03/01/2017

Merkel vous souhaite la bonne année

Dans son discours de fin d'année, la native de Hambourg, fille d'un pasteur et d'une professeure d'anglais et de latin, a mis la question de la sécurité au cœur des préoccupations qui doivent conduire ses actions futures. Elle a notamment déclaré : "la plus grande menace pour l'Allemagne est le terrorisme islamiste".

A la bonheur.

Ainsi, à très exactement une année d'intervalle (vœux fin 2015 - vœux fin 2016), la chancelière de l'Allemagne a réussi un 180° absolument fantastique. Car, en 2015 :

Si je comprends bien :

  • L'Islam appartient à l'Allemagne et...
  • Le terrorisme islamiste est la plus grande menace pour l'Allemagne

Je suis très preneur, si quelqu'un pouvait m'éclairer.

Pour le reste, il est possible qu'elle soit réélue pour un nouveau mandat en septembre. Dans ce cas, les Allemands ne peuvent plus dire qu'ils n'étaient pas prévenus. Dans ce cas aussi, les événements de Cologne, Berlin et d'ailleurs seraient totalement justifiés et...mérités.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : allemagne, merkel, islam, islamisme, migrants, immigration, terrorisme

19/02/2014

"Ministre inutile", Montebourg doit d'abord s'occuper de son industrie...mourante

En réalité, en plus d'être inutile, il est impuissant et endormi.

C'est Jean-Vincent Placé, "l'ami" écologiste du bouillant "ministre", qui le dit

http://www.liberation.fr/politiques/2014/02/16/montebourg...

A l'instar de tous les "impuissants-inutiles", ce quelque soit leur domaine "d'impuissance", Montebourg essaie de faire oublier, ou plutôt justifier, son propre échec en accusant les autres d'en être les auteurs. "Pouvez-vous citer une réussite industrielle depuis 18 mois ?" La question vient encore de Placé.

Montebourg ne se contente pas d'attaquer en règle notre pays mais se permet en plus de critiquer notre démocratie directe. Il est vrai qu'en cela, il a déjà été précédé par un certain... Manuel Valls, un autre ministre totalement inutile dont la seule réussite semble avoir été d'interdire le spectacle d'un bouffon.

Est-ce un hasard que les trois, en comptant le troisième larron qui ajoute la nuisibilité à l'inutilité (vous avez certainement reconnu le "Président de la République") soient des anciens... candidats à la présidence ?

L'inutilité des ces gens n'est finalement pas une surprise. Il suffit pour s'en convaincre de passer en revue quelques uns de leurs "ministères" :

  1. Égalité des territoires et du Logement
  2. Écologie, développement durable et énergie
  3. Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social
  4. Réforme de l'état, de la décentralisation et de la fonction publique (oui, il y a un ministère pour ça)
  5. Artisanat (oui, aussi), commerce et tourisme
  6. Sports, jeunesse, éducation populaire et vie associative.
  7. Et, bien évidemment, Ministre du redressement productif

Nous avons aussi :

  1. Une ministre déléguée à la réussite éducative
  2. Un ministre délégué à la ville
  3. Un ministre délégué à l'économie sociale et solidaire et à la consommation
  4. Ministre déléguée à la lutte contre l'exclusion

Imaginez juste quelqu'un se présentant en étant le "Ministre du redressement productif" ou "Ministre de l'Artisanat", ou encore "Ministre de la lutte contre l'exclusion". Sincèrement, où trouvent-il "ça" ? Essayons juste d'imaginer ce que peut faire "ce" pays si ses dirigeants déployaient les mêmes efforts, montraient la même inventivité et passaient le même temps à le gérer que celui passé à trouver les noms de leurs ministères.

Alors, Monsieur Montebourg, cela fait 723 ans que nous nous suicidons "collectivement". Je suis certain que vous auriez adoré que vous puissiez vous suicider si cela pouvait vous relever un tant soit peu de votre impuissance.

Laissez-nous, Monsieur le Ministre du "redressement" productif, nous suicider collectivement et occupez-vous plutôt de vos échecs "collectifs"

 

09:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : france, montebourg, placé, suisse, immigration

10/02/2014

Initiative contre l'immigration massive : le peuple seul contre tous

 

mauro poggia,udc,mcg,rts,conseil fédéral,immigration

Initiative contre l'immigration massive, non pas l'immigration tout court, comme aiment "encore" à l'appeler les médias, décidément indécrottables.

