15/09/2017

L'Etat Islamique défait à Deir Ezzor (Syrie). Décue, la RTS n'en dit mot et se rabat sur le "sort" des Rohingyas (Birmanie)

A leur décharge (je parle des gens de la RTS) il faut aussi dire que les autres "médias" ont aussi passé à côté de ces évènements. Pourtant, il s'agit ni plus ni moins de la perte, par l’État Islamique, de la place la plus importante de son éphémère Califat (même plus importante que la soi-disant capitale, Raqqa, car source de financement à travers les gisements de pétrole. Lequel pétrole, faut-il le rappeler, traversait encore hier la Syrie pour échouer en...Turquie).

Ainsi, la RTS a décidé de ne plus donner de nouvelles en provenance de la Syrie. Normal car aux dernières nouvelles, aucun "gazage" de la population "civile" n'a été effectué par le régime de Damas. La RTS n'a donc pas grand chose de sérieux à se mettre sous la dent. De plus, il s'agit, que cela nous plaise ou non, d'une victoire d'une extrême importance pour ce même régime. Ceci est insupportable pour NOS médias.

Parlant de nouvelles, il semblerait (nous en attendons la confirmation) que les chefs de l’État Islamique présents à Deir Ezzor, en particulier les "étrangers" auraient été "exfiltrés" et transportés par hélicoptères vers une destination encore difficile à préciser. Par qui ?

 

09:18 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

13/09/2017

La nouvelle donne : des hommes "d'Eglise" radicalisés (islamophiles)

Je regardais l'autre jour, les larmes aux yeux, un reportage sur la RTS consacré aux retraités en Suisses. Des retraités Suisses ayant travaillé très dur plus d'une quarantaine d'années pour se retrouver, à la retraite, incapables de subvenir à leurs besoins et, pour certains, obligés de tout quitter pour se "réfugier" qui au Portugal, qui en Espagne ou ailleurs, où ils pourront manger à leur faim.

https://pages.rts.ch/emissions/temps-present/8811644-quan...

Ce qui m'a surtout frappé fut l'extraordinaire dignité avec laquelle ces personnes présentaient leur situation, d'un précarité inimaginable dans notre pays. Cette dignité qui les empêche de s'adresser aux organismes sociaux, Hospice Général et autres. La même dignité qui les obligent à continuer de travailler, dans l'un des pays les plus riches du monde, des années après l'âge de la retraite.

Quel rapport avec le sujet de ce billet ? Le rapport est...total.

Tout comme les hommes "d’Église", "NOS" autorités semblent avoir oublié d'où elles viennent, qui elles représentent et, surtout, qui sont-elles supposées défendre. Plus qu'une doctrine, le reniement de soi est devenu un leitmotiv déterminant les actions à entreprendre. Pour cela, il suffit de comparer la situation d'une famille de...réfugiés à celle d'une famille...suisse (prononcé à très basse voix pour ne pas heurter la sensibilité "altruiste" de certains). Les deux parents de cette dernière ont travaillé dur, pendant plus d'une quarantaine d'années. Le salaire moyen du couple pendant les 44 années de "service" est de 60'000/an. A la retraite, ils toucheront à eux deux la jolie somme de CHF 3'000 (trois mille francs suisses = 1.5 la rente individuelle).

https://www.ahv-iv.ch/fr/M%C3%A9mentos-Formulaires/Listes...

Avec ces salaires et le fait que la LPP n'est entrée en vigueur qu'un 1985, ce couple ne peut pas espérer grand chose de cette dernière. Entre le loyer, disons 1'500, les...assurances maladie, 1'000, les autres frais fixes, 500, nous arrivons à...

3'000 francs.

Le couple peut maintenant aller mendier pour...manger. Et, attention, ils n'ont pas le droit d'être...malades. Pas plus qu'ils n'auront le droit de se faire un restaurant au un cinéma par an. Les vacances ? N'en parlons même pas.

Le même couple de réfugiés habitera le même logement, gratuitement (payé par l'Hospice Général), se verra payer ses assurances maladie, tout comme la totalité de ses frais maladie (y compris une à deux séances de...physiothérapie par semaine), ainsi que les abonnements mensuels de transport, les factures d'électricité et les autres assurances et, finalement, 900 francs d'argent de...poche. Et si tout cela ne suffit toujours pas, il aura toujours une association pour les défendre et les frais d'avocat sont offerts.

Prenant exemple sur "NOS" autorités, les hommes "d’Église", libérés du poids de leurs "fidèles" (il faut bien chercher pour en trouver dans les églises) se tournent vers la défense presque exclusive de leurs "frères" musulmans. Ils n'ont plus que ça en tête. On dirait une mission "divine". A commencer par le locataire du Vatican, un certain...François.

