UA-138665747-1

Indépendance et vérité : le blog de Jean.- S. Gowrié

  • Onfray, la classe, la connaissance et le superbe, face à...Rochebin, désormais star sur LCI

    J'avais, je l'avoue, un minimum d'estime pour ce "journaliste" qui, de temps à autre, donnait l'impression d'une certaine hauteur dans le traitement qu'il faisait d'un tel ou tel sujet. Finalement, il s'avère n'être rien qu'un...journaliste. Et les appels des sirènes de la gloire (encore faut-il s'entendre sur ce terme) sur LCI n'ont pas vraiment arrangé les choses.

     

    Mardi dernier, Darius Rochebin recevait le grand Onfray dans son émission sur cette chaîne française où il officie depuis quelques semaines dans la tranche de 20h00 - 21h00. J'ai toujours été admiratif du philosophe, de sa grande culture, de ses analyses d'une qualité exceptionnelle et, surtout, de son éternel calme. Le calme de celui qui est sûr de ce qu'il dit. Celui qui sait qu'il est difficile d'être contredit. Dès lors, Rochebin n'a rien trouvé de mieux que de revenir à ses classiques, enseignés à l'école de "journalisme" qu'il a dû fréquenter. Je ne reviendrai pas sur la totalité de l'entretien où l'on voyait clairement Onfray se demander ce qu'il faisait là, mais uniquement sur un seul moment où l'écrivain/philosophe revenait pour la énième fois sur la qualité (la qualité) de la vie d'avant en comparaison de la seule chose qu'on entend aujourd'hui : la quantité. Et, là (je n'arrive toujours pas à réaliser que ce journaliste l'ait vraiment dit) Darius lui réplique : "mais la quantité, c'est bien aussi, non ?".

     

    Mais bien sûr Darius. La quantité c'est très bien. C'est même super bien. La preuve, vous n'avez qu'à constater (si cela est encore possible pour vous) la "quantité" d'âneries que les "stars" télévisées prononcent. Ni une ni deux, Rochebin dit à Onfray : "la quantité c'est aussi bien, non ? Regardez, on vit plus longtemps aujourd'hui". J'ai bien vu la tête de Onfray. Je suis certain qu'il se demandait s'il était en train de rêver mais, toujours aussi calmement, il répondit : "trouvez-vous que vivre 4 ou 5 années de plus comme un légume dans un EHPAD soit une évolution dont il faut se réjouir ?". Et c'est comme s'il n'a même pas entendu la réponse (normal, les journalistes savent uniquement poser des questions), Rochebin est revenu à la charge : "mais on vit plus longtemps aujourd'hui, c'est bien, non ?".

     

    A un moment, Darius fait appel à une collègue qui s'occupe du désormais célèbre "rechecking" (bureau des vérificateurs - "Big Brother is Watching You"). Le but, puisque le "journalisme" ne suffit apparemment plus, est de vérifier (par les journalistes) si les informations qui circulent (surtout sur cette horrible toile) sont vérifiées ou vérifiables. Et là, la collègue en question nous sort des chiffres édifiants sur la détérioration générale des conditions de vie dans le pays : pauvreté augmentée de presque 15%, tout comme l'accès aux soins, etc. Mais aussi, entre autres, espérance de vie augmentée de quelques années. Et là, croyez-le ou pas, Darius : "vous voyez, tout n'est pas noir".

     

    Eh oui, Darius. On vit plus longtemps aujourd'hui. Ce qui permet aussi d'accumuler une quantité (tiens, tiens) d'âneries encore plus importante.

  • Professeur d'Histoire décapité : pas de stigmatisation

    Vendredi 22h30, Macron, le vrai assassin de ce professeur, est allé sur place prononcer un énième discours à la con dans lequel il promet, pour la énième fois, les pires châtiments aux assassins et jure, aussi pour la énième fois, qu'ils (ceux qu'il n'a pas nommés) ne passeront pas et blablablbla. Derrière lui se tenaient Blanker, le ministre de l'éducation nationale et Darmanin, la pile Duracell, dont le grand-père priait Allah. A la fin du "discours" le "super" journaliste de la chaîne que je regardais à ce moment-là n'a pas hésité une seule seconde : "paroles fermes et fortes" du chef de l’État.

     

    Ouaiiii.

     

    Paroles fermes et fortes.

     

    Macron nous annonce que l'obscurantisme ne...passera pas. Amen. En 2015, l'obscurantisme n'a pas passé, pas plus qu'en 2016, 2017, 2018, 2019 ou 2020. Après la décapitation du père Hamel au sein même de son église, suite à quoi, on nous annoncé, tout comme pour Charlie Hebdo, Nice, Bataclan, etc.

     

    Macron fera encore mieux que ses prédécesseurs. C'est à dire...rien. Et les minables de l'info nous raconteront leurs âneries habituelles.

     

    Leurs âneries à la con, de cons.

  • LGBTQ, etc., comme quoi, la RTS peut aussi informer

    Dimanche soir, je zappe en commençant par RTS 1, puis RTS 2 où, presque halluciné, je tombe sur un animateur recevant un certain Sébastien Chauvin. Ce dernier est ni plus ni moins le directeur du :

     

    "Centre en études genre CEG" de...l'UNIL.

     

    Nous avons maintenant un centre d'études de genre à l'université.

     

    Voilà. Il y a de cela quelque temps et pour plaisanter, j'avais allongé le sigle LGBT de quelques lettres plus moins fantaisistes. Il se trouve que je n'y étais pas du tout et que, effectivement, LGBT c'est déjà du passé et que, désormais, que dis-je, pour l'instant, car on ne sait jamais, il faut parler de LGBTQQIAAP (LGBT étant donc presque du passé, on ajoute maintenant Q (queer), Q (questionning, ceux qui se questionnent, waooo), I (Intersexué), A (asexuel), A (Alliés, mais pas fous alliés) et, en attendant, P (pansexuel, ceux qui tirent sur tout ce qui bouge).

