25/08/2017

Des centaines de morts civils à Raqqa (Syrie), que la RTS cherche toujours sur la carte

A vrai dire, il n'y a pas que la RTS. Les "nouvelles" en provenance de la Syrie semblent n'intéresser plus personne (je parle des personnes sévissant dans "nos" médias). Procédant à une de mes activités "favorites", les recherches sur les sites de ces médias, je tombe sur...rien. Pas un mot, pas un seul, sur ce qui se passe là-bas et ce depuis des semaines. Ce alors que les frappes "chirurgicales" de la "coalition" internationale tuent chaque jour des centaines de civils dans la ville de Raqqa, tenue en partie encore par les jihadistes de l’État Islamique (soutenus et armés jusqu'à très récemment par cette même coalition). Mais ceci est une autre histoire. 

Même l'ONU, c'est tout dire, semble s'être émue et s'est dite être "préoccupée" par l'augmentation "très importante" du nombre des morts civils dans cette ville. http://www.unmultimedia.org/radio/french/2017/08/syrie-lo... & http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/14569769 En réponse, un général américain a demandé à "avoir des preuves" confirmant ce qui précède. La RTS aussi semble attendre ces "preuves". https://www.stripes.com/news/middle-east/u-s-led-airstrikes-are-killing-hundreds-of-civilians-in-the-battle-for-isis-held-raqqa-this-summer-1.484220#.WZ84q1FpzIU .

Il est tout de même intéressant de remarquer l'empressement avec laquelle les Américains et la RTS nous "révèlent" la "énième" utilisation (fort à propos et très opportunément) de l'arme chimique par le "régime de Damas contre la...population civile (forcément) et leur désintérêt totale lorsqu'il s'agit de centaines de civils tués, par des frappes "toujours chirurgicales" à Raqqa et ailleurs. Les Américains semblent même ne plus se préoccuper de la plaisanterie habituelle consistant à diligenter une de leurs fameuses "enquêtes" internes qui duraient des mois et finissaient toujours par un "non lieu". De toute façon cela ne servait à plus rien puisque personne ne s'en préoccupait non plus.

Quant à moi, eh bien j'attends la prochaine facture de Billag.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

23/08/2017

Barcelone (et ailleurs) : il y a de cela 40 ans en arrière...

Il y a de cela un peu moins d'une quarantaine d'années en arrière, j'étais encore étudiant (élève) en 11e (équivalent deuxième gymnase) dans une école d'Alep, dans une classe qui comptait une bonne trentaine d'élèves dont une poignée de chrétiens. La langue arabe était une de mes matières favorites, avec l’anglais, les sciences et l'Histoire. Il est assez connu que dans ces pays la plupart des "enseignants" de langue arabe sont soit d'anciens "élèves" d'écoles coraniques soit des "licenciés" des facultés de lettres option langue arabe et..."civilisation" islamique. Cette dernière étant une petite légende très à la mode de nos jours et dont on peut toujours discuter la véritable existence. Mais passons.

Un jour et alors qu'il fallait présenter une dissertation sur la "Nakba"  https://fr.wikipedia.org/wiki/Exode_palestinien_de_1948, fait le plus tragique dans l'histoire et la mémoire collective palestinienne, "l'enseignant" en question nous a fait part de "sa" vision des choses : "vous savez, la plus grande tragédie de l'histoire de "notre nation" (dans sa tête cela devait se traduire par Umma https://fr.wikipedia.org/wiki/Umma,) n'est pas la perte de la Palestine mais celle de...l'Andalousie.

Je n'ai jamais oublié cette phrase. Elle résume et explique tout ce à quoi nous assistons aujourd'hui. A Barcelone, bien sûr, mais aussi partout ailleurs. Barcelone n'est pas du tout visée parce que "andalouse". C'est gens, enseignants, diplômés ou simples ouvriers, n'ont pas de patrie. Ils n'en ont jamais eu et n'en auront jamais. Ils n'en veulent par ailleurs pas. Leur seule "patrie" est celle de cette doctrine maléfique, destructrice, nihiliste et inhumaine.

Mais...

Padamalgames, pasdestigmatisation.

P.S. Celles et ceux qui, à la simple lecture des mots Palestine, Israël ou Nakba sauteront sur leurs claviers pour nous gratifier des commentaires habituels sur la chose ne les verront pas publiés. Car, comme on peut le constater, ce n'est absolument pas le sujet de ce billet.

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

16/08/2017

Syrie : le silence "assourdissant" de la RTS. Jusqu'au prochain...gazage ?

