05/01/2017

François le Français et le grand remplacement

Jamais je n'aurais imaginé, ne serait-ce qu'un seul instant, écrire sur ce sujet. Simplement parce qu'il me paraissait à ce point impensable. Et pourtant.

François le Français est un petit imbécile, raciste de base interprété par Fred dans feu l'émission Service Après Vente des émissions, du bientôt feu Canal+. Inutile de revenir sur le personnage lui-même car ce n'est même pas le sujet. Je le mentionne uniquement pour illustrer l'état de délabrement social dans lequel se trouve ce pays, mais aussi tous les pays faisant partie de ce qui est communément appelé "l'Europe Occidentale" (la partie Est résiste encore).

Regardez bien cette vidéo. Je n'ai rien trouvé invalidant son authenticité. Mais je suis preneur et je m'excuserai publiquement si cela devait être le cas (si la vidéo était fabriquée).

Vous avez dit grand remplacement ?

Capture.PNG

https://www.youtube.com/watch?v=_NHg8fueMpg

Cela devait aussi être inévitablement mentionné : essayez de chercher pour voir quels "médias" l'ont mentionné. Vous n'en trouverez aucun. Je parle bien évidemment de ceux employant des collaborateurs sortant d'écoles de...journalisme.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : france, grand remplacement, algérie, maghrébins, islam

23/02/2015

Périls socialo-gauchiste et islamique : lequel est le plus dangereux ?

Peu après l'indescriptible horreur de la décapitation, sur une belle plage du nord de la Libye (libérée par Sarkozy et Bernard Henri-Lévy, dit BHL) de 21 pauvres travailleurs coptes par les amis du successeur de Jupé au Quai d'Orsey, Fabius, le chef actuel du parti auquel appartient ce dernier s'est fendu de cette déclaration :

Pour lui, c'est "l'islamophobie" qui a tué les 21 chrétiens coptes. La même islamophobie qui a massacré 17 personnes le 11 janvier à Paris et deux autres, la semaine dernière, à Copenhague. Ce socialiste, tout comme beaucoup d'autres de ses semblables, est à ce point imprégné de l'anticléricalisme primaire (Christianophobie, si l'on préfère) qui a façonné la France du vingtième siècle et atteint son point culminant en mai 1968, qu'il ne serait effectivement pas loin de considérer que si un chrétien se fait égorger, ce serait certainement de sa faute. Sa collègue Taubira nous dira certainement que le "pauvre" islamiste s'est tellement senti "incompris" qu'il en fut poussé à égorger.

La couardise poussée à son paroxysme. La lâcheté du minable.

Le hasard faisant bien les choses (cela dépend de quel côté l'on se place), quelques heures après cette sortie digne de son rang de socialiste, un cimetière soit profané (croix arrachées, retournées, etc.). Cela se passait à peine deux jours après la profanation du cimetière juif à Sarre-Union. Cette énième profanation d'un cimetière chrétien n'a été relevée que quelques secondes par les médias de la "République". Quelques uns s'en sont tout de même émus et voici ce que leur répond une collègue de Cambadellis :


Et, voyant que cela ne suffisait pas, elle a poursuivi avec ceci :

Capture.PNG

Nous avons donc des cimetières "juifs" et cela donne de l'anti sémitisme.

Nous avons des cimetières (carrés) musulmans et cela donne de l'islamophobie

Pour le reste, les croix renversées sont...républicaines. Il n'y a donc...rien. A moins que les socialistes n'inventent la "Républicophobie".

Ailleurs, en plein cœur de Nantes, un homme entre dans la Basilique Saint Nicolas, renverse un Crucifix par terre et urine dessus. Selon le parquet (une institution de la République, forcément) il n'y aurait pas profanation mais uniquement "dégradation" d'un monument historique. De nouveau et comme pour leur collègue Cambedellis, les Chrétiens n'ont pas d'existence.

Comme on peut de nouveau le remarquer, l'auteur serait certainement soit un gauchiste, soit un musulman (mais tous ne sont pas comme ça).

A remarquer aussi qu'aucun (aucun) média n'a jugé utile d'en parler non plus.

http://regions.glowbi.net/nantes-il-urine-sur-un-crucifix-jete-a-terre-dans-la-basilique-saint-nicolas/

Tout cela n'est pas trop surprenant. Il y a de cela quelques mois, un autre socialiste, bien de chez nous, celui-là, s'est publiquement réjouis de la destruction de l'église du Lignon.


Le poste édité par le militant socialiste.

Dans un autre registre, c'est l'outil de propagande du pouvoir socialiste, France 2, qui s'y met. Ici, inutile de s'étendre sur le sujet. Il suffit de regarder.

https://www.youtube.com/watch?v=qD1DZLff7Ys#t=18


Au lendemain de l'attentat de Copenhague, où un terroriste "musulman" a tué deux personnes, un autre collègue "socialiste" (lui détient le triste qualificatif d'abjection faite homme), un certain Laurent Fabius, a déclaré ceci :


fabius-attentat-copenhague-15-02-15-bordure

Normal, ce personnage infecte avait déjà déclaré que le Front d'Al Nosra (la branche syrienne d'AQuaida) faisait du bon boulot sur le terrain.

Voici le bon boulot salué par Fabius.


8-chretiens-crucifies-syrie-juillet-2014-un

Je ne sais pas pour l'islamophobie mais en qui concerne la socialo-phobie, ce serait certainement salutaire.

05/02/2015

Selon la RTS, le responsable de la barabarie de l'Etat Islamique, c'est nous

Voici d'abord les liens vers les éditions d'hier, le 12h45 et le 19h30 du TJ de la RTS.

http://www.rts.ch/play/tv/le-12h45/video/le-12h45?id=6511...

http://www.rts.ch/play/tv/le-19h30/video/le-19h30?id=6513...

Vous remarquerez, pas même une allusion, rien.

Les Dhimmis, un temps farouches défenseurs de la "rébellion" syrienne, continuent donc leur combat sous une autre forme, celle de la soumission.

Ceci ne les a pas empêchés de faire d'autres allusions aux "vrais dangers" qui nous guettent : la montée de "l'extrémisme", notamment de droite. Manquait juste la fameuse phrase condamnant tous les extrémismes "de quelque bord que ce soit" y compris celui des...catholiques (je n'en suis pas un, au cas où). Manquait aussi le rappel de l'inquisition aux 16e et 17e siècles. Surtout, il manquait la comparaison entre la carbonisation de ce pauvre pilote jordanien par les protégés de Fabius et celles pratiquées par les inquisiteurs il y a de cela quelques centaines d'années.

Décidément, la soumission est en marche, à pas forcés.

A cela, une "vedette" de la RTS répond par ceci : "Le fait de montrer le moins possible les assassinats mis en scène par le groupe « état islamique » n’est certainement pas une complaisance à son égard. Bien au contraire, c’est la nécessité de ne pas faire son jeu. Cela ne signifie pas passer sous silence ses atrocités, mais ne pas reprendre telles quelles ses images de propagande – montrer en revanche les victimes, les messages de solidarités, les messages de leurs familles, etc. C’est un équilibre bien sûr difficile, mais c’est une responsabilité morale de le trouver. Notez d’ailleurs qu’il s’agit d’un débat vieux comme le monde. Le vieux lion Churchill savait admirablement manier la censure de guerre pour éviter de montrer certaines images de destructions réussie par les nazis; ce n’était évidemment pas une forme de faiblesse, mais au contraire une stratégie honorable pour écraser in fine, d’une main de fer, les ennemis de nos libertés".

