10/06/2013

Les habitants de Qousseir reviennent chez eux

Ce qui veut dire qu’ils l'avaient auparavant quitté. On se demande pourquoi alors que les terroristes d’Al Nosra les avaient « libérés » du joug du régime syrien. Curieux masochistes que ces habitants qui quittent leurs « libérateurs » et reviennent sous leur « tyran » de toujours. Les plus étonnés seront toujours les plumitifs de nos medias qui ne manqueront certainement pas de relayer les faits.

Ainsi, les rats de Qousseir ont quitté leurs trous, au propre. Car ces bestioles malfaisantes vivaient terrées dans leurs tunnels et n’en sortaient que pour semer la terreur, sauf, peut-être, pour Edith Bouvier, qui semble avoir pris du bon temps en compagnie de ces mêmes terroristes, dans les mêmes trous. C'est aussi dans ces mêmes trous que des officiers "Occidentaux", Turques et Qataris auraient été capturés par les soldats de l'Armée Nationale Syrienne. Enfin, les médias israéliens ont affirmé qu'une petite dizaine de "rebelles" blessés ont été transportés pour être soignés dans les hôpitaux en Israël. Il s'agirait plutôt d'agents infiltrés (Israéliens ou pas, on n'est pas encore sûrs).

C’est maintenant le tour des rats d’Alep. Alep fut épargnée par les troubles « libérateurs » jusqu’au 22 juillet 2012, très précisément. Surpris du manque de soif de liberté et démocratie des Aleppins, les terroristes d’Al Nosra ont décidé de les libérer « malgré eux ». Et, comme partout ailleurs alors que personne ne leur a rien demandé, ils sont entrés dans les quartiers et les maisons, dont il ont chassé les habitants, pour en faire des repères…de rats. Ils y laisseront bientôt leurs misérables vies, aux mains des Hourries de leur paradis immonde.

Voici, pour la TDG, La Liberté, l’Hebdo, Le Temps et quelques autres, de quoi célébrer les exploits récents de leur « amis » démocrates, dans les rues d’Alep.

La nouvelle est relayée par…l’OSDH. Histoire de citer les mêmes « sources » que les « professionnels » précités. Il s’agit d’un garçon d’une quinzaine d’années, vendeur de café à la sauvette. Le texte dit que « des hommes, parlant l’arabe littéraire (ce qui présuppose une origine étrangère) ont entendu le pauvre gamin, de 15 ans, dire : même si Mahomet revenait (descendait), je ne te prêterais pas. Des hommes d’une « Katiba » (brigade de jihadistes) l’ont entendu, emmené avec eux pour revenir, quelque temps après, traces de flagellation sur le corps du petit disant à l’attroupement, où se trouvaient aussi le père et la mère de l’enfant : voici comment finissent les mécréants. Ils ont abattu le garçon de deux balles, dont une dans la gorge, devant ses parents. Des personnes assistant à la scène ont déclaré qu’un poste de sécurité appartenant au « comité de la Charia » n’a rien fait pour empêcher la tuerie ».

http://www.syriahr.com/index.php?option=com_news&nid=...

421589_548817571823535_1921842725_n.jpg


09:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, jihad, islam, terrorisme, terroristes, gowrié, alep, al nosra, tdg, le temps, la liberté, l'hebdo

21/05/2013

Des dépeceurs et des mangeurs de coeurs humains

Je ne mettrais bien sûr pas l'horrible vidéo en ligne, de peur de heurter la sensibilité extrêmement à fleur de peau des responsables de cette plateforme. D'ailleurs, il vous suffira de chercher un tout petit peu pour la trouver sur la toile. Tout le monde en a parlé, ou presque.

Mais ce n'est pas pour cela que j'écris.

Au lendemain de la diffusion de la terrible vidéo, montrant un chef "rebelle" dépeçant un soldat de l'armée syrienne, lui arrachant le coeur et portant ce dernier à sa bouche, vidéo authentifiée par la terre entière (le Times a même réussi à contacter l'auteur de l'exploit), le plumitif (comprenez journaliste, professionnel de l'information) officiant à ce moment-là sur France-Info, a poussé l'abjection jusqu'à demander à son invité, représentant local de Human Rights Watch, s'il n'y a pas risque de...manipulation.

Je vous vomis, vraiment, Monsieur le journaliste.

Voici un autre exploit de France-Info. Suite au double attentant dans la province de Ryehanli, au Nord-Ouest de la Syrie, ce torchon (même si l'expression est en principe réservée aux champions de la désinformation écrite) a présenté un sujet montrant des milliers de manifestants turcs scandant des slogans "hostiles" au régime de Damas.

Je vous laisse tranquillement avec la vidéo.

Comme quoi, ils n'ont pas peur de se rincer la figure avec de la pisse de chat.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Un ultime exploit, pour aujourd'hui, de ce même torchon radiophonique, dans une de ses nombreuses "éditions" matinales, celle d'hier, à 10 heures. Le plumitif nous y parler de la "crainte" d'un massacre de civiles, toujours eux, bien évidemment, lorsqu'il s'agit d'éradiquer les terroristes dépeceurs d'hommes, suite à l'entrée de l'Armée nationale Syrienne dans la ville. Le plumitif en question n'a bien sûr pas manqué de souligner que l'armée est épaulée par des éléments du Hezbollah. C'est un journal bien de chez nous (je vous laisse le soin de le qualifier vous-même), 20 minutes, se cachant, comme de nombreux "confrères" derrière l'OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) basé à Londres et "s'appuyant sur un réseau de 200 informateurs", selon l'ATS, qui confirme la mort de 23 membres de ce mouvement. Aucun de ces valeureux plumitifs professionnels ne s'est donné la peine de se demander comment ces 200 informateurs, toujours les mêmes, arrivent à donner des bilans et des décomptes aussi précis, ce qui signifie qu'ils doivent être au coeur du combat, sans qu'ils ne soient jamais touchés. Dieu tout puissant doit certainement être de leur côté.

Eh bien, dans ce nuage de mensonges, de contre vérités, de manipulation voire, on l'a constaté dans le deuxième exemple de ce billet, de détournement, parfaitement consciente, de l'information, un petit rétablissement de celle-ci, même s'il ne s'agit que pour les quelques centaines de personnes qui me font l'amitié de me lire, s'impose.

Voici, pour les rédacteurs de ces torchons, mais aussi pour les autres, les valeureux jihadistes combatifs (des civiles pour les plumitifs de nos médias) qui, quelques heures auparavant, se trouvaient dans les tunels de la ville souterraine creusée sous Al Qusair.

 

syrie,france-info,journaliste,journalisme,gowrié,asl,terroristes,islam,islamisme

 Si l'information, la vraie, pouvait intéresser les plumitifs et leurs maîtres, il s'agit, ici, d'un jihadiste, arrêté par l'armée syrienne alors qu'il essayait de fuir avec les "civiles" dans le "couloir humanitaire" laissé par l'armée pour permettre à ceux qui le souhaitent de fuir les combats.

Bientôt, je vous le garantis, on pourrait insulter quelqu'un en le traitant de...journaliste.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, france-info, journaliste, journalisme, gowrié, asl, terroristes, islam, islamisme

21/01/2013

Les terroristes face aux leurs

Après avoir financé et lourdement équipé les démocrates Libyens, la France a brusquement changé d'avis. Relabellisés terroristes (on fait bien attention à ne pas les appeler "islamistes"), on veut maintenant les combattre et chasser...où ?

C'est certainement pour nous expliquer tout cela que lors du journal de 19h30 de vendredi dernier, le journaliste vedette de la RTS, télévision publique, donc à redevence, Monsieur Darius Rochebin, a fait appel à l'analyse, certainement pertinente, de M. Kouchner, ancètre de Juppé et Fabius et membre du club fondé par BHL. Le point le plus délicieux de l'interview fut lorsque le grand humaniste, jadis médecin, déclara que sans cette intervention, le Mali risquait de se trouver tout entier aux mains des fondamentalistes, lesquels y auraient alors imposé la Charia.

C'est à ce moment-là qu'on aurait pû imaginer la suite suivante de l'interview :

...lesquels y auraient alors imposé la Charia.

Rochebin : Et alors ? Cela est-il grave ? Vous gêne-il ?

Kouchner : mais plus que cela même. C'eut été une catastrophe, pour le Mali, pour l'Afrique et même pour nous, ici.

Rochebin : pourtant, cette Charia est la seule loi chez nos amis Saoudiens, Qataris, etc. La première déclaration des "démocrates" Libyens et Tunisiens fut de vouloir l'imposer. Cela ne semble pas vous poser de problème particulier !

Kouchner : Euh... (je sais qu'il aurait aussi pu dire : nous ne parlons pas de la même chose. C'est un problème différent. Les circonstances ne sont pas les mêmes. Et des âneries du même genre).

Rochebin : donc, Monsieur Kouchner ?

