24/12/2016

Alep "libérée" et ses CHRETIENS fêtent Noël

Joyeux Noël à eux.

Lire la suite

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rts, alep, syrie, obama, hollane, islam, islamisme

30/07/2013

ATS et Swisscom : quelques corrections.

Swisscom a un portail internet : "bluewin.ch". On y trouve des informations diverses et variées. Parmi celles-ci, certaines concernent la Syrie, estampillées ATS, une agence d'information essayant de ressembler à l'AFP, essayant elle-même de ressembler à on ne sait qui.

Pour ce qui de la Syrie et malgré deux ans et demi de mensonges qui ne convainquent plus personne, l'ATS continuent envers et contre tout à se cacher derrière l'éternel OSDH (qu'ils appellent Observatoire Syrien des Droits de l'Homme) en insistant, à chacun de leurs "articles" (comprenez qu'il y a un journaliste derrière) qu'il (l'OSDH) s'appuie sur un réseau de "200" militants en Syrie. Ce chiffre, comme l'imbécilité de certains (en nombre croissant) porteurs de cartes de presse, n'a pas varié depuis le début du "conflit".

On se demande (question idiote, bien évidemment) par quel miracle divin (ou plutôt journalistique) ces "militants", au cœur du conflit (puisque, selon l'ATS, rapportant de "l'intérieur")  arrivent "comme ça" à s'en sortir sans une seule égratignure alors qu'autour eux, les autres tombent comme des mouches. Mais passons.

Hier, 29 juillet, l'ATS nous livre un article intitulé "Syrie : nouveau succès du régime qui prend un quartier de Homs". Inutile de s'attarder sur le ton de "regret" qui colorie l'article en question. Prenons plutôt quelques morceaux choisis dont la saveur n'a d'égal que le professionnalisme et la déontologie, à jamais perdus, de leurs auteurs.

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/139,860708/Syrie__nouv...

C'est ainsi que ceux-ci n'ont pas oublié de rappeler que la conquête d'Alkhaldiyé fait suite à celle d'Al Qousseir, un mois auparavant, laquelle s'est faite grâce à l'appui "vital" du Hezbollah libanais. Et après avoir prédit le contrôle total de Homs, le "journaleux" a remis une couche en expliquant que, comme à Al Qousseir, l'armée a bénéficié du "soutien du Hezbollah, allié indéfectible du pouvoir dans sa guerre contre les rebelles". Il n'a pas oublié de nous rappeler aussi la prise, par l'armée du "régime" de Baba Amr après une offensive qui a fait des "centaines de morts". On ne sait en revanche pas si ce sont les "200 militants" de l'OSDH qui les ont comptés.

L'article continue et le plumitif nous y raconte la prise "par l'armée du régime" de la mosquée Khaled Ben Walid, "haut lieu de la révolte contre le régime". C'est là que le journalisme atteint la perfection de la contre-information.

On ne sait effectivement toujours pas si c'est le réseau des 200 informateurs qui a constaté la chose, mais l'ATS nous parle de cette prise après que les force du régime ont "détruit le mausolée de Ben Walid" dont la mosquée et le quartier en question tirent le nom. Laquelle mosquée "était un symbole de la révolte contre le régime. Les manifestants avaient pour habitude d'en sortir en masse pour défiler contre le pouvoir". Le plumitif oublie juste de dire que la mosquée en question était ni plus ni moins que le QG des terroristes dont il fait l'éloge. Qu'il contenait le centre de commandement et de communication et que les armes, les munitions et les moyens de communication des terroristes y étaient stockés.

C'est certainement la faute des 200 informateurs de l'OSDH d'avoir omis de le signaler.

Alors, Messieurs les plumitifs, pour vous aider un peu dans vos efforts de transmettre la "vérité" aux pauvres imbéciles que sont vos lecteurs, voici le récit, par l'image et sans commentaires, de l'horrible massacre de 51 militaires et une centaine de civiles, exécutés le 27 juillet sommairement d'une balle la tête et une autre dans la poitrine, pour être ensuite partiellement brûlés par les manifestants pacifiques dont vous vous faites les porte-paroles depuis plus de deux ans.

