02/10/2013

Voile, Burqua, Niquab et...nous

C'est une émission, à priori d'information, donc sérieuse, Infrarouge qui s'est attelée aujourd'hui à traiter le sujet (ce billet a été écrit immédiatement après la fin de l'émission).

http://www.infrarouge.ch/ir/2031-faut-interdire-burqa

Et voilà une autre émission qui ne sert à "presque" rien. Presque car il y a bien eu un certain Freysinger qui a essayé de poser les questions de fonds. Essayé pas pu.

Il y a aussi eu ce Rachid Nekkaz, exemple parfait de l'imposteur : cheveux longs dont la coupe est empruntée aux "philosophes" français (BHL et compagnie), sourire faisant apparaître une dentition éclatante et, surtout, une association, encore une : "Ne touche pas à ma Constitution". Et voilà : Le Monsieur est un défenseur ardent du droit, des droits. Le problème est que ceux-ci, empêtrés dans leur doctrine de base, l'islamisme dans son expression la plus abjecte, finissent toujours par se trahir. En effet, vers la fin de l'émission, le dandy en question ne pût s'empêcher de joindre sa voix à celle du "vrai dangereux de l'émission" le biennois Abdullah Blancho, pour demander aux militantes islamistes porteuses du Niqab de "ne pas respecter la loi et de désobéir". Et c'est seulement là que cette chère Brunschwig Graf a tout de même décidé de marquer son "désaccord". On la remercie chaleureusement. Inutile de parler de sa "collègue" socialiste. Il manquait juste un vert.

Blancho, quant à lui, arborant un look dont le ridicule le disputait au pitoyable, est allé, dans sa "conviction" (religieuse ?), jusqu'à emprunter l'accent de ses (coreligionnaires ?). Ridicule ? Pas vraiment. Car à la différence de l'adage, le ridicule de Blanco ET compagnie...tue. Blancho le converti est porteur de la doctrine la plus meurtrière dans ce courant qu'on appelle communément islamiste : nier l'autre, tuer, égorger. Ce sont entre 600 et 1000 convertis comme lui qui, de France, Allemagne, Belgique et d'ailleurs, sont allés faire le "jihad" en Syrie et participer à des égorgements rituels sur des civiles et soldats capturés.

Pourquoi dès lors encore une émission pour rien ? Pour deux raisons :

1. Glissant de plus en plus vers le sensationnel (bientôt une télé crochet ?), l'information et le traitement rigoureuse de celle-ci n'occupent qu'une part négligeable du temps consacré à la supposée problématique du jour. On l'a par ailleurs reconnu ouvertement à un moment où, présentant le "Blancho féminin" de Suisse, une certaine Nora Illi, la présentatrice d'Infrarouge a reconnu le caractère accrocheur de la chose : "les télévisions se l'arrachent, elle intervient sur tous les plateaux, etc.". Tout cela pour voire une femme pitoyable déambuler dans les rues de Berne, s’asseoir sur une terrasse siroter péniblement un renversé par-dessous son voile intégral. Minable.

2. Parce qu'aussi longtemps qu'on persistera à nier les vrais problèmes et se cachera derrière des raisons à moitié fallacieuses voire inutiles, le problème ne sera pas réglé. Aussi longtemps que les vraies raisons ne seront pas évoquées, les choses empireront. Il faut, une fois pour toutes, avoir le courage de « ses » opinions. Sinon, qu’on la ferme et qu’on laisse les choses telles quelles. Quelles opinions ? La réponse est simple : les femmes qui, ici (ici et non pas là-bas) portent le voile, la burqa, le Niquab (appelez-les comme vous voulez) le font en toute connaissance de cause. Il faut arrêter, une fois pour toutes, de se cacher derrière la défense des femmes, de leur liberté et que sais-je encore. Elles le font ici de leur plein gré et il faut le reconnaître. C’est donc un acte « militant ». La religion n’y est pour rien. Ces femmes, ainsi que les hommes qui, eux, se cachent derrière, se foutent de la religion comme de l’an 40. Ils militent comme le feraient les membres de n’importe quel parti politique, association ou…secte. Et c’est exactement comme cela qu’il faut les considérer. Ce doit être le point de départ pour traiter et régler le problème. Car il y a un problème. En effet, à la différence d’un parti politique (quoique), d’une association (quoique) ou d’une secte (un grand quoique), ces militants véhiculent une doctrine violente et c’est ce point-là, et rien d’autre, qui doit être pris en considération et combattu. La France a bien interdit trois organisations « d’extrême » droite après la mort d’un militant de gauche lors de heurts entre les deux factions dernièrement. En Allemagne, on interdit bien des organisations néo nazi, skinheads et autres. Mais on n’a jamais interdit à un skinhead de se raser le crâne ni obligé ce dernier à se laisser pousser les cheveux.

