03/01/2017

Merkel vous souhaite la bonne année

Dans son discours de fin d'année, la native de Hambourg, fille d'un pasteur et d'une professeure d'anglais et de latin, a mis la question de la sécurité au cœur des préoccupations qui doivent conduire ses actions futures. Elle a notamment déclaré : "la plus grande menace pour l'Allemagne est le terrorisme islamiste".

A la bonheur.

Ainsi, à très exactement une année d'intervalle (vœux fin 2015 - vœux fin 2016), la chancelière de l'Allemagne a réussi un 180° absolument fantastique. Car, en 2015 :

Si je comprends bien :

  • L'Islam appartient à l'Allemagne et...
  • Le terrorisme islamiste est la plus grande menace pour l'Allemagne

Je suis très preneur, si quelqu'un pouvait m'éclairer.

Pour le reste, il est possible qu'elle soit réélue pour un nouveau mandat en septembre. Dans ce cas, les Allemands ne peuvent plus dire qu'ils n'étaient pas prévenus. Dans ce cas aussi, les événements de Cologne, Berlin et d'ailleurs seraient totalement justifiés et...mérités.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : allemagne, merkel, islam, islamisme, migrants, immigration, terrorisme

24/12/2016

Alep "libérée" et ses CHRETIENS fêtent Noël

Joyeux Noël à eux.

Lire la suite

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rts, alep, syrie, obama, hollane, islam, islamisme

05/02/2015

Selon la RTS, le responsable de la barabarie de l'Etat Islamique, c'est nous

Voici d'abord les liens vers les éditions d'hier, le 12h45 et le 19h30 du TJ de la RTS.

http://www.rts.ch/play/tv/le-12h45/video/le-12h45?id=6511...

http://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/le-19h30?id=6513...

Vous remarquerez, pas même une allusion, rien.

Les Dhimmis, un temps farouches défenseurs de la "rébellion" syrienne, continuent donc leur combat sous une autre forme, celle de la soumission.

Ceci ne les a pas empêchés de faire d'autres allusions aux "vrais dangers" qui nous guettent : la montée de "l'extrémisme", notamment de droite. Manquait juste la fameuse phrase condamnant tous les extrémismes "de quelque bord que ce soit" y compris celui des...catholiques (je n'en suis pas un, au cas où). Manquait aussi le rappel de l'inquisition aux 16e et 17e siècles. Surtout, il manquait la comparaison entre la carbonisation de ce pauvre pilote jordanien par les protégés de Fabius et celles pratiquées par les inquisiteurs il y a de cela quelques centaines d'années.

Décidément, la soumission est en marche, à pas forcés.

A cela, une "vedette" de la RTS répond par ceci : "Le fait de montrer le moins possible les assassinats mis en scène par le groupe « état islamique » n’est certainement pas une complaisance à son égard. Bien au contraire, c’est la nécessité de ne pas faire son jeu. Cela ne signifie pas passer sous silence ses atrocités, mais ne pas reprendre telles quelles ses images de propagande – montrer en revanche les victimes, les messages de solidarités, les messages de leurs familles, etc. C’est un équilibre bien sûr difficile, mais c’est une responsabilité morale de le trouver. Notez d’ailleurs qu’il s’agit d’un débat vieux comme le monde. Le vieux lion Churchill savait admirablement manier la censure de guerre pour éviter de montrer certaines images de destructions réussie par les nazis; ce n’était évidemment pas une forme de faiblesse, mais au contraire une stratégie honorable pour écraser in fine, d’une main de fer, les ennemis de nos libertés".

On ne sait plus s'il s'agit d'un rêve ou d'un cauchemar. Il cite Chrchill et il aurait pu tout aussi bien citer la censure de l'armée US lorsqu'elle a envahi l'Irak. On sait maintenant ce qu'il en était. La vedette en question ne se rend même pas compte qu'elle est en train de nous raconter qu'elle exerce l'autocensure poussée à son paroxysme. Elle ne se rend même pas compte qu'entre faire la "publicité" au groupe État Islamique et ne pas même mentionner la "nouvelle", il y a un énorme espace. Elle cite Churchill et ne se rend même pas compte que le bonhomme vivait en...1940. Je ne sais même pas si cette "vedette" est au courant qu'en 2015, l'internet existe. Je ne sais si elle est au courant que les gens n'ont pas besoin des images de la RTS pour savoir ce qui se passe. Je disais croire rêver mais c'est finalement un cauchemar. Elle ne veut pas faire la pub à ces barbares (on la croit sur parole) mais elle ne veut pas faire son travail non plus : un travail de recherche (de la vérité, on l'espère, je veux dire on peut toujours rêver) de dénonciation et d'appel au réveil des "téléspectateurs". Elle n'a pas besoin, "la vedette", de montrer les images atroces. Celles-ci sont librement disponible sur le net, qui n'existait pas en 1940, année référence, semble-t-il, pour la RTS.

Une toute dernière chose, bien sûr. Al Azhar, la plus haute "autorité religieuse" du monde islamique, en réaction à l’assassinat du pilote jordanien, vient de décréter qu'il faut "tuer ET crucifier" les membres de l’État Islamique.Ils croyait certainement très bien faire comme cela mais je crois dur comme fer que cette déclaration a été mûrement réfléchie. Il faut les...CRUCIFIER

Mais l'Islam n'a rien à voir avec cela.

P:S. Ce billet a été écrit mercredi, 4 février vers 16 heures. Plus de 24 heures après le terrible assassinat du pilote jordanien. A 19h30, Darius Rochebin a tout de même fini par en dire quelques mots.

26/01/2015

Davos 2015 : la lutte contre le terrorisme est lancée

On a rarement assisté à un tel degré de bêtise, incurie et bassesse "politique" voire simplement humaine. De passage à Davos avant de s'envoler pour saluer pour la dernière fois son "ami" feu le roi Abdallah, le gros de l’Élysée, très à l'aise devant un parterre rempli d'ennemis (vous savez, les financiers du temps de sa campagne électorale) s'est fendu d'un discours que seule la décence m'empêche de qualifier. Décence dont ce personnage semble désormais totalement dépourvu.

Pas de discours donc. On se contentera de reproduire strictement celui du flasque.

Après avoir reconnu que le terrorisme bénéficie de "flux financiers considérables", il s'adressa aux personnes présentes, représentants de l'économie, en ces termes (minute 15:15):"j'appelle le système financier à couper les sources de financement d'alimentation du terrorisme, à en terminer avec les paradis fiscaux". "Ne laissez pas agir aujourd'hui une bête qui vous frappera aussi le moment venu". Ce fut ce qu'il a dit, mot pour mot. Inutile de dire que tous les médias ont répété cela toute la journée à un rythme d'une fois toutes les trente minutes. Sans que cela ne soulève le moindre commentaire de la part de personne.

Ainsi, à réécouter encore et encore le discours de Flamby, histoire d'être certain de ce qu'on a entendu, on comprend que c'est le système financier international qui est responsable du financement du terrorisme"islamiste" (j'insiste sur ce point, très important car c'est le gros lui-même qui l'a précisé au début de son discours). On comprend aussi que la responsabilité des paradis fiscaux dans l'affaire est grande. Voyons donc cela.

  1. Le système financier international n'est autre que UBS, CS, BNP, Crédit Agricole, Société Générale, Deutsche Bank et je ne vais pas citer tous les instituts financiers du globe. Ceux-là sont donc responsables du financement du terrorisme islamique, puisque le Président de la République leur demande de couper les sources de financement de ce dernier.
  2. Les paradis fiscaux. Regardons pour cela cette magnifique carte, où notre pays figure en très bonne place.   paradis fiscaux dans le monde   Mais aussi:
  • Le Delaware
  • Les Bermudes
  • Jersey
  • Guernsey
  • Singapoure
  • Andorre et j'en passe.

