03/10/2012

Le déclin de l'empire

Saakachvili est le président qui vient de perdre les élections en Géorgie. Saakachvili est le président qui, avec les encouragements de ses maîtres d’outre Atlantique, a crû bon de défier son puissant voisin. Saakachvili l’a crû parce que ses maîtres d’outre Atlantique croyaient eux-mêmes que Yeltsine était encore vivant. Du coup, Saakachvili a vu son armée mise en pièces en quelque 48 heures. Il eut un temps, à l’époque de l’ivrogne du Kremlin, où les Américains croyaient dur comme fer qu’il s’en était fini de l’empire russe, qu’ils appelaient encore soviétique. Ils le croyaient tellement qu’ils ont décidé de pousser leurs pions/valets au cœur même de la Russie : Ukraine, Géorgie, pays baltes, quelques pays d'Asie centrale, ex républiques soviétiques, etc. Et voilà que le plus servile, mais véhément, des pions qui tombe à son tour. A peine trois semaines après que l’annonce de la fermeture définitive de la dernière base militaire et stratégique américaine en Asie Centrale, celle du Kirghistan. Le même Kirghistan qui a annoncé le maintien de la base militaire russe sur son territoire. On croit rêver. La Russie qui, pour enfoncer le clou, a annoncé qu’elle fournira une aide à hauteur de deux milliards de dollars. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Un peu la manière de faire…américaine, non ? Oui, lorsque ceux-ci en avaient les moyens.

Ainsi, en l’espace d’à peine une dizaine d’années, ce qui devait être la consécration de l’hégémonie définitive de l’Amérique, pendant des décennies encore, sur le monde, s’est transformée en début de déclin pitoyable. Partis la queue entre les jambes d’Irak, bientôt d’une manière encore plus humiliante de l’Afghanistan, les Américains sont plus que jamais acculés à s’accrocher à ce qu’il leur reste dans la région : les Qataris et les Saoudiens, quel déchéance. Même leurs nouveaux amis, les islamistes fondamentalistes du Caire et de Tripoli, l’ancienne capitale de Khaddafi, leur échappent.

Je voulais aussi un peu parler de la France. Pays qui a crû, ou à qui on a fait croire, qu’il a sa place parmi les grands, ceux qui ont les moyens de décider. Mais cela ne vaut vraiment pas la peine. Car ce faisant, je m’abaisserais à devoir parler des bédouins. Ceux qui dictent à la France ce qu’elle doit faire. Je laisse cela aux Guignols de l’Info et à Leonardo, porte-parole de "la" Prince auprès de ces mêmes guignols.

Quel rapport tout cela a à voir avec le sujet auquel je consacre plus de 90% de l’espace que j’occupe sur cette blogosphère, la Syrie ? C’est simple, la Syrie fut la dernière cartouche tirée par les Américains dans la série du printemps salafiste. Le temps a manifestement joué contre eux.

Je vous laisse dès lors volontiers avec le commentaire d’un de mes lecteurs, qui le fait pour la première fois. J’en profite pour saluer sa lucidité et présence d’esprit.

Il se fait appeler Collin.

"La dernière carte que les pays "du golfe" envisageaient de jouer, c'est de constituer un corps expéditionnaire militaire pour porter main forte aux "rebelles" Syriens et tenter démettre le gouvernement Syrien légal.

Or il est curieux de constater que cette idée "lumineuse" a fait pschitt....quand ils ont réalisé qu'en envoyant leurs militaires, leurs armées, guerroyer en Syrie, ils faisaient un boulevard à une très légitime révolution populaire dans leurs propres pays qui ne laisserait pas passer une si belle occasion de renverser ces dictatures sanguinaires des Saoud, et du Qatar...

Bientôt échec et mat,c'est une affaire de quelques coups....les Russes et les Iraniens sont décidément de grands joueurs d'échecs..."