Les images sont dures, très dures, N'ouvrez-pas le lien si vous vous sentez incapables de dormir après.

http://www.youtube.com/watch?v=suI6UV59fCs

L'ATS a, bien évidemment, ignoré la "nouvelle". Les 200 informateurs étaient certainement occupés ailleurs. Il est à préciser que cela se passe après que les victimes se sont "rendus" aux assaillants. Ces derniers les ayant assurés, après une journée de "négociations" qu'ils seraient désarmés et "rendus" à leurs familles.

La RTS, notre télévision nationale à redevance, a fait de même.

Le Temps, grand journal au combien sérieux, pareil.

La TDG, Hebdo, Liberté, etc., pareil.

Le Conseil Fédéral du pays dépositaire de la charte des droits de l'homme, pareil.

Le DFAE, même chose.

La Croix Rouge Suisse, pareil.

Le Conseil des nations-Unis pour les droits de l'homme, quai Wilson à Genève, pareil.

Le Conseil de Sécurité des Nations-Unis, pareil.

Tous étaient certainement occupés à proclamer (comme l'auteur du film de l'exploit) : vive le terrorisme et...Allah Akbar.

Demain, si le responsable de ce blogosphère ne décide pas, très démocratiquement, de faire disparaître mon blog (il a la sensibilité très à fleur de peau lorsqu'il s'agit de ses "confrères"), je tirerai mes conclusions, en 5 ou six lignes.

A demain, donc. Peut-être.

10/06/2013

Les habitants de Qousseir reviennent chez eux

Ce qui veut dire qu’ils l'avaient auparavant quitté. On se demande pourquoi alors que les terroristes d’Al Nosra les avaient « libérés » du joug du régime syrien. Curieux masochistes que ces habitants qui quittent leurs « libérateurs » et reviennent sous leur « tyran » de toujours. Les plus étonnés seront toujours les plumitifs de nos medias qui ne manqueront certainement pas de relayer les faits.

Ainsi, les rats de Qousseir ont quitté leurs trous, au propre. Car ces bestioles malfaisantes vivaient terrées dans leurs tunnels et n’en sortaient que pour semer la terreur, sauf, peut-être, pour Edith Bouvier, qui semble avoir pris du bon temps en compagnie de ces mêmes terroristes, dans les mêmes trous. C'est aussi dans ces mêmes trous que des officiers "Occidentaux", Turques et Qataris auraient été capturés par les soldats de l'Armée Nationale Syrienne. Enfin, les médias israéliens ont affirmé qu'une petite dizaine de "rebelles" blessés ont été transportés pour être soignés dans les hôpitaux en Israël. Il s'agirait plutôt d'agents infiltrés (Israéliens ou pas, on n'est pas encore sûrs).

C’est maintenant le tour des rats d’Alep. Alep fut épargnée par les troubles « libérateurs » jusqu’au 22 juillet 2012, très précisément. Surpris du manque de soif de liberté et démocratie des Aleppins, les terroristes d’Al Nosra ont décidé de les libérer « malgré eux ». Et, comme partout ailleurs alors que personne ne leur a rien demandé, ils sont entrés dans les quartiers et les maisons, dont il ont chassé les habitants, pour en faire des repères…de rats. Ils y laisseront bientôt leurs misérables vies, aux mains des Hourries de leur paradis immonde.

Voici, pour la TDG, La Liberté, l’Hebdo, Le Temps et quelques autres, de quoi célébrer les exploits récents de leur « amis » démocrates, dans les rues d’Alep.

La nouvelle est relayée par…l’OSDH. Histoire de citer les mêmes « sources » que les « professionnels » précités. Il s’agit d’un garçon d’une quinzaine d’années, vendeur de café à la sauvette. Le texte dit que « des hommes, parlant l’arabe littéraire (ce qui présuppose une origine étrangère) ont entendu le pauvre gamin, de 15 ans, dire : même si Mahomet revenait (descendait), je ne te prêterais pas. Des hommes d’une « Katiba » (brigade de jihadistes) l’ont entendu, emmené avec eux pour revenir, quelque temps après, traces de flagellation sur le corps du petit disant à l’attroupement, où se trouvaient aussi le père et la mère de l’enfant : voici comment finissent les mécréants. Ils ont abattu le garçon de deux balles, dont une dans la gorge, devant ses parents. Des personnes assistant à la scène ont déclaré qu’un poste de sécurité appartenant au « comité de la Charia » n’a rien fait pour empêcher la tuerie ».

http://www.syriahr.com/index.php?option=com_news&nid=...