Notre cher Pape, pour accomplir sa mission sur "terre" a commencé par aller sur une île grecque, a rencontré une douzaine de familles...musulmanes, qu'il a ramenées avec lui, chez lui. Chez nous...quoi. Depuis, il n'arrête pas, le François. Il n'a pratiquement plus que ça en tête. Il faut ouvrir nos portes (encore plus) et accueillir tous les "frères" qui ont besoin de nous. On ne sait pas ce que François pense de "nos frères" chrétiens, persécutés, torturés, violés et chassés de chez eux par nos frères...musulmans. Il doit certainement penser : "La barbe, foutez-moi la paix avec vos histoires de chrétiens persécutés". On ne sait pas non plus pourquoi nos "frères" Saoudiens, Qataris, Émiratis, Koweïtiens, etc. (nageant dans l'argent) n'accueillent AUCUN frère chez eux. D'autant que là-bas, c'est le paradis car terre du Prophète. Oh...j'oubliai, ce sont NOS frères, pas les leurs. De plus, ils sont occupés pour le moment à massacrer les Yéménites, avec l'aide de nos frères Américains, Anglais, etc.

Son "frère" d'outre Manche, l'Anglican, archevêque de Sa Majesté, n'en pas en reste qui demande à ce que nos lois s'inspirent de la...Charia.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/02/08/pour-l-ar...

Plus près de chez nos, en réalité...chez nous, des professeurs de théologie...chrétienne et des "presque" hommes d’Église, montent au créneau pour défendre d'une manière "virulente" nos frères musulmans, contre le sort "funeste" et le traitement "inhumain" que nous leur réservons, nous autres...mécréants. Eux aussi, n'ont rien d'autre à f...Ils n'ont plus de fidèles dans leurs églises. Et pour cause : ceux-ci n'y trouvent plus d'hommes d’Église et ceux qui se prétendent en être ne sont que des mauvais acteurs exécutant une mauvaise pièce de théâtre laquelle, il est vrai, est réglée au millimètre. Les fidèles désertent les églises car lassés de tout ce qu'ils voient de leurs hommes...d’Église. J'y vais, moi, pour entendre les paroles de Dieu, de MON DIEU, pour entendre mon prêtre pleurer le sort de mes frères, persécutés là-bas et qu'est-ce que j'y vois ? Des ignares qui me demandent de réserver le meilleur sort aux...persécuteurs. Le même fidèle, c'est le summum, qui se voit régulièrement traité de :

  • Ignare (parfois même frappé d'ignorance "crasse")
  • Islamophobe
  • Possédant un QI défaillant
  • Connaissant mal l'Islam
  • Aux idées nauséabondes (terme de plus en plus à la  mode, chez les gauchistes, notamment)
  • ...

On peut ajouter les désormais célèbres :

  • Padamalgame
  • Pasdestigmatisation
  • Tous les musulmans ne sont pas comme ça

L'un d'entre eux, Monsieur le "professeur" de théologie à l'université de Genève, François (tiens) Dermange, vient de nous donner sa recette de la soumission à la Houellebecq. Et cela n'a pas manqué : "Les Suisses ont peur et connaissent mal l'Islam".

http://arretsurinfo.ch/soumission-a-la-genevoise/

Inutile de s'étendre sur "l'article", d'une médiocrité affligeante. Je m’arrêterais deux secondes sur ce que je considère comme l'essentiel : la "mauvaise" connaissance de l'Islam par les Suisses. Cela signifie, pour quelqu'un de moyennement intelligent, que du moment où il reproche le manque de connaissances chez les autres, Monsieur le professeur a des connaissances approfondies, ou du moins suffisantes, de ce même Islam. CQFD ? Nous y reviendrons.

C'est au moment où je réfléchis à la rédaction de ce billet que je tombe, sur la page d'ouverture des blogs de la Tribune, sur une autre perle d'un autre "presque" théologien.

http://oemery.blog.tdg.ch/archive/2017/09/12/alain-berset...

Avec le titre (Alain Berset a parfaitement raison) je pense immédiatement qu'il s'agit de traiter du sujet de la réforme des retraites. Je clique malgré tout et tombe sur un autre billet marquant le fil conducteur du rédacteur : "Berset a raison lorsqu'il distingue entre valeurs et personnes". Et cela n'a pas manqué, non plus : il y a de cela quelques semaines et commentant à son tour les perles d'Ada Marra à l'occasion de la fête nationale...suisse, Emery a traité les adversaires politiques de la (Vaudoise?) de "personnes au QI...modeste" (http://oemery.blog.tdg.ch/archive/2017/08/02/la-suisse-n-...

Cette fois, "Ceux qui insultent les hommes et les femmes qui professent la religion musulmane (on ne voit pas de qui il parle) sont infects". Oh...j'avais oublié d'ajouter infect à ma liste plus haut. Mais bon, infect et nauséabond c'est à peu près pareil. Le "disciple de Jésus de Nazareth" termine sa démonstration en disant devoir "aimer tous les musulmans, y compris les plus extrémistes". 

On comprend maintenant facilement comment une secte, qui anesthésie ses membres, peut prospérer. En bon chrétien, je souhaite de tout mon cœur à mon "frère" de Landecy de ne jamais voir la vidéo de l'un des siens égorgé par un de "SES frères" musulmans.