Seulement voilà, c'est la suite logique d'une interview professionnelle dont le but est d'informer. On ne se fait pas de telles "vâcheries" entre amis.

Au fait, Mesdames et Messieurs de la corporation. N'êtes-vous pas pris d'une petite envie de vous insurger contre le Black Out absolu imposé par l'armée française ? Laquelle filme elle-même "ses opérations" et vous distribue, après vérification, des morceaux bien choisis ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rts, rochebin, kouchner, france, syrie, lybie, mali, terroristes, islamistes, islam, islamisme, gowrié

29/08/2012

Attentat contre un convoi « funèbre » à Damas. L’abjection à l’état pur

 

L’irakisation du de la Syrie, je ne dis pas conflit car on ne peut être en conflit lorsqu’on lutte contre des terroristes et des barbares, bat son plein. C’est ainsi qu’hier à Jaramana, proche banlieue de Damas, une voiture piégée a explosé au passage d’un convoi funéraire tuant entre 10 et 15 personnes, 12 étant le chiffre le plus communément admis.

 

Qu’est-ce que Jaramana ? Une banlieue relativement récente, qui a beaucoup grandi à la fin du siècle dernier et la première décennie de ce siècle. Une banlieue comme beaucoup d’autres dans cette partie du monde, sans âme particulière. De petits immeubles de 4 à 5 étages où vivent essentiellement des chrétiens, ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir un appartement à Damas, ainsi que des Druzes, mais aussi la panoplie habituelle de la population syrienne sans toutefois la concentration confessionnelle habituelle de ceux-ci. Durant l’occupation de l’Irak par les Américains, Jaramana a accueilli la majorité des réfugiés irakiens qui ont choisi le chemin de Damas, plus de 400'000, sans le moindre incident pendant plus de 5 ans. Jusqu’au début des récents événements encore, il y en restait une bonne centaine de milliers.

 

Rien de très exceptionnel en soi, en somme.

 

Pas pour les terroristes qui, luttant pour la liberté et la démocratie, contre un régime dictatorial, ont décidé de porter un coup « décisif » à un convoi funèbre. Une noblesse qui force l’admiration. C’est certainement cette noblesse qui pousse François Hollande à les qualifier d’opposition légitime et notre DFAE de les soutenir financièrement. En somme, nous finançons directement, ce n’est même plus un secret de polichinelles, des gens qui font exploser des voitures au passage de convois funèbres et qui jettent des postiers du haut d’un immeuble de plus de 10 mètres.

 

Quant à l’abjection, elle nous a été gracieusement offerte par France Info qui relatait l’événement en ces termes : «  Les violences continuent en Syrie. Les affrontements armés et les bombardement ne cessent pas. Par ailleurs, dans une banlieue proche de Damas, une voiture piégée a explosé au passage d’un convoi funèbre de partisans de Bashar el Assad… »

 

L’abjection à l’état pur.

Il est maintenant 13H10. Le dernier bilan de cet attenat fait état de 27 morts. On ne sait pas qui il faut remercier. 

 

21/08/2012

En Syrie, les terroristes sont maintenant traqués

Un à un.

Ce qui devait être une bataille « finale bis » à Alep s'est transformée en cauchemar final pour les bandes armés (opposition légitime selon Clinton et Fabius) stipendiées des monarchies moyenâgeuses du Golfe bédouin et de nos « démocraties » occidentales, y compris la nôtre dont les « dons » connus aux terroristes s'élèvent à 60'000 francs jusqu'à présent. Sans parler des livraisons d'armes passant, pour se donner bonne conscience, par ces mêmes monarchies hyper démocratiques.

Cette nouvelle façon de faire est devenue possible pour plusieurs raisons :

En dehors de quelques quartiers décentrés où les terroristes pouvaient, de part la composition même de la population, relevant de l'islam fondamental, avoir quelques appuis et aides, les habitants d'Alep et de Damas, ont dans leur grande majorité totalement rejeté les terroristes et ont largement contribué aux succès de l'armée.

Les renseignements. redevenus efficaces et pour cause. Il aura fallu plus d'une année et demie pour purger les services, où les espions à la solde de l'ASL et des renseignements étrangers pullulaient et renseignaient les terroristes sur les mouvements des troupes. D'où aussi les pertes minimes en hommes de l'armée. A ce propos, sans pouvoir, pour l'instant le confirmer à 100%, il semblerait de plus en plus acquis que la défection du vice président syrien, Farouq Al Charaa, annoncée avec fracas par l'ASL, soit réelle, sauf que...elle a échouée. Certains se posaient effectivement beaucoup de questions sur la pourriture qui doit régner au sein de l'appareil de l'Etat syrien pour que des défections, qu'on peut qualifier d'importantes, telle que celle du premier ministre éphémère, puissent se faire au nez et à la barbe de ces services. Le pourrissement et la corruption étant des faits admis, il semble tout de même que l'avortement de la dernière tentative d'envergure en le domaine, celle du vice président, marque un tournant. Il en va de même pour le vice premier secrétaire du parti Baath, Abdullah Al Ahmar. Ils seraientt maintenant en résidence surveillé. Ils peuventt remercier le ciel car à ce niveau de responsabilité, ils pourraient très facilement être traduits devant la haute cour pour désertion, haute trahison et complicité avec des services étrangers hostiles. C'est la potence à coup sûr.

Ce qui précède est aussi à lier à la "nouvelle" façon de faire, plus moderne, de l'armée syrienne. L'impact psychologique s'en fit immédiatement sentir. L'armée se fait maintenant systématiquement suivre par les caméras, de vraies et non pas des portables, montrant la réalité de ce qui se fait sur le terrain. Seuls nos plumitifs et leurs torchons continuent leur combat perdu aux côtés des terroristes.

 

La troisième raison est à chercher dans la stratégie même de ces bandes de terroristes, appelées, pour la forme, ASL. Ceci marque par ailleurs une première défaite militaire indirecte aux pays occidentaux qui les appuient car ce sont les conseillers militaires de ces pays qui dirigent les opérations de ces bandes. A ce propos,il convient de lire les rapports, de plus en plus nombreux, mettant en cause directement les services occidentaux et les accusant de fournir une aide directe, en rensignements et en logistique, aux terroristes. Voici d'abord un article très intéressant à ce propos du Bild.

http://www.bild.de/politik/ausland/politik-ausland/deutsc...

Et voici un navire d'espionnage allemand, posté en face des côtes syriennes, collectant les informations, notamment sur les communications et les mouvements des troupes régulières et les fournissant, via les services de renseignements britanniques et turcs, aux terroristes.

78614911-dc61-4014-86c4-2ec8a3038725.jpg

 

 

 

 

 

 

La Bataille « finale » de Damas avait deux objectifs. Le premier, direct, espérer un effondrement soudain du régime et s'emparer de la capitale et du pays. Le deuxième objectif étant le détournement de l'attention et des moyens de l'armée d'Alep, où les terroristes comptaient réaliser, pour le compte des occidentaux et des Turcs, la fameuse zone « libre » allant de cette ville jusqu'à la frontière turque. D'où aussi les coups de main spectaculaires consistant à s'emparer de plusieurs points importants allant précisément de ces frontières et jusqu'à la ville d'Alep. Tout le monde criait victoire. On a même lu que Azaaz, très proche de la frontière turque, vit déjà à l'heure de l'après Assad. On y a même installé le QG des insurgés au nord, lequel vient d'être totalement anéanti par une frappe aérienne. C'est précisément à ce moment, comme par miracle, qu'il est devenu école abritant des civiles. Il en est de même de toute la ligne « libérée » par l'ASL allant de la frontière turque jusqu'à Alep. D'où les déboires, manque de ressources et pertes terribles des terroristes.

Pour le reste, les mots ayant une importance extrême, notamment dans ce contexte, sauf pour les Français qui, comme d'habitude, seront les dindons de la farce, les USA viennent, pour la première fois depuis le début de la crise en Syrie, de « souhaiter bonne chance et plein succès » à M. Lakhdar Ibrahimi, nouvel envoyé des Nations Unies en Syrie, dans sa mission. De son côté, ce dernier vient de déclarer que le départ d'Assad n'est en aucun cas à l'ordre du jour. En liant les deux déclarations, on peut supposer que la nouvelle donne, sur le terrain, commence à imposer certaines réalités.

Sauf pour Fabius et, accessoirement, Burkhalter, bien évidemment.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, gowrié, usa.france, terroristes, fabius, didier burkhalter, assad

19/08/2012

Fabius aboiera. La caravane syrienne passera

Dans la série escalade verbale et stupidités typiquement françaises, le guignol BHLien vient de franchir une nouvelle étape.  Assez discret ! en Jordanie et au Liban, il s'est complètement lâché chez le Turc déclarant que le régime syrien doit être « abattu » et que Bachar el Assad « ne mérite pas » de rester sur terre.

Brrrrr, on commence à avoir peur.

Il a juste oublié de dire comment il comptait faire. Peut-être en intervenant lui-même ou en confiant le job au Turc. Nous verrons.

