27/06/2016

Brexit : tous contre un (le Peuple)

Au lendemain du vote (par le peuple, celui qui élit et paie ceux qui sont censés sauvegarder ses intérêts) sur la sortie de la GB de l'Europe, quelques dizaines de "Londoniens" se sont rassemblés devant la maison de l'ancien Maire (jusque-là adoré) de la métropole, le conspuant et le considérant comme l'un des principaux responsables de "leur" revers. C'est connu, les démocrates (notamment de la gauche "progressiste") n'aiment pas trop que les décisions "démocratiques" ne correspondent pas à "leur" manière de voir le monde. Il semblerait même qu'une pétition circule demandant, tenez-vous bien, la "sortie" de...Londres de la GB et son adhésion (de Londres) à L'Europe. La folie prend parfois des tournures vraiment bizarres. Une autre pétition, demandant que l'on...revote sur la sortie de la GB de l'EU, aurait recueilli un million de signatures. Cela nous rappelle à nous autres Suisses de bons souvenirs. Les très démocrates gauchistes n'ont toujours pas digéré le résultat de l'initiative sur l'immigration de masse qui, au passage, ne s'est toujours pas traduite dans les faits. Ainsi, les "démocraties, pour prouver qu'elles le sont vraiment, font voter leurs peuples sur des sujets engageant l'avenir de ce...peuple. Et si le résultat ne correspond pas aux attentes des "plus" démocrates d'entre EUX (roses-verdâtres pour la plupart) on se fâche et on demande un autre vote ou alors on passe outre, tout simplement : France (Sarkozy, tout de même), Irlande ou encore Pays Bas, à propos du traité sur la Constitution européenne.  Le rôle du "peuple", forcément idiot et ignare, est de simplement élire (démocratiquement) ses représentants qui, eux, sont au sommet de l'intelligence et du savoir. Ces derniers sauront "conduire" le peuple systématiquement vers le bonheur et le bien être permanent.

Pourquoi le titre de ce billet ? Simplement parce que, effectivement, les "élites" de la terre entière, je dis bien de la terre entière, se sont mis comme un seul homme et pendant des mois à déconseiller le Brexit et démontrer les "désastres", économiques notamment, qui s'ensuivront. FMI, Bruxelles, Berlin, Paris, États-Unis et même...Londres, ont mis tous les moyens à disposition, notamment médiatiques et politiques, pour dissuader les Britanniques de voter la sortie de l'Europe. Rien n'y a fait, même pas la mort tragique de la députée Joe Cox, causée par un détraqué minable.

Au soir du vote déjà, on constatait des signes qui ne trompent pas sur la suite "possible" des événements. Voici l'évolution des indices boursiers à la clôture des places de Londres, Paris, Francfort, Tokyo, Zürich et New York :

  • Londres : - 3.15%
  • Paris : - 8.04%
  • Francfort : - 6.82%
  • Zürich : - 3.44%

Dites, il me semble que c'est la...GB qui est sortie de l'Europe et, dès lors, c'est elle que le désastre, notamment économique, devait frapper ! Il me semble aussi que nos Levrat, Amarelle, Mara et d'autres rosiers du même genre prédisaient le même désastre, en pire, pour la Suisse qui, selon eux, devait se dépêcher de rejoindre...l'Europe ! Pourtant, c'est bien les indices de...Londres et de...Zürich qui ont le moins baissé, non ? Les spécialistes des marchés financiers se seraient-ils trompés de...place boursière ?

Dans mon dernier billet, qui contenait tout de même quelques prévisions, je m'engageait à ressortir ce dernier dans 6, 12 ou 18 mois et ce quel que soit l'évolution de la situation. Je crois que je pourrais le ressortir beaucoup plus vite. Des "professeurs" d'universités et d'autres très grands "spécialistes" sont aussi allés de leurs prévisions, plus sombres que les idées noires du Petit Prince de Saint-Exupéry. Ils trouveront, eux, toujours une excuse pour expliquer des évolutions qui ne sont pas allées dans le sens de leurs prévisions.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/06/2...