421589_548817571823535_1921842725_n.jpg


09:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, jihad, islam, terrorisme, terroristes, gowrié, alep, al nosra, tdg, le temps, la liberté, l'hebdo

28/09/2012

Rebelles jihadistes en Syrie : et maitenant, c'est la RTS

Ce n'est pas cette note là que je devais publier aujourd'hui. Il se trouve que la RTS, télévision publique à redevance, qui s'est donnée pour mission, malgré l'article 93 de la Constitution, de promouvoir la cause des Jihadistes Islamistes. Du coup, je re-publie la note d'avant hier car la RTS a, précisément, décidé aujourd'hui de promouvoir l'histoire du même jihadiste, armé, comme le montre le reportage, jusqu'aux dents. Ce dernier a bien pris soin, certainement sous les conseils du journaliste, de dire qu'il ne faisait pas le Jihad. Il se trouve que, malheureusement pour lui et le journaliste, il avait déjà déclaré appartenir à la brigade "d'Ansar el Islam". Branche d'Al Qaeda prônant une application pure et dure de la Charia.

Voici le reportage de la RTS.

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/#/video/info/j...

Vous pouvez ensuite lire le corps du texte.

Lire la suite

26/09/2012

Sale temps pour les prévisionnistes.

J’attendais d’être sûr que l’été est bien loin avant d’écrire ce billet. Nous sommes donc le 25 septembre, l’automne est « officiellement » là depuis le 21 et le temps, très maussade, d’aujourd’hui est parfait pour le confirmer.

Allez, commençons par un locataire amovible des « invités » de ce blogosphère, qui se présente comme philosophe et…professeur d’université, pauvres étudiants. J’ai beaucoup hésité mais finalement décidé à lui faire la pub. Je ne recommencerais plus après.

Des prévisions comme celles de son, certainement, ami Alain Minc, qui changent au gré des déclarations de X ou Y. Voici Poutine qui dit que le gouvernement syrien doit répondre aux aspirations de la population et notre prévisionniste qui voit le régime lâché par Mouscou. Clinton qui croit qu’Assad est fini et le prévisionniste qui voit les Marines à Damas en quelques jours, etc. Il a prévu que l’année 2012 sera celle de DSK, que la GB allait envahir l’Iran suite à l’attaque, par des étudiants, de son Ambassade à Téhéran, qu’Israël allait dépêcher une division au Golan pour « fixer » toute l’armée syrienne, que :

  1. Bachar el Assad ne passera pas l’été (d’où l’introduction de mon billet) http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/07/la-syrie-l...
  2. Que la bataille de Damas signait la fin du régime http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/17/la-bataill...
  3. Que les jours du régime sont comptés http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/19/rumeurs-de...
  4. Qu’Assad ne pourra plus reconquérir Damas, qu’il quittera pour Lattaquié http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/07/21/questions-...
  5. Qu’une zone d’exclusion aérienne est pratiquement établie et que la partie pour Bachar est finie  http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/08/12/une-zone-d...
  6. et que…fichtre, il prévoit maintenant qu’Assad pourrait finir par l’emporter. Si cette prévision suit le même chemin que toutes celles qui l’ont précédée, c’en sera effectivement fini pour Bachar el Assad. http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2012/09/19/titre-de-l...
  7. Remarquez, pour quelqu’un qui a prévu que l’événement de l’année sera le retour et la réhabilitation de DSK, ami de Dodo la Saumure..Que le même DSK reste le « meilleur espoir pour la France ».    http://mrhayoun.blog.tdg.ch/archive/2011/12/28/l-evenemen...

Un peu de lucidité tout de même. Avec d’autres, il constate qu’il n’y a pratiquement plus de défections dans l’armée, plus rien non plus dans la classe politique. Je vais l’aider un peu. Je ne crois pas du tout que la cause en est que la mauvaise graine s’en est allée et ne restent que les fidèles. Cela ne m’empêche pas d’être très pessimiste, pour les amis de Didier Burkhalter et Laurent Fabius, bien sûr. Les défections ont duré le temps que certains…y croyaient encore. L’arrêt de celles-ci signifie une seule chose : ceux qui en auraient envie n’y croient plus. C’est cela même qui est rassurant et préfigure l’issu de la crise.

En France, il y a le CNRS, Centre national de Recherche Scientifique, où on trouve tout et, surtout, n’importe quoi. On y conduit toutes sortes de « recherches ». L’autre jour, sur France Info, tiens, un CNRS’ist, esquissait le tableau de « l’après Bachar ». Ceci signifie que cela est une « donnée » : « quoi qu’il arrive, ce régime ne peut pas rester ». Admettons.