Plus sérieusement, il faut avouer que cette déclaration fracassante, à laquelle le corps diplomatique ne nous a pas habitués, a de quoi...rassurer. Car avec l'expérience des 18 derniers mois, statistiques aidant, on remarque qu'à chaque fois leurs protégés terroristes et voyous wahhabites au bord de l'asphyxie, les Clinton, Cameron et autre Fabius montent au front pour nous sortir une batterie, devenue classique, de menaces et d'annonces fracassantes. Le guignol doit en effet pester aux nouvelles en provenance du « front ». La bataille « finale » de Damas s'est transformée en nettoyage totale de la capitale et de sa banlieue. Celle d'Alep, toute aussi « finale » s'est avérée l'être pour les terroristes. Mieux, ou pie, selon de où l'on se place, les Aleppins, dans leur écrasante majorité, se montrent totalement hostiles à ces bandes de barbares et commencent à constituer des comités de défense mettant les terroristes entre eux et l'armée régulière. D'où les pertes, en matériel et en voyous, par centaines chaque jour. Coupés de leurs sources de ravitaillement, Turquie et Liban, à court de munitions, mais aussi d'hommes, ils n'ont plus que deux issues : se rendre ou mourir.

Pour revenir à Fabius, certains s'étonnèrent de l'étrange silence des Russes toute la semaine dernière. Et bien ceux-ci ont parlé et calmement, comme d'habitude. C'est la marque du sûr de soi, bien évidemment. Pour dire quoi ? D'abord pour mettre les Américains, très sérieusement cette fois-ci en garde contre toute aventure mal calculée en Syrie, puis...pour ne rien dire sur Fabius. Ils estiment, à juste titre, que s'adresser aux laquais est une perte inutile de temps. Adresser un avertissement au maître est plus productif et moins coûteux, en énergie.

Enfin, les musulmans fêtent aujourd'hui l'Al Fitre. Les Syriens, les musulmans d'entre eux, le feront chez eux. Tout comme les égyptiens, Tunisiens, Libyens et...Saoudiens et Qataris. Eh oui. Les bédouins avaient prévu de le faire à Damas. Je crains, pour eux, qu'ils ne doivent patienter encore longtemps, très longtemps.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, fabius, gowrié, france, turquie, islam, terroristes, wahhabites

18/08/2012

Syrie : les hystériques

Fous à l'idée même qu'ils puissent perdre la guerre qu'ils ont déclenchée en Syrie, Clinton, Fabius, Cameron et Didier Burkhalter, car notre DFAE devient maintenant leader dans le domaine de l'hostilité vis-à-vis de la Syrie (ce qui nous coûtera très cher plus tard), franchissent un pas supplémentaire dans l'hystérie qui les anime depuis le début de la crise dans ce pays. Ainsi, la Suisse durcit, sous les ordres de qui ?, ses sanctions à l'encontre de la Syrie et adopte maintenant même une attitude de délinquant. En effet, notre Conseil Fédéral a décidé que les créances, que la Syrie a contre la Suisse, ne seront pas honorées.

Fabius fait le tour du « pourtour » syrien, en commençant par la Jordanie. Il veut apporter le soutien de la France. Petite question : puisque, comme  je le mentionnais jeudi, 70% du territoire syrien se trouve sous le contrôle des « l'opposition légitime », pour Fabius n'y va pas ? Je laisse aux plumitifs de certains torchons le soin de répondre.

Clinton, avec le colérique Erdogan, veulent instaurer des zones d'exclusion aérienne sur certaines parties de la Syrie. A peine 24 heures après, le ministre yankee de la défense, un certain Panetta, déclare que cela n'est actuellement pas la priorité. Remarquez que, malgré l'opposition à 180 degrés des deux, ils en parlent comme si c'était à eux d'en décider. Bref.

Eh bien, à tous ceux-là je dis : votre guerre est « déjà » perdue. Oh, elle durera encore, assez longtemps malheureusement car vous continuerez à financer, équiper et soutenir les terroristes, vos semblables en réalité. Mais cela ne changera rien à l'affaire. La Syrie semble définitivement décidée à éradiquer vos troupes de mercenaires islamo-wahhabites et elle y parviendra. Le jour où cela arrivera, ce sera une victoire historique, contre les terroristes, bien sûr, mais surtout et avant tout contre vous. Ce sera historique car ceci marquera le début de votre déclin. Votre arrogance vous a à ce point aveuglés que vous êtes incapables d'amorcer un mouvement pour vous sortir du piège dans lequel vous vous êtes vous-mêmes enfermés. Ce sera aussi historique car la Syrie, meurtrie, en sortira malgré tout beaucoup plus forte et bien plus aguerrie. Elle sera à ce moment là prête pour vous affronter...directement. Il serait en effet tout à fait immoral que vous puissiez rester à l'écart des souffrances que vous infligez aux autres. La Syrie aura payé un lourd tribut, humain et matériel. Il serait juste qu'elle en demande réparation au criminels qui ont causé cela : vous. Et vous le ferez.

Je divague ? Non, je lis l'histoire.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, gowrié, didier burkhalter, cameron, clinton, fabius, suisse, asl, terroristes, islam

02/08/2012

Syrie : un « petit » quiz médiatique

Et attention, il n'y a aucun piège. Il suffit de répondre "journaliste" et vous tomberez juste. Quant à savoir lequel d'entre eux, est-ce vraiment important ?

Concentrez-vous surtout sur le magnifique style tragi-comique, mais surtout très romantique, façon révolutions du 19e siècle, de l'auteur. Comme il est drôle de constater la ressemblance frappante avec certains "articles" de notre Hebdo national.

Voici d'abord l'extrait en question :

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/29/01003-201...

« Après la préparation d'artillerie vient l'attaque. Elle est brutale. En début de matinée, samedi, des fusillades nourries éclatent dans plusieurs secteurs de l'est et du sud de la ville, où se trouvent les positions rebelles. Vers 11 heures, au quartier général des rebelles, installé dans une école du quartier de Sakhour, deux pick-up chargés de combattants arrivent en trombe. Les révolutionnaires débarquent en larmes, s'effondrent en sanglotant sur les marches de l'école. Ils sortent de la voiture le corps criblé de balles de l'un des leurs, qu'ils étreignent en pleurant. Dans la caisse du second véhicule, trois autres corps de révolutionnaires tués. Ils enroulent les corps dans des couvertures. Ils sont bientôt évacués vers les villages du nord pour des funérailles.

«On n'a même pas eu le temps de voir d'où venait l'attaque», explique un des combattants. «Les balles ont plu sur nous comme de la grêle, venues des toits et de troupes au sol.» Il montre le pistolet et la kalachnikov de l'un de ses camarades, le métal déformé par les impacts.

Dans la journée de samedi, plusieurs positions rebelles subissent des attaques du même genre. Les uns après les autres, plusieurs commandants des groupes de l'Armée syrienne libre qui ont mené l'audacieux raid vers Alep sont tués. Ces pertes sont particulièrement cuisantes pour des combattants qui manquent de chefs expérimentés et dont la cohésion est assurée par des liens familiaux ou de voisinage.

Au lieu des soldats démoralisés qui se débandaient devant eux, les rebelles se retrouvent soudain face à des troupes motivées, agressives. L'initiative et la surprise ont changé de camp. »

Le plumitif "révolutionnaire" semble regretter ces pertes chez ses amis terroristes. Et maintenant, la réponse au quiz : il s'agit de notre ami Adrien Jaulmes, ami, lui-même d'une certaine Florence Aubenas, elle aussi hôte de nos amis terroristes-révolutionnaires.

Capture.JPG

Au-delà de ces considérations d'ordre purement comique. L'article de notre ami romantique nous renseigne cependant - oui c'est possible, ils peuvent aussi informer même quant ils ne le font pas exprès- sur deux choses, essentiellement :

  1. Les mensonges, à condition que la partie lésée puisse résister un peu, ne durent qu'un moment. Ainsi, sans le vouloir, notre ami Jaulmes confirme les allégations des autorités syriennes sur les lourdes pertes subies par les terroristes.
  2. Encore plus important, le dernier paragraphe de notre conteur, parlant de soldats motivés, agressifs et volontaires. Avec, c'est le plus important, l'effet de surprise.

Je parlerai de ce dernier point dans mon billet de demain, consacré à la "grande bataille" FINALE de Damas et ce qui s'y est réellement passé.

D'ici là, je présente mes condoléances à Monsieur Jaulmes.

 

31/07/2012

Des politicards et des plumitifs

On aurait bien évidemment pu ajouter criminels, voyous et bandits de grand chemin.

