13/01/2016

Lettre ouverte à Crevoisier et aux autres "journaleux" du genre

Le hasard a fait que, parcourant avant hier les colonnes des Observateurs.ch, je tombe sur un article, renvoyant à un torchon écrit par un certain "Crevoisier" : medias. "Service public" suisse : les saloperies des journalistes militants politiques et grands diffamateurs

Je lis le "torchon" original, que voici aussi : Lettre ouverte aux Observateurs

et vois que le journaleux en question y a publié ... 11 commentaires, presque tous louent ce qu'il a écrit. Je lui envoie alors un commentaire, que vous trouverez à la fin de ce billet, en étant certain qu'il ne le publiera pas. C'est exactement ce qui s'est passé. Alors, puisque le "Monsieur" s'est senti "blessé" par ce qu'il appelle tant de haine de la part des "souffleurs sur les braises" et, dès lors, s'est fendu de sa missive aussi décousue et stupide que les discours habituels de cette gauche misérable au sujet de laquelle on se demande s'il ne faut pas se poser sérieusement la question sur l'opportunité d'interdire, purement et simplement. Sans doute que ce journaleux, à l'instar de la plupart de ses "confrères" employés de médias dont le rôle premier est la désinformation, aurait préféré que les nouvelles concernant les agressions subies par des centaines d'allemandes la nuit du saint-Sylvestre n'aient jamais vu le jour. Ce à l'instar de ce que nous apprenons aujourd'hui au sujet d'agressions similaires dans un autre pays "européen" dont les "autorités" et les médias sont fans, voire assoiffés, d'immigrés : La police cache les agressions sexuelles

Sans doute aurait-il préféré, le journaleux de la RTS, médias PUBLIC, financé par NOS redevances, que toutes ces agressions n'aient jamais été connues de personne. Le pauvre et sensible personnage, membre, comme la plupart de ses acolytes, des mouvements "PADAMALGAME" et "PADESTIGMATISATION", préfère plutôt se pencher sur la "souffrance" de ces pauvres immigrés "obligés" de violer parce que, frustés sexuellement, ils ne peuvent pas faire autrement. On en est là. Et c'est écrit par une certaine (tenez-vous bien) Laurence...D'Hondt. On pourrait lui proposer de passer un peu de temps à...combler la frustration de ces pauvres.

Deux ans avant que la police suédoise, suite uniquement au tollé suscité par l'affaire de Cologne, ne révèle les viols subis lors de festivals pour ados. Deux ans.

Vous et vos "confrères" traitez souvent les idées véhiculées par les autres, du moment où elles ne correspondent pas à vos "standards" minables, de "nauséabondes". Sachez que rarement l'histoire a connu une odeur plus infecte et pestilentielle que celle dégagée par les vôtres.

Voici le commentaire que vous avez refusé de publier :

Pathétiques, dites-vous à propos des Observateurs.ch ? Les évènements du Saint-Sylvestre ont tout de la bonne affaire pour eux ? Loin de moi de vouloir les défendre, ils en sont bien capables, mais je me demande, en l’occurrence, qui serait le plus pathétique, entre ce que vous appelez les « souffleurs de haine » et les dogmatiques ignares volontaires, tels que vous. Pour moi, le choix n’est pas difficile à faire. Je rappelle tout de même que ceux que vous estampiez « jeteurs d’huile sur les braises » n’ont fait que rapporter des évènements dont vous et vos acolytes ont tout fait soit pour en minimiser l’importance soit pour carrément les occulter. Quatre jours avant que vos « collègues » de la chaîne « publique » allemande n’en parlent. Mais vous avez trouvé la parade : » vous vous balancez entre votre « devoir » d’information (comme si cela avait jamais été un souci pour les journalistes) et le souci « d’éviter l’huile sur le feu ». Comme il est drôle de constater que tout cela n’a jamais été un souci pour vous lorsqu’il s’agissait de « rapporter » (en les falsifiant largement) les « évènements » de la « révolution » syrienne. Vous demandez, toujours, aux autres de « réfléchir » « d’apaiser » et de « panser les plaies ». Et vous ? Ce que vous appelez obstinément Daesh, c’est tout de même votre naïveté consciente qui l’a créé, me semble-t-il ? Et toujours la même rengaine concernant les pyromanes souffleurs sur les braises, histoire de vous dédouaner de votre responsabilité, voire culpabilité. Vous applaudissiez des deux mains les révolutionnaires « pacifiques » syriens et, lorsque vous ne pouviez plus cacher les milliers de têtes coupées par ceux-ci, la parade est alors toute trouvée : on les range dans les rangs de Daesh et le tour est joué. Pyromanes souffleurs sur les braises dites-vous ? Ce n’est tout de même pas eux qui ont rayé la Libye (en tant que pays) de la carte (avec le résultat brillant que l’on sait) au nom de je ne sais quels principes ? Ce ne sont, me semble-t-i, pas eux qui ont ouvert toutes les portes à ces millions de « migrants » ? Oh, j’oublie, bien sûr : « on s’excuse, on s’est trompé, mais ce n’est pas une raison pour…souffler sur les braise ». Journalistes incompétents et, surtout, irresponsables, voire complices. Vous accusez les autres de vos propres maux. Vous les accusez de ne pas avoir une pensée pour les victimes de ces violences alors même que, poussés par leur dogmatisme maladif, les premiers commentaires de vos « confrères » (une fois ils étaient obligés d’en faire) fut d’appeler à…ne pas faire « d’amalgames ». C’est tout ce qui les intéresse. Souffleurs sur les braises, dites-vous ? Commencez plutôt par arrêter d’allumer des feux.

