21/05/2013

Des dépeceurs et des mangeurs de coeurs humains

Je ne mettrais bien sûr pas l'horrible vidéo en ligne, de peur de heurter la sensibilité extrêmement à fleur de peau des responsables de cette plateforme. D'ailleurs, il vous suffira de chercher un tout petit peu pour la trouver sur la toile. Tout le monde en a parlé, ou presque.

Mais ce n'est pas pour cela que j'écris.

Au lendemain de la diffusion de la terrible vidéo, montrant un chef "rebelle" dépeçant un soldat de l'armée syrienne, lui arrachant le coeur et portant ce dernier à sa bouche, vidéo authentifiée par la terre entière (le Times a même réussi à contacter l'auteur de l'exploit), le plumitif (comprenez journaliste, professionnel de l'information) officiant à ce moment-là sur France-Info, a poussé l'abjection jusqu'à demander à son invité, représentant local de Human Rights Watch, s'il n'y a pas risque de...manipulation.

Je vous vomis, vraiment, Monsieur le journaliste.

Voici un autre exploit de France-Info. Suite au double attentant dans la province de Ryehanli, au Nord-Ouest de la Syrie, ce torchon (même si l'expression est en principe réservée aux champions de la désinformation écrite) a présenté un sujet montrant des milliers de manifestants turcs scandant des slogans "hostiles" au régime de Damas.

Je vous laisse tranquillement avec la vidéo.

Comme quoi, ils n'ont pas peur de se rincer la figure avec de la pisse de chat.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Un ultime exploit, pour aujourd'hui, de ce même torchon radiophonique, dans une de ses nombreuses "éditions" matinales, celle d'hier, à 10 heures. Le plumitif nous y parler de la "crainte" d'un massacre de civiles, toujours eux, bien évidemment, lorsqu'il s'agit d'éradiquer les terroristes dépeceurs d'hommes, suite à l'entrée de l'Armée nationale Syrienne dans la ville. Le plumitif en question n'a bien sûr pas manqué de souligner que l'armée est épaulée par des éléments du Hezbollah. C'est un journal bien de chez nous (je vous laisse le soin de le qualifier vous-même), 20 minutes, se cachant, comme de nombreux "confrères" derrière l'OSDH (Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) basé à Londres et "s'appuyant sur un réseau de 200 informateurs", selon l'ATS, qui confirme la mort de 23 membres de ce mouvement. Aucun de ces valeureux plumitifs professionnels ne s'est donné la peine de se demander comment ces 200 informateurs, toujours les mêmes, arrivent à donner des bilans et des décomptes aussi précis, ce qui signifie qu'ils doivent être au coeur du combat, sans qu'ils ne soient jamais touchés. Dieu tout puissant doit certainement être de leur côté.

Eh bien, dans ce nuage de mensonges, de contre vérités, de manipulation voire, on l'a constaté dans le deuxième exemple de ce billet, de détournement, parfaitement consciente, de l'information, un petit rétablissement de celle-ci, même s'il ne s'agit que pour les quelques centaines de personnes qui me font l'amitié de me lire, s'impose.

Voici, pour les rédacteurs de ces torchons, mais aussi pour les autres, les valeureux jihadistes combatifs (des civiles pour les plumitifs de nos médias) qui, quelques heures auparavant, se trouvaient dans les tunels de la ville souterraine creusée sous Al Qusair.

 

syrie,france-info,journaliste,journalisme,gowrié,asl,terroristes,islam,islamisme

 Si l'information, la vraie, pouvait intéresser les plumitifs et leurs maîtres, il s'agit, ici, d'un jihadiste, arrêté par l'armée syrienne alors qu'il essayait de fuir avec les "civiles" dans le "couloir humanitaire" laissé par l'armée pour permettre à ceux qui le souhaitent de fuir les combats.

Bientôt, je vous le garantis, on pourrait insulter quelqu'un en le traitant de...journaliste.

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, france-info, journaliste, journalisme, gowrié, asl, terroristes, islam, islamisme

26/09/2012

Sale temps pour les prévisionnistes.

J’attendais d’être sûr que l’été est bien loin avant d’écrire ce billet. Nous sommes donc le 25 septembre, l’automne est « officiellement » là depuis le 21 et le temps, très maussade, d’aujourd’hui est parfait pour le confirmer.

Allez, commençons par un locataire amovible des « invités » de ce blogosphère, qui se présente comme philosophe et…professeur d’université, pauvres étudiants. J’ai beaucoup hésité mais finalement décidé à lui faire la pub. Je ne recommencerais plus après.

Des prévisions comme celles de son, certainement, ami Alain Minc, qui changent au gré des déclarations de X ou Y. Voici Poutine qui dit que le gouvernement syrien doit répondre aux aspirations de la population et notre prévisionniste qui voit le régime lâché par Mouscou. Clinton qui croit qu’Assad est fini et le prévisionniste qui voit les Marines à Damas en quelques jours, etc. Il a prévu que l’année 2012 sera celle de DSK, que la GB allait envahir l’Iran suite à l’attaque, par des étudiants, de son Ambassade à Téhéran, qu’Israël allait dépêcher une division au Golan pour « fixer » toute l’armée syrienne, que :

  1. Bachar el Assad ne passera pas l’été (d’où l’introduction de mon billet) http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/07/la-syrie-l...
  2. Que la bataille de Damas signait la fin du régime http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/17/la-bataill...
  3. Que les jours du régime sont comptés http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/19/rumeurs-de...
  4. Qu’Assad ne pourra plus reconquérir Damas, qu’il quittera pour Lattaquié http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/21/questions-...
  5. Qu’une zone d’exclusion aérienne est pratiquement établie et que la partie pour Bachar est finie  http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/08/12/une-zone-d...
  6. et que…fichtre, il prévoit maintenant qu’Assad pourrait finir par l’emporter. Si cette prévision suit le même chemin que toutes celles qui l’ont précédée, c’en sera effectivement fini pour Bachar el Assad. http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/09/19/titre-de-l...
  7. Remarquez, pour quelqu’un qui a prévu que l’événement de l’année sera le retour et la réhabilitation de DSK, ami de Dodo la Saumure..Que le même DSK reste le « meilleur espoir pour la France ».    http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2011/12/28/l-evenemen...

Un peu de lucidité tout de même. Avec d’autres, il constate qu’il n’y a pratiquement plus de défections dans l’armée, plus rien non plus dans la classe politique. Je vais l’aider un peu. Je ne crois pas du tout que la cause en est que la mauvaise graine s’en est allée et ne restent que les fidèles. Cela ne m’empêche pas d’être très pessimiste, pour les amis de Didier Burkhalter et Laurent Fabius, bien sûr. Les défections ont duré le temps que certains…y croyaient encore. L’arrêt de celles-ci signifie une seule chose : ceux qui en auraient envie n’y croient plus. C’est cela même qui est rassurant et préfigure l’issu de la crise.

En France, il y a le CNRS, Centre national de Recherche Scientifique, où on trouve tout et, surtout, n’importe quoi. On y conduit toutes sortes de « recherches ». L’autre jour, sur France Info, tiens, un CNRS’ist, esquissait le tableau de « l’après Bachar ». Ceci signifie que cela est une « donnée » : « quoi qu’il arrive, ce régime ne peut pas rester ». Admettons.

Il y a tout de même quelque chose qui m’échappe : en admettant qu’il s’agit d’une « guerre ». En admettant même que cette guerre est conduite par le régime. Que se passerait-il si, selon toute probabilité, le régime l’emportait ? Didier Burkhalter deviendra rouge de colère mais comment obligera-t-il Assad, le vainqueur, à partir ?

Voyons maintenant, pour finir, la signification des derniers développements, très riches d’enseignements, « sur le terrain ».

Coup sur coup, on apprend que :

L’armée jordanienne a arrêté un groupe entier de…rebelles syriens, après un bref échange de tirs. On apprend aussi qu’une bande de l’ASL est entrés en territoire libanais et a attaqué ! un poste de la police libanaise. Enfin, la même ASL vient de déclarer qu’elle « a transféré » son commandement de la Turquie en Syrie.

Conclusions : on y croit plus à l’intérieur, à l’extérieur (hors Fabius, Hamad et Burkhalter) non plus. La Turquie, grande ennemie de la Syrie, semble même vouloir se débarrasser du boulet que la France et les USA lui ont imposé. Ils mourront en martyre, les armes à la main, comme ils l’ont voulu. Et ils iront rejoindre leurs 72 Hourries, promises à tout jihadiste digne de ce non, au paradis.

Le résident des Hôpitaux Universitaires de Genève l’a échappé belle.

19/09/2012

Les crimes (de guerre ?) des terroristes de l’ASL ne s’arrêtent plus

Il y a d’abord eu Vannay, journaliste à la RTS qui, après une immersion d’une dizaine de jours parmi les « manifestants pacifiques » à Hama, est revenu avec une besace pleine d’éloges sur eux. Il a depuis été imité par des Vallélian, Hammouche, Mabillard et d’autres militants de la cause wahhabite. Dernier militant en date, le chef du DFAE qui veut traduire tout le monde devant la justice…internationale.

Tout le monde ? Pas tout à fait. Il ne faut tout de même pas trop pousser. Parmi les acteurs du conflit syriens, il y a ce qu’il appelle « l’opposition légitime », l’ASL.

Je vous mets ci-après plusieurs documents réalisés par les membres de cette « opposition légitime » eux-mêmes. Inutile de vous dire que les précités n’en ont dit mot. Cela se comprend, bien évidemment.

 

ATTENTION : LES IMAGES SONT DURES, TRÈS DURES.

http://breizatao.com/?p=9981

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/09/10/97001-201209...

http://www.france24.com/fr/20120911-asl-syrie-armee-syrie...

Et la toute dernière, datant du mardi 18 septembre.

http://www.youtube.com/watch?v=vg3Q4zojXdg

Comme d'habitude, il se pourrait que Firefox ait de la difficulté à ouvrir certains liens.

Au fait, Messieurs les précités et, surtout, Monsieur le Conseiller Fédéral zélé, où sont les images montrant les exactions de l'armée syrienne ?

Comme je l'ai dit à maintes reprises, l'abjection à l'état pur.

 

17/09/2012

Pape Benoit XVI – Cheikh Karadawi : là est toute la différence

 


pape benoit 16,gowrié,syrie,islam,terrorisme,attentats,asl,suisse,didier burkhalter,dfae

Je ne suis pas fan du premier et encore, vous en doutez bien, moins, beaucoup moins, du second. Mais là n’est pas la question.

Le pape vient d’achever une visite « pastorale » de trois jours au…Liban, à deux pas de…la Syrie. Visite triomphale, à en juger par l’accueil et la ferveur populaire, tous bords confessionnels, c’est très important, confondus. Je ne m’attarderai pas sur les détails, politiques ou religieux, de cette visite. Ils ont été relayés et largement commentés, notamment par les médias arabes, tiens, tiens. J’aimerais juste souligner ce qui me parait essentiel dans ce voyage : le message profond que le souverain pontife a voulu délivrer.

Qu’a-t-il dit ?

Le Liban est un cas unique de cohabitation entre une multitude de confessions. Il peut fournir un formidable exemple, non seulement aux pays qui l’entourent, mais au monde entier.

Le peuple syrien souffre et il faut que les puissances et factions ayant de l’influence collaborent pour faire cesser cette souffrance

Il faut pour cela « arrêter » les livraisons d’armes à destination de la Syrie. C’est là que l’opposition armée l’a tout de suite traité de « Chabbiha ». Pour ceux qui ne le savent pas encore, les Chabbiha sont les milices accusés de travailler pour les autorités syriennes.

« j’appelle toutes les autorités, politiques ou religieuses, à combattre le fondalmentalisme ».

Pour finir, il prononça cette phrase : « puisse Dieu condéder à votre pays, à la Syrie et au Moyen Orient le don de la Paix des cœurs, le silence des armes et l’arrêt de toute violence ».

Voilà le message d’un « homme de Dieu ». Qu’on y croit ou pas.

Cheikh Karadawi est, aussi, parait-il, un homme de Dieu. Il est l’autorité sunnite la plus influente dans le monde. Certains « démocrates » ici reçoivent leurs instructions directement de lui, ce qui n’empêche pas notre DFAE de leur accorder des centaines de milliers de francs pour les « aider à réussir leur mission »…humanitaire, bien sûr.

Voici, à quelques minutes près, ce que cet autre homme de Dieu vient de déclarer, à l’adresse de l’opposition syrienne, des musulmans de partout dans le monde ainsi qu’à tous les jihaddistes du monde. « allez, combattez-les. Attaquez leurs casernes et saisissez-vous de leurs armes. Tuez-les et n’ayez pas pitié de ces mécréants.

Le premier : « envoyez la paix en Syrie, non pas les armes »

Le second : « tuez-les. Ouvrez les armureries et envoyez les armes en Syrie ».

Effectivement, là est toute la différence.

 

12/09/2012

Dominique de Villepin : grandeur et décadence. A qui le tour ?

 

syrie,gowrié,suisse,france,terrorisme,islam,de villepin,dominique de villepin, didier burkhalter,juppé,hollande,fabius,bhl,asl

Voici donc le grand homme, celui du discours historique de 2003 à l’ONU, du discours non moins historique de bienvenue à la Suisse lors de l’entrée, hélas, de notre pays à cette institution, en garde à vue. En garde à vue pour une sombre affaire d’escroquerie visant l’association des relais et châteaux. Laquelle association fut présidée, à l’époque des faits, par un certain Régis Bulot, écroué en 2011 pour escroquerie en bande organisée et blanchiment.

Que du beau monde en somme.

Inutile de vous dire ce qu’il serait arrivé à vous et à moi, pauvres gueux que nous sommes, si nous avions commis le dixième de leurs méfaits. C’est ce même de Villepin, encore une fois celui du discours historique de 2003 à l’ONU contre la guerre en Irak, qui, il y a de cela à peine quelques semaines, appelait à une intervention militaire étrangère directe en Syrie. A l’instar de certains de ses compatriotes, Fabius, Hollande et BHL en tête, il doit, le pauvre, se faire des soucis pour le sort tragique réservés par le régime sanguinaire de Damas à « ses » amis terroristes d’Al Qaeda et jihadistes de tous poils.

Qu’est-ce qui a changé le personnage à ce point ? Mais au fait, était-il vraiment différent à l’heure de sa gloire passée ? Je ne le crois pas. Ce sont seulement les circonstances qui ne sont plus les mêmes. Les accusations, mises en examen, perquisitions et autres gardes à vue se multiplient depuis que l’homme a quitté ses fonctions au sommet de cet état voisin. Tout cela coûte cher, très cher et le Qatar et Saad Al Hariri, ennemis jurés de la Syrie, sont riches, très riches.

Savez-vous quel est le « prix » d’un ambassadeur syrien acceptant de faire défection ? 1.5 millions de dollars et 25'000 de pension mensuelle pendant deux ans. Pour ceux de rang inférieur, les prix descendent graduellement jusqu’à un « minimum » de 200'000 dollars.

Malgré tout cela, savez-vous combien de diplomates, tous rangs confondus, ont fait le pas depuis plus d’une année et demie de conflit en Syrie ? Neuf, en tout et pour tout.

Il semblerait que cette révolution ne soit populaire que dans les têtes mal faites, pour ne pas dire malfaisantes, de Fabius, Juppé, Hollande, Cameron et, puisqu’il nous faut notre part de gloire, aussi minable soit-elle, de Didier Burkhalter. Celui dont le département aide et finance les rebelles syriens. Ceux que même Navi Pillay, locataire du 20, Quai Wilson ne peut faire autrement que de qualifier de criminels de guerre.

 

11/09/2012

Le DFAE aide et finance les rebelles, accusés de crimes de guerre

Lorsque ce département, par la bouche de son chef, déclare officiellement que l’ASL fait partie des représentants « légitimes » du peuple syrien, il se met alors d’office en position de caution pour les actes de celle-ci. Lorsque le même DFAE finance le CNS, soi-disant bras « politique » des terroristes de l’ASL, il devient de fait un soutien direct des crimes de ces derniers, voire même un complice. Même Navi Pillay, Haut Commissaire pour les droits de l'Homme et adversaire notable de la Syrie, n'a pû s'empêcher de déclarer aujourd'hui que les rebelles syriens se sont rendus coupables de crimes de guerre, voire de crimes contre l'humanité.

http://www.rts.ch/info/suisse/4166740-la-suisse-a-finance...

