UA-138665747-1

Indépendance et vérité : le blog de Jean.- S. Gowrié - Page 13

  • Jeunes socialistes : entre provocation et imbécilité...

    Le "jeune" socialiste Molina nous annonce hier que "son mouvement", tout aussi jeune que lui, célébrera la fête nationale en défilant avec un drapeau...pour la paix. On vient donc d'apprendre, 723 ans après, que notre drapeau est un symbole de...guerre.

     Le "jeune" en question va encore plus loin en nous expliquant que sa "démarche" s'appuie sur une "constatation" frappante : "la montée du nationalisme et la militarisation  croissante partout dans le monde". L'analyse de ce grand politicien (forcément grand car socialiste) se trouve confortée et illlustrée par ce "qui se passe en Ukraine et à Gaza".

    Décidément, ces imbéciles n'ont rien compris. Il suffisait donc de remplacer .

     

    ça

    Hamas180910.jpg

     

    le-drapeau-d-israel.jpg

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Par ça

    Et le tour sera joué.

     

  • Civilisation VS Islam : la différence

    Il n'y a pas grand chose à dire au sujet de cette vidéo :

    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qkTcReX_1SA

    Relevons tout d'abord qu'on a laissé l’énergumène parler tranquillement pendant presque deux minutes, sans intervenir. Jusqu'à ce qu'il ait fini.

    Fermons maintenant les yeux, remplaçons le "prédicateur" par un autre, disons... chrétien, par exemple et mettons-le dans une salle semblable se trouvant à :

    • Qatar
    • Arabie Saoudite
    • Algérie
    • Libye
    • Tunisie
    • Soudan
    • Somalie
    • Nigeria
    • Mali
    • Égypte
    • Syrie
    • Irak
    • Iran
    • Pakistan
    • Afghanistan
    • Turquie
    • Maroc
    • Émirats Arabes Unis
    • Koweït
    • Bahrain
    • Indonésie
    • ...et même, ici, dans certaines banlieues.

    Et imaginons le résultat

  • Les 28 + 1 salopards

    Les 28 = l'Europe

    Le 1 = les USA

    Hier, Cazeneuve, le sinistre "ministre" de l'intérieur de la France, accompagné du beaucoup plus sinistre Fabius, ont déclaré vouloir "favoriser" la venue en France des chrétiens "persécutés" en Orient, notamment ceux de Mossoul.

    Quelle bonté, quelle humanité, quels magnifiques sentiments envers ces "pauvres chrétiens" persécutés par...

    Au fait...par qui ?

    Par, d'après les sinistres précédemment cités, les jihadistes d'Irak et de Syrie. Seraient-ce ceux qui, armés, financés et entrainés directement par le Qatar et l'Arabie Saoudite et indirectement par cette même France ?

     

  • Le Jihad des minables (2)

    Hier, jihadiste et minable, la France a atteint des sommets dans les deux domaines. Coup sur coup, Flanby nous fait dans la même journée trois sorties que les mots manquent pour qualifier :

    • Élaboration d'une loi "très sévère" destinée à punir les partants pour le Jihad et, lisez bien cela (car c'est tout à fait véridique) création d'un nouveau délit : "entreprise individuelle de terrorisme".

    Voici le compte rendu de ces âneries (Le Monde)

    Le doute, me semble-t-il, n'est plus permis : ceux qui partent combattre en Syrie sont des...terroristes. Ce sera même inscrit dans la loi. Il faut juste rappeler ici, pour la énième fois, je le sais, que ces braves jihadistes combattent...le régime de Damas, tout comme, très exactement, le gouvernement de leur pays.

    • A peine quelques minutes après, l’Élysée sort un communiqué dans lequel le "Président de la République assure le nouveau chef de la Coalition Nationale Syrienne, CNS (si quelqu'un peut nous expliquer ce que c'est, je lui serais très reconnaissant) de son plein soutien" et lui "apportera son soutien civile et militaire". C'est Ouest France qui, cette fois, nous éclaire sur cette autre ânerie.

    Le CNS, combat-t-il le...régime de Damas ?

    • Estime qu'il est légitime qu'Israël se défend par tous les moyens contre les tirs de roquettes du Hamas.

    Que faut-il souhaiter à la France ? Et bien qu'elle continue d'être longtemps encore gouvernée par Flanby et ses semblables.

  • Le Jihad des minables

    Il y a de cela quelques mois, je publiai un billet intitulé :1008 Palestiniens tués en Syrie : résumé de l'histoire des Arabes.

    Je ne croyais pas si bien dire (écrire).

    Demandez cela à n'importe quel arabe et, par extension, musulman, il vous dira sans la moindre hésitation que l'ennemie ultime, le mal absolu à éradiquer est Israël, l’État des Juifs. Que le Jihad ultime, oui vous avez bien lu, est celui dont le but serait de "libérer" la terre de la Palestine et la mosquée d'Al Aqsa de celles et ceux qui les souillent depuis maintenant bientôt 70 ans. Entretemps (faut-il dire "en attendant" ?) on tue, on décapite, on détruit et on déclare le califat en Irak.

    A moins qu'on ne se soit trompé d'ennemi ! La faute certainement à la boussole qui a montré la direction de Mossoul et Damas au lieu de Jérusalem. A moins aussi que le route de cette dernière ne passe par Alep, Mossoul, Bagdad et Damas. C'est certainement cela.

    Ainsi, les Palestiniens, notamment du Hamas, combattent l'ennemi israélien à...Damas, où plusieurs milliers d'entre eux caressent déjà leurs Houris au paradis des minables. De même que plusieurs dizaines de milliers de Tunisiens, Saoudiens, Égyptiens, Jordaniens et même Tchétchènes, Afghans, sans parler de "nos compatriotes" et "amis" Suisses, Belges, Français, Anglais, Allemands et quelques autres portant le drapeau du Jihad.

    De l'autre côté, nous avons la "seule démocratie de la région" : Israël, bien évidemment. En Israël, des colons ultraorthodoxes brûlent vivant un jeune homme, vengeant, selon leurs dires, la mort de trois des leurs et pour les punir, la formidable armée de leur pays lance une opération meurtrière contre la bande de Gaza. On nous rétorquera certainement (c'est pour cela que je prends les devants) que, justement, trois jeunes Israéliens avaient été tués...par des Palestiniens. Hmmmm.

    1. Il faut d'abord remarquer la formidable rapidité avec laquelle les services (judiciaires ?) "démocratiques" israéliens ont déterminé sans le moindre doute que c'est le Hamas qui a commis le forfait. On a même déterminé les personnes exactes qui l'ont fait. Chapeau. Vous remarquerez aussi que nous n'avons plus de nouvelles concernant ces "enquêtes".
    2. Dès lors que tout était si claire, l'armée d'Israël est tout d'abord allé dynamité les maisons des "parents" des présumés coupables (je vous laisse imaginer la même chose, euh...p.ex en France, où la gendarmerie irait dynamiter l'appartement des parents de Mohammed Merah ou encore la maison de ceux de Mehdi Nemmouche, celui de la tuerie du musée juif à Bruxelles).

    Ainsi va le monde.

    Vive la Démocratie et...le Jihad.

     

     

     

  • Les observateurs de l'OSCE : ni observateurs, ni OSCE. Qu'en pense Didier Burkhalter ?

    Tout a commencé par une "petite" curiosité.  Faisant des recherches sur un moteur assez connu, je fus frappé par ce fait : l'article le plus récent remonte au…30 mai. Depuis, plus rien. Je ne voulais cependant pas m'arrêter là et continuai mes recherches pour, enfin, tomber sur quelques lignes publiées dans Le Figaro.fr, le 18 juin. On y lit que l'OSCE réclamerait encore la "libération inconditionnelle de "ses" observateurs.

    Décidément, mentir, pour les uns (OSCE, EU, USA, …) et se contenter de faire de la télé réalité pour les autres (RTS, France Info, France 2 et 3, TF1 et la presque totalité de ceux qui se rangent sous le label "média") devient la règle. En effet, on n'a plus rien entendu sur ce sujet depuis des semaines. Et pourtant.

