24/02/2016

Brexit provisoirement évité. A quand un euroxit.

Ventre mou de l'Occident.

C'est ainsi que le "théoricien" de L’État Islamique, le Syrien Abou Moussaab A Souri, a qualifié l'Europe. Dès lors, s'attaquer à l'Occident se fera par son point le plus faible, son "ventre mou" : l'Europe.

Il n'avait pas vraiment tort, le bougre. J'y reviendrai.

En 1960, trois ans à peine après le traité de Rome, signé par les six États fondateurs que sont la France, l'Allemagne (de l'Ouest), les Pays Bas, L'Italie, la Belgique et le Luxembourg, six autres États signaient la Convention de Stokholm, marquant la naissance de l'Association européenne de libre échange, l'AELE. Des six États fondateurs (Autriche, Danemark, Suède, Portugal, Norvège, Suisse et...Grande-Bretagne) ne restent que l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et ...la Suisse. Cela prête à rire, mais c'est vraiment le cas. Et contrairement à ce que l'on apprend sur les bancs de l'école ou, plus vraisemblablement, sur ceux des facultés des sciences économiques, cette "association" n'avait pour but que de concurrencer l'EU. Le fait que la GB y soit n'y est pas pour rien. Voyant que cette mascarade ne fonctionnait pas, la GB, farouche opposante à tous ce qui touche de près ou de loin à l'Europe, décide tout de même d'y entrer pour la "miner" de l'intérieur. Ce fut fait le 23 janvier 1972 (il fallait attendre la mort du Général De Gaulle, farouche opposant à l'entrée de la GB dans l'EU). Elle entraine dans son sillage la Norvège, qui avait déjà signé son adhésion la veille.

On se demande en effet quelles motivations réelles avaient suscité l'entrée dans l'EU d'un pays qui, dès le premier jour, n'a fait que montrer son hostilité à tout ce qui touche de près ou de loin à l'Europe : pas d'union monétaire, pas de Schengen...

Il semblerait donc que les "quelques" avantages que la GB tirait de l'EU aient soit disparu soit ne balancent plus les "inconvénients" (du point de vu des britanniques). Ces derniers ne voient donc plus pourquoi ils y resteraient.

Qu'est-ce que tout cela a à voir avec la "mollesse" du ventre de l'Occident, l'Europe ? Et bien, les Européens, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, mais plus précisément depuis 1968, semblent avoir juré de tout faire et tout payer, aussi cher que cela puisse être, afin d'éviter d'avoir des problèmes. Toutes les concessions sont admises pour autant qu'elles puissent leur éviter de perturber un "quotidien" désormais réglé comme une montre atomique. Cela sous le regard bienveillant de "politiciens" incompétents et corrompus dont la raison d'être consiste à tout faire pour que le seul acteur désormais admis dans la "société", le consommateur, soit chaque jour encore plus bête et idiot et que le patron du supermarché, devenu le lieu ultime de la construction sociétale, puisse exercer son "activité" en toute quiétude.

Le ventre mou de l'Occident est non seulement prêt à toutes les concessions, aussi coûteuses soient-elles, mais va encore plus loin en payant même les erreurs des autres. Irak, Afghanistan, Libye, printemps arabe et, finalement, la Syrie, la main des USA est partout (oubliez la France qui n'est qu'un caniche totalement insignifiant suivant à la lettre les ordres du maître. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à se rappeler l'épisode des soi-disant armes chimiques que le régime de Damas aurait utilisées et la manière dont la France, après des aboiements à 100 dB, s'est couchée devant le niet américain pour une intervention directe dans ce pays). C'est ainsi que cette "politique" catastrophique a jeté des millions de "réfugiés" sur les routes, dont...seule l'Europe (ventre mou de l'Occident) a hérités. Les Américains, très généreux, déclarent vouloir accueillir une dizaine de millier de réfugiés sur...trois ans.

Le ventre mou de l'Occident doit donc éclater et le plus vite sera le mieux. C'est ce que j'appelais "Euroxit" dans le titre. Il faudra même aller plus loin : les Écossais, très "Européens", semble-t-il, lanceront très probablement un référendum pour y rester et, au cas (très souhaitable) où les "Anglais" en sortiraient, ceci poussera inévitablement à l'éclatement du Royaume "Unie". Derrière, il y a du monde : la Corse, la catalogne, le Nord de l'Italie, etc. Il n'y aura plus que nos minables autochtones (nos gauchistes à nous) pour encore vouloir entrer dans l'Europe à tout prix.

L'Europe, ainsi émiettée et probablement islamisée, perdra définitivement le peu d'influence qu'elle a dans le monde. Ceci est une excellente nouvelle, pour les peuples européens, qui vont devoir se prendre ne main, ou disparaître.Il faut juste espérer que les opposants à ce scénario, qui se trouvent majoritairement dans ce qui convenu d'appeler Europe de l'Est, tiennent bon et montent en puissance.Une Europe de l'Est, solide, prospère et...Chrétienne.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)