     

    Tout cela est maintenant étudié et enseigné à l'UNIL. Mieux même : un "centre d'études" y est consacré.

     

    A force de le répéter, cela devient parfois fatiguant, je le sais. Mais bon. Dimanche soir et alors que le "petit" discutait avec moi de Rome, un de mes sujets favoris d'Histoire, il me posa LA question : "pourquoi a-t-elle chuté" ? A cause d'aucune des raisons que ton enseignant(e) t'a racontées. Il se trouve que le "petit" connaissait déjà ma réponse. Il se trouve aussi qu'il a contredit son enseignante : "non, Madame, Rome n'est tombée qu'à cause de sa décadence".

     

    Alors voilà. LGBTQQIAAP (FGHIJKLM...) foutez-nous la paix. Baisez avec qui vous voulez et comme vous voulez mais foutez-nous la paix. Nous, les passéistes, arriérés, archaïques, rétrogrades et réactionnaires, enfin les "hétéros", on n'emmerde pas le monde avec nos parties génitales et ce qu'on fait avec. Et puis, franchement, vous n'avez strictement rien inventé. Bientôt, on légalisera le passage à l'acte avec son fils, sa fille, son frère et sa sœur, sa mère ou son père et, tant qu'à faire, son chien. Les Égyptiens et, après eux, justement, les Romains, y étaient déjà.

     

    Comme quoi, je comprends maintenant parfaitement cette saloperie consistant à dire : "une bonne guerre. ça leur apprendra peut-être à vivre".

     

    Peut-être.

     

     

  • Sophie Pétronin, otage "française" libérée au prix de centaines de terrorsites jihadistes

    Voilà, elle est "libérée". Sophie Pétronin, une septuagénaire aux mains de jihadistes maliens depuis quatre ans, a été libérée par ces derniers. Ceux-ci avaient exigé la "libération" simultanée de certains des leurs. Au départ, il s'agissait de 56 terroristes et, comme d'habitude, il aura suffit de 24/48 heures pour qu'on apprenne qu'on a affaire à une "libération" de masse de plusieurs centaines de jihadistes.

     

    Mais tout cela n'est pas vraiment la partie la plus "savoureuse" de l'affaire. Le plus intéressant est de voir, comme d'habitude, la manière dont les parties prenantes, État, médias (toujours eux) et...cette dame, ont présenté la chose.

     

    Pour se dégager totalement de sa responsabilité, tout en bénéficiant d'un retour médiatique, aussi éphémère soit-il, la France a attribué la conclusion de l'affaire au Mali. Au point que le transport de la dame a été assuré par ce dernier alors que de tout temps et de la manière la plus naturelle qui soit, ceci devait l'être par les forces françaises présentes sur place. C'est donc l’État malien qui est derrière tout cela. Nous nous excusons auprès du contribuable français mais aussi auprès des parents des militaires tués au Mali. tout comme auprès de ceux qui sont encore en vie et qui ont capturé tous ces terroristes qui viennent d'être libérés.

     

    Il y a ensuite les "journalistes", encore et toujours eux. Nulle part, je dis bien nulle part, les tous premières paroles prononcées par la "Dame" n'ont été reprises. On y reviendra dans le paragraphe suivant. Un exemple, celui de France Info où le "journaliste", sortant très certainement d'une école de journalisme où l'on apprend à devenir animateur de télé-réalité, a relaté l'affaire sans revenir ne serait-ce qu'une seconde sur les déclarations de l'ex-otage. Rien sur la conversion à l'islam, ni sur le voile qui ne quitte plus sa tête. Il interview tout d'abord un "psychologue" (il en faut toujours un dans de pareils cas). Ce dernier nous sort ses âneries habituelles et le journaliste, pour montrer sa grande culture, nous sort à son tour l'éternel poncif : "syndrome de Stockholm" ? "Oui, peut-être", répond le...psychologue. Il reçoit ensuite le fils de Mme Pétronin, celui qui a remué ciel et terre pour sauver sa maman. Ce dernier ne tarit pas d'éloges sur le caractère battant et la résilience à toute épreuve de "maman". "Elle est incroyable. Elle serait toujours capable de se faire des amis, même dans les pires circonstances". Il ne croit pas si bien dire, le petit. Sa chère mère a passé les quatre dernières années avec de vrais amis.

     

    Justement.

     

    Lors de la toute première interview "accordée" par Madame, cette dernière s'est littéralement offusquée lorsque le journaliste lui a parlé de ses ravisseurs/geôliers en les appelant "jihadistes". La Dame n'était pas contente du tout. "Pourquoi les appelez-vous jihadistes ?". "Ce sont des opposants au régime et au gouvernement sur place". "Et puis d'abord est-ce que vous savez ce que signifie jihad ?" (elle est devenue spécialiste de la langue arabe). "Jihad veut dire guerre", explique-t-elle. Non, Madame, jihad veut strictement dire partir en lutte au nom d'Allah et ce contre tous ceux qui ne se soumettent pas. Il se trouve que je maitrise cette langue infiniment plus que vous, espèce de jihadiste idiote. La dame n'a même pas accepté que le journaliste de RFI, Serge Daniel, parle de geôliers.

    "- Sur mes geôliers ?
    - Oui, sur vos ravisseurs…
    - Appelez-les comme vous voulez. Moi, je dirais que ce sont des groupes d’opposition armée au régime. Il y a eu celle de 1990. En 1996, ils ont signé des accords de paix. Si nous voulons la paix réellement au Mali, il faut que chacun respecte son engagement."

    Et le journaliste de relancer:
    "- Ce ne sont pas des jihadistes, vos ravisseurs ?
    - Pourquoi vous les appelez jihadistes, parce qu’ils font le jihad ? Vous savez ce que ça veut dire en français : 'jihad', c’est 'guerre'."

    Pour Sophie Pétronin, le "gouvernement de transition" (...) "a demandé la libération de (ses) militaires" comme l'auraient fait les "armées française, congolaise ou malienne ou américaine". Et Sophie Pétronin de revenir sur le 'Jihad', "c’est 'guerre' en français et c’est une guerre entre des groupes d’opposition armée au régime, ils trouveront le chemin pour la paix. Je leur souhaite en tout cas vivement."

     

    Voilà. Madame Pétronin n'était pas du tout prisonnière, encore moins chez des geôliers jihadistes. Elle était, pendant 4 ans, l'invitée de "ses" amis. Cela l'agace par ailleurs beaucoup que l'on parle d'eux autrement que très positivement. Madame Pétronin n'a rien fait d'autre que de participer au jihad. Elle a utilisé la vanité, stupidité et inconséquence des responsables politiques de son pays, la France (hélas) pour l'aider dans son "jihad". Je plains juste les parents des jeunes militaires tués là-bas (ce alors même que, sur le principe, je serais très heureux que la France soit vaincue). A la place de l'un d'entre eux, je n'hésiterais pas une seule seconde. Je ferais en sorte que la dame parte au plus vite auprès de son nouveau dieu, dans le paradis des jihadistes. Et, en tant que suisse, c'est une colère encore plus terrible qui me saisit à l'écoute de cette nouvelle islamiste annoncer froidement que ses "amis" d'AlQaida (opposants au régime malien, selon elle) lui ont appris avoir exécuté l'autre otage qu'ils détenaient, la suissesse Béatrice Stoeckli.

     

    A ce propos, regardez le traitement minable, lamentable, pitoyable et désastreux réservé à cette affaire par la RTS d'hier et d'aujourd'hui (ce billet a été écrit samedi, à 19h45)

     

    Enfin et comme d'habitude, nous assisterons bientôt, lorsque les élèves des écoles de journalisme, de l'ENA, de Sciences Po, etc. ne pourront plus faire autrement que de le "constater" à la sortie des odeurs de la pourriture habituelle. En d'autres termes...à la vérité. Car enfin :

    • Cette dame a dit mot pour mot que "contrairement à ce que certains pensent, je vais bien"
    • "Je n'étais pas prisonnière".
    • Pis. "Pourquoi dites-vous que ce sont des geôliers ?"
    • "Je n'étais pas prisonnière".

     

    Mais alors, on l'a libérée de quoi et de qui ?

  • Pandémie COVID-19 : ça recommence

    Décidément, ils ne renoncent jamais. Dans sa version "Abo", la TDG met en première page et en première ligne : "A quoi ressemblera le monde "d'après" la pandémie ?". Pour cela, la TDG anime (rien de moins que cela) un "débat" (encore un) à l'Uni Mail où trois "experts" (oh là, là, encore eux) "d'horizons différents" en livreront leur vision.

     

    Comme je ne suis pas un "expert" en quoi que ce soit (du moins pas selon le point de vue du TDG, de la RTS, etc., etc.,) je me contente ici de "livrer" non une analyse mais une simple et toute petite constatation.

     

    Entre le 16.03.2020 et à peu près fin juin, les rues étaient vides. Depuis le déconfinement, c'est deux fois pire qu'avant.

     

    Donc, Messieurs les "experts", vraiment pas besoin de se fatiguer. Il paraît même que le monde devait changer après Solferino, la première guerre mondiale, la deuxième, etc., etc., etc.,

     

    Capture.JPG

     

     

  • Arménie : cela me coûte mais bravo la France

    Oui, cela me coûte, surtout sortant de la bouche de ce président, comme cela me coûte encore plus d'admettre que le minable russe, roi du monde, n'ait pas fait la moindre déclaration digne de ce nom alors même qu'un traité de sécurité lie les deux pays. Je parie même (on verra dans quelques jours, comme d'habitude, lorsqu'enfin les "médias" commenceront à s'y intéresser) que la Russie a intimé à l'Arménie l'ordre de ne pas faire appel à ce traité. Oh, la France n'y fera bien évidemment rien, en dehors des déclarations d'intention, mais c'est déjà cela. On sait aussi que c'est surtout le contentieux personnel qu'a Macron avec Erdogan qui pousse le premier à bomber le torse et c'est là même que le bât blesse. Le turc, un véritable minus comparé aux supposés géants que sont les Américains, Russes, Européens et, dans une moindre mesure, Chinois, fait ce qu'il veut. Ne déclare pas mais FAIT ce qu'il veut, en Libye, Syrie, Irak, Méditerranée et maintenant en Asie Mineure. Il soutient directement les Azerbaïdjanais et déclare d'une manière aussi directe que cela est possible qu'il est temps que la question du Nagorny-Karabach soit définitivement résolue. Que la Turquie fera tout pour aider l’Azerbaïdjan à gagner cette bataille. La chose prend même une signification infiniment plus dramatique venant d'un...génocidaire. Oui, je n'hésite pas à employer ce terme. Le Turc n'hésite pas une seconde à entrer directement dans la guerre qui oppose l'Azerbaidjan à l'Arménie. Contre le peuple dont ses ancêtres furent les génocidaires.

     

    Il n'est pas idiot, le Turc. Il sait juste que face à lui, il n'y a que des femmelettes et des minables. Il a aussi peut-être lu l'histoire et s'est dit que celle-ci est un perpétuel recommencement. Il sait que les Américains sont prêts à fermer les yeux, voire même l'aider, pour emmerder le Russe. Ce dernier ferait de même, voire même plus, pour sortir de l'encerclement. Quant au Européens, mon Dieu...Mon Dieu.

  • Votations du 27 : le triomphe des gauchistes

    Cela ne fait effectivement pas de doute. En dehors des quelques avions qui seront finalement achetés et dont le seul but est de remplir les poches, déjà bien garnies, de ceux qui vont s'en occuper, le triomphe des gauchistes est total.

     

    Les gauchistes ? Qui est-ce, en l'occurrence ? En partant de l'extrême gauche, on trouve les verts, suivis des socialos, des PédéC et, enfin, des PLR. Ces derniers et ceux qui les précèdent ne sont en réalité que des gauchistes libéraux. Economiquement libéraux.

     

    Ils ont gagné sur toute la ligne. Et il jubilent. Sur le plateau de la RTS, Nantermod, jadis "très" jeune libéral, héritier d'une lignée ininterrompue d'autres "libéraux", a demandé à la représentante de l'UDC "d'arrêter de lui casser les pieds". Cette dernière, peu habituée aux "débats" dont les gauchistes sont coutumiers depuis leur plus tendre enfance car ils ne font que cela dans les couloirs de leurs partis respectifs, ose à peine répondre. Le collègue de Nantermod, un certain Nordmann (pardon mais je ne peux physiquement pas le blairer) en remet une couche : "le Peuple vous a désavoués", suivi par la logorrhée gauchiste habituelle. Tout comme pour Nantermod, Céline Amaudruz demande à ce "qu'on reste poli". C'est à peine si elle ose souligner que 40% des votants étaient pour le projet.

     

    Petit à petit donc, depuis 50 ans, les gauchistes creusent la tombe de ce pays. Le désastre qui s'annonce va bien au-delà de ce que les plus pessimistes peuvent imaginer.

     

    Vois-tu, ma fille, toi qui viens tout juste d'avoir 18 ans, je comprends tout à fait ton désarroi. Jeune, belle, très cultivée pour ton âge, intelligente et ayant le verbe facile, tu ronges ton frein car tu ne "peux" pas entrer en politique. Car entre les gauchos de tous poils et les excités du seul parti où, éventuellement, tu pourrais mettre en œuvre tes idées et dont les membres arrivent difficilement à aligner deux phrases correctement...

  • Navalny, TikTok et les autres

    Quel rapport, me diriez-vous ? C'est ce que nous allons voir.

     

    Comme tout le monde, ou presque, le sait, les valeurs suprêmes qui régissent nos systèmes sociaux, économiques, politiques et humains dans cette partie du monde sont la liberté, la démocratie et la primauté du droit lorsqu'il s'agit de régler les conflits. Et c'est précisément pour ces raisons-là que Boris (Johnson), Donald (Trump) et, surtout, Merkel, se sont levés comme une seul homme pour dénoncer l'infamie de l'empoisonnement supposé du "dissident" russe et demander, que dis-je, exiger du pouvoir russe de faire toute la lumière sur cette affaire.

     

    Sinon...

     

    Sinon, sanctions, etc., etc.

     

    Il y a de cela quelques mois un certain Kashoghi, journaliste de son état, paraît-il, s'est présenté au guichet de l'ambassade de l'Arabie Saoudite à Istanbul pour une histoire de renouvellement de passeport ou quelque chose de ce genre et là, sur ordre "direct" du palais royal, il s'est fait torturer puis dépecer. Les morceaux de son corps ont ensuite été dégagés dans des sacs poubelles. Tout cela a été filmé par les caméras de surveillance (pas les scènes de torture et de dépeçage qui, elles, sont restées dans les mémoires des téléphones portables des tortionnaires). On a essayé de téléphoner à Boris (Johnson), Donald (Trump) et, surtout, Merkel, pour leur demander leur avis sur le sujet. Malheureusement, ils étaient en dîner d'affaires. Pas le temps de s'occuper de ces futilités. Quoique...Il paraît que Merkel avait posé la question de savoir si c'était le "Kremlin" qui était derrière cette affaire.

     

    Hier, les USA, berceau de toutes les valeurs énoncées plus haut et patrie de Facebook, Amazone, Apple, Microsoft, Google et quelques autres "toutes petites" entreprises, ont exigé, pour des questions de "souveraineté nationale", que des firmes américaines entrent dans le capital de TikTok. A la question de savoir si, pour des raisons de "souveraineté nationale", des entreprises européennes, chinoises ou russes devaient entrer dans le capital des GAFA, Trump aurait répondu : "je ne comprends pas la question".

     

    Ce qui me dérange dans tout cela ? Pas grand chose. Sinon les imbéciles habituels qui continuent le plus sérieusement du monde de nous parler de droit, de lois, de concurrence et de toutes ces âneries qui, entre autres, nous coûtent tout de même à chacun la bagatelle de 435 par an. Est-ce que les Américains ont le droit d'agir de la sorte ? Oui, absolument. Ils sont dans leur bon "droit". Celui du plus fort.

  • Dix petits "nègres"

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

    Dix petits nègres

     

    Et non pas..."ils étaient dix" comme l'appelle désormais l'arrière petit fils, un imbécile parmi tant d'autres, de la célèbre romancière.

     

    J'en ai donc encore pour 61 fois, car, dans le roman original, ce terme figurait 74 fois...au total.

     

    Et Johny chantait "noir c'est noir" et Sarkozy habite, me semble-t-il, à...Cap Nègre.

     

    Etc., etc.