Et là aussi, d'une manière on ne peut plus claire :

http://www.rts.ch/la-1ere : le DFAE apporte son soutient à l'opposition syrienne

Nous apprenons aujourd’hui, lundi 10 septembre 2012, que les protégés de notre gouvernement, opposition légitime selon lui, viennent d’exécuter froidement une vingtaine de soldats de l’armée régulière qu’ils avaient fait prisonniers auparavant. Ces soldats étaient ligotés et les yeux bandés.

Je vous laisse d’abord avec les comptes rendus de médias « hostiles » au régime syrien.

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/syri...

Et voici « l’événement », filmé fièrement par les protégés de notre DFAE.

http://www.youtube.com/watch?v=YgO48q174mQ#

La même opposition « légitime », selon le chef du DFAE, vient de faire sauter une camionnette bourrée d’explosifs dans une rue à Alep. Plus d’une trentaine de morts civils et des dizaines de blessés.

Ainsi, M. Burkhalter considère-il qu’il est « légitime » de faire exploser des voitures piégées et d’exécuter sommairement des prisonniers ayant les mains liées.

J’ai, à l’occasion d’une petite recherche, découvert que la complicité de crime de guerre existe. Voici comment elle se définit :

"Situation de celui qui, par aide ou assistance, facilite la préparation ou la consommation d’une infraction, sans en réaliser lui-même les éléments constitutifs, ou encore provoque à une infraction ou donne des instructions pour la commettre".

Je me rappelle aussi avoir entendu le chef du DFAE déclarer, à deux reprises au moins, qu’il faut absolument que les crimes commis en Syrie « ne restent pas impunis ».

Que Dieu vous entende, Monsieur le Conseiller Fédéral. J’aimerais beaucoup voir à quoi vous ressemblerez dans le box des accusés. Je verrais bien notre gouvernement, croulant depuis un moment sous les plaintes pour raisons diverses et variées, être l'objet d'une plainte pour complicité de crimes de guerre.

Certains juristes pourront certainement se pencher sur le sujet.

 

08:03 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : dfae, dider burkhalter, syrie, gowrié, suisse, asl, cns, média, terrorisme, navi pillay

10/09/2012

Syrie : crise humanitaire, DFAE, HCR et CICR

syrie,gowrié,dfae,terrorisme,islam,asl,suisse,réfugiés,irak

Ce qui caractérise le plus la guerre en Syrie, c’est la singularité permanente et systématique avec laquelle les événements qui s’y déroulent sont traités. Les passions, le terme n’est pas exagéré, qu’elle déchaîne, tous les jours, dans toutes les rédactions et les chancelleries du monde « libre ».

Je parlais de singularité car aucun doute n’est plus permis. C’est bien d’un plan, je n’aime pas le terme « complot », mûrement réfléchi dont il s’agit. Le coup des manifestations « pacifiques » n’ayant pas marché (car, ne l’oublions pas, on se demande où ont disparus les manifestants pacifiques alors qu’on nous parle de zones « libérées » sous le contrôle des insurgés), on a sorti, comme par miracle, presque du jour au lendemain, des dizaines de milliers d’hommes armés, ayant décidé de libérer le pays de son tyran. Quelque 14 mois et des dizaines de milliards qataro-saoudiens après, la belle « révolution populaire » s’est transformée en cauchemar islamiste avec son lot d’exécutions sommaires, d’égorgements individuels et collectifs, d’otages pris puis libérés contre paiement de rançon, etc.

Tout cela n’ayant pas marché, on s’est rabattu sur le sort atroce des « réfugiés » syriens, en Turquie, au Liban et en Jordanie. 15 milles « malheureux », puis 40'000, puis, 150'000 et , maintenant, 224'000, précisément. Je ne vais m’étendre ni sur la réalité des chiffres ni, surtout, sur la nature et l’identité réelles de ces « réfugiés » car nous savons que ces camps, surtout ceux en Turquie et au Liban, ne sont rien d’autres que des bases arrières et de repli pour les terroristes de l’ASL et certains sont des « stations » de tri et de passage pour les jihadistes de tous poils. Non, je me contenterais de contempler la manière dont nos politiciens et, surtout, nos journalistes, en parlent. A les entendre, le « drame » des réfugiés syriens n’a pas d’égal dans l’histoire moderne, voire dans l’histoire tout court.

syrie,gowrié,dfae,terrorisme,islam,asl,suisse,réfugiés,irak

J’ai essayé, à propos d’histoire récente, de trouver ce qu’on a dit à propos des réfugiés irakiens, résultat de la libération du pays par les Américains, et dois avouer que je n’ai pas trouvé grand-chose. Et pour cause.

La plupart des études sur le sujet s’accordent pour articuler le chiffre de 4'000'000 de réfugiés irakiens, dont la moitié ont trouvé refuge…en Syrie. Plus de deux millions de réfugiés « accueillis » par la Syrie. Où étaient-ils passés ?

Et bien…nulle part. Ils étaient « chez eux ». Plus de  deux millions, un dixième de la population syrienne en quelques mois, ont trouvé refuge dans le pays même. A Alep, Damas et ailleurs. Pas une seule tente ne fut dressée, pas un seul camp de réfugiés mis en place. Les Syriens ont accueilli les Irakiens « chez eux ». Ce fut pareil lorsque plus de 300'000 Libanais ont trouvé refuge en Syrie en 2006 lors de l’agression israélienne contre leur pays.

Les Syriens ne se sont jamais plaints. Ils n’ont jamais demandé rien à personne non plus.

Ni le DFAE, ni le HCR ou le CICR ne se sont déplacés pour inspecter le sort "tragique" de ces deux millions de réfugiés...Irakiens.

Mais cela, le DFAE et la RTS n’aiment pas trop en parler. Les camps, très voyants, de réfugiés, sont nettement plus « vendeurs ».

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrié, dfae, terrorisme, islam, asl, suisse, réfugiés, irak

18/08/2012

Syrie : les hystériques

Fous à l'idée même qu'ils puissent perdre la guerre qu'ils ont déclenchée en Syrie, Clinton, Fabius, Cameron et Didier Burkhalter, car notre DFAE devient maintenant leader dans le domaine de l'hostilité vis-à-vis de la Syrie (ce qui nous coûtera très cher plus tard), franchissent un pas supplémentaire dans l'hystérie qui les anime depuis le début de la crise dans ce pays. Ainsi, la Suisse durcit, sous les ordres de qui ?, ses sanctions à l'encontre de la Syrie et adopte maintenant même une attitude de délinquant. En effet, notre Conseil Fédéral a décidé que les créances, que la Syrie a contre la Suisse, ne seront pas honorées.

Fabius fait le tour du « pourtour » syrien, en commençant par la Jordanie. Il veut apporter le soutien de la France. Petite question : puisque, comme  je le mentionnais jeudi, 70% du territoire syrien se trouve sous le contrôle des « l'opposition légitime », pour Fabius n'y va pas ? Je laisse aux plumitifs de certains torchons le soin de répondre.

Clinton, avec le colérique Erdogan, veulent instaurer des zones d'exclusion aérienne sur certaines parties de la Syrie. A peine 24 heures après, le ministre yankee de la défense, un certain Panetta, déclare que cela n'est actuellement pas la priorité. Remarquez que, malgré l'opposition à 180 degrés des deux, ils en parlent comme si c'était à eux d'en décider. Bref.

