22/08/2016

Les documents "chocs" de la RTS et...d'Amnesty International

Comme chacun le sait, ou presque, la RTS est, selon ses propres dires, financée majoritairement par les redevances. 465 francs par ménage, rien de moins que cela. Comme pour n'importe quelle "denrée" (ceci est basique en économie) le consommateur (téléspectateur) est en droit de s'attendre à un produit correspondant au prix qu'il a mis pour l'acquérir. Au prix des fruits en ce moment, CHF 4.5 pour un kilo de pommes à la Migros ou à la COOP, il faut être maso pour accepter que le panier soit rempli de fruits pourris. Et en dehors des banalités évidentes ne nécessitant aucun effort ni de réflexion, ni d'investigation, on pourrait sans trop se tromper parler de fruits complètement pourris s'agissant des émissions de cette institution à...redevances.

Jeudi dernier, la RTS nous a de nouveau gratifiés d'un sujet sur la...Syrie (j'en ai compté plus de 300 depuis le début de évènements dans ce pays). Il s'agissait du "rapport" (encore un) qu'Amnesty International (grand gardien de l'état des droits de l'Homme dans le monde) sur les supposés morts, 18'000, dans les prisons du régime de Damas.

Voici d'abord le sujet.

http://www.rts.ch/play/tv/19h30/video/amnesty-internation...

Le journaliste qui commente le sujet nous y parle d'un "document choc" d'Amnesty International. C'est, je l'avoue, tout ce qui m'intéresse dans cette affaire. Ceci pour la raison simple et logique que le téléspectateur serait en droit de s'attendre à des révélations et images sortant de l'ordinaire. Des informations qui nous éclaireraient sur ce qui se passe effectivement dans ce pays. Et de fait de document choc, on a eu droit à :

  • Des images de...synthèse faites sur ordinateur, à la portée de n'importe quel gamin de 11 ans.
  • Le témoignage d'un supposé ancien prisonnier
  • Les commentaires du responsable d'Amnesty International, parlant de crimes contre l'humanité.

Suis-je en train de contester que ces évènements, en tout ou partie, aient eu lieu ? Nullement. Mais cela n'a pas la moindre importance. Ce qui m'intéresse est de démontrer que la chose n'a en réalité aucune importance pour la RTS elle-même. Ceci rappelle par ailleurs une autre "affaire" qui, toujours selon la RTS, devait faire l'effet d'une "bombe". Il y a de cela quelques mois, la RTS a consacré 22 minutes de son journal de 19h30 à la découverte de dizaines de milliers de fiches de l’État Islamique, avec noms, prénoms, date de naissance, affectation, etc., de ses membres. 22 minutes et un grand "spécialiste" du sujet, comme d'habitude. On a même eu le droit de regarder ces fiches, impeccablement empilées et présentées sur une table. La RTS et le grand spécialiste ne se sont bien évidemment pas posé la question de savoir par quel miracle et pour quelle raison ces informations, contenues dans une clef USB dérobée par un ancien membre de l'EI, devaient aisni être "imprimées".

465/ans de redevances. Vous vous rendez compte ?

 

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (1)

11/08/2016

Charlie Hebdo, Bataclan, Hyper Casher, Nice, Merah, Père Hamel : tout cela, ne serait-il finalement pas...normal ?

J'ai trouvé la réponse, définitive, à cette question (au cas où un doute subsisterait encore) avant hier, le 9 août, vers 20h13, au journal de 20h00 de TF1. Je suppose que cela n'eut pas été mieux (voire même pire) à la RTS ou ailleurs.

Le blondinet aux commandes du journal venait de lancer un sujet consacré aux récents affrontements entre l'armée nationale syrienne et les groupes islamistes armés à Alep. Par deux fois, histoire de "vraiment" marquer la chose, le "journaliste" a précisé qu'il "s'agit bien de groupes d'islamistes mais qui ne seraient pas affiliés à...l’État Islamique".