Dans un précédent billet, http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2017/03/3..., je me suis "amusé" à établir une statistique concernant le "traitement" par la RTS de la bataille de Moussoul et de celle d'Alep (qui se déroulaient au même moment). Résultat : pratiquement rien sur Mossoul et...36 sujets sur Alep. Normal : à Mossoul, ce sont les gentils de la "coalition" internationale qui "luttent" contre l'EI alors qu'à Alep, ce sont les méchants Russes et leurs "alliés" Syriens et Iraniens qui massacrent la...rébellion.

Bien sûr. Bien sûr.

La bataille de Mossoul est terminée, tout comme celle d'Alep.

Alors, ce matin, je me suis de nouveau "amusé" à faire quelques recherches sur le site RTS.CH en tapant, cette fois-ci : "Raqqa" (puisqu'une bataille, menée par la "coalition" s'y déroulerait en ce moment) et là...8 sujets, en tout et pour tout et ce, depuis le 8 février 2017. Cela nous fait une moyenne d'un sujet par mois. Normal, encore une fois, ce sont les gentils de la coalition "internationale" avec leurs alliés "arabo-kurdes" qui luttent contre l'EI. Et, puisque la RTS ne  nous dit rien, absolument rien, des conditions de cette "bataille", nous partirons du principe que la "coalition internationale" y mène très certainement des frappes d'une propreté (chirurgicale) absolue. Ni civils tués, ni familles entières décimées, rien, que des membres de l'organisation "terroriste" de l’État Islamique (pardon...Daesh).

Mais ça, la RTS n'aime pas trop en parler. La RTS attendra le prochain "gazage" (par les troupes du méchant Assad) des populations "civiles" d'un village perdu quelque part en Syrie (avec des mises en scène bien étudiées) pour lancer une nouvelle salve de "reportages" éclairants. Au fait, le phosphore blanc, pour ne citer que cette substance, est-il une arme...chimique ?

http://www.bfmtv.com/international/des-bombardements-au-p...

http://www.presstv.ir/DetailFr/2017/06/03/524094/Syrie-Ra...

https://www.tdg.ch/monde/coalition-tue-224-civils-raqqa-m...

http://observers.france24.com/fr/20170613-coalition-raqqq...

Etc.

Tout cela ne mérite certainement pas un tapage "médiatique" à raison de 3 sujets en moyenne par jour.

 

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

08/08/2017

Guillaume Tell existe bel et bien, tout comme LA Suisse

Un des passages les plus savoureux de la perle de LA Conseillère Nationale socialiste (j'arrive encore à lui trouver quelque chose de "savoureux") est cette phrase inimitable : "moi, je sais que Guillaume Tell n'a jamais existé". Il n'y pas de doute, à la lecture de cette phrase, on est forcé de croire que Dame Marra est soit retombée en enfance, soit qu'elle était sous l'emprise de substances hallucinogènes. Car la dernière fois que j'ai entendu ce genre de phrases dites de cette manière-là fut lorsque ma fille aînée déclara à Noël : "moi, je sais que le Père Noël n'existe pas".

A l'époque, je lui ai répondu : mais, ma chérie, bien sûr qu'il existe. La preuve, tu y as crû jusqu'à maintenant ! Quelque temps après, elle me surprit avec cette remarque : "papa, je comprends maintenant ce que tu voulais me dire".

Alors, tout petit récit (et non pas leçon) d'Histoire à l'adresse de LA Conseillère Nationale, originaire d'Italie, native de Paudex et, surtout, membre influent du...Parti Socialiste.

Je vous informe, au cas où cela vous aurait échappé, que, selon toute vraisemblance, Rémus et Romulus n'ont jamais existé non plus. Pourtant, c'est bien eux qui ont fondé Rome ! Romulus, après avoir tué son frère (cela vous rappelle-t-il quelque chose ?) devient même le premier roi de la Cité Éternelle. Et, pour faire vite, Vous n'êtes pas sans savoir (ou probablement si) que les deux frères sont les fils de Rhéa Silvia et qu'ils lui ont été donnés pas le...dieu Mars. En remontant la "chaîne", on arrive à Enée, rescapé de la destruction de Troyes et lui-même fils de la déesse Vénus. Vous croyez vraiment que Vénus a existé ? Et que dire de Jupiter et de tous les autres dans son Olympe ? Et pourtant, ils existent bien, Madame. Ai-je besoin de vous parler du Roi Arthur, de Merlin l'enchanteur ou encore de Robin des Bois ? Ont-ils jamais existé ? Doit-on remonter (vous, la soi-disant catholique devriez en savoir quelque chose) jusqu'à Caen et Abel, voire Adam et Eve ?