Une fois on a compris cela, on aura tout compris.

21/01/2013

Les terroristes face aux leurs

Après avoir financé et lourdement équipé les démocrates Libyens, la France a brusquement changé d'avis. Relabellisés terroristes (on fait bien attention à ne pas les appeler "islamistes"), on veut maintenant les combattre et chasser...où ?

C'est certainement pour nous expliquer tout cela que lors du journal de 19h30 de vendredi dernier, le journaliste vedette de la RTS, télévision publique, donc à redevence, Monsieur Darius Rochebin, a fait appel à l'analyse, certainement pertinente, de M. Kouchner, ancètre de Juppé et Fabius et membre du club fondé par BHL. Le point le plus délicieux de l'interview fut lorsque le grand humaniste, jadis médecin, déclara que sans cette intervention, le Mali risquait de se trouver tout entier aux mains des fondamentalistes, lesquels y auraient alors imposé la Charia.

C'est à ce moment-là qu'on aurait pû imaginer la suite suivante de l'interview :

...lesquels y auraient alors imposé la Charia.

Rochebin : Et alors ? Cela est-il grave ? Vous gêne-il ?

Kouchner : mais plus que cela même. C'eut été une catastrophe, pour le Mali, pour l'Afrique et même pour nous, ici.

Rochebin : pourtant, cette Charia est la seule loi chez nos amis Saoudiens, Qataris, etc. La première déclaration des "démocrates" Libyens et Tunisiens fut de vouloir l'imposer. Cela ne semble pas vous poser de problème particulier !

Kouchner : Euh... (je sais qu'il aurait aussi pu dire : nous ne parlons pas de la même chose. C'est un problème différent. Les circonstances ne sont pas les mêmes. Et des âneries du même genre).

Rochebin : donc, Monsieur Kouchner ?

Seulement voilà, c'est la suite logique d'une interview professionnelle dont le but est d'informer. On ne se fait pas de telles "vâcheries" entre amis.

Au fait, Mesdames et Messieurs de la corporation. N'êtes-vous pas pris d'une petite envie de vous insurger contre le Black Out absolu imposé par l'armée française ? Laquelle filme elle-même "ses opérations" et vous distribue, après vérification, des morceaux bien choisis ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rts, rochebin, kouchner, france, syrie, lybie, mali, terroristes, islamistes, islam, islamisme, gowrié

24/07/2012

Les terroristes « libérateurs » de Midane écrasés par l’Armée Nationale Syrienne

Exactement comme prévu dans mon précédent billet, ce sont les mêmes qui jubilaient à l'annonce, largement médiatisée, de l'assaut final sur Damas, prévoyant la chute de la capitale et du régime avec, qui se mettent à pleurer maintenant à l'annonce, bien moins médiatisée, de l'écrasement TOTAL des terroristes à Midane, quartier emblématique de Damas. Cette fois-ci, les pertes « civiles » furent, fait marquant, minimes. La rapidité, contrairement à ce qui s'est passé à Homs, avec laquelle les unités armées sont venues à bout des combattants insurgés est vraiment étonnante. En effet, pour la première fois depuis le début de la crise syrienne, l'armée envoie au "combat" certaines de ses unités spéciales. D'où l'écrasement spectaculaire des insurgés, les pertes pratiquement inexistantes de l'armée ainsi que des pertes "civiles" pratiquement inexistantes.