     

     

     

     

  • Gauche, gauchistes, "écolos" : décidément, on ne s'en sort pas, les crétins nous envahissent

    Voilà, la phrase commence à devenir assez commune : "pire que les socialos, il y a les écolos". Car si, comme les premiers, les verdâtres n'ont de "vertus" sociales que le fait d'être des libertins et des libertaires, ils ont ceci en plus : ils veulent imposer une dictature cachée derrière des préoccupations faussement écologiques. Ils veulent vivre "simplement", les écolos. Une simplicité de façade car, tout comme Mao et Staline, qui n'ont jamais porté autre chose que de "modestes" habits d'ouvriers, ce qui ne les a pas empêchés de vivre comme aucun empereur n'aurait pu le faire, les écolos sont toujours en première ligne pour utiliser tout ce que la modernité, qu'ils combattent, peut leur offrir.

     

    Voici un texte magnifique que j'ai reçu hier de la part d'un ami, qui ne m'en a pas donné l'origine, hélas. Que l'auteur m'en pardonne. Cela étant, merci à tout lecteur pouvant m'aider à le retrouver.

     

    J'y ajouterais, pour ma part, ma phrase, devenant petit à petit fétiche : "on aimerait voir un écolo calculer les dommages qu'il cause à sa chère terre en passant une partie de son temps chez McDonald et tout son temps sur son cher téléphone portable, qu'il change, bien évidemment, une fois chaque année.

     

    Voici le texte.

     

    "Seuls les + de 50/60 ans peuvent comprendre !

    Que le mouvement écologie fait grincer les sans dents !

    A la caisse d'un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.

    La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l'écologie et lui dit:

    " Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique.

    Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! "

    La vieille femme s'excuse auprès de la caissière et explique :

    - Je suis désolée, il n'y avait pas de mouvement écologiste de mon temps."

    Alors qu'elle quitte la caisse, la mine déconfite,

    la caissière ajoute :

    "Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens.

    C'est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l'environnement dans votre temps

    Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu'à l'époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l'usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

    Elle ajoute :

    De mon temps, on montait l'escalier à pied : on n'avait pas d'escaliers roulants et peu d'ascenseurs.

    On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu'il fallait se déplacer de deux rues :

    On marchait jusqu'à l'épicerie du coin.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    On ne connaissait pas les couches jetables :

    On lavait les couches des bébés.

    On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde

    On avait un réveil qu'on remontait le soir.

    Dans la cuisine, on s'activait pour préparer les repas ;

    on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu'EDF en produit.

    Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

    On n'avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto portées :

    On utilisait l'huile de coude pour tondre le gazon.

    On travaillait physiquement; on n'avait pas besoin d'aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l'électricité.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    On buvait de l'eau à la fontaine quand on avait soif.

    On n'utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter.

    On remplissait les stylos dans une bouteille d'encre au lieu d'acheter un nouveau stylo.

    On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

    Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l'école à vélo ou à pied au lieu d'utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d'une année sur l'autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu'ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rue,

    Mais, c'est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

    On n'avait qu'une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d'aujourd'hui.

    ALORS NE VENEZ PAS ME FAIRE CHIER AVEC VOTRE MOUVEMENT ECOLOGISTE !

    Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel…(pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes,

    etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres,du haut de leur ignorance crasse !

    MERDE à la fin !

    Merci de ne pas imprimer ce message afin de préserver l'environnement, mais ne vous privez pas de faire suivre !

  • Liban, Syrie, Irak...foutez leur la paix. Foutez-leur la PAIX

    Ils veulent juste vivre. Vivre normalement, manger, aller à leur boulot, quand il y en a, baiser, regarder la télé, aller boire un verre avec des amis...

     

    Ils veulent juste vivre. Rien à foutre des Américains à la con qui, depuis 2003, ne s'intéressent qu'aux puits de pétrole. Rien à foutre des Russes qui veulent régner sur le monde mais n'en ont pas les moyens alors ils composent, y compris avec l'enfoiré d'Ankara qui, lui, veut ressusciter son empire de merde qui, pendant les 4 siècles où il a régné sur le monde, ou presque, n'a strictement rien apporté à celui-ci. Pas une seule invention, pas un seul scientifique, rien, zéro. Juste de la chierie héritée de l'autre "empire", celui des couillons de la péninsule "arabique". Rien à foutre non plus des femmelettes européennes qui se donnent aux plus offrant. Qui osent à peine dire deux mots au connard turc qui, en 2020, n'a d'autres préoccupations que de transformer le joyau des Byzantins en mosquée à la con.

     

    Foutez-leur la paix.

  • Fête nationale : jeune, socialiste et (donc) forcément imbécile

    Une image vaut, paraît-il, mille mots.

     

    Cela n'a jamais été aussi vrai. Ils ne naissent peut-être pas "cons" mais ils le deviennent, sûrement.

     

    J'avais, dans un précédent billet, listé une bonne partie des synonymes du mot "imbécile". Je crois les "socialiste, gauchiste, de gauche" doivent aussi y figurer. Et en très bonne place.

     

    JSG - con.JPG

     

    A ces jeunes et totalement "inutiles" crétins, je propose ceci :

     

    InkedJSG cons_LI.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Les incivilités à travers l'Histoire

    J'ai consulté le dictionnaire des synonymes et en ai trouvé pas moins de 36 pour le mot "idiot" : corniaud, con (j'aurais dû commencé par celui-là) cornichon (dommage pour le délicieux ingrédient), abruti, bête, cloche (gardez celui-là pour la suite), crétin, ballot, cruche (celui-là, aussi, on le garde), imbécile, niais, sot, andouille, cul (là, ça dépend), nul et, bien évidemment, stupide.

     

    Je disais donc : cloche, cruche et...sotte.

     

    Elle s'appelle Marlène Schiappa, représentante d'une espèce qui se développe très vite : les féministes, dans le sens le plus médiocre, superficiel et, surtout, opportuniste, du terme. Et, à propos et puisqu'il s'agit "d'incivilités" commençons par poser LA question à LA dame : considère-elle les "féminicides" comme des...incivilités ?