Ainsi, le peuple, merci à la Suisse Alémanique, est allé contre l'avis de la totalité :

  1. De ses dirigeants (Conseil Fédéral et son président en tête)
  2. Des médias(soit aux mains du patronat soit des gauchistes)
  3. Des tous les partis politiques (hormis l'UDC et...une partie du MCG)
  4. Du patronat
  5. etc.

On comprend de plus en plus pourquoi tous ceux-là veulent tuer notre démocratie directe, coupable, selon eux, de la mise en marge de la Suisse. Ils ont certainement raison. Pour cela, il suffit de voir à quel point notre pays va mal et quel formidable essor emporte la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, l'Irlande...et les autres.

Contrairement à l'idée véhiculée par la propagande des membres de la liste précédente, le vote du peuple suisse, loin de nuire au pays, inspirera au contraire les autres "peuples" européens qui s'écroulent sous le poids de l'incurie, l'incompétence et la corruption de leurs dirigeants.

La schizophrénie genevoise est elle aussi à relever. Il y a de cela quelques mois, le "peuple" du bout du lac faisait triompher le MCG et nommait, pour la première fois de son histoire, un membre de ce parti au Conseil d’État.  Aujourd'hui, 60% des "Genevois" disent non à l'initiative de l'UDC, défendue par le...MCG.

A propos du membre élu au Conseil d'État qui, contre l'avis de "son" parti, a appelé à voter non, il semble redevenir lui-même beaucoup plus tôt que prévu. Il lui reste le Parti Socialiste et il aura fait le tour complet.

Lire pour cela le billet que je lui ai consacré il y a de cela quelques mois.

 http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/201...

Vive la démocratie "directe" et vive le peuple. Et merci à ceux, d'outre Sarine, qui essaient de tenir ce magnifique pays tant bien que mal. N'en déplaise au bobos de la Tour du Quai Ernest-Ensermet 20 (devenu simple outil de propagande) et de quelques autres papiers recyclés dont certains sont en "bonne" voie de disparition.

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : mauro poggia, udc, mcg, rts, conseil fédéral, immigration

15/08/2012

10 jours en Allemagne, impressions (2) : l’UDC, a-t-elle raison ?

Une des premières choses qu'un « nouvel arrivé » (appelons-les comme cela) en Allemagne doit faire, après s'être débarrassé de ses papiers d'identité, est de s'adresser à un « spécialiste » de l'immigration, entendez par là quelqu'un qui connaît à la perfection les démarches et la tactique à suivre.

Le candidat à l'immigration part de Syrie, d'Irak, de Turquie ou d'ailleurs. Il est pris en main par un « passeur » (prix moyen 7'000 euros par personne) lequel commence par le débarrasser de ses papiers d'identité. Certains passeurs « honnêtes » ne touchent l'argent que si la personne arrive à destination. Une fois cette étape terminée, le candidat est pris en main par des locaux, la plupart du temps des membres de la famille. Il est « briefé » pendant quelques jours sur le discours et les termes exacts qu'il doit employer. Ce n'est qu'une fois certain que la « leçon » est bien apprise qu'il se livre aux autorités. La procédure est la suivante : les candidats, parfois des familles entières, sont mis dans des centres d'accueil (des « Heims ») où ils doivent passer quelques semaines avant d'être présentés devant le juge pour une première audience. D'après mes observations, le taux de rejet approche les 100%. C'est dire sur les convictions des autorités quant aux motivations réelles des candidats. Cela étant, tout le monde le sait et c'est le lendemain ou le surlendemain au plus tard que le candidat fait appel du jugement. Quelques mois passent, les enfants sont scolarisés et le cas repasse devant un autre juge. Cette fois, plus de 70% des cas reçoivent un avis favorable et un permis de séjour est délivré. Finalement, une infime minorité, la plupart du temps des jeunes hommes seuls, est vraiment renvoyée.

Je viens de décrire, à la virgule près, le parcours de la famille Halabi (nom d'emprunt) que je connais très bien. Le père de famille était cadre dans un service étatique. Propriétaire de son logement et dont la situation pouvait être qualifiée de normale, sous réserve de quelques pots de vin touchés par ci par là. Il a vendu sa maison, ainsi que toutes ses possessions et parti, avec sa famille, chercher « refuge » en Allemagne où d'autres membres de sa famille l'avaient précédé. Il vient, après trois passages devant les juges, d'obtenir un permis de séjour « annuel », ce qui le rendit furieux car il en voulait un permanent. L'Etat lui a offert une allocation pour logement de 600 euros (largement suffisant dans la région en question), ainsi que diverses autres allocations pour lui et sa famille. En Allemagne, ainsi que dans les pays scandinaves, on dit "être au social". Je lui pose une seule question : à supposer que ton parcours se répète exactement de la même manière et à la virgule près. Que les autorités allemandes ne forment aucune opposition à ton séjour et qu'elles te donnent toute la liberté et tous les droits de n'importe quel autre citoyen mais...sans un centime. On te laisse te débrouiller, chercher un travail, n'importe lequel et prendre ton destin en main.