Commençons par les politicards. Alors que je parcourais l'autre jour les nouvelles concernant la Syrie, je suis tombé sur une déclaration pour le moins étonnante émanant de l'Ambassadeur américain à Moscou, un certain Michael McFaul. J'ai, je l'avoue, failli tomber à la renverse : « En réalité, nous ne soutenons aucun groupe impliqué dans le conflit syrien. Nous ne sommes pas hostiles aux Syriens qui soutiennent al-Assad. Ce n'est pas notre combat. Nous plaidons pour les négociations » a-t-il dit.

220px-Michael_McFaul.jpg

http://fr.rian.ru/world/20120727/195494070.html

Pendant un moment, je me suis demandé si les différentes sources, qui d'habitude font leur marché auprès du même fournisseur (regardez pour cela les quelques torchons de chez nous et leur source, tellement digne de confiance, l'OSDH), ne se sont pas trompé de personnage. Qu'elles aient inter changé les noms du Russe et de l'Américain. Et puis, non. C'est bien le Yankee qui a fait la déclaration. Plus loin, McFaul déclarait : « En Égypte, en Tunisie et en Syrie, nous soutenons les règles du jeu et non les vainqueurs et les vaincus. Nous ne cherchons pas à déstabiliser Syrie. Nous ne voulons pas la chute de l'État syrien. Nous l'avons vu en Irak, en Somalie et dans d'autres pays. Nous partageons l'objectif du gouvernement russe: prévenir la désintégration de l'État syrien ».

Ce n'est peut-être qu'une diversion car, à moins qu'il ne prenne les autres pour des imbécile et il aurait tort de la faire, il ne reste plus que les nourrissons qui ne sachent pas encore l'ampleur de l'aide apportée par les Américains au terroristes en Syrie. Même dans ce cas, l'Amérique signe ici une défaite diplomatique, une de plus, en admettant, serait-ce un début ?, la réalité sur le terrain. Cette réalité est la suivante : l'ASL et les terroristes seront écrasés, ce malgré l'aide sans précédent apportée par les Yankees, leurs domestiques européens et les bédouins du Golfe. La réalité est que les Russes se sont définitivement engagés aux côtés des Syriens et iront jusqu'à l'affrontement, militaire, direct, s'il le faut. La réalité est que ces derniers viennent de déclarer que les sanctions et autre embargo décrétés par les Occidentaux n'ont aucune signification pour eux et que ces derniers seraient bien inspirés de ne pas songer à intercepter les navires russes se dirigeant vers la Syrie ou essayer de les inspecter.

Enfin, pour en finir avec l'attitude de la Russie, qui, selon les sources, de l'ordre de 100'000 qui se trouvent en Syrie. Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir pourquoi n'a-t-elle jamais ni appelé ni procédé à une quelconque évacuation d'aucun de ceux-ci ?

Pour ce qui est des plumitifs, la perle provient de l'AFP. A l'instar des torchons qui se fournissent auprès d'elle, l'AFP se fournit elle-même auprès de ... l'OSDH. C'est dire le sérieux et le souci d'informer qui caractérise tout ce petit monde de...l'édition libre. Bref, l'AFP vient, une année et demie après le début de la crise et après une bonne douzaine d'essais de désinformation transformés, entre autres la transformation du massacre de 120 soldats à Jisr el Shoughour en massacre de civiles, vient de lâcher une petite bombe médiatique : « une bonne partie des combattants à Alep sont des étrangers » Qu'y trouve-t-on ? La composition habituelle des touristes du Jihad : Saoudiens, Tchéchènes, Jordaniens, Égyptiens, etc.

http://www.afp.com/fr/node/359201

Tout cela en attendant que le triomphalisme affiché aux nouvelles de la « prise » d'Alep par les insurgés se transforme en pleurs sur le sort de ces mêmes insurgés qui, je vous en fais le pari, redeviendront du coup de pauvres « civiles » massacrés par l'armée du régime.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, russie, gowrié, afp, asl, insurgés, terroristes, islam, jihad, alep, mcfaul

24/07/2012

Les terroristes « libérateurs » de Midane écrasés par l’Armée Nationale Syrienne

Exactement comme prévu dans mon précédent billet, ce sont les mêmes qui jubilaient à l'annonce, largement médiatisée, de l'assaut final sur Damas, prévoyant la chute de la capitale et du régime avec, qui se mettent à pleurer maintenant à l'annonce, bien moins médiatisée, de l'écrasement TOTAL des terroristes à Midane, quartier emblématique de Damas. Cette fois-ci, les pertes « civiles » furent, fait marquant, minimes. La rapidité, contrairement à ce qui s'est passé à Homs, avec laquelle les unités armées sont venues à bout des combattants insurgés est vraiment étonnante. En effet, pour la première fois depuis le début de la crise syrienne, l'armée envoie au "combat" certaines de ses unités spéciales. D'où l'écrasement spectaculaire des insurgés, les pertes pratiquement inexistantes de l'armée ainsi que des pertes "civiles" pratiquement inexistantes.

Voici une vidéo montrant une partie des pertes chez les insurgés. Comme nous pouvons le constater, ils n'ont d'insurgés que le nom, et encore. Car, comme la vidéo le montre, les terroristes en question sont envoyés par les "frères" arabes.

Certaines images, montrant des terroristes morts, peuvent être choquantes.

http://www.youtube.com/watch?v=uf7y6zqdOPU&feature=yo...

Du coup, nos médias, si prompts à relayer les exploits de l'ASL (on rappelle qu'il s'agissait de la bataille pour la libération de Damas) sont restés TOTALEMENT silencieux aux nouvelles de la "libération" de Damas, des insurgés.

A propos de médias, on apprend que les compagnies satellitaires Arabsat et Nilesat ont arrêté la diffusion de la chaîne Syrienne Addounia et ceci arrive après une décision similaire des Européens et des Américains. Addounia étant, selon eux, un instrument de propagande aux mains du régime. Waooo. Contrairement à qui ? A Al Jazeera, Al Arabiya, Fox News, CNN, France Info, RTS, Le Temps, Le Courrier, l'Hebdo, La liberté, AFP, France 24 et d'autres, par exemple ?

Qu'avons-nous découvert à Midane ? En dehors des terroristes tués, l'Armée Nationale Syrienne en capturé des dizaines, qui seront certainement extrêmement utiles par la suite et mis la main à des quantités ahurissantes d'armes de toutes sortes. Un nombre important de terroristes est originaire des pays « frères » : Saoudiens, Qataris, Libyens, Égyptiens, Jordaniens, Somaliens et même Soudanais.  Manifestement, l'Armée, il était temps, commence prendre la mesure des voyous. Je n'ai jamais prétendu que cette guerre, car c'est de cela dont il s'agit, sera facile. Il n'a jamais été facile, même pour les armées les mieux équipées et les plus entrainées au monde de venir à bout de terroristes disséminés parmi la population, qu'ils prennent en otages, dans des quartiers très densément habités. On sait tous qu'un seul terroriste peut tenir une rue pendant des heures voir des jours. La guerre sera donc longue, dure et douloureuse. Les terroristes ne reculeront devant aucune atrocité. Est-ce moi qui le dis ? Non, ce sont les médias « atlantistes » qui ne peuvent plus NE PAS le dire.

C'est ainsi que le Figaro nous apprend que les amis « pacifiques » de nos plumitifs, souvent nommément cités dans mes billets, ont découpé les bras et les jambes d'un colonel de l'armée alors qu'il était encore vivant.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Ceci mettra du baume au coeur des naïfs qui, de temps à autres, m'écrivent pour me parler de la bonté certaine des défenseurs de la liberté qui luttent contre un régime sanguinaire.

Mais bon. Que pouvons-nous attendre de voyous et de criminels ayant appris leurs leçons dans les écoles des salafistes Saoudiens et Qataris et dont l'entrainement et l'armement sont assurés par Fabius, Cameron, Clinton et...Didier Burkhalter.

 

16/07/2012

Timisoara, Houla, Tremseh : la mayonnaise ne prend plus. Malheureusement pour les terroristes et les médias occidentaux.

C'est la première fois depuis le début de la crise syrienne qu'une débandade de l'ASL, Armée Syrienne Libre, une association hétéroclite de déserteurs, islamistes salafistes, de "frères arabes" venus soutenir leur frères en terrorisme, etc, peine à se transformer en massacre. Ce le jour même de l'événement. Décidément, les choses changent, y compris au sein des succursales d'Al Jazeera ici. Ainsi, Le Point.fr, dans son édition électronique de 13 juillet, le jour même de l'opération de l'armée contre les terroristes, parle sans détour de 150 victimes dont la majorité serait des rebelles. Le Points.fr affirme que le nombre de civils tués ne serait que de sept, que je déplore. Malgré cela, Le Point n'a pu s'empêcher de commencer le titre de ce même article par : "massacre en Syrie". http://www.lepoint.fr/monde/massacre-en-syrie-la-majorite...

Voici aussi ce qu'en dit Romandie.com

http://www.romandie.com/news/n/_Syrie_des_dizaines_d_insu...

