UA-138665747-1

  • Maudet, Savary, Broulis, Barazzone et…Ghosn

    Ah, Pierrot, pauvre de lui. Avec les 255'000 à 300'000 annuels qu’il touche (personne n’arrive à savoir combien il gagne exactement), il n’ira effectivement pas très loin. 25’000 de revenus mensuels, que peut-on faire avec cela ? Au point qu’il n’arrive même pas à se payer un billet d’avion pour quelques jours de vacances à…Dubaï. On ne s’éternisera pas sur le sujet car rien ne peut y être ajouté. De même, il est tout à fait inutile de s’étendre sur les cas Barrazone, Broulis ou Savary ou qui sais-je encore (car il serait naïf de croire que les « petites » affaires ne concernent que ces derniers). En vérité, la chose la plus importante à relever concernant ces « gens » là, c’est la partie « donneurs de leçons » et « traceurs de chemin » pour les pauvres délinquants que nous sommes.

    Ce matin, nous sommes le lundi 19 novembre, on apprenait aussi qu’un certain Carlos Ghosn, un pauvre employé de deux groupes automobiles (Nissan et Renault), ne touchant au total qu’entre 16'000'000 (seize millions) et 20'000'000 (vingt millions) d’Euros par…an, selon les années et en comptant le salaire, les gratifications, bonus, stock options, etc., a été arrêté au Japon. Pourquoi ?

    Nous passerons rapidement, très rapidement, sur la première raison (alors même la plus importante en volume) celle concernant la dissimulation de revenus, car que serait le monde si tous ces milliardaires payaient leurs impôts, comme de vulgaires gueux, claque-pains et « sans-dents », comme dirait l’autre, l’homme de gauche, l’ami du Peuple,  vous savez, le patron de Cahuzac, Thevenoud, Yamina Benguigui et Kader Arif (tiens, tiens !) ? Non, nous nous intéresserons surtout à la « petite » histoire. Celle qui concerne l’utilisation de fonds de l’entreprise, en l’occurrence Nissan, pour des frais…privés. Le pauvre, lui aussi, pas de quoi se payer un sushi dans une gargote tokyoïte.

    Sinon, essayez, pauvres misérables que vous êtes, que nous sommes, de ne pas payer (d’oublier, p.ex) votre petite contravention de 40 francs, que vous avez hautement mérité pour vous être stationné « illégalement » sur une place de parc une dizaine de minutes pour manger une pomme. Là, Pierrot le terrible fera un enfer de votre lamentable vie.

  • Un islamiste chez Ardisson

    Je n'ai strictement rien contre Thierry Ardisson. Je dois même avouer que j'ai toujours admiré sa créativité et le dynamisme fantastique de ses émissions, même si, parfois, j'avais des réserves lorsque cela dérapait quelque peu. J'écris aussi extrêmement rarement aux médias concernant des émissions, articles, etc., publiés ou traités par ces derniers. Voici donc les lettres, recommandées, que je lui ai adressées à et auxquelles je n'ai reçu aucune réponse. On ne sait pas si les personnes chargées de filtrer les messages qui lui sont envoyés ont jugé inutile de les lui transmettre, à moins que ce ne soit lui-même. C'est la seule raison pour laquelle je les publie ici.

     

    Jean.- S. Gowrié

                                                                                                                    le 2 octobre 2018

     

     

     

                                                                                                                    Recommandée

                                                                                                                    Monsieur Thierry Ardisson

                                                                                                                    Les Terriens du Dimanche

                                                                                                                    Studio 210 de la Plaine Saint Denis

                                                                                                                    Rue du Grain

                                                                                                                    93300 Aubervilliers

     

     

    Emission du dimanche 30 septembre (invité fil rouge : … Yassine Bellattar).

     

     

    Cher Monsieur,

     

    Ce devrait probablement être la deuxième fois que j’écris au sujet d’une émission de télévision et ne crois pas, à vrai dire, que ma lettre arrivera à bon port.

    Je suis régulièrement votre émission, comme la plupart de ce que vous présentez en général. Si je suis parfois gêné par la tournure et le contenu de certaines d’entre elles, cela est gommé par la franchise, la liberté, la créativité et, surtout, l’intelligence qui y règnent. Éléments curieusement absents lors de l’émission susmentionnée. On peut difficilement comprendre qu’un islamiste (comique, paraît-il, de son état) puisse exercer son militantisme et revendiquer sa radicalisation d’une manière aussi ouverte. Ce qui est absolument incompréhensible est de voir la tétanisation de vos chroniqueurs, d’habitude si vite indignés et pour bien moins que cela. La seule qui ait « osé » reprendre l’islamiste en question est Mme Polony qui s’est montrée surprise de l’insistance du « comique » à ajouter le qualificatif « musulman » chaque fois qu’il se présentait. Et même là, elle n’est pas allée au bout de son intervention. Il est vrai que le « sourire » du comique en question était plutôt menaçant.