C'est ainsi qu'on découvre maintenant que la Suisse, l'UBS et le Crédit Suisse financent le terrorisme islamique.

Quelques heures après ce discours, Hollande s'envolait pour dire au revoir à "son ami" le roi Abdallah, d'Arabie Saoudite. Au passage, il a pondu cette perle incomparable : "je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d'actualité".

Et tout cela se passe, sans le moindre problème, sans le moindre commentaire, de la part de personne

Croyez-le ou pas, ce qui précède n'est même pas le plus important dans le "discours" du Gros de l’Élysée. Au début de la partie consacrée au terrorisme, il a parlé de la...Libye. Tout comme le terrorisme islamique est, selon Flamby, la responsabilité du système financier, il n'y est pour rien non plus pour ce qui est de la Libye où c'est le manque de "suivi" qui a conduit le pays là où il est maintenant. Bientôt, on découvrira que l'Algérie a été colonisée par des extraterrestres et que Sarkozy est le fils naturel de Liliane Betencourt. Quoique, dans ce dernier cas...

En revanche, lisez encore une fois attentivement ce que ce personnage a déclaré à propos de feu le chef du royaume wahhabite : "Je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d actualité"".

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : davos, terrorisme, islam, islamisme, hollande, france, arabie saoudite

09/05/2014

Amnesty International et, surtout, Donatella Rovera : quand le triste le dispute au minable et au criminel

Tout le monde ou presque, hélas, connait maintenant la réalité sur ces organisations et qui les oriente réellement. C'est pour cela qu'il est inutile d'épiloguer là-dessus.

Je me contente donc ici de publier la magnifique interpellation à cette dame de quelqu'un en colère. Quelqu'un qui, aussi, me gratifie de son amitié. Je l'en remercie.

Je lance à cette dernière, ainsi qu'à tous ceux qui l'écoutent "bêtement", un défi : prouver le dixième de se qu'elle prétend et...de répondre aux questions qui lui sont posées.

Voici donc le message adressé par le professeur Majed Chergui à...Madame Donatella Rovera. (les parties en rouge sont des commentaires à moi.

 

Madame,

En lisant votre appel daté du 17.4.14, je me suis demandé si c’était de l’ignorance ou de la mauvaise foi. Je suis surpris qu’une chercheuse (j’en suis un aussi) soit si pauvrement informée de la situation en Syrie (elle n'est pas du tout mal informé. Comme les autres, dans son camp, elle sait tout). Pourtant, il n’est même pas difficile de trouver l’information, car les mercenaires fondamentalistes (plus de 80 nationalités), soutenus par vos bailleurs de fonds : OTAN, USA, UE, Israel, Arabie séoudite, Qatar, etc., (quelle belle équipe, harmonieuse) et qui mettent le pays à feu et à sang sont fiers de leurs actions et les affichent sur leurs sites sociaux. Vous trouverez un résumé dans le rapport détaillé ci-joint, établi par une trentaine d’avocats et journalistes turques. Je peux aussi vous envoyer les liens postés par les mercenaires eux-mêmes. N’hésitez pas de me les demander ! Vous ne pouvez donc pas ignorer les :

  • Massacres de populations civiles : depuis celui de Houla, qui avait été mis sur le compte de l’Etat syrien (conduisant à la rupture des relations diplomatique et à l'expulsion des diplomates syriens de beaucoup de capitales occidentales) et qui s’est avéré être le fait des mercenaires soutenus par l’Occident, à plus récemment, celui de Adra. Comme ces massacres ne peuvent plus être mis sur le compte de l’Etat syrien, la presse n’en parle plus.
  •  Exécutions publiques par décapitation (on ne les compte plus), égorgements, strangulation, fusillades, etc., de soldats, de femmes, d’enfants et de familles entières (vous pouvez avoir un avant-goût dans ces courts documentaires de la TV belge : https://www.youtube.com/watch?v=p5BPOG0x2cA et https://www.youtube.com/watch?v=MJX3Uu36qiw ).
  •  Anthropophagie : vous connaissez surement le cas célèbre du commandant de l’Armée Syrienne Libre qui avait ouvert la poitrine d’un soldat tué, en avait extirpé le cœur et l’avait fièrement mangé devant les caméras qui le filmaient (https://www.youtube.com/watch?v=W0W83PQ94jo) . Il est intéressant de noter que les gouvernements occidentaux considéraient la (défunte) ASL comme la branche « modérée » de la rébellion. Cela en dit long sur le caractère modéré de ces mêmes gouvernements.
  • Pogroms de minorités : le dernier en date est celui du village historique de Kassab habités d’arméniens et qui a été attaqué avec le soutien de l’armée turque (un membre de l’OTAN et, …, tiens ! comme l’histoire se répète).
  • Viols : vous avez sûrement entendu parler du « Jihad el Nikah » (Jihad du viol), qui avait été énoncé par des prédicateurs à la solde des amis de l’occident (deux grandes démocraties ! L’Arabie Saoudite et Qatar) afin d’encourager le recrutement de mercenaires dans les pays musulmans, en déclarant qu’il était licite de violer des mécréantes (c’est-à-dire les femmes des minorités ou celles, sunnites, qui soutiennent l’Etat syrien).
  • Utilisation d’armes chimiques contre les civils : les attaques à l’arme chimique qui ont eu lieu à Alep en mars 2013 et dans la région de Damas en Août 2013 sont bel et bien le fait des mercenaires de l’OTAN. Je vous prie de vous référer aux articles du célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersch et à l’étude publiée par des physiciens du MIT, que vous trouverez en attaché.
  • Je passe sur les destructions d’écoles, d’usines, de silos à blé, de boulangeries, etc., et de tous ce qui représente le secteur éducatif et productif du pays, mais aussi des monuments historiques et culturels, qui sont l’âme et l’histoire d’un peuple. Aucun différent politique ne justifie de tels actes, sinon le but d’abattre une société civile, ses institutions et son histoire qu’on veut détruire à jamais. 

Rien ne justifie tout cela, quels que soient les excès que vous voulez imputer à l’Etat syrien. A ce titre, je vous mets au défi de prouver ce que vous écrivez : « … les cachots des services secrets sont remplis de cadavres… » . En bonne chercheuse, n’oubliez surtout pas de citer vos sources !

Quant aux bombardements de quartiers habités, si jamais bombardements de quartiers il y a eu, ceux-ci n’étaient habités que par des mercenaires. Dans l’écrasante majorité des cas, les habitants se sont réfugiés dans les régions tenues par l’armée syrienne. Finalement, si comme vous le dites, cette dernière est si prompte à bombarder des quartiers habités, comment se fait-il qu’elle ait négocié pendant des mois et des mois que les mercenaires quittent les quartiers vides du centre de Homs qu’ils tenaient, comme c’est arrivé tout récemment.

Pour revenir au début de mon message, je doute que vous soyez ignorante de tout cela, sinon vous faites une piètre chercheuse. J’en conclue donc que c’est de la mauvaise foi, ce qui est à la limite compréhensible, puisque après tout, vous êtes payée pour. Mais dans ce cas la mauvaise foi est criminelle et vous avez les mains pleines de sang du peuple syrien.