     

    Féminicides = meurtres de femmes (il ne faut surtout pas parler d'Homicides).

     

    Revenons à notre leçon d'Histoire, entamée par le président de la République Française et expliquée par la cruche citée plus haut, féministe acharnée de son état et qui, pour le prouver, se trouve depuis quelques jours dans la position habituelle de l'opportuniste, minable et inconséquent, en train de défendre ardemment son ministre de tutelle, un certain Gérald Darmanin. Pour elle, incivilité rime avec jet de mégot dans la rue, crachats et...meurtres, assassinats et démembrement d'infirmières.

     

    Inutile de remonter très loin dans l'histoire. Contentons-nous juste de celle du vingtième siècle.

     

    Les horreurs des Bolchéviks de 1917 à 1924, puis de Staline à...Staline (30 à 50 millions de victimes) sont des "incivilités.

     

    Celles de notre ami Mao, le Grand Timonier (même ordre de grandeur) sont de petits incivilités.

     

    Inutile de parler des incivilités des Khmers Rouges et de la famille Kim.

     

    Et à qui faut-il attribuer les incivilités commis en 1939-1945 ? Et si on demandait à quelques rescapés d'Auschwitz ce qu'ils pensent des "incivilités" qui y étaient commises ?

     

    La semaine dernière, Gérald Darmanin, toujours lui, est allé assister à la commémoration annuelle de l'incivilité commise à l'encontre du père Hamel. Celle-ci a consisté à l'égorgement, en plein messe, du prêtre. Que pense la sotte féministe de tout cela ?

     

     

     

     

     

     

     

     

  • BLM now, mf

    Black Lives Matter now...mother fucker.

     

    Je vous invite tout d'abord à regarder la tête de l'énergumène (eh oui, je ne maîtrise heureusement pas le politiquement correcte)

    Isaiah.JPG

    L'ostrogoth en question se trouve être le nouveau compagnon de la mère du...bébé. Cette dernière, à qui le juge, encore un, a accordé la garde exclusive de l'enfant a même trouvé le moyen de défendre l'animal disant "qu'il n'a pas fait mal à son bébé".

    black-lives-matter-now-mf-police-investigate-viral-photo-448x293.jpg

    Nous allons maintenant juste imaginer la situation où le bébé change de couleur, devient un peu plus bronzé et passe un peu sa blancheur à celui qui lui pose le genou sur le cou et le reste à celui qui lui tient les mains derrière le dos. Nous allons imaginer les réactions (je veux bien évidemment parler d'absence totale de réaction) de Justin Trudeau (Canada), Jacinda Ardem (Nouvelle-Zélande), ainsi que de toute la clique gauchiste rassemblant pèle mêle les Amarelle, Amara et autres Mazzone, Brunschwig-Graf et Calmy-Rey.

     

    Je vous invite aussi à prendre connaissance de la hargne de la "maman" du bébé face à un intervenant qui s'offusquait de son attitude.

    Capture.JPG

     

     

     

  • Tuer et démembrer une femme, maintenant cela s'appelle "incivilité"

    Viva Georges Orwell

     

    Je ne sais pas pourquoi, ou plutôt si, Orwell est en passe de devenir mon seul héro. Orwell a tout compris et il a tout prévu. Aujourd'hui, en effet, jeter un mégot dans la rue et tuer un enfant se trouvant sur un passage pour piétons répondent de la même logique : cela s'appelle incivilité. Trainer une femme sur des centaines de mètres et la démembrer, littéralement, cela, pour l'imbécile mondialiste qui se trouve à la tête de cette pauvre France, cela aussi est une forme d'incivilité.

     

    Voilà. Cela a commencé avec les "padamalgam" et "padestigmatisation" et on voit où cela nous amène maintenant. Je commence à me demander très sérieusement s'il y a une autorité, instance ou institution quelconques chargées de réfléchir aux termes et noms à donner aux différents phénomènes, notamment violents, qui frappent nos sociétés dans le seul but d'en diluer le sens et atténuer, voire en faire disparaître toute signification.

     

    Ainsi, quitte à se répéter, un acte d'une barbarie inouïe, consistant à trainer une infirmière sur des centaines de mètres derrière sa voiture jusqu'à ce qu'elle soit démembrée est une...incivilité, pour l'imbécile Macron et les bobos de gauche qui, déjà déconnectés de toute réalité, semblent maintenant vivre sur un nuage d'une opacité qui n'a d'égal que leur propre aveuglement. Aveuglement doublé d'une ignorance et d'une stupidité presque organiques. Je ne sais plus très exactement qui le premier a "inventé" cette manière d'appeler les choses mais il n'y a plus personne, plus un média qui parle du meurtre de l'infirmière, du chauffeur de bus, de la mort du petit enfant sur le passage pour piétons. Les gauchos de "l'information" ne parlent plus que d'incivilités.

     

    Au fait, que se passe-t-il dans les camps des Ouïgours en Chine, nouveau cheval de bataille des gauchistes de tous poils en ce moment ? Seraient-ce des camps de concentration où les pires atrocités seraient commises où des endroits où on assiste à des...incivilités ? Et que pensez-vous de l'incivilité de Notre Dame de Paris, de celle de la Cathédrale de Nantes ? Que dire de l'incivilité de Charlie Hebdo ? Et si on évoquait, pendant qu'on y est, l'incivilité de la Promenade des Anglais à Nice et celle du Bataclan ? Quelle forme "d'incivilité revêt l'égorgement du Père Hamel dans son église et alors qu'il officiait à la messe devant quelques fidèles ?