13/09/2012

Vous avez allumé le feu. Qu'il vous brûle

 

syrie,egypte,libye,cameron,clinton,didier burkhalter,fabius,juppé,terrorisme,islam,salafistes,gowrié

Nous apprenions mardi dernier, coup sur coup, que les « nouveaux » démocrates installés par les soins de Clinton, Juppé et Cameron en Libye et en Egypte, viennent d’attaquer les représentations diplomatiques américaines dans ces deux pays. En Egypte, ce fut l’Ambassade : attaque violente, drapeaux américain arraché et brûlé et un joli drapeau salafiste proclamant qu’il n’y a de Dieu qu’Allah est hissé à sa place. En Libye, Benghazi plus précisément, vous savez, la ville rebelle « sauvée » par BHL, le philosophe cathodique, les choses furent autrement plus sérieuses, voire dramatiques. L’Ambassadeur USA lui-même, ainsi que trois autres fonctionnaires furent tués dans l’attaque perpétrée par leurs amis, oui j’insiste, rebelles.

Ce qui me ferait le plus plaisir, c’est que quelques uns, BHL en tête, nous refassent le joli coup d’une de leurs expressions favorites : ils ne sont qu’une minorité. La grande majorité est pacifique, amicale et démocrate.

Ils ne sont que le produit « exclusif » de votre décadence. La fleur pourrie et malfaisante de la déchetterie de votre propre décomposition.

Mais le plus étonnant dans cette affaire est la "réaction" de LA Secrétaire d'Etat Clinton. Celle-ci, visage défait, déclare "sa difficulté à comprendre" comment "des gens dont nous avons sauvé le pays de la destruction, peuvent nous traiter de la sorte". Et si elle était...sincère ? Je veux dire si elle croit "vraiment" ce qu'elle dit ? Cela expliquerait tout, non ? Ces gens-là sont allés au Vietnam pour le sauver. Ils sont aussi allés en Irak pour le sauver et maintenant la Libye et demain la Syrie. C'est tout de même fou ces Salafistes. Quels ingrats.

Sur un tout autre registre, les amis « pacifiques » de Fabius, Clinton et Cameron, à qui je dois ajouter notre Didier Burkhalter national, sont allés prêcher la liberté et la démocratie sur la route menant à l’aéroport d’Alep. Ils ont rencontré ce qu’ils ont crû être des ouailles. Malheur, pour ces derniers, ils se trouvent être des Syriens d’origine arménienne, de retour de « vacances » à Erewan. Des mécréants en puissance et forcément soutiens au régime d’Assad.

Quatre d’entre eux furent froidement abattus. Ceci 48 heures après que les « manifestants pacifiques » de M. Burkhalter (dont le département finance les activités) ont, tout aussi froidement, abattu une vingtaine d’appelés, ayant les mains liées derrière le dos.

http://www.dailymotion.com/video/xtgtjq_syrie-les-rebelle...

Firefox semble avoir de très gros problèmes pour ouvrir ces liens. Essayez avec d'autres moteurs.

Vous pouvez aussi voir le fichier directement ci-apèrs. Les images sont, bien évidemment, très dures. Nous attendons bien évidemment toujours que nos plumitifs nous présentent ne serait-ce qu'un seul document montrant de telles atrocités commises par les soldats de l'armée syrienne.


11/07/2012

Afghanistan, Nigeria, Mali...et les autres

On aurait pu ajouter Arabie Saoudite, Pakistan, Soudan, Somalie, Libye et même Tunisie, Egypte et...Turquie.

Les Talibans, dont voici un des innombrables exploits civilisateurs, les Talibans exécutent une femme soupçonnée d'adultère

ont commencé leur modernisation de la société afghane en faisant exploser à la dynamite deux des plus grands chefs-d'œuvre de l'humanité, les Boudhas de Bamiyan, vieux de plus de plus de 15 siècles. Voici la célébration de cet exploit historique.

http://www.youtube.com/watch?v=lwMSo60oIKY

Comme quoi, voir les pires voyous que l'humanité ait pu produire filmer leurs méfaits ne date pas d'hier. Leurs descendants directs s'activent en ce moment en Syrie.

Au Nigeria, massacrer les chrétiens, sans raison aucune, devient l'occupation première des terroristes islamistes. Hier, 20 d'entre eux, parmi lesquels se trouvaient deux députés, ont péri alors qu'ils participaient à un enterrement.

Au Mali, à Tombouctou, les cousins des Talibans viennent de s'en inspirer en détruisant eux aussi deux monuments classés patrimoine mondial en péril et se trouvant dans l'enceinte même de la grande Mosquée de la ville.

http://www.rtl.fr/actualites/international/article/mali-l...

