29/03/2017

Emmanuel Macron : un "pet" dans l'histoire

La formule ne vient pas de moi, mais d'une figure "historique" de la gauche suisse (pour ne pas dire mondial), un dinosaure arc-en-ciel aussi stable qu'une goutte de mercure, un certain Jean Ziegler. Il l'a déclaré il y a de cela quelques semaines lors d'une interview qu'il a donnée à une télé française. Et à voir les succès avec lequel M. Ziegler a prévu ou traité tous les autres évènements dans le monde depuis plus d'une cinquantaine d'années, il fallait se méfier (rappelons tout de même que le Monsieur était presque un ami personnel de...Khadafi).

Mais passons.

Voici donc un "garçon" connu de pratiquement personne il y a de cela à peine trois ans et qui arrive en tête des sondages pour les élections présidentielles en France, reléguant les Fillon, Hamon, Mélenchon et autre Dupont Aignan et Cie à plus d'une dizaine, de points derrière.

Le phénomène Macron est l'illustration parfaite du vide abyssal qui sépare désormais le "peuple" de ses "élites" (j'en profite car bientôt ce mot, peuple, sera banni, voire criminalisé car faisant penser au...populisme). Voici donc un garçon qui n'a pour projet que...lui-même, et qui réussit l'exploit de se placer comme potentiellement le futur président de la République. Exploit ? Pas vraiment. Posez la question à n'importe quel directeur marketing et il vous dira que tout cela n'est rien d'autre qu'un simple plan marketing qui vise à "créer une image qui permettra à l'entreprise et à ses produits ou services de se positionner et d'attirer naturellement les clients ciblés". Il ne s'en est d'ailleurs pas vraiment caché. Lui qui, pour répondre aux attaques des autres candidats lui reprochant de ne pas avoir de "programme" répondait que "les Français n'élisent pas un président pour son programme mais pour l'espoir qu'il insufflera". Amen. Il a même déclaré qu'il ne dévoilera son programme QUE s'il est élu. Il y a d'autres "institutions" qui procèdent de la même manière, depuis longtemps. Cela s'appelle la loterie : vous payez, vous misez et attendez le tirage au sort et là...

Il faut tout de même reconnaître qu'il insuffle déjà de l'espoir...le Macron. Jugez-en plutôt :

Capture.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour certains d'entre eux, que Dieu, ou le diable, me pardonnent, je ne savais même pas s'ils étaient encore en vie.

Le dernier, un certain Manuel Valls (Monsieur 6%, il ne faut jamais l'oublier) vient de déclarer son ralliement pour "barrer la route au Front National". En voilà donc un de plus. Macron, dédaigneux à souhait, remercie poliment "son" premier ministre mais déclare vouloir "renouveler" les visages politiques en France.

Renouveler les visages politiques ? Hmmm !

  • Robert Hue (rendez vous compte ?)
  • Alain Madelin (l'ami de...Robert Hue)
  • François Bayrou (euh, qui il est...au juste ?)
  • et, last but not least...Dany le Rouge.

Alors, Macron, un "pet dans l'Histoire" ? Peut-être. Auquel cas l'odeur sera tellement nauséabonde...Et pauvre peuple qui, dans le supermarché du minable, n'a que l'embarras du choix.

 

 

11:15 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

C'est surtout le symbole du retour à la IVème république, le grand foutoir et la déliquescence assurée. Philippe Martinez se frotte les mains : il sera le Grand Maître de la pauvre France.
La solution pour la France : retrouver les provinces et leur donner le pouvoir des Länder allemands. Abolir le système présidentiel et donc la monarchie, enfin. Le pouvoir dans un collège de Sages de 7 personnes représentant les partis gouvernementaux.
Droit d'initiative populaire et de référendum.
Cela vous fait penser à quelque chose ? Oui, et alors ? La démocratie n'est pas un système génial, mais tous les autres sont pires. Les Français vivent en monarchie élective ou alors en dictature de la rue.

Écrit par : Géo | 29/03/2017

Répondre à ce commentaire

Et les Français ne sont pas plus cons que les Suisses, contrairement à ce que matraquent les "experts" de C dans l'air" sur les référendums...

Écrit par : Géo | 29/03/2017

Répondre à ce commentaire

Etrange que aucun journaliste ne fasse pas le parallèle entre Macron et Matteo Renzi, lui aussi inconnu et auteur d'un hold up médiatique: même parcours...

Écrit par : Vita Bruno | 07/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.