02/03/2012

Place financière suisse : les truands, les gangsters, les démocrates et les nains

Les nains, c'est nous. Je dis nains pour ne pas employer des mots beaucoup plus durs et infiniment moins polis. Nains, à l'image des sept qui nous gouvernent et, à travers eux, une bonne tranche de notre classe politique, laquelle semble s'être donnée pour mission de s'agenouiller avant même que les autres ne le lui demandent. C'est ainsi que notre place financière, puisque c'est de cela dont il s'agit, se vit rétrograder, en l'espace de moins de deux ans de la sixième à la treizième place mondiale.

Pour la troisième, ou la quatrième fois en l'espace de deux ans, nos autorités bien vaillantes signent un « accord » avec les « Maîtres » en disant, pour la troisième, ou la quatrième fois, que c'est un moindre mal. Que la Suisse aurait beaucoup souffert si elle avait décidé de résister.

Voici, entre autres, sur le très officiel site de la Confédération Helvétique, le premier acte de soumission : accord entre la Suisse et les Etats-Unis

Avez-vous lu le Cid, de Pierre Corneille ?

Acte 4, Scène 3 :

Don Rodrigue

« ...la honte de mourir sans avoir combattu ». Nous avons oublié jusqu'à la signification du mot honte. Quant à combattre...

Personne, bien sûr, ne se posa la question de savoir se qui se serait passé si les décideurs de ce pays qu'est le nôtre avaient simplement dit : non.

A la lâcheté, on ajoute la trahison, à ceux qui nous ont fait confiance : les clients de nos banques.

Mais quel est au juste le fond du problème ? Quelle est la raison exacte de cet acharnement continu et systématique ? En réalité rien de « très » spécial, c'est juste comme cela que les gangsters procèdent et ceci depuis tout le temps.

Les gangsters. Ce sont eux. Ils ont décidé de punir les évadés fiscaux mais aussi ceux qui les hébergent, nous, vous savez : les nains.

Le chiffre ne vient pas de moi mais de recherches et études assez nombreux sur le sujet : 2%. C'est le pourcentage estimé dCapture.JPGes avoirs non déclarés américains. Personne, y compris les nains, ne se demande où se trouvent les 98% restants. Pourquoi ? Simplement parce que tout le monde le sait : dans leurs propres paradis fiscaux. On n'est en effet jamais mieux servis que par soi-même. Il suffit juste de montrer le bâton et de présenter le tout sous l'angle de la morale, si chère à nos « amis » d'outre Atlantique.

Les Américains viennent d'inventer la méthode la plus géniale en matière d'acquisition de nouveaux clients : il leur suffit de demander à leur gouvernement de sortir le bâton et...hop : entre 40 et 60 mille clients nouveaux. On devrait enseigner cela dans les hautes écoles de commerce :

Cours : acquisition/vente

Chapitre : brigandage et banditisme.

 

08:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : suisse, gowrié, usa, accord fiscal, truands, gangsters