    Continuant mes recherches, je tombe sur un très long article, assez bien documenté, publié sur le les blogs de MEDIAPART, auquel je repris le titre de mon billet et dans lequel on apprend qu'un certain Klaus Neukirch, directeur adjoint du Centre de Prévention des Conflits à…l'OSCE (oui, vous avez bien lu), aurait tenu les propos suivants :

    • Les personnes retenues n’étaient pas membres de l’OSCE
    • Compte tenu du fait que ce ne sont pas des membres de l’OSCE, celle-ci ne négocierait pas leur libération
    • L’OSCE n’avait fait aucune estimation des risques encourus pour cette mission puisque… ce n’était pas une mission de l’OSCE (la journaliste semblait, déjà, avoir du mal à comprendre).
    • Il s’agissait d’observateurs militaires européens œuvrant dans le cadre d’une mission militaire bilatérale entre l’Allemagne et l’Ukraine pour le compte d’une branche des forces armées allemandes, la "Zentrum für Verifikationsaufgaben der Bundeswehr" (Centre de vérification de la Bundeswehr)
    • Fort logiquement, les négociateurs étaient les autorités allemandes.
    • La vidéo originale de l’interview de M. Claus Neukirch étaient visible directement sur le site de l’ORF, mais le lien y a été supprimé.

    Et bien, oui, la vidéo a effectivement été supprimée. Sauf que, on est en 2014. Je l'ai donc retrouvée et pour éviter que cette nouvelle source ne soit supprimée à son tour, je l'ai enregistrée.

    L'interview a été faite à l'ORF (non pas à un media…russe)

    http://www.youtube.com/watch?v=mWeU_4UEAq8


    J'envoie cette vidéo, aujourd'hui même, à la RTS. Nous verrons ce qu'ils en feront.

  • Les observateurs de l'OSCE : ni observateurs, ni OSCE. Qu'en pense Didier Burkhalter ?

    Tout a commencé par une "petite" curiosité.  Faisant des recherches sur un moteur assez connu, je fus frappé par ce fait : l'article le plus récent remonte au…30 mai. Depuis, plus rien. Je ne voulais cependant pas m'arrêter là et continuai mes recherches pour, enfin, tomber sur quelques lignes publiées dans Le Figaro.fr, le 18 juin. On y lit que l'OSCE réclamerait encore la "libération inconditionnelle de "ses" observateurs.

    Décidément, mentir, pour les uns (OSCE, EU, USA, …) et se contenter de faire de la télé réalité pour les autres (RTS, France Info, France 2 et 3, TF1 et la presque totalité de ceux qui se rangent sous le label "média") devient la règle. En effet, on n'a plus rien entendu sur ce sujet depuis des semaines. Et pourtant.

    Continuant mes recherches, je tombe sur un très long article, assez bien documenté, publié sur le les blogs de MEDIAPART, auquel je repris le titre de mon billet et dans lequel on apprend qu'un certain Klaus Neukirch, directeur adjoint du Centre de Prévention des Conflits à…l'OSCE (oui, vous avez bien lu), aurait tenu les propos suivants :

    • Les personnes retenues n’étaient pas membres de l’OSCE
    • Compte tenu du fait que ce ne sont pas des membres de l’OSCE, celle-ci ne négocierait pas leur libération
    • L’OSCE n’avait fait aucune estimation des risques encourus pour cette mission puisque… ce n’était pas une mission de l’OSCE (la journaliste semblait, déjà, avoir du mal à comprendre).
    • Il s’agissait d’observateurs militaires européens œuvrant dans le cadre d’une mission militaire bilatérale entre l’Allemagne et l’Ukraine pour le compte d’une branche des forces armées allemandes, la "Zentrum für Verifikationsaufgaben der Bundeswehr" (Centre de vérification de la Bundeswehr)
    • Fort logiquement, les négociateurs étaient les autorités allemandes.
    • La vidéo originale de l’interview de M. Claus Neukirch étaient visible directement sur le site de l’ORF, mais le lien y a été supprimé.

    Et bien, oui, la vidéo a effectivement été supprimée. Sauf que, on est en 2014. Je l'ai donc retrouvée et pour éviter que cette nouvelle source ne soit supprimée à son tour, je l'ai enregistrée.