Amnesty International fait le travail de RP pour les plus grands criminels de notre temps : l’OTAN, les gouvernements occidentaux et leurs alliés (Israël, Arabie Saoudite, Qatar, etc.). N’ayant pas encore fini avec la Syrie, ils s’engagent maintenant en Ukraine en mettant au pouvoir des nazis, eux-mêmes entrainés par des experts militaires israéliens, bravo !

Et avec tout ça, vous prétendez être une organisation « humanitaire »… Triste constat.

M. Chergui

Pièces jointe à la lettre :

Pièce 1

Pièce 2

Pièce 3

Pièce 4

Pièce 5

Pièce 6

Pièce 7

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : donatella rovera, amnesty international, syrie, terrorisme, islamisme

18/11/2013

Mauro Poggia : Maintenant qu'il est "élu", Eggly avait raison, Décaillet totalement tort

...Sauf qu'il suffit au dernier de publier une note de quelques lignes pour que Eggly se couche immédiatement en se fondant d'excuses.

Pourtant, il avait parfaitement raison. Il se trouve juste que nous vivons une époque où la liste des tabous n'a plus de fin et où les adeptes des nouveaux dogmes n'ont rien à envier aux communistes d'antan.

M. Décaillet, au demeurant quelqu'un que j'estime sincèrement, n'a pas remarqué que, dans l'affaire Poggia-Eggly, il ne s'agissait pas du tout de religion. C'est précisément le signe de l'adepte d'un dogme tellement obnubilé par celui-ci qu'il ne voit rien d'autre. Le communisme n'est en soi pas une si mauvaise doctrine : les riches un peu moins riches et les pauvres un peu moins. C'est lorsque les dogmatiques le transforment en "dictature" du prolétariat que le communisme devient le dogme le plus détestable qui soit. L'écologie est un autre exemple où le dogmatisme, politisé, a fait que les préoccupations purement écologiques n'occupent guère qu'une part négligeable dans les pensées et les actes des écologistes (je parle du parti, bien évidemment).

Et la liste est longue. Et la laïcité en fait partie.

Ce qui me chagrine, c'est qu'à l'instar de tous les post 1905 et, plus précisément, post soixante-huitards, que j'appelle les "fondamentalistes" de la laïcité, M. Décaillet semble avoir confondu celle-ci avec l'anticléricalisme. Rien en somme que du très habituel.

Car Jacques-Simon Eggly avait parfaitement raison (avant qu'il ne prenne peur et retourne sa veste, lui aussi) : "Que penser d’un homme dont les fidélités changent au gré des vents extérieurs et de ses états d’âme.  Chacun est libre de professer la religion de son choix. Mais ce n’est pas être islamophobe que de se demander comment un homme public peut naître et grandir comme un catholique d’origine italienne et se retrouver musulman dit convaincu". Pascal Décaillet dit avoir été offusqué par cette déclaration. Je n'y vois qu'une analyse parfaitement claire. Je précise ici que les préoccupations électoralistes des uns des autres ne m'intéressent point.

M. Eggly s'est uniquement trompé sur un point : je ne crois pas que Me Poggia soit un musulman convaincu et je ne crois pas non plus que "naître et grandir comme un catholique d'origine italienne" est une garantie de quoi que ce soit. Il ne s'est pas non plus préoccupé de savoir pourquoi c'est toujours aux "fidèles" des autres religions (non musulmanes) de se convertir s'ils sont "amoureux". Me Poggia a bien sûr immédiatement écarté cette interrogation en proclamant l'avoir fait...par conviction. Conviction en quoi, exactement ?

La religion n'y est donc, encore une fois, pour rien. Quant à la laïcité, de grâce, cela suffit.

Me Poggia s'est donc converti en 1996 afin de rejoindre la religion de sa campagne. C'est le seul point "politique" qu'il convient de soulever. Ce n'est pas "l'abandon facile", selon M. Eggly, des convictions religieuses supposées de l'avocat qui est en cause. Car chacun fait ce qu'il veut de sa vie. Ce sont les abandons successifs de toutes les convictions qui constitue ici le cœur du débat. Au mieux, cela s'appelle l'opportunisme. Au pire, l'homme n'a pas de convictions.

Mais cela revient probablement au même. Consulter pour cela l'excellent Dutronc. C'est fabuleux. Mais avant, une petite question : quand quittera-t-il le MCG ? avant ou après le "clash" avec Satuffer ?


Je suis pour le communisme
Je suis pour le socialisme
Et pour le capitalisme
Parce que je suis opportuniste

Il y en a qui contestentDutronc.PNG
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je n'ai pas peur des profiteurs
Ni même des agitateurs
J'fais confiance aux électeurs
Et j'en profite pour faire mon beurre

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je suis de tous les partis
Je suis de toutes les partys
Je suis de toutes les cauteries
Je suis le roi des convertis

Il y en a qui contestent
Qui revendiquent et qui protestent
Moi je ne fais qu'un seul geste
Je retourne ma veste, je retourne ma veste
Toujours du bon côté

Je crie vive la révolution
Je crie vive les institutions
Je crie vive les manifestations
Je crie vive la collaboration

Non jamais je ne conteste
Ni revendique ni ne proteste
Je ne sais faire qu'un seul geste
Celui de retourner ma veste, de retourner ma veste
Toujours du bon côté

Je l'ai tellement retournée
Qu'ell' craqu' de tous côtés
A la prochain' révolution
Je retourn' mon pantalon

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : poggia, décaillet, eggly, gowrié, islam, islamisme, udc, mcg, dutronc

02/10/2013

Voile, Burqua, Niquab et...nous

C'est une émission, à priori d'information, donc sérieuse, Infrarouge qui s'est attelée aujourd'hui à traiter le sujet (ce billet a été écrit immédiatement après la fin de l'émission).

http://www.infrarouge.ch/ir/2031-faut-interdire-burqa

Et voilà une autre émission qui ne sert à "presque" rien. Presque car il y a bien eu un certain Freysinger qui a essayé de poser les questions de fonds. Essayé pas pu.

Il y a aussi eu ce Rachid Nekkaz, exemple parfait de l'imposteur : cheveux longs dont la coupe est empruntée aux "philosophes" français (BHL et compagnie), sourire faisant apparaître une dentition éclatante et, surtout, une association, encore une : "Ne touche pas à ma Constitution". Et voilà : Le Monsieur est un défenseur ardent du droit, des droits. Le problème est que ceux-ci, empêtrés dans leur doctrine de base, l'islamisme dans son expression la plus abjecte, finissent toujours par se trahir. En effet, vers la fin de l'émission, le dandy en question ne pût s'empêcher de joindre sa voix à celle du "vrai dangereux de l'émission" le biennois Abdullah Blancho, pour demander aux militantes islamistes porteuses du Niqab de "ne pas respecter la loi et de désobéir". Et c'est seulement là que cette chère Brunschwig Graf a tout de même décidé de marquer son "désaccord". On la remercie chaleureusement. Inutile de parler de sa "collègue" socialiste. Il manquait juste un vert.

Blancho, quant à lui, arborant un look dont le ridicule le disputait au pitoyable, est allé, dans sa "conviction" (religieuse ?), jusqu'à emprunter l'accent de ses (coreligionnaires ?). Ridicule ? Pas vraiment. Car à la différence de l'adage, le ridicule de Blanco ET compagnie...tue. Blancho le converti est porteur de la doctrine la plus meurtrière dans ce courant qu'on appelle communément islamiste : nier l'autre, tuer, égorger. Ce sont entre 600 et 1000 convertis comme lui qui, de France, Allemagne, Belgique et d'ailleurs, sont allés faire le "jihad" en Syrie et participer à des égorgements rituels sur des civiles et soldats capturés.

