31/03/2017

A la RTS, on cherche encore Mossoul sur la carte

La RTS, tout comme Le Temps, feu l'Hebdo (espérons pour toujours), La Liberté ainsi qu'une bonne partie des "médias" communément appelé "mainstream", est une institution mue uniquement par le souci de la recherche de la vérité et de la diffusion de l'information la plus fidèle possible. Elle est tout à fait neutre et...objective. Son but est de faire en sorte que le téléspectateur puisse "forger sa propre opinion" concernant un évènement donné.

Du moins, c'est ce que l'on lit, notamment dans les décisions rendues par l'AIEP (autre institution totalement indépendante) qui examine les plaintes en matière de radio et de télé diffusion, bien évidemment. Et pour que tout ce monde puisse faire son "travail" et accomplir sa mission de la manière la plus parfaite possible, il y a une troisième institution, Billag, qui, elle, nous dépouille de CHF 460 par année, chacun.

Comme chacun le sait, puisque tout ce beau monde nous en parle, une bataille acharnée semble avoir lieu en ce moment à Mossoul, en Irak. Mossoul est la "première" capitale de l’État Islamique, que l'autre état, l'irakien, essaie de reprendre avec l'aide "massive" de la...coalition. Aux dernières nouvelles, les choses ne se passent pas vraiment comme prévu et on apprend que la "coalition", par ses frappes chirurgicales, a causé la mort de milliers de civils "coincés" dans la partie ouest de la ville. Pour se justifier, ses chefs nous disent que les personnes concernées sont prises en otage, plus précisément utilisées comme boucliers humains par les "terroristes" de Daech. J'ai donc voulu en savoir davantage et suis aller voir sur le site de la RTS, en commençant d'abord par le journal du 19h30 et là...

Rien. Ce depuis le 19 février. Rien, cela veut dire absolument rien, le néant.

Je me suis alors "rabattu" sur le journal de 12h45 et suis tombé sur des informations le 19 et le 27 février et les 5, 7, 13 et 26 mars. Lors de cette dernière émission, on nous parle des raids aériens menés par la coalition internationale et qui pourraient signifier un "changement de cap" de l'administration du nouveau président des USA.

Ainsi, pour la "journaliste" de la RTS, touchant une bonne partie des CHF 460 annuels subtilisés à chacun d'entre nous, cela "pourrait" signifier un "changement de cap" de la nouvel administration du nouveau président des USA.

J'ai alors tapé "Alep" dans l'espace "recherche" du site de la RTS et là...

Pour le mois de novembre 2016 :

  • 23.11.2016 : un sujet au 12h45 et deux autres au 19h30
  • 28.11.2016 : un sujet au 19h30
  • 29.11.2016 . un sujet au 12h45 et deux autres au 19h30

Pour le mois de décembre 2016 :

  • 3.12.2016 : le 12h45
  • 8.12.2016 : un au 12h45 et trois autres au 19h30
  • 09.12.2016 : un sujet au 19h30
  • 10.12.2016 : deux sujets au 19h30
  • 11.12.2016 : un sujet au 19h30
  • 12.12.2016 : trois sujets au 19h30
  • 13.12.2016 : un sujet au 12h45 et un autre au 19h30
  • 14.12.2016 : trois sujets entre le 12h45 et le 19h30
  • 15.12.2016 : un sujet au 12h45
  • 16.12.2016 : un sujet au 19h30
  • 17.12.2016 : un sujet au 19h30
  • 18.12.2016 : trois sujet dans Geopolities et mise au point
  • 19.12.2016 : trois sujets entre le 12h45 et le 19h30
  • 22.12.2016 : un sujet au 19h30
  • 23.12.2016 : une sujet au 12h45 et un autre au 19h30

C'était, comme vous pouvez l'imaginer, la période où l'armée syrienne (pardon, l'armée de Bachar el Assad) aidée par l'aviation russe (re-pardon, l'aviation de Vladimir Poutine) essayaient de reprendre la ville aux terroristes d'Al Nosra (re-re-pardon, les rebelles syriens) et où toutes les pensées des gens de la RTS allaient vers le "martyre" de la population civile coincée dans la ville assiégée.

