UA-138665747-1

Un voyage en Grande-Bretagne et un autre, en Arménie

J'avais à peine une vingtaine d'années lorsque, dans les années 80, j'ai mis les pieds pour la première fois dans le pays de Sa Majesté. Ce moment est depuis resté gravé dans ma mémoire. L'Angleterre encore "presque" telle que décrite dans les livres de Collin Wilson et où l'on mangeait encore de vrais Fish "N" Chips dans un vrai Soho. Mardi dernier et alors que cela faisait 11 ans que je n'y avais plus mis les pieds, j'ai pris l'avion pour aller de nouveau passer quelques jours dans le pays qui inventa le "communautarisme" et qui est le champion du monde du...multiculturalisme. Tout comme pour la première fois mais, on l'aurait compris, pour des raisons diamétralement opposées, ces quelques jours seront aussi à jamais gravés dans ma mémoire.

 

Le choc fut terrible et ce dès la décente de l'avion. Des femmes "officiers" voilées, des officiels enturbannés, des quartiers entiers où trouver un "anglais" relève de l'exploit, tout comme le fait de trouver un pub ou une échoppe vendant des...Fish "N" Chips.

 

Dans la petite ville se trouvant à une douzaine de kilomètres de Londres (dirigée par un certain Sadiq Khan, élu pour le coup par des vrais anglais) où j'ai séjourné, se tient un marché hebdomadaire "typiquement" anglais. Le jour en question, j'ai décidé de tenter ma chance. J'ai alors passé devant les "food trucks" se trouvant tout au long de la rue. Un "chinois" ouvrait le bal, suivi par un Thai, puis un indo-pakistanais, un grec, un mexicain, sans, bien évidemment, oublier l'inévitable "kebab", halal, bien sûr.

 

Inutile de chercher un quelconque Fish"n"Chips. Effectivement, on est en...Angleterre.

 

Sur le chemin de retour, passant obligatoirement par l'Aéroport, en l'occurrence de Heathrow, la majorité écrasante des "femmes" qui contrôlaient les effets personnels des passagers étaient voilées.

 

Trois jours avant cet "inoubliable" voyage, une jeune fille partait dans l'autre sens, en Arménie où, premier violon, elle devait se produire à la salle de l'opéra de Erevan, avec l'Orchestre de l'école Tchaïkovski. Dans tous les récits de son voyage, elle ne relevait, à côté de la gentillesse des gens et de la beauté des lieux, qu'une seule et unique chose, systématiquement : "il y a des croix partout. Je n'ai pas rencontré un seul musulman. On est allé visité un très vieux monastère dans la montagne, passé à côté d'un canyon et au fond de ce dernier, une énorme croix dorée". En montagne, dans une petite bourgade, on est allé mangé dans ce qu'on peut appelé un restaurant. Des dames faisaient le pain. Elles ont préparé la pâte, dessiné une croix dessus et c'est seulement après qu'elles se sont mises à faire le pain.

 

"Je me suis tout de suite sentie...chez moi".

 

Il est vrai que, tout comme les "londoniens" qui ont élu comme maire Monsieur Sadiq Khan, islamiste notoire, les "camarades" de la jeune fille en question, élèves de ce qui fut le plus prestigieux collège de la Cité de...Calvin, viennent d'élire un certain Momo (Mouhammed, pour les intimes), comme représentant des élèves.

 

Comme j'ai toujours eu l'occasion de l'écrire, Rome n'est pas tombée sous les coups des barbares mais fut anéantie par sa propre décadence. A l'époque, les "barbares" constituaient déjà le gros des troupes dans l'armée impériale.

 

Je suis en admiration totale et absolue devant ces Arméniens (dont quelques centilitres de sang circulent dans le mien de part ma défunte mère). Méchants non mondialistes et non multiculturalistes qui, malgré un génocide ayant décimé 1.5 millions des leurs et 70 ans de communisme acharné, ont tout de même réussi a "re"constituer et vivre dans le pays brièvement décrit plus haut. Je vous laisse en imaginer les raisons...LA raison. On pourrait tout aussi bien parler de la Grèce et de la Bulgarie, pour ne prendre que ces deux exemples qui, malgré une occupation et une domination musulmane ottomane absolue de 4 siècles, ont réussi, presque le lendemain de la fin de celle-ci, à en effacer toute trace. Demandez-en la raison, même aux historiens les plus pourris par le multiculturalisme.

 

A ceux qui avanceraient l'exemple de l'Espagne qui s'est "aussi" débarrassée de ses occupants musulmans, je rappellerai juste que la reine Isabel de Castille s'appelait Isabel la...

 

La quoi déjà ?

 

S'appelait-elle Isabel la...multiculturaliste ?

 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel