03/04/2013

Les délinquants de la République

1. Il y a de cela un peu moins d'une vingtaine d'années, un certain Nicolas Sarkosy, à l'époque "Balladurien" est à la tête de la Campagne du "Turc" pour l'accession de ce dernier au pouvoir suprême à l'Elysée. Attentats de Karachi et d'autres joyeusetés sont au menu. On connaît la suite.

syrie,sarkozy,juppé,fabius,martine aubry,cahuzac,guérini,mali,islam,terrorisme

 

2. Le même Sarkosy, dans sa propre croisade pour devenir président de la même République, passe, à plusieurs reprises, chez Madame L'oréal, productrice de shampooings et, accessoirement, dit-on, généreuses "donatrice" légèrement sénile. On commence à connaître la suite.

3. Laurent Fabius, responsable, mais pas coupable, de la mort de milliers de personnes dans le scandale du sang contaminé et actuel ministre des affaires étrangères de la même République. C'est lui qui donne des leçons de moralité et, accessoirement, de démocratie, à d'autres pays.

4. Son prédécesseur, Alain Juppé, accessoirement responsable, en son temps, de la campagne de jacques Chirac (logeant, lui, chez Saad Harriri, en face du Louvre) fut condamné par la Chambre Correctionnelle de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis et de...10 ans de perte de droits civiques. Essayez juste de vous figurer le vrai sens de : "perte des droits civiques". A titre d'exemple, les personnes sous tutelle, incapables de discernement, sont soumises au même régime. Il a, lui aussi, passé son temps à donner des leçons de liberté, démocratie et bonnes moeurs.

http://www.liberation.fr/condamnation d'Alain Juppé

5. Même si on n'est pas encore à 100% certain du résultat, on peut d'ores et déjà imaginer la suite de l'affaire des millions de Khaddafi. Vous savez, le dictateur qui, après avoir financé la campagne de Sarkozy pour les présidentielles de 2007 et planté sa tente dans les jardins des Rois de France, est devenu tellement encombrant qu'il fallut l'abattre. Raison ? Liberté et démocratie, bien évidemment.

http://www.huffingtonpost.fr/2012/05/03/mediapart : 50 millions d'Euros versés par Khadafi

6. Dans le Sud ensoleillé de la République, les frères Guérini viennent d'être arrêtés et inculpés pour une liste impressionnante d'affaires dont seuls des parrains chevronnés peuvent en imaginer les contours.

http://www.lemonde.fr/le contribuable paera les frais de justice pour Guérini

7. Eric Woerth, bien connu sous nos latitudes, avait l'habitude, à l'époque où il roulait pour son chef, lors de la Campagne présidentielle de ce dernier, de passer de temps à autre chez ses compatriotes ayant élu domicile autour du Lac, du côté suisse, bien sûr, pour faire la quête. Il a sans doute oublié qu'il s'agit de l'argent "planqué" par ceux-ci dans les banques helvétiques car, une fois son patron élu, le chevalier Woerth devient, comme par miracle, plus blanc que blanc et décide de traquer les "évadés fiscaux". Il avait, entre temps, vendu l'hippodrome de Compiègne, estimé à quelques 9 millions d'euros, pour le quart de ce prix. Généreux, ce Worth.

http://www.lemonde.fr/Eric Woerth de nouveau mis en examen

Tenez-vous bien, voire même accrochez-vous. Woerth vient de déclarer, à ppropos de son successeur, le bon docteur Cahuzac, que la république, toujours elle, ne pouvait se permettre d'avoir...ministres qui agissent comme ceux qu'ils sont sensés combattre. Des pompiers-pyromanes, gendarmes-voleurs, en quelques sorte.

8. Son successeur à la tête du ministère de la Vertu et, accessoirement, la lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment et autres joyeusetés du genre, vient d'être mis en examen pour..."blanchiment de fraude fiscale". Son nom : Cahuzac. Parmi les déclarations, fracassantes, de celui-ci, il y en une qui est particulièrement délicieuse. Lorsqu'il a accepté sa charge, de Ministre du budget, il a annoncé : "on ne va jamais assez loin dans la lutte contre l'évasion fiscale".

9. Dans l'autre "scandale" sanitaire, celui de l'amiante, toujours avec des milliers de morts sur la conscience, une autre poids lourd du socialisme à la française a été mise en examen : Aubry, prénommée Martine.

10. Inutile de parler du champion de la liberté et de la démocratie, filleul de BHL et Héro de Tripoli, mis en examen pour...abus de faiblesse, sur la personne de la riche atteinte de sénilité.

Et la suite ?