Pourquoi dès lors encore une émission pour rien ? Pour deux raisons :

1. Glissant de plus en plus vers le sensationnel (bientôt une télé crochet ?), l'information et le traitement rigoureuse de celle-ci n'occupent qu'une part négligeable du temps consacré à la supposée problématique du jour. On l'a par ailleurs reconnu ouvertement à un moment où, présentant le "Blancho féminin" de Suisse, une certaine Nora Illi, la présentatrice d'Infrarouge a reconnu le caractère accrocheur de la chose : "les télévisions se l'arrachent, elle intervient sur tous les plateaux, etc.". Tout cela pour voire une femme pitoyable déambuler dans les rues de Berne, s’asseoir sur une terrasse siroter péniblement un renversé par-dessous son voile intégral. Minable.

2. Parce qu'aussi longtemps qu'on persistera à nier les vrais problèmes et se cachera derrière des raisons à moitié fallacieuses voire inutiles, le problème ne sera pas réglé. Aussi longtemps que les vraies raisons ne seront pas évoquées, les choses empireront. Il faut, une fois pour toutes, avoir le courage de « ses » opinions. Sinon, qu’on la ferme et qu’on laisse les choses telles quelles. Quelles opinions ? La réponse est simple : les femmes qui, ici (ici et non pas là-bas) portent le voile, la burqa, le Niquab (appelez-les comme vous voulez) le font en toute connaissance de cause. Il faut arrêter, une fois pour toutes, de se cacher derrière la défense des femmes, de leur liberté et que sais-je encore. Elles le font ici de leur plein gré et il faut le reconnaître. C’est donc un acte « militant ». La religion n’y est pour rien. Ces femmes, ainsi que les hommes qui, eux, se cachent derrière, se foutent de la religion comme de l’an 40. Ils militent comme le feraient les membres de n’importe quel parti politique, association ou…secte. Et c’est exactement comme cela qu’il faut les considérer. Ce doit être le point de départ pour traiter et régler le problème. Car il y a un problème. En effet, à la différence d’un parti politique (quoique), d’une association (quoique) ou d’une secte (un grand quoique), ces militants véhiculent une doctrine violente et c’est ce point-là, et rien d’autre, qui doit être pris en considération et combattu. La France a bien interdit trois organisations « d’extrême » droite après la mort d’un militant de gauche lors de heurts entre les deux factions dernièrement. En Allemagne, on interdit bien des organisations néo nazi, skinheads et autres. Mais on n’a jamais interdit à un skinhead de se raser le crâne ni obligé ce dernier à se laisser pousser les cheveux.

Une fois on a compris cela, on aura tout compris.

24/09/2013

1008 Palestiniens tués en Syrie : résumé de l'histoire des Arabes

...ainsi que 1'902 Tunisiens, 1'807 Libyens, 1'432 Irakiens, 828 Libanais, 821 Égyptiens, 714 Saoudiens, 571 Yéménites, 412 Marocains, 273 Algériens, etc.

Pourquoi le titre de ce billet se limite-t-il aux morts palestiniens ? Parce que cela suffit à expliquer tout : sur la crise syrienne mais, surtout, l'état de ce monde qu'on appelle islamo-arabe : ces gens-là n'ont pas de pays, pas de patrie. Ils ont une doctrine...et encore.

Il n'y a pas un pays arabe, à ma connaissance, où l'on n'apprend pas aux enfants, ainsi qu'aux plus grands, qu'Israël est un état hors la loi qui a occupé des territoires ne lui appartenant pas dont il a chassé les habitants légitimes qui, depuis, vivent dans des camps de réfugiés tout autour de "leur pays".

Cela, en soi, n'est pas tout à fait faux. Mais là n'est pas la question.

L'Allemagne, Nazi, a occupé la France. Alors les Français, certains en tout cas, sont allés combattre...les Allemands.

Les USA ont fait la guerre en Vietnam. Les Vietnamiens les ont alors combattus.

La Grande-Bretagne a occupé, pendant des siècles, l'Inde. Les Indiens ont combattu, à leur manière, les Britanniques.

On peut remonter à Napoléon en Russie, Les Britanniques en Amérique...On peut même citer les Français en...Syrie.

Pas les palestiniens qui, pour combattre l'ennemi (à priori, Israël) :

1. Vont, en 1975, alors qu'il agissaient déjà dans le pays comme s'il était le leur, mettre le Liban à feu et à sang et marquer le début d'une guerre civile qui a duré une vingtaine d'année.

2. Laissent 1008 des leurs "mourir pour le Jihad" en Syrie qui, comme le Liban, les avait accueillis par centaines de milliers depuis des dizaines d'années.

3. Vont semer le trouble en Égypte et s'allient avec les islamistes du Sinaï et d'ailleurs dans le pays, pour mettre celui-ci, aussi, à feu et à sang.

Mais...

Leur ennemi est toujours...Israël

Vous vous demandez encore pourquoi ce monde, Arabo-musulman a cette tête-là ?

09:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, israël, palestine, palestiniens, gowrié, islam, islamisme, jihad, jihadiste, terrorisme

23/09/2013

Véronique De Keyser : Vice Présidente du Groupe Socialiste au Parlement Européen

Aujourd'hui, je vous livre, tel quel, le compte rendu de François Jane d'Othée, journaliste au Vif.be (L'Express) au sujet de la rencontre de Mme de Keyser avec le Président syrien.

http://www.levif.be/info/auteurs/author-4000223280609.htm#


Syrie: Véronique De Keyser rencontre Bachar Al-Assad


François Janne d’Othée

vendredi 20 septembre 2013 à 18h26

Vice-présidente du groupe socialiste au Parlement européen, l’europarlementaire Véronique De Keyser revient d’une mission au Liban et en Syrie. « C’était à titre personnel et dans un objectif humanitaire », explique-t-elle au Vif/L'Express.

Véronique De Keyser, vice-présidente du groupe socialiste au Parlement européen. © IMAGEGLOBE

De retour du Liban et de Syrie, l’europarlementaire Véronique De Keyser (PS) a pu s’entretenir à Damas, pendant une heure, avec le président syrien Bachar Al-Assad, sans autre témoin que le vice-ministre syrien des Affaires étrangères. « Ma visite étant effectuée à titre personnel et pour des raisons humanitaires, j’avais demandé, pour éviter toute instrumentalisation, qu’il n’y ait pas de show médiatique autour de ma visite, et ils ont accepté ».

Que lui a déclaré Bachar ? Deux choses principalement. Un : il ne tient pas à rester au pouvoir mais il n’envisage pas de « quitter maintenant le navire » car, selon lui, « ce qui est en jeu, c’est une Syrie laïque et tolérante à l’égard des minorités, ainsi que l’unité du pays ». Or la montée des groupes radicaux islamiques ne laisse d’autre choix au régime que de « s’en débarrasser ».

Deux : il affirme avoir voulu des réformes, et en a même entrepris, mais, selon lui, les demandes pacifiques des manifestants se sont « très rapidement » transformées en opposition violente. « Je veux continuer à travailler avec l’opposition, mais seulement celle qui œuvre pour une Syrie démocratique », lui a-t-il soutenu. Opposition interne s’entend, car il ne fait pas grand cas des opposants de l’extérieur qu’il soupçonne d’être financés pour la plupart.