Jusqu'à maintenant, il ne fallait pas confondre Islam et...Islamistes. C'est le fameux PADAMALGAM. Désormais, le curseur de "l'acceptation" est poussé un peu plus loin : On ne parle même plus d'Islam, Islamiste devient une norme tout à fait acceptable (il ne faut pas leur tenir rigueur pour quelques égorgements par ci, quelques crucifixions par là) et, en attendant de trouver encore pire que l’État Islamique, c'est ce dernier qui devient l'ennemi de nos journalistes.

J'avais déjà eu l'occasion de dire ce que je pensais de tous ces attentats. Ce journaliste vient simplement le confirmer. C'est donc effectivement normal. Quant à savoir si c'est bien ou mal. Cela est laissé à l'appréciation de chacun.

Voici le journal en question. Il pose quelques problèmes techniques car il ne s'ouvre pas toujours (après la pub). Si quelqu'un a un lien plus fiable, merci d'avance.

http://lci.tf1.fr/jt-20h/videos/2016/le-20-heures-du-9-ao...

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2016

Après l'agent orange au Vietnam, l'uranium appauvri en Irak, les USA utilisent le chlore et le sarin à Alep

Cela n'a pas la moindre importance que cela soit fait directement par eux, les Américains. L'essentiel est qu'une faction, directement financée et armée par eux soit à l'origine de l'utilisation de ces armes chimiques à Alep. Et ses membres reçoivent leurs ordres directement des Américains. Pour rappel, les hommes de la faction en question, Nour el Din el Zinki, (lisez bien la partie concernant le financement de ce "mouvement") s'étaient déjà distingués il y a de cela deux semaines, en égorgeant, dans la même région, un enfant de 13 ans, sans que cela n'offusque les grandes démocraties de l'ouest de l'Oural.

Il faut donc le répéter : les Américains égorgent des enfants et utilisent des armes chimiques dans la lutte qu'ils disent mener contre le régime d'Assad.

La dernière fois que des armes chimiques avaient été utilisées en Syrie, ce fut par ces mêmes "rebelles" à la solde des USA. A l'époque, le tout avait été mis sur le compte de l'armée syrienne et allait être utilisé comme prétexte pour attaquer la Syrie. Rappelez-vous à ce propos de nouveau la fiole de Coline Powel à l'ONU en 2003.

http://www.europe-israel.org/2016/07/tous-des-barbares-de...

https://francais.rt.com/france/24061-commandant-soldat-ca...

 

 

10:02 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (9)

03/08/2016

ça y est : Al Nosra (Al Qaida en Syrie) est offciellement soutenue par les USA

Secret de polichinelles, me direz-vous. Peut-être, mais cette fois, c'est dans la bouche du secrétaire d’État américain que cela a été dit. On ne sait pas s'il s'agit d'un dérapage ou d'une exaspération suite aux revers successifs des USA et leurs protégés (très modérés) dans la région d'Alep, en Turquie (qui semble commencer à leur échapper) et ailleurs. Kerry a déclaré, mot pour mot, que les Russes doivent exercer une pression sur le régime d'Assad (afin que l'offensive sur Alep s'arrête) pour que nous, de notre côté, exercions la même pression sur les...insurgés. Comme aveu, on ne peut faire mieux.

http://www.france24.com/fr/20160801-rebelles-syriens-cont...

Regardez bien ce reportage, lisez les commentaires et regardez de qui exactement l'on parle s'agissant de la contre-offensive des...insurgés.

Il continue, 5 ans et demi après, de les appeler...insurgés. Et sachant que dans la région il n'y a exclusivement, je dis bien exclusivement, que les combattants du Front al Nosa (classée organisation terroriste par l'ONU et les Américains eux-mêmes). L'aveu de Kerry prend dès lors une dimension totalement inédite. Il se trouve aussi que c'est au même moment, ou presque, qu'un hélicoptère russe (transportant de l'aide humanitaire, aux dires de ces derniers) a été abattu dans la même région par un tir venant du sol. Cela, selon toute vraisemblance, ne peut être qu'un tir de missile, fourni par les Américains. Cela nous rappelle les Stingers, fournis par ces même Américains aux Talibans, avec les résultats que l'on connait.

