04/06/2012

Hé Hollande : au pied

Ainsi, pour faire mieux que son prédécesseur, le client de Weight Watchers a versé dans la surenchère : je veux aller jusqu'au point de non-retour. C'est en substance le résumé la position du « mou » sur la Syrie.

Manifestement, le marchandage avec Poutine n'a pas abouti. L'offre des Occidentaux, en faillite économique et en faillite tout court, a dû être aussi minable que lamentable et pathétique. Le sourire crispé d'un constipé, le « nouveau » président des Français, très différent de celui qui bronze actuellement sous le soleil marocain (c'est une boutade, bien sûr) est allé encore plus loin en déclarant que le départ du Président syrien devient une nécessité. Puisqu'on nous oblige à le répéter, je rappelle que son illustre prédécesseur, par la voix de son non moins illustre ministre des affaires étrangères, avait déjà exigé ceci il y a de cela plus d'une année.

En guise de réponse, le Russe a simplement répondu : niet.

Voilà. Manifestement peu habitué au langage diplomatique, traduisez langue de bois et malhonnêteté intellectuelle, le Président Russe, s'adressant directement à son « homologue », le Président des Français, a ajouté : « pourriez-vous me dire combien de civils ont été massacrés par les Autres (c'est la terme qu'il a utilisé), ceux que vous soutenez » ?

Je ne sais si notre Conseiller Fédéral Burkhalter rencontrera prochainement des responsables russes. Il serait en tout cas bien inspiré de ne pas leur répéter « bêtement » ce que « ses partenaires », Français, entre autres, lui auraient inculqué.

Comment peut-on être à ce point bête, malhonnête, idiot, minable et médiocre ?

Poutine a même mentionné le massacre de Houla, vous savez la goutte qui, selon Hollande, a fait déborder le vase. Il lui a dit son étonnement de voir des pays de cette importance prendre des décisions en quelques heures alors que personne ne savait ce qui s'était réellement passé. Il lui a aussi dit que ceci se retournera contre les Occidentaux car la vérité sur Houla est tout sauf celle qui nous a été raconté par la RTS, France Info, TF1, france2, etc., bref, les succursales d'Al Jazeera).

Dernière trouvaille des Occidentaux : la Russie livrerait des armes au régime syrien. Celui-ci pourrait les utiliser contre les manifestants (attention : pacifiques, selon Hollande, Cameron et, accessoirement, Burkhalter). Je dois avouer que là, le Président Russe a un peu manqué d'esprit.

Voyez-vous, cette dernière stupidité résume à elle seule toute la situation : nous sommes en présence de gens qui financent, entrainent et arment des terroristes et qui reprochent aux Russe d'armer les autorités qui les combattent.

En juillet, Hollande accueillera, pour la énième fois, la conférence des « ennemis de la Syrie ». Il faut juste espérer que, d'ici là, cette mascarade aura trouvé son dénouement et que la Syrie, avec ses « vrais amis » aura trouvé le moyen d'en finir avec les terroristes et ceux qui les fournissent.

Tout doit commencer par la mise à la porte immédiate des barbouzes onusiens. En premier leur chef, résident genevois, du côté de la vieille ville, pour l'occasion.

 

08:33 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : france, syrie, gowrié, hollande, rts, médias, al jazeera, juppé, fabius, didier burkhalter

25/05/2012

RTS, Al Jazeera : même combat

De sources très bien informées (j'en ai les preuves formelles) le Conseil Suisse de la Presse aurait reçu un nombre anormalement élevé de plaintes ces derniers mois. C'est dire que je ne suis de loin pas le seul à penser ce que je pense de ces simulacres de médias et de leurs employés, qui insistent toujours pour s'appeler journalistes. Je ne vais pas vous le cacher : j'en ai, au nom du Collectif que je représente, déposé moi-même trois depuis une année. Je vais même vous révéler que dans sa politique de boycotte et de partialité absolue, les deux seules et uniques fois où la RTS m'a donné la parole, quelques minutes, ce fut précisément suite à deux de ces plaintes. La troisième est toujours en cours contre trois titres romands. En cours, je ne puis donc en révéler les détails.