Il y a tout de même quelque chose qui m’échappe : en admettant qu’il s’agit d’une « guerre ». En admettant même que cette guerre est conduite par le régime. Que se passerait-il si, selon toute probabilité, le régime l’emportait ? Didier Burkhalter deviendra rouge de colère mais comment obligera-t-il Assad, le vainqueur, à partir ?

Voyons maintenant, pour finir, la signification des derniers développements, très riches d’enseignements, « sur le terrain ».

Coup sur coup, on apprend que :

L’armée jordanienne a arrêté un groupe entier de…rebelles syriens, après un bref échange de tirs. On apprend aussi qu’une bande de l’ASL est entrés en territoire libanais et a attaqué ! un poste de la police libanaise. Enfin, la même ASL vient de déclarer qu’elle « a transféré » son commandement de la Turquie en Syrie.

Conclusions : on y croit plus à l’intérieur, à l’extérieur (hors Fabius, Hamad et Burkhalter) non plus. La Turquie, grande ennemie de la Syrie, semble même vouloir se débarrasser du boulet que la France et les USA lui ont imposé. Ils mourront en martyre, les armes à la main, comme ils l’ont voulu. Et ils iront rejoindre leurs 72 Hourries, promises à tout jihadiste digne de ce non, au paradis.

Le résident des Hôpitaux Universitaires de Genève l’a échappé belle.

31/07/2012

Des politicards et des plumitifs

On aurait bien évidemment pu ajouter criminels, voyous et bandits de grand chemin.

Commençons par les politicards. Alors que je parcourais l'autre jour les nouvelles concernant la Syrie, je suis tombé sur une déclaration pour le moins étonnante émanant de l'Ambassadeur américain à Moscou, un certain Michael McFaul. J'ai, je l'avoue, failli tomber à la renverse : « En réalité, nous ne soutenons aucun groupe impliqué dans le conflit syrien. Nous ne sommes pas hostiles aux Syriens qui soutiennent al-Assad. Ce n'est pas notre combat. Nous plaidons pour les négociations » a-t-il dit.

220px-Michael_McFaul.jpg

http://fr.rian.ru/world/20120727/195494070.html

Pendant un moment, je me suis demandé si les différentes sources, qui d'habitude font leur marché auprès du même fournisseur (regardez pour cela les quelques torchons de chez nous et leur source, tellement digne de confiance, l'OSDH), ne se sont pas trompé de personnage. Qu'elles aient inter changé les noms du Russe et de l'Américain. Et puis, non. C'est bien le Yankee qui a fait la déclaration. Plus loin, McFaul déclarait : « En Égypte, en Tunisie et en Syrie, nous soutenons les règles du jeu et non les vainqueurs et les vaincus. Nous ne cherchons pas à déstabiliser Syrie. Nous ne voulons pas la chute de l'État syrien. Nous l'avons vu en Irak, en Somalie et dans d'autres pays. Nous partageons l'objectif du gouvernement russe: prévenir la désintégration de l'État syrien ».

Ce n'est peut-être qu'une diversion car, à moins qu'il ne prenne les autres pour des imbécile et il aurait tort de la faire, il ne reste plus que les nourrissons qui ne sachent pas encore l'ampleur de l'aide apportée par les Américains au terroristes en Syrie. Même dans ce cas, l'Amérique signe ici une défaite diplomatique, une de plus, en admettant, serait-ce un début ?, la réalité sur le terrain. Cette réalité est la suivante : l'ASL et les terroristes seront écrasés, ce malgré l'aide sans précédent apportée par les Yankees, leurs domestiques européens et les bédouins du Golfe. La réalité est que les Russes se sont définitivement engagés aux côtés des Syriens et iront jusqu'à l'affrontement, militaire, direct, s'il le faut. La réalité est que ces derniers viennent de déclarer que les sanctions et autre embargo décrétés par les Occidentaux n'ont aucune signification pour eux et que ces derniers seraient bien inspirés de ne pas songer à intercepter les navires russes se dirigeant vers la Syrie ou essayer de les inspecter.

Enfin, pour en finir avec l'attitude de la Russie, qui, selon les sources, de l'ordre de 100'000 qui se trouvent en Syrie. Vous êtes-vous déjà posé la question de savoir pourquoi n'a-t-elle jamais ni appelé ni procédé à une quelconque évacuation d'aucun de ceux-ci ?

