictionnaire des synonymes et en ai trouvé pas moins de 36 pour le mot "idiot" : corniaud, con (j'aurais dû commencé par celui-là) cornichon (dommage pour le délicieux ingrédient), abruti, bête, cloche (gardez celui-là pour la suite), crétin, ballot, cruche (celui-là, aussi, on le garde), imbécile, niais, sot, andouille, cul (là, ça dépend), nul et, bien évidemment, stupide.

     

    Je disais donc : cloche, cruche et...sotte.

     

    Elle s'appelle Marlène Schiappa, représentante d'une espèce qui se développe très vite : les féministes, dans le sens le plus médiocre, superficiel et, surtout, opportuniste, du terme. Et, à propos et puisqu'il s'agit "d'incivilités" commençons par poser LA question à LA dame : considère-elle les "féminicides" comme des...incivilités ?

     

    Féminicides = meurtres de femmes (il ne faut surtout pas parler d'Homicides).

     

    Revenons à notre leçon d'Histoire, entamée par le président de la République Française et expliquée par la cruche citée plus haut, féministe acharnée de son état et qui, pour le prouver, se trouve depuis quelques jours dans la position habituelle de l'opportuniste, minable et inconséquent, en train de défendre ardemment son ministre de tutelle, un certain Gérald Darmanin. Pour elle, incivilité rime avec jet de mégot dans la rue, crachats et...meurtres, assassinats et démembrement d'infirmières.

     

    Inutile de remonter très loin dans l'histoire. Contentons-nous juste de celle du vingtième siècle.

     

    Les horreurs des Bolchéviks de 1917 à 1924, puis de Staline à...Staline (30 à 50 millions de victimes) sont des "incivilités.

     

    Celles de notre ami Mao, le Grand Timonier (même ordre de grandeur) sont de petits incivilités.

     

    Inutile de parler des incivilités des Khmers Rouges et de la famille Kim.

     

    Et à qui faut-il attribuer les incivilités commis en 1939-1945 ? Et si on demandait à quelques rescapés d'Auschwitz ce qu'ils pensent des "incivilités" qui y étaient commises ?

     

    La semaine dernière, Gérald Darmanin, toujours lui, est allé assister à la commémoration annuelle de l'incivilité commise à l'encontre du père Hamel. Celle-ci a consisté à l'égorgement, en plein messe, du prêtre. Que pense la sotte féministe de tout cela ?

     

     

     

     

     

     

     

     

  • BLM now, mf

    Black Lives Matter now...mother fucker.

     

    Je vous invite tout d'abord à regarder la tête de l'énergumène (eh oui, je ne maîtrise heureusement pas le politiquement correcte)

    Isaiah.JPG

    L'ostrogoth en question se trouve être le nouveau compagnon de la mère du...bébé. Cette dernière, à qui le juge, encore un, a accordé la garde exclusive de l'enfant a même trouvé le moyen de défendre l'animal disant "qu'il n'a pas fait mal à son bébé".

    black-lives-matter-now-mf-police-investigate-viral-photo-448x293.jpg

    Nous allons maintenant juste imaginer la situation où le bébé change de couleur, devient un peu plus bronzé et passe un peu sa blancheur à celui qui lui pose le genou sur le cou et le reste à celui qui lui tient les mains derrière le dos. Nous allons imaginer les réactions (je veux bien évidemment parler d'absence totale de réaction) de Justin Trudeau (Canada), Jacinda Ardem (Nouvelle-Zélande), ainsi que de toute la clique gauchiste rassemblant pèle mêle les Amarelle, Amara et autres Mazzone, Brunschwig-Graf et Calmy-Rey.

     

    Je vous invite aussi à prendre connaissance de la hargne de la "maman" du bébé face à un intervenant qui s'offusquait de son attitude.

