24/03/2014

Le printemps arabo-ukrainien : la défaite occidentale est inéluctable

Inéluctable ou...souhaitable, hélas

Pour autant que les Russes sachent franchir la deuxième étape et passent à l'offensive.

Lire la suite

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

22/03/2014

Syrie : le poème d'une petite fille de 11 ans

Après beaucoup d'hésitation, je publie ce poème qu'une petite fille de onze ans. Elle l'a écrit, d'après ses camarades, rapidement, à la récrée, dans un coin.

Du plaisir d'un père mêlé à une très grande douleur.

1922406_600233636733551_1054948719_n.jpg

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

21/03/2014

Le Crac des Chevaliers est libéré. Et bientôt le Golan

Ainsi, après Yabroud, l'armée nationale syrienne vient d'écraser les terroristes du Crac des Chevaliers.

Lire la suite

09:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

20/03/2014

Vous avez aimé Simféropol. Vous adorerez Donietsk, Odessa Kharkov, Dniepropetrovsk et...Kiev

Les Occidentaux ont franchi la ligne rouge. Déclaration de Poutine, comme l'appelle le sinistre Fabius, ministre des affaires étrangères du non sinistre Hollande. Les Occidentaux, pour la énième fois simples vassaux des Américains, ont commis une erreur fondamentale en traitant la Russie comme s'il s'agissait d'un micro état perdu au milieu du Pacifique. Ils le paieront très cher.

Mais revenons un peu en arrière, au début de cette "crise" ukrainienne, dans ce que j'appellerais : "Le printemps arabe dans les rue de Kiev"

Le schéma de base de "l'EuroMaidan" peut facilement se comparer avec le modèle du printemps arabe. Depuis 2010, ce modèle fut répété pratiquement à l'identique dans cinq pays : la Tunisie, l’Égypte, le Yémen, la Libye et...la Syrie. Le scénario, répété à l'identique, est le même : l'utilisation, au départ, d'un petit groupe,très agressif et parfaitement guidé avec pour but la conquête, éventuellement violente, du pouvoir, en dehors de tout cadre démocratique.

Une tentative de printemps arabe à l'ukrainienne a donc eu lieu début décembre 2013. Le leader du mouvement, un certain Arseniy Yatsenuk, fut présenté par les médias occidentaux comme le seul représentant de "l'opposition" ukrainienne.

Le scénario du printemps à l'arabe semblant être voué à l'échec, il ne restait que la vieille méthode consistant à provoquer les autorités les poussant à l'usage de la force selon une méthode devenue classique : la force excessive contre les manifestants "pacifiques". Mais ce scénario n'a pas vraiment fonctionné non plus. La vieille génération n'est pas vraiment dupe et les autorités semblent avoir appris sur les autres exemples de révolutions "colorées", orange, entre autres. Il devenait dès lors de plus en plus difficile de "simuler" une révolution pacifique. Commence alors la série d'opérations violentes, occupation de bâtiments publiques, blocage des institutions, apparition de milices armés, etc.  De fait, on sait toujours pas ce qu'il est advenu de la conversation de l'Estonien avec l'Anglaise concernant l'implication probable de snipers "pacifiques" dans le massacre de Maidan. Nous y reviendrons. Nous reviendrons aussi sur la distribution de biscuits aux manifestants par Madame Victoria Nuland (nom américanisé provenant en réalité de Nudelman, famille juive d'origine...ukrainienne)

http://en.wikipedia.org/wiki/Victoria_Nuland

 La suite de ce billet sera publiée demain

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (13)

06/03/2014

Fondamentalisme islamique, fondamentalisme "chrétien"

Il y a de cela quelques jours, lors d'une discussion avec un "fondamentaliste chrétien", puisque la bienpensance et le politiquement correct nous impose désormais cette notion, celui-ci me dit : "lorsqu'un musulman devient fondamentaliste, il se fait exploser dans un marché bondé, il va faire le jihad en Syrie ou ailleurs, où il égorge les mécréants et il filme les enfants qu'il tue devant une école. Lorsqu'un chrétien devient fondamentaliste, il...".

Effectivement, que devient un chrétien lorsqu'il décide de verser dans le fondamentalisme ? Question politiquement incorrecte. Il ne faut donc pas la poser. D'ailleurs, personne ne la pose. Il ne faut surtout pas oublier de le mentionner chaque fois qu'on parle de fondamentalisme...islamique. Comme ça, tout le monde est servi.

A ceux qui nous serviront l'histoire des croisades, inquisition et tout le reste, je dis : oui, je sais. Comme cela c'est réglé. En 1099, il y a eu les croisades. Aux 15e et 16e siècles, l'inquisition, etc. J'irai même plus loin, dans la Rome antique, l'esclavage était légal. Chez les cannibales, on se mange entre hommes. Les Assyriaques empalaient leurs prisonniers et les soldats ottomans ont pillé Constantinople et violé toutes les femmes qui se trouvaient à leur portée.

Tout cela, je le sais. Il se trouve juste qu'on est en...2014.

Ce matin, sur France Info, encore eux, une spécialiste, encore une, parlait du phénomène des jihadistes français en partance pour la Syrie. Une fois encore, on nous a servi l'histoire de l'Islam "modéré et tolérant" qui n'a rien à voir avec ce "phénomène qui s'approche plutôt du sectarisme que de la religion". Les jeune "égarés" sont totalement endoctrinés par des "gourous" qui n'ont rien à voir avec la religion et...hop, "on observe la même chose quelque soit la secte en question". ça, il fallait absolument, le dire, bienpensance oblige.