Eh bien, à tous ceux-là je dis : votre guerre est « déjà » perdue. Oh, elle durera encore, assez longtemps malheureusement car vous continuerez à financer, équiper et soutenir les terroristes, vos semblables en réalité. Mais cela ne changera rien à l'affaire. La Syrie semble définitivement décidée à éradiquer vos troupes de mercenaires islamo-wahhabites et elle y parviendra. Le jour où cela arrivera, ce sera une victoire historique, contre les terroristes, bien sûr, mais surtout et avant tout contre vous. Ce sera historique car ceci marquera le début de votre déclin. Votre arrogance vous a à ce point aveuglés que vous êtes incapables d'amorcer un mouvement pour vous sortir du piège dans lequel vous vous êtes vous-mêmes enfermés. Ce sera aussi historique car la Syrie, meurtrie, en sortira malgré tout beaucoup plus forte et bien plus aguerrie. Elle sera à ce moment là prête pour vous affronter...directement. Il serait en effet tout à fait immoral que vous puissiez rester à l'écart des souffrances que vous infligez aux autres. La Syrie aura payé un lourd tribut, humain et matériel. Il serait juste qu'elle en demande réparation au criminels qui ont causé cela : vous. Et vous le ferez.

Je divague ? Non, je lis l'histoire.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, gowrié, didier burkhalter, cameron, clinton, fabius, suisse, asl, terroristes, islam

17/08/2012

La Syrie n’est plus islamique, alors qu’elle n’est déjà plus arabe

Ainsi en ont décidé quelques bédouins, réunis à la Mecque pour l'occasion. Rappelons aussi que la Ligue des Bédouins avait déjà exclue la Syrie de ses rangs il y a de cela quelques semaines déjà.

A là bonheur. Les bonnes nouvelles, pour la Syrie, s'accumulent. A commencer par les succès, militaires, psychologiques et populaires indéniable de ces trois ou quatre derniers jours.

La toute dernière, une des plus belles, est la « libération », oui, libération, par la force, de l'équipe de la télévision Al Ikhbaria, enlevée par l'ASL vendredi dernier alors qu'elle effectuait un reportage dans le quartier d'Al Tal. Un commando de l'armée syrienne, la vraie, celle de l'Etat souverain qu'est la Syrie, a « arraché » les membres de l'équipe aux voyous de l'ASL tuant au passage plusieurs chefs notables de cette dernière : Maher Ismaïl al-Tahhan, Yasser Charif al-Ahmar et Mouafaq Ismaïl al-Taleb. Voici la journaliste Yara Saleh, libérée. Elle est belle, moderne, à l'image de la Syrie que les Syriens veulent et qu'ils obtiendront, au nez et à la barbe de Clinton, Fabius et Burkhalter. N'en déplaise aussi aux plumitifs de certains torchons dont je ne citerais même plus les noms et qui n'ont même pas levé un petit doit pour condamner l'enlèvement de « leurs confrères ». Comment le faire alors que certains d'entre eux sont directement payés par le Qatar ? Au-delà, cette libération "au corps" montre un fait extrêmement important, techniquement parlant. Le retour au premier plan des services de renseignements militaires et leur efficacité légendaire. Ils sont entrés au coeur du repère des rats. Pourquoi seulement maintenant ? Parce qu'il fallait effectivement tous ces mois pour dénicher les et nettoyer tous les rats "internes" à ces services. Découvrir aussi les méthodes et le matériel de communication des terroristes. Les succès récents, en partie "chirurgicaux" en sont la preuve.

32353.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Des succès militaires aussi. Le nettoyage, mètre par mètre, de Damas et d'Alep, se poursuit. Cette nouvelle stratégie de l'armée syrienne vise surtout à s'assurer définitivement du non retour des terroristes dans les quartiers résidentiels, prenant la population de ces quartiers comme otage et causant des destructions terrifiantes. Des dizaines de « pickups » équipés de mitrailleuses lourdes furent détruits, avec leurs occupants. Les pertes en hommes des terroristes se comptent par centaines, en même temps, celles de l'armée sont minimes. L'ascendant psychologique de tout cela est indéniable.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

Dans cette vidéo, les images parlent d'elles-mêmes, on voit le résultat du nettoyage, par l'armée syrienne d'Al Tal et d'Ariha. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ? Tous ces pickups, blindés ou pas, équipés de mitrailleuses lourdes. Oops, pardon, c'est pour transporter les manifestants pacifiques.

Succès populaire, enfin. Alep, deuxième plus grande ville du pays et centre économique très important, est, comme Damas par ailleurs, restée totalement à l'abri des troubles pendant plus d'une année et demie. Pourquoi ? Pour une raison très simple : les gens ne voulaient simplement pas de cette pseudo-révolution. C'est ce qui semble ne pas avoir plu à Clinton, Fabius et Burkhalter, qui, par le truchement des Wahhabites Qataro-Saoudiens, ont envoyé leurs troupes de terroristes « libérer » la ville, de qui ? On ne sait pas. Succès populaire aussi car des comités de résistance commencent à s'organiser dans certains quartier de la ville. C'est ainsi qu'avant-hier, une attaque terroriste contre le quartier d'Al Meskana (à l'est de la ville) fut repoussée par les habitants. Le chef des terroristes, un certain Abou Hamza, a été tué.

La meilleure manière de voir l'évolution de la situation dans ce pays est de suivre Al Jazeera, Al Arabiya, ainsi que quelques une de leurs succursales ici. On voit très bien que le cœur n'y est plus. Ils n'arrivent même plus à faire passer les mensonges habituels. Leur combat sera très bientôt terminé. Et eux avec.

 

08/08/2012

Syrie : histoires ordinaires d’une "révolution" pourrie.

Jameel et Elias, prénoms réels de deux jeunes gens de 24 et 27 ans respectivement. Les deux habitent Alep et travaillent dans la proche banlieue de celle-ci dans une des nombreuses fabriques textiles qui fleurissent dans la région. Mardi 24 juillet 2012, ils se rendent, comme chaque jour sauf le dimanche mais avec un peu plus de précaution, à leur travail. A peine la zone plus ou moins sûre franchie, leur voiture est arrêtée par des révolutionnaires « pacifiques » (certainement semblables à ceux parmi lesquels M. Mabillard, journal le Temps, a effectué une « immersion » militante il y a de cela quelques mois). Ces derniers leur demandent de descendre et de monter dans leur propre véhicule.

Le lendemain, les familles des deux jeunes personnes sont contactées. On leur demande à chacune 4 millions de livres, 40'000 francs (prix actuellement pratiqué). La famille de Jameel est assez aisée, elle peut se permettre et n'hésite pas à verser la rançon. Jameel est « rendu » à sa famille, laquelle décide de quitter le pays immédiatement. Elle se trouve actuellement en Allemagne, où je me trouve aussi en ce moment et c'est le père, que j'ai rencontré, qui m'a raconté les détails de l'histoire.

Le sort d'Elias fut différent. Sa famille, assez pauvre, ne peut réunir la somme demandée. Les ravisseurs, se réclamant de l'ASL, lui adresse un ultimatum : la somme sous 24 heures où alors ils peuvent venir chercher le fils, ou plutôt les morceaux de celui-ci.

La famille est allée, le surlendemain, chercher les morceaux de jeune homme.

Voilà. La liberté et la démocratie dans leur expression la plus noble. Alors, bien sûr, nos politicards et, surtout, nos plumitifs, à l'instar de tous les autres phénomènes qui pourrissent lentement notre vie, y compris ici, vous diront qu'il ne s'agit que d'une minorité et que la majorité n'a rien à voir avec cela.

Bien sûr.

J'avais, le 25 janvier, écris un petit billet dont le titre fut, précisément : ils ne sont qu'une minorité. Je vous laisse le parcourir.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2012/01/2...

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, gowrié, mabillard, le temps, révolution, islam, asl

02/08/2012

Syrie : un « petit » quiz médiatique

Et attention, il n'y a aucun piège. Il suffit de répondre "journaliste" et vous tomberez juste. Quant à savoir lequel d'entre eux, est-ce vraiment important ?

Concentrez-vous surtout sur le magnifique style tragi-comique, mais surtout très romantique, façon révolutions du 19e siècle, de l'auteur. Comme il est drôle de constater la ressemblance frappante avec certains "articles" de notre Hebdo national.

Voici d'abord l'extrait en question :

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/29/01003-201...