On ne sait plus s'il s'agit d'un rêve ou d'un cauchemar. Il cite Chrchill et il aurait pu tout aussi bien citer la censure de l'armée US lorsqu'elle a envahi l'Irak. On sait maintenant ce qu'il en était. La vedette en question ne se rend même pas compte qu'elle est en train de nous raconter qu'elle exerce l'autocensure poussée à son paroxysme. Elle ne se rend même pas compte qu'entre faire la "publicité" au groupe État Islamique et ne pas même mentionner la "nouvelle", il y a un énorme espace. Elle cite Churchill et ne se rend même pas compte que le bonhomme vivait en...1940. Je ne sais même pas si cette "vedette" est au courant qu'en 2015, l'internet existe. Je ne sais si elle est au courant que les gens n'ont pas besoin des images de la RTS pour savoir ce qui se passe. Je disais croire rêver mais c'est finalement un cauchemar. Elle ne veut pas faire la pub à ces barbares (on la croit sur parole) mais elle ne veut pas faire son travail non plus : un travail de recherche (de la vérité, on l'espère, je veux dire on peut toujours rêver) de dénonciation et d'appel au réveil des "téléspectateurs". Elle n'a pas besoin, "la vedette", de montrer les images atroces. Celles-ci sont librement disponible sur le net, qui n'existait pas en 1940, année référence, semble-t-il, pour la RTS.

Une toute dernière chose, bien sûr. Al Azhar, la plus haute "autorité religieuse" du monde islamique, en réaction à l’assassinat du pilote jordanien, vient de décréter qu'il faut "tuer ET crucifier" les membres de l’État Islamique.Ils croyait certainement très bien faire comme cela mais je crois dur comme fer que cette déclaration a été mûrement réfléchie. Il faut les...CRUCIFIER

Mais l'Islam n'a rien à voir avec cela.

P:S. Ce billet a été écrit mercredi, 4 février vers 16 heures. Plus de 24 heures après le terrible assassinat du pilote jordanien. A 19h30, Darius Rochebin a tout de même fini par en dire quelques mots.

26/01/2015

Davos 2015 : la lutte contre le terrorisme est lancée

On a rarement assisté à un tel degré de bêtise, incurie et bassesse "politique" voire simplement humaine. De passage à Davos avant de s'envoler pour saluer pour la dernière fois son "ami" feu le roi Abdallah, le gros de l’Élysée, très à l'aise devant un parterre rempli d'ennemis (vous savez, les financiers du temps de sa campagne électorale) s'est fendu d'un discours que seule la décence m'empêche de qualifier. Décence dont ce personnage semble désormais totalement dépourvu.

Pas de discours donc. On se contentera de reproduire strictement celui du flasque.

Après avoir reconnu que le terrorisme bénéficie de "flux financiers considérables", il s'adressa aux personnes présentes, représentants de l'économie, en ces termes (minute 15:15):"j'appelle le système financier à couper les sources de financement d'alimentation du terrorisme, à en terminer avec les paradis fiscaux". "Ne laissez pas agir aujourd'hui une bête qui vous frappera aussi le moment venu". Ce fut ce qu'il a dit, mot pour mot. Inutile de dire que tous les médias ont répété cela toute la journée à un rythme d'une fois toutes les trente minutes. Sans que cela ne soulève le moindre commentaire de la part de personne.

Ainsi, à réécouter encore et encore le discours de Flamby, histoire d'être certain de ce qu'on a entendu, on comprend que c'est le système financier international qui est responsable du financement du terrorisme"islamiste" (j'insiste sur ce point, très important car c'est le gros lui-même qui l'a précisé au début de son discours). On comprend aussi que la responsabilité des paradis fiscaux dans l'affaire est grande. Voyons donc cela.

  1. Le système financier international n'est autre que UBS, CS, BNP, Crédit Agricole, Société Générale, Deutsche Bank et je ne vais pas citer tous les instituts financiers du globe. Ceux-là sont donc responsables du financement du terrorisme islamique, puisque le Président de la République leur demande de couper les sources de financement de ce dernier.
  2. Les paradis fiscaux. Regardons pour cela cette magnifique carte, où notre pays figure en très bonne place.   paradis fiscaux dans le monde   Mais aussi:
  • Le Delaware
  • Les Bermudes
  • Jersey
  • Guernsey
  • Singapoure
  • Andorre et j'en passe.

C'est ainsi qu'on découvre maintenant que la Suisse, l'UBS et le Crédit Suisse financent le terrorisme islamique.

Quelques heures après ce discours, Hollande s'envolait pour dire au revoir à "son ami" le roi Abdallah, d'Arabie Saoudite. Au passage, il a pondu cette perle incomparable : "je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d'actualité".

Et tout cela se passe, sans le moindre problème, sans le moindre commentaire, de la part de personne

Croyez-le ou pas, ce qui précède n'est même pas le plus important dans le "discours" du Gros de l’Élysée. Au début de la partie consacrée au terrorisme, il a parlé de la...Libye. Tout comme le terrorisme islamique est, selon Flamby, la responsabilité du système financier, il n'y est pour rien non plus pour ce qui est de la Libye où c'est le manque de "suivi" qui a conduit le pays là où il est maintenant. Bientôt, on découvrira que l'Algérie a été colonisée par des extraterrestres et que Sarkozy est le fils naturel de Liliane Betencourt. Quoique, dans ce dernier cas...

En revanche, lisez encore une fois attentivement ce que ce personnage a déclaré à propos de feu le chef du royaume wahhabite : "Je salue la mémoire d'un homme  d'état dont la vision d'une paix juste et durable au Moyen Orient reste plus que jamais d actualité"".

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : davos, terrorisme, islam, islamisme, hollande, france, arabie saoudite

21/08/2014

James Foley : soigner un cancer après l'avoir inoculé ou lorsque l'abjection le dispute à l'immondice

Obama, le président de la première puissance mondiale, accessoirement bienfaitrice de l'humanité, vient de déclarer que l'EIIL (État Islamique en Irak et au Levant) est un "cancer qu'il faut éliminer" et "que de telles organisations n'ont pas leur place au 21e siècle". Le problème est que l'EIIL est une création...américaine, entre autres. Ce n'est pas moins que Hillary Clinton elle-même qui l'avoue mot pour mot dans son livre "Hard Choices".

Ainsi, comme cela est le cas depuis pratiquement tout le temps, le monstre échappe à son créateur.

Mais cela n'est pas vraiment le plus abject dans l'histoire. J'ai toujours pensé qu'il faut systématiquement se méfier lorsqu'il y a consensus général sur un sujet quelconque. Il s'agit ici en l'occurrence de l'égorgement (et non pas décapitation, comme l’édulcoration journalistique habituelle essaie de le laisser penser) du journaliste américain Foley. La terre entière est dégoûtée par cette barbarie. Pauvre et immonde terre que l’égorgement de milliers de pauvres innocents par ces mêmes barbares ne fait pas bouger. Effectivement, la vie d'un Américain vaut certainement bien plus que celle de milliers d'autres damnés de la terre.