Je ne me lancerais pas ici dans un débat théologique, qui est une forme de science alors que la religion n'en est pas une. Je vais simplement lancer un défi à tout ces "grands connaisseurs de l'Islam" : qu'ils prennent un mois entier, pour parfaire encore plus leurs connaissances (déjà très grandes) de cette...religion. Mieux, ils peuvent recourir aux services de tous les Ramadans disponibles. Je les prends ensuite dans un débat public sur le vrai Islam.

Ils n’accepteront pas ce débat. Leur ignorance affligeante (et pour le coup réelle) du sujet n'a d'égal que leur médiocrité et leur soumission.

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (12)

04/09/2017

Citoyens du monde, enfants d'Easy Jet

Aucun rapport, à priori, entre les deux "sujets" du titre de ce billet. Et pourtant.

En retirant avant hier le GHI de ma boîte aux lettres, je tombe immédiatement sur l'article traitant du "ras le bol" des clients d'Easy Jet face au service "minable" proposé par cette dernière : annulation pure et simple de vols, service clients inexistant, avions détournés, entre autres.

De qui se moque-t-on exactement ? Qu'attend un client d'une compagnie "aérienne" proposant de se rendre à Barcelone (oups) pour CHF 36, à Stockholm pour CHF 49, à Amsterdam pour CHF 36, Berlin pour CHF 38 ou encore CHF 44 pour se rendre à Heraklion ? Et, au fait, pourquoi se rendre à Barcelone (re...oups), Stockholm, Amsterdam, Berlin ou encore Haraklion ? Car, il y a de cela quelques mois en arrière, je me suis rendu en famille à Stockholm (quatrième ou cinquième fois pour moi depuis la première, début années 90) et première pour les enfants. Ces derniers, à la question de savoir ce qu'ils pensaient de Stockholm, m'ont répondu : bof. Non pas qu'ils la trouvaient "moche, sale" ou que sais-je encore. C'est tout simplement qu'ils ne voyaient pas de...différence : mêmes rues, mêmes bâtiments, mêmes cafés et mêmes (surtout)...kebabs. Les choses seraient-elles différentes à Barcelone, Amsterdam ou Berlin ? Pas vraiment.

Zappant l'autre jour sur la radio, je tombe sur une interview de Barnabé (Théâtre Barnabé Servion). Une seule réflexion a attiré mon attention, c'est lorsqu'il dit : "je crois avoir été jeune au bon moment. A L'époque, lorsque je me rendais en Irlande et allais dans une boîte là-bas, je me sentais...en Irlande. Tout comme je me sentais en Espagne en me rendant à Madrid ou à...Barcelone, en France lorsque je me trouvais à Paris. Aujourd'hui, ce sont les mêmes boîtes, mêmes décors, même nourriture, mêmes boissons, même musique et...mêmes clients, physiquement". Les "citoyens du monde" achètent un billet Easy Jet à 36 francs et vont passer deux jours à Barcelone. Traduction : ils achètent un billet Eays Jet et vont se soûler deux jours de suite à Barcelone. Le weekend après, ils referont le coup à Berlin ou Amsterdam où, au passage, ils fumeront un petit joint dans un Coffee Shop. Et ainsi de suite. Les citoyens du monde, certains doivent aduler Ada Marra et Cesla Amararelle, ne veulent plus se sentir "étrangers" nulle part. C'est pour cela qu'ils "transportent" avec eux leurs coutumes, habits, boissons, musique et...kebabs. Mara et Amarelle nous parleront certainement de "l'enrichissement" apporté par tous ces "citoyens".

A vrai dire, rien d'étonnant à tout cela. Celui qui serait prêt à acheter un billet Easy Jet en sachant par avance qu'il risque de "poireauter" deux heures dans une file d'attente à Cointrin pour qu'à la fin se voir signifier un retard de trois heures supplémentaires sur son vol pour Barcelone, Barcelone, Barcelone ou Barcelone (pardon Barcelone, Amsterdam, Berlin ou Stockholm), est quelqu'un qui est prêt à accepter toutes les autres concessions.

A la réflexion, je me dis que le "citoyen" du monde a peut-être finalement raison. A quoi bon aller étouffer au milieu de la foule se pressant à la Sagrada Familia, la Tour Eiffel, etc. où se pressent tous les autres "citoyens du monde" ? Tant qu'à faire, mieux vaut aller se soûler dans une boîte genevoise se trouvant à Barcelone (pour changer) après avoir "dégusté" un...kebab, originaire de Stockholm.

Fort de toutes ces expériences, aussi "diversifiées" "qu'enrichissantes", (il est vrai que les ingrédients du kebab peuvent un peu "varier" d'un endroit à l'autre), le citoyen du monde va vers "d'autres" horizons, d'autres découvertes toutes aussi fécondes et instructives. Tiens, à Berlin, p.ex.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)