A propos des couloirs humanitaires, Bachar Al-Assad a déclaré à l’eurodéputée que « chaque Syrien a le droit de recevoir de l’aide », mais qu’il est parfois très difficile de la faire parvenir à cause de la multiplicité des factions, certaines acceptant le passage des vivres, d’autres pas. A Damas, le nombre d’ONG agréées est passé de 4 à 19, ce qui fait dire à l’eurodéputée (qui a passé une demi-journée avec les agences de l’ONU sur place) que « le mur s’effrite entre elles et le régime ».

Véronique De Keyser a également évoqué le sort des opposants disparus, notamment Abdel-Aziz Al Khayyer, dont on n’a plus signe de vie depuis le 20 septembre 2012 alors qu’il revenait de Chine et se rendait de l’aéroport de Damas vers la capitale. Bachar Al-Assad prétend qu’il aurait été enlevé par des rebelles. Quant au père Paolo dall’Oglio, disparu depuis le 29 juillet 2013, le président n’a pu donner aucune information « car cela s’est passé de l’autre côté ».

« J’ai subi d’énormes pressions pour me dissuader d’aller à Damas, témoigne Véronique De Keyser. Mais quand on voit l’ampleur de la catastrophe, la montée des groupes djihadistes et terroristes, confirmée par les représentants sur place de l’ONU, cela m’a semblé indispensable de me rendre sur place. Certains de mes collègues se sont d’ailleurs montrés solidaires avec ma démarche. C’est maintenant qu’il faut enclencher un dialogue pour préparer une négociation politique, car le désespoir des Syriens de l’intérieur, qui se sentent abandonnés par l’Europe et qui voient leur pays se transformer, est immense. Bien sûr les gens seront comptables de leurs actes, mais ça, ce n’est pas de mon ressort. »

09:01 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrie, journaliste, journalisme, islamisme, jihad, terrorisme, occident

27/05/2013

Soldats poignardés : le boomerang

C’est au moment même que le ministre des affaires étrangères britannique, encore plus chauve mais pas moins myope que son homologue du Quai d’Orsay, appelait à armer les terroristes en Syrie, qu’un soldat de Sa gracieuse Majesté se faisait tuer par deux « compatriotes » au nom…d’Allah. Deux jours après, c’est au tour d’un soldat de la République de subir le même sort, avec moins de dommages toutefois.

Les exploits politico-médiatiques, surtout médiatiques d’ailleurs, n’ont pas manqué. Au soir de l’agression, un certain Delahousse (France 2) qui semble militer pour confirmer l’adage : sois belle et tais toi, reçoit le ministre de l’intérieur, le bouillant et « très » efficace Manuel Valls. Ce dernier a parlé de ses craintes concernant les centaines de Français combattant en Syrie et les risques qu’ils représentaient pour la sécurité de la France. Un journaliste de classe et intelligence moyennes aurait sauté sur l’occasion pour poser la question suivante au ministre : parlez-vous de ces combattants que votre collègue Fabius, ainsi que le Président de la République, arment et financent ? Un journaliste d’intelligence et liberté moyennes, oui. Pas Delahousse.

Maintenant que l’armée syrienne semble s’acheminer vers l’écrasement des terroristes et, je l’espère, plus tard, de leurs soutiens, il va falloir que les « démocraties » occidentales règlent le cas de leurs « citoyens » revenant du Jihad.

L’ont-ils mérité. Je vous laisse juger.

L’ont-il cherché ? Certainement.

Faut-il s'en réjouir ? La question reste ouverte.

 

 

11:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : france, gb, angleterre, fabius, syrie, haig, gowrié, terrorisme, islamisme, islam

22/05/2013

La Syrie gagnera (a gagné). Toute seule

Avec l'aide de l'Iran, du Hezbollah et le reste du blabla dont certains n'hésiteront pas à user, bien évidemment. Je l'écris en préambule. Comme ça, c'est fait.

USA, France, Grande-Bretagne, Union Européenne, Suisse (hélas, mille fois hélas), Ligue Arabe (Pffff), Qatar (chameaux et milliards), Arabie Saoudite (chameaux, milliards), Turquie, Israël. J'oublie, consciemment, des dizaines d'autres (laquais et larbins divers, dont, encore une fois hélas, le nôtre) constituant cette Assemblée aussi hétéroclite que minable qu'est "les Amis de la Syrie". Tout cela s'est ligué contre mon pays d'origine, le plus vieux pays et la plus vieille civilisation du monde, dans l'espoir, vain, qu'elle ne le soit plus. Ils en paieront le prix, très cher, bientôt.

Les avancés spectaculaires de l'Armée Nationale Syrienne ces derniers jours, au grand dam des bédouins du Golfe Persique et leurs maîtres à Washington et Tel Aviv, d'où le branle bas de combat dans cette dernière, semble dessiner l'évolution définitive de ce conflit dans les prochaines semaines. Des sources "rebelles" parlent de centaines de morts, parmi lesquels 3 "commandants" de très haut rang, dont le commandant en chef du Front Al Nosra à Al Qousseir et de capturés dans leurs rangs ces deux derniers jours. Ceci a poussé certains jihadistes valeureux et très combatifs à se déguiser en femmes, la désormais classique Burka mais aussi un maquillage complet.

Et c'est à Israël qu'on confie, cette fois, la tâche de monter au créneau. Les menaces de cette dernières deviennent un peu plus précises à l’encontre de la Syrie.

Nous laisserons au futur, ainsi qu’à la médiocrité de certains "prévisionnistes", ayant déjà prévu la chute d’Assad en mars 2011, l’entrés de la Turquie en Syrie, l’intervention américaine et française, etc. sévissant sur cette plateforme, entre autres, le plaisir de le faire.

Ils seront surpris et…très déçus.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : syrie, israël, terroriste, islamisme, islam, jihadiste, france, turquie, gowrié, usa, suisse

21/05/2013

Des dépeceurs et des mangeurs de coeurs humains

Je ne mettrais bien sûr pas l'horrible vidéo en ligne, de peur de heurter la sensibilité extrêmement à fleur de peau des responsables de cette plateforme. D'ailleurs, il vous suffira de chercher un tout petit peu pour la trouver sur la toile. Tout le monde en a parlé, ou presque.

Mais ce n'est pas pour cela que j'écris.

Au lendemain de la diffusion de la terrible vidéo, montrant un chef "rebelle" dépeçant un soldat de l'armée syrienne, lui arrachant le coeur et portant ce dernier à sa bouche, vidéo authentifiée par la terre entière (le Times a même réussi à contacter l'auteur de l'exploit), le plumitif (comprenez journaliste, professionnel de l'information) officiant à ce moment-là sur France-Info, a poussé l'abjection jusqu'à demander à son invité, représentant local de Human Rights Watch, s'il n'y a pas risque de...manipulation.

Je vous vomis, vraiment, Monsieur le journaliste.

Voici un autre exploit de France-Info. Suite au double attentant dans la province de Ryehanli, au Nord-Ouest de la Syrie, ce torchon (même si l'expression est en principe réservée aux champions de la désinformation écrite) a présenté un sujet montrant des milliers de manifestants turcs scandant des slogans "hostiles" au régime de Damas.

Je vous laisse tranquillement avec la vidéo.