    L'interview a été faite à l'ORF (non pas à un media…russe)

    J'envoie cette vidéo, aujourd'hui même, à la RTS. Nous verrons ce qu'ils en feront.

  • Si les ricains n'étaient pas là

    Capture.PNG

    Cela fait longtemps, très longtemps que l'ânerie de cette chanson, à l’instar de de toutes les âneries allant dans le même sens, me laisse songeur, à défaut d'en rire ou d'en pleurer. Elle a cependant cette vertu : elle nous fait mieux comprendre pourquoi ce monde a cette allure-là. Du moment où il reste des gens qui sont capables, précisément, d'écrire de telles âneries et d'autres, pour les écouter et y croire.

    Reprenons donc depuis le début, savoir : si les ricains n'étaient pas là.

    Regardez bien le tableau suivant. J'ai souligné l'essentiel mais vous pouvez consulter les détails, pratiquement jour pour jour, sur le lien suivant :http://www.kronobase.org/chronologie-categorie-Front+est-europ%C3%A9en+(1939-45).html

    les explications, discours et analyses sont superflus.

      Capture.PNG

    Ce travail est bien évidemment à la portée de n'importe qui. Il n'a juste jamais été fait.

    Avançons un peu et voyons ce qui se serait passé si...les ricains n'était pas là. Pour cela, faisons un bond d'une petite vingtaine d'années dans temps, en janvier 1962 (création, à Saigon, du commandement militaire américain afin d'aider le Sud-Vietnam contre"l'activisme communiste") puis le 7 août 1964 où le "congrès américain" (constitué de démocrates défenseurs des droits humains) vote la résolution du Tonkin, qui permet au président Johnson d'engager massivement l'US Army dans le conflit vietnamien. Dès cette date et jusqu'au 27 janvier 1973 (accords de Paris entérinant le retrait des troupes américaines du Vietnam) :

    1. 7.08 millions de tonnes de bombes ont été largués (3.4 millions par l'ensemble des alliés durant la seconde guerre mondiale)
    2. Entre deux et trois millions de Vietnamiens tués
    3. Un pays entièrement dévasté. Un sol pollué d'où des malformations à la naissance jusqu'à aujourd'hui. L'agent orange utilisé à grand échelle...
    4. La liste est longue

     

    1718250_7_8c35_8-juin-1972-trang-bang-sud-vietnam-kim-phuc_78585d6ef8a31edf594f091eeed79bed.jpg

    Avançons encore un peu et allons voir du côté du continent sud américain, le 11 septembre 1973, donc quelques mois après la fin "officielle" de la guerre du Vietnam, pour assister au coup d'état du général Pinochet contre Salvador Allende, élu "démocratiquement". Le bilan est visible en cliquant sur ces liens :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Augusto_Pinochet

     

    Pinochet.jpg

    Restons en Amérique du Sud, là où se tient actuellement la coupe du monde, au Brésil où Joao Goulart fut renversé par la junte militaire, soutenue par les USA  qui instaurera la dictature de 1964 à 1985.

    Indonésie, Guatemala, Salvador, Nicaragua...

    Afghanistan, en 1979, pour financer, entrainer et aider militairement les Talibans puis, de 2001à aujourd'hui contre, parait-il, ces mêmes Talibans.

    Irak, de 2003 à 2012 : 1 million de morts, un pays qui n'existe plus et, exactement comme pour l'Afghanistan, l'avancé des islamistes sanguinaires de l'EIIL, les talibans syro-irakiens, en bien pire.

    fr-60minii_us_iraqitortured_09_1_-69041.jpg

    Libye : à l'instar tous les autres cas, le pays a simplement disparu.

    Syrie, ce même EIIL (Etat Islamique en Irak et au Levant) financé, armé et entrainé par les USA et ses vassaux (France) et "amis" (Arabie Saoudite et Qatar)

    Japon : est-ce que Hiroshima et Nagasaki auraient été bombardées à l'arme atomique et les centaines de milliers de civiles innocents tués ?

    Hiroshima.jpg

    Et, finalement, cette belle et vieille Europe. serait-elle devenue un simple vassal exécutant ouvertement les ordres du maître ? Aurait-elle été obligée, pour aller jusqu'à la frontière de la Russie, supposée être l'ennemie ultime, d'accepter dans ses rangs 28 pays, avec porte ouverte à quelques autres, avec le résultats catastrophiques que l'on sait ? Subirait-elle autant de pressions pour admettre un pays tel que la Turquie (rendez-vous compte !) ? S'islamiserait-elle à une vitesse aussi effrénée ?

    Chez nous, notre pays serait-il devenu un simple centre d'espionnage ? L'Ambassade des USA serait-elle devenue le point central de l'espionnage et les grandes oreilles de notre pays au service de la NSA ?

    Alors, franchement, si les Ricains n'étaient pas là...

     

     

     

     

  • A mes lecteurs : merci et désolé

    Absent pendant quelques jours, je remercie sincèrement toutes celles et tous ceux qui lisent et commentent mes billets. Vos derniers commentaire sont publiés ce matin. Quant à mes billets, ils recommenceront à apparaître, au gré des événements, dès demain.

    Merci encore

  • Du Jihad au coeur de Genève

    Décidément, ça va de mal en pis

    Lire la suite

  • Fabius, MAE de la...France : "sur le terrain, les terroristes d'Al Nosra font du bon boulot"

    Cela fait un bon moment que certaines personnes se demandent où est-ce que l'on a trouvé cette déclaration. Eh bien, après quelques recherches rapides et en éliminant, comme d'habitude, toutes les sources taxées "d'anti occidentales", on l'a trouvée dans ... Le Monde (cliquez, puis allez à la troisième proposition de Google : Le Monde).

    Fabius est même allé jusqu'à regretter la décision des Américains de classer cette "organisation" comme terroriste.

    Ceci étant fait, je me suis amusé à parcourir l'article, qui date du 13.12.2012. A l'époque, le comique et ses acolytes se félicitaient des succès "militaires" des terroristes sur le terrain et prédisait la chute de Bachar El Assad en quelques semaines. On attend encore.

    Mais cela n'est pas le plus savoureux dans l'affaire, pour autant qu'on puisse trouver une quelconque saveur auprès de ce sinistre personnage. Une année et demi plus tard, RTL.fr publie un article dans lequel on apprend que le même Fabius, oui, oui, vous ne louchez pas, propose de classer Al Nosra comme organisation terroriste au sens de...l'ONU (là, aussi vous pouvez cliquer)

    Fabius veut maintenant, en concertation avec la GB, augmenter le soutien à l'opposition...modérée.

    Qui est-ce ?

    Mon problème, avec cette affaire, est qu'il m'est impossible de continuer à en parler sans employer des termes que la décence, tout comme la censure, m'interdiraient de le faire.

    Alors, je me contente juste de cela...

    Franchement, regardez-moi ça.

    sans-titre.png


  • Le feu syrien commence à brûler l'Europe : juste retour des choses ?

    De retour chez eux, les terroristes islamistes s'attaquent à ceux-là même qui, trois ans durant, ont tout fait pour les encourager à partir combattre le "tyran de Damas".

    Lire la suite

  • La France est un pays "démocratique"...pfffff ou...hé hé

    C'est Monsieur 15% qui nous le dit.

    Il y a de cela quelques jours, Monsieur 15% a, par le truchement de son Monsieur 6% (aux primaires de son propre parti) interdit que "se tiennent sur le sol français les élections présidentielles syriennes". Pour justifier cela, la France, grand pays démocratique et inventeur des droits de l'Homme, comme chacun le sait, déclare "s'opposer à ce que les Syriens choisissent eux-mêmes leur président et persistent à affirmer qu’il appartient aux grandes puissances de négocier entre elles un « organe de transition » excluant Bachar el-Assad".

    C'est ainsi que Monsieur 15% s'attaque à Monsieur 73% d'intentions de vote et veut prendre des sanctions contre Monsieur 82% de popularité (merci Yara).

    Merci aussi à l'actualité qui, ce W/E, vient de gratifier encore une fois Monsieur HéHé d'à peine 14% aux élections européennes. Voici donc un pays, très démocratique, dont le premier parti, 25% des Français tout de même, n'a que deux représentants à l'Assemblée Nationale.