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

24/06/2016

Les Britanniques quittent l'Europe. Et alors ?

La première question à se poser après le résultat de la consultation "populaire" est de savoir si les autorités de ce pays (les élites) vont...respecter la volonté "populaire". Car, cela semble être la norme maintenant : si le résultat d'une consultation populaire ne plaît pas aux bien pensants et aux "élites", on fait comme si le tout n'a même pas eu lieu. On rappelle à ce propos l'autre consultation populaire sur l'Europe, qui a eu lieu en France, en 2005 (référendum sur la Constitution européenne) et dont le résultat avait été purement et simplement jeté à la poubelle. A l'époque, 55% des Français avaient voté contre ce traité. Espérons que les Britanniques seront plus démocratiques que les Français, voire simplement plus civilisés. Cela étant, le PM britannique, David Cameron, a tout de même eu la "décence" de déclarer qu'il démissionnera dans 3 mois. Espérons, là aussi, qu'il respectera sa parole. Car cela n'a pas manqué, les "élites" européistes commencent déjà à élaborer les stratégies futures de contournement. Tusk, le Polonais, a déjà déclaré que le processus de sortie de la GB peut prendre entre...5 et 7 ans. D'ici-là, on fera tout, mais vraiment tout et quel qu'en soit le prix, on est maintenant habitué, pour contourner, d'une manière ou d'une autre, la décision du Peuple britannique.

Ainsi, le Peuple a voté pour la sortie de la GB de l'UE alors que l'élite "cosmopolite" de...Londres a voté pour le maintien. La terre entière (celle des "élites" autoproclamées) c'était élevée contre cette sortie : Merkel, Hollande, Tusk Junker et même...Obama. Même pas peur, a répondu le...Peuple. On serait bien avisé de s'en inspirer...ici, à Berne et ailleurs.

Tout a été dit à propos de ce référendum sur la sortie de la GB de l'Europe, y compris les âneries habituelles de "spécialistes" de tous genres : en finances, en emploi, en politique, en migration...On prévoit notamment l'effondrement de l'économie de la GB et l'envol de chômage. Pis, la City non seulement perdra sa place comme première bourse européenne, mais certains la voient même "déménager" à Francfort, voire même à...Paris.

Il n'en sera...rien. Et je m'engage à ressortir ce billet dans 6, 12 ou 18 mois, quelle que soit la situation de la GB à ce moment-là. En effet, non seulement toutes ces prévisions ne se réaliseront pas, mais c'est probablement le contraire qui pourrait arriver. De nouveau, on est, ici, à Berne et ailleurs, bien placé pour le savoir, même si certains, roses-verdâtres, essaient de nous convaincre du contraire. La City, contrairement aux prévisions de ceux-là mêmes qui y président, libérée des contraintes européistes, pourra non seulement garder sa première place, mais va la renforcer. De nouveau et précisément sur ce point, on serait bien avisé de s'en inspirer ici, à Berne et ailleurs. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder ce qui s'est passé dans les marchés ce matin : toutes les devises, sans exception, on perdu entre 4 et 7% contre le...franc suisse. La Suisse, au plus grand désespoir des roses-verdâtres, n'est...pas dans l'EU, Dieu merci. Il en sera de même pour la City, une fois les premiers remous passés. Les capitaux retrouveront le chemin de la place londonienne et quitteront au contraire cette Europe qui périclite (espérons-le). Merkel (que certains commencent à appeler la folle) et Hollande (le gros de l'Elysée) pourront ainsi exercer à loisir leurs politiques respectives néfastes et destructrices. A ce propos, voici la première réaction d'un "professeur" à l'université de Fribourg, dont l'interview peut se résumer en un seul mot : "terrible". Pour lui, tout est terrible et pour presque tout le monde. Je vais aussi ressortir cet article dans 6, 12 ou 18 mois. Il serait alors intéressant de connaître l'avis de ...ses élèves.