Dès lors, pour les ignares que certains d'entre nous sommes, je pose la question à ceux qui le savent et peuvent dès lors nous renseigner : qu'est-ce que c'est qu'un fondamentaliste "chrétien" et que fait-il lorsqu'il est "endoctriné" ?

Attention, il y a un piège : il s'appelle Andres Behring Breivik)

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

05/03/2014

Ukraine : ce que les Russes devraient faire (2)

Je ne sais si la dernière conférence du président russe sur la situation en Ukraine est un jeu bien étudié et s'il répond à une stratégie bien pensée. Je crois pour ma part qu'il s'insère dans une politique générale hésitante qui sera à terme dommageable pour la Russie. C'est, malheureusement, cette même politique hésitante qui a conduit la Syrie là où elle se trouve aujourd'hui.

Commençons précisément par le point où les Américains, inutile de mentionner ici les pantins européens, ont menacé très sérieusement la Russie de leur panoplie habituelle de "sanctions" : diplomatiques, économiques, isolement, etc.

Quand on y pense sérieusement, on se demande ce que les occidentaux peuvent réellement faire à l'encontre de la Russie. En réalité pas grand chose. Envisageons un instant le scénario suivant :

  1. Les Américains disent s'engager solennellement à venir en aide à l'Ukraine, y compris financièrement et nous...pondent une promesse de...1 milliard de dollars. Quand on sait que l'Ukraine doit plus de 20 milliards à la Russie, on se demande si tout cela est sérieux. D'ailleurs, les Russes devraient se réjouir et encourage même cette solution. Ils devraient, puisque les Occidentaux semblent être si généreux, exiger le remboursement de toute la dette ukrainienne selon le calendrier strict de celle-ci. Si les Américains souhaitent et ont l'argent suffisant pour le faire...
  2. Afin "d'aider" les Occidentaux à accomplir leurs promesse vis-à-vis de l'Ukraine, les Russes devraient faire remonter le prix du gaz à destination de l'Ukraine à son niveau sur les marchés mondiaux. De nouveau, si les Américains ont tellement envie et ont la possibilité "d'aider" l'Ukraine, y compris en payant sa facture énergétique, alors pourquoi pas.
  3. Sanctions économiques, disent-ils. Quelles mesures de rétorsions les Russes peuvent-ils "légitimement" entreprendre ? Parler sans savoir de quoi l'on parle ne sert à rien. Les chiffres étant têtus. Il faut savoir que les échanges économiques des USA avec la Russie ne représentent que 4% du volume de leurs échanges totaux. Pour les Européens, c'est différent. La Russie est le troisième partenaire commercial après la Chine et les USA. C'est donc "je te tiens, tu me tiens par la barbichette". La réticence "extrême" des Allemands et des Britanniques quant à des éventuelles sanctions économiques contre la Russie s'expliquent ainsi aisément. Pour les premiers, non seulement ils dépendent largement du gaz et pétrole russes, mais, au surplus, ils sont très largement liés à cette industrie. N'oublions tout de même pas que le siège de Gazoprom se trouve...en Allemagne. A un moment où les économies européennes sont pratiquement à terre, l'Allemagne ne se risquera certainement pas, pour faire plaisir à je ne sais qui, de mettre à son tour son économie en péril. En revanche, pour ce qui est de la Russie, les choses seraient un peu moins graves. Les Russes peuvent exiger, sans même interrompre leurs livraisons de gaz et de pétrole, que le paiement se fasse en...rouble ou même...en or. Ceci est parfaitement possible. De plus, puisqu'il s'agit de "guerre", autant se défendre en mettant les autres en péril. Au-delà, les accords passés entre les pays du BRICS imposent une "préférence" intra BRICS. En d'autres mots, les importations en pétrole de ces pays, Chine et Inde en tête, se feront en priorité de la Russie.

Malheureusement, je dis bien malheureusement, rien de tout cela, absolument rien, ne se fera. Ce qui me fait tout de même regretter la "modération" des dirigeants russes dans leurs propos. Même s'ils sont d'excellents joueurs d'échecs et doivent par conséquent prévoir plusieurs coups à l'avance, une petite mise en garde à haute voix de temps à autre serait salutaire.

Une déclaration de Lavrov du genre : La Russie saura répondre à l'insolence de Kerry d'une manière qui fera regretter à ce personnage d'avoir tenu ses propos.

Mais bon, pour cela, il faut un peu d'entrainement.

12:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

04/03/2014

Ukraine : ce que les Occidentaux devraient faire

Et voici que Donetsk qui "tombe" à son tour. Indignation des Occidentaux, menaces, etc.

Alors des deux choses l'une :

  1. Ils ne le savaient pas ou ne croyaient pas que cela peut arriver auquel cas ils sont naïfs, pour ne pas dire c...
  2. Ils le savaient et l'avaient même anticipé. Dans ce cas, ils sont criminels.

Mais, dans tous les cas, ils ont eu tort et le regretteront. Ce regret aboutira, comme dans le cas du Moyen Orient ensanglanté, à la perte progressive de leur influence dans les régions respectives ainsi qu'à des revers politico-économiques dont ils ne mesurent pas encore l'importance. Les seuls, peut-être, à pouvoir tirer leur épingle du jeu seront les Allemands. Et pendant que les Britanniques donnent dans la surenchère allant jusqu'à menacer directement les Russes qui, soit dit en passant, continuent à avancer sans bavardages inutiles, les Allemands, eux, se ménagent déjà le chemin de retour et se rendent à l'évidence (gaz et intérêts communs exigent) : il ne fallait pas défier les Russes.