Ainsi, après une accalmie de quelques semaines, durant lesquelles les médias français ont lançé une campagne de désinformation sans précédent, il semblerait que la RTS ait repris le relais. Qui leur donne l'ordre d'agir de la sorte...à tour de rôle ?

Jeudi, 24 mai, journal de 19h30 de l'excellent Darius Rochebin, minute 18'00'' très précisément, le présentateur lance son sujet, avec l'avertissement habituel sur la dureté des images. Suit le « paraît-il » reportage de l'envoyé spécial, un certain Laurent Burkhalter au ... Liban.

Voici ce « reportage » : Laurent Burkhalter au nord du Liban

Je vous laisse tout d'abord observer les mises en scène successives, entre autres des jeunes filles dormant à même le sol dans le brouhaha ambiant et alors qu'une équipe de tournage se trouve là. Je vous laisse aussi contempler les sujets du « reporter », ou plutôt leurs barbes dégoulinant le salafisme dont la RTS s'est fait le porte-parole. La RTS poursuit, lamentablement, son « combat » d'arrière garde, à l'image de son maître en la matière : Al Jazeera.

On se demande juste pourquoi le reporter, à l'image de certains de ses « confrères », n'a pas traversé, clandestinement,  la frontière libanaise pour aller rejoindre les criminels et les voyous de Homs et de Rastan, chers à certains de nos Conseillers Fédéraux. Viendra un jour où je vous dirai pourquoi.

A l'image, aussi, d'Al Jazeera, la RTS vient de commettre une faute prof.... (je ne sais si je peux utiliser l'expression, car pour commettre ce genre de faute, il faut au préalable être un professionnel). A la fin du sujet, écoutez bien, Laurent Burkhalter nous avertit : «  les gens restent enfermés, masqués, même au Liban. Les partisans du régime habitent dans le quartier ». Mais alors, Monsieur le professionnel de l'information et Messieurs les responsable de ce média à redevance dont le professionnalisme n'a d'égal que la neutralité et l'objectivité : ne vous est-il  jamais venu à l'esprit de faire traverser la rue à votre grand reporter ?  Histoire d'aller à la rencontre des « partisans » du régime ? Voir qui ils sont et quels sont leurs soucis ou motivations ? Et puis, il y aurait maintenant des partisans au régime ?

Allez, sans rancune et RDV lors de votre passage à Al Jazeera pour témoigner de ce que vous avez constaté au Liban.

 

23/05/2012

La désinformation de trop.

Al Jazeera n'a pas hésité une seule seconde : mettant en scène un soi-disant commandant de l'Armée Syrienne, passé sous la bannière de la milice terroriste ASL, financée par les bédouins, armée par les Français, les Américains et les Anglais et soutenue par le Turcs et...une partie de nos autorités fédérales, la chaîne des bédouins nous annoncé ni plus ni moins que l'assassinat, accompagné de l'occupation de la capitale Damas par l'ASL, des :

Ministre de l'intérieur

Ministre de la défense

Adjoint du Vice-président de la République

Numéro deux du parti Baas

Président de la cellule de gestion de la crise

Si je regrette une seule chose, c'est que les autorités syriennes, ainsi que les intéressés eux-mêmes, n'aient pas attendu un ou deux jours avant de sortir, comme ils l'ont fait, personnellement démentir cette désinformation tragi-comique. Je le regrette simplement parce que nous avons raté le suicide collectif de toutes les officines  de désinformations du genre AFP, France Info, France 24, Libération, quelques autres torchons français, ainsi que quelques titres bien de chez nous, notamment ceux qui sévissent du côté des terres fribourgeoises. Ces torchons n'auraient effectivement pas manqué, comme ils le font depuis plus d'un an, de reprendre la désinformation telle quelle et d'y rajouter même un peu de sel.

Dommage.

Faillite médiatique, faillite morale, faillite professionnelle, agissements ridicules et grotesques, à l'image de celles et ceux qui les véhiculent, de CNN à Al Jazeera en passant par tout le spectre politico médiatique de cette partie du monde.

Cette manière de faire « militante » de la chaîne des bédouins semble en effet tellement inspirer les employés de nos médias que certains de ceux-ci, une fois revenus de Syrie, après un séjour clandestin, Vannay, ou pas, Hhhhaammmouche, se rendent immédiatement et en premier chez les bédouins leur donnant la primeur de l'exclusivité. Cherchez l'erreur.

Al Jazeera et ses succursales sont devenues à ce point hystériques et rêvent tellement de pouvoir diffuser une telle information, qu'elles sont prêtes à tout. Tant mieux.

Pour Al Jazeera, il y aura un avant et un après 20 mai, surtout pour les Syriens. Juppé et compagnie gisant depuis quelques jours déjà dans les poubelles de l'histoire, il faut juste espérer qu'ils y soient bientôt rejoints par les patrons de leurs clubs de foot et quelques autres joyeusetés « journalistiques ». La fosse commune des ratés aigris en quelque sorte

 

15/03/2012

Le Matin : journal militant

Ce billet devait paraître hier mais la pudeur et la tristesse m'en empêchèrent. Ceci ne fut malheureusement pas le cas de tout le monde. Les vingt huit victimes, dont 22 enfants, de l'accident de car en Valais, ne dût pas les émouvoir autre mesure.

Ainsi, on pouvait lire, sur la manchette de ce journal : «Atrocités en Syrie, signer l'appel du Matin».

Dans la version électronique, on lit que Madame Calmy Rey, ex ConseiCalmy Rey voilée.PNGllère Fédérale a déjà signé l'appel. On lit aussi qu'elle est « pour une intervention militaire en Syrie ». Et pour ce qui est de l'Iran, que pense cette grande Dame ?

Voici le monde merveilleux de nos médias. La patience n'étant pas la vertu première de « nos » journalistes, on apprend gentiment que le « massacre » de Homs d'une cinquantaine d'hommes, de femmes et d'enfants est probablement l'œuvre des insurgés que Madame Bouvier, vous savez la « journaliste, paraît-il » militante française est allée soutenir.

Je rappelle à cette occasion que nous n'avons toujours pas la moindre image, le moindre document du périple de cette personne en terre du Jihad à Baba Amr.

Pour revenir au massacre de Homs, comme pour tout le reste des informations distribuées par Al Jazeera à nos médias, sait-on pourquoi personne n'en parle plus, d'un seul coup ? Serait-ce parce qu'on sait maintenant qui l'a commis ? Les enfants d'Al Jazeera et des Bédouins, soutenus par Juppé et compagnie ? Les médias qui ont « commercialisé » la nouvelle, seront-ils sanctionnés un jour ?

Est-ce que vous savez maintenant pourquoi la Russie et la Chine ne bougeront pas d'in iota de leur ligne concernant la crise syrienne ? Serait-ce parce que la vérité, sur le terrain, ne correspond pas à celle commercialisée par Al Jazeera, Al Arabiya et leurs succursales ici ? Oui, certainement.

Voici, à ma "presque" grande surprise, un billet écrit par un autre blogueur, Monsieur Demir Sönmez. Les consciences commencent-elles à se réveiller ?

Demir Sönmez : l'assassinat d'un imam à Anderlecht

Oui, je fais porter l'entière responsabilité de la situation aux oiseaux de malheurs : Al Jazeera, Al Arabiya, BBC, France 24, France Info, mais aussi, hélas, nos propres médias ici.

 

09:19 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : le matin, syrie, gowrié, micheline calmy rey, calmy, homs, juppé, al jazeera, médias

08/03/2012

Daniels, Bouvier et les autres : dans l’enfer de Homs

Celui qui a écrit le scénario unique qu'exécutent à tour de rôle les « journalistes » se rendant en Syrie doit se frotter les mains : l'exécution frise en effet la perfection.

Avec, toutefois, quelques...imperfections.

Commençons par la fin, le retour, après 9 jours de « clandestinité » à Homs, des « journalistes » Bouvier et Daniels. Ce dernier ne sait plus où se donner la tête tellement il est « sollicité ». Une des meilleures performances est celle réalisée par France Info, dont voici la reproduction originale complète. Je me contenterais, quant à moi, des âneries des deux : France Info et William Daniels.

Capture.PNG

La plus grosse, par ailleurs commune à tous nos médias, étant de raconter, pratiquement dans la même phrase, une chose et son exact contraire.