  • Deux émissions en moyenne tous les jours, contre pratiquement rien dans le cas de Mossoul.
  • Crimes de guerres, crimes contre l'humanité, population civile massacrée à Alep, contre un...changement de cap de l'administration américaine à...Mossoul

En continuant, je sens que je vais dépasser les limites de la bonne éducation et commencer à utiliser un langage que les minables de ces institutions méritent pourtant bien.

Dès lors...j'arrête.

 

 

 

 

 

 

09:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4)

29/03/2017

Emmanuel Macron : un "pet" dans l'histoire

La formule ne vient pas de moi, mais d'une figure "historique" de la gauche suisse (pour ne pas dire mondial), un dinosaure arc-en-ciel aussi stable qu'une goutte de mercure, un certain Jean Ziegler. Il l'a déclaré il y a de cela quelques semaines lors d'une interview qu'il a donnée à une télé française. Et à voir les succès avec lequel M. Ziegler a prévu ou traité tous les autres évènements dans le monde depuis plus d'une cinquantaine d'années, il fallait se méfier (rappelons tout de même que le Monsieur était presque un ami personnel de...Khadafi).

Mais passons.

Voici donc un "garçon" connu de pratiquement personne il y a de cela à peine trois ans et qui arrive en tête des sondages pour les élections présidentielles en France, reléguant les Fillon, Hamon, Mélenchon et autre Dupont Aignan et Cie à plus d'une dizaine, de points derrière.

Le phénomène Macron est l'illustration parfaite du vide abyssal qui sépare désormais le "peuple" de ses "élites" (j'en profite car bientôt ce mot, peuple, sera banni, voire criminalisé car faisant penser au...populisme). Voici donc un garçon qui n'a pour projet que...lui-même, et qui réussit l'exploit de se placer comme potentiellement le futur président de la République. Exploit ? Pas vraiment. Posez la question à n'importe quel directeur marketing et il vous dira que tout cela n'est rien d'autre qu'un simple plan marketing qui vise à "créer une image qui permettra à l'entreprise et à ses produits ou services de se positionner et d'attirer naturellement les clients ciblés". Il ne s'en est d'ailleurs pas vraiment caché. Lui qui, pour répondre aux attaques des autres candidats lui reprochant de ne pas avoir de "programme" répondait que "les Français n'élisent pas un président pour son programme mais pour l'espoir qu'il insufflera". Amen. Il a même déclaré qu'il ne dévoilera son programme QUE s'il est élu. Il y a d'autres "institutions" qui procèdent de la même manière, depuis longtemps. Cela s'appelle la loterie : vous payez, vous misez et attendez le tirage au sort et là...

Il faut tout de même reconnaître qu'il insuffle déjà de l'espoir...le Macron. Jugez-en plutôt :

Capture.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour certains d'entre eux, que Dieu, ou le diable, me pardonnent, je ne savais même pas s'ils étaient encore en vie.

Le dernier, un certain Manuel Valls (Monsieur 6%, il ne faut jamais l'oublier) vient de déclarer son ralliement pour "barrer la route au Front National". En voilà donc un de plus. Macron, dédaigneux à souhait, remercie poliment "son" premier ministre mais déclare vouloir "renouveler" les visages politiques en France.

Renouveler les visages politiques ? Hmmm !

  • Robert Hue (rendez vous compte ?)
  • Alain Madelin (l'ami de...Robert Hue)
  • François Bayrou (euh, qui il est...au juste ?)
  • et, last but not least...Dany le Rouge.

Alors, Macron, un "pet dans l'Histoire" ? Peut-être. Auquel cas l'odeur sera tellement nauséabonde...Et pauvre peuple qui, dans le supermarché du minable, n'a que l'embarras du choix.

 

 

11:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

27/03/2017

Je suis sourisphobe, ratophobe, canadophobe et...surtout, conophobe

Puisque, maintenant, la grande histoire est celle des...islamophobes.

