21/11/2016

Primaires LR : des gifles à la pelle et de l'espoir...peut-être

A commencer par nos "amis" habituels : les médias et les...analystes, spécialistes et autres sondeurs. Après Donald Trump, ils se sont cette fois trompé de juste...25%, rien de moins que cela.

Ainsi, Fillon, le "fade" pilote de voitures de course passe largement en tête des primaires de la droite et du...centre (il ne faut pas l'oublier). Le troisième homme (quatrième jusqu'à il y a 3 semaines à peine) passe devant le favori (des médias et des analystes) et dépasse ce dernier de 16 points (plus de 600'000 voix). L'amateur de frites, quant à lui, est troisième avec moins de 21% des voix.

Pour comprendre l'ampleur de la défaite (des médias et des analystes) faisons un petit calcul...statistique :

  • Fillon, 44.2% sur un peu plus de 3.8 millions de votants, cela donnerait 1'7 millions
  • Juppé, avec les même calculs, on obtient 1.1 millions
  • Sarkozy, 800'000,
  • Etc.

Sur ces votants, on nous dit que 15% étaient des électeurs de...gauche. Ces derniers se seraient déplacés pour "barrer la route" aux candidatures trop "à droite". En un mot : à Sarkozy. Je vais supposer qu'ils ont tous été raflés par Fillon. Cela ramènerait le chiffre de ce dernier à un peu plus de...1.1 million. Toujours devant Juppé.

Ce qui précède montre l'ampleur des changements qui sont en train de voir le jour dans certains pays du monde occidental. Il montre aussi l'ampleur du désastre (sociétal) causé par une cinquantaine d'années de gauchisme effréné qui, dans les trente dernières années, s'est adjoint les services d'une mondialisation dévastatrice. Il montre enfin à quel point les "faiseurs" d'opinion (ils ont beau jeu de s'en défendre maintenant), "l'élite" politico-médiatique, les analystes autoproclamés, étaient déconnectés de la réalité, des réalités, de nos sociétés.

Le plus remarquable dans la victoire de Fillon (on attend toujours que les analystes et spécialistes de tous poils le remarquent) est que l'homme ne s'est pas caché derrière des mensonges et promesses électoraux qui seront impossibles à réaliser. Il a systématiquement annoncé sa ligne, sur le plan intérieur et, surtout, extérieur, et ne s'en est jamais éloigné. Ceux qui lui ont donné leurs voix savent donc parfaitement à quoi ils doivent s'attendre. Et tout comme Trump, qui a toujours déclaré être plus proche de la Russie que des islamistes d'Al Nosra, Fillon n'a jamais caché sa volonté de se rapprocher de la Russie (plutôt que du...Qatar, de l'Arabie Saoudite, de la Turquie et de l’État Islamique). De travailler avec Poutine plutôt qu'avec Erdogan, les roitelets du Golfe et les égorgeurs d'Al Nosra, alors que son "rival" n'avait qu'une seule chose en tête : descendre Bachar el Assad. A propos de ce dernier (je parle de Juppé), il a crû bon d'appeler "tous" les Français à participer aux primaires de la droite et du centre. Qu'espérait-il exactement ? Que les gauchistes, qui voient en lui quelqu'un plus "proche" de leurs idées (ce qui est tout à fait vrai) que Sarkozy et Fillon, votent en masse et le propulsent en tête. Ainsi, Juppé, candidats aux primaires de la...droite, n'avaient en tête que d'appeler à la participation du plus grand nombre possible des gens de...gauche. De l'autre côté, à supposer que cela ne fut qu'un stratégie électorale, ses calculs se sont retournés contre lui car si les électeurs de gauche ont participé d'une manière aussi importante, c'est précisément pour...barrer la route à un candidat qui leur ressemble trop et tuerait toute chance, aussi infime soit-elle, de voir un des leurs l'emporter. Il est en effet tout de même plus facile à un...Hollande (aussi moribond soit-il) de montrer ses différences avec Fillon qu'avec...Juppé.

Suis-je, avec tout ce qui précède, content de voir Fillon l'emporter ? Oui, absolument. Non pas que ce soit le meilleur qui a gagné, mais simplement le moins pire.

