22/05/2012

Le Yémen perd 100 soldats, en luttant contre Al Qaïda. C’est ce que les journaux disent.

C'est en tout cas le titre de la TDG, version électronique, d'hier 21 mai.

C'est au soir du même jour que cette même TDG titrait : Hollande condamne l'attentat au Yémen.

Il reste juste que M. Burkhalter, le successeur de la non moins sémillante Calmy Rey, nous gratifie lui aussi d'une condamnation de cet attentat. Aucun de ces personnages n'a dit mot de tous les attentats qui ont secoué la Syrie ces dernières semaines.

Nous allons décortiquer un peu ce magnifique titre, ainsi que quelques phrases du corps du sujet, et comparer tout cela avec le cas ... syrien.

La TDG, vous l'auriez compris, n'y est pour rien. Le même sujet, avec le même titre, aurait pu être écrit par n'importe qui dans n'importe quel journal. C'eut donné la même chose.

Le pays « perd » donc 100 soldats en « luttant » contre Al Qaïda.

En Syrie, des soldats du « régime » périssent dans les affrontements avec les militants « pro-démocratie ».

Au Yémen, c'est Al Qaïda qui a posé l'énorme bombe qui a ôté la vie à une centaine de soldats.

En Syrie, les bombes sont « peut-être » posées par des « groupes armés ». On n'est donc pas sûr et ... groupes armés : ce n'est donc pas Al Qaïda non plus. Certaines mauvaises langues disent même que c'est le régime lui-même qui a fait cela.

Au Yémen, selon la TDG, les USA, la France, mais aussi notre ministre des affaires étrangères, Monsieur Burkhalter, l'attentat survient dix jours après le début de l'offensive d'envergure contre le réseau terroriste.

En Syrie, alors même que le ministère des affaires étrangères de la France vient de confirmer l'existence dans le pays de « combattants » Tunisiens, ils sont précis, l'offensive de l'Armée Nationale Syrienne contre ... euh, je suis un peu perdu et ne sais plus comment les appeler, est une répression de manifestants « pacifiques ». Notez bien le qualificatif « pacifique ». N'oubliez pas que le lecteur est un imbécile et que les employés de journaux qui écrivent cela sont des spécialistes de la démocratie.

Au Yémen, l'article nous parle de soldats américains attaqués alors qu'ils sortaient d'un restaurant. Ces soldats sont là, au Yémen, pour aider les forces armées yéménites dans le sud, entendez dans leur « lutte » contre Al Qaïda.

En Syrie, le Washington poste, lisez à ce propos le billet Presse qui roule ... parfois cool nous apprend que les mêmes Américains aident les groupes armés, Al Qaïda selon Ban Ki Moon et les Français, dans leur « lutte » contre le pouvoir.

Je suggère à la personne qui a écrit l'article et aux Américains la solution, très simple et efficace, suivante : Si ces derniers passaient un accord avec le « réseau terroriste » au Yémen pour transporter ses combattants vers la Syrie. Cela débarrasserait le Yémen de ses terroristes et augmenterait le nombre des militants « pro-démocratie » en Syrie.

Qu'en pensez-vous ?

 

14/02/2012

USA - Al Qaeda : l'alliance de la terreur

Les Américains et leurs laquais, d'un côté, et Al Qaeda, de l'autre, viennent de conclure une de ces alliances, apparemment contre nature, qu'on appelle parfois...objectives.

Nouveau numéro un de la nébuleuse, apparemment mourante après l'élimination de son chef historique, Oussama ben Laden (vous vous rappelez les images spectaculaires d'Obama, une partie de son gouvernement et son état majeur suivant l'opération en directe ?) Ayman El Zawahiri vient nous rappeler les beaux jours du mouvement (terroriste ?) en appelant ses ouailles au « jihad ». Qu'a-t-il dit ? Mes frères de Jordanie, d'Irak, d'Egypte, de Libye, du Koweït, du Qatar, d'Arabie Saoudite et d'ailleurs, le Jihad en terre « d'Al Cham » (c'est le nom qu'on donnait à la Syrie du temps du Prophète) vous est dû. Vous devez  aider vos frères qui s'y battent déjà au nom d'Allah. Ne vous en faites pas pour l'acheminement, le financement et l'armement, nos amis...eh, ennemis...eh (Là on est vraiment perdu) vous y aideront. Il n'a pas prononcé cette dernière phrase mais cela ne change rien à l'affaire.