En Egypte, dont l'entrée « historique » dans la démocratie, la liberté et la modernité a été bruyamment saluée par Obama, Clinton et leurs domestiques européens, des islamistes militent aussi. Ils veulent détruire, tenez-vous bien, les grandes pyramides et toutes les statues de l'antiquité égyptienne, symboles de « jahilia » (paganisme, idolâtrie. Mais la traduction directe du mot est infiniment plus significative. Les Arabes Musulmans appellent toute la période précédent l'Islam de « Jahilia » : ignorance, perdition. Je vous laisse méditer). Abdul Latif Mahmoud, Cheikh des Cheikhs sunnites au Bahrein et président de l'unité Nationale, a appelé le nouveau président islamiste de l'Egypte, Mouhammed Morsi, a accomplir ce que « Amr Ibn El As » n'a pu faire en son temps (Ce dernier est le chef militaire qui a envahi l'Egypte sous le deuxième Calife Omar El Khattab).

Mais qu'on se rassure. Tout cela n'est l'œuvre que d'une minorité.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2012/01/2...

 

09/02/2012

Syrie, pas encore démocratique et Egypte, totalement démocratique

Les Occidentaux ne se cachent plus : il faut financer, soutenir et armer les insurgés syriens, comme si cela n'est pas encore fait. La seule différence, BHL n'est pas encore sorti de l'ombre dans cette affaire et ne se balade pas dans le désert syrien. Il est bien claire que, à l'instar des précédentes tentatives visant à "isoler" un "coin" en Syrie faciltant une intervention occidentale, ce dernier essai finira par échouer aussi. De toute manière, le sort des terroristes semble scellé. C'est question de jours, sinon d'heures.

Pour ce qui est du Parlement égyptien, installé démocratiquement et applaudi à en rompre les tympans par nos lamentables politiciens et médias, voici l'exploit d'un de ses membres, démocratiquement élu. Nul besoin de traduire quoi que ce soit : le député, démocratiquement élu, se lève, interrompt la séance et fait l'appel du Muezzine à la prière, au beau milieu du Parlement.

Le Figaro : appel à la prière au parlement égyptien


A la question dedefault.jpg savoir si des parlementaires coptes pourraient faire sonner les cloches, une fatwa est vite sortie : non, car le prophète dit que les cloches sont les clarinettes de Satan.

Enfin, un petit cadeau à nos chers analystes, connaisseurs, spécialistes du monde arabo-musulman et...je ne les oublie bien évidemment pas, journalistes férus de vérité, un de leurs nouveaux chéris, un frère musulman du même parlement (il paraît qu'ils sont moins fondamentalistes que les salafistes) s'est levé et lancé, lui aussi, une petite fatwa au beau milieu de la séance disant que rien ne doit perturber l'appel à la prière de l'Oumma (Oumma = peuple).

Réjouissons-nous. Bientôt ce sera le tour du Palais Bourbob, suivi, à moins que ce ne soit précédé, par notre cher parlement fédéral. Personne n'y trouvera rien à redire : c'est bien le peuple (l'Oumma) qui l'a voulu.

Allez, pour finir, un petit sourire. Il paraît que, suite au véto sino-russe de la semaine dernière et alors que Hillary Clinton avait essayé d'appeler son homologue russe Lavrov, celui-ci aurait répondu qu'il n'avait pas de temps. A voir ces images, on comprend un peu pourquoi.

Rabbani-Clinton.JPG

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : egypte, syrie, islam, islamisme, terrorisme, gowrié, médias, tsr, bhl

22/11/2011

Printemps arabe, Egypte, Syrie, etc.

A l'instar du blogueur Maurice-Ruben Hayoun, qui se délectait hier, à juste titre,  de la victoire « posthume » de Hosni Moubarak, beaucoup commencent à être déçues par la froideur de l'hiver qui prend ses quartiers dans les pays arabes.

J'ai, quant à moi, annoncé ce qui arrive maintenant dès le premier jour.

M. Hayoun nous parle de l'erreur sur l'appréciation de la nature même des islamistes, qu'il appelle Frères Musulmans. Quelle surprise ! On ne le savait donc pas, pauvres ignares que nous sommes.

Non, M. Hayoun, certains le savaient très bien. Au point de tout planifier dès le départ, et même avant le départ. C'est maintenant seulement que l'on découvre que les fameux blogueurs « libres » ont commencé à recevoir une instruction spécifique dès 2007 déjà.  Je le répète pour la énième fois : non, pas la moindre aspiration à la démocratie et à la liberté. C'est simplement la même histoire qui se répète, servie à la sauce des années 2000. Certains sont restés trop longtemps en place, il faut les remplacer. Frères Musulmans ou pas, ce sont les intérêts, des 40 prochaines années qui comptent.

Mais on se trompe, lourdement.

Je vous résume : "les pays arabes doivent s'occuper eux-mêmes de leurs affaires". Oui, absolument. Mais pourquoi nous dites-vous ça ? Est-ce une autre manière de dire qu'il faut arrêter de nous en mêler ? Est-ce de la Naïveté ou du cynisme ?

Vous nous dites ensuite que ces pays doivent arrêter de guerroyer contre Israël. Cela signifie que c'est le cas. Ah bon ? A moins que je ne sois une victime précoce d'Alzheimer, il me semble que la dernière fois que ces ex dictatures, futurs khalifats, étaient en guerre contre Israël remonte à...1973 ! Vous finissez votre phrase en disant : seul pays démocratique de la région. C'est la deuxième, ou troisième fois, en deux jours. Vraiment ? Ne confondez-vous pas démocratie et suffrage universel ? Et l'Irak alors ? Moi qui croyais qu'on a sacrifié entre 500'000 et 1'000'000 d'irakiens pour y installer la démocratie.  Pour le reste, au moins techniquement, le Liban, n'est-ce pas une démocratie ?

Vous nous annoncez aussi la chute « khaddafienne » de Bachar el Assad. Qui s'en chargera ? En Libye, c'était l'Otan et en Syrie ? L'Otan, la Turquie ou...Israël ? Nous verrons. Je crois quant à moi que lui, il va en rire de son « vivant ». Pour autant que nous les laissions régler leurs affaires seuls. C'est ce que vous préconisez, non ?

En fait, toujours à propos de l'Egypte, avez-vous remarqué la différence entre le premier « soulèvement » des « démocrates » égyptiens et celui de ces jours ? Alors que des dizaines de milliers de femmes ont participé au premier, les avez-vous comptées dans le second ?  Cela vous dit quelque chose ?

Vous vous êtes réveillé bien plus tôt que d'autres, ceux qui ont essayé de nous vendre le fameux printemps arabe. On ne peut que vous en féliciter.

Vive la démocratie, la liberté...et tout le reste

Ecoutez bien ce reportage, sur France Info, qu'on ne peut pas qualifier de pro Assad. Cette journaliste de RTBF s'est, elle aussi, rendue en Syrie. Elle a vu et entendu des choses bien différentes de celles véhiculées par Al Jazeera et ses succursales ici.

Syrie : une journaliste de la RTBF a pu entrer dans le pays. Elle se trouve à 80 km de Damas, à Homs...

 

 

 

08:05 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, suisse, hayoun, gowrié, printemps arabe, liban, egypte

07/11/2011

Syrie, printemps arabe, Charia, etc.

Comme certains d'entre nous, probablement le plus lucides et certainement les moins cyniques, l'avions annoncé dès le début, les événements en Syrie n'ont rien à voir avec des aspirations à la démocratie et à la liberté. Ce n'est pas non plus la dictature insupportable des Assad qui en est l'origine. Il s'agit ni plus ni moins d'une lutte pour le pouvoir sous la forme la plus classique qui soit, même si les moyens de communication modernes et, cela devient un grand classique, les médias font de leur mieux pour nous vendre la chose comme une grande révolution populaire.

Mais, je le prédis, le retour de bâton risque de leur être plus que douloureux.

Populaires et spontanés ? peut-être. A mon avis, cela n'a duré que quelques minutes, les toutes premières, le temps que ce malheureux vendeur ambulant tunisien s'immole pour crier son ras le bol devant tant injustices. A partir de cet instant, tout, ou presque, fut planifié, organisé, instrumentalisé.