 

09:45 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

18/11/2016

Guignols de l'info, snooker, guignoles de l'info, tennis, guignols de l'info

Ce fut hier mon parcours de "téléspectateur" entre 21h20 et 23h10, lorsque je n'en pouvais plus.

Dîner terminé et table débarrassée, dernier café de la journée pris, j'allumai la machine infernale du salon et tombai sur France 2 qui diffusait les guignoles de l'info, en beaucoup moins drôle que la version originale de Canal + (aux heures de gloire de celle-ci). J'y reviendrai. Lassé après à peine 5 minutes d'échanges aussi stériles que lamentables, je zappe sur la RTS Deux qui diffusait le match Raonic (Canada)-Thiem (Autriche). Impossible de blairer le premier et ne m'intéressant pas vraiment à l'Autrichien, je décide d'aller sur Eurosport qui diffusait un match de snooker. Là, on pouvait au moins voir des gens sans prétention effectuer des coups de génie. Mais bon, on ne peut pas non plus rester des heures à les regarder. Du coup, je reviens sur France 2 et constate que l'émission des guignoles dure. Je décide malgré tout de m'y attarder un peu. Mal m'en a pris.

Sept "candidats" à l'élection présidentielle, sept guignols grotesques. Le débat ? Un florilège de médiocrité, d'approximations, de déjà vu, de lieux communs et d'absence absolue de vision. Des recettes de cuisine où les plats réchauffés tiennent une place de choix. Ce sans parler de leur fadeur repoussante. On nous dit que les "candidats" se sont "ménagés" et qu'il n'y a pas eu d'affrontements directs. On se demande bien évidemment alors à quoi servent ces débats. On ne peut pas non plus passer à côté du phénomène le plus abject de l'histoire : le délinquant (dans le sens le plus profond du terme) Sarkozy. Sa seule présence sur le plateau donne la nausée. Je ne reviendrai pas sur les dizaines de casseroles judiciaires qu'il traine mais seulement sur la justification même de sa candidature. Car voici quelqu'un qui a tout (mais vraiment tout) raté durant les 5 années de sa présidence et qui a le culot de revenir au devant de la scène. Pour faire quoi, exactement ? C'est bien lui  qui a :

  • Passé outre la volonté populaire lors du référendum sur le traité sur l'Europe en 2005
  • Renvoyé chez elle la police de proximité
  • Diminué de plusieurs dizaines de milliers le nombre de policiers
  • Diminué de plusieurs milliers le nombre d'enseignants dans les écoles
  • Institué le Conseil National du Culte...Musulman
  • Ramené la France comme un petit caniche dans le giron de l'Otan
  • S'est aventuré en Libye avec toutes les conséquences désastreuses de ce crime innommable
  • Été une des principales causes de la crise (migratoire et autres) que connaît l'Europe depuis quelques années.
  • Reçu en grandes pompes (très grandes) ceux-là même qu'ils qualifie de despotes sanguinaires (Assad et Khaddafi)
  • Reçu les valises bourrées de dollars de ce dernier
  • Promis d'arrêter la politique après sa défaite en 2012
  •  
  •  
  •  

Et, s'agissant des autres, Juppé en tête, ce dernier a bien été son ministres des affaires étrangères ? Et à moins que je ne me trompe, il avait aussi, pendant cinq ans, un premier ministre qui s'appelait François Fillon ?

Dites...les sondages nous apprennent que ce sont ces...trois qui seraient en têtes des intentions de votes dans les primaires ?

 

 

11:13 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

16/11/2016

Des démocrates et des dictateurs

Comme chacun le sait, ou presque, les démocrates, en tout cas ceux qui prétendent l'être, pullulent par ici. Ils s'inspirent par ailleurs beaucoup de leurs collègues d'outre Atlantique (je ne parle pas du parti mais des Américains en général) pour qui tout ce qui ne leur ressemble pas est forcément communiste ou dictateur. Leur tolérance "démocratique" force le respect et l'admiration de tous.

La dernière preuve en date vient de certaines colonnes de ce blogosphère même. Guy Mettan, tout d'abord, qui n'a jamais caché son penchant pour la Russie (et on l'en remercie beaucoup) et qui a publié le billet que voici :

http://guymettan.blog.tdg.ch/archive/2016/11/14/le-menson...