Américains, Britanniques, Français et quelques autre "Européens" à leur traine, croient, à tort, qu'il s'agit d'un remake de la guerre froide. Du reste, même si cela était le cas, il faut constater que les initiateurs ne sont pas les Russes. Nous avons des gens, les Occidentaux, qui bafouent systématiquement et de la manière la plus abjecte qui soit, toutes les lois et toutes les règles internationales et viennent ensuite reprocher cela au Russes. Le plus remarquable est la remise au goût du jour du principe de "non-ingérence" dans les affaires internes d'un"État souverain". C'est vraiment extraordinaire. Une insolence poussée au maximum. Il faut donc respecter scrupuleusement ce principe et veiller à "l'intégrité territoriale" de l'Ukraine. Pour ce qui est de la non ingérence en Libye, Syrie, Égypte, Soudan, Iran, Liban et ailleurs, ainsi que "l'intégrité territoriale" de l'Irak, Soudan, Syrie...et ailleurs, il faut repasser.

Les Occidentaux croient donc que leur ennemi est la Russie et croient dès lors bon de s'associer avec des "amis" tels que Qataris, Saoudiens (dont François Hollande dit être en accord "total" avec les points de vue sur la Syrie) ainsi que les milliers de terroristes jihadistes semant la terreur partout et, peut-être, bientôt, ici aussi.

12:02 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

03/03/2014

Ukraine : ce que la Russie devrait faire

Les événements semblent s'accélérer en Ukraine. Comme prévu, les pantins de Kiev, à l'image de leur prédécesseur géorgien, l'homme aux manches trop courtes, ont, sous l’impulsion (ordre ?) de leurs commanditaires occidentaux, pratiquement déclaré la guerre à la Russie. Ils croient manifestement que leurs "amis" de l'Ouest courront à leur secours.

L'OTAN, par la voix de son secrétaire général, vient par ailleurs de déclarer que la Russie "menace la paix et la sécurité en Europe". Logiquement, cela signifie que les Occidentaux et l'OTAN la garantissent. Curieux mais habituel jeu double des "Occidentaux" : la démocratie et la liberté sont des valeurs "suprêmes". Voyons cela.

Le président ukrainien, aussi corrompu soit-il, est élu démocratiquement. Cela n'empêche pas les "démocrates" occidentaux de courir à Kiev, haranguer les foules et demander à la Russie de "respecter" la volonté du Peuple.Quel Peuple ? Celui qui manifeste à Maidan ? C'est la nouvelle mode maintenant. Dès qu'un Peuple manifeste, il faut respecter sa volonté et déguerpir. A une seule condition : que ce peuple soit "non occidental". Comme par hasard, le peuple (et non pas Peuple) qui manifeste à l'est de l'Ukraine n'a pas le droit de faire. Sa volonté, elle, n'est pas vraiment...démocratique.

A partir de là, les Occidentaux "montent" le ton et...menacent même la Russie. Rasmussen, le secrétaire général de l'OTAN, a, préalablement à la réunion "urgente" de son organisation, nommé directement La Russie et Poutine les accusant de "menacer la paix et la sécurité" en Europe. Avec son maître d'outre Atlantique, ils sont allé jusqu'à menacer la Russie.

Pour l'instant, les Russes, contrairement à leurs "partenaires" Occidentaux, ne font pas beaucoup de commentaires Ils se contentent de...faire. Il n'aura échappé à personne que, jusqu'à l'heure où ces lignes sont écrites et alors même que la Crimée est entièrement sous contrôle russe, pas une balle ne fut tirée. On parie que les Russes attendent et rêvent d'une petite folie, même individuelle, de la part de l'Ukraine.

Voyons maintenant ce que les Occidentaux déclarent vouloir "infliger" aux Russes : sanctions économiques, isolement sur la "scène internationale", ainsi que la panoplie habituelle de leur part en de pareilles circonstances. Les Américains poussent la folie jusqu'à déclarer vouloir geler les avoirs russes. Et c'est ici que, je l'avoue, j'en veux aux dirigeants russes. Car, contrairement aux Américains, les Russes ne sont pas encore "habitués" à leur force réelle. C'est probablement la raison essentielle de leurs hésitations et réactions quelque peu timides. Le problème des Russes est qu'ils ne se posent pas réellement la question de savoir comment les Occidentaux réagiront si, par mesure de rétorsion :

  1. Ils commencent par couper toutes les livraisons de gaz à l'Ukraine, du jour au lendemain.
  2. Ils exigent le remboursement des 20 milliards d'Euros que l'Ukraine leur doit.
  3. Ils coupent, du jour au lendemain, les livraisons de gaz à destination de l'Europe tout en gênant, pour ne pas dire plus, militairement, toute sortie d'hydrocarbures du Golfe persique
  4. Ils considèrent toute déclaration de la part des Occidentaux comme hostile et appelle une réaction violente.

Science fiction ? Folie ? Pas vraiment.

Encore une fois la question : que peuvent faire les Occidentaux ?

Rien, absolument rien. Sauf, peut-être, revenir à la raison, trop tard comme à leur habitude pour aller quémander de l'Ours.

Et le Peuple, dans tout cela ? Et bien, cette question, il faut la poser à Obama, Hollande et le sinistre Fabius. A moins que BHL ne s'en charge lui-même

 

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ukraine, russie, bhl, hollande, obama, poutine, crimée

02/03/2014

Géorgie, Sotchi...Ukraine

Ainsi, le scénario que j'avais envisagé trois jours avant la fin des jeux d'hivers de Sotchi semble se réaliser. A vrai dire, il n'était pas trop difficile à prévoir, sauf, bien sûr, pour les indécrottables de ce côté du Vieux Continent, qui croient encore qu'ils ont un réel rôle à jouer. Ils se remémorent encore leur "succès" en Serbie. Ils oublient juste qu'à l'époque, au Kremlin, il y avait l'ivrogne.