1.       En Tunisie même, personne n'est dupe, c'est l'armée qui a « gentiment » demandé à Ben Ali de partir.

2.       Les choses furent un peu plus compliquées en Egypte et le résistance de Moubarak plus forte. N'empêche que, dans ce cas aussi, ce ne fut qu'un coup d'état avec, comme d'habitude, une main mise absolue de l'armée sur tout.

3.       Au Yémen, c'est une mini guerre civile qui oppose partisans et opposants au Président Saleh. Le plus étonnant dans ce cas, c'est le silence « presque » absolu des puissances « démocratiques » et leurs bras médiatiques. Il paraît que , selon certains, le Yémen, on s'en fout.

4.       La Libye est, pour l'instant, la dernière en lice. Je ne reviendrai pas sur le coût de cette « libération ». Dans ce cas, je soulignerais seulement l'attitude de nos « fédéraux », se mettant à genou devant le défunt dictateur, l'actuelle Présidente de la Confédération qui a : « presque de la peine » pour son ancien collègue (Merz). Elle a juste oublié qu'elle l'a bien accompagné à certains moments, les révélations récentes à son sujet de la part de la police genevoise sont à ce propos délicieuses. Elle a aussi oublié qu'elle s'est fait photographiée, voilée, sous un portrait géant de Khomeini, quelques mois auparavant.

Aucun de ces ex grands amis de nos puissances « libres » n'est à regretter. Mais la question n'est pas là. Il se trouve que personne ne s'est posé la seule vraie question qui s'impose : les remplacer ? Oui, mais par qui, par quoi ?

N'oublions pas, tout cela a été fait au nom des...droits de l'homme, malmenés dans ces pays. Bravo pour les visionnaires qui applaudissent maintenant l'instauration de la Charia partout.

On m'a conseillé de ne pas faire d'articles longs pour ne pas ennuyer le lecteur. Je me contenterais de ces lignes aujourd'hui et je publierai le reste demain.

 

12/10/2011

Le printemps arabe : un hiver gelé

Les gauchistes, alliés des colonialistes, ont applaudi bruyamment les mouvements, que certains qualifient de populaires, de quelques pays arabes en soulignant le caractère pacifique et  démocratique et l'aspiration à la liberté.

Ne voyant, comme d'habitude, pas plus loin que le bout de leur nez, pour les premiers, et avec des visés bien claires pour les seconds, voilà où nous en sommes maintenant. Nous l'avions, quant à nous, prévu dès le premier jour.

Selon les sources, il y aurait entre 24 et 35 morts, chrétiens coptes, en Egypte. Les faites sont les suivants : des chrétiens s'occupant de la réfection de leur église, se font attaquer gratuitement par les islamistes qui en tuent et blessent quelques uns. L'armée et les forces de sécurité arrivent plus tard et trouvent les chrétiens coptes en train de manifester pacifiquement protestant contre les exactions dont ils font l'objet. Ils tirent immédiatement à balles réelles et tuent plus d'une vingtaine de chrétiens coptes. Cela ne suffisant pas, ils attachent quelques uns à des véhicules blindés et les trainent par terre jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Nous étions quelques uns à prévoir ce qui se passe aujourd'hui, y compris en Tunisie. Les faits nous donnent raison. Ils étaient beaucoup plus nombreux, des gauchistes comme d'habitude, à applaudir l'avènement de la démocratie et la liberté.

Vive la démocratie et la liberté.

Voici quelques exemples de rayons printaniers

 

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/139,472676/Egypte__vive_émotion_aux_funérailles_des_manifestants_coptes_tués/fr/news/international/sda/

 

http://www.youtube.com/watch?v=bK0qagS3dws

 

http://www.youtube.com/watch?v=rkWckV4xZXs

Demain, vous en découvrirez de sublimes sur le journalisme et les journalistes

 

16/09/2011

La Turquie : ange du Moyen-Orient

Il est sur tous les fronts, ce cher Edogan. Armé de ses (...) - missiles, il menace tour à tour Israël, avec laquelle il rompt ses relations, et la Syrie, dont le Président n'est « plus » son grand ami, accueille tous les congrès d'opposants possibles et imaginables, fait la tournée des pays arabes et donne des leçons à tout va.