« Après la préparation d'artillerie vient l'attaque. Elle est brutale. En début de matinée, samedi, des fusillades nourries éclatent dans plusieurs secteurs de l'est et du sud de la ville, où se trouvent les positions rebelles. Vers 11 heures, au quartier général des rebelles, installé dans une école du quartier de Sakhour, deux pick-up chargés de combattants arrivent en trombe. Les révolutionnaires débarquent en larmes, s'effondrent en sanglotant sur les marches de l'école. Ils sortent de la voiture le corps criblé de balles de l'un des leurs, qu'ils étreignent en pleurant. Dans la caisse du second véhicule, trois autres corps de révolutionnaires tués. Ils enroulent les corps dans des couvertures. Ils sont bientôt évacués vers les villages du nord pour des funérailles.

«On n'a même pas eu le temps de voir d'où venait l'attaque», explique un des combattants. «Les balles ont plu sur nous comme de la grêle, venues des toits et de troupes au sol.» Il montre le pistolet et la kalachnikov de l'un de ses camarades, le métal déformé par les impacts.

Dans la journée de samedi, plusieurs positions rebelles subissent des attaques du même genre. Les uns après les autres, plusieurs commandants des groupes de l'Armée syrienne libre qui ont mené l'audacieux raid vers Alep sont tués. Ces pertes sont particulièrement cuisantes pour des combattants qui manquent de chefs expérimentés et dont la cohésion est assurée par des liens familiaux ou de voisinage.

Au lieu des soldats démoralisés qui se débandaient devant eux, les rebelles se retrouvent soudain face à des troupes motivées, agressives. L'initiative et la surprise ont changé de camp. »

Le plumitif "révolutionnaire" semble regretter ces pertes chez ses amis terroristes. Et maintenant, la réponse au quiz : il s'agit de notre ami Adrien Jaulmes, ami, lui-même d'une certaine Florence Aubenas, elle aussi hôte de nos amis terroristes-révolutionnaires.

Capture.JPG

Au-delà de ces considérations d'ordre purement comique. L'article de notre ami romantique nous renseigne cependant - oui c'est possible, ils peuvent aussi informer même quant ils ne le font pas exprès- sur deux choses, essentiellement :

  1. Les mensonges, à condition que la partie lésée puisse résister un peu, ne durent qu'un moment. Ainsi, sans le vouloir, notre ami Jaulmes confirme les allégations des autorités syriennes sur les lourdes pertes subies par les terroristes.
  2. Encore plus important, le dernier paragraphe de notre conteur, parlant de soldats motivés, agressifs et volontaires. Avec, c'est le plus important, l'effet de surprise.

Je parlerai de ce dernier point dans mon billet de demain, consacré à la "grande bataille" FINALE de Damas et ce qui s'y est réellement passé.

D'ici là, je présente mes condoléances à Monsieur Jaulmes.

 

31/07/2012

Des politicards et des plumitifs

On aurait bien évidemment pu ajouter criminels, voyous et bandits de grand chemin.

Commençons par les politicards. Alors que je parcourais l'autre jour les nouvelles concernant la Syrie, je suis tombé sur une déclaration pour le moins étonnante émanant de l'Ambassadeur américain à Moscou, un certain Michael McFaul. J'ai, je l'avoue, failli tomber à la renverse : « En réalité, nous ne soutenons aucun groupe impliqué dans le conflit syrien. Nous ne sommes pas hostiles aux Syriens qui soutiennent al-Assad. Ce n'est pas notre combat. Nous plaidons pour les négociations » a-t-il dit.

220px-Michael_McFaul.jpg

http://fr.rian.ru/world/20120727/195494070.html

Pendant un moment, je me suis demandé si les différentes sources, qui d'habitude font leur marché auprès du même fournisseur (regardez pour cela les quelques torchons de chez nous et leur source, tellement digne de confiance, l'OSDH), ne se sont pas trompé de personnage. Qu'elles aient inter changé les noms du Russe et de l'Américain. Et puis, non. C'est bien le Yankee qui a fait la déclaration. Plus loin, McFaul déclarait : « En Égypte, en Tunisie et en Syrie, nous soutenons les règles du jeu et non les vainqueurs et les vaincus. Nous ne cherchons pas à déstabiliser Syrie. Nous ne voulons pas la chute de l'État syrien. Nous l'avons vu en Irak, en Somalie et dans d'autres pays. Nous partageons l'objectif du gouvernement russe: prévenir la désintégration de l'État syrien ».

Ce n'est peut-être qu'une diversion car, à moins qu'il ne prenne les autres pour des imbécile et il aurait tort de la faire, il ne reste plus que les nourrissons qui ne sachent pas encore l'ampleur de l'aide apportée par les Américains au terroristes en Syrie. Même dans ce cas, l'Amérique signe ici une défaite diplomatique, une de plus, en admettant, serait-ce un début ?, la réalité sur le terrain. Cette réalité est la suivante : l'ASL et les terroristes seront écrasés, ce malgré l'aide sans précédent apportée par les Yankees, leurs domestiques européens et les bédouins du Golfe. La réalité est que les Russes se sont définitivement engagés aux côtés des Syriens et iront jusqu'à l'affrontement, militaire, direct, s'il le faut. La réalité est que ces derniers viennent de déclarer que les sanctions et autre embargo décrétés par les Occidentaux n'ont aucune signification pour eux et que ces derniers seraient bien inspirés de ne pas songer à intercepter les navires russes se dirigeant vers la Syrie ou essayer de les inspecter.

Enfin, pour en finir avec l'attitude de la Russie, qui, selon les sources, de l'ordre de 100'000 qui se trouvent en Syrie. Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir pourquoi n'a-t-elle jamais ni appelé ni procédé à une quelconque évacuation d'aucun de ceux-ci ?

Pour ce qui est des plumitifs, la perle provient de l'AFP. A l'instar des torchons qui se fournissent auprès d'elle, l'AFP se fournit elle-même auprès de ... l'OSDH. C'est dire le sérieux et le souci d'informer qui caractérise tout ce petit monde de...l'édition libre. Bref, l'AFP vient, une année et demie après le début de la crise et après une bonne douzaine d'essais de désinformation transformés, entre autres la transformation du massacre de 120 soldats à Jisr el Shoughour en massacre de civiles, vient de lâcher une petite bombe médiatique : « une bonne partie des combattants à Alep sont des étrangers » Qu'y trouve-t-on ? La composition habituelle des touristes du Jihad : Saoudiens, Tchéchènes, Jordaniens, Égyptiens, etc.

http://www.afp.com/fr/node/359201

Tout cela en attendant que le triomphalisme affiché aux nouvelles de la « prise » d'Alep par les insurgés se transforme en pleurs sur le sort de ces mêmes insurgés qui, je vous en fais le pari, redeviendront du coup de pauvres « civiles » massacrés par l'armée du régime.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, russie, gowrié, afp, asl, insurgés, terroristes, islam, jihad, alep, mcfaul

30/07/2012

Syrie : au fait, cela m’a complètement échappé…

Point de départ, la « bataille finale » pour la libération de Damas. Qu'apprend-on ? Que les insurgés, vous pouvez aussi les appeler « rebelles », « terroristes », « Al Qaeda » ou tout ce que vous voulez, ont attaqué la capitale du « régime » pour la libérer, ainsi que le pays tout entier.

Il y a un hic, un très grand hic qui, comme d'habitude, a complètement échappé à nos plumitifs et à nos médias. Par plumitifs et médias, j'entends, d'une part, les porte-paroles de l'ASL et de l'OSDH et, d'autre part, les succursales d'Al Jazeera et Al Arabiya. Ces derniers nous apprennent qu'à Damas, « l'exode commence pour fuir la vengeance d'Assad ». Ah...ha.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Je vous prie surtout de prendre un peu de temps pour lire les commentaires sur le forum. Ceci pour vous rendre compte que la mayonnaise ne prend pas, plus. Les gens ne sont pas idiots. Ce sont en réalité les plumitifs de ces torchons qui le sont et croient pouvoir en contaminer les lecteurs.

Aidez et corrigez-moi si je me trompe. Jusqu'à la « bataille finale », lancée par les insurgés contre Damas, les habitants de la ville vivaient parfaitement normalement et aucun d'entre eux n'avait songé à « fuir ».  Avec un peu de logique, on dirait que la population fuit plutôt les...terroristes, non ? D'ailleurs, au lendemain même de l'éradication de ceux-ci, la vie a repris d'une manière totalement normale dans la capitale. Tout aussi logiquement, on dirait que les habitants sont contents de se débarrasser des « libérateurs », non ?