    « Je suis Français, humoriste et…musulman ». Ni Polony, ni aucune autre des personnes présentes ne posa la question de savoir comment on réagirait si, toutes les deux secondes, Me William Goldnadel se présentait en disant : « je suis Français, avocat et juif ». Si toutes les deux secondes, vous-mêmes vous vous présentiez comme « Ardisson, Français (un peu italien), présentateur, animateur et…catholique ». Si, encore mieux, votre acolyte (l’est-il ?) « d’on n’est pas couché » commence chacune de ses émissions comme cela : « je suis Laurent Ruquier, présentateur, homosexuel et…athée ».

    Le même comique a, pendant de longues minutes, parlé de l’éternel « problème » des banlieues, des « déshérités » et des « oubliés » de la République. Là non plus, personne n’a osé lui poser la question de savoir pourquoi, parmi tous les « oubliés » de la République, seuls (je dis bien seuls) ses coreligionnaires posent problème. A moins que les statistiques ne soient complètement fausses et que les banlieues ne soient habités QUE par des musulmans. Avons-nous déjà entendu parler d’un Hindouiste se faire exploser au milieu d’une foule de fêtards parisien en criant : « au nom de Krishna ? »

    Belattar déroule tranquillement les poncifs habituels :  « C’est le chômage, la pauvreté, etc., qui sont les causes principales de la radicalisation des  jeunes musulmans ». Et personne, je dis bien personne, ne réagit. Personne n’ose lui poser la question de savoir la raison exacte de l’hyper radicalisation des très riches Saoudiens. Personnes pour lui demander, de nouveau, pourquoi, parmi tous ces chômeurs et sans le sou de toutes les banlieues de l’Hexagone, seuls ses coreligionnaires posent problème. Le comique, qui ne fait pas vraiment rire et qui, me semble-t-il, n’en a pas envie lui-même, « n’est pas Charlie », pas plus qu’il n’est « le Bataclan » et encore moins Nice. Il le dit haut et fort. Là, de nouveau, il ne trouve face à lui que des « interlocuteurs » tétanisés. Il n’est pas Charlie, Bataclan ou Nice mais il est « français, humoriste et…musulman ».

    Dommage, vraiment, Monsieur Ardisson, de laisser passer cela, sans réaction. Sans même la moindre contradiction.

    Je vous souhaite bonne réception de la présente et vous prie de recevoir, Cher Monsieur, mes meilleurs messages.

     

     

                                                                                                                    Jean.- S. Gowrié

     

    Et la deuxième, une dizaine de jours après.

     

    Jean.- S. Gowrié

                                                                                                                 , le 12 octobre 2018

     

     

                                                                                                                    Recommandée

                                                                                                                    Monsieur Thierry Ardisson

                                                                                                                    93, rue du Faubourg Saint Honoré

                                                                                                                    75008 Paris (France)

                                                                                                                   

    Émissions du samedi 6 et dimanche 7 octobre.

     

    Cher Monsieur,

     

    Voici la deuxième lettre de ma part en un peu plus d’une semaine. Vous m’en excuserez. Je ne vous en enverrai probablement plus.

    Ainsi, cette personne, Belattar, n’est rien d’autre qu’un vrai islamiste (pour autant qu’il y ait encore qui fassent la différence entre un musulman et un islamiste). Vous l’avez fait intervenir lors de l’émission où vous receviez MM. Marshall et Truchot et cela n’a pas manqué : tout comme pour Ruquier, l’émission de ces derniers est une honte, etc., etc. Elle doit s’arrêter.

    Inutile de s’étendre sur le sujet.

    Vous avez aussi reçu des excitées, végane et anti-spéciste (c’est comme cela qu’elles se font appeler). Autant vous dire que je ne suis pas un carnivore à tout prix, mais là…

    Parmi tous les intervenants, y compris le très offensif Moix, il ne s’est trouvé personne pour demander à ces défenseurs de la « cause animale » pourquoi ne s’attaquent-ils pas (et ne le feront certainement jamais) aux boucheries…Halal !

    Comme toujours, les grands principes ont des limites : celles de lâcheté et de la médiocrité.

    Je vous souhaite bonne réception de la présente et vous prie de recevoir, Cher Monsieur, mes meilleurs messages.

     

     

                                                                                Jean.- S. Gowrié