C'est un jour terrible pour la Suisse

 

 

10:07 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

15/06/2016

Les rebelles "modérés" de Washington et Paris rejoignent collectivement l'Etat Islamique

Il existe deux catégories des "gens" qui n'apprennent pas, ou ne veulent pas apprendre, de leurs expériences, ni de celles des autres :

  • Les ânes
  • Les criminels

Les deux persisteront, quoi qu'il arrive, soit parce qu'ils sont des ânes, soit en espérant qu'à la fin, ils auront raison.

Dans notre cas, il s'agit très certainement d'un mélange des deux.

Ainsi et après plusieurs revers tragi-comiques où on a vu des rebelles "modérés" aller livrer leurs armes, fraîchement offertes par les Américains, à l’État Islamique ou, pour certains, au Front Al Nosra (si chère, on ne le répétera jamais assez, à Laurent Fabius), ces derniers (les Américains) ont continué à chercher coûte que coûte des égorgeurs qu'ils pourraient ranger dans la liste des rebelles "modérés" et les ont trouvés du côté de Deraa, à la frontière sud de la Syrie avec la Jordanie. Ainsi, les Brigades des Martyrs de Yarmouk, le Mouvement Islamique Muthanna et les Moujahidines (modérés jusqu'à avant hier), viennent de former "Jaich Khaled ibn Al Walid" (l'armée de Khaled ibn Al Walid, du nom d'un "général" sanguinaire de temps de Mahomet) laquelle a immédiatement fusionné avec...l’État Islamique. Il faut aussi dire que les membres de ces groupes sont presque exclusivement des habitants de la région, des gens du "crus". Il faut tout de même expliquer, une fois pour toutes que, contrairement à ce que la propagande occidentale et nos médias essaient de véhiculer, les camps des "pauvres" réfugiés syriens en Turquie, au Liban et, en l'occurrence, au nord de la Jordanie, sont habités presque exclusivement par les familles de ces rebelles "modérés". Ces camps jouent ainsi le rôle de simples bases arrières pour ces combattants. Et en ce qui concerne les trois factions citées précédemment, elles étaient directement financées par l'Arabie Saoudite et armées par les Américains qui les conseillaient et dirigeaient depuis le QG d'Amman, capitale de la Jordanie. Ainsi, les ânes ne savent plus où tourner la tête pour trouver des rebelles "modérés" lesquels (summum des la drôlerie) sont supposés aller combattre...l’État Islamique.

C'est un coup dur pour les Américains et, accessoirement, leurs caniches tricolores. En effet, l'équation est désormais inextricable. Jusqu'à hier, ce furent des rebelles "modérés" et l'on pouvait dès lors les armer, financer et entrainer "ouvertement" pour "combattre" les forces du "régime" de Damas et, ne l'oublions pas, l’État Islamique (aussi drôle que cela puisse paraitre). Maintenant qu'ils ont rejoint (officiellement) ce même État Islamique (qu'Américains et caniches prétendent combattre), il va falloir les..bombarder ? Le problème est qu'au sud, il n'y a, pour contrer ces "rebelles" (désormais Daech) que...les forces du régime. Ainsi, en combattant Daech, on aide le régime qu'on est en train de ... combattre. Hmmmm. La solution est "provisoirement" trouvée : on combat l’État Islamique uniquement au nord de la Syrie où on peut s'appuyer sur les forces...kurdes. Problème : au nord, il y a la...Turquie qui combat les...Kurdes et aide...l’État Islamique. Vous suivez encore ?

J'aimerais tout de même vous montrer un document qui date maintenant de 5 ans. Parfois, il est très instructif de remonter le temps, histoire de rappeler qu'à l'époque, mais aussi maintenant, les ânes (qui pullulent aussi dans nos médias) persistaient à rappeler que la "révolution" syrienne avait commencé par des manifestations ...pacifiques.

Regardez bien la pacifisme avec lequel ces pauvres révolutionnaires traitaient les corps de leurs "bourreaux" (c'est une boutade macabre, au cas où).

https://www.youtube.com/verify_controversy?next_url=/watc...