Et pourtant, ils existent bel et bien.

Alors, oui, Madame. Guillaume Tell existe tout comme ce magnifique pays dont il est l'un des symboles, ne vous en déplaise. Oui, ne vous en déplaise. Et aimer ma famille ne signifie en aucun cas détester celles des autres. Adorer mes enfants n'est nullement synonyme de rejet de ceux des autres. Il faut avoir l'esprit assez dérangé et le dogmatisme maladif assez poussé (suivez mon regard) pour supputer cela.

Et, c'est le point le plus important de l'affaire, lorsqu'un Suisse décide, ou souhaite, évoquer un épisode ou des personnages marquants de "SON" Histoire, il ne parlera selon toute vraisemblance ni d’Apollon, ni de Robin des Bois mais probablement de...Guillaume Tell et de Winkelried. Et quand on parle de la Grèce, on pense inévitablement à toute la mythologie qui a joué un rôle primordial dans la formation de la conscience collective de cette "nation" et qui fait son "unicité".

Venons-en à une autre de vos perles : "c'est comme avec la religion les histoires des mythes nationaux, dès qu'on a plus le droit de les considérer avec un sens critique, c'est le début de la fin". Vous remarquerez que je reproduis ici votre phrase (pour autant que l'on puisse la considérer ainsi) tell qu'elle apparaît dans votre bijou du 1er août. Linguistiquement, je vous laisse consulter mon billet d'hier à ce sujet. Pour le reste et puisque votre "affichage" de "catholique" semble à ce point vous plaire, pour ne pas dire vous convenir, voyons ce qu'il en est en réalité.

Pour faire court, je me contenterais de deux de vos déclarations :

  • Comment peut-on être chrétien et de droite (décidément) et...
  • Il faut absolument rappeler que l'Islam n'est pas mauvais.

Décidément, comme pour tout gauchiste qui se respecte, votre sens "critique" est très sélectif.

 

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

07/08/2017

LA Suisse n'existe pas

Quitte à lui faire de la publicité, encore et encore, à elle et à certains de ses "camarades", je reviens de nouveau sur le "torchon" pathétique (il n'y a pas d'autres termes pour qualifier ce qu'elle nous a pondu à l'occasion de NOTRE fête nationale) de LA conseillère nationale  Addolorata. Je m'arrête notamment sur la partie la plus lamentable de cette histoire : là où elle lynche publiquement un commentateur (se trouvant être un militant UDC) raillant notamment le bas niveau de français de ce dernier.

Voyons cela.

Il est tout d'abord des plus singulier pour une...socialiste de prendre ainsi à partie quelqu'un du "Peuple". Mais, sérieusement, y a t-il un seul naïf dans ce monde qui croit encore que les gauchistes aient jamais eu pour souci la défense du...Peuple ? Bobos suffisants et faux intellectuels vides de toutes connaissances et de toute culture en dehors de celles que leur dicte leur dogmatisme fanatique, ils ont toujours refusé la moindre contradiction accusant immédiatement ceux qui ne sont pas de leur avis tantôt de racistes, tantôt de xénophobes ou encore de...rétrogrades.

venons-en maintenant au cœur du sujet lui-même, le français. Je ne sais pas très bien à quel point le commentateur de la Dame maîtrise notre langue. Ce que je sais en revanche, est que la Dame en question est née ici (à Paudex, en terre vaudoise), qu'elle a fréquenté les écoles vaudoises et qu'elle est allée jusqu'à obtenir une licence en...sciences politiques (forcément). Dès lors et puisque Addolorata est une "catholique" (on n'arrête pas de le souligner histoire de noyer le poisson), je commencerais par citer les fameuses paroles du Seigneur : "Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'œil de ton frère et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil à toi !". (Parabole de la paille et de la poutre. Évangile de Luc, 6, 41).

D'aucuns diront : "balayer d'abord devant sa porte".

Reprenons donc la déclaration que Dame Mara a faite suite à la piqûre de mouche dont elle fut la victime à l'occasion de la Fête nationale du 1er août.

Nous passerons sans commentaires le premier paragraphe, sans aucun intérêt.