Comme quoi, ils n'ont pas peur de se rincer la figure avec de la pisse de chat.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Un ultime exploit, pour aujourd'hui, de ce même torchon radiophonique, dans une de ses nombreuses "éditions" matinales, celle d'hier, à 10 heures. Le plumitif nous y parler de la "crainte" d'un massacre de civiles, toujours eux, bien évidemment, lorsqu'il s'agit d'éradiquer les terroristes dépeceurs d'hommes, suite à l'entrée de l'Armée nationale Syrienne dans la ville. Le plumitif en question n'a bien sûr pas manqué de souligner que l'armée est épaulée par des éléments du Hezbollah. C'est un journal bien de chez nous (je vous laisse le soin de le qualifier vous-même), 20 minutes, se cachant, comme de nombreux "confrères" derrière l'OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) basé à Londres et "s'appuyant sur un réseau de 200 informateurs", selon l'ATS, qui confirme la mort de 23 membres de ce mouvement. Aucun de ces valeureux plumitifs professionnels ne s'est donné la peine de se demander comment ces 200 informateurs, toujours les mêmes, arrivent à donner des bilans et des décomptes aussi précis, ce qui signifie qu'ils doivent être au coeur du combat, sans qu'ils ne soient jamais touchés. Dieu tout puissant doit certainement être de leur côté.

Eh bien, dans ce nuage de mensonges, de contre vérités, de manipulation voire, on l'a constaté dans le deuxième exemple de ce billet, de détournement, parfaitement consciente, de l'information, un petit rétablissement de celle-ci, même s'il ne s'agit que pour les quelques centaines de personnes qui me font l'amitié de me lire, s'impose.

Voici, pour les rédacteurs de ces torchons, mais aussi pour les autres, les valeureux jihadistes combatifs (des civiles pour les plumitifs de nos médias) qui, quelques heures auparavant, se trouvaient dans les tunels de la ville souterraine creusée sous Al Qusair.

 

syrie,france-info,journaliste,journalisme,gowrié,asl,terroristes,islam,islamisme

 Si l'information, la vraie, pouvait intéresser les plumitifs et leurs maîtres, il s'agit, ici, d'un jihadiste, arrêté par l'armée syrienne alors qu'il essayait de fuir avec les "civiles" dans le "couloir humanitaire" laissé par l'armée pour permettre à ceux qui le souhaitent de fuir les combats.

Bientôt, je vous le garantis, on pourrait insulter quelqu'un en le traitant de...journaliste.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, france-info, journaliste, journalisme, gowrié, asl, terroristes, islam, islamisme

08/05/2013

La ligne rouge : c'est l'arme chimique

La phrase vient de ce Cher Obama, prénommé Barak, Président d'une grande démocratie (preuve en est les centaines de prisonniers innocents de Guantanamo) et accessoirement mauvais gendarme du Monde : Hiroshimam Nagasaki, Vietnam, Corée, Cuba, Irak, Afhganisatn, entre autres. Elle a été prononcée à l'occasion des rumeurs sur l'utilisation, par le régime de Damas, bien évidemment, d'armes chimiques pour "mâter" la révolution "pacifique" du Peuple Syrien. Révolution "pacifiquement" conduite par le "Front d'Al Nosra", classé par ailleurs organisation terroriste par ces mêmes Américains.

Vous suivez ?

Les choses sont tellement imbriquées en Syrie, les gesticulations tellement nombreuses et contradictoires, qu'on n'arrive plus à savoir si les déclarations des uns et des autres sont le résultat de faits avérés ou de calculs savamment orchestrés. En l'occurrence, suite aux déclarations fracassantes de Carla del Ponte, concluant sur l'utilisation d'armes chimiques par...les "rebelles", on se demande si les Américains ne voulaient pas se ménager une porte de sortie vis-à-vis des terroristes. Car on voit mal comment ils peuvent ignorer les résultats de cette "enquête". Cela étant, ces mêmes Américains, ayant auparavant donné l'ordre aux pantins de la Commissions d'enquête, viennent de déclarer qu'il serait fort improbable que des armes chimiques aient été utilisées en Syrie alors que, à peine deux jours auparavant, ils avaient déclaré que des indices "concordants" concluaient à leur utilisation.

Cela nous conduit inévitablement à poser la question de savoir pourquoi Madame del Ponte s'est "précipité" à faire sa déclaration. La raison en est toute simple : elle savait par avance que cette même commission, une fois les résultats de l'enquête connus, recevrait l'ordre d'étouffer l'affaire. Les événements viennent de lui donner entièrement raison.

Nous voilà donc dans un monde où l'Occident, très démocratique et très humaniste, dans le but existentiel unique de faire tomber un régime, est prêt même à laisser utiliser des armes chimiques par des terroristes estampillés comme tels par ce même Occident.

09:51 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : gowrié, occident, usa, amérique, syrie, terroristsme, islam, islamisme

21/01/2013

Les terroristes face aux leurs

Après avoir financé et lourdement équipé les démocrates Libyens, la France a brusquement changé d'avis. Relabellisés terroristes (on fait bien attention à ne pas les appeler "islamistes"), on veut maintenant les combattre et chasser...où ?

C'est certainement pour nous expliquer tout cela que lors du journal de 19h30 de vendredi dernier, le journaliste vedette de la RTS, télévision publique, donc à redevence, Monsieur Darius Rochebin, a fait appel à l'analyse, certainement pertinente, de M. Kouchner, ancètre de Juppé et Fabius et membre du club fondé par BHL. Le point le plus délicieux de l'interview fut lorsque le grand humaniste, jadis médecin, déclara que sans cette intervention, le Mali risquait de se trouver tout entier aux mains des fondamentalistes, lesquels y auraient alors imposé la Charia.

C'est à ce moment-là qu'on aurait pû imaginer la suite suivante de l'interview :

...lesquels y auraient alors imposé la Charia.

Rochebin : Et alors ? Cela est-il grave ? Vous gêne-il ?

Kouchner : mais plus que cela même. C'eut été une catastrophe, pour le Mali, pour l'Afrique et même pour nous, ici.

Rochebin : pourtant, cette Charia est la seule loi chez nos amis Saoudiens, Qataris, etc. La première déclaration des "démocrates" Libyens et Tunisiens fut de vouloir l'imposer. Cela ne semble pas vous poser de problème particulier !

Kouchner : Euh... (je sais qu'il aurait aussi pu dire : nous ne parlons pas de la même chose. C'est un problème différent. Les circonstances ne sont pas les mêmes. Et des âneries du même genre).

Rochebin : donc, Monsieur Kouchner ?

Seulement voilà, c'est la suite logique d'une interview professionnelle dont le but est d'informer. On ne se fait pas de telles "vâcheries" entre amis.

Au fait, Mesdames et Messieurs de la corporation. N'êtes-vous pas pris d'une petite envie de vous insurger contre le Black Out absolu imposé par l'armée française ? Laquelle filme elle-même "ses opérations" et vous distribue, après vérification, des morceaux bien choisis ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rts, rochebin, kouchner, france, syrie, lybie, mali, terroristes, islamistes, islam, islamisme, gowrié

08/10/2012

Extrémisme islamique : le boomerang

Tout cela a pris beaucoup moins de temps que ce qui a été prévu. Car cela a bien été prévu. Seuls nos politicards, leurs conseillers et…les spécialistes de la chose, toujours eux, ne l’avaient pas prévu.

Je n’ai jamais, jamais, crû que l’homme apprend de ses erreurs. Ce serait d’ailleurs dramatique si ce principe était vraiment vérifié car à voir la fréquence de répétition des mêmes erreurs dans les mêmes circonstances, on se demande vraiment si les auteurs en sont des hommes en pleine possession de leurs capacités mentales.

Ainsi, la France, grand soutien de tous les islamistes autres salafistes que cette mascarade appelée printemps arabe a produit, vient de découvrir l’existence de cellules « terroristes » radicales qui fomentaient le projet de s’attaquer à « l’Occident » et plus précisément à la présence juive dans celui-ci.