Vous ne le croirez pas, mais ces deux médias citent l'OSDH, officine stipendiée par le gouvernement de sa Majesté, elle-même citant une officine locale, Sham News qui, de l'aveu même du Point et de Romandie, serait pro-révolution.

Rendez-vous compte, même l'OSDH ne peut plus ranger les terroristes et les rebelles parmi les "victimes civiles" provenant des manifestations pacifiques, si chères à nos amis Gaëtan Vannay et Boris Mabillard, "journalistes" professionnels pro-démocratie de leur état.

On a donc essayé d'inventer une nouvelle Houla.

De son côté la TDG, dans son édition électronique du 13 juillet, parle, tout en se cachant derrière l'OSDH, histoire de se dédouaner de toute fabrication propre, atteint des sommets dans la désinformation, nouvelle spécialité des journalistes de chez nous, en parlant de plusieurs dizaines de combattants armés mais en titrant : "des villageois tués à l'arme blanche ou à coups de bâtons". Cela étant, sur les trois commentaires postés, une lectrice a tout de même eu la présence d'esprit, certainement bien plus développé de l'auteur de l'article, qui a relevé cette contradiction. Merci pour elle.

Voici ce magnifique article par un journaliste, certainement professionnel :

http://www.tdg.ch/monde/villageois-massacres-arme-blanche...

Toujours au sujet de la TDG, celle-ci titrait, ce dimanche 15 juillet titrait : "des quartiers denses de Damas bombardés". Une fois passé l'effet d'annonce habituel dans le titre, on lit, dans le même article, que l'armée régulière lance des tirs contre des quarties où sont retranchés des "rebelles armés".

Ah ha...On peut être certains que cela se transformera sous peu en un massacre de civils. Il faut aussi souligner que l'auteur, anonyme, de l'article n'a pas oublié de se cacher encore une fois derrière les chiffres de l'OSDH.

Voici le chef-d'oeuvre journalistique en question :

http://www.tdg.ch/monde/quartiers-denses-damas-bombardes/...

Enfin et à propos du "massacre de Tremseh, le cauchemar qu'il ne faut pas passer sous silence, selon Clinton, Cameron et Hollande, le chef des observateurs de l'ONU vient de rendre son rapport : "l'armée régulière n'a pas utilisé d'avions de combat..Elle n'a visé que les cachettes des rebelles et des déserteurs".

http://www.boursorama.com/actualites/damas-dement-avoir-r...

A propos de ces "massacres", on se demande toujours pourquoi, à l'instar de Houla, précisément, où la majorité des victimes étaient des chiites "pro gouvernement", ceux-ci n'ont lieu que dans des localités...pro régime !

Je demande là aussi à nos valeureux journaleux de nous en fournir l'explication. Eux qui ont effectué des "immersions" au sein de l'ASL, organisation humanitaire pacifique de son état.

Alors oui, l'Armée Nationale Syrienne a effectué une opération contre les terroristes, financés et soutenus par les bédouins et les pays Occidentaux. Parmi eux, on a trouvé des combattants étrangers et un officier turc.

Alors, si je comprends bien, les USA, la France, la GB et quelques bédouins, veulent maintenant une enquête internationale pour voir comment les terroristes ont été tués !

Ça, c'est nouveau.

P. S. Vous la'uriez remarqué, je reprends mon slogan contenant la dénonciation des mensonges et des manipulations journalistiques.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : timisoara, houla, tremseh, gowrié, syrie, usa, vannay, mabillard, tdg, terroristes, france, asl, bédouins

27/06/2012

L’Alliance des Lâches condamne l’attaque syrienne

Comme prévu, la réunion de l'Alliance des Lâches a fait pschitt. La Turquie elle-même, par la bouche de sa marionnette islamiste Erdogan, a rebaissé de ton après cette réunion. Obama et ses larbins, Hollande, Cameron et les autres, ont dû lui dire : on s'excuse mais pour l'instant on ne peut faire mieux. En langage de tous les jours, cela signifie : essaie de te débrouiller tout seul car nous, on n'attaque que ceux qui ne peuvent se défendre.

L'OTAN s'est écrasé. Obama et ses larbins, Hollande et Fabius en tête, nagent dans leurs propres excréments.

Il y a de cela 15 mois, Juppé, Clinton, Rice, Cameron et même quelques bédouins incultes, dictaient « leurs exigences » : Assad doit faire ceci, Assad doit exécuter cela. Il doit partir, il doit être traduit devant la justice internationale et des conneries du genre. Aujourd'hui, alors même que la réunion de l'Alliance des Lâches sous l'égide de l'article 4 de sa charte n'est que la deuxième du genre depuis 60 ans, c'est dire l'importance qu'ils donnent à l'incident, le Secrétaire Général de l'Alliance, Rasmussen, « demande » gentiment à la Syrie de tout mettre en œuvre pour éviter de nouveaux incidents du genre. SVP, essayez de ne plus vous attaquer à nos chasseurs.

Ainsi, Merdogan l'islamiste, lamentable et nain, qui n'a ni réagi ni demandé l'intervention de l'Alliance des Lâches lorsque les commandos israéliens ont tué plusieurs ressortissants turcs en 2009, essaie tant bien que mal de bomber le torse avec des déclarations aussi médiocres que sa propre personne : « nous allons aider par tous les moyens le peuple syrien jusqu'à la chute du régime du Président Syrien. On se demande ce qu'il va pouvoir faire de plus que ce qu'il fait aujourd'hui car ce n'est même plus un secret de polichinelle : la Turquie EST en guerre contre la Syrie : elle accueille les terroristes, les héberge, les nourrit, leur achemine financement et armes, facilite leur passage à travers ses frontières...

Pour ne rien vous cacher, je trouve cela plutôt rassurant. Plus il aboiera, plus la Syrie devra augmenter sa pression sur les terroristes, jusqu'à l'anéantissement total de ceux-ci, partout où ils peuvent se trouver. Nettoyage au Kärcher.

Pour le reste, le message le plus important que la Syrie a voulu envoyer au monde entier et que l'Alliance des Lâches voulait précisément tester, est qu'elle est puissante et ne craint pas la guerre, quel que soit l'adversaire.

Une fois les terroristes anéantis, viendra alors, peut-être, le temps des vrais comptes à liquider : les Bédouins, tout d'abord, la Turquie et la France ensuite. Ils soutiennent ouvertement le terrorisme, il serait parfaitement juste qu'ils puissent y goûter, le plus possible.

Au fait, puisqu'on parle beaucoup avions, de chasse, en ce moment. Les Syriens, deux jours après la défection du colonel de l'armée de l'air syrien, ont exigé et obtenu la récupération illico du chasseur en question. Comme quoi, ils aboient peut-être moins, mais...

Au fait, bis. Aux esprits chagrins et à ceux, Juppé d'abord, suivi par Clinton, Hollande, Fabius et les autres, "flairant" sans cesse un changement dans l'attitude russe, ces derniers, au nez et à la barbe de tous, viennent d'acheminer les systèmes de défense aérienne les plus modernes dont ils disposent. Des batteries capables de fixer et tirer sur 24 cibles à la fois. Les pilotes des rafales et des F-16 ayant bombardé Khadhafi doivent "pester".

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : otan, syrie, obama, gowrié, hollande, turquie, erdogan, terroristes, islamiste, assad

22/06/2012

Les amis dObama, Hollande, Cameron et...Burkhalter

Ce billet sera extrêmement court. Vous y trouverez de gentils manifestants pacifiques, soutenus activement par notre ministre des affaires étrangères, ainsi que par les journaleux de nos grands médias, jettant un méchant habitant d'une localité proche de Damas, Nabek, d'un étage élevé. Le malheureux se contente de dire : que Dieu ne vous donne pas fortune, que Dieu ne vous donne pas fortune, qui peut se traduire par : que Dieu vous maudisse.

http://french.irib.ir/galeries/videos/item/195362-ُsyrie-...

Voici une autre source

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Je n'ai pas envie de dire autre chose. A Burkhalter, le ministre, et ses journaleux, je dis : que Dieu ne vous donne pas fortune, que Dieu vous envoie en enfer.

 

 

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : obama, burkhalter, syrie, hollande, cameron, suisse, médias, terroristes

21/06/2012

Hé Barak : au pied

1720873_3_970b_les-presidents-poutine-et-obama-le-18-juin_7a56d8d15608589b45f374df2b4a4b65.jpg

Après le larbin, Hollande, c'est autour du maître, Obama, de mettre de l'eau, beaucoup d'eau, dans son vin. Plus de deux heures d'entretien n'ont pas fait bougé Poutine d'un millimètre sur sa position concernant la Syrie. Si le Russe peut à ce point se le permettre, c'est qu'il est absolument certain qu'il en a les moyens.

Tant mieux.

Je dois vous l'avouer, ce que je trouve de plus jouissif dans cette affaire est ce constat d'impuissance totale et absolue des Occidentaux, Américains en tête. A voir la tête de mort que Barak Obama affichait à la fin de la conférence de presse et le refus des deux dirigeants de se regarder, on peut imaginer les gifles que le Russe a dû infliger deux heures durant au Yankee.