Voici une vidéo montrant une partie des pertes chez les insurgés. Comme nous pouvons le constater, ils n'ont d'insurgés que le nom, et encore. Car, comme la vidéo le montre, les terroristes en question sont envoyés par les "frères" arabes.

Certaines images, montrant des terroristes morts, peuvent être choquantes.

http://www.youtube.com/watch?v=uf7y6zqdOPU&feature=yo...

Du coup, nos médias, si prompts à relayer les exploits de l'ASL (on rappelle qu'il s'agissait de la bataille pour la libération de Damas) sont restés TOTALEMENT silencieux aux nouvelles de la "libération" de Damas, des insurgés.

A propos de médias, on apprend que les compagnies satellitaires Arabsat et Nilesat ont arrêté la diffusion de la chaîne Syrienne Addounia et ceci arrive après une décision similaire des Européens et des Américains. Addounia étant, selon eux, un instrument de propagande aux mains du régime. Waooo. Contrairement à qui ? A Al Jazeera, Al Arabiya, Fox News, CNN, France Info, RTS, Le Temps, Le Courrier, l'Hebdo, La liberté, AFP, France 24 et d'autres, par exemple ?

Qu'avons-nous découvert à Midane ? En dehors des terroristes tués, l'Armée Nationale Syrienne en capturé des dizaines, qui seront certainement extrêmement utiles par la suite et mis la main à des quantités ahurissantes d'armes de toutes sortes. Un nombre important de terroristes est originaire des pays « frères » : Saoudiens, Qataris, Libyens, Égyptiens, Jordaniens, Somaliens et même Soudanais.  Manifestement, l'Armée, il était temps, commence prendre la mesure des voyous. Je n'ai jamais prétendu que cette guerre, car c'est de cela dont il s'agit, sera facile. Il n'a jamais été facile, même pour les armées les mieux équipées et les plus entrainées au monde de venir à bout de terroristes disséminés parmi la population, qu'ils prennent en otages, dans des quartiers très densément habités. On sait tous qu'un seul terroriste peut tenir une rue pendant des heures voir des jours. La guerre sera donc longue, dure et douloureuse. Les terroristes ne reculeront devant aucune atrocité. Est-ce moi qui le dis ? Non, ce sont les médias « atlantistes » qui ne peuvent plus NE PAS le dire.

C'est ainsi que le Figaro nous apprend que les amis « pacifiques » de nos plumitifs, souvent nommément cités dans mes billets, ont découpé les bras et les jambes d'un colonel de l'armée alors qu'il était encore vivant.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Ceci mettra du baume au coeur des naïfs qui, de temps à autres, m'écrivent pour me parler de la bonté certaine des défenseurs de la liberté qui luttent contre un régime sanguinaire.

Mais bon. Que pouvons-nous attendre de voyous et de criminels ayant appris leurs leçons dans les écoles des salafistes Saoudiens et Qataris et dont l'entrainement et l'armement sont assurés par Fabius, Cameron, Clinton et...Didier Burkhalter.

 

20/06/2012

Ce que nos médias ne montreront jamais

Note préliminaire : pour ouvrir les documents, optez plutôt pour Explorer. Firefox semble poser quelques problèmes.

Un tout petit décompte tout d'abord. Sur le site même de la RTS, onglet "info", rubrique "journal de 19h30", on tape « Syrie » dans « recherche » et on tombe sur 259 sujets. Même démarche pour le 12h45, on trouve 111 sujets. En tout, cela donne 370 sujets diffusés sur la Syrie. En moyenne un sujet tous les 1.67 jours.

C'est à peu de choses près la même « densité » sur les autres médias.

Qu'est-ce qu'on trouve là-dedans ? Que des exclusivités. Comprenez exclusivement ce que les « insurgés » envoient. C'est dire si nos médias sont neutres, professionnels et répondent à la mission inscrite dans la loi et dans leurs propres chartes : présenter une information « équilibrée » reflétant la diversité des opinions et permettant au public de « forger sa propre opinion », précisément en présentant les FAITS.

Je ne vais pas plus loin dans cette introduction. Voici quelques morceaux choisis de ce que nos médias ne nous montreront jamais.

1. Le 8 juin 2012, le grand reporter Alex Thompson, » Channel » IV et « The Guardian », livrait un témoignage édifiant sur ce qu'il a vu en Syrie. Voici ce qu'il dit.