Les médias n'ont pas oublié non plus de souligner, à maintes reprises, que le journaliste est allé pour faire "découvrir au monde la souffrance du peuple syrien". Sans plus de commentaires, bien évidemment. Ils faisaient accompagner cela par quelques photos du journaliste quelque part au nord d'Alep où on le voit accompagner ... ses futurs égorgeurs, qui combattent, forcément, le tyran de Damas.

JF004-449.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et bien pardon, mille fois pardon mais lorsqu'on fait un choix dans la vie, en l'occurrence celui de l'EIIL, contre M. Assad, le minimum serait qu'on l'assume.

10:42 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : james foley, eiil, isis, usa, france, syrie, irak

22/05/2014

La soeur de Merah serait partie combattre en Syrie

A l'image de presque tout le reste dans ce pays, les services secrets français, déjà défaillants du temps de son illustre frère, ont laissé partir la sœur, encore plus radicale que le petit Mouhammed, rejoindre son compagnon qui, lui, s'y trouve déjà.

L'autre hypothèse est que tout cela ne soit que de la poudre aux yeux. Après un ou deux "coups" de filet, comme dernièrement à Strasbourg, où l'on mis la main sur 7 jihadistes qu'on mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", la France ne serait pas mécontente de voir les éléments les plus néfastes aller mourir en Syrie.

J'avoue que tout cela devient fatiguant plus qu'autre chose. Le complot (je n'ai malheureusement pas réussi à éviter ce mot) semble être général : le complicité criminelle gouvernements-médias a atteint son paroxysme. J'ai dû chercher très longtemps une autre source que celle produite à la fin de ce billet, sans succès.

Je vous laisse donc avec le "rapport" de l'ancien ambassadeur de la France, Michel Raimbaud. Il est bien évidemment authentique.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : france, terrorisme, islam, syrie, michel raimbaud, medias

20/05/2014

Extraordinaire : la France est une terre de terrorisme

Vendredi dernier, on apprenait que les 7 "jihadistes" de Strasbourg avaient été mis en examen pour (lisez bien l'accusation) "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

En relation avec une entreprise...terroriste.

La France, si je comprends bien, reconnaît donc on ne peut plus "légalement" que les combattants en Syrie sont des terroristes. C'est cela qui est extraordinaire.

Alors que pendant plus de trois ans le "régime" de Damas a été présenté, et continue par ailleurs de l'être, comme la personnification de mal absolu qu'il faut "combattre" à tout prix. Que ceux, précisément, qui le combattaient étaient parfaitement légitimes dans leur action, la France condamnent ces mêmes combattants (les mêmes, car ces derniers combattent le régime de Damas) pour terrorisme.

Extraordinaire, disais-je. Extraordinaire. A moins que ce soit, au contraire, très ordinaire.

La France reconnaît être un pays terroriste.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : syrie, france, terrorisme

02/03/2014

Géorgie, Sotchi...Ukraine

Ainsi, le scénario que j'avais envisagé trois jours avant la fin des jeux d'hivers de Sotchi semble se réaliser. A vrai dire, il n'était pas trop difficile à prévoir, sauf, bien sûr, pour les indécrottables de ce côté du Vieux Continent, qui croient encore qu'ils ont un réel rôle à jouer. Ils se remémorent encore leur "succès" en Serbie. Ils oublient juste qu'à l'époque, au Kremlin, il y avait l'ivrogne.

En 2008, les Russes ont mis à peine plus de 48 heures pour mettre l'armée géorgienne en pièces. A l'époque, aussi, les Occidentaux avaient essayé : une tête de pont, au cœur de "l'empire" avec un pantin minable, un certain Saakachvili à qui, à l'instar de tous ses semblables dans l'histoire, les Occidentaux ont promis soutien sans faille en cas "d'agression" russe.

On voit ce qu'il en était.

Indécrottables, disais-je. Ils essaient le même scénario, strictement, aujourd'hui. Le pantin  promu chef du gouvernement à Kiev, vient même de déclarer que toute intervention russe mènera à la guerre.

Voici comment les choses se passeront.

Après les gesticulations habituelles des Américains, Britanniques et Français, les pantins de Kiev seront "convoqués" à Moscou. Et ils s'exécuteront. On leur signifiera le rôle exact qu'ils doivent jouer et ils s'exécuteront. Probablement pas tous. certains iront se réfugier chez leur commanditaires, de ce côté de l'Oural.

La moindre entorse à ce scénario aura pour conséquence la réalisation des vœux de Tourchinov, le Saakachvili ukrainien : la guerre. Elle durera à peine plus longtemps que celle qui a fait taire définitivement le Géorgien.

A moins...

Que les Américains, c'est tout le mal qu'on pourrait leur souhaiter, croient qu'une intervention de leur part est possible.

 

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : russie, sotchi, géorgie, ukraine, poutine, saakachvili, obama, usa, france

19/02/2014

"Ministre inutile", Montebourg doit d'abord s'occuper de son industrie...mourante

En réalité, en plus d'être inutile, il est impuissant et endormi.

C'est Jean-Vincent Placé, "l'ami" écologiste du bouillant "ministre", qui le dit

http://www.liberation.fr/politiques/2014/02/16/montebourg...

A l'instar de tous les "impuissants-inutiles", ce quelque soit leur domaine "d'impuissance", Montebourg essaie de faire oublier, ou plutôt justifier, son propre échec en accusant les autres d'en être les auteurs. "Pouvez-vous citer une réussite industrielle depuis 18 mois ?" La question vient encore de Placé.

Montebourg ne se contente pas d'attaquer en règle notre pays mais se permet en plus de critiquer notre démocratie directe. Il est vrai qu'en cela, il a déjà été précédé par un certain... Manuel Valls, un autre ministre totalement inutile dont la seule réussite semble avoir été d'interdire le spectacle d'un bouffon.

Est-ce un hasard que les trois, en comptant le troisième larron qui ajoute la nuisibilité à l'inutilité (vous avez certainement reconnu le "Président de la République") soient des anciens... candidats à la présidence ?

L'inutilité des ces gens n'est finalement pas une surprise. Il suffit pour s'en convaincre de passer en revue quelques uns de leurs "ministères" :

  1. Égalité des territoires et du Logement
  2. Écologie, développement durable et énergie
  3. Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social
  4. Réforme de l'état, de la décentralisation et de la fonction publique (oui, il y a un ministère pour ça)
  5. Artisanat (oui, aussi), commerce et tourisme
  6. Sports, jeunesse, éducation populaire et vie associative.
  7. Et, bien évidemment, Ministre du redressement productif

Nous avons aussi :

  1. Une ministre déléguée à la réussite éducative
  2. Un ministre délégué à la ville
  3. Un ministre délégué à l'économie sociale et solidaire et à la consommation
  4. Ministre déléguée à la lutte contre l'exclusion

Imaginez juste quelqu'un se présentant en étant le "Ministre du redressement productif" ou "Ministre de l'Artisanat", ou encore "Ministre de la lutte contre l'exclusion". Sincèrement, où trouvent-il "ça" ? Essayons juste d'imaginer ce que peut faire "ce" pays si ses dirigeants déployaient les mêmes efforts, montraient la même inventivité et passaient le même temps à le gérer que celui passé à trouver les noms de leurs ministères.