    Monsieur 15% croit que les coups d'état ( Kiev) sont légaux, alors que l'expression populaire par referendum  massif  n'est pas reconnue.... 

    Je ne vais, pour une fois, ni discuter, ni analyser, ni polémiquer. Je vais juste dire ceci : Les élections se tiendront en Syrie. Il en sortira un vainqueur. Il sera président du pays pour les 7 prochaines années. Ce au nez et à la barbe des USA et de leur vassal le plus servile, en ce moment.

    Pour le laquais lui-même, la débandade, à tous les niveaux, continuera. Pour marquer son énervement face à l'attitude de la Russie en Ukraine, c'est Monsieur 18% aux primaires de son parti, en 2006 (le sémillant Fabius) qui déclara qu'on "ne peut pas accepter qu'un pays puisse agir de la sorte simplement parce qu'il a la bombe atomique".

    Je lui souhaite sincèrement d'être encore de ce monde le jour où ce pays dont il est actuellement le MAE aura encore une existence parce qu'il a...la bombe atomique.

  • Syrie : le double véto sino-russe

    Hier, le hautement antipathique ambassadeur de la France auprès des nations Unies a présenté une résolution visant à amener la Syrie (ce qu'ils appellent le régime, bien entendu) devant le TPI. Inutile de préciser que ce TPI n'a pour mission que de condamner une partie seulement des "crimes", ceux désignés comme tels exclusivement par les puissances occidentales.

    Je dois tout de même, sincèrement, saluer le "culot" de ce personnage et le pays qui l'envoie à New York : enrôler, financer, entrainer et armer des terroristes qui égorgent tout ce qui se trouve sur leur chemin et vouloir en même temps condamner les autorités qui les combattent...il fallait le faire.

    Mais passons.

    Après le bavardage habituel et inutile des représentants de la France, de la GB, des USA et quelques autres de moindre importance, on a demandé à voter la résolution. Deux bras se sont immédiatement levés : ceux du Russe et du Chinois. Ceci est d'une grande importance : il démontre une volonté "conjointe", claire et précise des deux puissances "non occidentales" de s'opposer à l'Ouest, alors qu'un véto russe et une abstention (habituelle) chinoise eurent largement suffi.

    Voici donc la Russie, à "genoux" suite aux "sanctions" occidentales, faire comme si de rien n'était. Mieux. Cela n'a pas vraiment échappé à nos médias qui, comme d'habitude, ont plutôt préféré l'ignorer, Russes et Chinois, en réponse probablement aux "drôles de sanctions" occidentales, viennent de signer ce que l'on peut appeler de contrat du siècle pour la livraison de gaz et de pétrole sur...30 ans. Le montant estimé du contrat est (oui, vous avez bien lu) de 400 milliards de dollars : "Si l’on envisage le pire, de manière purement théorique, le gaz qui ne serait pas livré en Europe peut être envoyé (...) en Chine", avait déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dans un entretien à l’agence Bloomberg, selon un extrait publié mardi sur le site du gouvernement russe. Ce n'est pas pour rien que le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a appelé Vladimir Poutine à respecter son "engagement" de poursuivre les livraisons de gaz à l’Europe, alors que Moscou menace de couper les approvisionnements de gaz à l’Ukraine le 3 juin en raison des impayés de Kiev.

    Eh ben...

    Moi qui croyais que l'...Europe voulait "punir" la Russie.

    Au fait, où en sommes-nous des fanfaronnades d'Obama, Merkel et, surtout, Hollande et son MAE au sujet de l'Ukraine ?

  • La soeur de Merah serait partie combattre en Syrie

    A l'image de presque tout le reste dans ce pays, les services secrets français, déjà défaillants du temps de son illustre frère, ont laissé partir la sœur, encore plus radicale que le petit Mouhammed, rejoindre son compagnon qui, lui, s'y trouve déjà.

    L'autre hypothèse est que tout cela ne soit que de la poudre aux yeux. Après un ou deux "coups" de filet, comme dernièrement à Strasbourg, où l'on mis la main sur 7 jihadistes qu'on mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste", la France ne serait pas mécontente de voir les éléments les plus néfastes aller mourir en Syrie.

