UA-138665747-1

  • Carlos Ghosn a interdiction de quitter le Liban

    Le jour même où l'ancien roi du monde (automobile) faisait sa conférence de presse (en mondiovision, tout de même), la "justice" libanaise le convoque pour un interrogatoire, suite auquel on signifie à l'ancien PDG du groupe Renault - Nissan son interdiction de quitter le pays.

     

    Qu'en disent les "spécialistes" des falafels (voir mon précédent billet à ce sujet) ?

    https://www.tdg.ch/monde/carlos-ghosn-interdiction-quitter-liban/story/18856236

    https://www.lematin.ch/monde/carlos-ghosn-interdiction-quitter-liban/story/18856236

    https://www.nouvelobs.com/justice/20200109.OBS23237/carlos-ghosn-interdit-de-quitter-le-liban.html#modal-msg

     

     

    Et qu'en dit l'intéressé lui-même ? Officiellement, il n'a rien déclaré. Cependant, il doit sans doute être assez affecté par cette décision. Lui, il aurait bien aimé se soumettre à la justice française, japonaise et toutes les autres justices du monde, s'il le fallait. C'est la justice libanaise qui l'en interdit, le pauvre.

     

    Maintenant, non seulement il s'est réfugié au Liban, mais la justice de ce pays lui interdit même d'en partir.

     

    Que du bonheur.

  • Waooo, l'Iran a "riposté". Des dizaines de missiles tirés sur les Américains. Waooo.

    Voilà. Cinq jours après l'assassinat "ciblé" du général Soleimani par l'armée américaine, l'Iran tient sa promesse et sa vengeance en tirant, tout le monde n'est pas d'accord sur le chiffre, des dizaines de missiles balistiques sur deux bases militaires américaines en Irak. Inutile de parler des chaînes d'information où la nouvelle tourne en continu. Inutile aussi de parler des désormais habituels "spécialistes" qui écument ces mêmes plateaux pour nous expliquer ce que nous n'arrivons pas à comprendre. Des spécialistes militaires, des spécialistes du Moyen Orient, des spécialistes de l'Iran, des spécialistes des USA, des spécialistes de Trump, de l'Ayatollah Khamenei, du général Soleimani et des conflits armés. Des spécialistes des falafels et du kebab, pendant qu'on y est.

     

    Les marchés se sont affolés et les prix du pétrole se sont envolés, de 4.5%. La France dévie la trajectoire de ses avions pour éviter de passer dans l'espace aérien irako-iranien...

     

    Le monde est au bord de la troisième guerre mondiale.

     

    Ce qui est drôle dans tout cela et que nous découvrirons comme par magie dans quelques jours, lorsque les spécialistes des falafels reviendront nous l'expliquer, c'est la "facilité" extraordinaire avec laquelle tout cela s'est passé. L'Iran tire des dizaines de missiles, comme cela, sans autre, sur des bases militaires américaines en Irak et Trump qui se contente de Twitter : "jusqu'à maintenant, tout est OK".

     

    Alors voilà, trêve de suspens (je n'ai pas crû un instant qu'il y en avait). Cela fait quatre jours que les négociations triparties (USA, Iran et Russie, peut-être avec la Chine, un peu) ont lieu pour mettre en place les modalités de cette "riposte". "Nous avons tué votre général, vous tirerez quelques missiles sur nos bases sans qu'aucun de nos soldats ne soit tué ou blessé et nous ferons des déclarations d'apaisement mutuelles.

     

    Restent les spécialistes des falafels qui n'ont même pas remarqué que l'armée la plus puissante du monde, dotée de la technologie la plus sophistiquée et la plus effrayante de l'Histoire, capable de traquer depuis ses satellites un général iranien en train de pisser et le zigouiller d'un tir de missile, n'ait pas été capable ni de voir ces missiles iraniens ni d'en intercepter et descendre aucun.

     

    A combien s'élève la redevance télé...déjà ?