UA-138665747-1

  • Christchurch - Colombo : la marche des ignobles

    Une cinquantaine de morts dans des mosquées à Christchurch, plus de 300 de "chrétiens" à Colombo et quelques autres endroits au Sri Lanka.

     

    Comparaison n'est pas raison ? C'est absolument vrai. Nous verrons cela un peu plus loin.

     

    Après l'attaque, par un (1) (un seul) homme armé des deux mosquées de Christchurch, la terre entière, en tout cas la partie médiatique et politique de celle-ci, s'est levée comme un seul homme, pour condamner dans les termes les plus durs l’infâme action. Cela a duré des jours et des jours, du matin au soir, avec force débats télévisés interminables, analyses politiques et psychologiques à l'emporte pièce et, surtout, des conclusions générales quant à la "doctrine" ayant poussé cet homme à commettre une telle action.

     

    C'est ainsi que les gauchistes de tous poils, les mondialistes et les libéraux gaucho-islamistes ont vite conclu que s'il fallait condamner quelqu'un, ce serait certainement Zemmour, Urban, Salvini et toute la "droite extrême" qui pousse de telles personnes à commettre de telles atrocités. De nouveau, gardons cela bien présent à l'esprit. C'est très important pour la suite.

     

    Commençons par notre cher Pape François, chef des "Chrétiens" dans le monde : «Je prie pour les morts, les blessés et leurs familles. J’exprime ma proximité à nos frères musulmans et à cette communauté, et je renouvelle mon invitation à s’unir par la prière et des gestes de paix pour contraster la haine et la violence.»

     

    Et voici ce que le Pape des Chrétiens a déclaré à l'annonce de la mort de plus de 300 chrétiens au Sri Lanka : "Il a exprimé dimanche sa «tristesse» après les attentats meurtriers au Sri Lanka endeuillant le dimanche de Pâques, se déclarant proche de «toutes les victimes d'une si cruelle violence». (TdG du dimanche 21.04.2019).

     

    Serait-il utile de passer en revue l'énorme vague de déclarations indignées, qui a duré des jours et des jours, qui a suivi l'attaque de Christchurch ? Contentons-nous plutôt de celle, la plus emblématique entre toutes, de la première ministre Néo-Zélandaise, dhimmi et soumise. Voilée, comme une bonne musulmane, à deux reprises, la femme de 38 ans, travailliste, comme de bien entendu et, dès lors, assez stupide, a voulu "présenter un témoignage de compassion et de solidarité envers les membres de la communauté musulmane frappée par cette tragédie".

     

    Les médias ? Entre le 15 et le 22 mars, je me suis contenté d'une seule semaine, des centaines d'heures d'émissions furent consacrées à la "tragédie". Depuis dimanche et le massacre  ISLAMISTE du Sri Lanka, la "nouvelle" a pratiquement disparu de "nos" antennes. A ma connaissance, aucun "débat" ne fut organisé pour "comprendre" ce qui s'est passé, ni et surtout pour condamner la "doctrine" ayant poussé ces hommes à commettre une telle action.

     

    Comparaison n'est pas raison, disais-je ! Depuis dimanche, la plupart de "nos" médias insistaient sur le fait qu'il s'agissait des pires "attentats" depuis la fin des évènements qui ont "ensanglanté" le pays pendant 20 ans. Ainsi, dans l'esprit du téléspectateur/auditeur, un message subliminal est passé : il s'agit d'un évènement qui s'inscrit dans le trame de ceux qui ont "ensanglanté le pays pendant 20 ans". En aucun cas un acte terroriste criminel dicté par un doctrine terroriste et criminelle. Comparaison n'est pas raison ! Des dizaines d'heures d'antenne pour souligner et condamner l’extrémisme de droite "directement" responsable de la mort des 51 personnes à Christchurch. Un gauchiste aussi ignoble que minable, converti au macronisme et au super libéralisme mondialisé, Romain Goupil (cinéaste de son état, paraît-il et, accessoirement, camarade de route d'un certain Cohn-Bendit, comme quoi, mai 68 mène à tout) a lancé à l'adresse de Robert Ménard, ancien président de reporters sans frontière et actuel maire de Bézier : "vous êtes personnellement responsable de la mort de la cinquantaine de personnes à Christchurch". Nous pouvons parier sur le silence absolu de cet idiot "inutile" quant à CEUX qui se trouvent derrière le massacre terrible du Sri Lanka.

     

    Un seul détraqué a ouvert le feux et tué une cinquantaine de personnes à Christchurch et voilà la terre entière, celle des gaucho-islamistes, qui jette toute sa haine contre ce qu'elle appelle l'extrême droite. Les mêmes qui concluent immédiatement à la responsabilité "directe" de Zemmour, Urban et Salvini.

     

    Plus de 300 personnes massacrées dans leurs églises par des dizaines de terroristes qui, eux, se réclament haut et fort de cette doctrine morbide et criminelle qui s'appelle l'islam et aucun, aucun, je dis bien aucun, commentateur ne fait, et ne fera jamais, allusion à cette dernière.

     

    L'idiote de la Nouvelle-Zélande, accessoirement premier-ministre (première-ministre ?) de ce pays, s'est voilée, à deux reprises, pour exprimer sa solidarité avec les familles des victimes de Christchurch. Va-t-elle faire de même à l'adresse des pauvres chrétiens sri-lankais en arborant, par exemple, un...crucifix sur sa poitrine ? A moins qu'elle et les dizaines d'autres imbéciles dans son genre ne confient cette tâche à...Recep Tayyip...Erdogan !

     

    Lui, au moins, islamiste déclaré et assumé qu'il est, n'a pas la langue dans sa poche. Il doit regarder tous ces minables en rigolant...en rigolant.

     

    Comment tout cela finira-t-il ? Certains, optimistes, oui "optimistes", espèrent, oui "espèrent" qu'une guerre civile ou de civilisation (faut-il encore savoir entre la nôtre et laquelle, de civilisation) vienne balayer tout cela, à commencer en priorité par les idiots "inutiles" et dangereux hérités de Marx, Lénine et Cie. Je crains, malheureusement (je dis bien malheureusement) que cela ne soit trop tard.

     

    Rome retombera. Les mêmes causes conduisant toujours aux mêmes effets, ce sera, cette fois aussi, sous sa propre décadence. Avec, cette fois, une énorme différence, tout de même. Les barbares de l'époque ont embrassé les us et coutumes et, accessoirement, religion, de Rome. Les barbares du 21e siècle mettront à sac Rome et les Romains d'aujourd'hui en seront très contents.Ils le sont déjà.