Il se trouve aussi qu'au même moment, le très "charismatique" ministre des affaires étrangères de la...République, Hérault, déclarait se "soucier très profondément" de sort des habitants d'Alep et qu'il souhaite, lui aussi, que les Russes (toujours eux et uniquement eux) exercent une pression sur Assad pour desserrer l'étau et trouver une solution à la "crise". Rappelons à cette occasion que Hérault n'est autre le successeur de...Fabius (celui qui, à propos du Front al Nosra, disait que cette dernière faisait du "très bon boulot sur le terrain"). Il est aussi très drôle de constater, mais c'est sûrement un hasard, que tout ce monde n'a commencé à se soucier des pauvres Alépins que lorsque l'offensive russo-syrienne a mis en déroute leurs protégés (les égorgeurs d'Al Nosra).

La réaction des Russes ? On ne peut que la souhaiter, à défaut de la prédire : anéantir totalement les jihadistes partout où ils peuvent se trouver sur le sol syrien, jusqu'au dernier et ce de la manière la plus violente qui soit, sans leur offrir le moindre répit. Ce serait encore mieux si, dans la foulée, quelques "conseillers" Américains, Français, Britanniques ou encore Allemands périssent avec.

 

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

02/08/2016

Pape François : le poisson pourrit toujours en commençant par la tête

Le Pape François aime beaucoup faire des commentaires, en se tenant debout, lorsqu'il fait des voyages en avions. Le point commun entre ces commentaires et petits discours est souvent et avant tout le "culpabilisation" des Chrétiens. Comme chacun le sait, une charité bien ordonnée commence par soi-même.

Ainsi, notre cher chef de l’Église Catholique et en réponse à l'atroce égorgement du prête Hamel, vient de nous gratifier d'une de ces commentaires dont il a le secret : "Il n'y a pas de violence dans l'Islam". Mieux : "on ne peut parler de violence sans parler de celle chez les...Catholiques". Pour illustrer ses propos, l'Argentin prend l'exemple des Mafieux (comme quoi) et puisqu'ils sont Catholiques et baptisés, cela prouve que la violence n'a pas de religion.

Tous les Musulmans ne sont pas violents comme tous les Catholiques ne sont pas violents

Les deux individus (car ils ne sont pas terroristes, pour le Pape) sans religion (car ils ne sont PAS musulmans, pour le Pape) sont allés dans un bâtiment (car ce ne fut pas une église, pour le Pape) égorger un homme (car ce n'était pas un prêtre, pour le Pape) qui était sans religion non plus (car il n'était pas chrétien, selon le Pape).

Ainsi, on aimerait beaucoup que le Pape (de qui exactement, puisqu'il n'y a pas de chrétiens ?) nous explique quel motif a poussé ces deux "jeunes" gens à aller égorger un prêtre qu'ils ne connaissaient pas et qu'ils n'ont certainement jamais vu avant ? Quelle était la seule "qualité" de ce prêtre pour ses égorgeurs ?

Avec les Borgia, Clément et autres François. Avec les générations d'enfants dévastés et perdus par les agissements des prêtres pédophiles. Si, avec tout cela, il reste des Chrétiens (je parle essentiellement de la "branche" catholique de l’Église) c'est que ces derniers sont vraiment des saints. Et c'est probablement sur eux, individuellement et collectivement, que reposera le salut de...l’Église.

Je l'ai toujours dit : la plus grande grande victoire de la chrétienté fut en même temps sa plus grande défaite : avoir conquis Rome et avec elle, sa décadence.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (10)