23/10/2014

Canada, Ottawa : ça n'a rien à voir avec l'Islam

J'avoue que, tout comme pour certaines autres, encore plus savoureuses et magnifiquement prononcées, après trois ans de "d'intense réflexion" par le Pascal Décaillet, Ouardiri, Ramadan et certains autres, cette phrase commence à me...plaire.

Voyez-vous, 100% (je dis bien 100%) de celles-et ceux qui commettent ces atrocités innommables, en concurrence directe avec les pires barbaries de l'histoire, le font au nom de l'Islam. Cela n'empêche : selon Décaillet et les autres, cela n'a rien avoir avec l'Islam. Il aura suffit à DES canadiens "de souche" (j'en parle parce que ce sont les derniers exemples en date) de se "convertir" pour commettre ces crimes abominables contre des gens qui ne leur ont rien fait.

Mais cela n'a rien à voir avec l'Islam.

Ce qui a donc été prévu de longue date se réalise, en pire. En effet, nos politiciens, toujours eux, nous font croire qu'il faut "craindre" le retour des jihadistes partis en Syrie combattre le "tyran". J'ai, dès le premier jour et même avant, soutenu que :

  • Contrairement à ce que nos dirigeants (corrompus jusqu'à le moelle) prétendent, ils sont tout contents de se débarrasser de quelques milliers de "nuisibles", dont l'écrasante majorité se fera tuer sur place.
  • Le mal, le vrai, est ici, chez nous. Ce sont les "enfants" de nos démocraties mourantes.

Zemmour, en dehors de l'épisode inutile et stupide sur Vichy, avait raison sur toute la ligne.

Mais cela n'a rien à voir avec l'Islam.

10:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : islam, terrorisme, décaillet, ouardiri, charia, canada, ottawa

28/07/2012

Nouvelles du front (du printemps arabe) : modernité, Ramadan et restaurants fermés

Tout cela a commencé en Tunisie où un pauvre vendeur ambulant sans le sou s'immola pour protester contre les exactions que les forces de l'ordre lui faisaient subir. On apprend aujourd'hui que sa maman vient d'être condamnée à six mois de prison, avec sursis, pour avoir, dit-on, élevé la voix sur le juge qui devait décider de l'allocation pour « martyres » à laquelle elle aurait droit. Mais ce n'est peut-être pas le plus important dans l'affaire tunisienne. Certains, une infime minorité dont, heureusement, je fais partie, avaient dès le départ prévu l'issue de la « révolution ». La majorité « ignorante » en revanche, a applaudi des deux mains et prévu un avenir radieux pour le pays, entre parenthèses fleuron et joyau de la modernité et la laïcité jusqu'à très récemment. Et bien ça y est, on y est. On apprend aujourd'hui que les autorités « modernisantes » du pays viennent d'imposer aux restaurants des heures d'ouverture spécifiques pendant le Ramadan. Le Ramadan est le mois où les musulmans jeûnent pour respecter l'un des cinq « piliers » de l'Islam. On se croirait en pays Wahhabite, Arabie Saoudite.

C'est tout de même ahurissant ce décalage systématique et permanent entre les prétentions frénétiques des Ramadan et autre Ouardiri, les prédicateurs, et la réalité. « Il n'y a pas de contrainte dans la religion », c'est leur crédo. Ceci ne doit cependant pas empêcher les « gardiens » de la religion de donner aux croyants « un petit coup de main » afin que ceux-ci respectent scrupuleusement et malgré eux, les precepts de la religion.

Mais bon, que pouvions-nous attendre d'une « révolution » fomentée et financée par des Wahhabites contestant aux femmes même le droit de conduire une voiture. Ce n'est pas trop grave. Les doux rêveurs nous diront qu'il fallut presque deux siècles pour que la révolution française déploie ses effets. Eh bien cela promet.

Rendez-vous en 2211.

En Syrie, les drapeaux des Wahhabites, vous savez, là où certains de nos plumitifs sont allés effectuer des « immersions » au cœur de la « révolte pacifique », commencent à fleurir par ci par là. A la plus grande joie de Clinton, Rice, Hollande, Fabius et...Burkhlater, prénommé Didier.

Toujours en Syrie, la toute dernière trouvaille de nos plumitifs et politicards consiste à « craindre » un nouveau massacre à Alep. Ben voyons.

Résumons un peu. Il y a de cela quelque jours, on titrait triomphalement, presque dans tous les torchons publiés dans nos contrées, que l'ASL aurait investi la presque totalité d'Alep. Aujourd'hui, on craint un massacre. Mais de qui en réalité ? Ce que les torchons ne nous disent pas est que des massacres il y a déjà eu. Ce sont leurs protégés, les terroristes de l'ASL qui les ont commis. Ces dernier viennent, ce n'est pas la première fois, de « capturer » une centaine de pauvres gens « soupçonnés » d'être à la solde du régime. On peut d'ores et déjà imaginer le sort qui leur sera réservé.

http://www.youtube.com/watch?v=3_j1eJ3RLEQ&feature=pl...

100 soldats capturés.JPG

Comme vous pouvez le constater, tout cela paraît tout à fait crédible. Ils ont vraiment la tête de terribles soldats du régime.

Leur sort ne sera en tout cas pas différent de celui que vous voyez dans la vidéo qui suit (où les gentils révolutionnaires trainent, à Yabroud, petite localité proche de Damas et alors qu'il est encore vivant, un pauvre homme soupçonné d'être pro-régime).

Alors, si par massacre les Occidentaux craignent celui des terroristes, cela ne pourrait qu'être réjouissant.

Enfin, nous apprenons qu'un journaliste néerlandais qui a été enelvé par de "gentils manifestants pacifiques", chers à certains de nos plumitifs travaillant pour des journaux jadis de référence, Le Temps, vient d'être libéré. Voici ce qu'il raconte à TV5 Monde, qu'on ne peut pas soupçonner d'être "pro Assad". Il Paraît qu'il n'y a vu que des Jihaddistes étrangers. Inutile de dire que cette information a dû échapper à nos médias. C'est certainement un hasard. n'est-ce pas, Monsieur Mabillard ?

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Syr...

13:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Tags : printemps rabe, tunisie, gowrié, usa, asl, ramadan, ouardiri, jeûne, islam