Sa réponse fut sans équivoque : « t'es fou ? »

 

07/05/2012

La France a un nouveau Président. Et alors ?

Un non événement, comme tant d'autres dans ce monde politico-médiatique, vient d'avoir lieu : l'élection de M. Hollande au poste de Président de la République Française.

Pourquoi un non événement ? Pour la simple raison que, depuis 1974, c'est le cinquième Président à prendre les commandes de ce pays, je vous demande simplement de me dire ce qui a changé depuis ! Qu'a fait Mitterrand que d'Estaing n'avait pas réussi avant lui ? Quel changement fondamental a apporté Chirac au destin de la France ? Nul besoin de reposer la même question concernant Sarkozy, tout le monde sait ce que j'en pense.

Je pousse des portes ouvertes ? Peut-être. Mais alors, ce tapage incessant, y compris chez nous, du matin au soir, dans la totalité de nos médias...c'est pourquoi ?

Alors, plutôt que de se joindre au troupeau, livrons-nous à un petit jeu de pronostics.

Personnellement, malgré tout ce que je viens de dire, je trouve qu'il y a tout de même du bon dans la défaite, sorti par la petite porte, de Sarkozy : on ne verra, ni entendra plus le sinistre Juppé qui, dit-on, était pressenti pour le poste de premier ministre. Où ira-il ? Déguster du vin à la Mairie de Bordeaux, à moins qu'il ne prenne des vacances prolongées chez son ami/bailleur Hariri ou chez ses maîtres, je vous laisse deviner. Il y a un indice : il y a de cela pas très longtemps, ils se déplaçaient à dos de dromadaires.

Est-ce que l'élection de Hollande y changerait quelque chose ? Un statisticien répondra en étalant le graphique de tous les indicateurs socio économiques depuis la deuxième guerre mondiale et en extrapolera un tableau très sombre, ce quelque soit l'homme ou la femme aux manettes du pays. Il se pourrait bien que le statisticien en question soit en dessous de la réalité car, comme l'élu de gauche essayera d'appliquer les recettes susceptibles, selon lui, de corriger les errements de son prédécesseur, il ne fera qu'empirer les choses. Certains Français, ceux dont l'allié Mélenchon voudrait que l'on fasse les poches, ne s'y sont pas trompés qui se préparent déjà à s'exiler. Ceci nous vaudra, nous Suisses, une autre décente à la Woerth, d'autres falsifications, par les services concernés des listes des clients de nos banques et...des abdications conséquentes et habituelles de nos autorités fédérales.

Dès la semaine prochaine, les grandes manœuvres de refonte de la droite française commenceront. Sarkozy ayant lui-même largement contribué à en tracer les grandes lignes, une bonne partie ira grossir les rangs du Front National, qui, entretemps, aura changé de nom (voir le billet que j'ai publié le 24 avril : François Hollande, vainqueur de demain, Marine Le pen, d'après-demain

A propos de personnes, j'essaie juste d'imaginer une équipe gouvernementale comptant dans ses rangs Martine Aubry et Harlem Désir. Mon Dieu : les prières de rue officialisées, les horaires différenciés aux piscines et la viande halale aux cantines instituionalisés, c'est peut-être ce qui attend les Français demain.

Ainsi, il est fort probable que le vrai gagnant de cette mascarade soit la "nouvelle droite" que Marine Le Pen s'emploie à mettre en place. Je ne crois même pas que la proportionnelle sera nécessaires aux prochaines grandes élections en France. La contribution, très active, de Hollande à la victoire de la droite « Marinienne » suffira largement.

Mais, pour la France, ce sera trop tard.

P. S. Je ne peux bien évidemment pas terminer ce billet sans y mentionner un énième exploit "journalistique". En effet, vers 19h50, la "journaliste" (il paraît que c'est comme cela qu'on les appelle) de France 2, postée devant l'Elysée, a annoncé : "je me trouve devant l'entrée principale du Palais, d'où Sarkozy doit sortir tout à l'heure, à moins que ce ne soit par la porte arrière". Voyez-vous, je ne sais si les voies du Seigneur sont impénétrables, mais celles du journalisme professionnel...