En 2008, les Russes ont mis à peine plus de 48 heures pour mettre l'armée géorgienne en pièces. A l'époque, aussi, les Occidentaux avaient essayé : une tête de pont, au cœur de "l'empire" avec un pantin minable, un certain Saakachvili à qui, à l'instar de tous ses semblables dans l'histoire, les Occidentaux ont promis soutien sans faille en cas "d'agression" russe.

On voit ce qu'il en était.

Indécrottables, disais-je. Ils essaient le même scénario, strictement, aujourd'hui. Le pantin  promu chef du gouvernement à Kiev, vient même de déclarer que toute intervention russe mènera à la guerre.

Voici comment les choses se passeront.

Après les gesticulations habituelles des Américains, Britanniques et Français, les pantins de Kiev seront "convoqués" à Moscou. Et ils s'exécuteront. On leur signifiera le rôle exact qu'ils doivent jouer et ils s'exécuteront. Probablement pas tous. certains iront se réfugier chez leur commanditaires, de ce côté de l'Oural.

La moindre entorse à ce scénario aura pour conséquence la réalisation des vœux de Tourchinov, le Saakachvili ukrainien : la guerre. Elle durera à peine plus longtemps que celle qui a fait taire définitivement le Géorgien.

A moins...

Que les Américains, c'est tout le mal qu'on pourrait leur souhaiter, croient qu'une intervention de leur part est possible.

 

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : russie, sotchi, géorgie, ukraine, poutine, saakachvili, obama, usa, france

19/02/2014

"Ministre inutile", Montebourg doit d'abord s'occuper de son industrie...mourante

En réalité, en plus d'être inutile, il est impuissant et endormi.

C'est Jean-Vincent Placé, "l'ami" écologiste du bouillant "ministre", qui le dit

http://www.liberation.fr/politiques/2014/02/16/montebourg...

A l'instar de tous les "impuissants-inutiles", ce quelque soit leur domaine "d'impuissance", Montebourg essaie de faire oublier, ou plutôt justifier, son propre échec en accusant les autres d'en être les auteurs. "Pouvez-vous citer une réussite industrielle depuis 18 mois ?" La question vient encore de Placé.

Montebourg ne se contente pas d'attaquer en règle notre pays mais se permet en plus de critiquer notre démocratie directe. Il est vrai qu'en cela, il a déjà été précédé par un certain... Manuel Valls, un autre ministre totalement inutile dont la seule réussite semble avoir été d'interdire le spectacle d'un bouffon.

Est-ce un hasard que les trois, en comptant le troisième larron qui ajoute la nuisibilité à l'inutilité (vous avez certainement reconnu le "Président de la République") soient des anciens... candidats à la présidence ?

L'inutilité des ces gens n'est finalement pas une surprise. Il suffit pour s'en convaincre de passer en revue quelques uns de leurs "ministères" :

  1. Égalité des territoires et du Logement
  2. Écologie, développement durable et énergie
  3. Travail, Emploi, Formation professionnelle et Dialogue social
  4. Réforme de l'état, de la décentralisation et de la fonction publique (oui, il y a un ministère pour ça)
  5. Artisanat (oui, aussi), commerce et tourisme
  6. Sports, jeunesse, éducation populaire et vie associative.
  7. Et, bien évidemment, Ministre du redressement productif

Nous avons aussi :

  1. Une ministre déléguée à la réussite éducative
  2. Un ministre délégué à la ville
  3. Un ministre délégué à l'économie sociale et solidaire et à la consommation
  4. Ministre déléguée à la lutte contre l'exclusion

Imaginez juste quelqu'un se présentant en étant le "Ministre du redressement productif" ou "Ministre de l'Artisanat", ou encore "Ministre de la lutte contre l'exclusion". Sincèrement, où trouvent-il "ça" ? Essayons juste d'imaginer ce que peut faire "ce" pays si ses dirigeants déployaient les mêmes efforts, montraient la même inventivité et passaient le même temps à le gérer que celui passé à trouver les noms de leurs ministères.

Alors, Monsieur Montebourg, cela fait 723 ans que nous nous suicidons "collectivement". Je suis certain que vous auriez adoré que vous puissiez vous suicider si cela pouvait vous relever un tant soit peu de votre impuissance.

Laissez-nous, Monsieur le Ministre du "redressement" productif, nous suicider collectivement et occupez-vous plutôt de vos échecs "collectifs"

 

09:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : france, montebourg, placé, suisse, immigration

17/02/2014

AIEP : La RTS trompe le public sur la Syrie

La décision vient de tomber et c'est l'Autorité Indépendante d'Examen des Plaintes en matière de radio-télévision qui le dit : la RTS trompe le Public.

Voici d'abord la décision de l'AIEP.

AIEP - Armes chimiques en Syrie: la Radio RTS trompait le public

Cela fait des mois, des années, que je suis parti en combat essentiellement contre la désinformation de nos médias, supposés, précisément, faire de...l'information. La décision de l'AIEP qui, d'habitude est très réticente à donner des suites favorables aux diverses plaintes contre ces médias, revêt une grande importance. On peut la considérer comme une décision globale frappant la presque totalité des émissions consacrées à la Syrie. Les pseudos journalistes de ces médias, propagandistes avant tout autre chose, se dont donnés pour mission (à moins qu'on la leur ait donnée) de déformer toute nouvelle en provenance de la Syrie. Lorsque l'armée syrienne frappe des positions de terroristes, ces derniers se transforment en pauvres civiles dans nos médias. Lorsque leurs protégés (oui et j'insiste) terroristes massacrent les habitants de villages entiers (lisez pour cela le rapport de HRW http://www.hrw.org/fr/news/2013/10/10/syrie-executions-et...), c'est soi le silence absolu soit, carrément, l'inversion des faits.