Pour ce qui est des plumitifs, la perle provient de l'AFP. A l'instar des torchons qui se fournissent auprès d'elle, l'AFP se fournit elle-même auprès de ... l'OSDH. C'est dire le sérieux et le souci d'informer qui caractérise tout ce petit monde de...l'édition libre. Bref, l'AFP vient, une année et demie après le début de la crise et après une bonne douzaine d'essais de désinformation transformés, entre autres la transformation du massacre de 120 soldats à Jisr el Shoughour en massacre de civiles, vient de lâcher une petite bombe médiatique : « une bonne partie des combattants à Alep sont des étrangers » Qu'y trouve-t-on ? La composition habituelle des touristes du Jihad : Saoudiens, Tchéchènes, Jordaniens, Égyptiens, etc.

http://www.afp.com/fr/node/359201

Tout cela en attendant que le triomphalisme affiché aux nouvelles de la « prise » d'Alep par les insurgés se transforme en pleurs sur le sort de ces mêmes insurgés qui, je vous en fais le pari, redeviendront du coup de pauvres « civiles » massacrés par l'armée du régime.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, russie, gowrié, afp, asl, insurgés, terroristes, islam, jihad, alep, mcfaul

30/07/2012

Syrie : au fait, cela m’a complètement échappé…

Point de départ, la « bataille finale » pour la libération de Damas. Qu'apprend-on ? Que les insurgés, vous pouvez aussi les appeler « rebelles », « terroristes », « Al Qaeda » ou tout ce que vous voulez, ont attaqué la capitale du « régime » pour la libérer, ainsi que le pays tout entier.

Il y a un hic, un très grand hic qui, comme d'habitude, a complètement échappé à nos plumitifs et à nos médias. Par plumitifs et médias, j'entends, d'une part, les porte-paroles de l'ASL et de l'OSDH et, d'autre part, les succursales d'Al Jazeera et Al Arabiya. Ces derniers nous apprennent qu'à Damas, « l'exode commence pour fuir la vengeance d'Assad ». Ah...ha.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/07/19/01003-201...

Je vous prie surtout de prendre un peu de temps pour lire les commentaires sur le forum. Ceci pour vous rendre compte que la mayonnaise ne prend pas, plus. Les gens ne sont pas idiots. Ce sont en réalité les plumitifs de ces torchons qui le sont et croient pouvoir en contaminer les lecteurs.

Aidez et corrigez-moi si je me trompe. Jusqu'à la « bataille finale », lancée par les insurgés contre Damas, les habitants de la ville vivaient parfaitement normalement et aucun d'entre eux n'avait songé à « fuir ».  Avec un peu de logique, on dirait que la population fuit plutôt les...terroristes, non ? D'ailleurs, au lendemain même de l'éradication de ceux-ci, la vie a repris d'une manière totalement normale dans la capitale. Tout aussi logiquement, on dirait que les habitants sont contents de se débarrasser des « libérateurs », non ?

Voilà donc une révolution dont les gens ne veulent pas et une révolte qui les emmerde. Vous ne voulez pas vous révolter ? Et bien vous allez quand-même le faire. N'est-ce pas exactement le résumé de toutes les déclarations des Américains et de leurs domestiques européens depuis 17 mois : « Nous allons aider le peuple syrien à se libérer, même s'il ne le veut pas ».

Une révolution forcée et imposée, en quelque sorte.

La dernière trouvaille des Occidentaux est l'avertissement contre un massacre qui se préparerait à Alep. On a juste omis de nous dire le massacre de qui et par qui car l'ASL s'y emploie déjà et largement. A moins que l'on ne considère que l'offensive de l'armée d'un pays souverain contre des terroristes est désormais assimilable à un massacre. Mais passons. Quant à nos plumitifs, vous savez, les employés de torchons distribués dans des caissettes ou publiés sur certains sites, genre Bluewin.ch, par exemple, ils se gaussent depuis hier de la déclaration de Lavrov, selon eux à l'unisson avec ses "homologues" Occidentaux, selon laquelle le chef de la diplomatie russe craindrait une tragédie à Alep.

Je ne sais pas si se mentir est une sorte de thérapie contre la déprime ou alors que les plumitifs et leurs torchons, électroniques ou pas, exécutent le plan de route qui leur a été assigné par les Bédouins, mais cela importe peu. Voici la transcription complète de la déclaration de Lavrov.