Car, de leur côté, les amis d'aujourd'hui, ennemis d'hier et, de nouveau, amis de demain, se sont engagés à aider les terroristes luttant en Syrie pour la « démocratie et la liberté ».

Aider, financièrement, logistiquement et militairement des combattants qui se trouvent être membres d'Al Qaeda, comment peut-on appeler cela ? Œuvre de charité, peut-être ?arab_islamic_killed_in_syria_inter.jpg

Car aux dernières nouvelles, des dizaines et des dizaines de combattants pour la  « liberté » tués ou capturés, notamment à Homs, se révélèrent être précisément des Jordaniens, Koweïtiens, Libyens... A quand les agents USA ou Français, si ce n'est pas encore fait ?

En voici quelques uns :

Abou Hamza al Chami

Abou al Bouraa al Salti le jordanien

Anou Oussama l'émigrant

Fouad Khaled el Koweïti (le Koweïtien) : Abou Hozaifa

A propos d'agents, M. Burkhalter, notre ministre des Affaires Etrangères, vient de déclarer que notre pays ne tolérerait en aucun cas des activités illégales commises par des agents étrangers sur le sol helvétique. Il faisait écho à certaines informations, véhiculées par des opposants syriens habitant notre pays, prétendant être inquiétés, ainsi que les membres de leurs familles restés en Syrie, par des agents du régime syrien. Personne ne peut même songer à penser le contraire, cela va de soi. Là où il y a problème, très gros problème, très très gros problème, c'est que de telles activités, à une échelle bien plus grande, furent effectivement conduites sur notre sol par des agents américains, dont certaines avaient même trait à des actes de tortures, sans que cela ne gêne grand monde. Mieux, je veux dire pire, bien pire, on a complètement étouffé l'affaire. Qu'en dit justement le procureur Marti ?

Quant à certains des persécutés d'ici, alors même qu'ils aient tenté le coup il y a de cela quelques mois, le but poursuivi est on ne peut plus clair : pousser la Confédération à exiger le départ des diplomates syriens d'ici. Je rappelle juste qu'après onze mois d'insurrection sanglante, pas un seul diplomate syrien, que dis-je, même pas une secrétaire de dixième rang, avec tout le respect que je leur dois, n'a quitté sa fonction, ce malgré les intimidations et, quant celles-ci ne marchent pas, les millions. Dès lors, il faut faire autrement.

Voici, à propos des persécutés d'ici, un échantillon de ce qu'on peut trouver sur leurs pages Facebook, tout près de chez nous.

 

Appel des Eaux-Vivces à brûler des pneus.JPG

Dernières nouvelles : la nouvelle paraît bizarre mais, selon la prmière chaîne télé saoudienne, le Royaume Hachémite aurait lancé un ultimatum de 72 heures à la Syrie sinon ses troupes entreront sur le territoire syrien. Pardon, je ne devrais pas faire cela mais...héhéhéhéhéhéhéhéhéhéhéhéhé, difficile de s'arrêter. Mais en fait, peut-être que je me trompe, puisque le "grand Qatar" a menacé la Russie ! La dernière fois que les bédouins sont entrés chez d'autres bédouins, c'était pour mâter les contestations "démocratiques" au Bahrain.

A la dernière réunion de la Douma, 445 députés, sur un total de 450, ont totalement approuvé les décisions de leur gouvernement concernant la crise syrienne. Cherchez juste le nombre de députés pro Poutine et vous comprendrez l'importance de ce vote.