La RTS justifie cela par...des priorités rédactionnelles.

Un dernier mot. La RTS peut contester cette décision devant le TRibunal Fédéral. Rien de moins que de cela. On peut être certain qu'ils vont le faire. Ceci au moins pour deux raison :

  1. 1. Gagner encore plus de temps. Après, tout le monde aura non seulement oublié mais l'affaire n'aura presque plus d'objet.
  2. 2. Qu'est-ce que cela leur coûtera ? Rien. C'est bien aux frais du contribuable.


La belle vie quoi.


09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : rts, télévision, radio, syrie

10/02/2014

Initiative contre l'immigration massive : le peuple seul contre tous

 

mauro poggia,udc,mcg,rts,conseil fédéral,immigration

Initiative contre l'immigration massive, non pas l'immigration tout court, comme aiment "encore" à l'appeler les médias, décidément indécrottables.

Ainsi, le peuple, merci à la Suisse Alémanique, est allé contre l'avis de la totalité :

  1. De ses dirigeants (Conseil Fédéral et son président en tête)
  2. Des médias(soit aux mains du patronat soit des gauchistes)
  3. Des tous les partis politiques (hormis l'UDC et...une partie du MCG)
  4. Du patronat
  5. etc.

On comprend de plus en plus pourquoi tous ceux-là veulent tuer notre démocratie directe, coupable, selon eux, de la mise en marge de la Suisse. Ils ont certainement raison. Pour cela, il suffit de voir à quel point notre pays va mal et quel formidable essor emporte la France, l'Italie, l'Espagne, le Portugal, la Grèce, l'Irlande...et les autres.

Contrairement à l'idée véhiculée par la propagande des membres de la liste précédente, le vote du peuple suisse, loin de nuire au pays, inspirera au contraire les autres "peuples" européens qui s'écroulent sous le poids de l'incurie, l'incompétence et la corruption de leurs dirigeants.

La schizophrénie genevoise est elle aussi à relever. Il y a de cela quelques mois, le "peuple" du bout du lac faisait triompher le MCG et nommait, pour la première fois de son histoire, un membre de ce parti au Conseil d’État.  Aujourd'hui, 60% des "Genevois" disent non à l'initiative de l'UDC, défendue par le...MCG.

A propos du membre élu au Conseil d'État qui, contre l'avis de "son" parti, a appelé à voter non, il semble redevenir lui-même beaucoup plus tôt que prévu. Il lui reste le Parti Socialiste et il aura fait le tour complet.

Lire pour cela le billet que je lui ai consacré il y a de cela quelques mois.

 http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/201...

Vive la démocratie "directe" et vive le peuple. Et merci à ceux, d'outre Sarine, qui essaient de tenir ce magnifique pays tant bien que mal. N'en déplaise au bobos de la Tour du Quai Ernest-Ensermet 20 (devenu simple outil de propagande) et de quelques autres papiers recyclés dont certains sont en "bonne" voie de disparition.

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : mauro poggia, udc, mcg, rts, conseil fédéral, immigration

03/02/2014

Le terrorisme est "parfaitement" légitime

Cette affirmation, le lecteur l'aura compris, ne vient pas de moi mais…des Occidentaux, USA et France en tête, bien évidemment.

Ainsi, la France et les USA sont des pays terroristes, c'est définitif.

Revenons un peu en arrière, au dernier jour du premier round de la conférence sur la Syrie à Genève. C'est le vendredi 31 janvier de cette année et on est censé discuter de la problématique du…terrorisme. A priori, cela ne devraient (conditionnel présent, mais surtout conditionnel) pas poser le moindre problème et l'affaire devraient (conditionnel, toujours) être expédiée en quelques secondes.

Ce ne fut pas le cas.

Les chefs terroristes (USA et France) ont signifié à leurs brigades, je devrais dire pantins (la délégation de "l'opposition" syrienne) de rejeter catégoriquement la condamnation de la violence et du terrorisme en Syrie.

Si l'on ne devait retenir qu'une seule chose de l'échec de ce premier round de "négociations", ce devrait certainement être la "victoire" totale de la délégation syrienne. Cela a commencé avec l'indexe pointé par le ministre des affaires étrangères en direction de Kerry :"personne, au monde, Monsieur Kerry, ne peut décider qui doit ou ne doit pas être le président d'un pays".  La réponse du ministre des affaires étrangères du pays "très démocratique" qu'est les USA, aussi connu pour sa lutte "acharnée" contre le terrorisme, fut : "nous allons armer l'opposition syrienne". Drôle de manière de négocier la fin des "violences" en Syrie. Mais passons.

La soi-disant opposition qui, au fur et à mesure que les "négociations" avançaient, se délestait d'une manière régulière de certains de ses membres et qui, images aussi tristes que drôles et minables, recevaient, devant les caméras, les missives de leurs "conseillers" Américains et Britanniques leur indiquant ce qu'ils doivent dire (on a même vu, lors d'une conférence de presse, un des "chefs" de cette "opposition" arrêter sa déclaration quelques secondes, recevoir ses ordres et changer complètement d'orientation) a voulu sauter directement au point 8 de Genève I. Celui qui parle de la "transition" du pouvoir. C'est en effet tout ce qui les intéresse. Pour justifier le passage sous silence des points précédents, ils ont déclaré ne pas avoir de contrôle sur les gens qui sévissent sur le terrain.

Récapitulons.