Voilà donc une révolution dont les gens ne veulent pas et une révolte qui les emmerde. Vous ne voulez pas vous révolter ? Et bien vous allez quand-même le faire. N'est-ce pas exactement le résumé de toutes les déclarations des Américains et de leurs domestiques européens depuis 17 mois : « Nous allons aider le peuple syrien à se libérer, même s'il ne le veut pas ».

Une révolution forcée et imposée, en quelque sorte.

La dernière trouvaille des Occidentaux est l'avertissement contre un massacre qui se préparerait à Alep. On a juste omis de nous dire le massacre de qui et par qui car l'ASL s'y emploie déjà et largement. A moins que l'on ne considère que l'offensive de l'armée d'un pays souverain contre des terroristes est désormais assimilable à un massacre. Mais passons. Quant à nos plumitifs, vous savez, les employés de torchons distribués dans des caissettes ou publiés sur certains sites, genre Bluewin.ch, par exemple, ils se gaussent depuis hier de la déclaration de Lavrov, selon eux à l'unisson avec ses "homologues" Occidentaux, selon laquelle le chef de la diplomatie russe craindrait une tragédie à Alep.

Je ne sais pas si se mentir est une sorte de thérapie contre la déprime ou alors que les plumitifs et leurs torchons, électroniques ou pas, exécutent le plan de route qui leur a été assigné par les Bédouins, mais cela importe peu. Voici la transcription complète de la déclaration de Lavrov.

« Lorsque l’opposition armée occupe des villes comme Alep, où une autre tragédie se prépare, à ce que je comprends (…) il n’est pas réaliste de compter qu’ils (le gouvernement syrien) l’accepteront« . Plus loin, il ajouta :

« Comment peut-on espérer que dans une telle situation, le gouvernement puisse simplement se résigner et dire « d’accord, je me suis trompé. Venez et renversez moi ! ». Et encore :

« Ce n’est tout simplement pas réaliste – pas parce que nous sommes attachés à ce régime – mais tout simplement parce que ça ne marche pas ! »

Ce n'est pas "tout à fait" ce que les plumitifs ont relayé.

Un jour, pas très lointain, je l'espère, le mot journaliste entrera dans le dictionnaire en tant que synonyme de : juron.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, gowrié, asl, révolution, islamisme, damas, alep, le figaro, médias, plumitifs

28/07/2012

Nouvelles du front (du printemps arabe) : modernité, Ramadan et restaurants fermés

Tout cela a commencé en Tunisie où un pauvre vendeur ambulant sans le sou s'immola pour protester contre les exactions que les forces de l'ordre lui faisaient subir. On apprend aujourd'hui que sa maman vient d'être condamnée à six mois de prison, avec sursis, pour avoir, dit-on, élevé la voix sur le juge qui devait décider de l'allocation pour « martyres » à laquelle elle aurait droit. Mais ce n'est peut-être pas le plus important dans l'affaire tunisienne. Certains, une infime minorité dont, heureusement, je fais partie, avaient dès le départ prévu l'issue de la « révolution ». La majorité « ignorante » en revanche, a applaudi des deux mains et prévu un avenir radieux pour le pays, entre parenthèses fleuron et joyau de la modernité et la laïcité jusqu'à très récemment. Et bien ça y est, on y est. On apprend aujourd'hui que les autorités « modernisantes » du pays viennent d'imposer aux restaurants des heures d'ouverture spécifiques pendant le Ramadan. Le Ramadan est le mois où les musulmans jeûnent pour respecter l'un des cinq « piliers » de l'Islam. On se croirait en pays Wahhabite, Arabie Saoudite.

C'est tout de même ahurissant ce décalage systématique et permanent entre les prétentions frénétiques des Ramadan et autre Ouardiri, les prédicateurs, et la réalité. « Il n'y a pas de contrainte dans la religion », c'est leur crédo. Ceci ne doit cependant pas empêcher les « gardiens » de la religion de donner aux croyants « un petit coup de main » afin que ceux-ci respectent scrupuleusement et malgré eux, les precepts de la religion.

Mais bon, que pouvions-nous attendre d'une « révolution » fomentée et financée par des Wahhabites contestant aux femmes même le droit de conduire une voiture. Ce n'est pas trop grave. Les doux rêveurs nous diront qu'il fallut presque deux siècles pour que la révolution française déploie ses effets. Eh bien cela promet.

Rendez-vous en 2211.

En Syrie, les drapeaux des Wahhabites, vous savez, là où certains de nos plumitifs sont allés effectuer des « immersions » au cœur de la « révolte pacifique », commencent à fleurir par ci par là. A la plus grande joie de Clinton, Rice, Hollande, Fabius et...Burkhlater, prénommé Didier.

Toujours en Syrie, la toute dernière trouvaille de nos plumitifs et politicards consiste à « craindre » un nouveau massacre à Alep. Ben voyons.

Résumons un peu. Il y a de cela quelque jours, on titrait triomphalement, presque dans tous les torchons publiés dans nos contrées, que l'ASL aurait investi la presque totalité d'Alep. Aujourd'hui, on craint un massacre. Mais de qui en réalité ? Ce que les torchons ne nous disent pas est que des massacres il y a déjà eu. Ce sont leurs protégés, les terroristes de l'ASL qui les ont commis. Ces dernier viennent, ce n'est pas la première fois, de « capturer » une centaine de pauvres gens « soupçonnés » d'être à la solde du régime. On peut d'ores et déjà imaginer le sort qui leur sera réservé.

http://www.youtube.com/watch?v=3_j1eJ3RLEQ&feature=pl...

100 soldats capturés.JPG

Comme vous pouvez le constater, tout cela paraît tout à fait crédible. Ils ont vraiment la tête de terribles soldats du régime.

Leur sort ne sera en tout cas pas différent de celui que vous voyez dans la vidéo qui suit (où les gentils révolutionnaires trainent, à Yabroud, petite localité proche de Damas et alors qu'il est encore vivant, un pauvre homme soupçonné d'être pro-régime).

Alors, si par massacre les Occidentaux craignent celui des terroristes, cela ne pourrait qu'être réjouissant.

Enfin, nous apprenons qu'un journaliste néerlandais qui a été enelvé par de "gentils manifestants pacifiques", chers à certains de nos plumitifs travaillant pour des journaux jadis de référence, Le Temps, vient d'être libéré. Voici ce qu'il raconte à TV5 Monde, qu'on ne peut pas soupçonner d'être "pro Assad". Il Paraît qu'il n'y a vu que des Jihaddistes étrangers. Inutile de dire que cette information a dû échapper à nos médias. C'est certainement un hasard. n'est-ce pas, Monsieur Mabillard ?

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Syr...

13:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Tags : printemps rabe, tunisie, gowrié, usa, asl, ramadan, ouardiri, jeûne, islam

27/07/2012

Rebelles kurdes VS rebelles ASL

Allons-y.

Ainsi, nous apprenons, jeudi 26 juillet 2012, que le bouillant Erdogan menace (décidément, cela devient un toc, à moins que ce ne soit un tic) la Syrie d'intervenir « directement sur son territoire » pour pourchasser et éliminer les rebelles du PKK qui séviraient à partir de ce territoire, précisément.

Pour corser l'affaire, la Turquie accuse la Syrie de « sous traiter » la lutte contre l'ASL avec le PKK (vous verrez, vous allez vous perdre avec toutes ces abréviations).

Turquie/PKK, Syrie/ASL... il y a comme quelque chose qui, comment dire, ne joue pas, ou plutôt qui joue complètement.

Le PKK est pour la Turquie une organisation terroriste qui menace la sécurité nationale et l'intégrité du pays.

L'ASL est, pour la Syrie, une organisation terroriste, constituée au surplus d'éléments étrangers (Afghans, Égyptiens, Jordaniens, Saoudiens, Qataris, Koweitiens, etc.) qui menace la sécurité nationale et l'intégrité du pays.

Le PKK se considère comme une organisation qui défend les intérêts légitimes du peuple kurde contre l'oppression, sanguinaire, du « régime » turque.

L'ASL se considère comme une organisation qui défend les intérêts légitimes du peuple syrien contre l'oppression, sanguinaire, du « régime » de Damas.