Pas la moindre allusion au départ nécessaire du Président Syrien

Pas d'intervention étrangère, sous quelque forme que ce soit

Pas de chapitre VII, ni aucun autre chapitre, de la charte de l'ONU

Rien du tout, nada, peanuts, zéro.

Loin de consentir la moindre concession, la Russie durcit au contraire sa position. Lavrov vient en effet d'exiger l'arrêt immédiat de toute livraison d'armes aux terroristes ainsi que l'arrêt, immédiat, aussi, de la guerre médiatique contre la Syrie. Vous pariez qu'il va les obtenir ? Au fait, préalablement à cela, la Russie avait, le 7 juin, procédé a deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux. Vous savez ce que cela signifie ?

Pauvre Barak, pauvres larbins, pauvres journaleux, clandestins ou pas, de la RTS, du Temps ou d'ailleurs. Que vont-ils maintenant faire de leurs torchons ? Tous ces chapeaux à avaler ! Remarquez, ils ont bien essayé de nous faire avaler leurs conneries.

Erdogan l'Othoman l'a définitivement fermé, de même que les bédouins du Qatar et de l'Arabie Saoudite. Restent Al Jazeera et Al Arabiya, avec quelques unes de leurs succursales ici : RTS, France Info, France 24, Libération, Le Temps, La Liberté, Le Courrier et l'Hebdo. Je me réjouis déjà de voir comment vont-elles procéder pour changer de veste. Mais je ne me fais pas trop de soucis. Ils trouveront certainement le moyen de s'excuser, exactement comme ils l'ont fait après l'invention de Timisoara, des armes de destruction massive en Irak, des avions imaginaires de Kadhafi bombardant des civils, du massacre de Houla perpétré par leurs amis islamistes et attribué à l'armée syrienne, du journaliste Gilles Jacquier assassiné par les amis de Haammmouche (c'est, paraît-il, un journaliste travaillant pour un journal fribourgeois) sous les yeux de ce dernier, ce qui ne l'a pas empêché d'en attribuer la responsabilité à l'armée syrienne, des Palestiniens dansant et sautant de joie à l'annonce de l'attaque des tours du WTC (alors que les images provenaient en réalité de la deuxième Intifada), etc.

La vague médiatico-terroriste qui se brise sur le mur de la Syrie. Reste à éradiquer définitivement les terroristes eux-mêmes, à l'intérieur du pays. Ce sera pour très bientôt.

 

20/06/2012

Ce que nos médias ne montreront jamais

Note préliminaire : pour ouvrir les documents, optez plutôt pour Explorer. Firefox semble poser quelques problèmes.

Un tout petit décompte tout d'abord. Sur le site même de la RTS, onglet "info", rubrique "journal de 19h30", on tape « Syrie » dans « recherche » et on tombe sur 259 sujets. Même démarche pour le 12h45, on trouve 111 sujets. En tout, cela donne 370 sujets diffusés sur la Syrie. En moyenne un sujet tous les 1.67 jours.

C'est à peu de choses près la même « densité » sur les autres médias.

Qu'est-ce qu'on trouve là-dedans ? Que des exclusivités. Comprenez exclusivement ce que les « insurgés » envoient. C'est dire si nos médias sont neutres, professionnels et répondent à la mission inscrite dans la loi et dans leurs propres chartes : présenter une information « équilibrée » reflétant la diversité des opinions et permettant au public de « forger sa propre opinion », précisément en présentant les FAITS.

Je ne vais pas plus loin dans cette introduction. Voici quelques morceaux choisis de ce que nos médias ne nous montreront jamais.

1. Le 8 juin 2012, le grand reporter Alex Thompson, » Channel » IV et « The Guardian », livrait un témoignage édifiant sur ce qu'il a vu en Syrie. Voici ce qu'il dit.

Alex Thompson, The Guardian : Syrian Rebels tried to kill me

Et voici le reportage, ainsi que la traduction en français.

 

Alex Thompson reportage et traduction.JPG

Combien de médias ont relayé cette information ?

 

Aucun.

2. Le 13 juin 2012, un grand journaliste, Rainer Hermann, du Frankfurter Allgemeine Zeitung, écrivait un article édifiant nous confirmant ce que j'avançais, ainsi que certains d'autres, sur l'éventualité que le massacre de Houla soit commis par les rebelles.

Voici l'article original en allemand. (Cliquez ici)

En voici la traduction en Français (merci pour Silvia Cattori) : (Silvia Cattori : cliquez)

Combien de médias ont relayé cette information ?

Aucun.

A ce propos, il est utile de rappeler que la décision d'expulser les diplomates syriens de certaines capitales occidentales, parmi lesquelles se trouve la nôtre, était précisément prise pour protester contre ce massacre.

Bravo, Monsieur le Conseiller Fédéral Didier Burkhalter. Vous soutenez maintenant les terroristes et les massacreurs d'enfants. Comme votre prédécesseur avait en son temps soutenu les trafiquants d'organes au Kosovo. Décidément, cela devient une des spécialités de notre DFAE. Quelle promotion et quel prestige.

3. Lorsque l'armée syrienne, la vraie, bien évidemment, a enfin investi Baba Amr, repaire de tous les terroristes, les voyous et les trafiquants de tous genres, soutenus par notre DFAE ainsi que par Juppé, Fabius, Clinton et quelques bédouins, elle a découvert des « trésors » médiatiques. Des documents inestimables montrant comment ces terroristes procédaient, sous les ordres et avec le concours de nos médias, pour « confectionner » le matériel que celles-ci diffusaient ensuite. Le meilleur exemple fut fourni par le plus connu de tous : CNN. On y voit clairement le présentateur de CNN fabriquant la nouvelle avec un « reporter » local.

La boîte noir médiatique de Baba Amr s'ouvre (Essayez avec Explorer pour ouvrir la vidéo car Firefox semble avoir quelques problèmes)

Combien de nos médias ont relayé ce scandale ?

Aucun.

4. Quelque temps après, le même présentateur a invité sur son plateau ledit « reporter ». Voulant corriger le tire, il a demandé à ce dernier de démentir l'information selon laquelle tout cela ne fut qu'un faux. Le résultat fut un désastre, pour CNN.

Presse qui roule : CNN s'enfonce

Combien de nos médias ont relayé cette information ?

Aucun.

Des massacres terribles ont été commis par les terroristes. Des têtes tranchées, des membres arrachés, des hommes éventrés et des horreurs de tous genres.

Combien de tout cela fut relayé par nos médias ?

Rien, aucun.

A ce propos, je défie quiconque pouvant produire un seul document, y compris trafiqué, prouvant que des membres de l'armée syrienne, la vraie, avaientt commis de telles atrocités.

Je ne vous montrerai pas ces vidéos. Elles sont horribles. On y entend simplement des : Allah Akbar, c'est le sort réservés aux soutiens de Bachar et d'autres choses du genre. Si, en revanche, à titre personnel, certains souhaitent en avoir le cœur net, je les ai à disposition. Il vous suffit de me le demander par mail.

Je souligne aussi que toutes ces vidéos ont été envoyées à la RTS, ainsi qu'à d'autres médias. Combien en ont parlé ?

Aucun.

 

15/06/2012

Fabius a décrété : ce régime doit partir

Fabius_BHL2.jpgUn tout petit rappel d'abord. Le précédent locataire du Quai d'Orsay, un certain Alain Juppé (où est-il maintenant ?), avait en son temps, à peine deux semaines après le début de l'insurrection armée en Syrie, décrété lui aussi le départ du Président Syrien. Nous souhaitons le même succès pour Monsieur Fabius. A ceux qui ne le savent pas encore, c'est le nouveau ministre des affaires étrangères de la France.

Regardons tout d'abord cette photo. Il est en tout cas bien entouré, le Fabius.

BHL à droite et Kouchner à gauche...

Cela promet. Bref, comme dirait l'autre.

Ainsi, ce brave Monsieur, qui se débat pour se débarrasser des couches de naphtaline qui se sont superposées sur sa carcasse fatiguée et bouffie, veut revenir, encore une fois, au Conseil de Sécurité pour obtenir une résolution sous le chapitre VII.

Voici, une fois pour toutes, ce fameux chapitre VII.

Charte de l'ONU : chapitre VII pour celles et ceux qui ne savent pas ce dont il s'agit.

Pour résumer, une résolution votée sous ce chapitre permettrait aux Nations Unies d'entreprendre toutes les mesures nécessaires, y compris l'emploi de la force armée, pour contraindre la partie causant «  une menace contre la paix » à respecter les injonctions de l'Organisation.

Bien.

Sans faire des analyses inutiles, allons-y directement aux prévisions.