« Lorsque l’opposition armée occupe des villes comme Alep, où une autre tragédie se prépare, à ce que je comprends (…) il n’est pas réaliste de compter qu’ils (le gouvernement syrien) l’accepteront« . Plus loin, il ajouta :

« Comment peut-on espérer que dans une telle situation, le gouvernement puisse simplement se résigner et dire « d’accord, je me suis trompé. Venez et renversez moi ! ». Et encore :

« Ce n’est tout simplement pas réaliste – pas parce que nous sommes attachés à ce régime – mais tout simplement parce que ça ne marche pas ! »

Ce n'est pas "tout à fait" ce que les plumitifs ont relayé.

Un jour, pas très lointain, je l'espère, le mot journaliste entrera dans le dictionnaire en tant que synonyme de : juron.

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : syrie, usa, gowrié, asl, révolution, islamisme, damas, alep, le figaro, médias, plumitifs

25/07/2012

Damas « libérée », c’est au tour d’Alep de l’être

Savez-vous où j'ai entendu cette phrase ? Sur France Info, dimanche dernier  vers 18h30 alors que j'était sur la route qui me ramenait chez moi après une fin de semaine en montagne, loin des tumultes, médiatiques ou autres, qui m'entourent en ce moment.

Ainsi, France Info nous informe que :

  1. Damas est libérée et est sous contrôle de l'ASL
  2. La bataille pour la libération d'Alep a commencé.

C'est bien.

Arrivé chez moi, j'allume la télé et tombe sur Al Arabiya. Sur le la bande qui défile en bas de l'écran je lis : « la bataille d'Alep a commencé, l'ASL continue de combattre les milices gouvernementales à Damas. Sur la même chaîne, mais cette fois annoncé en « alerte » confirmée par la suite par la boniche qui présentait les « nouvelles », on apprend que Alep est désormais sous le contrôle des insurgés.

On nous dit qu'il s'agit d'une guerre médiatique sans précédent. Je dis qu'il s'agit de stupidités sans précédent. Je vous laisse imaginer l'état des habitants d'Alep, j'en connais beaucoup, lisant cette annonce pendant qu'ils se baladent et font leurs achats dans les rues de la villes.

Je vous laisse tout ce qui précède sans commentaire. Je suis certain que vous saurez en tirer les conclusions qui conviennent.

Le hic dans tout cela (malheureusement pour France Info, Al Arabiya, ... allez je ne vais pas vous dérouler toute la liste des genoux lisses (je m'expliquerais sur ce point dans quelques lignes) car il suffit pour cela d'ouvrir n'importe quel torchon publié dans cette partie, occidentale, du monde) est qu'en l'espace de 48 heures, l'Armée nationale syrienne a non seulement écrasé les voyous, des dizaines de tués et de capturés parmi les protégés de Fabius, Clinton et Burkhalter, mais que ceux-ci, de l'aveu même de l'OSDH, se seraient cachés dans les « vergers » entourant la banlieue de Mazzé, où ils sont encerclés par l'armée. Du coup, pour célébrer la « libération » de Damas, l'ASL (regardez attentivement ces voyous que financent, équipent et soutiennent les puissances du monde « libre ») a décidé de lancer la deuxième « grande offensive » libératrice, sur Alep, cette fois-ci.

Question, sans provocation aucune : Damas libérée, après la grande et finale offensive, Alep aux mains des insurgés, ainsi que les frontières, etc. Où est dès lors le problème ? Si je comprends bien, c'est fini et le régime est tombé. C'est bien, me semble-t-il, ce qu'on voulait, non ? Dès lors, quelqu'un aurait-il la bonté de m'expliquer cette hystérie continue, ces gesticulations et ces sanctions, encore et toujours, contre un régime qui a...euh, comment dire, disparu !

Je reviens aux genoux lisses. Al Mutanabbi, probablement le plus grand poète arabe de tous les temps, a, une fois, reçu une « commande » d'un notable pour quelques vers à l'encontre d'un de ses rivaux. Le poète se concentra surtout sur la mère du rival et, dans un des vers en question, il mentionna les « genoux lisses » de celle-ci.

C'est le résultat logique d'une position prolongée à quatre pattes.

 

 

08:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : syrie, alep, damas, gowrié, médias, fabius, qatar, russie