En soi, les faits ne sont que classiques si ce n’est que les membres de ces groupuscules sont, dans leur presque totalité, des « convertis ». Tous sont nés et ont grandi en France.

Qu’est-ce qu’un converti ? c’est quelqu’un qui, pour faire simple et quelle que soit la raison du changement, ne trouve pas satisfaction dans sa croyance, ou non croyance, actuelle. Jusque là, il n’y a toujours rien de si extraordinaire. La seule vraie question à se poser est de savoir pourquoi, dans le processus de conversion de ces jeunes gens, leur préoccupation première est de s’en prendre à leur propre pays ? Et de la manière la plus violente qui soit ?

A force de fuir les problèmes qui se posent à nous, à instituer des tabous, à éluder les questions essentielles, à minimiser les problèmes et à contourner les écueils, on finit toujours par avoir des réveils où la gueule de bois l’emporte largement sur les chants des oiseaux.

La question essentielle que personne ne veut donc se poser est la suivante : des croyances et des conversions, il y en a dans tous les sens. Le nombre des convertis au bouddhisme et à nombre d’autres croyances est bien plus grand que ceux, dans nos contrées, qui embrassent l’Islam. Pourquoi, dès lors, la violence, la dérive jihadiste, le terrorisme et le takfirisme http://fr.wikipedia.org/wiki/Takfirisme ne touchent-ils que ces derniers ? Et d’une manière quasi systématique ?

Attention, les réponses habituelles, répétées jusqu'à en avoir la nausée : ce n'est qu'une minorité, la pauvereté, la marginalisation, l'exclusion sociale, etc., je les connais par coeur.

Voici, à propos de boomrang, la réponse des jihadistes, considérés par Monsieur Didier Burkhalter et son homologue français comme les représentants "légitimes" de l'opposition syrienne.

http://www.youtube.com/watch?v=bL58pyB7kYM&feature=plcp

En résumé : nous sommes là, en Syrie, pour faire le Jihad au nom d'Allah. Une fois victorieux, nous viendrons chez vous, les mécréants.

Je sais, ce ne sont qu'une minorité. C'est certainement ce que se sont dit MM. Burkhalter, Fabius et Erdogan lorsqu'ils ont décidé de les aider à combattre le régime de Damas.

 

08:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : islam, islamisme, terrorisme, gowrié, france, religion, extrémisme, jihad

30/07/2012

Syrie : au fait, cela m’a complètement échappé…

Point de départ, la « bataille finale » pour la libération de Damas. Qu'apprend-on ? Que les insurgés, vous pouvez aussi les appeler « rebelles », « terroristes », « Al Qaeda » ou tout ce que vous voulez, ont attaqué la capitale du « régime » pour la libérer, ainsi que le pays tout entier.

Il y a un hic, un très grand hic qui, comme d'habitude, a complètement échappé à nos plumitifs et à nos médias. Par plumitifs et médias, j'entends, d'une part, les porte-paroles de l'ASL et de l'OSDH et, d'autre part, les succursales d'Al Jazeera et Al Arabiya. Ces derniers nous apprennent qu'à Damas, « l'exode commence pour fuir la vengeance d'Assad ». Ah...ha.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Je vous prie surtout de prendre un peu de temps pour lire les commentaires sur le forum. Ceci pour vous rendre compte que la mayonnaise ne prend pas, plus. Les gens ne sont pas idiots. Ce sont en réalité les plumitifs de ces torchons qui le sont et croient pouvoir en contaminer les lecteurs.

Aidez et corrigez-moi si je me trompe. Jusqu'à la « bataille finale », lancée par les insurgés contre Damas, les habitants de la ville vivaient parfaitement normalement et aucun d'entre eux n'avait songé à « fuir ».  Avec un peu de logique, on dirait que la population fuit plutôt les...terroristes, non ? D'ailleurs, au lendemain même de l'éradication de ceux-ci, la vie a repris d'une manière totalement normale dans la capitale. Tout aussi logiquement, on dirait que les habitants sont contents de se débarrasser des « libérateurs », non ?

Voilà donc une révolution dont les gens ne veulent pas et une révolte qui les emmerde. Vous ne voulez pas vous révolter ? Et bien vous allez quand-même le faire. N'est-ce pas exactement le résumé de toutes les déclarations des Américains et de leurs domestiques européens depuis 17 mois : « Nous allons aider le peuple syrien à se libérer, même s'il ne le veut pas ».

Une révolution forcée et imposée, en quelque sorte.

La dernière trouvaille des Occidentaux est l'avertissement contre un massacre qui se préparerait à Alep. On a juste omis de nous dire le massacre de qui et par qui car l'ASL s'y emploie déjà et largement. A moins que l'on ne considère que l'offensive de l'armée d'un pays souverain contre des terroristes est désormais assimilable à un massacre. Mais passons. Quant à nos plumitifs, vous savez, les employés de torchons distribués dans des caissettes ou publiés sur certains sites, genre Bluewin.ch, par exemple, ils se gaussent depuis hier de la déclaration de Lavrov, selon eux à l'unisson avec ses "homologues" Occidentaux, selon laquelle le chef de la diplomatie russe craindrait une tragédie à Alep.

Je ne sais pas si se mentir est une sorte de thérapie contre la déprime ou alors que les plumitifs et leurs torchons, électroniques ou pas, exécutent le plan de route qui leur a été assigné par les Bédouins, mais cela importe peu. Voici la transcription complète de la déclaration de Lavrov.

« Lorsque l’opposition armée occupe des villes comme Alep, où une autre tragédie se prépare, à ce que je comprends (…) il n’est pas réaliste de compter qu’ils (le gouvernement syrien) l’accepteront« . Plus loin, il ajouta :

« Comment peut-on espérer que dans une telle situation, le gouvernement puisse simplement se résigner et dire « d’accord, je me suis trompé. Venez et renversez moi ! ». Et encore :

« Ce n’est tout simplement pas réaliste – pas parce que nous sommes attachés à ce régime – mais tout simplement parce que ça ne marche pas ! »

Ce n'est pas "tout à fait" ce que les plumitifs ont relayé.

Un jour, pas très lointain, je l'espère, le mot journaliste entrera dans le dictionnaire en tant que synonyme de : juron.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, gowrié, asl, révolution, islamisme, damas, alep, le figaro, médias, plumitifs

26/07/2012

Lavrov : USA & terroristes, même combat


Lire la suite

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : russie, syrie, gowrié, asl, usa, france, occident, islamisme, terrorisme

11/07/2012

Afghanistan, Nigeria, Mali...et les autres

On aurait pu ajouter Arabie Saoudite, Pakistan, Soudan, Somalie, Libye et même Tunisie, Egypte et...Turquie.

Les Talibans, dont voici un des innombrables exploits civilisateurs, les Talibans exécutent une femme soupçonnée d'adultère

ont commencé leur modernisation de la société afghane en faisant exploser à la dynamite deux des plus grands chefs-d'œuvre de l'humanité, les Boudhas de Bamiyan, vieux de plus de plus de 15 siècles. Voici la célébration de cet exploit historique.

http://www.youtube.com/watch?v=lwMSo60oIKY

Comme quoi, voir les pires voyous que l'humanité ait pu produire filmer leurs méfaits ne date pas d'hier. Leurs descendants directs s'activent en ce moment en Syrie.

Au Nigeria, massacrer les chrétiens, sans raison aucune, devient l'occupation première des terroristes islamistes. Hier, 20 d'entre eux, parmi lesquels se trouvaient deux députés, ont péri alors qu'ils participaient à un enterrement.