La Chine ayant déjà annoncé une fin de non recevoir à l'appel du fatigué du Quai d'Orsay, la Russie infligera, au surplus, une leçon mémorable. Ceux qui espèrent un changement, ne serait-ce que symbolique, dans l'attitude russe, en auront pour leurs frais. Plus le temps passe, plus je crois que ceux-ci deviennent intransigeants sur le dossier syrien. Je prends même le pari d'annoncer qu'ils ne négocieront même pas le départ du Président Syrien. Je vais même prendre un autre pari : dans le cas d'une intervention armée, de quiconque, la Russie interviendra, physiquement, militairement, pour défendre la Syrie. Je crois même que les Occidentaux en doutent.

Est-ce que c'est bien ? Cela dépend de savoir pour qui.

Fabius et compagnies savent pertinemment que les Chinois et les Russes ne voteront jamais une telle résolution, sous quelque prétexte que ce soit. Pourquoi dès lors s'acharnent-ils à vouloir revenir devant le Conseil de Sécurité ? Et bien pour une raison très simple : Tout d'abord parce que cela leur permettra de se donner bonne conscience. Ce n'est pas eux qui empêchent l'évolution de la situation en Syrie, mais les Russes et les Chinois. Ensuite et c'est plus important encore, ceci leur évitera d'intervenir. Surprenant et contradictoire ? Absolument pas. Tout le monde sait maintenant pertinemment que les Occidentaux ne souhaitent et ne peuvent pas intervenir en Syrie. Ceci est définitivement acquis. Dès lors, la manière la plus simple, la moins coûteuse et, surtout, la plus valorisante, de se débarrasser de cette tâche est de le mettre sur le dos des...Russes. « C'est finalement ces derniers qui nous empêchent de le faire ».

Vous y êtes ?

La Syrie souffrira encore, beaucoup. Mais finira, plutôt tôt que tard d'ailleurs, par venir à bout des terroristes...et de leurs soutiens. J'en donne RDV à Fabius et aux autres.

Chaque chose en son temps.

 

08:03 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : france, syrie, gowrié, fabius, russie, chine, terroristes, onu, chapitre 7

14/06/2012

Je l’ai dit : il faut virer les barbouzes

Alors que l'armée syrienne, que certains aigris ici recommencent à appeler « régulière », semble avoir pris la décision d'en finir coûte que coûte avec les terroristes, les voyous et les bandits de grands chemins qui sèment terreur et désolation dans le pays, les barbouzes de l'ONU, accompagnés de leurs relais médiatiques habituels, viennent de nous servir une nouvelle invention de derrière les fagots. L'armée « régulière » :

  1. Emprisonnent des enfants
  2. Torture des enfants
  3. Utilise des enfants comme boucliers humains

Hmmm...

Dieu, appelez-le comme vous voulez, a mis une cervelle dans la tête des gens pour que ceux-ci puissent réfléchir. Il semble en avoir oublié certains, de plus en plus nombreux, je le crains.

Pour ne pas être long et contenter ainsi certains de mes lecteurs, je poserais quelques toutes petites questions.

Aux barbouzes de l'ONU et à leurs collègues des 90% de nos médias, je dis : vous nous bombardez quotidiennement de dizaines d'images, prises par des « insurgés », que vous persistez à appeler pacifiques, montrant les « forces du régime » commettant ceci et infligeant cela. Pourriez-vous avoir l'amabilité de nous gratifier de quelques unes prouvant ce que vous avancez ? Des images, prises avec des téléphones portables, d'enfants utilisés comme boucliers humains par l'armée du régime, ça doit être faciles à prendre, non ?

J'accepte tout, y compris les images truquées. Ce doit vous être facile, non ?

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, gowrié, insurgés, terroristes, onu, médias

01/06/2012

La Syrie doit défier l’Occident

C'est la seule manière de l'obliger à changer de ton et de...manière. Ce n'est pas l'entêtement qui me pousse à le dire mais l'enseignement de l'histoire, celle qui est encore là, en Irak, en Libye et ailleurs. Ce d'autant que ces derniers n'avaient pas les moyens de le faire alors que la Syrie oui. Il est absolument indéniable que l'Occident se fiche éperdument de la démocratie, de la liberté et du bonheur du peuple syrien comme il se fiche de ces valeurs partout ailleurs dans le monde.

En Irak, l'histoire en devient lassante, cela a commencé par l'introduction des barbouzes, appelés pour l'occasion « observateurs », de l'ONU, bien évidemment, qui, pendant deux ans, ont rassemblé toutes les informations nécessaires à l'invasion américaine, avec les conséquences que l'on sait. C'est pour cette raison, mais pas seulement, que la Syrie doit se dépêcher de mettre à la porte dans les plus brefs délais ces mêmes barbouzes, avec leur chef. Elle doit défier l'Occident et répondre à chaque provocation de celui-ci, jusqu'à le provoquer, à son tour. C'est le seul langage qu'il comprend. Cela fait 14 mois que « toutes les options sont sur la table », selon une expression devenue lassante et insupportable. Eh bien, puisque toutes les options, moins une, ont déjà été mises en œuvre, qu'on en finisse et que la dernière soit lancée. Je crois que, contrairement à ce que la plupart des pseudos analystes pensent, les Syriens ont tort de jouer sur le temps. Ils ont déjà eu grand tort d'attendre 14 mois. Ils devaient les défier dès le premier jour. Dès l'instant où ceux-ci, grisés par leur « victoire » en Libye et par leur stupidité historique, ont déclaré que le président Syrien a perdu toute légitimité et qu'il devaient partir. Je rappelle à ce propos que feu Juppé lui avait donné deux semaines pour le faire. Les Syriens devaient comprendre dès ce jour là que les Occidentaux ne pouvaient pas revenir en arrière et qu'ils feraient tout, comme à leur habitude, pour ne pas perdre la face et le peu de respectabilité qu'il leur reste dans le monde. Faire tout ? Oui, y compris le pire, détruire la Syrie pour arriver à leurs fins.

Ceux, y compris les syriens, qui croient que la Russie protège la Syrie et qu'elle est son dernier rempart ont aussi tort. C'est probablement l'inverse qui est vrai et les Russes l'ont très bien compris. C'est un atout majeur que les Syriens devraient savoir utiliser. C'est effectivement la Syrie qui est le dernier rempart sur les frontières russes. La survie, sur le plan international et stratégique, de la Russie, passe par la Syrie. Non seulement les occidentaux ne feront aucune concession pour amadouer les russes et leur faire changer de position, mais il est illusoire de croire qu'ils respecteront le moindre engagement, la moindre parole donnée. Ce n'est ni dans leurs habitudes, ni dans leur mœurs.  A supposer même qu'un tel marchandage soit possible, les Occidentaux, une fois l'affaire terminée, entendez le départ, sous une forme ou une autre, du Président Syrien, se retourneront contre les Russes, les isoleront totalement et les mettront à genoux. Ceci aussi les Russe, du moins je l'espère, l'ont très bien compris. Ce n'est pas pour rien non plus que le président Russe, M. Poutine, a déjà mis les points sur les i avant même qu'il ne se rende à Paris, en ironisant même sur les propos de son « homologue » Français, lequel vient, lui aussi, de faire allusion à « toutes les options mises sur la table ».

Quoi qu'il en soit, tout cela ne changera rien pour les Syriens. On sait tous que si les Occidentaux voulaient et pouvaient intervenir militairement en Syrie, ils l'auraient fait et ils le feraient, avec l'aval russe ou pas. Je rappelle, là aussi, qu'ils n'ont pas attendu les Russes pour intervenir en Serbie. Ils ne les ont pas attendu non plus pour ravager et saccager l'Irak et tuer un million de ses habitants. Cette histoire de « légitimité » légale n'est donc qu'une boutade, une mascarade que même la fameuse opinion publique commence à trouver très peu amusante. Ce ne sont donc pas les Russes qui empêchent les Occidentaux de faire quoi que ce soit. Ce sont plutôt les Occidentaux qui trouvent cette situation extrêmement commode. Cela leur donne l'occasion de mettre la responsabilité du blocage de la situation sur le dos des Russes et des Chinois.

J'irais encore plus loin. A supposer même que non seulement les Russes acceptent de lâcher leur soi-disant allié syrien, mais se joignent même aux Occidentaux. Qu'est-ce que cela changerait-il ? Quelques avions ennemis de plus ou moins dans le ciel syrien !

Ils ont eu tort de s'en prendre immédiatement aux autorités syriennes. Ils ont eu tort de s'acharner ensuite. Ils ont eu tort de financer, armer et envoyer les terroristes en Syrie. Ils ont eu tout aussi tort d'expulser les diplomates syriens. La Syrie doit, enfin, en profiter, faire ce qu'elle a à faire et frapper fort, très fort.