Alex Thompson, The Guardian : Syrian Rebels tried to kill me

Et voici le reportage, ainsi que la traduction en français.

 

Alex Thompson reportage et traduction.JPG

Combien de médias ont relayé cette information ?

 

Aucun.

2. Le 13 juin 2012, un grand journaliste, Rainer Hermann, du Frankfurter Allgemeine Zeitung, écrivait un article édifiant nous confirmant ce que j'avançais, ainsi que certains d'autres, sur l'éventualité que le massacre de Houla soit commis par les rebelles.

Voici l'article original en allemand. (Cliquez ici)

En voici la traduction en Français (merci pour Silvia Cattori) : (Silvia Cattori : cliquez)

Combien de médias ont relayé cette information ?

Aucun.

A ce propos, il est utile de rappeler que la décision d'expulser les diplomates syriens de certaines capitales occidentales, parmi lesquelles se trouve la nôtre, était précisément prise pour protester contre ce massacre.

Bravo, Monsieur le Conseiller Fédéral Didier Burkhalter. Vous soutenez maintenant les terroristes et les massacreurs d'enfants. Comme votre prédécesseur avait en son temps soutenu les trafiquants d'organes au Kosovo. Décidément, cela devient une des spécialités de notre DFAE. Quelle promotion et quel prestige.

3. Lorsque l'armée syrienne, la vraie, bien évidemment, a enfin investi Baba Amr, repaire de tous les terroristes, les voyous et les trafiquants de tous genres, soutenus par notre DFAE ainsi que par Juppé, Fabius, Clinton et quelques bédouins, elle a découvert des « trésors » médiatiques. Des documents inestimables montrant comment ces terroristes procédaient, sous les ordres et avec le concours de nos médias, pour « confectionner » le matériel que celles-ci diffusaient ensuite. Le meilleur exemple fut fourni par le plus connu de tous : CNN. On y voit clairement le présentateur de CNN fabriquant la nouvelle avec un « reporter » local.

La boîte noir médiatique de Baba Amr s'ouvre (Essayez avec Explorer pour ouvrir la vidéo car Firefox semble avoir quelques problèmes)

Combien de nos médias ont relayé ce scandale ?

Aucun.

4. Quelque temps après, le même présentateur a invité sur son plateau ledit « reporter ». Voulant corriger le tire, il a demandé à ce dernier de démentir l'information selon laquelle tout cela ne fut qu'un faux. Le résultat fut un désastre, pour CNN.

Presse qui roule : CNN s'enfonce

Combien de nos médias ont relayé cette information ?

Aucun.

Des massacres terribles ont été commis par les terroristes. Des têtes tranchées, des membres arrachés, des hommes éventrés et des horreurs de tous genres.

Combien de tout cela fut relayé par nos médias ?

Rien, aucun.

A ce propos, je défie quiconque pouvant produire un seul document, y compris trafiqué, prouvant que des membres de l'armée syrienne, la vraie, avaientt commis de telles atrocités.

Je ne vous montrerai pas ces vidéos. Elles sont horribles. On y entend simplement des : Allah Akbar, c'est le sort réservés aux soutiens de Bachar et d'autres choses du genre. Si, en revanche, à titre personnel, certains souhaitent en avoir le cœur net, je les ai à disposition. Il vous suffit de me le demander par mail.

Je souligne aussi que toutes ces vidéos ont été envoyées à la RTS, ainsi qu'à d'autres médias. Combien en ont parlé ?

Aucun.

 

04/04/2012

Islamistes à Paris, Islamistes au Mali

On apprend aujourd'hui que Paris, non pas la capitale mais le régime, continue sa lutte "acharnée" contre les islamistes qui sévissent sur le territoire national. C'est ainsi qu'une deuxième "vague d'arrestations" est intervenue hier. Résultat des opérations : 5 ou 6 islamistes arrêtés, venant s'ajouter aux 15 premiers lesquels, paraît-il, seront déférés au Parquet et 4 ou 5 seront expulsés.