Alors, Monsieur Montebourg, cela fait 723 ans que nous nous suicidons "collectivement". Je suis certain que vous auriez adoré que vous puissiez vous suicider si cela pouvait vous relever un tant soit peu de votre impuissance.

Laissez-nous, Monsieur le Ministre du "redressement" productif, nous suicider collectivement et occupez-vous plutôt de vos échecs "collectifs"

 

09:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : france, montebourg, placé, suisse, immigration

13/09/2013

Les Anglosaxons...et les autres : la question syrienne

Qu'on les aime ou pas, les Anglo-saxons ont deux facultés dont la plupart des autres peuples sont maigrement pourvus : le pragmatisme et la capacité d'adaptation à toute situation que les "circonstances" leur imposent.

C'est , à peu près, l'unique raison expliquant l'hégémonie britannique sur le monde pendant plus de trois siècles et celle des USA ensuite.

Les dogmes ? Ils les laissent aux autres. Eux, ils cherchent plutôt l'efficacité. Celle, Parfois malheureusement, de l'éléphant, ou plutôt du Rhinocéros, détruisant sans distinction tout sur son passage.

Revenons à la question syrienne. Il y a de cela un peu plus de deux semaines, tout le monde qualifiait Cameron soit de lâche soit, au mieux, d'un hésitant s'étant tiré une balle dans son propre pied. Je n'ai jamais crû cela. Je crois au contraire que le Premier Ministre de sa Gracieuse Majesté s'en est impeccablement bien sorti. Il faut parfois non seulement lire entre les lignes, mais aussi observer les postures. La véhémence du ministre des Affaires Étrangères, Haig, n'avait d'égal que ses menaces répétées à l'encontre du régime de Damas. Jusqu'au jour où...il a reçu les premières analyses de ses services chargés d'enquêter sur la supposée attaque chimique de Ghouta près de Damas. Depuis, on ne l'entend plus. Mais plus du tout. Et hop...Cameron sort la consultation de son Parlement de sa pochette magique. Il est vrai que la GB, surtout lorsque cela l'arrange, est une grande démocratie.

Cela vaut la peine de s'attarder sur cet épisode car le sémillant Hussein Obama est en train de suivre le même chemin, toutefois d'une manière un peu plus maladroite.

Cameron nous a bien vendu son histoire de champion de la démocratie voulant s'assurer de l'adhésion de "son peuple". Un numéro d'artiste : il continuait à montrer une attitude extrêmement agressive envers la Syrie, faisait même croire à un lobbying très actif auprès des députés mais, derrière les coulisses, c'est le lobbying inverse dont il a chargé ses services d'exercer auprès des élus. C'est exactement ce que Obama a commencé à faire dès la semaine dernière. Ce dernier va jusqu'à demander à ses services de préparer la liste des cibles à attaquer mais, en même temps, décide de consulter, à son tour, le Congrès.

Comme Cameron, Obama "exerce" un "lobbying" très actif auprès des élus, en surface. Derrière, c'est l'exact contraire : on leur fait bien comprendre qu'il vaut mieux se montrer...hostiles à une intervention armée.

La face est sauvée.

Et qui est le dindon de la farce ? Les Français, comme d'habitude. Raison ? Dogmatiques, comme d'habitude.

L'affaire est même, je le crois, plus savoureuse que cela, si je puis m'exprimer ainsi. Tout le monde semble avoir totalement ignoré que la proposition fracassante de la Russie, concernant la mise sous surveillance internationale de l'arsenal chimique de la Syrie, qui semble avoir pris tout le monde de court, n'est en réalité pas du tout la leur. C'est Kerry, oui, Kerry lui-même qui, deux jours auparavant, à Londres, en a parlé le premier.

C'est Kerry qui demande mais c'est Lavrov qui propose.

De nouveau, la face est sauvée. Et qui est, de nouveau, le dindon de la farce ? Je vous le donne en mille.

La suite, on la connaît. Une offensive russe tous azimutes. Sans possibilité pour personne d'autre d'en placer une. La dernière en date, sous forme d'une leçon magistrale sur la manière dont les affaires du monde doivent être conduites, est l'interview accordée par Poutine au New York Times, calmement, sans agressivité. En vrai homme d'état, pour une fois, leader d'une "vrai" grande puissance, n'en déplaise à certains esprits chagrins. Ceci ne l'empêche toutefois pas, dans la même tribune, de hausser encore un peu plus le ton en, cette fois, mettant en garde les Américains contre toute velléité d'intervention militaire en Syrie.

Je terminerais par une nouvelle qui doit certainement faire plaisir aux producteurs de l'émission Infrarouge, qui s'est, mardi dernier, consacrée à faire la énième promotion de la CNS, vous savez, ceux qui veulent que l'on bombarde leur propre pays. Les "purs" qui veulent remplacer le régime corrompu de Damas, ramassant, au passage, les miettes que les monarchies bédouines daignent leur jeter. L'ASL, comprenez Armée Syrienne Libre, vient de déclarer qu'elle refuse l'initiative russe. Il y a aussi le CNS, très chère à l'émission Infrarouge, qui a fait de même.

Puisque cette initiative vise à...contrôler les armes chimiques (l'ASL et ses maîtres à Washington et Paris accusent le régime de les avoir utilisées), ils doivent, à l'ASL et à la CNS (Coalition Nationale Syrienne, hôtes du Qatar et de la Turquie), plutôt s'en réjouir, non ?

09/09/2013

ATS, France-Info, 20 minutes, etc. : des torchons et des plumitifs

Les torchons et les plumitifs étant déjà désignés et connus, appliquons-nous plutôt à relater leur dernier exploit : les déclarations "supposées" du maitre du Kremlin, un certain Valdimir Poutine.

Un tout petit préambule d'abord, tout de même.

J'ai, il y a de cela quelques mois, adressé une lettre à la "rédaction" de 20 minutes, demandant la correction du contenu d'un article. Un faux grossier dans son entier. Le rédacteur "en chef" du t... en question, dont j'ai oublié le nom, me rétorqua que l'essentiel de l'article en question provenait de deux sources : ATS et Le Temps. Sources connus pour le sérieux de leurs démarches (ce sont ses propos).

Une fois cela dit, revenons à notre sujet du jour : les déclarations de Poutine. ATS, source extrêmement sérieuse, mais aussi France-info, France 24 et d'autres, nous disent que ce dernier aurait déclaré que la Russie "interviendrait en Syrie d'une manière résolue si des preuves sont apportées quant à l'utilisation, par le régime de Damas, d'armes chimiques. Cette information a été relayée par la plupart des torchons, lus, entendus ou visualisés "neutres et sérieux".

L'exploit ultime revient à la version arabe de la BBC (mais bon, ce sont des arabes) qui, au moment même où elle montrait le chef du Kremlin faire sa déclaration, n'a pas hésité à lui pr^ter des propos n'ayant même pas figuré dans celle-ci.