On nous prend, à tort, pour des ânes.

Daniels a donc vu, de ses propres yeux, à partir du « centre de médias » à Homs, que l'armée syrienne « visait spécifiquement les journalistes ». On avait Hamouche et son crime d'état, nous avons maintenant Daniels et ses drones.

1.    Daniels nous confirme donc avoir vu les mortiers de l'armée syrienne viser les journalistes. Il suppose donc que cette même armée savait qu'il y avait des journalistes et où ils se trouvaient. C'est ce même Daniels qui nous confirme être entré « clandestinement » en Syrie et que personne, à part ceux qui l'hébergeaient, ne le savait.

2.    L'armée syrienne sait donc précisément où se trouvent les journalistes et les « bombarde » consciemment, d'où l'accusation pour meurtre de Juppé. On aimerait juste savoir comment ce Daniels a pu s'échapper et partir pour le Liban alors que l'armée syrienne avait pris possession du quartier depuis trois jours. N'oubliez pas : l'armée connaissait la maison où se cachait Daniels.

3.    Le plus marrant, c'est certainement pour cela que plus personne ne croit ces pseudos journalistes, est lorsque, dans la même phrase, Daniels, ainsi que le « collègue » qui l'interroge, parlent d'une armée syrienne visant spécifiquement les journalistes et tirer aveuglément sur la population « civile ». Daniels nous parle même de drones, il les a vus de ses propres yeux, survolant « tout le temps » Homs afin de photographier les mouvements des « insurgés » et guider les tirs. C'est fantastique, non ? Ce n'est donc pas la faute des drones qui, eux, ont bien guidé les tirs. Ce sont juste ces derniers qui n'en font qu'à leur tête. Certains s'en vont viser « spécifiquement » les journalistes, alors que d'autres, probablement excédentaires, vont tomber « aveuglément » sur la population civile.

Le pire est que ces gens n'ont même pas le courage d'assumer le rôle qu'ils se sont choisi. Daniels et ses acolytes, sont entrés clandestinement en Syrie où ils sont allés rejoindre leurs « camarades » dont certains, les jihadistes wahhabites, y sont aussi entrés clandestinement. Mais Daniels ne va malheureusement pas au bout de sa démarche militante.

On attend maintenant juste qu'il fasse la tournée habituelle : deux ou trois médias par ci par là et...la fameuse interview d'Al Jazeera.

A propos, maintenant que j'y pense, ce Daniels, ainsi que tous les "clandestins" de Homs, sont des journalistes et, surtout, paraît-il, des photographes. Peut-on leur demander de nous montrer un petit quelque chose à se mettre sous la dent ? Quelques photos, un petit reportage, des rencontres, avec les manifestants pacifiques, n'importe quoi, non ? A moins qu'ils ne veuillent qu'on se contente de leurs...récits !

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : homs, syrie, daniels, bouvier, gowrié, islamisme, médias, désinformation, al jazeera

06/03/2012

Certains peuvent être honnêtes et professionnels, même à Al Jazeera

Alors que la désinformation devient le lot quotidien de nos médias, au point de devenir un acte militant à part entière, Al Jazeera, chef de file de la désinformation professionnelle, souffre de démissions pouvant être qualifiées de massives. Celles-ci n'intervinrent que depuis le début des événements en ... Syrie. On se demande pourquoi.

Le directeur général de la Chaîne, Wadah Khanfar, Palestinien

Chef du bureau de Beyrouth, le journaliste vedette, Ghassan ben Jeddo (Tunisien)

La Star d'Al Jazeera, Eman Ayad, d'origine palestinienne.

Fayçal Kacem, Syrien (qui est revenu depuis)

Abbas Nasser

Luna El Chibli, Syrienne (a démissionné en direct)

Jumana Nammour, libanaise

Lina Zahreddine, libanaise

Jullinar Moussa, libanaise

Nawfar Afli.

Quelle est la raison unique derrière toutes ces démissions ? je vous laisse lire ce que les concernés eux-mêmes ont déclaré.

