21/10/2015

Le problème "EST" l'Islam : regardez et écoutez

Aucun commentaire n'est nécessaire.

Juste cliquez sur ce lien :

https://www.facebook.com/aitamosqueefenua/videos/1380456215534125/

Ceux qui peuvent, par une démonstration argumentée, preuves à l'appui, contester cela, qu'ils se montrent.

Je coupe aussi court à :

Padamalgam

Tous les musulmans ne sont pas comme ça

Ce n'est pas l'Islam

... Etc.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (10)

13/10/2015

A quelques jours des élections fédérales : é 15

Encore quelques jours et le nouveau (?) visage politique de la Suisse sera connu. A quoi avons-nous assisté ces dernières semaines s'agissant des "compagnes" des différents partis ? En vérité, à pas grand chose. Nous nous "européeisons" de plus en plus, hélas. Les soi-disant débats, publics ou pas, n'en sont pas et les enjeux partisans immédiats l'emportent souvent sur l'intérêt public. Nouveauté dans le débat général : les budgets des partis et, partant, de ceux des candidats eux-mêmes. Il ne passe pas un jour sans que nous n'assistions sur les augmentation successives, parfois vertigineux, de ces derniers : 35%, 50% 100%, voire plus de 200% pour certains. On nous dit que (vous ne le croirez pas) "tout augmente", que les "publicités" dans les journaux coûtent cher, etc.

Je disais plus haut, avec un néologisme que je ne répéterai certainement plus, que nous nous "européeisons", hélas, de plus en plus. Et alors qu'il fut un temps où l'on pouvait compter sur des aspirations purement "patriotiques" de la part des candidats (miliciens), en tout cas celles et ceux pour qui le pays avait encore un sens, on glisse de plus en plus vers un système où les enjeux économiques sont d'une importance telle que, très souvent, les intérêts réels de la population (avis populiste ?) passent au second plan.

Libre circulation, crise migratoire, perte d'identité nationale, indépendance nationale (je pèse mes mots). Les sujets "d'inquiétude" ou du moins de préoccupation ne manquent pas. Pourtant, peu en parlent. Peu, parce que les enjeux purement électoraux (que ce soit au niveau des partis ou même à celui des individus, candidats) ont pris tellement d'importance que peu se risquent à les aborder de front.

Peu, mais pas tous. Certains, majoritairement UDC, continuent de distiller leurs messages envers et, justement, contre tout (tous ?). Le politiquement correcte régnant de nos jours hélas en maître et devenant le déterminant de "l'humanisme", voire de l'humanité de chacun, il ne faut, pour la plupart des partis, surtout pas aborder ces sujets sauf sous l'angle de la permissivité absolue. Dans le cas contraire, on devient fascisant voire littéralement fasciste.

Je parlais de l'UDC en disant que ce parti continue d'aborder ces sujets (certains diront de prédilection) envers et contre tout (tous ?). C'est peut-être là une petite faiblesse qu'il convient de gommer. Ce pays a été bâti sur une culture de compromis et de collégialité qui, s'il est vrai qu'elle n'a pas toujours été d'une efficacité exemplaire, lui a malgré tout permis d'être ce qu'il est maintenant. Il faut tout de même reconnaître que ceci (compromis et collégialité) est très difficilement envisageable avec les partis de gauche dont le but affiché est précisément de gommer toute spécificité suisse. Moins compréhensible, à moins qu'il ne le soit au contraire trop, est cette tendance PLR à virer "Europe toutes". Reste, encore une fois, le PDC, un OVNI dans le ciel politique suisse dont le message (y en a-t-il un ?) est de moins en moins compréhensible et ce ne sont pas les déclarations contradictoires, motivées par des ambitions personnelles exacerbées, des chefs, qui viendront éclaircir ce message.

ça et là, on entend des voix qui nous parlent d'un éloignement entre le "Peuple" et l'élite politique. Chose tout à fait nouvelle pour notre pays qui s'est au contraire bâti, fait, sur une parfaite osmose, pour ne pas dire confusion, entre le Peuple et ses représentants. Chose nouvelle, même dans les termes utilisés, qui, encore une fois, montre ce glissement vers des usages et des cultures politiques qui ne sont pas les nôtres et qui sont symptomatiques d'une "professionnalisation" mal maîtrisée, voire malvenue. Les effets marketing l'emportent sur les débats de fond. Encore faut-il que ces derniers aient lieux.

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

12/10/2015

L'Egypte revendra-t-elle les Mistrals à la...Russie ?

Cette fois, le billet se résumera pratiquement au titre. Suffisant en soi.