Commençons par la fin. Je prends un pari et vous en êtes témoins : la plupart, sinon tous, rentreront tranquillement en France et personne, je dis bien personne, n'y pourra quoi que ce soit. Il se pourrait même qu'ils poursuivent l'Etat en justice.

Il ne vous aura pas échappé non plus que c'est seulement, et certainement, par hasard si tout cela intervient à deux semaines seulement des élections présidentielles. La France, son Président, son Ministre des affaires étrangères, sa police, sa justice, découvrent seulement maintenant qu'il y a des islamistes dangereux sur son sol. Des pistolets, des grenades, des Kalashnikovs, des projets d'enlèvement, d'attentats...On n'était au courant de rien et on le découvre seulement maintenant. Il paraît même que le mouvement au centre de tout cela serait "Foursan Al Izza". Ah bon ? Voici, pour la deuxième fois en quelques jours, un document que j'ai publié à propos de ce mouvement. Tout cela se déroulait, il y a de cela de nombreux mois déjà, au vu et au su de tout le monde. Ces gens ne se cachaient pas du tout. Seuls les dirigeants de ce drôle de pays semblaient l'ignorer, d'où, probablement, leur stupéfaction à sa découverte "récente" (à deux semaines des élections présidentielles).

Cliquer et regarder ce que font les membres de "Foursan Al Izza" ouvertement, devant la Police de la République

Cela se passait en septembre 2010, il y a de cela un an et demi. Et non pas à deux semaines seulement des élections présidentielles.

Pour ce qui est du Mali, l'excellent Ministre des Affaires Etrangères de cet Etat qui se trouve à l'Ouest de chez nous vient de déclarer, textuellement, que la "France est très inquiète et craint un péril islamiste qui s'emparerait du Mali".

Ainsi, l'excellent Monsieur Juppé craindrait le péril islamiste.

Il y a tout de même quelque chose qui ne va "vraiment" pas, plus, dans ce pays et chez cet homme en particulier. Ce pays était et est encore, en première ligne pour installer officiellement les islamistes les plus radicaux en Tunisie, en Libye (où la guerre que j'ai annoncée dès le départ commence) et en Egypte. Ce pays qui entraine, finance et arme les terroristes islamistes qui sévissent en Syrie, dit "craindre" le péril islamiste au...Mali.

J'emprunte cette expression à M. Deneghien, à propos de Juppé : "qu'il périsse, la Syrie et la France lui survivraient".

10:51 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mali, paris, france, juppé, gowrié, islamistes, islamisme

05/12/2011

Elections en Russie : manipulées ? Et alors ?

Voici la dernière trouvaille de nos médias, je ne m'en lasse pas, indépendants et tout à fait libres : les élections russes sont, ils l'affirme déjà au présent, entachées d'irrégularités. Irrégularités par ci, irrégularités par là, pressions, intimidations, matériel informatique saisi chez les opposants, sites internet, parait-il, miraculeusement inatteignables, etc.

Et alors ?

Quelqu'un a déjà entendu parler de l'adage : on balaie d'abord devant sa porte ? Non ?

Commençons par le pays dépositaires des droits de l'homme dans le monde : la France. Il parait que les socialistes accusent l'actuel président et sa majorité d'une sorte de...fraude électorale. Plus précisément, le président actuel, sans être officiellement candidat, l'est tout de même un peu et financerait sa future campagne, qui n'a pas encore commencé, en utilisant l'argent publique. Vous suivez ?

En France, il y a aussi une autre spécialité : les parrainages de candidats. Kesako ? Pour pouvoir se présenter aux élections présidentielles, le candidat doit au préalable réunir « quelques » conditions : entre autres, réunir au moins 500 parrainages d'élus. En cherchant un peu, on trouve le nombre « hallucinant » de 45'000 grands électeurs potentiels. Et pourtant.

A cinq mois des élections, certains candidats n'ont toujours pas réussi à réunir les parrainages nécessaires. C'est certainement dû au hasard. Rien n'empêche non plus d'aider le hasard à coup de...pressions, intimidations, promesses diverses et variées...