Au Mali, à Tombouctou, les cousins des Talibans viennent de s'en inspirer en détruisant eux aussi deux monuments classés patrimoine mondial en péril et se trouvant dans l'enceinte même de la grande Mosquée de la ville.

http://www.rtl.fr/actualites/international/article/mali-l...

En Egypte, dont l'entrée « historique » dans la démocratie, la liberté et la modernité a été bruyamment saluée par Obama, Clinton et leurs domestiques européens, des islamistes militent aussi. Ils veulent détruire, tenez-vous bien, les grandes pyramides et toutes les statues de l'antiquité égyptienne, symboles de « jahilia » (paganisme, idolâtrie. Mais la traduction directe du mot est infiniment plus significative. Les Arabes Musulmans appellent toute la période précédent l'Islam de « Jahilia » : ignorance, perdition. Je vous laisse méditer). Abdul Latif Mahmoud, Cheikh des Cheikhs sunnites au Bahrein et président de l'unité Nationale, a appelé le nouveau président islamiste de l'Egypte, Mouhammed Morsi, a accomplir ce que « Amr Ibn El As » n'a pu faire en son temps (Ce dernier est le chef militaire qui a envahi l'Egypte sous le deuxième Calife Omar El Khattab).

Mais qu'on se rassure. Tout cela n'est l'œuvre que d'une minorité.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2012/01/2...

 

12/06/2012

Selon Lavrov, USA, France et GB sont les responsables directs de la situation en Syrie

Dans un précédent billet, où je parlais de l'ours et des idiots, j'avais écrit qu'en d'autres circonstances et en d'autres lieux, même un âne aurait compris. Il faut croire que les cités dans le titre doivent être encore plus bêtes que les ânes, maintenant qu'on sait qu'ils sont plus criminels que les pires des assassins.

Je ne me rappelle même plus le nombre de fois où les Russes et les Chinois ont clairement et par avance informé les autistes de la futilité de leurs innombrables essais contre la Syrie. Rien n'y fait. Un ping-pong sans fin entre le Conseil des Droits de l'Homme et le Conseil de sécurité, avec des passages furtifs à la Ligue des Bédouins, histoire d'arracher, à force de lassitude, une résolution autorisant les ennemis de la Syrie à y intervenir « militairement ». Comme si les criminels cités plus haut en avaient vraiment besoin. Comme si, pour intervenir et ravagé la Serbie ou l'Irak, ils avaient auparavant consulté cette Assemblée.

Lavrov a, pour la première fois depuis le début de la crise syrienne, désigné très clairement les acteurs de celle-ci : les USA, la France, la GB et les bédouins des pays wahhabites où les femmes n'ont même pas le droit de conduire (ni de sortir avec des ongles vernis)

Femme saoudienne défie la police religieuse.JPG

Jamais, je dis bien jamais, dans l'histoire, une « affaire » n'avait touché autant au sordide. Les pires criminels, arriérés mentaux, associés à des salafistes et des terroristes, proclament la liberté et la démocratie pour le peuple syrien. Les Occidentaux nous font maintenant le coup de la guerre civile totale en Syrie. Je repose la question : guerre civile entre qui et qui ? Entre l'armée nationale d'un pays souverain et des bandes de terroristes financés, Lavrov l'a dit cette fois-ci clairement, ouvertement par les criminels cités plus haut ? On craint une guerre civile mais on finance, fournit et aide logistiquement l'acteur principal de cette éventuelle guerre, les terroristes ?

Comme il ne fait plus le moindre doute que les gesticulations fiévreuses des Français, Américains et Britanniques pour obtenir une résolution au Conseil de Sécurité  sous le chapitre 7, qui permettrait éventuellement une intervention militaire dans le pays, ne sont que de la poudre aux yeux destinés essentiellement à se donner bonne conscience car, le monde entier le sait aussi, aucun des protagonistes n'a ni l'envie ni la capacité de le faire, on a du coup choisi la voie la plus simple, pour eux, mais la plus coûteuse, notamment en vies, aux Syriens : la guerre civile.

Je ne sais vraiment pas comment tout cela finira. Je ne sais si une faction l'emportera sur l'autre. Je ne sais si les Syriens sauront éradiquer ce poison qui leur a été injecté par des criminels sans foi ni loi. Mais j'espère.

J'espère qu'un jour, une fois les choses rentrées dans l'ordre, en la défaveur des précités, que ceux-ci seront lacérés par le même feu qu'ils ont allumé là-bas. Qu'ils puissent goûter aux mêmes malheurs qu'ils essaient d'infliger aux autres.

Ce n'est peut-être pas chrétien, mais ce n'est que justice.

 

05/06/2012

Houla : œuvre des terroristes, sous les ordres du Qatar, la France et les USA

Il devient de plus en plus certain que le massacre de Houla a été commis par les terroristes de Homs. Ceux-ci en ont très probablement reçu l'ordre de leurs soutiens à l'étranger : les Qataris, Saoudiens et quelques pays occidentaux, en tête desquels se trouvent la France et les USA.

Tout dans ce drame nous rappelle l'épisode de l'assassinat, par les mêmes terroristes, sous les yeux de pseudo-journalistes tels que Vallélien et Hammouche, du journaliste français Gilles Jacquier. Ce qui ne les a pas empêchés d'en accuser, sans délai, les autorités syriennes. Depuis, comme pour tout le reste, plus un seul mot sur cette affaire. L'essentiel étant fait : le mensonge de départ. Après, la vérité ne compte plus. Comme par hasard, le gouvernement français ne cherche plus à connaître la vérité sur la mort du journaliste. La raison en est simple : les autorités française savent parfaitement qui a commis le forfait et sur les ordres de qui.

Il en va donc de même pour le massacre de Houla. A peine celui-ci connu et alors que personne n'a la moindre idée sur les circonstances du drame, les bédouins, ainsi que leurs « alliés » occidentaux, s'empressèrent d'en déclarer le régime syrien directement responsable. Le drame de Houla était planifié et ses conséquences décidées à l'avance. La coordination entre les différents acteurs ne laisse pas place au moindre doute. Je dis acteurs mais j'aurais tout aussi bien pu les appeler « commanditaires ».

Cela fait plusieurs fois que j'appelle à ce qui va suivre. Cet événement tragique ne fait que me confirmer dans mes convictions. La Syrie doit commencer par virer sans délai les barbouzes de l'ONU, ainsi et avant tout leur propre chef, qui semble avoir élu domicile à Doha dont il reçoit probablement les ordres. Elle doit rejeter toutes les décisions qui sortent de ces instances internationales totalement inutiles et néfastes. Elle doit accomplir ce qu'elle doit dans les plus brefs délais : éradiquer le terrorisme de la manière la plus impitoyable qui soit. On ne peut accepter que des terroristes sanguinaires, tuant à bout pourtant et de sang froid des dizaines de victimes innocentes et que ces mêmes tueurs terroristes soient considérés par les Occidentaux et leurs relais médiatiques, RTS en tête, comme victimes du régime. Ceci ne relève plus ni du mensonge ni de la falsification de faits. Les auteurs, les Occidentaux et les dits médias doivent être considérés comme les instigateurs et les complices de ces crimes. Ils doivent être traduits en justice et punis en conséquence.

Pour la petite histoire, sachez que les victimes du drame de Houla sont toutes, sans aucune exception, des personnes de confession chiites, partisans du gouvernement

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : france, suisse, syrie, gowrie, terrorisme, islamisme, qatar, houla, houlla, massacre