25/10/2018

Skripal, Kashoggi : meurtres, empoisonnements, démocratie, droit, etc.

Il y a de cela quelques semaines et suite à la tentative d'assassinat avortée de l'ex espion russe Skripal et sa fille en terre britannique, les "démocraties" occidentales étaient toutes vent debout contre les "méthodes inacceptables" de "l'ennemi" russe. Et il ne leur (les "démocraties" occidentales) a fallu que quelques heures pour décider de nouvelles sanctions (désormais habituelles contre la Russie...de Putine) et de renvois massifs de diplomates russes, entre 1 et 23, selon les pays.

Le 2 octobre, un "journaliste" saoudien (d'origine syrienne) se faisait couper, alors qu'il était encore vivant, les doigts, puis le reste de son corps : mains, bras, jambes et tête. Comme réponse, les "démocraties" occidentales ont décidé d'abord "d'attendre" d'en savoir plus pour décider des suites, éventuelles, à donner à l'affaire. La première d'entre elles, comme chacun le sait, celle de notre ami Trump, a déclaré, dans la bouche de ce dernier, qu'il était urgent d'attendre et que, surtout, sanctionner l'Arabie Saoudite causerait plus de dommages aux USA qu'aux Saoudiens. Comme quoi...

D'autres "démocraties" ont "décidé" d'attendre que "toute la lumière" soit d'abord faite sur l'affaire avant de décider. Reste à savoir...de quoi. Il y en a même qui ont salué les efforts de...transparence du royaume wahhabite.

Revenons un peu sur l'affaire elle-même. C'est tout de même drôle de constater qu'aucune de toutes ces rédactions, aucun de ces brillants journalistes n'aient révélé un point central de l'affaire : le "journaliste" en question possède une carte de séjour "permanente" aux USA et, de plus, il travaille accessoirement pour le compte du Washington Post. On peut dès lors se poser la question de savoir pour quelle raison devait-il se rendre en "Turquie" pour une petite affaire administrative, des papiers pour son mariage. N'y a-t-il pas des représentations diplomatiques saoudiennes aux USA ? Pourquoi devait-il aller jusqu'en Turquie pour ce faire ? A moins que la vraie question ne soit : pourquoi l'a-t-on "envoyé" en Turquie ?

Aux dernières nouvelles, le roi de la Macronie a déclaré qu'il ne suspendrait pas les livraisons d'armes aux Saoudiens. Les missiles tuant des centaines d'enfants aux Yémen n'étant que des bavures et le découpage de Khashoggi, lui, est simplement un interrogatoire qui a mal tourné.

Alors, franchement, dans ce monde, il faut soit :

  • Être fort, très fort (et accessoirement riche) comme les USA pour soumettre les autres à sa volonté.
  • Être riche, très riche (et accessoirement avoir un tuteur très fort) comme les Saoudiens, pour faire taire les autres.

Pour le reste, démocratie, liberté, droits,etc.,toutes ces conneries ne sont valables que pour les imbéciles qui y croient, et il y en a, mais aussi pour les pauvres misérables qui les subissent, et il y en a beaucoup.

 

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Le yankeeland rackete le mond entier pour le seul profit de ses multinationales et de son complexe militaro-industriel. Ce sont des voyous.

Écrit par : Daniel | 25/10/2018

Répondre à ce commentaire

"Pourquoi devait-il aller jusqu'en Turquie pour ce faire ?"
Apparemment il avait acheté une maison à Istanboul et sa fiancée était turque.

Quant à Trump sa principale remarque a été de dire que le boulot a été salopé, mais pas de le condamner. C'est vrai que le yankeeland est passé maître dans la liquidation de personnes en utilisant des boucs émissaires (JFK, MLK, RFK) ou en enterrant les affaires (Seth Rich et beaucoup d'autres). Ni vu ni connu.

Permettez-moi d'attirer votre attention sur ce sujet:
http://jncuenod.blog.tdg.ch/archive/2018/10/25/%C2%A0faux-populisme-et-vrais-fascismes-i-295100.html?c

Ou quand le yankeeland et le judenland sont "oubliés" dans la liste des pays fascistes. Mentir au monde entier (couveuses koweitiennes, Colin Powell, attaques chimiques en Syrie, etc.) et agresser des pays souverains ou détenir des personnes au mépris de tout habeas corpus ne compte pas.

A relever aussi la diarrhée verbale anti-Poutine et anti-El Assad d'un commentateur pro-yankeeland et pro-judenland (deux Etats racistes et fascistes selon la dernière définition du "journaliste") qui n'a pas compris qu'El-Assad est alaouite (donc un crime pour les islamistes) et défend une Syrie laïque. Ce type est un fanatique anti-religieux converti de fraiche date, mais son anti-reliosié s'arrête avant le judaisme et son avatar politique récent le national-sionisme (ou nasi).

Écrit par : Daniel | 26/10/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.