Lire la suite

09:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (15)

17/03/2017

Pays-Bas : le cynique doublé d'un dhimmi

Comme je le prévoyais dans mon précédent billet (inutile de souligner qu'aucun média, ni aucun "journaliste" n'a su ou voulu relever cela), les gesticulations lamentables du premier ministre néerlandais n'étaient que de la poudre aux yeux à but strictement électoraliste. Devant la "menace" Wilders, il était prêt à tout (tout comme certains candidats de la droite française) y compris mettre dehors le ministre des affaires étrangères turc.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2017/03/1...

Et les électeurs (pauvres électeurs) ont bien mordu à l'hameçon.

Cela fait 50 ans qu'ils le font, alors, une fois de plus...Et histoire de leur montrer à quel point on les prend pour des imbéciles, le premier ministre néerlandais n'a attendu que 24 heures pour appeler à l'arrêt des "hostilités" avec Erdogan (rappelons que ce dernier a qualifié le Hollandais de nazi).

"Nous aimerions volontiers réduire les tensions avec la Turquie", a déclaré, immédiatement après le vote, la ministre de la défense, une certaine Jeanine Hennis-Plasshaert. Elle voulait ainsi signifier au Turcs (au cas où il subsisterait encore une doute) que les agissements du premier ministre n'avaient pour unique but que les élections.

https://politikstube.com/wahl-vorbei-ruttes-rolle-rueckwa...

Il lui reste de présenter ses excuses à Erdogan, comme l'exige ce dernier.

Et il le fera.

11:07 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (4)

14/03/2017

Néerlandais et Allemands : cyniques. Français et Suisses : dhimmis

La "tension" entre les Pays bas et la Turquie est à son comble. Pour peu, on nous le ferait vraiment croire. En tout cas, ils y croient vraiment. Eux ? Les journalistes et les spécialistes, bien évidemment.

Ainsi, pour peu qu'on soit un tantinet plus lucide qu'un...journaliste, on découvrirait que les gesticulations du premier ministre néerlandais ne sont en réalité que poudre aux yeux à but, purement électoraliste. Je dirais même que le bouillant islamiste d'Ankara (dirigeant modèle jusqu'à très récemment et modèle à suivre pour les leaders des pays arabes, selon les capitales occidentales) a offert un cadeau inespéré à son "homologue" du pays des tulipes. Ce dernier n'en espérait pas tant. L'occasion était trop belle et rare pour ne pas la saisir immédiatement. Car ne rien dire au sujet de la visite du ministre des affaires étrangères turc eut simplement signifié l'accession de Geert Wilders au poste de premier ministre. Angela Merkel se trouve exactement dans la même situation et ses motivations sont dès lors exactement les mêmes : purement électoraliste.

Les choses sont un peu différentes chez les dhimmis : nous autres Helvètes et nos voisins de gauche. Après l'épisode du mémorial du génocide arménien (oublié pour ne pas froisser Regep Taiep Erdogan), voici que nos "autorités" fédérales passent outre la volonté des Zurichois et Argoviens et autorisent la venue du ministre en question. Notre cher et éternel Didier Burkhalter défend "sa"position en mettant en avant la "liberté d'expression".

Pauvres Dhimmis.

09:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

06/03/2017

Aux socialistes de tous bords : imaginons juste un chrétien faire cela

Effectivement, imaginons Ada Marra et ses "compagnons" de la soumission générale visionnant une vidéo dans laquelle on voit un chrétien dire à un pauvre barbu qu'il n'est rien d'autre qu'un égorgeur, assassin, arriéré (c'est à dire ce que ce dernier est effectivement).

C'est donc un "anglais" (comme les masses de "Suisses" qu'Ada Marra et ses compagnons sont en train de nous fabriquer) qui s'adresse à des...Anglais : "vous êtes des porcs, etc....".

Le plus important dans cette "petite" affaire, est la soumission totale et absolue de...l'Anglais, qui se contente de dire : "yeah, yeah, yeah...". Le musulman venait de dire à l'homme (anglais) : "ce n'est pas ton pays".

Bravo Ada Marra.

Musulman anglais.mp4

 

09:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)