20/11/2017

Que "Dieu" vous bénisse, Père Boulad

Suite de mon billet "aujourd'hui, nous sommes en 1944 aujourd'hui"


En 1940 et alors que les collaborateurs se bousculaient (tout comme le font leurs petits et arrière-petits-enfants aujourd'hui) des hommes, s'élevant contre la lâcheté et le défaitisme des couards qui se sont jetés dans les bras des envahisseurs, ont décidé de résister et de combattre, envers et contre tout. En France, ce fut De Gaulle, en GB,  Churchill (avec son inoubliable et fabuleux : "vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre"). Ce fut en 1938, bien avant le début de la...guerre.

Nous avons nous aussi nos collaborateurs qui, en plus du déshonneur, dont ils n'ont jamais été porteurs du contraire, se fardent d'une autre "qualité" : une détestation de soi et une haine de leurs semblables (sommes-nous vraiment leurs semblables ?) sans bornes. En 1944, au moins, ce fut en partie subi. De nos jours, les Plenel, Lioggier, Dermange, Marra, Amarelle, Thévoz et tous leurs semblables se jettent dans les bras des envahisseurs par simple recherche d'une jouissance, celle qu'éprouve parfois une femme "prise" par son amant.

Il y a aussi ceux qui essaient de résister. Parmi ceux-là, le père Henri Boulad, Mireille Valette et quelques autres.

Churchill a aussi dit autre chose : "vous vous demandez : quel est notre but ? Je réponds par un seul mot : la victoire, la victoire à n’importe quel prix, la victoire en dépit de toutes les terreurs, la victoire quelque longue et difficile que soit la route pour y parvenir, car sans victoire, il n’y a pas de survie".

J'en suis convaincu. Ce jour-là je me joindrai avec un immense plaisir à ceux qui raseront les têtes des collaborateurs.

Voici, de nouveau, l'homélie du père Boulad. On rappellera tout de même que son chef n'est autre que...François (celui du Vatican). Notamment à partir de la douzième minute.

https://youtu.be/kukeX4kkHxE

Ce n'est pas les Nazis, c'est PIRE.

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

Commentaires

Juste !

Écrit par : Maendly Norbert | 20/11/2017

Répondre à ce commentaire

Dans les démocraties on est puni si l'on diffame ou que l'on appelle à la violence et à la haine.
Dans les régimes totalitaires et les théocraties on est puni si l'on exprime une opinion contraire à celle que dicte l'idéologie ou le dogme régnant.
Il n'y aucun doute pour moi que le fait de déclarer phobique, haineux ou complotantes ceux qui, pacifiquement, ne font qu'exprimer une opinion, ou même une antipathie raisonnée, ressortit plus de la seconde attitude décrite ci-dessus que de la première.

Écrit par : Mère-Grand | 20/11/2017

Répondre à ce commentaire

Un simple rectification sur la date : les collabos se sont bousculés, pour reprendre vos termes, et accéder au portillon du pouvoir en 1940, après la signature de l'Armistice entre le Reich et le gouvernement présidé par Pétain.

Et non en 1944, quand ils songeaient plutôt à se carapater pour échapper à la justice des vainqueurs.

Lire à ce propos de Céline, qui faisait partie des fuyards à Sigmaringen avec son chat Bébert "D'un Château l'autre", picaresque chronique de cette pitoyable équipée.

Écrit par : Gislebert | 21/11/2017

Répondre à ce commentaire

Qui a dit que les allemands n’étaient pas hitleriens?

Branchez-vous sur France 2: Jeunesse hitlerienne l’endoctrineme! À voir Denis le début.

Écrit par : Patoucha | 21/11/2017

Répondre à ce commentaire

Lire "depuis" Incorrigible iPad! Désolée

Écrit par : Patoucha | 22/11/2017

Merci Gislebert pour ces précisions. Vous êtes un livre ouvert!

Écrit par : Patoucha | 21/11/2017

Répondre à ce commentaire

Merci Gislebert pour ces précisions. Vous êtes un livre ouvert!

Écrit par : Patoucha | 21/11/2017

Répondre à ce commentaire

J’ajoute à mon précédent commentaire
Je n’ai jamais vu un tel défilé en nombre de militaires. Pas même un 14 juillet. Ni même chinois!
Incroyable ce qu’on apprend de cet endoctrinement! Cela fait froid au dos!

Écrit par : Patoucha | 21/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.