« Al Jazzera et nous avec elle, avons perdu toute crédibilité. En couvrant 24 heures sur 24 les événements en Tunisie, Egypte, Libye et Syrie tout en restant totalement silencieuse sur ceux se déroulant au Bahreïn et même en Arabie Saoudite, la chaîne a failli à sa mission. En ne diffusant que des documents non vérifiés, dont certains furent même fabriqués, elle est devenu carrément une cellule d'opérations encourageant à l'incitation et à la provocation ». Fin de la citation.

Voici ceux qui sont partis.

Les démissionnaires.JPG

Voici, à peu près, ceux qui y restent.

Capture.PNG

A CNN, FOX, TF1, France2, BBC, Le Monde, Le Figaro, France-Info, Libération, La liberté, Le Courrier, l'Hebdo  et, hélas TSR, pas de préoccupations de ce genre. Le militantisme des collaborateurs de ces médias ne leur laisse ni le temps, ni la volonté d'avoir de telles préoccupations mineures, alors mêmes qu'ils utilisent du matériel de seconde voire de troisième main.

Quelle importance, à l'instar de Timisoara, Irak, Libye, Kosovo, etc. ils s'excuseront et diront qu'ils ont été trompés.

On les croit sur parole.

 

05/03/2012

Syrie : la boite noire, médiatique, de Baba Amro s’ouvre

Ainsi, baba Amro, quartier rebelle « libéré » par les manifestants « pro démocratie », selon Les succursales d'Al Jazeera ici, est tombé. Entre manifestants « pacifiques », déserteurs bien moins pacifiques, simples truands, bandits de grands chemins, hommes d'Al Qaeda et...journalistes clandestins, le « melting pot » (en français « pot pourri », au propre comme au figuré) de ce quartier a de quoi é(dé)tonner.

Il paraît même que la Françe veut rendre les autorités syriennes responsables de la mort des « journalistes » qui se trouvaient dans le centre de médias (il l'appellent comme cela, le plus sérieusement du monde) au cœur de ce même quartier. Comme il devient fatiguant de parler de la stupidité des personnes lançant de tels propos, il conviendrait à ce stade de tirer un trait définitif là-dessus en leur conseillant d'aller personnellement le faire, sur place, s'ils le peuvent . Pour ma part, la France fait tout pour apparaître comme un pays ennemi, il faut dès lors la traiter comme tel : en ennemi, avec toutes les conséquences que cela suppose.

Voici le premier d'une série de documents, découverts, entre autres, dans le centre des « médias » à Baba Amro. Il nous montre le « héro » médiatique de Homs : Danny le magnifique, pourvoyeur officiel de nos médias ici de la plupart des « documents » que vous avez vus sur vos écrans. En l'occurrence, il préparait un document « exclusif » pour CNN. Edifiant.

En voici la traduction :

9ème - 12ème seconde : Danny, correspondant de CNN, attend qu'on l'appelle.Capture Danny.JPG

19ème - 25ème seconde, Danny  : c'est bon, qu'on laisse le fusil avec nous.

33ème - 41ème : « remarquez, aucun bruit de coups de feu, d'explosions, etc.)

1min03 - 1.07 : J'ai les doigts gelés. Il dit ensuite : amène-moi un matelas STP (il est fatigué d'attendre).

1.21 - 1.25 : « remarquez, Danny semble à l'aise, pas de danger de tirs ou d'explosions.

1.36 - 1.38 : (il plaisante ), c'est ta grand-mère qui t'appelle.

1.39 - 1.42 : On est « Al Waiting » (il le dit en anglais) mis en attente mec.

1.48 - 1.51 : un quart d'heure d'attente

1.56 - 2.09 : une conversation entre le caméraman et « Danny »

Le caméraman : Danny tiens-toi prêt, ça peut venir à n'importe quel moment.

Danny : est-ce que tu lui a demandé de préparer la cible ? Qu'il frappe...non, non, qu'il frappe.

Le caméraman : regarde la caméra

Danny : comme je te le dis (qu'il frappe)

2.10 - 2.11 : on entends une sorte d'explosion (comme demandé)

3.05 - 3.11m le caméraman dit à « Danny » : dis-leur qu'il y a des immeubles en ruine et qu'on est en train de retirer les cadavres des décombres.