Vous allez tomber sur des image Youtube, avec l'avertissement habituel concernant les "âmes sensibles". A noter que cette vidéo, tout comme des dizaines d'autres, de la même époque et du même genre, avaient été transmises à la RTS, laquelle avait préféré faire....Chuuuuuut.



 

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (8)

14/06/2016

Les Vernets : Lambiel et Gusmeroli. Infrarouge : Poggia et Vielliard. Le valse des minables

img-8076-korr-jpg.jpgLa semaine dernière, les gens d'Infrarouge, toujours eux, nous ont gratifiés d'une "émission" consacrée entièrement au...racisme suisse (oui, oui) anti...français. Une heure et demie d’antenne consacrés à une "journaliste" (encore une, Marie Maurisse)) qui a pondu un "livre" où elle "pose un regard désenchanté sur l'immigration française en Suisse".

Tout un programme.

La Suisse, qui accueille donc "chaque jour" plus 160'000 de Français, serait un pays raciste. Cela me rappelle la colère d'un autre "journaliste" (un certain Courvoisier qui, lui, est un vrais Suisse) qui s'insurgeait contre l'islamophobie suisse (il n'était peut-être pas encore né lorsque notre chère Micheline Calmy Rey avait décidé d'accueillir plus de 150'000 Kosovars chez nous).

Mais le pire dans l'affaire est l'émission elle-même. Car si le fait de consacrer une émission à ce torchon est déjà insupportable en soi, le déroulement de celle-ci a dépassé l'entendement et fut une véritable insulte à notre pays. On ne sait pas pourquoi mais le Maire de Saint Julien en Genevois (par ailleurs "blogueur" ici) a été invité. Le voici :

vielliard_antoine.jpg

Ahurissant, proprement ahurissant. A un moment de l'émission, ce Monsieur s'est permis à parler de l'Office Cantonal de l'Emploi (notre OCE, non pas celui de la France). Une diatribe aussi invraisemblable qu'ahurissante. De longues minutes où il a critiqué (donc à la manière d'un Français, qui est chez lui, bien évidemment) nos règles et directives. Mais ceci n'était rien à côté du silence invraisemblable de NOS représentants dans l'émission. Personne n'a eu la décence de lui couper la parole en lui demandant de se taire, tout simplement. Personne, présentateur, Poggia, etc. n'a eu la décence de demander au personnage de quel droit il se permet de critiquer nos règles et lois et ce chez nous, sur notre sol.

Nouveau signe, si besoin est, d'une soumission maladive.

Qu'est-ce que cela a à voir avec la patinoire des Vernets, Stéphane Lambiel et Vanessa Gusmeroli, vous savez, la patineuse française ? Je vais vous raconter l'histoire.

La patinoire des Vernets a récemment décidé de "renouveler" totalement sa structure (on parle du patinage artistique). Pour cela, elle a lancé ce que l'on pourrait assimiler à un soumission d'offres. Plusieurs étaient sur les rangs, entre autres Stéphane Lambiel (notre grand et vrai champion) et une certaine Vanessa Gusmeroli, une patineuse française dont le meilleur exploit fut une médaille de bronze aux championnats du monde, à Lausanne, en 1997.

Et pourtant. Ce fut cette dernière dont le "projet" a finalement été retenu par la...Ville de Genève.

Lamentable et minable.

On nous dit en revanche qu'elle connaît du monde, la Gusmeroli, au service des sports, à la patinoire des Vernets et ailleurs. Ceci explique peut-être cela. Stéphane Lambiel, qui amenait aussi le grand Peter Gruter (entre autres grands talents dans son équipe) n'a pas été jugé aussi capable que la Française. On nous rétorquera sans aucun doute que seules les "qualités intrinsèques et techniques" du candidat qui ont décidé les membres du Comité. On les croit...bien évidemment.

Vanessa Gusmeroli est responsable d'entrainement aux Vernets depuis...5 ans. Depuis, sa compétence indéniable a abouti à un résultat extraordinaire : un zéro bien rond. Pas le moindre titre (je parle évidemment de celles-et ceux qu'elle entraine) au niveau suisse ou même romand. Entretemps, Stéphane Lambiel à permis à Noah Bodenstein de devenir champion suisse...3 fois. La championnes russes viennent à Champéry, où officie Lambiel, pour que ce dernier leur "confectionne" leurs programmes. Ce n'est peut-être qu'une anecdote mais le champion "recalé" arrive encore à faire des...quadruples sauts. 