C'est donc une opposition "démocratique" conduit par des chefs "très démocratiques" dont le but est de sortir la Syrie du cauchemar d'Assad, mais qui ne contrôle rien, ne représente personne et ne veut pas entendre parler de la lutte contre le terrorisme. En clair : "donnez-nous le pouvoir et tout se réglera tout seul".

Pour relayer ces élucubrations, ils n'ont eu aucun mal à se faire "merveilleusement" servir par les professionnels de la RTS, TDG, Le Matin, Le Temps (mourant) et quelques autres torchons.

Ceci fera l'objet de mon prochain billet.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

23/01/2014

Conférence de (paix ?) sur la Syrie : premier jour à Montreux

Dès les premières minutes, le ton est donné : le ministre des affaires étrangères de la Syrie, Walid Al Mouallem, point, avec index, l'ex candidat à la présidence des USA et actuel ministre des affaires étrangère de ce même pays, lui dit que ni les USA, ni aucun autre pays ne décide, ni ne décidera de qui doit ou doit pas diriger un pays, à plus forte raison la Syrie.

Eh pan.

Le minable Laurent Fabius, à la traine derrière le mourant Faisal, son chef, membre de la famille propriétaire de l'Arabie Saoudite, a fait un de ces discours habituels "à a française", où il a dénoncé les "élucubrations agressives" de Mouallem et "loué" l'attitude démocratique de Jerba, chef de la soi-disant opposition syrienne (qui a perdu les deux tiers de ses membres sur le chemin menant d’Istanbul à Montreux), nommé lui-même par la même famille précédemment citée.

Kerry ayant, de nouveau (décidément, ils sont indécrottables) souligné que l'avenir de la Syrie doit se faire sans Bachar el Assad, c'est maintenant le ministre syrien de l'information qui lui répond : "Bachar el Assad ne partira pas, ni maintenant, ni après".

Et pendant ce temps-là...

Lavrov ne dit pas grand-chose. Il n'aime pas perdre son temps. Il dit seulement ce qui est "nécessaire". Les discours, à la française...il y a Fabius pour cela.

Personne n'a remarqué l'absence de l'Iran. Justement, parlons un peu de l'Iran. Mais aussi de la Russie. Et ce qu'il ne faut surtout pas oublier, c'est que les premiers sont les inventeurs du jeu des échecs et les seconds en sont les meilleurs joueurs du monde.

L'absence de l'Iran, somme toute que physique, était la carotte donnée aux soutiens des terroristes, essentiellement la France et les bédouins du Golfe, pour que ceux-ci fassent venir les terroristes à la conférence. (ndlr : terroriste = ceux qui s'appellent opposants). Coup triple, ou de maître, c'est comme vous voulez : la conférence ne capote pas, les opposants sont obligés de venir mais, déjà divisés, leur mascarade (ils l'appellent coalition) s'est encore divisée en deux. Enfin, l'Iran, physiquement absente, empêche ainsi tous ceux tentés par une provocation, de faire échouer la conférence en mettant cela sur le dos des iraniens.

Nous savons que la conférence ne débouchera sur rien, en tout cas pas grand chose. Les "conférenciers" seront, malheureusement pour certains, d'admettre que les jeux sont maintenant faits. En d'autre mots, c'est la situation sur le terrain qui déterminera la suite des opérations. Et justement, sur la terrain, c'est la débandade, presque totale. Les jihadistes, tout en continuant à massacrer et égorger, s'entretuent et s'éliminent mutuellement. La mascarade appelée jadis ASL (Armée Syrienne Libre) a disparu et nous n'entendons même plus en parler.

Dès lors, ces drôles de personnages présents à Montreux et Genève, qui représentent-ils exactement ? En dehors, bien évidemment des genoux, turques, saoudiens et qataris, sur lesquels ils s'assoient depuis bientôt trois ans ?

09:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (9)

20/01/2014

Les votations suisses sont "illégitimes"

Telle est la conclusion des "analystes hautement qualifiés" de notre RTS nationale, média publique financé majoritairement par les redevances. 

http://www.rtsentreprise.ch/redevances-et-recettes/redeva...

En effet, le deuxième sujet traité par la présentatrice du TJ, après celui de la victoire de Kùng dans la descente du Lauberhorn, édition du samedi 18 janvier à 19h30, fut celui des résultats des votations égyptiennes sur la nouvelle constitution. Après l'introduction habituelle, donc banale, la présentatrice appelle "sa correspondante" au Caire,afin que cette dernière nous renseigne mieux sur ces votations, et lui pose la question suivante : "en effet, Marion Touboul, avec 38.6% de participation, on peut se poser des questions sur la légitimité de ce résultat".

http://www.rts.ch/video/info/journal-19h30/5539970-egypte-nouvelle-constitution-les-precisions-de-marion-touboul-au-caire.html

Eh ben !

Comme le montre le tableau joint, édité par l'office fédéral des statistiques, sur les 43 dernières années, depuis 1970, on a vu la moyenne de 50% dépassé à...4 reprises, seulement. Si l'on prend le nombre de sujets votés, cela fait 11 sur...127. Durant cette même période,19 années se sont distinguées par un taux de participation inférieur à...40%. Toujours dans cette même période, le taux de participation moyen de 13 années était inférieur au taux "égyptien" moqué par la présentatrice.

Votations en Suisse - statistiques fédérales.xls

J'ai même trouvé des votations où le taux de participation était inférieur à 30%, 28.7%, précisément : "l'arrêté fédéral relatif à la révision des droits populaires, du 9.02.2003 et "la loi fédérale sur l'adaptation des participations cantonales aux coûts des traitements hospitaliers", même date. Le 21.05.2006, la votation sur "l'Arrêté fédéral modifiant les articles de la Constitution sur la formation" n'a intéressé que 27.9% des votants.