Dès lors, la Turquie s'arroge le droit, pour sauvegarder sa sécurité nationale et défendre l'intégrité de son territoire, de combattre les « rebelles PKK » y compris à l'intérieur du territoire syrien, où ils s'abritent.

Dès lors, la Syrie s'arroge le droit, pour sauvegarder sa sécurité nationale et défendre l'intégrité de son territoire, de combattre les « rebelles ASL » y compris à l'intérieur du territoire turque, où ils s'abritent. Là, je sens que ça ne joue plus. N'est-ce pas, Monsieur Erdogan ?

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : turquie, syrie, gowrié, erdogan, pkk, asl, kurdes

26/07/2012

Lavrov : USA & terroristes, même combat


Lire la suite

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (34) | Tags : russie, syrie, gowrié, asl, usa, france, occident, islamisme, terrorisme

24/07/2012

Les terroristes « libérateurs » de Midane écrasés par l’Armée Nationale Syrienne

Exactement comme prévu dans mon précédent billet, ce sont les mêmes qui jubilaient à l'annonce, largement médiatisée, de l'assaut final sur Damas, prévoyant la chute de la capitale et du régime avec, qui se mettent à pleurer maintenant à l'annonce, bien moins médiatisée, de l'écrasement TOTAL des terroristes à Midane, quartier emblématique de Damas. Cette fois-ci, les pertes « civiles » furent, fait marquant, minimes. La rapidité, contrairement à ce qui s'est passé à Homs, avec laquelle les unités armées sont venues à bout des combattants insurgés est vraiment étonnante. En effet, pour la première fois depuis le début de la crise syrienne, l'armée envoie au "combat" certaines de ses unités spéciales. D'où l'écrasement spectaculaire des insurgés, les pertes pratiquement inexistantes de l'armée ainsi que des pertes "civiles" pratiquement inexistantes.

Voici une vidéo montrant une partie des pertes chez les insurgés. Comme nous pouvons le constater, ils n'ont d'insurgés que le nom, et encore. Car, comme la vidéo le montre, les terroristes en question sont envoyés par les "frères" arabes.

Certaines images, montrant des terroristes morts, peuvent être choquantes.

http://www.youtube.com/watch?v=uf7y6zqdOPU&feature=yo...

Du coup, nos médias, si prompts à relayer les exploits de l'ASL (on rappelle qu'il s'agissait de la bataille pour la libération de Damas) sont restés TOTALEMENT silencieux aux nouvelles de la "libération" de Damas, des insurgés.

A propos de médias, on apprend que les compagnies satellitaires Arabsat et Nilesat ont arrêté la diffusion de la chaîne Syrienne Addounia et ceci arrive après une décision similaire des Européens et des Américains. Addounia étant, selon eux, un instrument de propagande aux mains du régime. Waooo. Contrairement à qui ? A Al Jazeera, Al Arabiya, Fox News, CNN, France Info, RTS, Le Temps, Le Courrier, l'Hebdo, La liberté, AFP, France 24 et d'autres, par exemple ?

Qu'avons-nous découvert à Midane ? En dehors des terroristes tués, l'Armée Nationale Syrienne en capturé des dizaines, qui seront certainement extrêmement utiles par la suite et mis la main à des quantités ahurissantes d'armes de toutes sortes. Un nombre important de terroristes est originaire des pays « frères » : Saoudiens, Qataris, Libyens, Égyptiens, Jordaniens, Somaliens et même Soudanais.  Manifestement, l'Armée, il était temps, commence prendre la mesure des voyous. Je n'ai jamais prétendu que cette guerre, car c'est de cela dont il s'agit, sera facile. Il n'a jamais été facile, même pour les armées les mieux équipées et les plus entrainées au monde de venir à bout de terroristes disséminés parmi la population, qu'ils prennent en otages, dans des quartiers très densément habités. On sait tous qu'un seul terroriste peut tenir une rue pendant des heures voir des jours. La guerre sera donc longue, dure et douloureuse. Les terroristes ne reculeront devant aucune atrocité. Est-ce moi qui le dis ? Non, ce sont les médias « atlantistes » qui ne peuvent plus NE PAS le dire.

C'est ainsi que le Figaro nous apprend que les amis « pacifiques » de nos plumitifs, souvent nommément cités dans mes billets, ont découpé les bras et les jambes d'un colonel de l'armée alors qu'il était encore vivant.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Ceci mettra du baume au coeur des naïfs qui, de temps à autres, m'écrivent pour me parler de la bonté certaine des défenseurs de la liberté qui luttent contre un régime sanguinaire.

Mais bon. Que pouvons-nous attendre de voyous et de criminels ayant appris leurs leçons dans les écoles des salafistes Saoudiens et Qataris et dont l'entrainement et l'armement sont assurés par Fabius, Cameron, Clinton et...Didier Burkhalter.

 

23/07/2012

Syrie : la guerre par procuration, ou le lamentable combat de nos médias

Je dois vous dire que le sujet d'une partie de ce billet m'a été indirectement suggéré par le commentaire, comme toujours très pertinent, d'un de mes lecteurs assidus, Chamaco. Celui-ci relevait la contradiction essentielle de nos médias depuis le début de ce conflit, car c'est comme cela qu'il faut le nommer : une succession autant insupportable que navrante et abjecte de pleurs suivis de triomphalisme. Il relève aussi que 7sur7 belga.be, parlant des « combats » se déroulant à Damas, a succombé, par le truchement de l'AFP, à une de ces contradictions en précisant que l'ASL est constitué de déserteurs et de civils armés.

Voici d'abord l'article en question :

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1471...

Il faut maintenant s'entendre sur l'expression de « civil armé ». Selon le Robert, un civil serait quelqu'un qui n'est ni militaire, ni religieux. Un militaire étant, selon le même dictionnaire quelqu'un qui est armé, un civil ne peut dès lors pas être armé, CQFD. Sauf que, ici, nous avons affaire à des plumitifs du genre de Vannay, Hammouche, Mabillard, Vallélian, Malbrunot, etc., et des papyrus du genre Le Figaro, Libération, Le Monde, Le Temps, TDG, Le Matin et d'autres, des politicards tels que Clinton et des domestiques du genre Juppé, Hollande, Fabius, Cameron et d'autres (mon chauvinisme m'interdit de parler des nôtres, encore plus serviles) qui continuent à nous parler de répression menée par le régime contre des civils.

Pour ce qui est des contradictions, relevons aussi la simultanéité du triomphalisme, aux nouvelles des succès supposés de l'ASL, et de la désolation, colère et pleurs, lorsque cette même ASL (constituée, selon l'AFP de déserteurs et de « civils » armés) se fait écraser. Mieux, dans ce dernier cas, elle, l'ASL,Libération ASL à Alep.jpg redevient, comme par miracle, constituée uniquement de civils désarmés manifestant pour la liberté et la démocratie.

C'est ainsi que, alors qu'ils jubilaient aux nouvelles de « l'assaut final » de l'ASL pour la libération de Damas, les mêmes plumitifs pleuraient le sort des combattants (pacifiques et désarmés) de l'ASL (constituée de déserteurs et de civils armés) qui vont « combattre jusqu'au bout ». Cette foi, c'est le registre David contre Goliath que Libération nous joue. Moi qui croyais que c'est l'assaut final et que l'armée régulière sera écrasée en 48 heures.

Dans la vie, je ne vous apprends rien, il faut choisir. Il semblerait que les plumitifs,. Torchons et politicards précédemment mentionnés aient de la peine à le faire. Leur schizophrénie allant jusqu'à traiter des terroristes armés de manifestants pacifiques.

Revenons, pour finir, aux derniers événements de Damas. Pour résumer, l'ASL, constituée d'éléments pacifiques luttant pour la liberté, contrôlerait, pacifiquement, deux à trois quartiers de Damas où l'armée régulière, forte de chars, d'hélicoptères, de mitrailleuses lourdes et d'autres engins de guerre, ne peut plus pénétrer. D'où les réjouissances « médiatiques » à peine dissimulées des torchons du coin. Bien.

Gardons cela en tête, car d'ici quelques jours, l'ASL et ses combattants se feront écrasés à Damas et ailleurs.