Le top est lorsqu'il déclare, ordonne plutôt, au Caire que la nouvelle Constitution égyptienne doit se faire sur une base laïque, à l'image de celle de la Turquie ? Les Ramadans de tout poil doivent être ravis. La Turquie n'est-elle pas l'exemple à suivre du moment ? Le nec le plus ultra de la mode démocratique ?

Il y a cependant un hic. Les analystes et « spécialistes », là aussi de tout poil, oublient un détail capital : ce n'est ni M. Erdogan, ni le courant qu'il présente, qui introduisirent la laïcité en Turquie. Ils l'ont trouvée déjà en place à leur arrivée, ce qui ne les empêche pas de la malmener de temps à autre. La laïcité à la turque est le résultat d'une décision Kemalienne que l'armée s'efforce depuis à garantir tant bien que mal. Laquelle armée se vit amputée de la presque totalité de son état majeur dernièrement, cherchez l'erreur.

Les USA, Grande-Bretagne et France s'étant soudain tus, est-ce à leur tête de pont dans la région de prendre le relais ? Il y a en effet tout lieu de le croire. La récompense consisterait-elle à assouplir les positions de certains quant à l'entrée de la Turquie dans l'Europe ?

La question reste ouverte

N.B. Un seul lecteur m'a écrit, utilisant des termes très violents, concernant l'expression (...) - missiles. Sans polémiquer, il s'agit d'une expression utilisée, comme vous le savez tous, par Erdogan lui-même. Mais si cela heurte la sensibilité, ne serait-ce que d'une seule personne, alors je peux la retirer, ce qui ne changerait rien à la vérité. Je signale aussi que M. Erdogan a été accueilli en Egypte par les délégations des Frères Musulmans et des Salafistes aux cris de : Erdogan, Erdogan, nous voulons un Kalifat islamiste en Egypte et en Turquie.

09:09 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : turquie, israël, islam, islamisme, islamiste, syrie, egypte, égypte, moyen orient, usa

La Turquie : ange du Moyen-Orient

Il est sur tous les fronts, ce cher Edogan. Armé de ses (...) - missiles, il menace tour à tour Israël, avec laquelle il rompt ses relations, et la Syrie, dont le Président n'est « plus » son grand ami, accueille tous les congrès d'opposants possibles et imaginables, fait la tournée des pays arabes et donne des leçons à tout va.

Le top est lorsqu'il déclare, ordonne plutôt, au Caire que la nouvelle Constitution égyptienne doit se faire sur une base laïque, à l'image de celle de la Turquie ? Les Ramadans de tout poil doivent être ravis. La Turquie n'est-elle pas l'exemple à suivre du moment ? Le nec le plus ultra de la mode démocratique ?

Il y a cependant un hic. Les analystes et « spécialistes », là aussi de tout poil, oublient un détail capital : ce n'est ni M. Erdogan, ni le courant qu'il présente, qui introduisirent la laïcité en Turquie. Ils l'ont trouvée déjà en place à leur arrivée, ce qui ne les empêche pas de la malmener de temps à autre. La laïcité à la turque est le résultat d'une décision Kemalienne que l'armée s'efforce depuis à garantir tant bien que mal. Laquelle armée se vit amputée de la presque totalité de son état majeur dernièrement, cherchez l'erreur.

Les USA, Grande-Bretagne et France s'étant soudain tus, est-ce à leur tête de pont dans la région de prendre le relais ? Il y a en effet tout lieu de le croire. La récompense consisterait-elle à assouplir les positions de certains quant à l'entrée de la Turquie dans l'Europe ?

La question reste ouverte

N.B. Un seul lecteur m'a écrit, utilisant des termes très violents, concernant l'expression (...) - missiles. Sans polémiquer, il s'agit d'une expression utilisée, comme vous le savez tous, par Erdogan lui-même. Mais si cela heurte la sensibilité, ne serait-ce que d'une seule personne, alors je peux la retirer, ce qui ne changerait rien à la vérité. Je signale aussi que M. Erdogan a été accueilli en Egypte par les délégations des Frères Musulmans et des Salafistes aux cris de : Erdogan, Erdogan, nous voulons un Kalifat islamiste en Egypte et en Turquie.

09:09 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : turquie, israël, islam, islamisme, islamiste, syrie, egypte, égypte, moyen orient, usa