Le 26 et 27 mai 1962, "l'Arrêté fédéral insérant dans la constitution fédérale un article sur la protection de la nature et du paysage" ainsi que "la loi fédérale modifiant la loi sur les indemnités de présence et de déplacement des membres du Conseil National et des Commissions de l'Assemblée Fédérale" n'ont fait déplacer que...17.4% des votants.

La liste est très longue.

Votations - statistiques fédérales détaillées.xls

Des sujets tels que :

Loi fédérale sur l'assurance-invalidité (17.06.2007)

Arrêté fédéral sur un nouveau régime financier (28.11.2004)

Arrêté fédéral concernant un frein à l'endettement (02.12.2001)

Initiative populaire «Accéder à la propriété grâce à l'épargne-logement» (17.06.2012)

Loi sur l’asile (09.06.2013)

N'auraient jamais pu voir le jour.

Décidément, ils sont indécrottables


09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

17/01/2014

Le Liban encore déstabilisé par son "puissant" voisin syrien

Le titre est repris, mot pour mot, à une présentatrice, qui se fait appelée, comme la majorité écrasante des participants à ce gigantesque télé crochet, ou télé réalité, si vous préférez, : JOURNALISTE.

Une de plus.

Il s'agit de la belle Patricia Loison, employée à France 3

De quoi s'agit-il exactement ? Le sujet est l'ouverture, une de plus, du procès de l'assassinat de l'ancien premier ministre du Liban, le Saoudien Rafik Harriri. La "journaliste" introduit le sujet, précisément, comme suit : "ouverture du procès des accusés de l'assassinat de Rafik Harriri à Lahye alors que le Liban est de nouveau déstabilisé par son puissant voisin". Le "puissant voisin" étant la Syrie.

On est rassuré. La Syrie est "redevenu" puissante.

En essayant de décortiquer le scoop de la belle journaliste, on découvre qu'il s'agit de l'attentant-suicide commis le jour même à Harmel, au Liban, par une jihadiste du Front Al Nosra (donc commandité par l'Arabie Saoudite avec laquelle François Hollande est en "total accord sur la Syrie"). Selon la belle "journaliste" donc (vous pouvez mettre les parenthèses où vous voulez), lorsqu'un jihadiste (de ceux qui égorgent en Syrie) se fait exploser au Liban, c'est le "puissant voisin" syrien qui en est la cause.

Les voies du Seigneurs sont impénétrables, on le sait. Celles de la beauté journalistique le sont infiniment plus.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

15/01/2014

Vie privée, vie publique : Hollande, DSK, Valls, Dieudonné et les autres. Suite et fin

Le ridicule le disputant au minable, voire au sordide, on apprend que le magazine "people" (pipole, si vous préférez) Closer, n'a été pour "presque" rien dans l'affaire du président,

Capture vie privée.PNG

de la République, bien sûr. Ce dernier a été "pris" le plus simplement du monde par "ses voisins" de pallier. Entendez ceux de l'immeuble appartenant à ce personnage qualifié par certains de "mafieux". Il a été photographié sur son scooter avec son casque, façon livreur de pizza (je m'excuse d'emblée auprès de ces derniers).

Ainsi, le mollasson qui a passé 18 mois avant de pouvoir "redresser" sa cravate, à défaut de pouvoir redresser la courbe du chômage, prouve que dans la lignée des présidents, ou présidentiables, notamment socialistes, il n'est pas en reste. En digne héritier de Miterrand, dont la vie privée n'a en rien affecté l'action politique, d'un DSK dont les frasques New Yorkaises et Lilloises ne sont que "récréations" dans la vie d'un homme surchargé occupé à servir l'intérêt supérieur, Hollande, énarque comme les autres, essaie de gommer sa médiocrité, réelle, celle-là, par la désormais classique :"le pouvoir, ça rend sexy".

Pour revenir, et finir, avec Valls et Dieudonné, Mbala Mblala, bien sûr, force est de constater que, comme prévu, Taubira (à qui beaucoup ont reproché son silence assourdissant dans cette affaire) semble effectivement confirmer l'intelligence que certains lui prêtent. Elle a attendu "pour voir" et les événements semblent lui donner raison. Dieudonné a réussi son coup de pub magi

stral. Mieux, il a même réussi à faire passer son message. Valls, le bouillant ministre de l'intérieur et "éternelle ami d’Israël" a déjà perdu. Il va bien sûr se targuer (c'est un "politique", que voulez-vous) d'avoir empêché le comique de présenter son spectacle, si décrié, mais personne n'est dupe : Dieudonné a, le 13 janvier, au Théâtre de la Main d'Or à Paris, présenté son spectacle, le même, exactement, que celui interdit par Valls. Mieux, le comique présente toujours le sketch où l'on voit le ministre de l'intérieur "à genou" dans le bureau de d'Alain Jacubowitz. Dieudonné a ainsi gagné doublement : en disant strictement la même chose mais en utilisant d'autres mots, il donne un poids autrement plus important à ses propos, qu'il faut maintenant, pour Valls et les autres, décortiquer à longueur de journée.

Quant à l'Elysée, Valls, appuyé par Jacubowitz ou

pas, peut oublier la totalité de ses rêves à ce propos.

J'en prends le pari.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2014

Vie privée, vie publique : Hollande, Valls, DSK, Dieudonné (Mbala Mbala) et les autres

"sa vie privé ne concerne que lui". "tant que cela n'a pas d'effet sur son action politique, il fait ce qu'il veut de sa vie privée". Etc.