    J'avoue que tout cela devient fatiguant plus qu'autre chose. Le complot (je n'ai malheureusement pas réussi à éviter ce mot) semble être général : le complicité criminelle gouvernements-médias a atteint son paroxysme. J'ai dû chercher très longtemps une autre source que celle produite à la fin de ce billet, sans succès.

    Je vous laisse donc avec le "rapport" de l'ancien ambassadeur de la France, Michel Raimbaud. Il est bien évidemment authentique.

  • Extraordinaire : la France est une terre de terrorisme

    Vendredi dernier, on apprenait que les 7 "jihadistes" de Strasbourg avaient été mis en examen pour (lisez bien l'accusation) "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

    En relation avec une entreprise...terroriste.

    La France, si je comprends bien, reconnaît donc on ne peut plus "légalement" que les combattants en Syrie sont des terroristes. C'est cela qui est extraordinaire.

    Alors que pendant plus de trois ans le "régime" de Damas a été présenté, et continue par ailleurs de l'être, comme la personnification de mal absolu qu'il faut "combattre" à tout prix. Que ceux, précisément, qui le combattaient étaient parfaitement légitimes dans leur action, la France condamnent ces mêmes combattants (les mêmes, car ces derniers combattent le régime de Damas) pour terrorisme.

    Extraordinaire, disais-je. Extraordinaire. A moins que ce soit, au contraire, très ordinaire.

    La France reconnaît être un pays terroriste.

  • Quand on a la bombe atomique, on peut traiter Obama de "face de singe"

    Qu'en est-il de Madame Donatella Rovera et de son Amnesty International ?

    Lire la suite

  • Amnesty International et, surtout, Donatella Rovera : quand le triste le dispute au minable et au criminel

    Tout le monde ou presque, hélas, connait maintenant la réalité sur ces organisations et qui les oriente réellement. C'est pour cela qu'il est inutile d'épiloguer là-dessus.

    Je me contente donc ici de publier la magnifique interpellation à cette dame de quelqu'un en colère. Quelqu'un qui, aussi, me gratifie de son amitié. Je l'en remercie.

    Je lance à cette dernière, ainsi qu'à tous ceux qui l'écoutent "bêtement", un défi : prouver le dixième de se qu'elle prétend et...de répondre aux questions qui lui sont posées.

    Voici donc le message adressé par le professeur Majed Chergui à...Madame Donatella Rovera. (les parties en rouge sont des commentaires à moi.

     

    Madame,

    En lisant votre appel daté du 17.4.14, je me suis demandé si c’était de l’ignorance ou de la mauvaise foi. Je suis surpris qu’une chercheuse (j’en suis un aussi) soit si pauvrement informée de la situation en Syrie (elle n'est pas du tout mal informé. Comme les autres, dans son camp, elle sait tout). Pourtant, il n’est même pas difficile de trouver l’information, car les mercenaires fondamentalistes (plus de 80 nationalités), soutenus par vos bailleurs de fonds : OTAN, USA, UE, Israel, Arabie séoudite, Qatar, etc., (quelle belle équipe, harmonieuse) et qui mettent le pays à feu et à sang sont fiers de leurs actions et les affichent sur leurs sites sociaux. Vous trouverez un résumé dans le rapport détaillé ci-joint, établi par une trentaine d’avocats et journalistes turques. Je peux aussi vous envoyer les liens postés par les mercenaires eux-mêmes. N’hésitez pas de me les demander ! Vous ne pouvez donc pas ignorer les :