Je dois admettre que chaque mot dans ce billet est à lui seul une vérité. Les vérités ne valant que par les preuves qu'on y apportent, Mettan en met à chaque ligne, ou presque. Pour le contredire, un...démocrate (bien évidemment), un certain Philippe Souaille, dont le sang n'a fait qu'un tour à la lecture du billet de Guy Mettan, a immédiatement réagi en nous gratifiant de l'accusation habituelle : "Guy Mettan sert la soupe aux dictateurs".

http://philippesouaille.blog.tdg.ch/archive/2016/11/14/se...

Là-dedans, rien, le néant absolu. En démocrate, Souaille distille ses accusations (tu n'es pas de mon bord donc tu es un dictateur) mais, à la manière de tous les démocrates qui lui ressemblent, il...ferme les commentaires. Pas de contradiction. Normal pour un...démocrate.

  • Les mensonges effarants sur l'Irak
  • Les mensonges effarants sur la NON responsabilité des Saoudiens dans les attentats de New York
  • Les mensonges effarants ayant conduit au désastre libyen
  • Et (secret de polichinelles, bien évidemment, les "révélations" (fracassantes ?) du CPI (Cour Pénale Internationale) concernant les crimes de guerre commis par l'armée américaine (après..10 ans d'enquête) ont été balayées par les très démocratiques USA qui, comme chacun le sait, ont leur propre système d'enquête qui ne manquera pas de tout révéler au monde. A noter (toute petite anecdote) qu'il n'a fallu que trois semaines à cette même CPI pour condamner quelques terribles despotes africains.
  • Inutile de parler d'Abou Ghreib (Irak) et des prisons secrètes en Roumanie, Moldavie, Estonie, etc.
  • Inutile aussi de signaler que les très démocratiques USA (qui ont été en partie derrière la création de la...CPI), n'ont pas ratifié l'acte de création. En d'autres termes, ils ne la reconnaissent pas.

Allez, à bientôt dans le paradis des idiots utiles.

N:B. Je viens par le plus pur des hasards de tomber sur ce billet qui date de...2010. Décidément, ça ne date pas d'hier. C'est proprement savoureux. Très intéressante la "trouvaille" de Décaillet, parlant de Souaille : "il est d'extrême...centre".

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2010/02/25/mai...

 

 

11:02 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

14/11/2016

Des "journalistes" à la petite semaine

Inutile de revenir sur l'immense fiasco "journalistique" concernant les élections américaines. Non. Je me contenterais, même si je le fais à contrecœur, de reprendre les trois questions qu'un certain Pascal Décaillet a posé à la fin de son dernier billet.

http://pascaldecaillet.blog.tdg.ch/archive/2016/11/11/la-...

1) Quelles leçons la direction de l’Info RSR entend-elle tirer de son traitement des élections américaines 2016 ?

 2) Quelles leçons la rédaction en chef de l’Hebdo entend-elle tirer de son traitement des élections américaines 2016 ?

 3) Quelles leçons la rédaction en chef du Temps entend-elle tirer de son traitement des élections américaines 2016 ?

Trois questions très pertinentes, sauf que...

Là-dedans, il y a chaque fois une phrase de trop : "des élections américaines 2016". On aurait pu très facilement se contenter de : "quelles leçons la rédaction X, Y, Z, voire A, B, C...entend-elle tirer de son traitement".

De son traitement de TOUS les sujets, sans exception.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

12/11/2016

Donald TRUMP : j'oubliai

C'est le commentaire avisé de G. Vuilliomenet à mon précédent billet qui me l'a rappelé : TRUMP va-t-il maintenant nommer un procureur spécial pour "poursuivre" Mme Rodham et l'envoyer en prison ?

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

11/11/2016

Donald TRUMP : blague à part

Je disais donc (http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/11/0...) qu'il y a eu match entre un farfelu et une psychopathe corrompue et que c'est finalement le farfelu qui a gagné.

En soi, c'est une excellente chose, ne serait-ce que pour le bras d'honneur magistralement adressé à tous les spécialistes, analystes, connaisseurs, politiciens, chefs d'états et, mieux que tout, journaleux de tous bords. En ce qui concerne ces derniers et rien qu'aux USA, 200 médias se sont mis contre le magnat new-yorkais contre un seul, un seul, journal qui militait "franchement" en sa faveur. Rappelons tout de même que le gros de l’Élysée, qui ne manquera pas de se "représenter" (histoire surtout de niquer les ambitions de certains de sa propre "famille" politique) a, dans un de ses discours, répété à au moins 5 reprises qu'il travaillera avec LA prochaine présidente des USA, quelle qu'elle soit.