A ceux qui saisiront immédiatement l'occasion pour dire : ah... le voilà, il veut parler de la candidate Le Pen, je dis : j'ai le droit de parler de qui je veux. Je suis en ...démocratie, non ? Pour le reste, trouvez-vous normal qu'en démocratie, plus de 20% des gens, selon les derniers sondages, ne trouvent personne pour les représenter dans l'Assemblée la plus démocratique de la République ?  Et voilà que certains, les même que tout à l'heure probablement, sauteront sur l'occasion pour dire : n'oublions pas que Hitler a été élu grâce à des élections parfaitement démocratiques. Mais alors, on module la démocratie comme on veut ? A ceux-là je dis aussi : merci de mettre de l'eau dans mon moulin, je suis parfaitement d'accord mais alors, manipulations pour manipulation et pressions pour pressions, chacun se débarrasse de ses adversaires comme il peut. Et puis, un peu d'indulgence, ce serait sympa de notre part.

Les spécialistes, encore eux, et professionnels  de l'information, encore eux, ont tout de suite trouvé toutes les excuses possibles et imaginables aux « électeurs » du printemps arabe : nous avons eu besoin de plus de 160 ans, 1789 - 1950 grosso modo, pour que notre démocratie puisse s'installer, donnons-leur un peu de temps pour s'habituer (ils parlaient des supporters des salafistes). Allez, soyez sympas, donnez aux électeurs des ex-états soviétiques un peu de temps. Ils n'en sont sortis que depuis une petite vingtaine d'années. Ça leur laisse 140 ans pour s'habituer à votre manière de manipuler les élections.

Merci la Russie. Si c'est pour en arriver à cet état généralisé de décrépitude et de délabrement et si la Russie devait, peut-être, être un des derniers remparts, alors vivent les manipulations électorales à la russe.

 

22/09/2011

Freysinger (encore) menacé de mort

J'étais derrière le conseiller national UDC lorsque celui-ci s'était fait entarté et j'ai reçu quelques goûtes de crème, qui par la suite s'avéra être de la mousse à raser. C'est à ce moment qu'un barbu vêtu d'un Sarouel et d'un (une ?) Keffieh autour du cou se précipita vers lui, l'entourant de ses bras et lui demandant : ça va ? ça va Monsieur ? Quelqu'un de l'assistance lui lança alors : arrêtez votre cinéma, vous avez l'air tellement content. C'est ce même Monsieur qui, accompagné de quelques politicards genevois en mal de voix (électorales) circule de temps à autres dans les rues de notre cité appelant à remplacer le président syrien par des « démocrates » pacifiques tout autant barbus que lui, en beaucoup plus méchant.

C'est leur nature profonde, en effet.

Voici que les amis de ces pacifistes qui appellent au meurtre de M. Freysinger.

http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/Freysinger-menace-...

Il se trouvera toujours des imbéciles, bien évidemment « spécialistes » des mouvements terroristes et salafistes (on se demande où ils ont obtenu leurs diplômes), tel que Jean-Yves Camus, pour nous dire que tout cela n'est pas sérieux et qu'ils ne constituent pas de réel danger. Effectivement :

Ceux qui ont descendu les tours jumelles ne constituaient aucun danger auparavantM. Freysinger.jpg

Ceux qui ravagent les pays du Maghreb ne constituent aucun danger

Ceux qui explosèrent le train en Espagne ne constituaient aucun danger.

Ceux qui lancent des fatwas et des appels au meurtre à tout va ne constituent aucun danger

Ceux qui font exploser les églises en Egypte ne constituent aucun danger

Ceux qui ont massacré les moines de Tibhirine ne constituaient aucun danger

http://www.youtube.com/watch?v=xsWL1h2_9pw

Comme d'habitude, la liste est interminable. Mais tout cela ne constitue pas de réel danger.

Je commence lentement à croire M. Camus et ses amis, tout autant spécialistes que lui. Le vrai danger n'est autre que lui et ses amis. Etant par essence incapable de penser même à les faire taire (je suis pourri par la démocratie et la liberté d'expression), je me demande s'il ne faut pas faire appel au barbu du premier paragraphe et les amis de ce dernier pour le faire.

 

07:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : freysinger, ramadan, média, suisse, islam, islamiste, islamistes, terrorisme, terroriste