La France, pour défendre ses principes et son idée de la démocratie et des droits de l'Homme (toujours eux, bien évidemment) a annulé le contrat en question et remboursé...950'000'000 d'Euros à la Russie. Elle ensuite revendu les deux navires à L’Égypte pour...950'000'000 Euros. C'est certainement un hasard.

Voyez-vous, l’Égypte, c'est connu, est une "très grande" puissance maritime. Les Mistrals sont pour elle une nécessité absolue.

Pour le reste, c'est "pratiquement" le seul pays à qui la France, pays des droits de l'Homme,. pouvait revendre les deux navires. On voit en effet mal l'Arabie saoudite, le Qatar ou encore la Turquie les revendre à la "dictature" russe.

Vive la démocratie et les droits de l'Homme.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (5)

10/10/2015

Le Temps : un journal

Il y a de cela quelques jours, le journaliste Décaillet annonçait ici son intention de se désabonner à ce journal. Comme quoi, même lui peut, de temps à autre, prendre de bonnes décisions.

Voici ce qu'est ce journal et, partant, ce qu'est réellement le journalisme.

Vendredi, 9 octobre, on m'appelle de chez moi pour me dire qu'une journaliste du Temps avait appelé, que c'était "urgent" et qu'elle voulait me parler. On a gentiment donné mon numéro de portable et, effectivement, une trentaine de minutes après, la journaliste en question m'a appelé.

Jamais je n'aurais imaginé que ce qu'elle m'a dit pouvait être possible.

La journaliste s'est présentée et a commencé par me dire que les "derniers développements" des évènements en Syrie sont..."intéressantes" et elle voulait savoir si...

"Vous connaissez personnellement des membres de la famille Assad" ? J'ai demandé à la personne qui m'accompagnait de me pincer. La journaliste a poursuivi en me demandant "plus précisément" si je connaissais "Rifaat", qui, semble-t-il, passe très souvent par...Genève.

Rifaat est le frère de Hafez et, donc, l'oncle de Bachar. Il n'a jamais pu digérer son éviction, par son propre défunt frère et tourne, depuis, dans tous les sens, s'alliant avec toute la racaille possible dans le but de renverser son neveu.

Voyez où nous en sommes arrivés.

La Syrie est à feu et à sang, la moitié de la population est déplacée, le patrimoine culturel le plus vieux de l'humanité est en train de disparaître et la "journaliste" trouve que les derniers développement sont..."intéressants".

Eh bien, Madame la "journaliste", je vous conseille, pour ce genre de mafieux (il est tout de même parti avec plusieurs milliards se dorer sous le soleil tropézien) d'aller vous renseigner auprès de ceux qui tournent dans ces sphères à... Genève et ailleurs. Il doit y en avoir pas mal. Votre journal les appelle : opposition "modérée" et les fait parler très souvent dans ses colonnes.

10:06 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (9)

09/10/2015

Syrie : la leçon russe

Cela fait donc une semaine que l'intervention russe en Syrie, sur demande du gouvernement syrien, a débuté. En une semaine, le résultat des frappes russes a dépassé et de loin tout ce que la "coalition" formée par les USA et ses vassaux a réussi à faire depuis plus de un an. Loin de ralentir, les Russes semblent décidés à monter au contraire la cadence et viennent de franchir une étape importante : le lancement de 26 missiles de croisière à partir de leurs bâtiments en mer...Caspienne.

Pas loin de 2'000 km.

Militairement, ces frappes ne changent pas grand chose sur le terrain. Plus important est le message extraordinaire envoyé par les Russes à l'adresse des Occidentaux et plus précisément l'OTAN. Il faut tout de même comprendre ce qui s'est passé. Ces missiles ont été lancés à partir de bâtiments stationnés en mer...Caspienne, à presque 2'000 km de leurs cibles, par ailleurs atteintes avec une précision "chirurgicale". On apprend que ces missiles sont conçus pour être lancés par des sous-marins, lesquels devaient être stationnés à...Sébastopol. La Crimée, cela vous dit quelque chose ?

Ce n'est pas un message, mais un paquet entier livré à l'intention de l'OTAN, au cas où. Après le choc produit par la soudaineté de l'action russe, voici maintenant ces missiles. Que les spécialistes croyaient être encore à l'état de prototype. Pour des surprises, les Russes semblent en effet en livrer, en nombre.

Voici le chemin qu'ont suivi ces missiles :

http://jdd.moutsinga.over-blog.com/2015/10/la-russie-frap...

Le message est, en effet, très claire. Ils ont bien contourné la...Turquie, mais ils peuvent très bien ne pas le faire. Ces missiles volent à très basse altitude, 50 mètres, et on nous dit qu'ils sont pratiquement indétectables.

Pendant ce temps-là, l'OTAN exprime "son inquiétude" face au risque "d'escalade" que peut produire l'intervention russe en Syrie. L'OTAN qui, de sont côté, nous dit combattre, parait-il, les mêmes terroristes depuis maintenant plus d'une année.