    Capture.JPG

     

     

     

  • Tuer et démembrer une femme, maintenant cela s'appelle "incivilité"

    Viva Georges Orwell

     

    Je ne sais pas pourquoi, ou plutôt si, Orwell est en passe de devenir mon seul héro. Orwell a tout compris et il a tout prévu. Aujourd'hui, en effet, jeter un mégot dans la rue et tuer un enfant se trouvant sur un passage pour piétons répondent de la même logique : cela s'appelle incivilité. Trainer une femme sur des centaines de mètres et la démembrer, littéralement, cela, pour l'imbécile mondialiste qui se trouve à la tête de cette pauvre France, cela aussi est une forme d'incivilité.

     

    Voilà. Cela a commencé avec les "padamalgam" et "padestigmatisation" et on voit où cela nous amène maintenant. Je commence à me demander très sérieusement s'il y a une autorité, instance ou institution quelconques chargées de réfléchir aux termes et noms à donner aux différents phénomènes, notamment violents, qui frappent nos sociétés dans le seul but d'en diluer le sens et atténuer, voire en faire disparaître toute signification.

     

    Ainsi, quitte à se répéter, un acte d'une barbarie inouïe, consistant à trainer une infirmière sur des centaines de mètres derrière sa voiture jusqu'à ce qu'elle soit démembrée est une...incivilité, pour l'imbécile Macron et les bobos de gauche qui, déjà déconnectés de toute réalité, semblent maintenant vivre sur un nuage d'une opacité qui n'a d'égal que leur propre aveuglement. Aveuglement doublé d'une ignorance et d'une stupidité presque organiques. Je ne sais plus très exactement qui le premier a "inventé" cette manière d'appeler les choses mais il n'y a plus personne, plus un média qui parle du meurtre de l'infirmière, du chauffeur de bus, de la mort du petit enfant sur le passage pour piétons. Les gauchos de "l'information" ne parlent plus que d'incivilités.

     

    Au fait, que se passe-t-il dans les camps des Ouïgours en Chine, nouveau cheval de bataille des gauchistes de tous poils en ce moment ? Seraient-ce des camps de concentration où les pires atrocités seraient commises où des endroits où on assiste à des...incivilités ? Et que pensez-vous de l'incivilité de Notre Dame de Paris, de celle de la Cathédrale de Nantes ? Que dire de l'incivilité de Charlie Hebdo ? Et si on évoquait, pendant qu'on y est, l'incivilité de la Promenade des Anglais à Nice et celle du Bataclan ? Quelle forme "d'incivilité revêt l'égorgement du Père Hamel dans son église et alors qu'il officiait à la messe devant quelques fidèles ?

  • Bérengère Viennot ou lorsque tous les imbéciles ont le droit de parler

    Eh oui. Nous vivons une époque où, par le miracle des "réseaux sociaux", n'importe quelle imbécile (les commentaires des féministes qui auront remarqué l'utilisation de la seule forme féminine "quelle", seront les bienvenus) trouve certains pour l'écouter et la lire. L'imbécile en question dans le titre, à l'instar de tous ses "coreligionnaires" (car l'imbécilité EST une religion, dont les adeptes se comptent par millions) va, bien évidemment, au plus simple. Elle vise des "proies" faciles, du moment où son imbécilité, doublée d'une couardise, elle aussi innée, lui dictent de le faire. La rousse (tiens, elle trouve que c'est beau une cathédrale qui "brûle"...) n'aura jamais le courage de trouver que :

     

    • C'est beau une mosquée qui brûle
    • C'est beau une synagogue qui brûle

     

    Cette imbécile en puissance a même réussi, suite aux "menaces" qu'elle aurait reçues (on sait tous, surtout elle, que c'est une plaisanterie et que, malheureusement, il n'y aura pas de frères Kouachi qui viendront lui régler son compte pour de bon) a "expliquer" son commentaire en disant qu'elle trouve cet incendie "esthétiquement" beau.

     

    Il y a de cela quelques années, un autre représentant de cette gauche, bien de chez nous, lui, minable, imbécile, cliniquement imbécile, était allé encore plus loin en "félicitant" le Lignon d'avoir brûlé son église : "une église en moins, bravo le Lignon", avait-il déclaré.