Ainsi, non seulement Poutine n'a pas fait cette déclaration, mais il en a sorti une totalement inverse :

1. Obama ment (ce sont les propos exacts de Poutine) au monde.

2. Kerry ment (ce sont les propos exacts de Poutine) aux membres du Congrès américain.

3. Les Américains et les Français n'ont pas produit la moindre preuve quant à l'utilisation d'armes chimiques par le régime. Elles n'ont même pas pu les fabriquer.

4. Au contraire, nos analyses concluent à l'utilisation de ces armes par les insurgés/terroristes.

J'oubliai, les torchons précités avaient même ajouté que Poutine a décidé de "suspendre" la livraison des missiles S300 à la Syrie. Là aussi, il se trouve que la Russie a grandement haussé le ton et a décidé d'envoyer deux énormes pièces navales sur place. Mieux, la Russie, on se doute bien qu'il s'agit là d'un message d'une extrême importance, a déclaré, dans les secondes qui ont suivi la chose, que ses systèmes, déjà présents en Syrie, ont détecté le lancement de deux missiles au large des côtes syriennes, que cela n'est pas acceptable.

Sur France Info, il y a de cela deux ou trois jours, on accueillait Florence Aubenas, ancienne otage elle-même, pour nous parler des deux "journalistes" français enlevés au nord de la Syrie près des frontières turques. A la question de la journaliste qui lui faisait remarquer que la zone est contrôlée par les "rebelles", Aubenas a poussé l'abjection jusqu'à répondre en disant : "oui, mais, vous savez, il y a parfois des agents du régime infiltrés". Si quelqu'un pouvait m'expliquer comment, matériellement, des agents infiltrés, ce qui signifie qu'ils sont parmi les insurgés, peuvent enlever des journalistes, je lui serais très reconnaissant.

Samedi, rentrés de l'émission "on n'est pas couché", l'invité "politique" est le ministre responsable des relation avec le Parlement. Celui-ci est sensé expliquer les raisons de l'agression programmée de la France contre la Syrie : aucun contradicteur, on était entre soi. Madame Polony, venant de donner naissance à son deuxième bébé, a même fait cette sortie : "oui, on est à peu près sûr que c'est le régime qui a commis l'attaque chimique...". On bombarde donc un pays en étant "à peu près"...sûr. C'est combien "à peu près" ? 60, 75, ou 90% ?

Je ne crois plus à la possibilité pour la Russie de lâcher la Syrie. Les Américains et leur laquais (Flamby le gros) sont allés trop loin. Cameron, à ma grande surprise, semble avoir été bien plus prévoyant. Il s'en est trouvé une porte de sortie magistrale en se cachant derrière la légitimité "démocratique" d'un vote parlementaire. TANT MIEUX POUR LUI.

Comme le ridicule ne tue pas, les USA justifient maintenant leur éventuelle agression (lisez bien cela) par ...de la légitime "défense". C'est, mot pour mot, le contenu de la dernière déclaration de Kerry. Je ne savais pas que la Syrie avait attaqué l'Amérique.

Les Américains vont donc intervenir. Cela me fend le cœur pour mon pays d'origine mais l'éventualité d'une défaite, annoncée et mémorable, infligée, indirectement, par les Russes, me remplit d'espoir. Les Russes, au contraire des Yankees et leur caniche flasque, n'ont déclaré que ce qui est nécessaire en envoyant les messages qui conviennent.

Allons-nous jusqu'à une troisième guerre mondiale ? PEUT-ÊTRE. Il faut juste espérer que Damas sera, pour Hussein Obama et le flasque de l’Élysée, ce que fut Stalingrad pour le Maréchal Von Paulus. Avec, je le souhaite encore plus, des résultats encore plus désastreux, pour les deux sinistres.

La Syrie gagnera. J'en prends les paris.

27/05/2013

Soldats poignardés : le boomerang

C’est au moment même que le ministre des affaires étrangères britannique, encore plus chauve mais pas moins myope que son homologue du Quai d’Orsay, appelait à armer les terroristes en Syrie, qu’un soldat de Sa gracieuse Majesté se faisait tuer par deux « compatriotes » au nom…d’Allah. Deux jours après, c’est au tour d’un soldat de la République de subir le même sort, avec moins de dommages toutefois.

Les exploits politico-médiatiques, surtout médiatiques d’ailleurs, n’ont pas manqué. Au soir de l’agression, un certain Delahousse (France 2) qui semble militer pour confirmer l’adage : sois belle et tais toi, reçoit le ministre de l’intérieur, le bouillant et « très » efficace Manuel Valls. Ce dernier a parlé de ses craintes concernant les centaines de Français combattant en Syrie et les risques qu’ils représentaient pour la sécurité de la France. Un journaliste de classe et intelligence moyennes aurait sauté sur l’occasion pour poser la question suivante au ministre : parlez-vous de ces combattants que votre collègue Fabius, ainsi que le Président de la République, arment et financent ? Un journaliste d’intelligence et liberté moyennes, oui. Pas Delahousse.

Maintenant que l’armée syrienne semble s’acheminer vers l’écrasement des terroristes et, je l’espère, plus tard, de leurs soutiens, il va falloir que les « démocraties » occidentales règlent le cas de leurs « citoyens » revenant du Jihad.

L’ont-ils mérité. Je vous laisse juger.

L’ont-il cherché ? Certainement.

Faut-il s'en réjouir ? La question reste ouverte.

 

 

11:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : france, gb, angleterre, fabius, syrie, haig, gowrié, terrorisme, islamisme, islam

22/05/2013

La Syrie gagnera (a gagné). Toute seule

Avec l'aide de l'Iran, du Hezbollah et le reste du blabla dont certains n'hésiteront pas à user, bien évidemment. Je l'écris en préambule. Comme ça, c'est fait.

USA, France, Grande-Bretagne, Union Européenne, Suisse (hélas, mille fois hélas), Ligue Arabe (Pffff), Qatar (chameaux et milliards), Arabie Saoudite (chameaux, milliards), Turquie, Israël. J'oublie, consciemment, des dizaines d'autres (laquais et larbins divers, dont, encore une fois hélas, le nôtre) constituant cette Assemblée aussi hétéroclite que minable qu'est "les Amis de la Syrie". Tout cela s'est ligué contre mon pays d'origine, le plus vieux pays et la plus vieille civilisation du monde, dans l'espoir, vain, qu'elle ne le soit plus. Ils en paieront le prix, très cher, bientôt.

Les avancés spectaculaires de l'Armée Nationale Syrienne ces derniers jours, au grand dam des bédouins du Golfe Persique et leurs maîtres à Washington et Tel Aviv, d'où le branle bas de combat dans cette dernière, semble dessiner l'évolution définitive de ce conflit dans les prochaines semaines. Des sources "rebelles" parlent de centaines de morts, parmi lesquels 3 "commandants" de très haut rang, dont le commandant en chef du Front Al Nosra à Al Qousseir et de capturés dans leurs rangs ces deux derniers jours. Ceci a poussé certains jihadistes valeureux et très combatifs à se déguiser en femmes, la désormais classique Burka mais aussi un maquillage complet.

Et c'est à Israël qu'on confie, cette fois, la tâche de monter au créneau. Les menaces de cette dernières deviennent un peu plus précises à l’encontre de la Syrie.

Nous laisserons au futur, ainsi qu’à la médiocrité de certains "prévisionnistes", ayant déjà prévu la chute d’Assad en mars 2011, l’entrés de la Turquie en Syrie, l’intervention américaine et française, etc. sévissant sur cette plateforme, entre autres, le plaisir de le faire.

Ils seront surpris et…très déçus.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : syrie, israël, terroriste, islamisme, islam, jihadiste, france, turquie, gowrié, usa, suisse

21/01/2013

Les terroristes face aux leurs

Après avoir financé et lourdement équipé les démocrates Libyens, la France a brusquement changé d'avis. Relabellisés terroristes (on fait bien attention à ne pas les appeler "islamistes"), on veut maintenant les combattre et chasser...où ?

C'est certainement pour nous expliquer tout cela que lors du journal de 19h30 de vendredi dernier, le journaliste vedette de la RTS, télévision publique, donc à redevence, Monsieur Darius Rochebin, a fait appel à l'analyse, certainement pertinente, de M. Kouchner, ancètre de Juppé et Fabius et membre du club fondé par BHL. Le point le plus délicieux de l'interview fut lorsque le grand humaniste, jadis médecin, déclara que sans cette intervention, le Mali risquait de se trouver tout entier aux mains des fondamentalistes, lesquels y auraient alors imposé la Charia.

C'est à ce moment-là qu'on aurait pû imaginer la suite suivante de l'interview :

...lesquels y auraient alors imposé la Charia.

Rochebin : Et alors ? Cela est-il grave ? Vous gêne-il ?

Kouchner : mais plus que cela même. C'eut été une catastrophe, pour le Mali, pour l'Afrique et même pour nous, ici.

Rochebin : pourtant, cette Charia est la seule loi chez nos amis Saoudiens, Qataris, etc. La première déclaration des "démocrates" Libyens et Tunisiens fut de vouloir l'imposer. Cela ne semble pas vous poser de problème particulier !

Kouchner : Euh... (je sais qu'il aurait aussi pu dire : nous ne parlons pas de la même chose. C'est un problème différent. Les circonstances ne sont pas les mêmes. Et des âneries du même genre).

Rochebin : donc, Monsieur Kouchner ?

Seulement voilà, c'est la suite logique d'une interview professionnelle dont le but est d'informer. On ne se fait pas de telles "vâcheries" entre amis.

Au fait, Mesdames et Messieurs de la corporation. N'êtes-vous pas pris d'une petite envie de vous insurger contre le Black Out absolu imposé par l'armée française ? Laquelle filme elle-même "ses opérations" et vous distribue, après vérification, des morceaux bien choisis ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rts, rochebin, kouchner, france, syrie, lybie, mali, terroristes, islamistes, islam, islamisme, gowrié

15/10/2012

La France (combat ?) le terrorisme

Capture 1.JPG

Capture 2.JPG

Jeudi dernier, devant trois journalistes de l’Hexagone, le Président Français déclarait, je cite, « vouloir combattre le terrorisme, en l’occurrence islamique, où il se trouve : en France comme au Mali ». Il n’est pas allé plus loin. C’est au cours du même entretien qu’il a déclaré que la cellule « terroriste hautement dangereuse » qui vient d’être découverte en France, avait, entre autres, planifié d’aller faire le Jihad en…Syrie.

Le lendemain, vendredi 12 octobre, on apprend que 7 membres de cette cellule auraient été mis en examen pour « tentative d’assassinat en lien avec l’appartenance à une religion et en relation avec une entreprise terroriste ». Aucun doute quant à la signification des termes n’est permis.

Faisons l’hypothèse, confirmée par le Président Français lui-même, suivante. Supposons que certains membres de cette cellule, si ce n’est déjà fait, soient effectivement partis en Syrie. Ceux-ci se trouveraient parmi tous les autres combattants qui, le président Français l’a de nouveau très clairement confirmé jeudi, reçoivent de l’aide, entre autres matérielle, de la France. La France se trouverait en position d’aider des personnes qui, chez elle, sont mises en examen pour…terrorisme.

La France met en examen, chez elle, des terroristes qui, rendus en Syrie, deviennent des combattants de la démocratie aidés par cette même France.

Vous avez dit que les voies du Seigneur étaient impénétrables ?

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, gowrié, opposition, terrorisme, islam, fabius, suisse, france, didier burkhalter

08/10/2012

Extrémisme islamique : le boomerang

Tout cela a pris beaucoup moins de temps que ce qui a été prévu. Car cela a bien été prévu. Seuls nos politicards, leurs conseillers et…les spécialistes de la chose, toujours eux, ne l’avaient pas prévu.

Je n’ai jamais, jamais, crû que l’homme apprend de ses erreurs. Ce serait d’ailleurs dramatique si ce principe était vraiment vérifié car à voir la fréquence de répétition des mêmes erreurs dans les mêmes circonstances, on se demande vraiment si les auteurs en sont des hommes en pleine possession de leurs capacités mentales.

Ainsi, la France, grand soutien de tous les islamistes autres salafistes que cette mascarade appelée printemps arabe a produit, vient de découvrir l’existence de cellules « terroristes » radicales qui fomentaient le projet de s’attaquer à « l’Occident » et plus précisément à la présence juive dans celui-ci.

En soi, les faits ne sont que classiques si ce n’est que les membres de ces groupuscules sont, dans leur presque totalité, des « convertis ». Tous sont nés et ont grandi en France.

Qu’est-ce qu’un converti ? c’est quelqu’un qui, pour faire simple et quelle que soit la raison du changement, ne trouve pas satisfaction dans sa croyance, ou non croyance, actuelle. Jusque là, il n’y a toujours rien de si extraordinaire. La seule vraie question à se poser est de savoir pourquoi, dans le processus de conversion de ces jeunes gens, leur préoccupation première est de s’en prendre à leur propre pays ? Et de la manière la plus violente qui soit ?

A force de fuir les problèmes qui se posent à nous, à instituer des tabous, à éluder les questions essentielles, à minimiser les problèmes et à contourner les écueils, on finit toujours par avoir des réveils où la gueule de bois l’emporte largement sur les chants des oiseaux.

La question essentielle que personne ne veut donc se poser est la suivante : des croyances et des conversions, il y en a dans tous les sens. Le nombre des convertis au bouddhisme et à nombre d’autres croyances est bien plus grand que ceux, dans nos contrées, qui embrassent l’Islam. Pourquoi, dès lors, la violence, la dérive jihadiste, le terrorisme et le takfirisme http://fr.wikipedia.org/wiki/Takfirisme ne touchent-ils que ces derniers ? Et d’une manière quasi systématique ?

Attention, les réponses habituelles, répétées jusqu'à en avoir la nausée : ce n'est qu'une minorité, la pauvereté, la marginalisation, l'exclusion sociale, etc., je les connais par coeur.

Voici, à propos de boomrang, la réponse des jihadistes, considérés par Monsieur Didier Burkhalter et son homologue français comme les représentants "légitimes" de l'opposition syrienne.

http://www.youtube.com/watch?v=bL58pyB7kYM&feature=plcp

En résumé : nous sommes là, en Syrie, pour faire le Jihad au nom d'Allah. Une fois victorieux, nous viendrons chez vous, les mécréants.

Je sais, ce ne sont qu'une minorité. C'est certainement ce que se sont dit MM. Burkhalter, Fabius et Erdogan lorsqu'ils ont décidé de les aider à combattre le régime de Damas.