Pour le reste, le promoteur immobilier semble avoir entrepris les démarches "politiciennes" habituelles bien plus rapidement que la plupart de ses prédécesseurs "professionnels" (de la politique). En effet et à peine 24 heures après son "élection" (rappelons tout de même qu'il n'est QUE le président élu) deux, au moins, de ses promesses "phares" de campagne ont subitement disparu de son site :

  1. Interdire aux Musulmans l'entrée aux États-Unis
  2. Dénoncer l'accord de paris sur le climat

Aux dernières nouvelles, il semblerait que les liens vers ces questions aient été "restaurés".

Inutile bien évidemment de s'étendre sur les dizaines de nom d'oiseaux (pour rester un peu poli) utilisés par les deux camps lors de la compagne électorale et les accolades, physiques et verbales, entre ces mêmes personnes le jours même de l'annonce des résultats. C'est quand-même fantastique, absolument fantastique, de voir l'actuel locataire de la Maison Blanche exprimer son "admiration" pour la "solide" campagne que Trump a menée au travers du pays, alors qu'à peine 24 auparavant, il traitait ce dernier de tous les noms. Inutile aussi de s'attarder sur la déclaration de Mme Rodham qui, tout en félicitant son rival pour sa victoire, a exprimé, tenez-vous bien, son souhait de...travailler avec lui.

Sinon, tout va bien

 

11:51 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

09/11/2016

Donald TRUMP : un bras d'honneur magistral

Les Américains avaient à choisir entre le farfelu et la psychopathe corrompue. C'est le premier qui a gagné.

Quelle leçon tirer de cette "victoire" presque colluchienne ? Une, une seule, celle-là :

Wall Street.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

Establishement.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gauche.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instituts de sondages.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Medias.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

Analystes.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poutine.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et encore, on ne peut s'en empêcher :

medias 2.PNG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et encore :

medias 3.PNG

Tous doivent se dire qu'une bonne vieille "dictature", c'est tout de même mieux.

10:54 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (17)

02/11/2016

Ils s'appelaient Mouhammed, Ahmed, Mahmoud, etc. Les "journalistes" les ont rebaptisés : Alain, Frédéric, Alain, Maurice...

Lors des "évènements" de Cologne, (festivités du Nouvel An de l'année dernière) les "journalistes ont attendu trois jours avant qu'ils ne soient "forcés" de rapporter ce qui s'y était passé.

En Suède, ce sont des années qui se sont écoulées avant que les viols lors d'un festival rock ne soient révélés au grand jour. De nouveau, ceci est passé au moment où les "journalistes" ne pouvaient plus faire autrement.

En France, à la fameuse époque des "tournantes" dans certaines banlieues parisiennes, des pauvres jeunes filles se faisaient ravager par des Mohammed, Ahmed, Mahmoud et d'autres déclinaisons du nom du "Prophète". Afin que les affaires ne soient pas récupérées par les...populistes, toujours eux, les gauchistes, toujours eux, ont jugé bon de les rebaptiser. Mohammed est devenu Alain, Mahmoud est devenu Frédéric, etc.

https://www.facebook.com/gatounet01/videos/14839222616348...

Remarquez que les indécrottables de "l'information" n'en démordent pas. Sur le plateau, il s'en est malgré tout trouvé un qui a justifié cela : on le fait pour ne pas donner au populisme l'occasion de se réveiller.

Ainsi, pour ne pas donner au populisme l'occasion de se réveiller, des Mohammed, Ahmed et autre Mahmoud peuvent continuer tranquillement à violer, voler, brûler, attaquer des policiers, etc.

Nos "démocraties" doivent survivre, coûte que coûte. Aucun sacrifice, aussi terrible soit-il, ne saurait perturber notre tranquillité démocratique. Le plus important est de pouvoir aller tranquillement faire ses achats au supermarché.

Tout le reste n'est que foutaise.

 

 

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)