  • Bérengère Viennot ou lorsque tous les imbéciles ont le droit de parler

    Eh oui. Nous vivons une époque où, par le miracle des "réseaux sociaux", n'importe quelle imbécile (les commentaires des féministes qui auront remarqué l'utilisation de la seule forme féminine "quelle", seront les bienvenus) trouve certains pour l'écouter et la lire. L'imbécile en question dans le titre, à l'instar de tous ses "coreligionnaires" (car l'imbécilité EST une religion, dont les adeptes se comptent par millions) va, bien évidemment, au plus simple. Elle vise des "proies" faciles, du moment où son imbécilité, doublée d'une couardise, elle aussi innée, lui dictent de le faire. La rousse (tiens, elle trouve que c'est beau une cathédrale qui "brûle"...) n'aura jamais le courage de trouver que :

     

    • C'est beau une mosquée qui brûle
    • C'est beau une synagogue qui brûle

     

    Cette imbécile en puissance a même réussi, suite aux "menaces" qu'elle aurait reçues (on sait tous, surtout elle, que c'est une plaisanterie et que, malheureusement, il n'y aura pas de frères Kouachi qui viendront lui régler son compte pour de bon) a "expliquer" son commentaire en disant qu'elle trouve cet incendie "esthétiquement" beau.

     

    Il y a de cela quelques années, un autre représentant de cette gauche, bien de chez nous, lui, minable, imbécile, cliniquement imbécile, était allé encore plus loin en "félicitant" le Lignon d'avoir brûlé son église : "une église en moins, bravo le Lignon", avait-il déclaré.

     

    Revenons à la rousse. Elle serait, paraît-il, "écrivain" (ou écrivaine ?) et...traductrice.

     

    Pour l'instant, elle se concentre exclusivement à "écrire" (plutôt décrire et commenter) la vie, gestes et déclarations de Donald TRUMP. Les imbéciles ont aussi ceci comme trait de caractères : ils ont très souvent des idées fixes. En psychiatrie, cela s'appellerait la "névrose obsessionnelle".

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Floyed, Traoré et...Whitney Houston

    Quel rapport y a-t-il entre les deux énergumènes et la Diva ? La magnifique et belle chanteuse à la voix aussi cristalline que miraculeuse ? A priori rien, sauf que...

     

    Je regardais vendredi une émission sur Arte consacrée à Whitney. En soi, rien ne peut en être dit du moment où celle-ci déroulait la vie de l'artiste depuis son enfance et jusqu'à sa triste mort. Rien, à l'exception d'un moment où l'on voit Whitney monter les marches pour recevoir une énième gloire, celle des "Saoul Train" et où elle s'était fait huer. Par qui ?

     

    Par des "frères"...noirs.

     

    "Sale blanche", entendait-on crier des balcons de la salle.

     

    Je vais vous raconter une autre petite histoire qui m'a concerné moi, personnellement.

     

    L'autre jour et alors que j'attendais le tram pour rentrer chez moi, une apprenante "noire" (je donne des cours dans une institution de formation genevoise) s'approcha de moi pour me poser une question sur un point discuté pendant le cours. Vous auriez dû voir le regard de tueur qu'un "frère" noir qui se trouvait là a jeté sur elle, puis sur moi.

     

    On demandera bien évidemment à la Brunschwig-Graf ce qu'elle pense de tout cela.

  • Léamn Express (Express ?) : ne pas tirer sur l'ambulance ?

    C'est en tout cas ce que nos "élus", entendez ceux qui mettent en avant leur compétence et probité pour se faire élire, préconisent. "Ne pas tirer sur l'ambulance".

     

    Aurions-nous pu s'attendre à autre chose de la part de "nos" élus, ceux qui ne sont connus que par leur compétence et...probité ? Mais au fait, pourquoi ne veulent-ils pas "tirer" sur l'ambulance ? Ont-ils peur que l'état du "blessé" ne s'empire ?

     

    A moins que...

     

    N'est-ce pas ces mêmes élus qui ont voté le crédit, qui s'est par la suite transformé en gouffre financier presque sans fond ? de 450 millions, la facture a finalement dépassé les deux milliards de francs et, contrairement à ce qu'on croit, ce n'est pas fini. Ce faisant, nos vaillants élus s'évitent de se..."tirer" des balles dans leurs propres pieds, non ? Ne pas tirer sur l'ambulance ou se protéger soi-même ? Deux milliards de francs et ce n'est pas fini, pourquoi, exactement ?  Pour aboutir à cette pourriture ? Et puis, ces milliards, que NOS "élus" ont votés, ça sort sans doute de leurs poches, non ? Ce sont bien les éternels imbéciles qui les ont élus qui les ont payés, non ? Ce sont bien nos impôts, non ?

     

    Récapitulons. Un gouffre financier pour un projet qui ne fonctionne pas. Non pas qu'il fonctionne mal, non, qui ne fonctionne...pas. Et que nous continuons de payer, doublement. Nous payons ces incompétents absolus par nos impôts en plus des billets et abonnements pour un "service" qui n'existe pas. Songez donc : tous ces milliards pour rien car, pour ne prendre que cet exemple, avant la mise en œuvre de ce "bijou" ferroviaire, les trains entre Coppet et Genève et inversement circulaient à une cadence d'un convoi toutes les trente minutes. Plus de deux milliards de francs après, les trains du Léman Express circulent à une cadence de...30 minutes, ce sans compter les retards, annulations fréquentes et...nouveauté, trains à composition "réduite".