3.17-3.18, après presque une heure d'attente, c'est le tour de Danny sur CNN : « yes, yes I can hear you. Oui, oui, je vous entends)

3.35 - 3.38 : (est-ce qu'on entend des bruits de tirs ou d'explosions ?)

3.40 - 3.47 « Danny » : vous-voulez savoir ce qui se passe, oui ? Ils bombardent depuis plus de trois heures.

3.50 : que l'on compare la situation avec ce que diffuse CNN en même temps.

3.53 : le présentateur de CNN demande s'il y a quelque deux cents morts depuis une heure ou deux

3.58 : « Danny », nous avons 200 morts depuis deux heures (on se demande qui a eu le temps d'aller compter les morts, en direct et sous les bombes)

4.03 : « Danny » dans la première demie heure il y a eu 40 morts.

4.14 : le présentateur demande à Danny : à quel point les tirs de mortiers sont-ils aléatoires ? Est-ce que vous êtes en train de dire que l'armée tire sans discrimination ?

4.21 - 4.22 : dans la ville même, dans la ville même (on remarque ce que CNN diffuse en même temps alors que « Danny » enregistre tranquillement « son sujet »). La rue est juste à côté de moi, il n'y a que des civiles là-dedans et j'entends les tirs là, là-dedans.

5.00 (une autre présentatrice CNN interroge « Danny ») : dites-nous « Danny » quelle est la situation ? Qu'avez-vous entendu ou vu ?

Danny : la situation est vraiment, vraiment mauvaise. On est bombardé depuis cinq heures maintenant et il y a eu 200 morts (ce chiffre semble magique). Il y a des gens au beau milieu de la rue et on n'arrive pas à les enlever. Si vous essayez de les enlever, on vous tire dessus (cela se voit, non ?)

6.21 : on demande l'aide de n'importe qui, Israel ou n'importe qui d'autre.

Il va sans dire que nos médias, en possession de dizaines de tels documents, ne les diffusent pas, se contentant de ceux postés par...Danny.

A ceux qui objecteront en disant que si on laissait les journalistes entrer librement en Syrie, on couperait la route à Danny et ses acolytes, je dis : Faux.

1.       Parce que les articles et reportages de ceux-ci sont écrits à l'avance (on a vu l'épisode de Gilles Jacquier et le crime d'état dont nos « journalistes » ont accusé les autorités syriennes alors même que ce sont les insurgés qui ont tiré). On a aussi vu l'épisode de M. Vannay, qu'on n'entend plus depuis.

2.       Parce qu'un journaliste professionnel, au contraire d'un militant, se doit de présenter les choses de sorte à ce que son lecteur (téléspectateur) puisse comprendre les choses des « deux » côtés de la ligne de démarcation. Mais, je le reconnais, ceci est du ressort des seuls journalistes « professionnels ».

La dernière « trouvaille » des Européens, qui ont chargé le président turc de la transmettre, est de déclarer qu'un scénario à la yéménite serait la meilleure solution pour la Syrie. C'est vraiment fantastique de voir, alors qu'ils sont battus à plate couture, comme ces gens continuent à faire croire qu'il peuvent encore dire qui doit faire quoi. Pour le reste, on vient d'apprendre que les militants « pacifiques » d'Al Qaeda au Yémen, viennent de tuer une trentaine de soldats de l'armée régulière.

Les terroristes, chassés de Baba Amro, viennent de déclarer se retirer de Rastan « après l'avoir libérée ». Cela a été relayé des centaines de fois par Al Jazeera et ses succursales ici.

Et pour finir, voici les derniers exploits des manifestants pacifiques :

Mardi, une bombe explosait à Alep, quartier El Ferdous, faisant deux morts de 15 et 17 ans. Silence total de nos médias

Samedi 3 mars, un home s'est fait exploser, avec sa voiture, à Damas, on ne connait pas le nombre exact des victimes. Silence de nos médias.

Samedi toujours, dans un quartier très fréquenté à Alep, deux jeunes gens, arméniens, sont kidnapés par des hommes armés. Silence de nos médias.

Ceux qui ont fait tout cela sont certainement des héros comme auraient pu le dire Edith Bouvier et William Daniels.