Si je comprends bien, l'OTAN exprime son inquiétude de voir les Russes frapper les mêmes cibles que lui !

A moins que...

Mais au fait, qu'à fait exactement la coalition américaine en Syrie et même en Irak depuis plus d'une année ?

En parlant de message, je crois que le plus important que la Russie envoie en direction de l'Ouest est à l'adresse des habitants de ce coin. Ceux qui croient, les sondages le montrent de plus en plus, de moins en moins en ce que leurs dirigeants et leurs médias leur racontent. Des dirigeants et des médias qui n'ont toujours pas compris que leurs propres électeurs, respectivement téléspectateurs, vont chercher l'information, la vraie, là où elle est. Dans quelques semaines, quelques mois tout au plus, ces dirigeants/médias, vont devoir expliquer à leurs électeurs/téléspectateurs ce qu'ils faisaient réellement là-bas, en Irak et en Syrie, depuis plus de 15 mois, non seulement sans aucun résultat mais avec le strict contraire de ce qu'ils annonçaient. Ils vont devoir leur expliquer les raisons du succès rapide des Russes là où ils ont totalement, mais consciemment échoué.

C'est peut-être pour cela qu'ils sont tellement en colère.

(il est 15H15 et je ne puis m'empêcher de relater ce qui suit. J'en ai tellement rit, pour ne pas pleurer, car cela fait vraiment pleurer. J'écoutais France Info et, un moment, le "journaliste" a parlé de la...deuxième "frappe" française contre une position de Daech (les Français n'ont pas le droit de prononcer le mot "islamique"). Pour cela, la présence du mnistre de la défense lui-même était nécessaire pour annoncer l'évènement. Rendez-vous compte, deuxième frappe après celle du...27 septembre. Cela nous en fait une par semaine. Le même ministre n'a pas hésité à dire que la France a frappé Daech "contrairement à la Russie" (oui, oui, il l'a vraiment dit). Le plus drôle, mais alors d'un drôle, dans l'affaire est lorsque le sinistre annoncé que deux Rafales ont frappé une position de Daech, le "journaliste", dans un moment de lucidité rare dans cette "profession" a lâché : "ah, bon ?). )

L'autre 2évènement" est la probable annonce, là aussi tenez-vous bien, par Obama ce soir de l'arrêt du "programme d'entrainement aux rebelles syriens". Vous savez, la brigade qui a coûté 500 millions de dollars et dont il reste, aux dires du chef d'état majeur américain, 4 ou 5 combattants.

Mais alors, si tout cela est vrai, la rébellion "modérée" c'est qui, exactement ?

10:29 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (11)

07/10/2015

Gardiens de la démocratie et des droits (USA) VS totalitaires sanginaires (Russie)

Au cas où on ne l'aurait pas immédiatement compris, le titre de ce billet n'est qu'une...boutade.

Hier, après une "enquête" préliminaire très sérieuse, l'administration Obama a conclu à une "erreur", s'agissant du bombardement de l'hôpital de MSF à Kunduz, en Afghanistan. Et voilà, circulez, il n'y a rien à voir. Essayons juste d'imaginer un instant que ceci ait été le fait de n'importe quelle autre "puissance" que les USA. Et voici comment on convertit un énième crime de guerre en un évènement de guerre quelconque. C'est exactement au même moment que les frappes "extrêmement" efficaces des forces aériennes russes contres les positions des barbares islamistes en Syrie sont converties, par les mêmes services "démocratiques" en bombardements de...civils. On apprend d'ailleurs aujourd'hui à ce propos que les leaders des Frères Musulmans ont appelé à un soulèvement de tous les musulmans "sunnites" du monde contre l'invasion des croisés...orthodoxes. Je rappelle juste que les frères musulmans ne sont autres que :

  • Le président égyptien destitué Morsi et sa bande de barbus (très grands amis des USA, France et GB)
  • Le Hamas
  • La bande de l'ancien président de la Tunisie d'après "révolution"
  • La bande d'un certain Erdogan, actuel président de la Turquie

C'est exactement au même moment qu'on apprend qu'une cinquantaine "d'oulémas" (docteurs en religion) d'Arabie Saoudite (vous savez, allié démocrate indéfectible des USA et France) ont aussi appelé à la constitution d'une coalition de "toutes les forces combattantes en Syrie" et ailleurs dans le monde islamique, afin de contrer l'invasion des croisés...orthodoxes.

