14/09/2011

Médias : on déchante

Voici venu le temps des désillusions. Les médias et ceux qui les commandent tirent leurs dernières cartouches dans tous les sens. S'il n'y a plus de manifestations « monstres » dans les villes syriennes, il faut alors trouver autre chose. Car, après Timisoara, l'Irak et tout le reste, on comprend aisément qu'il leur devient de plus en plus difficile de passer encore une fois pour les..dindons de la farce.

Mais puisqu'ils sont en service commandé...

Car comme les scénario égypto-tunisien n'a pas fonctionné en Syrie, on espérait la chute du régime en quelques semaines, il fallait entretenir la flamme par tous les moyens. On en est même arrivé à ce l'ambassadeur américain à Damas sorte lui-même inciter les gens à manifester.

Le voici. Découvert à temps par quelques citoyens, ceux-ci ont scandé des slogans hostiles et l'un d'eux est allé le couvrir d'un portrait du Président syrien. C'est là qu'il fut emmené par ses gardes.

http://www.youtube.com/watch?v=yD_zlCfTQCs

Quant à son laquais, Juppé, il ne sait plus où se donner la tête. Du Conseil de Sécurité aux Droits de l'Homme, pour revenir au Conseil de Sécurité. Il vient de rentrer de Moscou, la queue entre les jambes. Arrivé à Paris, il laisse éclater sa colère. Le Président russe, en personne, ne vient-il de lui signifier une fin de non recevoir en précisant que les « amis pacifiques » de M. Juppé sont des personnes violentes qui peuvent même être qualifiées de « terroristes » ?

Voici sa déclaration à Euro News : http://www.youtube.com/watch?v=GixInuYjL_4

Quant aux laquais « locaux », ligue arabe en tête, leur position a radicalement changé en l'espace d'une petite semaine. L'ultimatum de la semaine dernière s'est transformé en accord de principe entre les deux parties. La raison ? La diplomatie arabe a certainement pris acte, avec quelque retard, de l'essoufflement - confirmé une nouvelle fois ce vendredi 9 septembre - de la contestation en Syrie, de sa marginalisation et aussi de sa radicalisation.

Reste Al Jazeera, décidément (même France 24 l'a lâchée) et quelques journalistes irréductibles ci et là. Voici la dernière trouvaille de cette chaîne (où M. Vannay a été interviewé) : même la Libye devient la Syrie. Al jazeera montre une ville syrienne (Al Rastan). Il se trouve que les images proviennent de la Libye (voir la flèche et l'ovale jaune)

 

09/09/2011

TSR, RSR...et les autres

Il y de cela quelque semaines, j'ai publié un article à ce sujet. Le voici :

Vannay, Hama.docx

Voici les commentaires d'autres observateurs qui étaitent à Hama en même temps, c'est édifiant.

Mère Agnès.docx

Mais aussi, les commentaire de M. Piccinin, professeur d'histoire et de sciences politiques. On peut dire ce que l'on veut de leurs témoignages, ils valent au moins celui de M. VANNAY (pour autant que ce dernier ce soit vraiment rendu là-bas et nous attendons toujours les preuves).

http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com/article...

De ce fait, on aurait pu s'attendre, au pire des cas, à ce que les médias en parlent au moins autant.

Il n'en était rien, et pour cause, cela n'est pas dans leur cahier des charges. Ce dernier leur ordonne la publication unique et systématique des méfaits du régime syrien.

Enfin, hier, 8 septembre 2011 à 19h30, la TSR diffusait un énième sujet sur la violence de ce même régime. Sans, moi, charcher en aucune manière à dédouaner quiconque, je crois indispensable que le lecteur puisse se faire sa propre idée et en toute connaissance de cause. Ceci n'est possible que lorsque l'information est complète et neutre.

L'information des médias n'est ni complète, ni neutre. A l'autocensure s'ajoute la censure tout court.

Dès lors, voici des images, il est vrai, très dures, au moins tout autant que celles diffusées par la TSR. Elles se passent à Hama, fin juillet. Tiens, au moment que les manifestations "pacifiques" de M. Vannay. N'ouvrez pas le lien si vous ne le souhaitez pas.

http://www.infosyrie.fr/actualite/les-opposants-pacifique...

En voici la traduction

Traduction Assi Hama 31 juillet 2011.docx

Ces documents, ainsi que de nombreux autres, sont entre les mains de la TSR, RSR, ainsi que tous les autres médias, y compris la presse écrite.