     

    Voilà donc. Sans être le seul, j'ai commencé par payer très cher des incompétents et continue de la faire, car ils sont toujours en place. J'ai ensuite décidé de devenir "encore" plus respectueux de l'environnement en achetant un abonnement général qui coûte la peau du popotin, pour le dire joliment, pour aboutir à la situation suivante : Pour arriver aux Augustins à 8h15 ou 8h20, Léman Express nous conseillait de prendre le train de 7h47 à Genthod-Bellevue. Maintenant que la "cadence" est de 30 minutes et puisqu'on risque chaque jour une "petite" annulation, on doit prévoir celui du 7h17. Avec le temps nécessaire pour se rendre à la gare, cela nous fait bon an mal an ente 45 et 1h30. Pas mal pour faire 9.7 kilomètres.

     

    Allez, comme disait l'autre : "Et demain est un autre jour"

  • Gouvernement remanié en France : le sens exact de la prostitution...(en) politique

    Déjà confronté à des réserves très maigres de personnalités dans lesquelles il pouvait piocher pour constituer son premier gouvernement et animé par la volonté de casser aussi bien la droite que la gauche traditionnels, notre "ami" Macron, nouveau représentant de la mondialisation libérale et "diversifiée", est allé chercher dans les rangs de ces formations "d'antan" pour constituer son gouvernement, celui supposé représenter le "Nouveau Monde". La gauche, mourante (en soi c'est tant mieux), s'étant jetée sans demander son reste dans les bras du quarantenaire en criant : "sauve qui peut", il restait à ce dernier de dépouiller la droite, mission s'étant révélée, semble-t-il, un peu plus ardue. C'est pour cela que cette celle-ci fut confiée à Edouard Philippe qui, avec l'aide de quelques autres filles de joie, a réussi tant bien que mal à débaucher quelques anciens "camarades" à qui on a offert des "POSTES" dans le gouvernement dont il est devenu le premier ministre.

     

    Bien mieux connu que lors de son "ralliement", Edouard Philippe s'en est allé 3 ans plus tard, on se demande pourquoi, et le "poste" fut offert, pour les presque deux années restantes du quinquennat, à un autre illustre inconnu, Monsieur "déconfinement", tout un programme, un certain Jean Castex. Les deux formations de l'ancien monde s'étant mieux verrouillées, paraît-il, que lors du premier coup, Castex ne put faire autrement que de "re"distribuer les postes disponibles, ou presque. Car il fallait tout de même "prouver" qu'il y a du renouveau. Pour cela, tenez-vous bien, on a donné (nommer, si vous préférez) :

     

    Le ministère de la "Culture" à...Roseline Bachelot (l'animatrice télé).

    Le ministère de la justice à..., à..., à (je n'y arrive vraiment pas)...à...Eric Dupont-Moretti.

     

    Oui, la "Justice", à Eric Dupont-Moretti. Ce dernier venait de déposer plainte contre le ministère qui est maintenant sous sa responsabilité.

     

    Le trait de caractère principal d'une prostituée est de se vendre à tout le monde et, tant qu'à faire, à n'importe qui. Mais, dans son cas au moins, elle se présente comme une prostituée et jamais sous les traits effarouchés d'une nonne. Ceci rend ces deux personnages d'autant plus méprisables. Car on ne peut éprouver que du profond dégoût rien qu'à la vue de ces minables et surtout lorsqu'on passe en revue les actions, images, déclarations et autre attaques véhémentes contre le gouvernement dont il font maintenant partie.

     

    Inutile de parler de la très patiente Pompilli, parmi les tout premiers à s'être jetée dans les bras du LeRem du futur Macron et qui est "enfin" récompensée avec le ministère de...l'écologie, pardon, de la "transition" écologique.

     

    Il y en a quelques autres, de bien moindre importance.

     

    La prostitution, la vraie, dans son expression la plus bassement dégueulasse.

     

     

     

     

  • Les PDC abandonnent le...C, redeviennent PD et retrouvent ainsi leur vraie nature

    Je le pense depuis très très longtemps et je l'ai couché sur le papier depuis que je tiens cette chronique. Je vais le dire sans la moindre modestie et alors qu'à ma connaissance, personne d'autre, je dis bien personne, ne l'avait relevé ou même mentionné. J'avais, à de très nombreuses reprises, prédit l'abandon par le PDC (que j'avais toujours qualifié de pire que les gauchistes) de la dernière lettre de leur sigle. Ma phrase fut toujours : "les gens du PDC ne rêvent que d'une seule et unique chose, enlever le C. Il ont juste peur des deux lettres restantes". Finalement, ils franchissent le pas, maintenant que la plupart de leurs nouveaux adhérents sont soit des islamistes soit des "réfugiés" venant, par opportunisme, du parti socialiste.

     

    https://pages.rts.ch/la-1ere/programmes/forum/3569713-le-pdc-en-position-de-faiblesse-pret-a-abandonner-son-c.html

     

    Juste entre parenthèses, notre Neyrinck national, c'est bien l'ami "intime" de...Ramadan, non ?

     

    https://www.rts.ch/play/radio/forum-video/video/le-pdc-pourrait-abandonner-la-reference-chretienne-dans-son-nom?id=11408711

     

    Voici ce que j'avais prévu il y a de cela des années...déjà.

     

    https://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2019/05/17/les-dhimmis-de-bienne-et-le-pdc-parti-democrate-chretien-298845.html

    https://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2019/12/18/infrarouge-apres-les-minarets-la-burqua-et-qui-se-trouve-du-303205.html

     

    Ce ne sont que quelques exemples. Encore une fois, je n'en tire aucune gloire mais...

     

    Voilà. J'espère juste, même si je n'y crois pas vraiment, que celles et ceux qui ne sont pas PD mais de vrais PDC, compenseront, en partant de ce parti minable, les Mohammed, Ahmad et autres Moustapha, Djamel et Yassine qui viendront fleurir les rangs de cette épave qui lutte lamentablement pour ne pas mourir.