Stéphane Lambiel, double champion du monde, Mouscou en 2005 et Calgary en 2006, médaillé d'argent aux jeux olympiques de Turin en 2006 et 9 fois champion de Suisse n'a pas été jugé assez capable par les responsables du projet de la patinoire des Vernets, qui se trouve aux...Vernets, dans le canton de Genève en...Suisse (apparemment).

A la Ville de Genève, on entend ceci : "Notre décision a été prise selon des critères bien précis», riposte Sybille Bonvin, cheffe du Service des sports de la Ville, qui goûte peu à ces attaques: «Jusqu’à présent, cinq professeurs de patinage – dont Vanessa Gusmeroli et Peter Grütter – évoluaient en totale indépendance à la patinoire des Vernets. Nous avons voulu mettre de l’ordre dans le système. Une collectivité publique comme la nôtre se doit d’instaurer des règles identiques pour tous.» Conseiller administratif en charge des Sports, Sami Kanaan abonde: «Face aux différentes formules de cours proposées, avec des tarifs et des prestations tout aussi variés, des parents étaient perdus. Il fallait clarifier la situation avec un cahier des charges précis".

Bien.

Ce qu'on aimerait, c'est que M. Kanaan puisse nous parler des tarifs qui seront appliqués par...Gusmeroli (moi, je les connais). Ce qu'on aimerait aussi, c'est qu'il nous parle des "rétrocessions" qu'elle demandera aux entraineurs qui enseigneront sous sa...responsabilité. Il est vrai que la dame avait déjà déclaré que son but ultime était de monter une...entreprise. Mais ce n'est pas tout. S'agissant du choix entre Gusmeroli et Lambiel, qu'est-ce que les différentes formules proposées "avant" viennent faire dans l'affaire ? Puisque (s'il s'agissait effectivement de cela) l'on pouvait demander la même chose à...Lambiel !

 

 

 

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

13/06/2016

Fusillade d'Orlando : c'est l'Etat Islamique. L'Islam, lui, n'y est pour rien

C'est donc l’État Islamique qui aurait revendiqué la fusillade qui a fait plus d'une cinquantaine de morts dans un Nightclub à Orlando, en Floride. Et à l'instar de tous les attentats terroristes qui l'ont précédée et tous ceux qui vont la suivre (sans doute), c'est un Islamiste et non pas un "musulman" qui a commis le forfait. A l'instar, aussi, des autres "attentats", le terroriste en question est un "Américain" d'"origine" afghane. Les autres étaient des Français, Belges, etc.

Mais...

  • PADAMALGAME
  • PADESTIGMATISATION
  • Tous les Musulmans ne sont pas comme ça
  • L'Islam est tout sauf ça
  • Il faut éviter l'islamophobie
  • Etc.

On le savait.

Oh, il y a maintenant du nouveau. Puisque la liste précédente commence à lasser, on nous sort à présent : "il ne faut pas jeter de l'huile sur le feu". Mais aussi (à propos de ceux qui ne manqueraient pas d'en parler) : vous l'attendiez et vous avez sauté sur l'occasion. Effectivement, à l'instar des "évènements" de Cologne, de Suède et d'ailleurs, ils auraient bien aimer que personne n'en parle. Ils, eux ? Pas encore trouvé ? Pourtant, vous n'avez qu'à chercher du côté de la Gauche et des médias. Et à propos de nouveautés, il y a encore mieux. Ron Harper, agent spécial du FBI aurait déclaré : "nous avons des suggestions laissant penser que cet individu aurait des sympathies pour cette idéologie particulière". ça, c'est la première fois que je l'entends. Ainsi, nous avons maintenant une...idéologie particulière. Il ne faut surtout pas prononcer le mot, surtout pas. Une idéologie particulière pour laquelle on a de la...sympathie. On aimerait bien savoir quelle idéologie "particulière" était suivie par les frères Kouashi, par Koulibali, Mouhammed Merah, le tireur du musée juif de Bruxelles, Salah Abdeslam, les terroristes du Bataclan, du stade de France et des terrases de Paris. On aimerait bien savoir quelle idéologie "particulière" commandait les égorgements "pratiquement rituels" de 21 chrétiens coptes (d'abord séparés des autres ouvriers qui, eux, sont musulmans) sur les plage libyennes.