    • Massacres de populations civiles : depuis celui de Houla, qui avait été mis sur le compte de l’Etat syrien (conduisant à la rupture des relations diplomatique et à l'expulsion des diplomates syriens de beaucoup de capitales occidentales) et qui s’est avéré être le fait des mercenaires soutenus par l’Occident, à plus récemment, celui de Adra. Comme ces massacres ne peuvent plus être mis sur le compte de l’Etat syrien, la presse n’en parle plus.
    •  Exécutions publiques par décapitation (on ne les compte plus), égorgements, strangulation, fusillades, etc., de soldats, de femmes, d’enfants et de familles entières (vous pouvez avoir un avant-goût dans ces courts documentaires de la TV belge : https://www.youtube.com/watch?v=p5BPOG0x2cA et https://www.youtube.com/watch?v=MJX3Uu36qiw ).
    •  Anthropophagie : vous connaissez surement le cas célèbre du commandant de l’Armée Syrienne Libre qui avait ouvert la poitrine d’un soldat tué, en avait extirpé le cœur et l’avait fièrement mangé devant les caméras qui le filmaient (https://www.youtube.com/watch?v=W0W83PQ94jo) . Il est intéressant de noter que les gouvernements occidentaux considéraient la (défunte) ASL comme la branche « modérée » de la rébellion. Cela en dit long sur le caractère modéré de ces mêmes gouvernements.
    • Pogroms de minorités : le dernier en date est celui du village historique de Kassab habités d’arméniens et qui a été attaqué avec le soutien de l’armée turque (un membre de l’OTAN et, …, tiens ! comme l’histoire se répète).
    • Viols : vous avez sûrement entendu parler du « Jihad el Nikah » (Jihad du viol), qui avait été énoncé par des prédicateurs à la solde des amis de l’occident (deux grandes démocraties ! L’Arabie Saoudite et Qatar) afin d’encourager le recrutement de mercenaires dans les pays musulmans, en déclarant qu’il était licite de violer des mécréantes (c’est-à-dire les femmes des minorités ou celles, sunnites, qui soutiennent l’Etat syrien).
    • Utilisation d’armes chimiques contre les civils : les attaques à l’arme chimique qui ont eu lieu à Alep en mars 2013 et dans la région de Damas en Août 2013 sont bel et bien le fait des mercenaires de l’OTAN. Je vous prie de vous référer aux articles du célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersch et à l’étude publiée par des physiciens du MIT, que vous trouverez en attaché.
    • Je passe sur les destructions d’écoles, d’usines, de silos à blé, de boulangeries, etc., et de tous ce qui représente le secteur éducatif et productif du pays, mais aussi des monuments historiques et culturels, qui sont l’âme et l’histoire d’un peuple. Aucun différent politique ne justifie de tels actes, sinon le but d’abattre une société civile, ses institutions et son histoire qu’on veut détruire à jamais. 

    Rien ne justifie tout cela, quels que soient les excès que vous voulez imputer à l’Etat syrien. A ce titre, je vous mets au défi de prouver ce que vous écrivez : « … les cachots des services secrets sont remplis de cadavres… » . En bonne chercheuse, n’oubliez surtout pas de citer vos sources !

    Quant aux bombardements de quartiers habités, si jamais bombardements de quartiers il y a eu, ceux-ci n’étaient habités que par des mercenaires. Dans l’écrasante majorité des cas, les habitants se sont réfugiés dans les régions tenues par l’armée syrienne. Finalement, si comme vous le dites, cette dernière est si prompte à bombarder des quartiers habités, comment se fait-il qu’elle ait négocié pendant des mois et des mois que les mercenaires quittent les quartiers vides du centre de Homs qu’ils tenaient, comme c’est arrivé tout récemment.

    Pour revenir au début de mon message, je doute que vous soyez ignorante de tout cela, sinon vous faites une piètre chercheuse. J’en conclue donc que c’est de la mauvaise foi, ce qui est à la limite compréhensible, puisque après tout, vous êtes payée pour. Mais dans ce cas la mauvaise foi est criminelle et vous avez les mains pleines de sang du peuple syrien.

    Amnesty International fait le travail de RP pour les plus grands criminels de notre temps : l’OTAN, les gouvernements occidentaux et leurs alliés (Israël, Arabie Saoudite, Qatar, etc.). N’ayant pas encore fini avec la Syrie, ils s’engagent maintenant en Ukraine en mettant au pouvoir des nazis, eux-mêmes entrainés par des experts militaires israéliens, bravo !

    Et avec tout ça, vous prétendez être une organisation « humanitaire »… Triste constat.

    M. Chergui

    Pièces jointe à la lettre :

    Pièce 1

    Pièce 2

    Pièce 3

    Pièce 4

    Pièce 5

    Pièce 6

    Pièce 7