15/11/2017

Faut-il renvoyer Martine Brunschwig-Graf devant la justice ?

On aurait pu poser la question à Me Bonnant, l'excellent Me Bonnant. Malheureusement, ce dernier (plus grande déception des 10 dernières années, tellement je le portais en estime) défend les "intérêts du "professeur" T. Ramadan et ce dans la même affaire.

Ainsi, MBG a commencé par dire qu'elle ne savait absolument rien des agissements du professeur du CO du Collège de Saussure :

https://m.lecourrier.ch/154144/martine_brunschwig_graf_se...

"Huguette Junod ne décolère pas en découvrant, jour après jour, des révélations autour des agissements présumés de l'islamologue envers des femmes et notamment à Genève. Mercredi, dans la Tribune de Genève, l'ancien directeur du collège de Saussure disait avoir «le souvenir que quelqu'un s'était adressé à une doyenne pour lui parler d'une jeune fille majeure, âgée de 18 ans, qui avait eu, selon lui, des relations sexuelles avec ce professeur».

Lundi, dans le même quotidien, Martine Brunschwig Graf affirmait n'avoir rien su. Ce qui irrite profondément Huguette Junod: «C'est faux, elle était au courant, je lui avais fait part de rumeurs de relations sexuelles entre Tariq Ramadan et des élèves. Je m'étais dit qu'on ne pouvait pas laisser passer ça. Je l'avais appelée et avertie personnellement. Des semaines plus tard, on m'avait rappelée pour m'indiquer que rien n'avait été trouvé.» Cette dernière replace ce téléphone quelque part entre 1993 et 1998.".

Ignorance qui, quelques jours après et suite aux révélations successives sur "l'affaire", s'est transformée en "rumeurs". Nous découvrons enfin que l'islamophile PLR savait absolument tout, dans les détails. Il faut tout de même souligner qu'à l'époque, elle fut la cheffe du département de l'instruction publique de Genève.

MBG savait tout mais n'a rien fait.

Ainsi, le penchant islamophile de MBG ne date pas de sa "prise" de fonction de présidente de la Commission fédérale contre le racisme (CFR) (parachute, planque, etc.) mais de bien avant.

Je ne suis pas juriste mais j'entends parler à longueur de journée, ce quel que soit le "crime", de "complicité". Complicité pour crime contre l'humanité, pour association de malfaiteurs, pour ceci et pour cela. Il y a aussi le recel de crime.

Complicité et recel de crime (d’attouchement, voire viol, sur mineur). Ce doit être largement suffisant pour la renvoyer devant "notre" justice, non ?

11:17 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

MBG fait l'autruche comme d'hab. A ce jeux là elle risque bien d'en prendre plein le croupion.

Écrit par : Maendly Norbert | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Bon déjà que nos parlementaires et tous les Conseillers Fédéraux qui se sont succédés, donc tous partis confondus, se sont assis sur trente-six de nos compatriotes massacrés à Louxor, en 97, pour le pognon et ne pas compromettre les relations diplomatiques (faut l'entendre pour le croire) vous ne pensez tout de même pas que l'on va envoyer la menteuse professionnelle pro salafiste, devant la justice.

Allez, histoire de vomir un bon coup, voici le reportage de la RTS sur le sujet.

http://www.rts.ch/play/tv/mise-au-point/video/luxorlenquete-baclee?id=9079927&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Écrit par : Laurent Lefort | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Cette femme est une véritable honte. Même s'il y a rumeur, il ne faut pas la négliger. Vous avez raison, elle est complice de ce prédateur sexuel et le fait qu'elle a permis d'en renvoyer dix ne l'absout pas de sa coupable négligence.

Faudrait-il écrire à nos élus pour leur faire part de notre indignation et exiger une enquête?

Nous connaissons la réponse, dans le marigot genevois, les crocodiles ne se bouffent pas entre eux.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

MBG est ni la seule, ni la première: Le conseil fédéral ne fonctionne plus qu'en défaut de pouvoir, pour ne tourner qu'au ralenti, plongé dans une plénitude schizophrène depuis son non-respect des votations de février 2014.

Mais un corps d'élus d'un système confédéral au petit-pas devant gérer un pays de moins de 9 millions d'habitants a du mal à faire le grand écart. face aux milliards qu'il représente, face à la géopolitique d'une mondialisation globalisée en mains de fortunes privées.

Écrit par : divergente | 15/11/2017

Répondre à ce commentaire

Je me permets de rappeler que Me Bonnant ne défend pas une cause mais une personne. Il serait bon que personne ne l'oublie.

Et la défense d'une personne, quoi qu'en pensent les juristes de comptoir, est en quelque sorte une des vertus cardinales de notre démocratie. Chez nous on juge avant de condamner ou d'acquitter.

Je laisserai à chacun le soin de dire si M. Ramadan est un grand islamologue ou un vil prédateur, quoique l'un n'exclut pas l'autre. Je n'aime pas la justice de la rue, celle qui cherche à émouvoir pour mieux justifier sa condamnation qui est déjà prononcée. Il en va de la survie de notre justice qui a déjà une fâcheuse tendance à s'exprimer à tout va sur des affaires en cours en s'assoyant allègrement sur le secret de l'instruction. Encore un peu de patience avant que l'on renomme le département de la Justice en département du Théâtre (de rue ?)

Écrit par : Michel Sommer | 16/11/2017

Répondre à ce commentaire

Chacun appréciera l'une des dernières interventions de Tata Martine l'islamophile:

http://www.rts.ch/play/radio/la-matinale/video/linvite-e-de-romain-clivaz-martine-brunschwig-graf-ancienne-conseillere-detat-genevoise?id=9084311


où on apprend que GRACE A ELLE, dix enseignants ont pu être renvoyés pour comportement inadmissible, des cas pires que celui supposé de TR, mais aussi des situations moins graves. C'est comme l'affaire hachère dont elle se vante d'avoir fait renvoyé du DIP, mais à quel prix! Toujours est-il qu'il y a de plus en plus de témoignages qui montrent un individu au comportement de prédateur sexuel doublé de sadisme.

C'est tout de même la faute aux journalistes, ces artistes du Grand Théâtre de rue, si cette affaire montre de plus en plus la face sombre de frère Tariq, n'en déplaise à certains. Mais franchement, que vaut le fardeau que certaines de ces femmes portent encore aujourd'hui?Elles n'ont qu'à faire mauvaise fortune contre bon cœur, que diable!

Écrit par : G. Vuilliomenet | 17/11/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.