Comment s'appelle cette idéologie...particulière, exactement ?

Ceux qui ne voulaient pas entendre parler de cette idéologie "particulière", qui n'ont pas su que le terroriste (Américain mais d'origine afghane) avait appelé le 917 pour déclarer son allégeance au groupe (ça s'appelle comme ça maintenant) État Islamique, qui n'ont pas lu que ce dernier a immédiatement revendiqué l'attentat, ont trouvé une aubaine inespérée dans une vague annonce du père du tueur déclarant que son fils ne supportait pas les "gays" et s'est pour cela qu'il s'est attaqué à un bar...gay. C'est ainsi qu'on a vu des "représentants" des "mouvements" LGBT faire le tour des chaînes "d'information" pour nous raconter leur peine. Sur l'une d'elles, i-Télé, on a même eu droit à des explications d'un "analyste" qui disait qu'en s'attaquant à un bar gay, le tueur voulait s'attaquer à notre modèle de...civilisation. On sait maintenant, grâce à ce Monsieur, que les bars LGBT représentent notre modèle de civilisation.

A propos, maintenant que j'y pense, Trump, l'antimusulman, serait-il derrière cette fusillade ? Attention, il y a un piège.

Voilà où nous en sommes. Devoir parler de quelqu'un comme ... Trump, pour espérer (sans toutefois se faire trop d'illusion) qu'il nous débarrasserait de cette idéologie...particulière.

 

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (6)

09/06/2016

76.9% de Suisses ont refusé le revenu de base inconditionnel (RBI)

Dimanche dernier, les résultats sont tombés : 76.9% des Suisses ont refusé le RBI. Si le résultat ne laissait guerre place au doute (quoique), c'est l'ampleur du refus (ou de l'acceptation) qui était le réel enjeu du scrutin. Et cela n'a pas manqué : ici comme ailleurs, les commentateurs, experts (encore eux) et autre analystes ont relevé le score "élevé" du...non.

Score élevé ?

A première vue, on pourrait effectivement parler de résultat sans appel : les trois quarts des votants ont refusé que l'on puisse gagner 2'500/mois sans rien faire, bébés y compris et dès la sortie du ventre de leurs mamans (pour eux, c'est 650/mois). Les commentateurs, notamment ceux des médias étrangers, ont de nouveau relevé "le sérieux des Suisses et leur penchant pour le travail". On ne sait en revanche pas ce qu'en pense un employé gagnant 3'500/mois pour un travail de 40 heures par semaine en voyant son voisin toucher 2'500...sans rien faire. Mais passons.

Ainsi, tout le monde a parlé des 76.9% de non mais personne, absolument personne, ne s'est penché sur les...23.1% restants, alors même que, selon moi, c'est ce chiffre-là qui est doit au contraire être au centre de nos...préoccupations. En effet et alors même que c'est pour la première fois dans l'histoire du pays que le "peuple" vote pour un tel projet, combattu par tout le monde, sauf quelques "verts" (et pour cause), un quart des votants a tout de même dit...oui. Une personne sur quatre, ayant le droit de vote, a accepté l'idée de pouvoir toucher un revenu sans rien faire. Pis : sans avoir rien fait auparavant. Théoriquement, on pourrait passer une vie entière sans travailler et toucher le RBI.

Et presque un quart des votants ont accepté cela.

On ne pourra jamais le savoir mais il eut été intéressant de savoir quel résultat aurions-nous eu si la consultation avait eu lieu en...1960, 1970 ou 1980. Il aura fallu ensuite étudier les "évolutions" de la société (plus précisément la structure sociale) et mettre cela en parallèle avec les résultats respectifs. En d'autres termes, savoir qui a voté quoi.