 

08:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : islam, islamisme, terrorisme, gowrié, france, religion, extrémisme, jihad

03/10/2012

Le déclin de l'empire

Saakachvili est le président qui vient de perdre les élections en Géorgie. Saakachvili est le président qui, avec les encouragements de ses maîtres d’outre Atlantique, a crû bon de défier son puissant voisin. Saakachvili l’a crû parce que ses maîtres d’outre Atlantique croyaient eux-mêmes que Yeltsine était encore vivant. Du coup, Saakachvili a vu son armée mise en pièces en quelque 48 heures. Il eut un temps, à l’époque de l’ivrogne du Kremlin, où les Américains croyaient dur comme fer qu’il s’en était fini de l’empire russe, qu’ils appelaient encore soviétique. Ils le croyaient tellement qu’ils ont décidé de pousser leurs pions/valets au cœur même de la Russie : Ukraine, Géorgie, pays baltes, quelques pays d'Asie centrale, ex républiques soviétiques, etc. Et voilà que le plus servile, mais véhément, des pions qui tombe à son tour. A peine trois semaines après que l’annonce de la fermeture définitive de la dernière base militaire et stratégique américaine en Asie Centrale, celle du Kirghistan. Le même Kirghistan qui a annoncé le maintien de la base militaire russe sur son territoire. On croit rêver. La Russie qui, pour enfoncer le clou, a annoncé qu’elle fournira une aide à hauteur de deux milliards de dollars. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Un peu la manière de faire…américaine, non ? Oui, lorsque ceux-ci en avaient les moyens.

Ainsi, en l’espace d’à peine une dizaine d’années, ce qui devait être la consécration de l’hégémonie définitive de l’Amérique, pendant des décennies encore, sur le monde, s’est transformée en début de déclin pitoyable. Partis la queue entre les jambes d’Irak, bientôt d’une manière encore plus humiliante de l’Afghanistan, les Américains sont plus que jamais acculés à s’accrocher à ce qu’il leur reste dans la région : les Qataris et les Saoudiens, quel déchéance. Même leurs nouveaux amis, les islamistes fondamentalistes du Caire et de Tripoli, l’ancienne capitale de Khaddafi, leur échappent.

Je voulais aussi un peu parler de la France. Pays qui a crû, ou à qui on a fait croire, qu’il a sa place parmi les grands, ceux qui ont les moyens de décider. Mais cela ne vaut vraiment pas la peine. Car ce faisant, je m’abaisserais à devoir parler des bédouins. Ceux qui dictent à la France ce qu’elle doit faire. Je laisse cela aux Guignols de l’Info et à Leonardo, porte-parole de "la" Prince auprès de ces mêmes guignols.

Quel rapport tout cela a à voir avec le sujet auquel je consacre plus de 90% de l’espace que j’occupe sur cette blogosphère, la Syrie ? C’est simple, la Syrie fut la dernière cartouche tirée par les Américains dans la série du printemps salafiste. Le temps a manifestement joué contre eux.

Je vous laisse dès lors volontiers avec le commentaire d’un de mes lecteurs, qui le fait pour la première fois. J’en profite pour saluer sa lucidité et présence d’esprit.

Il se fait appeler Collin.

"La dernière carte que les pays "du golfe" envisageaient de jouer, c'est de constituer un corps expéditionnaire militaire pour porter main forte aux "rebelles" Syriens et tenter démettre le gouvernement Syrien légal.

Or il est curieux de constater que cette idée "lumineuse" a fait pschitt....quand ils ont réalisé qu'en envoyant leurs militaires, leurs armées, guerroyer en Syrie, ils faisaient un boulevard à une très légitime révolution populaire dans leurs propres pays qui ne laisserait pas passer une si belle occasion de renverser ces dictatures sanguinaires des Saoud, et du Qatar...

Bientôt échec et mat,c'est une affaire de quelques coups....les Russes et les Iraniens sont décidément de grands joueurs d'échecs..."

28/09/2012

Rebelles jihadistes en Syrie : et maitenant, c'est la RTS

Ce n'est pas cette note là que je devais publier aujourd'hui. Il se trouve que la RTS, télévision publique à redevance, qui s'est donnée pour mission, malgré l'article 93 de la Constitution, de promouvoir la cause des Jihadistes Islamistes. Du coup, je re-publie la note d'avant hier car la RTS a, précisément, décidé aujourd'hui de promouvoir l'histoire du même jihadiste, armé, comme le montre le reportage, jusqu'aux dents. Ce dernier a bien pris soin, certainement sous les conseils du journaliste, de dire qu'il ne faisait pas le Jihad. Il se trouve que, malheureusement pour lui et le journaliste, il avait déjà déclaré appartenir à la brigade "d'Ansar el Islam". Branche d'Al Qaeda prônant une application pure et dure de la Charia.

Voici le reportage de la RTS.

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/#/video/info/j...

Vous pouvez ensuite lire le corps du texte.

Lire la suite

24/09/2012

Innocence des Musulmans, Charly Hebdo, la dernière tentation du Christ et la décadence occidentale

Pour commencer, je n’ai pas visionné le navet qui a mis le feu aux poudres des fondamentalistes et autres salafistes du monde arabo-musulman. Je n’ai pas non plus vu la dernière tentation du Christ, ni le code Da Vinci, dont je n’ai pas lu le livre non plus. Impossible en revanche d’échapper aux caricatures de Charly Hebdo, dont je n’ai vu que celle de la couverture du journal satirique, par la force des choses. Elle est visible partout sur le net, y compris sur la page « home » de tdg.ch.

Je ne l’ai pas fait parce que je trouve cela au moins sans intérêt. Je ne vois en effet pas ce que tout cela changerait à ma connaissance, ou méconnaissance, amour, ou détestation, des sujets traités. Tout cela n’a pas la moindre importance.

Ce qui est important ce sont les réactions, au mieux comiques, mais le plus souvent tragiques et lamentables des différents « acteurs » de cette pièce dont le niveau s’apparente au mieux à celui d’une série Z.

Je ne commenterais pas les réactions des chefs des trois courants religieux les plus répandus dans nos contrées. Ils sont dans leur rôle et doivent avant tout penser à leurs commerces respectifs. Ce qui est plus significatif est la réaction des chefs « politiques » et, tiens tiens, certains « confrères » de ceux qui ont commis le forfait chez Charly Hebdo.

Ainsi, les gauchistes de tous bords, en France bien sûr, se sont élevés comme un seul homme, Fabius, bien évidemment, en tête pour condamner « l’inconscience » des responsables du journal en question, notamment « dans le contexte actuel ». Comprenez les violences suscitées par la diffusion sur le net du navet de Nakula, alias Bacile. Les Américains ont même été plus loin en déclarant, tenez-vous bien, que l’attaque contre leur consulat de Benghazi et la mort de leur Ambassadeur en Libye en même temps que trois de ses compatriotes, ne peut être considéré comme…un acte terroriste.