     

    Revenons à la rousse. Elle serait, paraît-il, "écrivain" (ou écrivaine ?) et...traductrice.

     

    Pour l'instant, elle se concentre exclusivement à "écrire" (plutôt décrire et commenter) la vie, gestes et déclarations de Donald TRUMP. Les imbéciles ont aussi ceci comme trait de caractères : ils ont très souvent des idées fixes. En psychiatrie, cela s'appellerait la "névrose obsessionnelle".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Floyed, Traoré et...Whitney Houston

    Quel rapport y a-t-il entre les deux énergumènes et la Diva ? La magnifique et belle chanteuse à la voix aussi cristalline que miraculeuse ? A priori rien, sauf que...

     

    Je regardais vendredi une émission sur Arte consacrée à Whitney. En soi, rien ne peut en être dit du moment où celle-ci déroulait la vie de l'artiste depuis son enfance et jusqu'à sa triste mort. Rien, à l'exception d'un moment où l'on voit Whitney monter les marches pour recevoir une énième gloire, celle des "Saoul Train" et où elle s'était fait huer. Par qui ?

     

    Par des "frères"...noirs.

     

    "Sale blanche", entendait-on crier des balcons de la salle.

     

    Je vais vous raconter une autre petite histoire qui m'a concerné moi, personnellement.

     

    L'autre jour et alors que j'attendais le tram pour rentrer chez moi, une apprenante "noire" (je donne des cours dans une institution de formation genevoise) s'approcha de moi pour me poser une question sur un point discuté pendant le cours. Vous auriez dû voir le regard de tueur qu'un "frère" noir qui se trouvait là a jeté sur elle, puis sur moi.

     

    On demandera bien évidemment à la Brunschwig-Graf ce qu'elle pense de tout cela.

  • Léamn Express (Express ?) : ne pas tirer sur l'ambulance ?

    C'est en tout cas ce que nos "élus", entendez ceux qui mettent en avant leur compétence et probité pour se faire élire, préconisent. "Ne pas tirer sur l'ambulance".

     

    Aurions-nous pu s'attendre à autre chose de la part de "nos" élus, ceux qui ne sont connus que par leur compétence et...probité ? Mais au fait, pourquoi ne veulent-ils pas "tirer" sur l'ambulance ? Ont-ils peur que l'état du "blessé" ne s'empire ?

     

    A moins que...

     

    N'est-ce pas ces mêmes élus qui ont voté le crédit, qui s'est par la suite transformé en gouffre financier presque sans fond ? de 450 millions, la facture a finalement dépassé les deux milliards de francs et, contrairement à ce qu'on croit, ce n'est pas fini. Ce faisant, nos vaillants élus s'évitent de se..."tirer" des balles dans leurs propres pieds, non ? Ne pas tirer sur l'ambulance ou se protéger soi-même ? Deux milliards de francs et ce n'est pas fini, pourquoi, exactement ?  Pour aboutir à cette pourriture ? Et puis, ces milliards, que NOS "élus" ont votés, ça sort sans doute de leurs poches, non ? Ce sont bien les éternels imbéciles qui les ont élus qui les ont payés, non ? Ce sont bien nos impôts, non ?

     

    Récapitulons. Un gouffre financier pour un projet qui ne fonctionne pas. Non pas qu'il fonctionne mal, non, qui ne fonctionne...pas. Et que nous continuons de payer, doublement. Nous payons ces incompétents absolus par nos impôts en plus des billets et abonnements pour un "service" qui n'existe pas. Songez donc : tous ces milliards pour rien car, pour ne prendre que cet exemple, avant la mise en œuvre de ce "bijou" ferroviaire, les trains entre Coppet et Genève et inversement circulaient à une cadence d'un convoi toutes les trente minutes. Plus de deux milliards de francs après, les trains du Léman Express circulent à une cadence de...30 minutes, ce sans compter les retards, annulations fréquentes et...nouveauté, trains à composition "réduite".