A ce propos, voici, en cadeau, ce qu'en pensait, dans les années 80 déjà, le regretté Coluche : Les journalistes

P. S. bis. Alors qu'il se trouvait sur le plateau de France 2 pour commenter le résultat des élections, la seule chose que ce sinistre Juppé a trouvé à dire est : le plus important est que la France sache garder les acquis obtenus sur la scène internationale grâce à "notre" action. Décidément, il ne pense qu'à ça. Bon vent, sinistre personnage.

 

13/09/2011

Freysinger - Ramadan : le vrai malaise

Lundi 5 septembre, quelques minutes avant le coup des vingt deux heures, M. Freyinger, conseiller national, se fait entarté par quelqu'un de l'assistance qui, manifestement, n'a pas supporté les propos du conférencier.

Je trouve le geste stupide et inutile. Stupide car le manque d'arguments conduit inévitablement à la violence. Même si, personnellement, je ne partage pas entièrement les thèses de M. Freysinger, il ne me viendrait jamais à l'idée de le faire taire, ni personne d'autre, de cette manière là. Au-delà, il faut tout de même reconnaître qu'en dehors des qualificatifs habituels de fascisme, racisme, etc. ses contradicteurs du jour n'ont pas réussi à lui opposer des arguments valables. Les clichés, de part et d'autre, étaient les mêmes.

Du côté de M. Ramadan, et certains de ses supporters, les choses furent un peu plus compliquées. M. Ramadan a à plusieurs reprises souhaité la bienvenue à Genève à « Oskar », jamais à M. Freysinger. Jusqu'au moment où, inévitablement, quelqu'un lui lança : mais arrêtez, il est chez lui. Il a aussi déroulé la théorie du complot, concernant l'attaque sur les tours du WTC et cité J.J. Rousseau pour nous expliquer tout le bien que le grand philosophe pensait de l'Islam et des merveilles qu'il peut apporter à la civilisation occidentale. Je ne savais pas qu'il s'agissait de la confrontation habituelle Occident-Islam mais M. Ramadan ne pouvait manifestement pas s'en empêcher. A vous ; M. Ramadan, je dis :

1.    Il est curieux, voire même lassant, de vous entendre encore parler de la croisade américaine et, partant, occidentale contre l'islam alors que la meilleure amie au monde de ces derniers n'est autre que l'Arabie Saoudite, pays le plus islamique et islamisé du monde. Il est encore plus lassant d'en parler que les « croisés » que vous mentionnez sont depuis quelques mois derrière tous les mouvements du soi-disant printemps arabe aboutissant à l'installation des islamistes partout. Le dernier en date n'est autre que Abdul Hakim Belhadj, un des leaders d'Al Qaida.

2.    J'ai eu le plaisir de vous entendre à plusieurs reprises, ci et là et toujours à propos du même thème et, à chaque fois, un phénomène étrange s'empare de vous. Vous vous adressez à vos interlocuteurs, auditeurs, téléspectateurs en disant : votre morale, votre civilisation, vos principes, l'occident, vos pays, votre manière de vivre, etc.

N'est-ce pas vrai que cela est votre manière de dire : je viens d'ailleurs ?

Car votre biographie nous apprend que vous êtes né ici même à Genève où vous avez vécu, étudié, côtoyé vos concitoyens. D'un autre côté, vous persistez, ainsi que vos supporters, à soulever systématiquement la marginalisation, stigmatisation et toute la panoplie habituelle de griefs que vous tenez à l'endroit de...vos concitoyens ?

Alors, on ne comprend plus : qui stigmatise qui et qui se met soi-même à la marge de sa propre société ? Comment expliquez-vous ce décalage ? Où trouve-t-il sa source ? Que vous a-t-on inculqué, ici, en Suisse, durant toutes ces années, et qui ?

Cela étant dit, croyez le, ou pas, M. Ramadan, je comprends. Je comprends parfaitement la difficulté que vous pouvez éprouver à concilier l'inconciliable : il n'est effectivement pas facile de tenir très longuement votre discours policé lorsque, à la première interpellation vraiment sérieuse, votre réponse est : aucune règle (édictée par le Coran) n'est caduque. La Charia est ma seule règle.

Alors, M. Ramadan, dites-le une fois pour toutes : en tant que citoyen suisse, si vous en aviez le pouvoir, quelle règle légale, à appliquer à tous les citoyens de ce pays, primera : le Code Civil suisse ou...la charia ?

N'oubliez pas, vous l'avez déclaré vous-même, que les règles islamiques sont à prendre dans leur totalité, en un seul paquet. Aucune n'est caduque.

 

00:41 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : freysinger, ramadan, dialogue, islam, musulman, genève, débat, immigration, isalmiste