Les réactions de certains « confrères » est encore plus, comment dire…marrante. Nous lisons ainsi sur tdg.ch  les dessinateurs de presse romande sont partagés  que, en dehors de Burki, les dessinateurs romands ont des avis « plutôt négatifs » quant à l’opportunité de publier ces caricatures qui « n’apporteraient rien au débat ». Formidable. Je ne savais en effet pas qu’il y avait un débat et encore moins que les dessins de ces gens-là avaient pour but d’éclaircir certaines facettes restées obscures pour les lecteurs moyens que nous sommes. Philippe Becquelin, alias Mix et Remix, va encore plus loin. Il dit que « les Musulmans, extrémistes ou modérés, n’ont pas la culture des dessins de presse. Ces caricatures ne servent donc qu’à choquer ». Il considère par ailleurs qu’il est « délicat de jouer avec les religions des autres, surtout quand on n’en connaît pas les codes ». Et voilà.

Mix et Remix considère :

  1. Que les autres, autres que les musulmans, maitrisent parfaitement la culture des dessins de presse et qu’on peut dès lors y aller sans problème. Ainsi, les Chrétiens ne doivent pas être choqués de voir le Crucifix plongé dans un urinoir.
  2. Que, justification habituelle de la lâcheté de certains, on ne peut s’attaquer qu’à sa propre religion. Je ne savais en effet pas que ces dessinateurs, cinéastes, etc. étaient des catholiques.

Je suis remonté un peu en arrière pour voir quelles étaient les réactions de tous ces gens-là lors de la sortie du Dernière Tentation du Christ, Da Vinci Code, Crucifix dans l’urinoir, etc., et trouvé qu’ils ont aussi condamné. Euh, j’oublie juste de préciser qu’ils ont, systématiquement, condamné les…contestataires, catholiques en général. Ce jour-là, c’est la liberté d’opinion qui était sacrée.

Que peut-on en conclure et quel rapport avec le déclin occidental ?

  1. Que, manifestement et malheureusement, c’est uniquement par la force et l’intimidation qu’on peut soumettre les autres à sa volonté. Les faibles ont toujours tort, même si, dixit le Christ, les portes du Paradis leur seront grandes ouvertes. Les Américains n’ont déguerpis du Vietnam que forcés, de l’Irak qu’au prix de dizaines de milliers de morts et de blessés, de l’Afghanistan, bientôt, qu’au même prix. Les Espagnols ont quitté l’Irak au lendemain de « l’exécution » de 270 des leurs dans les gares d’Atocha, El Pozo del Tío Raimundo, Santa Eugenia, ainsi que dans un train juste en dehors d'Atocha à la Calle Téllez. Les italiens n’ont retiré leurs troupes d’Irak qu’au lendemain des images horribles montrant treize de leurs soldats morts trainés et piétinés dans les rues de Baghdad. Les Israéliens ont le monde à leurs pieds non pas parce que les habitants de celui-ci les adorent et compatissent à leur sort (les divers sondages, mondiaux, à ce sujet sont très claires). Mais parce qu’ils ont su se munir de la force, militaire, financière et politique nécessaires à la réalisation de leur destin. C’est la force, mais aussi la cupidité, qui obligent des Américains traumatisés pour toujours par les attentas « terroristes » du 11 septembre à déclarer que l’attaque de leur consulat à Benghazi n’est pas un acte « terroriste ».
  2. Quant au déclin, prévisible et inéluctable de l’Occident, il suffit de lire les lignes précédentes, si besoin est, pour le constater. Tout commence par le dénigrement de soi, le rejet de ses propres valeurs et histoire. Rome, contrairement à ce que l’on croit, n’est pas tombée en 476. Le 4 septembre 476, l’empereur Romulus Augustule n’a fait qu’abdiquer, comprenez qu’il n’a fait qu’entériner un état de faits établi. La chute, militaire, physique, appelez-là comme vous voulez, de l’empire, ne fut que le couronnement de sa longue et lente décadence, commencée à la fin du deuxième siècle de notre ère. Certains font remonter cela jusqu’à Caligula. La décadence, l’histoire nous l’enseigne, est avant tout morale. Ceux qui croient que l’empire Abbasside a duré jusqu’à la fin du 13e siècle ont tort. Ce sont les Germains des Abbassides, les Seljukides, qui tenaient en réalité les rênes du pouvoir.

Dans notre cas, c’est encore pire. Si, dans les exemples historiques, la décadence morale s’accompagnait systématiquement d’un affaiblissement militaire et économique, ce n’est de loin pas le cas de l’Occident actuel. On dirait que cette décadence est le résultat d’un processus inéluctable de reniement de nos valeurs, d’une détestation de soi. C’est une décision consciente, un suicide programmé.

 

 

12/09/2012

Dominique de Villepin : grandeur et décadence. A qui le tour ?

 

syrie,gowrié,suisse,france,terrorisme,islam,de villepin,dominique de villepin, didier burkhalter,juppé,hollande,fabius,bhl,asl

Voici donc le grand homme, celui du discours historique de 2003 à l’ONU, du discours non moins historique de bienvenue à la Suisse lors de l’entrée, hélas, de notre pays à cette institution, en garde à vue. En garde à vue pour une sombre affaire d’escroquerie visant l’association des relais et châteaux. Laquelle association fut présidée, à l’époque des faits, par un certain Régis Bulot, écroué en 2011 pour escroquerie en bande organisée et blanchiment.

Que du beau monde en somme.

Inutile de vous dire ce qu’il serait arrivé à vous et à moi, pauvres gueux que nous sommes, si nous avions commis le dixième de leurs méfaits. C’est ce même de Villepin, encore une fois celui du discours historique de 2003 à l’ONU contre la guerre en Irak, qui, il y a de cela à peine quelques semaines, appelait à une intervention militaire étrangère directe en Syrie. A l’instar de certains de ses compatriotes, Fabius, Hollande et BHL en tête, il doit, le pauvre, se faire des soucis pour le sort tragique réservés par le régime sanguinaire de Damas à « ses » amis terroristes d’Al Qaeda et jihadistes de tous poils.

Qu’est-ce qui a changé le personnage à ce point ? Mais au fait, était-il vraiment différent à l’heure de sa gloire passée ? Je ne le crois pas. Ce sont seulement les circonstances qui ne sont plus les mêmes. Les accusations, mises en examen, perquisitions et autres gardes à vue se multiplient depuis que l’homme a quitté ses fonctions au sommet de cet état voisin. Tout cela coûte cher, très cher et le Qatar et Saad Al Hariri, ennemis jurés de la Syrie, sont riches, très riches.

Savez-vous quel est le « prix » d’un ambassadeur syrien acceptant de faire défection ? 1.5 millions de dollars et 25'000 de pension mensuelle pendant deux ans. Pour ceux de rang inférieur, les prix descendent graduellement jusqu’à un « minimum » de 200'000 dollars.

Malgré tout cela, savez-vous combien de diplomates, tous rangs confondus, ont fait le pas depuis plus d’une année et demie de conflit en Syrie ? Neuf, en tout et pour tout.

Il semblerait que cette révolution ne soit populaire que dans les têtes mal faites, pour ne pas dire malfaisantes, de Fabius, Juppé, Hollande, Cameron et, puisqu’il nous faut notre part de gloire, aussi minable soit-elle, de Didier Burkhalter. Celui dont le département aide et finance les rebelles syriens. Ceux que même Navi Pillay, locataire du 20, Quai Wilson ne peut faire autrement que de qualifier de criminels de guerre.