22/07/2016

Tuerie (et non pas attentat) de Nice : médias, politiques, cafouillages et mensonges

Merci et pardon.

Merci à celles et ceux qui me font l'amitié de me lire et pardon de leur "infliger" la relecture du billet que j'avais publié immédiatement après la tuerie barbare de Nice. J'avais effectivement de suite annoncé l'essentiel de ce que je pensais des tenants et aboutissants, au moment où politiques, spécialistes (toujours eux), analystes et gens des médias y allaient de leurs mensonges, cachoteries et affirmations pitoyables. L'idée générale était que l'individu en question est un loup solitaire asocial mal dans sa peau (oui, oui) qui était empêtré dans des difficultés familiales et qui n'aurait pas supporté de voir des milliers de gens s'amuser, être heureux alors que lui baignait dans le malheur.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/07/1...

Inutile donc d'insister sur le fait que l'homme n'avait rien, mais absolument rien, à voir avec...l'Islam. Cela va de soi.

Même un producteur de séries Z aurait refusé un tel scénario. Et, effectivement, l'édifice politico-médiatique a commencé à s'effriter au lendemain de la tuerie déjà. L'austère et "très" sérieux ministre de l'intérieur, M. Cazeneuve, avec cet air grave qui le caractérise, nous a gratifié d'un magnifique : "acte individuel commis par un garçon mal dans sa peau et qui (c'est le plus savoureux dans l'affaire) aurait subi une radicalisation...expresse". A partir de ce moment, "radicalisation expresse" devient le nouveau terme à la mode s'agissant de dédouaner les jihadistes islamistes. Le même Cazeneuve paraissait si content de constater que les liens entre le terroriste et l'organisation État Islamique ne sont pas " très clairement" établies. Ouf, on l'a échappé belle.

Mais où trouvent-ils cela ?

De fait de radicalisation "expresse", nous découvrons que l'Islamiste en question avait "prémédité" son acte depuis plusieurs mois. Et s'agissant d'un loup solitaire mal dans sa peau, on nous dit qu'au moins cinq complices seront déférés devant le juge pour une mise en examen pour association de malfaiteurs participant à une entreprise terroriste.

85 victimes innocentes qui faisaient la fête. 85 "compatriotes" (de Cazeneuve, mais aussi quelques uns de nous), femmes, hommes et enfants massacrés et l'unique souci de Cazeneuve et de sa bande est de dédouaner les islamistes, pour ne pas dire les protéger. Il ne faut tout de même pas oublier que c'est ce même Cazeneuve, l'austère et le très sérieux ministre de l'intérieur de la République Française, qui avait déclaré que "prôner le jihad n'est pas un délit".

http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2015-20...

J'ai fait exprès de citer France Info comme source car dans cet extrait, la radio nous dit que Cazeneuve n'a jamais prononcé cette phrase. Ce que la radio en question veut dire est que le ministre n'a pas prononcé cette phrase sur...RTL. En revanche et la radio en question le confirme, Cazeneuve a bel et bien expliqué, à propos de la sortie, en 2014, d'un livre consacrant une dizaine de pages au jihad (expliquant que c'est un devoir pour tout musulman, ce qui est vrai), que "prôner le jihad n'est pas un délit" et que, dès lors, on ne peut pas interdire la sortie du livre.

Voici d'abord, pour la énième fois, ce que c'est que ce fameux Jihad : répandre l'Islam et le défendre par tous les moyens. Une notion essentielle de ce Jihad est celle de la lutte contre les "mécréants" et les "infidèles". Ces derniers étant par définition tout ce qui n'est pas musulman. Ainsi, le tueur de Nice, tout comme tous ceux qui l'ont précédés, ceux qui vont le suivre, Al Qaida, l'Etat Islamique, etc., ne font que ...leur devoir sacré).

Il n'est pas dans une situation confortable, le Cazeneuve. Les autres, de droite comme de gauche d'ailleurs, non plus. Il ne peut effectivement pas interdire un...livre prônant le Jihad. Car, dans ce cas, il interdirait le premier d'entre eux, le Coran.

Je vous laisse imaginer.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Dans votre article chapeau, @Mr Gowrié, vous citez que les experts en expertologie parlent d une "Fulgurante et Inquiétante Radicalisation Expresse". Nom de nom, où ont ils trouvé ce terme "Expresse" et s agit il par exemple comme d une contamination expresse après une morsure par un autre terroriste? Mais il semble qu un des gardés à vue avait lancé ce qualificatif de Rad.Exp.!

On nous dit que cet assassin picolait comme un trou tandis que des autres disent que non puisqu il avait arrêté de siffleret boire et de ce fait il faudrait imérativement déterminer quel jour et à quelle heure il avait arrêtér de boire comme un trou afin de déterminer le début exacte de sa re-conversion à la Religion, c est important de connaitre la durée de cetRe Affaire express. ça devient dangereux d arrêter de boire et attention si vous connaissez quelqu un qui a arrêté de boire, méfiez vous de lui sinon encouragez le à re-boire.

Donc, pour cetz assassin même en étant un drogué, bisexuel, ancien dépressif, bourré d alchol ou qu il avait arrêté, on n échappe pas à diaboliser les Musulmans et les Arabes. Au fait tous les bi-sexuels, depressifs et qui se droguent seront ils des potentiels suspects surtout s ils sont musulmans ou arabes? Il faudrait inventer des psychologues experts en expertologie de la Dé-Radicalisation Expresse pris en charge par la Sécu.

Écrit par : Charles 05 | 22/07/2016

Monsieur Gowrié,

Vous devriez apprécier cette vidéo:
https://www.youtube.com/watch?v=N46mIHEGHN0

Écrit par : Charles | 22/07/2016

Même paradigme pour Munich:

«Le tueur n'est pas lié à l'Etat islamique»

«La police parle d'un «forcené» qui souffrait d'une maladie psychiatrique»

«le chef de la police de Munich, Hubertus Andrä. «Il n'y a absolument aucun lien avec l'Etat islamique», a-t-il déclaré»

OUF !

l’Allemagne, l’Europe l’ont échappé belle, déjà que le score de Nice n’a pas été atteint...

Bof, ce n’est donc qu’à ranger au rayon des accidents de trains ou d’autocars, on respire.

Écrit par : Jean Bon | 23/07/2016

Les commentaires sont fermés.