Au deuxième paragraphe, nous lisons : "L'histoire suisse comme toutes les histoires des pays du monde est faite de mythe et de récit national". Mais non Madame : l'Histoire suisse s'écrit avec la lettre H en majuscule. La même chose pour les "Histoires" des pays du monde. Ensuite, ces Histoires sont faites de "mythes" et de "récits", au pluriel, c'est comme ça. Enfin, récit "national" ne veut strictement rien dire. Et puis, vous oubliez deux petites virgules autour de la phrase "comme toutes les histoires des pays du monde".

Dans le même paragraphe, Dame Mara nous dit qu'elle "sait que Guillaume Tell n'a jamais existé". Ah bon ? Vraiment ? Moi qui ne le savais pas ! "Et que le pacte de 1291 n'en est qu'un parmi d'autre". Euh... parmi d'autres, au pluriel, c'est comme cela qu'il faut le dire, non ? "il a été adopté comme point de repère". Qu'est-ce que cela veut dire, exactement ? "C'est comme avec la religion les histoires des mythes nationaux". Quel est le sens exact de cette phrase, pour autant qu'elle puisse être qualifiée ainsi ? S'agit-il de quelques mots qui sont perdus dans la précipitation, d'une ponctuation manquante ? Vous finissez le paragraphe avec une perle sans prix : "dès qu'on a plus le droit de les considérer avec un sens critique, c'est le début de la fin". On passera rapidement sur le fait que "dès qu'on n'a plus le droit..." nécessite un n de négation avant le verbe avoir conjugué. Dites-moi, c'est bien vous qui avez déclaré vouloir fermé votre profil Facebook aux commentaires, non ? Et puis, comment dire, le seul fait de vous...critiquer nous fait passer pour des...sexistes, en plus d'être xénophobes (car vos camarades ne manqueront pas de nous dire qu'en vous critiquant on fait indirectement allusion à vos...origines !).

Troisième paragraphe. C'est une suite de phrases. La ponctuation devrait dès lors être des virgules et non pas des points : "Ce qui existe ce sont nos lois, notre démocratie, notre équilibre entre public et privé". Remarquez que la dernière phrase est vide de sens.

Quatrième paragraphe : "Tout cela n'est pas...Et il/elle a le droit". Vous finissez avec un point. Ce qui signifie que la phrase est terminée. Dans ce cas, cela devrait être "Et il/elle en a le droit".

Sixième paragraphe : "Ma Suisse n'est pas la vôtre. Vôtre Suisse n'est pas la mienne". "Votre" de la deuxième phrase : "votre Suisse n'est pas la mienne" s'écrit sans accent circonflexe.

Septième paragraphe : "...Je me battrais pour qu'elle continue à vivre". Il faut plutôt se battre pour qu'elle "continue de vivre".

Pour le reste, Madame, vous avez raison. La Suisse EST en danger. Et ce danger est mortel. Et je dois reconnaître que vous et vos "camarades" faites de votre mieux pour que, bientôt, elle soit méconnaissable. Ce sera alors votre triomphe ultime.

Je ne suis pas certain de n'avoir pas commis des fautes. Mais moi, je suis quelqu'un du "Peuple". Je ne suis pas né ici et le français, je l'ai "appris" tout seul. Je n'ai pas fait sciences politiques mais sciences économiques (avec une jolie "mention très bien" au passage) et je ne suis pas...socialiste. Je ne passe dès lors pas mon temps à donner des leçons aux autres.

ada-marra.png

 

 

 

09:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (15)

03/08/2017

La gauche arrogante et pitoyable existe. On l'a rencontrée

De par les nombreuses réactions qu'elle a suscitées, il faut reconnaître que la "socialiste" "vaudoise" a réussi son coup. On pourrait effectivement se demander quelle mouche l'a piquée pour qu'elle ponde sa perle sur le 1er août. Question inutile car un socialiste n'a pas besoin de raison pour nous gratifier de ses avis, nous "éclairer" sur le monde qui nous entoure. Cela est d'autant plus vrai que, comme il n'a pas grand chose à faire (c'est fou le nombre de "travailleurs sociaux", "éducateurs" et autre "membres d'organisations caritatives, tiers-mondistes", etc. qui sévissent dans leurs rangs) le socialiste a tout son temps pour "réfléchir" sur l'état du monde et, partant, nous donner les meilleures recettes pour vivre mieux..."ensemble". Cela est d'autant plus vrai que nous autres n'avons pas le temps de le faire (nous travaillons pour gagner notre vie). Certains d'entre nous ont même le QI défaillant (c'est d'ailleurs pour cela que nous ne sommes pas socialistes) : http://oemery.blog.tdg.ch/archive/2017/08/02/la-suisse-n-...

Ains :

  • Critiquer Ada Marra est forcément synonyme de sexisme (c'est une femme).
  • Critiquer la décision de l'ultra gauchiste Pagani de "fêter" le 1er août avec le Bénin est raciste (Le Bénin est un pays étranger, dont la population est, au surplus, noire). A ce propos, on peut parier que ce même "travailleur social" aurait applaudi des deux mains si cette même "frange haineuse" avait exprimé son rejet de voir Genève fêter le 1er août avec...euh, disons les USA. Là, la "frange haineuse" n'eut plus été raciste mais "anti-capitaliste", le pied.

La voici, la perle du gauchiste genevois :

http://commecacestdit.blog.tdg.ch/archive/2017/08/01/la-s...

Et les rengaines habituelles : fascisme, nazisme, etc. Le socialiste (tout comme tous ses "camarades") n'aime pas trop se souvenir de la vraie appartenance de Mussolini (au parti socialiste) ni du nom du parti Nazi (nationalsozialismus) encore moins des bienfaits immenses du socialisme dans les paradis de Staline, Mao, Pol Pot ou encore, de nos jours, Kim Jong Hun et...Maduro.

"Les agents d'une Suisse raciste et sexiste existent. On les a rencontrés, et ça fait mal. Nous ne les laisserons pas défigurer notre beau pays". C'est ce qu'il écrit dans son billet. Mais, Monsieur, à moins que vous ne préféreriez "camarade", notre beau pays est déjà largement défiguré. Il n'est malheureusement plus que l'ombre de ce qu'il fut et de ce qu'il "doit être" et ce largement grâce à vos inlassables efforts depuis notamment un certain mai 1968.

Je suis sûr, camarade, que vous êtes en train d'éprouver toutes les peines du monde pour ne pas me demander de quel droit je parle ainsi de "notre" pays, moi qui viens d'ailleurs.

Mais vous êtes socialiste et vous n'avez pas le droit de le dire. Même si vous le pensez très profondément. Vous auriez adoré qu'il puisse aussi exister une manière pour me forcer à la...fermer.

A ce propos, que pensez-vous de la Chine, de l'Arabie-Saoudite, du Qatar, de la Turquie...?

 

 

 

 

09:33 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

02/08/2017

Pauvre Ada, ou lorsque le minable le dispute au pitoyable et au grotesque

Pauvre Ada...Marra, de son vrai prénom "Addolorata", qui se trouve élue (pauvres électeurs) d'un pays qui n'existe pas.

ada-marra.png

Addolorata me rappelle curieusement un autre "amoureux" de la "patrie" qui n'existe pas, un certain Hani Ramadan. Il y a de cela quelques années, lors d'un "débat" publique avec Oscar Freisinger, il n'a pas arrêté de s'adresser à l'audience en disant : "vous, vos coutumes, votre culture, votre histoire, etc.". Il faut dire que la Dame poursuit la même lutte que "l'enseignant" genevois (remercié avec un dédommagement d'un million de francs).

"Ma Suisse à moi n'est pas la vôtre. Votre Suisse n'est pas la mienne". On ne sait pas très bien à qui s'adresse l'élue...du Peuple ! Au fait, quel Peuple...exactement ? Ses électeurs doivent être originaires de Mars, à moins que...Pauvres électeurs qui, tout comme elle, sa camarade (très active, elle aussi) Cesla ou encore les Pagani et les Levrat, n'ont qu'une seule idée en tête : faire disparaître ce pays, tel qu'il est et tel qu'il a été conçu, à travers les siècles.

Pauvre personnage vide et lamentable qui ne trouve plus rien d'autre (en a-t-elle jamais eu ?) que de la provocation gratuite pour faire parler d'elle. On ne peut vraiment pas s'empêcher de descendre à son niveau pour se poser la même et éternelle question de savoir ce que font tous ces piteux dans ce pays où il fait si mal vivre. Elle me rappelle toujours tous ces "pauvres" islamistes (qu'elle défend par ailleurs avec tant d'ardeur) qui déferlent sur notre pays (qui n'existe pas) délaissant le "paradis" de l'Islam sur terre : l'Arabie Saoudite ou le Qatar !

Pauvre et piteuse personne qui n'a même pas le courage d'assumer sa propre pensée. Car, aux dernières nouvelles, on apprend qu'elle veut fermer son profile Facebook aux commentaires. Pourquoi, Ada ?

Et bonne fête de 1er août, fête NATIONALE SUISSE (et non pas italien, saoudien ou encore Béninois).

 

 

 

 

09:33 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (12)