26/03/2012

Tueries de Toulouse : rien ne sera plus jamais comme avant

Vous l'auriez compris, je l'espère en tout cas, le titre n'est qu'une boutade.

Bien sûr que tout, ou presque, restera comme avant et si changement il y aura, ce sera vers le pire. Du reste, tout démontre que, non seulement cette tragédie n'a, déjà, servi à rien, mais que la réalité a vite pris le dessus et que les préoccupations immédiates des uns et des autres, candidats à la prisédence de la République surtout, ont tout aussi vite passé devant.

On n'a rien appris des 20 millions de morts de la première guerre mondiale

On n'a rien appris des 30 millions victimes du communisme

On n'a rien appris des 30 millions de morts de la deuxième guerre mondiale

Des 2 millions de morts de la guerre du Vietnam

Des 2 à 3 millions de morts de la folie Khmer Rouge

Des quelque 800'000 victimes en l'espace d'à peine 4 mois de folie meurtrière au Rwanda

Ni des 3'200 victimes du 11 septembre

Causant eux-mêmes la mort de un million d'Irakiens innocents.

La liste est trop longue, elle me donne la nausée.

Pourquoi alors voulez-vous que le sort tragique de sept malheureux victimes d'un fou, endoctriné jusqu'à la moelle, change quoi que ce soit à la marche du monde ?

De la couverture 24 heures sur 24 de tous les médias possibles et imaginables, qu'avons-nous appris ? Un matraquage incessant, un défilé permanent de « spécialistes », encore eux, du terrorisme, de l'Islam radical, des banlieues, de l'immigration, de la politique, des médias, des psychologues, des responsables de prisons, des magistrats, des révoltes arabes, de l'Afghanistan, du Pakistan, du Salafisme, du Djihad, des Djihadistes, des Talibans, d'Al Qaeda, de la Police, du RAID, de l'armement, de la  balistique, des sociologues, de l'éducation nationale, des spécialistes de la famille, du divorce, des familles nombreuses, des familles décomposées, recomposées, de l'Algérie, du Maghreb...

Nous avons même eu droit à un candidat à la présidence de la République Française, un certain François Bayrou, qui espérait secrètement, mais tellement fort qu'il dût le déclarer ouvertement, que l'auteur de ces abominations soit un extrémiste de droite. Il a dû tellement être déçu !

C'est un enfant de la République, né en France, qui y fut élevé, éduqué et...endoctriné. Oui, en France.

On nous dira bien évidemment qu'il ne faut pas faire d'amalgames, que la majorité des musulmans est loin d'avoir le même profil, etc.

On nous dira aussi, à voix beaucoup plus basse, que ce n'est pas le moment de fâcher les Qataris ou les Saoudiens.

Rassurez-vous, tout sera, pour toujours, comme avant. Seules quelques mamans pleureront leurs petits tombés sans raison sous les balles d'un petit fanatique qui passait son temps à écouter les prêches maladives d'Imams vivant encore au sixième siècle.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : toulouse, merah, islam, france, gowrié, terrorisme, salafistes, djihad