     

    Voilà donc. Sans être le seul, j'ai commencé par payer très cher des incompétents et continue de la faire, car ils sont toujours en place. J'ai ensuite décidé de devenir "encore" plus respectueux de l'environnement en achetant un abonnement général qui coûte la peau du popotin, pour le dire joliment, pour aboutir à la situation suivante : Pour arriver aux Augustins à 8h15 ou 8h20, Léman Express nous conseillait de prendre le train de 7h47 à Genthod-Bellevue. Maintenant que la "cadence" est de 30 minutes et puisqu'on risque chaque jour une "petite" annulation, on doit prévoir celui du 7h17. Avec le temps nécessaire pour se rendre à la gare, cela nous fait bon an mal an ente 45 et 1h30. Pas mal pour faire 9.7 kilomètres.

     

    Allez, comme disait l'autre : "Et demain est un autre jour"

  • Gouvernement remanié en France : le sens exact de la prostitution...(en) politique

    Déjà confronté à des réserves très maigres de personnalités dans lesquelles il pouvait piocher pour constituer son premier gouvernement et animé par la volonté de casser aussi bien la droite que la gauche traditionnels, notre "ami" Macron, nouveau représentant de la mondialisation libérale et "diversifiée", est allé chercher dans les rangs de ces formations "d'antan" pour constituer son gouvernement, celui supposé représenter le "Nouveau Monde". La gauche, mourante (en soi c'est tant mieux), s'étant jetée sans demander son reste dans les bras du quarantenaire en criant : "sauve qui peut", il restait à ce dernier de dépouiller la droite, mission s'étant révélée, semble-t-il, un peu plus ardue. C'est pour cela que cette celle-ci fut confiée à Edouard Philippe qui, avec l'aide de quelques autres filles de joie, a réussi tant bien que mal à débaucher quelques anciens "camarades" à qui on a offert des "POSTES" dans le gouvernement dont il est devenu le premier ministre.

     

    Bien mieux connu que lors de son "ralliement", Edouard Philippe s'en est allé 3 ans plus tard, on se demande pourquoi, et le "poste" fut offert, pour les presque deux années restantes du quinquennat, à un autre illustre inconnu, Monsieur "déconfinement", tout un programme, un certain Jean Castex. Les deux formations de l'ancien monde s'étant mieux verrouillées, paraît-il, que lors du premier coup, Castex ne put faire autrement que de "re"distribuer les postes disponibles, ou presque. Car il fallait tout de même "prouver" qu'il y a du renouveau. Pour cela, tenez-vous bien, on a donné (nommer, si vous préférez) :

     

    Le ministère de la "Culture" à...Roseline Bachelot (l'animatrice télé).

    Le ministère de la justice à..., à..., à (je n'y arrive vraiment pas)...à...Eric Dupont-Moretti.

     

    Oui, la "Justice", à Eric Dupont-Moretti. Ce dernier venait de déposer plainte contre le ministère qui est maintenant sous sa responsabilité.

     

    Le trait de caractère principal d'une prostituée est de se vendre à tout le monde et, tant qu'à faire, à n'importe qui. Mais, dans son cas au moins, elle se présente comme une prostituée et jamais sous les traits effarouchés d'une nonne. Ceci rend ces deux personnages d'autant plus méprisables. Car on ne peut éprouver que du profond dégoût rien qu'à la vue de ces minables et surtout lorsqu'on passe en revue les actions, images, déclarations et autre attaques véhémentes contre le gouvernement dont il font maintenant partie.

     

    Inutile de parler de la très patiente Pompilli, parmi les tout premiers à s'être jetée dans les bras du LeRem du futur Macron et qui est "enfin" récompensée avec le ministère de...l'écologie, pardon, de la "transition" écologique.

     

    Il y en a quelques autres, de bien moindre importance.

     

    La prostitution, la vraie, dans son expression la plus bassement dégueulasse.