On peut déjà parier sur les scandales suivants :

a. Sarkozy, Juppé, Hollande, Fabius et quelques autres dans des affaires liées à la diffusion de la liberté et la démocratie dans le monde avec...l'aide, légèrement monétisée, du Qatar.

b. Dans le même ordre d'idées, un "petit" scandale, toujours en relation avec l'extension de la liberté et la démocratie dans le monde et plus particulièrement au Mali. Il parait, à ce propos, que la France y combat, tenez-vous bien, le terrorisme islamique. Il parait aussi que les soldats de la République y ont saisi des quantités impressionnantes d'armes, que la République avait auparavant offert...à ces mêmes (on ne sait plus comment les appeler) combattants. Que vont-ils maintenant faire de ces armes ? Les offrir aux combattants de la liberté...en Syrie, peut-être ?

Ces derniers viennent d'égorger neuf jeunes filles dans le quartier de Chekh Maksoud, à Alep, où vivent encore quelques 300 familles chrétiennes, tellement démunies qu'elles ne peuvent pas faire autrement que d'y rester. Ils ont jeté leurs corps dans le cimetière des Arméniens.

Alors...vive la République. Vives la liberté et la démocratie, partout dans le monde. Vive le terrorisme et le jihadisme, enfin, là, ça dépend.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : syrie, sarkozy, juppé, fabius, martine aubry, cahuzac, guérini, mali, islam, terrorisme

21/01/2013

Les terroristes face aux leurs

Après avoir financé et lourdement équipé les démocrates Libyens, la France a brusquement changé d'avis. Relabellisés terroristes (on fait bien attention à ne pas les appeler "islamistes"), on veut maintenant les combattre et chasser...où ?

C'est certainement pour nous expliquer tout cela que lors du journal de 19h30 de vendredi dernier, le journaliste vedette de la RTS, télévision publique, donc à redevence, Monsieur Darius Rochebin, a fait appel à l'analyse, certainement pertinente, de M. Kouchner, ancètre de Juppé et Fabius et membre du club fondé par BHL. Le point le plus délicieux de l'interview fut lorsque le grand humaniste, jadis médecin, déclara que sans cette intervention, le Mali risquait de se trouver tout entier aux mains des fondamentalistes, lesquels y auraient alors imposé la Charia.

C'est à ce moment-là qu'on aurait pû imaginer la suite suivante de l'interview :

...lesquels y auraient alors imposé la Charia.

Rochebin : Et alors ? Cela est-il grave ? Vous gêne-il ?

Kouchner : mais plus que cela même. C'eut été une catastrophe, pour le Mali, pour l'Afrique et même pour nous, ici.

Rochebin : pourtant, cette Charia est la seule loi chez nos amis Saoudiens, Qataris, etc. La première déclaration des "démocrates" Libyens et Tunisiens fut de vouloir l'imposer. Cela ne semble pas vous poser de problème particulier !

Kouchner : Euh... (je sais qu'il aurait aussi pu dire : nous ne parlons pas de la même chose. C'est un problème différent. Les circonstances ne sont pas les mêmes. Et des âneries du même genre).

Rochebin : donc, Monsieur Kouchner ?

Seulement voilà, c'est la suite logique d'une interview professionnelle dont le but est d'informer. On ne se fait pas de telles "vâcheries" entre amis.

Au fait, Mesdames et Messieurs de la corporation. N'êtes-vous pas pris d'une petite envie de vous insurger contre le Black Out absolu imposé par l'armée française ? Laquelle filme elle-même "ses opérations" et vous distribue, après vérification, des morceaux bien choisis ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rts, rochebin, kouchner, france, syrie, lybie, mali, terroristes, islamistes, islam, islamisme, gowrié

18/01/2013

Les terroristes face à leurs rejetons

En Syrie, ce sont des combattants de la liberté. Au Mali, ce sont des terroristes. Et en Algérie, ils sont des preneurs d'otages sanguinaires.

Reprenons depuis le début : Afghanistan, 1979. L'URSS envahit le pays, les Américains, décidés à abbattre les Soviétiques, créent les Talibans et, dans la foulée, Al Qaïda. Ils sont alors des "résistants" contre l'envahisseur. Les Américains leur avaient même fourni les fameux Stingers qu'ils, soit dit en passant et expérience faite, leur refusent en Syrie. Quelques années plus tard et deux tours jumelles descendues, ils deviennent des terroristes. Toujours terroristes en Irak, parce que combattant l'envahisseur Américain, tiens, ils changent encore une fois de peau pour devenir des révolutionnaires à la recherche de la liberté, en Lybie. Rappelons tout de même que le "commandant militaire" de la région de Tripoli ne fut autre qu'un certain Abdelhakim Belhadj, numéro deux d'Alqaida dans le pays, revenu fraîchement d'Afghanisatan où il combattait le "mécréant américain". La démocratie et la liberté installées, ils se dispersent, avec les armes que leur parrains leurs ont laissées en cadeau, au Mali, en Algérie et...en Syrie, devenue terre de Jihad. C'est là qu'ils obtiennent, encore une fois, le label de combattants de liberté. Hollande/Fabius et avant eux Sarkozy/Juppé les soutiennent avec l'ardeur habituelle des héritiers de Danton et Robespierre et, accessoirement, obligés de Saad hariri et de quelques chameliers Qataris.

Dernier acte, le 11 ianvier, offensive tricolore contre les Jihadistes du Mali, ceux à qui l'on a distribué les cadeaux laissés par Kadhaffi, pour, je vous le donne en mille...libérer le pays du terrorisme.

Chapeau bas l'artiste. On a rarement pu assister à un numéro d'équilibriste aussi parfaitement exécuté. Car, à la différence des autres fois, les rejetons ne sont plus successivement, mais à la fois démocrates, comabattants de la liberté et...terroristes.

On se demande vraiment comment ils font. Peut-être que certains de nos...journalistes pourront nous le dire !

Q'en pensez-vous ?

11/07/2012

Afghanistan, Nigeria, Mali...et les autres

On aurait pu ajouter Arabie Saoudite, Pakistan, Soudan, Somalie, Libye et même Tunisie, Egypte et...Turquie.

Les Talibans, dont voici un des innombrables exploits civilisateurs, les Talibans exécutent une femme soupçonnée d'adultère

ont commencé leur modernisation de la société afghane en faisant exploser à la dynamite deux des plus grands chefs-d'œuvre de l'humanité, les Boudhas de Bamiyan, vieux de plus de plus de 15 siècles. Voici la célébration de cet exploit historique.

http://www.youtube.com/watch?v=lwMSo60oIKY

Comme quoi, voir les pires voyous que l'humanité ait pu produire filmer leurs méfaits ne date pas d'hier. Leurs descendants directs s'activent en ce moment en Syrie.

Au Nigeria, massacrer les chrétiens, sans raison aucune, devient l'occupation première des terroristes islamistes. Hier, 20 d'entre eux, parmi lesquels se trouvaient deux députés, ont péri alors qu'ils participaient à un enterrement.

Au Mali, à Tombouctou, les cousins des Talibans viennent de s'en inspirer en détruisant eux aussi deux monuments classés patrimoine mondial en péril et se trouvant dans l'enceinte même de la grande Mosquée de la ville.

http://www.rtl.fr/actualites/international/article/mali-l...

En Egypte, dont l'entrée « historique » dans la démocratie, la liberté et la modernité a été bruyamment saluée par Obama, Clinton et leurs domestiques européens, des islamistes militent aussi. Ils veulent détruire, tenez-vous bien, les grandes pyramides et toutes les statues de l'antiquité égyptienne, symboles de « jahilia » (paganisme, idolâtrie. Mais la traduction directe du mot est infiniment plus significative. Les Arabes Musulmans appellent toute la période précédent l'Islam de « Jahilia » : ignorance, perdition. Je vous laisse méditer). Abdul Latif Mahmoud, Cheikh des Cheikhs sunnites au Bahrein et président de l'unité Nationale, a appelé le nouveau président islamiste de l'Egypte, Mouhammed Morsi, a accomplir ce que « Amr Ibn El As » n'a pu faire en son temps (Ce dernier est le chef militaire qui a envahi l'Egypte sous le deuxième Calife Omar El Khattab).

Mais qu'on se rassure. Tout cela n'est l'œuvre que d'une minorité.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2012/01/2...

 

03/05/2012

Sarkozy-Hollande : les jeux sont faits

Personne ne s'attendait à ce que l'on apprenne quoi que ce soit de nouveau du débat d'hier soir entre les deux candidats à la présidence de la République Française. Ce fut effectivement le cas, les positions étant claires et bien tranchées depuis bien de semaines déjà. Personne ne s'attend par ailleurs non plus à ce que ce débat change quoi que ce soit quant au résultat des élections de dimanche.

Ce fut donc un débat pour rien, un non sujet. Sauf sur un point : la médiocrité. Bataille de chiffres invérifiables, propositions à profusion, sujets hachés...Qu'avons-nous appris ?

Pour le reste, l'actuel Président fut limite pitoyable, alors que le probable futur Président semblait mieux disposé et bien plus sûr de lui.

Pas de phrases chocs non plus. Je crois que les deux avaient trop peur que cela ne se retourne contre l'auteur.

C'est surtout l'attitude de l'actuel Président qui mérite qu'on s'y attarde un peu. Notamment lorsqu'il s'est agit d'évoquer le sujet de l'immigration, mais aussi à la fin lorsqu'il se mit à « mendier » pitoyablement les voix des électeurs de Marine Le Pen et François Bayrou.

Pour ce qui est du « danger » de l'immigration, Sarkozy a surtout évoqué et insisté sur le danger de l'Islam. Il a prononcé cette phrase ahurissante : « j'aimerais que les pays musulmans respectent les Chrétiens du Moyen Orient comme la France respecte les Musulmans sur son territoire ».

Ainsi, Sarkozy se fait des soucis pour les Chrétiens d'Orient, lesquels subissent les pires exactions de la part de ceux-là qu'il a lui-même installés, entrainés, financés et soutenus : les fondamentalistes islamistes. Il se fait, le pitoyable, du souci pour les Chrétiens alors qu'il fait tout ce qu'il peut pour installer les terroristes islamistes dans le seul pays où des Chrétiens peuvent encore jouir d'un minimum de liberté et où ils vivent « normalement » : la Syrie. Décidément, lui et les éditorialistes du Monde, du Figaro et de Libération doivent fréquenter les mêmes bistrots.

Il n'a pas oublié non plus de se montrer très préoccupé par la situation au Mali et de souligner la montée du terrorisme islamiste dans la région. Il a juste, de nouveau, oublié qu'il a lui-même enfanté les terroristes dont il parle. Il les a enfantés, armés, financés et lâchés dans la nature.

Pitoyable et lamentable.

Est-ce que sera mieux avec l'autre ? Je ne le crois pas. Un guignol en remplacera un autre

 

04/04/2012

Islamistes à Paris, Islamistes au Mali

On apprend aujourd'hui que Paris, non pas la capitale mais le régime, continue sa lutte "acharnée" contre les islamistes qui sévissent sur le territoire national. C'est ainsi qu'une deuxième "vague d'arrestations" est intervenue hier. Résultat des opérations : 5 ou 6 islamistes arrêtés, venant s'ajouter aux 15 premiers lesquels, paraît-il, seront déférés au Parquet et 4 ou 5 seront expulsés.

Commençons par la fin. Je prends un pari et vous en êtes témoins : la plupart, sinon tous, rentreront tranquillement en France et personne, je dis bien personne, n'y pourra quoi que ce soit. Il se pourrait même qu'ils poursuivent l'Etat en justice.

Il ne vous aura pas échappé non plus que c'est seulement, et certainement, par hasard si tout cela intervient à deux semaines seulement des élections présidentielles. La France, son Président, son Ministre des affaires étrangères, sa police, sa justice, découvrent seulement maintenant qu'il y a des islamistes dangereux sur son sol. Des pistolets, des grenades, des Kalashnikovs, des projets d'enlèvement, d'attentats...On n'était au courant de rien et on le découvre seulement maintenant. Il paraît même que le mouvement au centre de tout cela serait "Foursan Al Izza". Ah bon ? Voici, pour la deuxième fois en quelques jours, un document que j'ai publié à propos de ce mouvement. Tout cela se déroulait, il y a de cela de nombreux mois déjà, au vu et au su de tout le monde. Ces gens ne se cachaient pas du tout. Seuls les dirigeants de ce drôle de pays semblaient l'ignorer, d'où, probablement, leur stupéfaction à sa découverte "récente" (à deux semaines des élections présidentielles).

Cliquer et regarder ce que font les membres de "Foursan Al Izza" ouvertement, devant la Police de la République

Cela se passait en septembre 2010, il y a de cela un an et demi. Et non pas à deux semaines seulement des élections présidentielles.

Pour ce qui est du Mali, l'excellent Ministre des Affaires Etrangères de cet Etat qui se trouve à l'Ouest de chez nous vient de déclarer, textuellement, que la "France est très inquiète et craint un péril islamiste qui s'emparerait du Mali".

Ainsi, l'excellent Monsieur Juppé craindrait le péril islamiste.

Il y a tout de même quelque chose qui ne va "vraiment" pas, plus, dans ce pays et chez cet homme en particulier. Ce pays était et est encore, en première ligne pour installer officiellement les islamistes les plus radicaux en Tunisie, en Libye (où la guerre que j'ai annoncée dès le départ commence) et en Egypte. Ce pays qui entraine, finance et arme les terroristes islamistes qui sévissent en Syrie, dit "craindre" le péril islamiste au...Mali.

J'emprunte cette expression à M. Deneghien, à propos de Juppé : "qu'il périsse, la Syrie et la France lui survivraient".

10:51 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mali, paris, france, juppé, gowrié, islamistes, islamisme