19/07/2016

Que s'est-il réellement passé en Turquie (2) ? Ou l'incendie du Reichstag

L'incendie du Reichstag, cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Je n'en tire aucune fierté particulière mais vous avoue être heureux d'avoir immédiatement supposé un véritable coup monté par Erdogan lui-même. Les choses semblent à ce propos se préciser. Il est tout de même très troublant de voir (comme je l'avais écrit dans mon précédent billet) la rapidité et la précision avec lesquelles Erdogan et sa bande ont procédé aux arrestations. Mieux, ou pis, c'est selon, les listes des personnes à arrêter semblent avoir été préparées bien avant le soi-disant coup d'état. Je vais aujourd'hui plus loin. D'ici quelques semaines ou quelques mois, nous apprendrons que beaucoup de ceux qui ont participé au coup d'état n'ont pas été arrêté mais aussi que beaucoup d'autres, "admis" provisoirement et pour la forme, en prison, en sortiront avec des remerciements particuliers pour la partie qu'ils ont jouée.

Entre temps, les cons de la République (j'avais depuis longtemps décidé d'appeler les "choses" par leurs noms) continuent envers et contre tout leur jihadisme effréné. Le ministre des affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault (demandez à quelqu'un comprenant bien l'arabe de vous dire ce que signifie "ayrault", prononcé tel quel, c'est à dire à la manière française, en arabe) vient, après tout ce qui vient de passer, de déclarer que la Turquie, tenez-vous bien, est un "allié dans la guerre que nous menons contre Daech".

Je l'avais dit et le répète ici (encore une fois mille pardons aux proches des victimes de Nice et d'ailleurs), avec des cons comme ça, certains retours de bâtons sont inévitables, pour ne pas dire naturels.

10:00 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.