Si on nous prend pour des imbéciles, c'est qu'on l'a certainement mérité.

 

29/09/2011

Médias et information : la débandade et la honte

J'aurais tout aussi bien pu intituler cet article : les médias et leurs charniers.

Alors, Al Jazeera, la TSR, la RSR, France Info, etc. Tous dans le même panier ? Oui. Tous, sans exception.

1.       Le charnier de Tripoli, annoncé avec fracas par tous. Comme d'habitude, monté de toutes pièces. A l'annonce de la trouvaille, tous ces médias ont répété l'information deux jours de suite sans arrêt. Depuis la découverte de la supercherie, plus rien. Simplement un ou deux communiqués laconiques : « le CNT (Conseil National de Transition) s'est peut-être trop vite prononcé ». Bravo les professionnels avides d'information libre et correcte.

2.       Comme pour le cas de Gaëtan VANNAY, dont on n'entend plus parler, peut-être est-il de nouveau entré clandestinement à Hama, la TSR nous présente, dans son 19h30 du 17 septembre un « témoin oculaire » (ils ont appris cela d'Al Jazeera) une certaine Mademoiselle Chardonnens, lors de la manifestation du Collectif Jasmin, pour qu'elle « témoigne » de ce qu'elle a vu en Syrie. Comme pour Vannay (on est frappé par la ressemblance même de la manière de relater) cette dame nous raconte avoir vu l'armée syrienne attaquer des manifestants « pacifiques » et aussi des camions amener  des gens : oui, oui, j'ai vu. http://www.tsr.ch/video/info/journal-19h30/#/info/journal-19h30/3403709-syrie-une-marche-de-soutien-au-peuple-syrien-a-ete-organisee-a-geneve.html C'est fou le nombre de gens qui ont vu mais qui n'arrivent à rien montrer. Alors que la TSR, comme tous les autres, courent derrière n'importe quelle vidéo filmée on ne sait où pour nous dire qu'il s'agit des événements en Syrie, nous n'avons même pas quelques secondes de ce que Mademoiselle Chardonnens « A vu ». Mais on la croit sur parole. Comme la TSR l'a fait. Dès lors, voici ce que ni cette dame, ni la TSR, ni la RSR, ni aucun autre média n' ont voulu voir ou  montrer. Les images sont très dures. Elles montrent la manière de faire des amis « pacifiques » de ces gens. J'en suis navré mais il faut que cela se sache. Voici les deux premières : http://www.youtube.com/watch?v=KW_6sVInUNc

 

Les deux sont traduites.

3.       A propos de VANNAY, nous sommes toujours en attente des preuves irréfutables de sa présence en Syrie. Nous n'avons toujours rien reçu. En revanche, son interview à Al Jazeera est visible sur le site de la RSR.

4.       Al Jazeera...ça c'est le top. Merci Wikileaks, mille mercis. Nous l'avons toujours dit, voici que Wikileaks le prouve : Al Jazeera est en contact permanent avec la CIA et la démission récente de son directeur général est le résultat direct de ses liens avec les Américains dont il recevait les ordres directement.http://www.slate.fr/story/44205/wikileaks-al-jazeera-qatar

 

http://www.rue89.com/2011/09/26/reactions-a-la-demission-du-patron-de-la-chaine-al-jazeera-223652

C'est tout de même curieux, alors que c'est une chaîne d'information (la CNN arabe, parait-il), il n'a en ce moment qu'un seul et unique sujet à traiter : la Syrie. Il semblerait que le Qatar s'est vidé de tous ses habitants. Il ne s'y passe plus rien car, aussi loin que ma mémoire remonte, je n'ai jamais vu un seul sujet sur la Qatar diffusé sur cette chaîne. Il ne se passe rien non plus chez les Saoudiens, ni chez les Bahreïnis, non plus chez les Emiratis, rien.

Demain, je vous parlerai de la manière de faire d'un journal autrement plus respectable : Le Temps.

Dans le dernier épisode de cette série, à moins que des nouveautés ne surgissent entre-temps, on

 

07:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, suisse, média, médias, al jazeera, tsr, rsr, vannay, chardonnens, wikileaks