10:25 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

@Monsieur Gowrié on ne peut que déplorer ce que vous décrivez à juste titre
je me souvient qu'en 46 les grands mamans trop affairées à sauver les meubles ,avaient toutes plus ou moins continué à utiliser le système qui leur avait permis de résister au conflit de 39-45
C'est à dire on écoute mais on n'entre pas dans le jeu des victimes ou de ceux qui voudraient que tout le monde porte la croix de leurs douleurs
Tout le monde se mêlait de tout mais sans connaitre exactement ce qu'il en était
Et nos grands mères très futées malgré tout ont su préserver leur sphère privée du regard des autres car toutes savaient aussi ce que cachait en réalité ce besoin qui semble toujours d'actualité ,faire endosser la culpabilité d' actes sordides sur les épaules de gens qui sont déjà en pleine souffrance psychologique soit après un deuil ou autre
En somme les plus vulnérables et plus faciles à enrôler surtout de nos jours ou le mot famille est détruit par trop de virtuel
Faut pas exagérer on est peut-être bons mais pas stupides surtout qu'en Suisse il y a aussi des problèmes comme celui des enfants placés dans des foyers et qui attendent encore le retour de belles promesses qui pour beaucoup n'ont pas encore porté leurs fruits
Et tout ceux qui idéalisent un monde futur ferait bien de se souvenir que pour y parvenir il faut déjà régler certains problèmes qui attendent depuis 2006
Ce qui prouve bien qu'entre fantasmes et réalité il y a un énorme fossé creusé par l'hypocrisie des Bobos qui s'imaginent pouvoir faire porter le fardeau des misères de ce monde sur les épaules de monsieur et madame tout le monde sauf sur les leurs bien entendu
Très belle journée pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 14/01/2016

En psychiatrie, le socialisme, c'est la schizophrénie !

D'un côté, on veut appliquer à tout prix le principe de précaution dans le nucléaire et fermer toutes les centrales, immédiatement. Par contre, pour les migrants, on sait qu'il y a des terroristes dans le lot, mais on ne doit surtout pas fermer les frontières (et ne surtout pas renvoyer les criminels étrangers dans leurs pays !).

Dans le monde bancaire, on applaudit et cherche à protéger les lanceurs d'alerte (alors que ce sont de simples voleurs de données personnelles !) de procès, mais on intenterait bien des procès aux lanceurs d'alerte dans le domaine des migrants.

Quant à la déontologie des journalistes du service public, on repassera.

Ca ne leur a posé aucun problème de profiter de la photo du petit Aylan, lâchement abandonné par son père qui était le passeur et qui s'en est retourné tranquillement en Syrie pour l'enterrement, pour tenter d'influencer l'opinion publique. Par contre, montrer des images du massacre du Bataclan ou parler des agressions de la Saint-Sylvestre leur est insupportable vu que les salauds ne sont pas les blancs européens.

Aucun respect pour des types comme ce Courvoisier (j'oublie volontairement le "monsieur" tellement mon dégoût est grand)

Écrit par : Pascal | 14/01/2016

"En psychiatrie, le socialisme, c'est la schizophrénie"
Et en psychiatrie, la droite alliéner aux EUA c est des troubles bipolaires, version plus sexy et moderne de la Schizophrénie? Il faut mettre à jour /up date/ ces versions ringardes et tellement prostituantes...

Écrit par : Charles 05 | 16/01/2016

vous avez parfaitement raison, et on trouve de plus en plus de point communs entre une gauche immigrationiste (faites venir à moi tous les étrangers, ils voterons pour nous) et une droite affairiste (faites venir a moi tous les étrangers, ils travaillerons pour nous).

Écrit par : Eric | 18/01/2016

Vous noterez qu'il se fiche totalement de passer pour un traitre et d'afficher une prose niaise et pleine de contradiction. Il affiche au contraire toutes les insultes qu'il suscite comme autant de médailles récompensant son courage éditorial (le courage de braire dans le sens du vent médiatique). Le seul objet de sa prose est d'afficher son allégeance au Système, et lui ouvrir de nouvelles portes.

De même après une interview "musclée" de Jean Marie Lepen par Christine Ockrent, celle-ci, ayant démontré son allégeance, obtint un poste à ne rien faire dans "l’Audiovisuel Extérieur de la France".

https://francaisdefrance.wordpress.com/2011/05/27/marine-le-pen-demande-que-christine-ockrent-rembourse-les-salaires-percus-pendant-ces-mois-payee-a-ne-rien-faire/

Écrit par : Eric | 14/01/2016

Les commentaires sont fermés.