Vous verrez, ils redeviendront, comme par miracle, de pauvres manifestants pacifiques et « civils » se faisant réprimés par un régime sanguinaire.

Vous vous demanderez certainement pourquoi j'ai intitulé ce billet "guerre par procuration". La raison en est simple. Les pays occidentaux ne feront jamais la guerre à la Syrie car ce qu'ils souhaitent, c'est une guerre à la libyenne. Rappelons-nous ce qui s'est réellement passé en Libye, les choses en deviendront bien plus claires. Au début, les Occidentaux se sont appuyés sur les "insurgés", leur fournissant armes et aide logistique. Ce n'est qu'au moment où les troupes de Khaddafhi sont presque arrivées à Benghazi, écrasant tout sur leur passage, que les Occidentaux ont commencé à larguer leurs bombes. C'est exactement ce qu'ils essayent de faire en Syrie, en mettant des moyens énormes à la diposition des rebelles et des terroristes. C'est cela la guerre par procuration.

 

 

18/07/2012

Une excellente leçon de journalisme…pour certains journaleux

De ce fait, je me contenterais « presque » de la reproduire. Il s'agit de l'article/étude qu'un « vrai » journaliste (comme les Anglo-Saxons savent en produire parfois) a fait sur ce rassemblement de traitres professionnels qu'est le CNS (Conseil Nationale Syrien). Il y parle aussi de ses « confrères », pour autant que l'on puisse qualifier ainsi les plumitifs de certains de nos médias, s'étonnant de l'absence totale d'une quelconque curiosité de leur part quant notamment aux sources d'informations qu'ils diffusent. Ce surtout concernant l'officine de Manchester qu'est l'OSDH.

Voici d'abord le compte rendu de l'article relayé par plusieurs sources, sauf, bien évidemment, nos plumitifs.

http://www.infosyrie.fr/re-information/the-guardian/

http://www.alterinfo.net/notes/Syrie-Qui-sont-les-experts...

http://www1.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=71429&...

http://www.lameduse.ch/2012/07/14/qui-alimente-linformati...

Et voici l'article original, en anglais, bien sûr. Histoire de présenter « toujours » ses sources.

http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2012/jul/12/syria...

Voici donc la source « unique » d'information derrière laquelle se cachent nos médias et nos « journalistes ». Il ne leur est jamais venu à l'idée d'aller voir, histoire de vérifier.

Tout à fait sur un autre registre, le nombre de torchons dont les plumitifs retournent leur veste ne cesse de croître, au gré de l'écrasement progressif mais certain des terroristes. C'est ainsi que même Le Figaro, avec la plume, tiens tiens, d'un certain Georges Malbrunot, qui écrit que « ses troupes (de Bachar El Assad) ont écrasé les rebelles à Douma (près de Damas), bombardé pour la première fois jeudi un quartier de la capitale, Kfar Sousseh, et lancé le même jour une offensive meurtrière contre Tremseh, ville sunnite de la province de Hama, causant la mort de plus de cent insurgés ». Le Figaro donne d'autres exemples : « À 200 km à l'ouest, la ville de Rastane, tenue depuis février par les rebelles, était elle aussi pilonnée, tandis qu'un peu plus au nord, les forces armées prenaient d'assaut les villages de Jreires et Maarzaf et bombardaient la localité de Qalet al-Madiq ». A titre de rappel, c'est ce même Malbrunot qui, il y a de cela à peine une semaine, nous parlait de « l'ascension irresistible de l'ASL ». A bientôt...Malbrunot.

Le Même Malbrunot nous livre les « confidences » d'un général syrien : « on va passer la rébellion à la moulinette. Cela fait des mois que nous attendons l'ordre ».

Voilà, aussi, ce qu'en dit le Figaro

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/15/01003-201...

Je vous parlerais demain des deux dernières gifles que les Russes viennent d'infliger aux nains de France et de navarre.

17/07/2012

En Syrie, boucliers humain, enfants soldats, otages civils et atrocités : c’est l’œuvre de l’ASL

Ainsi, petit à petit et à mesure que les médias commencent un à un à retourner leurs vestes, les vérités commencent, elles aussi, à sortir au grand jour. Comme d'habitude, ce n'est pas moi qui le dis mais les médias que j'ai l'habitude d'accuser. On découvre ainsi, c'est en partie TF1 qui le confirme, que l'ASL et les « rebelles » de Homs, manifestants pacifiques pour MM. Boris Mabillard et Gaëtan Vannay, utilisent des enfants pour combattre, mais aussi  des boucliers humains, plus de 800 civils retenus à Homs, tout en lançant des raids et des actions terroristes contre les forces de l'ordre, les civils, soupçonnés d'être pro gouvernement et commettent des massacres atroces par ci par là avec pour but d'en accuser les forces de sécurité syrienne. Houla en est l'exemple le plus atroce.

Voici le lien vers le reportage de TF1

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&...

La RTS, dont je salue ici le réveil partiel « très tardif », vient, elle aussi, de nous faire cadeau d'un sujet où l'on découvre que beaucoup d'images ont été manipulées, voire fabriquées. Où l'on découvre aussi, c'est un spécialiste du monde arabe qui le confirme, que les rebelles tournent eux-mêmes ces images et les font parvenir à nos médias dans l'espoir de détourner l'opinion publique. Encore mieux, la représentante d'Amnesty International nous fait des déclarations extraordinaires sur les atrocités commises par les Rebelles « pacifiques de Monsieur Mabillard » : exécutions sommaires, tortures, kidnapping de civils, meurtres, etc.

Voici aussi le lien vers le sujet en question

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/4137008-syrie-...

A ce propos, je dois surtout saluer le travail du journaliste qui a réalisé le sujet, Monsieur Olivier Kohler. Je sais aussi qu'il a dû batailler pour que la RTS accepte de passer, ne serait-ce que pour cette fois, certaines images que j'ai moi-même fournies. Notamment celles de ce pauvre homme, père de famille de la ville de Nabek, soupçonné de sympathie envers le régime. Des dizaines de telles images ont été envoyées à la RTS, c'est la première fois qu'elle en diffuse. On peut comprendre la gêne de ses responsables après plus d'une année et demie d'acharnement pro rebelles. Je salue doublement M. Kohler d'avoir très clairement parlé du rôle direct joué par les monarchies pétrolières dans ce conflit. Je salue beaucoup moins Certains de ses confrères, souvent cités dans mes billets, pour continuer à se ranger aux côtés des terroristes et des monarchies pétrolières.

Voici aussi, alors même que le CPI vient, pour la première fois depuis qu'il a été institué, de condamner Thomas Lubanga à 14 ans de prisons pour le recrutement d'enfants soldats, que l'ONU nous informe avoir pris connaissance de l'utilisation d'enfants soldats chez l'ASL (Armée Syrienne Libre, qui combat pour la démocratie et la liberté).

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/03/27/97001-201203...

Et voici que mêmCapture 12.JPGe l'AFP diffuse, sans que le moindre doute puisse subsister, comment des enfants d'à peine une dizaine d'années sont enrôlés dans l'ASL, au sein duquel un journaliste du Temps, jadis journal de référence, souvent cité dans mes billets, a effectué une immersion de 17 jours sans que son aveuglement partisan lui ait permis de remarquer quoi que ce soit.

http://www.youtube.com/watch?v=ZU31oJLW9TY&feature=yo...

Comme je l'ai déjà mentionné à plusieurs reprises, la stratégie était claire au départ : tout faire pour que le régime syrien s'écroule en quelques semaines. Des moyens, notamment médiatiques, énormes furent mis en œuvre pour atteindre ce but. Comme dans d'autres cas, Timisoara, Irak, Libye, Kosovo, etc. il importe peu que la vérité éclate après. Ce sera trop tard. Il s'agissait, dès lors, pour les Syriens de tenir bon. Ça leur a malheureusement pris plus d'une année et demie. C'est dire les moyens mis en œuvre par les ennemis du pays. Car, cela n'aura échappé à personne, de spontanée et pacifique, la « rébellion » syrienne n'en a que le nom et encore, seulement dans les esprits de certains de nos journalistes dans les noms sont régulièrement cités dans mes billets.