Je ne suis pas sociologue et il serait intéressant que quelques uns se penchent sur le sujet.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

08/06/2016

Attentat d'Istanbul : Hollande condamne avec "la plus grande fermeté"

Oui, moi aussi.

Hier, les rebelles "modérés" (un peu moins islamistes qu'Al Nosra et légèrement moins égorgeurs que Daesh) on fait tomber une pluie de bombes sur les quartiers chrétiens d'Alep, faisant 80 morts.

Non seulement le président de la République Française n'a pas condamné mais aucun média n'a relayé l'information. Oh, cela m'a effectivement échappé : à Alep, ce sont bien les barbares (rebelles) financés, armés et envoyés là-bas par...Erdogan ?

Ceci explique peut-être cela.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

01/06/2016

Yves Petignat "journaliste" au Temps : vous êtes encore plus néfaste que les islamistes que vous défendez

Ce billet fait écho à "l'article" (c'est comme ça qu'ils appellent ce qu'ils "écrivent") publié par ce "journaliste" (c'est comme ça qu'ils s'appellent) dans un journal...Le Temps. Avec lui et quelques autres, pas de doute, l'Europe (Occidentale) est une véritable terre en friche. Tous les Ramadan de la terre n'ont qu'à venir semer.

Je me trouvais dimanche dernier au milieu d'une grosse vingtaine de personnes, invitées comme moi à un anniversaire d'un ami. La plupart des invités étaient des gens du "coin" et ce depuis des générations. Il y a eu les inévitables conversations sur le temps (qui était mauvais), les plaisanteries, plus ou moins lourdes mais aussi quelques discussions "plus sérieuses". Entre autres sur l'Islam et sa place dans notre société. Celle qui a lancé le sujet, une dame d'une septantaine d'années se présentant comme une "connaisseuse" de l'Islam et comme quelqu’un qui a fait des études en "œcuménisme" (je ne savais pas que cela existait), a commencé par affirmer (en connaisseuse qu'elle est) qu'il n'y a pas qu'un seul Islam mais plusieurs et qu'il n'y avait pas qu'un seul Coran mais...plusieurs. Et que celui (le Coran) dont les "terroristes" suivent l'enseignement n'est pas celui enseigné à la plupart des Musulmans.

Source

Décidément, en terme d'âneries, Petignat n'est qu'un novice. Et c'est parce qu'il y a de tels "connaisseurs" de l'Islam que les pires barbares de cette secte n'ont rien à craindre dans nos contrées. Ils n'ont même pas à se défendre, Petignat et les autres connaisseurs veillent au grain. Pour ce "journaliste", l'opinion publique suisse est coupable du rejet à l'égard de l'Islam. Et nous voici de nouveau au cœur de ce qui fait les dictatures : stalinienne, maoïstes, etc. Le Peuple : il faut le "rééduquer". L'opinion publique suisse est très mauvaise, effectivement. Elle n'a accueilli "que" 100'000 musulmans Kosovars. A ce propos, que sont devenues les promesses de Micheline Calmy Rey concernant leur retour une fois le conflit terminé ? Et Petignat ne nous dit bien évidemment pas (Micheline Calmy Rey non plus) pourquoi les très riches monarchies du Golfe, frères en religion, n'en ont pris...aucun. Petignat ne nous dit pas pourquoi tous ces pauvres musulmans, qui se font "tellement" maltraiter ici, continuent à déferler par millions chez les racistes inhumains que nous sommes et ne prennent pas le chemin de la...Mecque ? Ne cherchez pas de réponses à ces questions chez les Petignat (Petits Niais). Le voile "intégral" qui couvre leur esprit est beaucoup trop épais...

Alors, pour lui, ainsi que pour quelques autres dont l'ignorance n'a d'égale que leur bêtise innée, voici ce qu'en dit un ... musulman.

unnamed.jpg

Pauvre Petignat.

 

 

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)