La question à se poser est simple :

  • USA, France, GB, Australie, Canada, Etc., bombardent depuis plus d'une année les positions de l’État Islamique. Le résultat est, comme on l'a vu, nul. Mais là n'est pas l'essentiel. L'important est de voir qu'aucun bédouin, aucun islamiste, aucune autorité "religieuse" musulmane n'a appelé à "combattre" les "Croisés" Occidentaux. Bizarre !
  • La Russie, elle, après une semaine de bombardement de ces mêmes positions de l’État Islamique, a vu tout ce qui est estampillé musulman se soulever contre elle, appelant au "Jihad". Sans parler des "Croisés" Occidentaux qui, dès le premier jour, ont "condamné" ces frappes. Bizarre !

Les uns, Islamistes, et les autres, Occidentaux, seraient-ils par hasard du même bord ?

Sinon, ce soulèvement "musulman" signifie-t-il que les frappes occidentales ne furent que pure mascarade, alors que celles des Russes sont vraiment efficaces ?

 

10:26 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (15)

05/10/2015

Syrie : l'intevention russe et les vraies nouvelles du front

Cela fait exactement une année que les États-Unis, pays le plus fort du monde, associés à une soixantaine d'autres pays, rien de moins que cela, bombardent les "positions" de l’État Islamique en Syrie et en Irak, sans que cela n'affecte en rien ni les capacités meurtrières ni l'expansion de ces barbares islamistes, tout le contraire même.

Cela fait seulement 4 jours que la Russie a lancé ses frappes aériennes contre les positions de ces barbares et leurs acolytes (Front al Nosra,, l'armée de l'Islam, etc.) et voici que nous assistons à des mouvements de fuites collectives des jihadistes vers...les frontières turques.

Ceci nous donne une idée ass12109111_10207993708984460_2229793238609330140_n (2).jpgez précise sur la volonté réelle des Occidentaux de s'attaquer à ces barbares. Volonté qui n'a en réalité jamais existé. Et c'est pour cela que nous assistons ces jours à ces réactions enragées des Américains, Britanniques et, surtout, Français. Ces derniers, les comiques de l'Histoire, essaient bien évidemment d'exister. Inutile bien évidemment de s'étendre sur le cas des bédouins (Saoudiens et Qataris), ni sur celui de l'Ottoman Erdogan.

A vrai dire, ces réactions ne sont que trop logiques. Pris de court par la rapidité de l'action russe, les USA et leurs satellites ne savent plus comment réagir. De plus, "l'efficacité" "surprenante" des frappes russes, fait sortir au grand jour soit la complaisance des Occidentaux (hypothèse la plus plausible), soit leur totale incompétence. Complaisance et incompétence. Au point de voir Américains, Britanniques et, encore une fois, surtout, Français, reprocher à l'aviation de "Poutine" de bombarder les positions de l'opposition "modérée", alors que eux, les Occidentaux, se concentrent sur...Daech (État Islamique). Cela fait un bon moment que personne ne nous a pas ressorti la mascarade de l'opposition modérée. Mieux, il y a de cela une dizaine de jours, le chef d'état majeur américain nous parlait d'un reliquat (tenez-vous bien) de ... 4 à 5 combattants, d'un contingent de 450 à 500 "rebelles" armés, financés et entrainés par les Américains. Au passage, 500 millions de dollars auraient été dépensés. A peine débarqués en Syrie, la plupart ont été soit capturés par le Front al Nosra, soit directement passés avec "armes" et bagages chez Daech et Al Nosra.

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/De-l-armement-ame...

http://www.letemps.ch/monde/2015/09/23/armee-fantome-etat...

Pour démontrer leurs dires, il ne serait pas exclu que les Occidentaux fassent tout pour contrer l'action russe, y compris en armant les islamistes (missiles anti aériens). Cela nous rappelle une autre "expérience" : l'Afghanistan. Il est en revanche très peu probable, en l'occurrence, que les Russes ne réagissent pas et de la manière la plus directe et la plus violente. Je ne vois effectivement pas les Russes rester pratiquement sur la touche (c'est le cas) depuis 4 ans et se lancer aussi soudainement et directement dans le conflit, sans en avoir très posément mesuré toutes les conséquences.

Cela fait donc une année que les USA et leurs satellites "frappent" (prétendument) sans relâche les jihadistes de l’État Islamique. Les Russes, eux, ont commencé à le faire il y a de cela 4 ou 5 jours en déclarant vouloir "écraser" les terroristes en l'espace de quelques semaines, trois ou quatre mois tout au plus.

Ils le feront.

Une toute dernière chose, peut-être. On nous parle depuis le début de cette intervention de cette "autre" coalition incluant la Russie, l'Iran, l'Irak et la Syrie. La cellule de liaison (on nous parle moins de celle-là) se trouve à...Bagdad.

Bagdad, Bagdad ! N'est pas le centre névralgique de toute la présence américaine au Moyen Orient ?

10:43 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (13)