UA-138665747-1

A Lausanne, la police n'a "pas osé" intervenir

C'est, mot pour mot, la manière dont le présentateur du journal du 19h30 d'hier, Darius Rochebin, a qualifié la situation dans ce "quartier difficile", un autre terme auquel il faut s'habituer, du nord de Lausanne. Il s'agissait d'un match de football sauvage, qu'un millier de "jeunes" entre 16 et 20 ans ont fêté en envahissant le terrain.

 

Quartier difficile où la police n'a pas osé intervenir.

 

On croyait à tort que ces termes seraient réservés à nos "amis" les Français. On ? Oh que non. Ils, nos politiciens aussi incompétents que complaisants et ignares, gauchistes, forcément gauchistes, le croyaient.

 

Ainsi, NOS braves policiers n'ont pas osé intervenir. Nos braves policiers, ceux qui me pourriraient l'existence pour une amende de 40 francs infligée pour mauvais "stationnement" ou pour un dépassement de vitesse de...1 km/h, n'ont pas "osé" intervenir. Interrogée par le même présentateur, l’aussi incompétente que "lamentable" cheffe du département de justice et police, une certaine Béatrice Métraux, "écologiste" de son état, est allée jusqu'à dire qu'elle ne "connaissait pas" le quartier en question et qu'il "revient à la police" de décider d'intervenir ou pas.

 

A qui la faute ? A Métraux, la gauchiste "franco" - suisse ? Aux autres gauchistes qui règnent en maîtres maintenant sur le canton de Vaud et même le nôtre ? Certainement pas. Ceux qui portent la responsabilité totale de cet état de décrépitude auquel notre pays est arrivé sont...nous. Nous ? Non, vous. Vous qui avez élu triomphalement ces fripouilles dont le seul souci est de se trouver des clients dans cet amas de vermine qui occupent les quartiers où nos braves policiers n'osent plus intervenir.

Commentaires

  • Merci de tout simplement oser encore dire l'évidence, la vérité, ce que toute personne sensée devrait dire. Comme l'écrivait Orwell:

    "A une époque de tromperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire."

    Voici un autre excellent billet en complément au vôtre:

    https://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2020/05/22/conseil-d-etat-la-chienlit-306609.html

  • Tout est dit. D'ailleurs quand il n'y pas de photos ni vidéos de événement et que la presse parle de "jeunes", on commence a savoir ce que ça veut dire. Je suppose que le terrain de foot était noir de monde et qu'ils jouaient en zone grise.

  • Nous avons donc aussi nos banlieues "zone de non droits"??? NON ce n'est pas une zone de non droit c'est une "zone où le droit est clanique", il est entre les mains des clans/gangs! Et effectivement la police et la justice en ont peur!

  • Il n'y a pas qu'à Lausanne que ce genre de situation existe à Genève aussi, dans nos quartiers entre les mains des réseaux mafieux! Il y a quelques mois je parlais aves des policiers de problèmes liés à l'attitude agressive de dealers/toxicos, près de chez moi! Et l'un des policiers de me répondre -C'est étonnant en général les dealers sont très gentils!!!! On voit ce que ça veut dire! Il y a des bagarres entres dealers tous les soir aux Pâquis, -Il faut les laisser s'exprimer ses pauvres petits, après ils font des dépressions!

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel