27/07/2012

Rebelles kurdes VS rebelles ASL

Allons-y.

Ainsi, nous apprenons, jeudi 26 juillet 2012, que le bouillant Erdogan menace (décidément, cela devient un toc, à moins que ce ne soit un tic) la Syrie d'intervenir « directement sur son territoire » pour pourchasser et éliminer les rebelles du PKK qui séviraient à partir de ce territoire, précisément.

Pour corser l'affaire, la Turquie accuse la Syrie de « sous traiter » la lutte contre l'ASL avec le PKK (vous verrez, vous allez vous perdre avec toutes ces abréviations).

Turquie/PKK, Syrie/ASL... il y a comme quelque chose qui, comment dire, ne joue pas, ou plutôt qui joue complètement.

Le PKK est pour la Turquie une organisation terroriste qui menace la sécurité nationale et l'intégrité du pays.

L'ASL est, pour la Syrie, une organisation terroriste, constituée au surplus d'éléments étrangers (Afghans, Égyptiens, Jordaniens, Saoudiens, Qataris, Koweitiens, etc.) qui menace la sécurité nationale et l'intégrité du pays.

Le PKK se considère comme une organisation qui défend les intérêts légitimes du peuple kurde contre l'oppression, sanguinaire, du « régime » turque.

L'ASL se considère comme une organisation qui défend les intérêts légitimes du peuple syrien contre l'oppression, sanguinaire, du « régime » de Damas.

Dès lors, la Turquie s'arroge le droit, pour sauvegarder sa sécurité nationale et défendre l'intégrité de son territoire, de combattre les « rebelles PKK » y compris à l'intérieur du territoire syrien, où ils s'abritent.

Dès lors, la Syrie s'arroge le droit, pour sauvegarder sa sécurité nationale et défendre l'intégrité de son territoire, de combattre les « rebelles ASL » y compris à l'intérieur du territoire turque, où ils s'abritent. Là, je sens que ça ne joue plus. N'est-ce pas, Monsieur Erdogan ?

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : turquie, syrie, gowrié, erdogan, pkk, asl, kurdes