18/11/2016

Guignols de l'info, snooker, guignoles de l'info, tennis, guignols de l'info

Ce fut hier mon parcours de "téléspectateur" entre 21h20 et 23h10, lorsque je n'en pouvais plus.

Dîner terminé et table débarrassée, dernier café de la journée pris, j'allumai la machine infernale du salon et tombai sur France 2 qui diffusait les guignoles de l'info, en beaucoup moins drôle que la version originale de Canal + (aux heures de gloire de celle-ci). J'y reviendrai. Lassé après à peine 5 minutes d'échanges aussi stériles que lamentables, je zappe sur la RTS Deux qui diffusait le match Raonic (Canada)-Thiem (Autriche). Impossible de blairer le premier et ne m'intéressant pas vraiment à l'Autrichien, je décide d'aller sur Eurosport qui diffusait un match de snooker. Là, on pouvait au moins voir des gens sans prétention effectuer des coups de génie. Mais bon, on ne peut pas non plus rester des heures à les regarder. Du coup, je reviens sur France 2 et constate que l'émission des guignoles dure. Je décide malgré tout de m'y attarder un peu. Mal m'en a pris.

Sept "candidats" à l'élection présidentielle, sept guignols grotesques. Le débat ? Un florilège de médiocrité, d'approximations, de déjà vu, de lieux communs et d'absence absolue de vision. Des recettes de cuisine où les plats réchauffés tiennent une place de choix. Ce sans parler de leur fadeur repoussante. On nous dit que les "candidats" se sont "ménagés" et qu'il n'y a pas eu d'affrontements directs. On se demande bien évidemment alors à quoi servent ces débats. On ne peut pas non plus passer à côté du phénomène le plus abject de l'histoire : le délinquant (dans le sens le plus profond du terme) Sarkozy. Sa seule présence sur le plateau donne la nausée. Je ne reviendrai pas sur les dizaines de casseroles judiciaires qu'il traine mais seulement sur la justification même de sa candidature. Car voici quelqu'un qui a tout (mais vraiment tout) raté durant les 5 années de sa présidence et qui a le culot de revenir au devant de la scène. Pour faire quoi, exactement ? C'est bien lui  qui a :

  • Passé outre la volonté populaire lors du référendum sur le traité sur l'Europe en 2005
  • Renvoyé chez elle la police de proximité
  • Diminué de plusieurs dizaines de milliers le nombre de policiers
  • Diminué de plusieurs milliers le nombre d'enseignants dans les écoles
  • Institué le Conseil National du Culte...Musulman
  • Ramené la France comme un petit caniche dans le giron de l'Otan
  • S'est aventuré en Libye avec toutes les conséquences désastreuses de ce crime innommable
  • Été une des principales causes de la crise (migratoire et autres) que connaît l'Europe depuis quelques années.
  • Reçu en grandes pompes (très grandes) ceux-là même qu'ils qualifie de despotes sanguinaires (Assad et Khaddafi)
  • Reçu les valises bourrées de dollars de ce dernier
  • Promis d'arrêter la politique après sa défaite en 2012
  •  
  •  
  •  

Et, s'agissant des autres, Juppé en tête, ce dernier a bien été son ministres des affaires étrangères ? Et à moins que je ne me trompe, il avait aussi, pendant cinq ans, un premier ministre qui s'appelait François Fillon ?

Dites...les sondages nous apprennent que ce sont ces...trois qui seraient en têtes des intentions de votes dans les primaires ?

 

 

11:13 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Juppé, le Sage?

N est il pas lui, un vigoureux Otaniste pur jus 100% qui a conclu avec son homologue turque, Davitoglu, tous deux ministres des Affaires Etranges(ères) en 2011 le Plan américain Wright dévoilé un peu plus tard dans le News Week?

C est quoi ce plan Wright sauf que ces trois criminels précités se sont mis d "accord" sur la balkanisation (morcellement) de la Syrie en s octroyant un "droit" de cuissage sur ce pays souverain, la Syrie, membre du gros machin dit l ONU?

Juppé demandait l aide de la Turquie (et en conséquence le fric du Qatar) à la France afin de faciliter les "actions" françaises de l assassin Sarkosy contre la Libye et en finir avec ce pays "DE" Khaddafi. Aussi, Juppé a demandé que la Turquie aiderait la France à ce que cette dernière installe la "démocratie" (au fait la démocrassie)en Syrie en aidant des Rebelles, les Frères Argent dits Frèrots musulmans et Al Nosra d Al Qayda qui fait du bon boulot en Syrie selon la fameuse devise de l Escroc Fabius et de l autre, Hollande.

En contre partie, Juppé et l américain Wright "offraient" le nord-est de la Syrie pour créer un Kurdistan surtout aux kurdes de la Turquie que l Ottoman Erdogan rêve de s en débarrasser.

Dans ce "joli" mosaïque colonial, les Elites précités, Hollande, Juppé, Sarkosy et son ministre des Affaires étranges Fillon, qui veulent tous devenir Présidents pour la France en mai 2017, ne ressemblent ils pas non pas à des Leaders mais bel et bien à des Dealers de cage d escalier bas de gamme et sans électricité? La Mafia n aurait pas fait pire qu eux...ça promet!

Écrit par : Charles 05 | 19/11/2016

Addendum

https://www.les-crises.fr/notre-fiasco-syrien-par-alain-juppe/
-----------------

Et le soutien de Daech est aussi inclus dans ce plan Wright sus cité. Comme quoi, il n y a jamais eu de guerre contre le Terrorisme mais bel et bien des Guerres contre des Pays qui ne sont ni des viviers ni des soutiens du "terrorisme" et qui ont effacé des pays de la carte comme l Afghanistan, l Irak, la Libye et ces jours ci le Yémen et la Syrie (et bientôt l Algérie?)

Clinton, Juppé, Erdoğan, Daesh et le PKK
par Thierry Meyssan

La reprise de la répression contre les Kurdes en Turquie n’est que la conséquence de l’impossibilité de réaliser le plan Juppé-Wright de 2011. Alors qu’il a été facile de déployer Daesh dans le désert syrien et dans les provinces de Ninive et d’al-Anbar (Irak), à majorité sunnite, il s’est avéré impossible de prendre le contrôle des populations kurdes de Syrie. Pour réaliser son rêve d’un Kurdistan hors de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan n’a pas d’autre choix que la guerre civile.

http://www.voltairenet.org/article188313.html
------------------

Écrit par : Charles 05 | 19/11/2016

Les commentaires sont fermés.