Pour finir, je reviens, petit à petit, sur "le massacre" de Houla. Dernier épisode dans la besace des Occidentaux. Comme pour Baba Amr qui nous a livré ses trésors "médiatiques" après l'assaut des forces de l'armée syriennes (vidéos fabriquées, morts inventés, etc.) il semblerait, c'est même certain, que les autorités syriennes s'apprêtent à sortir au grand jour toute la vérité concernant ce dernier massacre et toutes les manipulations, notamment médiatiques, autour de celui-ci. Je m'en réjouis et attends de voire la tête des employés de nos journaux.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie.occident, russie, france, hollande, poutine, gowrié, chine, terrorisme, terroristes

31/05/2012

L’Occident expulse des diplomates syriens, c’est tant mieux, pour la Syrie

On n'y échappera pas. L'Occident, dont la caractéristique essentielle est la lâcheté, devra y aller perso, directement, avec ses avions, matériel de guerre et, je l'espère, hommes.

Lâches parce qu'on n'y va jamais sans être à 100% sûr de pouvoir gagner.

Lâches parce qu'on n'y va que lorsqu'on a la certitude que ceux qu'on attaque n'ont pas les moyens de répliquer : Libye, Irak, Afghanistan, Serbie, etc.

Lâches, menteurs, criminels, pourris et corrompus.

Cela fait 14 mois que la crise syrienne a débuté. Depuis, une alliance implacable, politico-médiatique, occidentale, s'acharne sur ce pays. Mensonge, images truquées, témoins inventés, évènements fabriqués, tout y passe. C'est du jamais vu dans l'histoire. Mais l'histoire, précisément, saura se venger et sera terrible.

On a commencé par inventer l'ASL, Armée Syrienne Libre constituée, paraît-il, par des dizaines de milliers de « déserteurs » de l'armée régulière. Quelques mois après, on découvre qu'il s'agit tout au plus de 2 à 3 mille soldats, de bas rang, souvent des appelés et, surtout, de milliers de voyous, de repris de justice, de jihadistes et des trafiquants de tous genres : armes, cigarettes, stupéfiants, etc.

C'est au moment même où l'armée régulière semble avoir pris la mesure des voyous et des terroristes, que, comme par hasard, la « Ligue des Bédouins » décide d'envoyer des observateurs, deuxième vague de barbouzes après celle des « journalistes clandestins », pour donner un peu d'air aux voyous.

Observateurs des bédouins partis, il y eut Baba Amr, Rastan, Idleb et Zabadani. Les voyous, pris à la gorge, sont pratiquement éliminés de partout. C'est là, comme par hasard aussi, que l'ONU a décidé d'envoyer la troisième vague de barbouzes : ceux du général Mood, donnant une grande bouffée d'air aux terroristes.

Quatorze mois après le début de l'offensive occidentalo-bédouine, pas un seul diplomate, pas un seul, même pas en employé de dixième rang, n'a fait défection. Ce malgré des pressions (Quai d'Orsay, Maison Blanche, etc.) et malgré des incitations, monétaires, énormes. Les Saoudiens et les Qataris ont mis, sur les tables des Ambassadeurs Syriens à Paris, Londres, Washington et ailleurs, des dizaines de millions de dollars, dans le but d'obtenir ne serait-ce qu'une seule défection, rien n'y fait.

D'où cette hystérie généralisée.

Les représentants de voyous ici jubilaient hier à l'annonce des expulsions des diplomates syriens. C'est le propre de tous les traitres tout au long de l'histoire. Le hic, dans le cas de la France et de la Suisse, notre pays n'a pas, encore, annoncé des expulsions et pour cause, est que les Ambassadeurs expulsés resteront sur place, eh oui. C'est pour cela que Didier Burkhalter n'a pas, encore, suivi Paris, Londres, Madrid et les autres. Il sait que cela ne servirait presque à rien car les diplomates en question le sont auprès des organisations internationales. C'est aussi le cas de Madame Shakkour, Ambassadrice de la Syrie à Paris, qui y restera au nez et à la barbe de Fabius, car représentant son pays auprès de l'UNESCO.

Je ne crois pas que ces expulsions soient une mauvaise chose pour la Syrie. Je crois même que ceux-ci, les Syriens, devront désormais prendre l'initiative, au lieu de passer leur temps à réagir. Cela doit commencer par l'expulsion des barbouzes de l'ONU, suivi par l'éradication totale des terroristes à l'intérieur du pays, même si, c'est nouveau, les Russes n'étaient pas d'accord. Les Syriens doivent comprendre que les Russes ne peuvent plus se permettre de reculer quoi qu'il arrive. Ils doivent faire comprendre aux Russes, si ces derniers n'en sont pas encore convaincus, que les bédouins et les Occidentaux ne pardonneront jamais à la Russie son attitude, quels que soient les accords et les concessions, déclarés ou secrets, qu'ils feignent offrir. Les Syriens disposent de bien plus d'atouts, vis-à-vis des Russes, qu'ils n'y croient. Ces derniers, pour les raisons invoquées plus haut, ont beaucoup plus à perdre, en lâchant la Syrie, qu'il n'y paraît.

Dans cette crise, comme dans tout dans la vie, la seule question à se poser et que personne ne se pose jusqu'à présent est la suivante : que se passerait-il si les Syriens agissaient de la sorte ? Rien, absolument rien. Si, peut-être : les occidentaux devront y aller eux-mêmes, s'ils le peuvent et s'ils osent. Cela s'appelle déclarer la guerre à la Syrie. La Syrie, pays attaqué, a dès lors le droit de se défendre, par tous les moyens. La Syrie saura, j'en suis certain, faire souffrir énormément les assaillants, partout où ils peuvent se trouver. Ce serait de la légitime défense.

 

01/05/2012

L’ONU et ses observateurs : virez-les

S'il est vrai que les Russes se sont très bien rattrapés en déclarant que c'est l'opposition syrienne, composée essentiellement de groupes terroristes, et ses soutiens, Juppé, Clinton, Hamad, Erdogan et Cie, qui sapent le plan de Kofi Annan, il n'en demeure pas moins qu'ils se sont fait partiellement avoir, pour la deuxième fois depuis l'épisode libyen.

Alors qu'ils sont parfaitement au courant des moindres détails sur le terrain, qu'ils sont conscients des raisons réelles de cette mascarade dangereuse qu'est la mission de l'ancien Secrétaire Général de cette institution aussi inutile que néfaste : fournir un quelconque prétexte, que les Occidentaux recherchent depuis des mois, à une intervention étrangère sous une forme ou une autre, ils ont malgré cela tombés dans le piège que ces derniers leur ont tendu. Ils ont, avec les Chinois, voté la résolution permettant l'envoi d'observateurs dont la mission est de vérifier le respect du cessez-le-feu. Seuls les Syriens ont eu la lucidité et la fermeté nécessaires pour refuser tout observateur national d'un pays « hostile ». D'observateurs, soi disant neutres, tout le monde sait que ces gens n'en ont que le nom, et encore. Tout comme les journalistes « clandestins », pour la plupart des militants pro terroristes, voire des barbouzes, ces observateurs ne sont là que pour glaner le maximum d'informations et fournir un quelconque prétexte justifiant une intervention étrangère.

Stratégiquement, je crois que la « faute » des Russes est impardonnable. Alors que la soi-disant ASL, groupement hétéroclite de déserteurs et de terroristes islamistes, était Euronews armes à destination des rebelles.JPGaux abois, que l'armée nationale syrienne était sur le point de les écraser, cette résolution est venue saper tous ces efforts et sacrifices et donner un ballon d'oxygène inespéré aux terroristes. Comme par hasard et coup sur coup, on apprenait samedi dernier que les autorités libanaises ont arrêté un bateau, en provenance de la Libye, chargé d'armes et de munitions destinées aux terroristes et que les forces armées syriennes ont intercepté plusieurs bâtiments chargés d'hommes et d'armes, en provenance de la Turquie cette fois-ci, qui se dirigeaient vers la côte syrienne.

On voit dès lors clairement le but réel de cette résolution et des « observateurs » : fournir aux terroristes le temps et le répit nécessaire pour se refaire une santé, s'armer (comme l'avaient bien promis les Français et les islamistes des monarchies pétrolières).

La Russie vient donc de déclarer qu'elle et la Chine sont « d'accord à 100% » sur la Syrie et qu'il est désormais "nécessaire que les autorités syriennes puissent repousser avec fermeté les terroristes qui opèrent dans le pays". Les Russes ont ajouté que les acteurs à l'intérieur comme à l'extérieur (du pays) doivent les empêcher de recevoir le soutien qu'ils réclament. Lavrov a dit cela sans utiliser le moindre subterfuge de langage diplomatique. Juppé a dû apprécier. Romandie.com : la Syrie doit repousser avec fermeté les terroristes.

Tout cela est bien. Ce qui serait encore mieux est que les Syriens commencent par virer les barbouzes de l'ONU, de fermer la porte à toute tentative, quelle qu'elle soit, d'ingérence dans les affaires « internes » du pays.

Juppé et les autres n'ont qu'à continuer à pester dans leur coin

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : onu, france, juppé, lavrov, russie, chine, syrie, gowrié, terroristes, observateurs