Voici le genre de phrases qu'on entend en ce moment. Phrases  appuyées par des sondages affirmant que 84% des Français pensent que leur Président "a le droit de faire ce qu'il veut de sa privée". Les journalistes, professionnels, cela va de soi, ont commenté tout cela à longueur de journée. Personne n'a jugé opportun de s'arrêter quelques secondes pour savoir ce qu'il en en réalité.

Personne ne s'est posé la question de savoir ce qui se serait passé si Nafissato Dialo n'avait pas déposé plainte contre DSK, quelles qu'en soient ses motivations. Personne n'aurait rien su. ET DSK aurait été élu président de la République. Acte sexuel criminel, tentative de viol au premier degré, emprisonnement illégal au second degré, proxénétisme aggravé en réunion (charge pesant toujours sur l'ex candidat virtuel à la présidence de la République). Je vous laisse juste méditer ces expressions. Effectivement, la vie privée n'a "aucune" influence sur la partie "publique" de M. Strauss-Kahn. Tout comme celles de Sarkozy, Hollande et, le dernier en date, un certain Manuel Valls.

Je ne connais pas Dieudonné, que tout le monde appelle maintenant, comme par hasard, Mbala Mbala (sans que cela ne provoque l'indignation de personne, surtout pas ceux qui se révoltent systématiquement contre le "racisme")et n'ai pas vraiment envie de le connaître non plus. Je n'ai même pas eu envie voir, même par curiosité, un de ses soi-disant sketchs, cela malgré tout ce tapage autour de sa personne ces derniers jours. Car je considère que Dieudonné n'est pas le personnage central de l'affaire. Le vrai sujet est Manuel Valls.

Pour cela, il faut peut-être demander aux analystes et aux journalistes, toujours avides de vérité, ce qu'ils pensent.

Bien mieux que BHL qui, à l'occasion de la "libération" de la Libye (on voit aujourd'hui ce qu'il en est, on ne l'entend d'ailleurs plus à ce sujet, le brave philosophe) a déclaré : "je ne l'aurais pas fait si je n'étais pas juif" (on voit mal le rapport), Valls, le Sarkozy de gauche (qui, sans aucun racisme, croit que les Roumains ont "vocation à rester chez eux) avait déclaré : "Je peux vous dire, cela ne regarde que moi, c'est que la lutte contre l'antisémitisme, je vous dis cela pour des raisons politiques, historiques, euh, euh, ma famille est profondément liée à Vladimir Yankelivitch, qui a écrit le plus beau livre qu'on puisse écrire sur la "prescriptible" et sur la Shoa. Par ma femme, je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israel, "quand-même". Donc je ne viens pas ici pour recevoir des leçons, des brevets de lutte contre l'antisémitisme…".

http://www.youtube.com/watch?v=Y9Bs3tF1jj0

Mais tout cela n'est pas lié, bien sûr.

En réalité, tout cela prête à rire, plutôt qu'autre chose. La lâcheté de ces gens-là est "exemplaire". Incapables qu'ils sont à assumer les rôles qu'ils se sont attribués. Cela fait une dizaine d'années que Dieudonné (Mbala Mbala, ne l'oublions pas) distille ses propos mais c'est maintenant seulement que Manuel Valls le découvre.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

10/01/2014

Al Qaida, au coeur de Genève

Sous l'oeuil (protecteur ?) de la police et des autorités de notre superbe République, des barbus de la pire espèce se sont réunis à Genève pour soutenir leurs acolytes égorgeurs en Syrie. Nous avons réussi, par caméra cachée, de filmer tout cela. Inutile de dire que la RTS, sous les ordres d'on ne sait qui mais aux frais du contribuable, n'a pas jugé intéressant "d'aller voir". Sans doute que des reportages spécialement et adroitement montés par les soins de ses techniciens seraient mieux à même de répondre aux impératifs qu'on lui a imposés : les égorgeurs (ceux qui jouent au football avec les têtes de leurs victimes) sont des combattants de la liberté.

Voici les images.

http://m.youtube.com/watch?v=KR18pASggEA&desktop_uri=...

"une conférence pour soutenir le terrorisme se tient dans le pays de la paix, la Suisse, à Genève et à quelques jours seulement de la date prévue pour la conférence sur la Syrie. Notre caméra est entrée, sans y être invitée bien sûr et a capté quelques images de cette conférence".

-Takbir (dites Allah Akbar)

-Allah Akbar

-Takbir

-Allah akbar... etc.

(regardez les images et les têtes des participants à partir de la 25e seconde)

Commentaire du présentateur : "l'endroit n'est pas l'Arabie Saoudite, ni aucun autre pays du Golfe, mais bien une des nations les plus développées en Europe, la Suisse (c'est la 39 seconde, regardez les T-shirt et les inscriptions dessus). Notre caméra, malgré le danger représenté par les personnes présente, est entrée pour montrer comment et où se passent les opérations de propagande, financement, endoctrinement et le recrutement de jihadistes en partance pour la Syrie (c'est la 53e seconde, regardez la tête qui apparaît : un certain Nicolas Blancho). Suit des interviews de personnes ayant assisté à cette horreur "toute helvétique".

Je ne sais combien ils sont, mais il doit y en avoir tout de même pas mal qui doivent se retourner dans leurs tombes. Pas notre Conseil Fédéral qui, lors d'une autre occasion du même genre ou presque, a offert 50'000 francs aux "amis de la Syrie" à l'occasion d'une "autre conférence" tenus par ceux-ci en Allemagne.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, suisse, rts, islam, terrorisme, genève

06/01/2014

RTS et autres "médias" : honte à vous

Avertissement : certaines des images contenues dans cet articles sont très dures. C'est aussi pour cela que j'ai décidé de n'indique que les liens des sites qui relatent ces événements.

Lire la suite

13:04 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rts, médias, gowrié, syrie, adra, islam