13/10/2015

A quelques jours des élections fédérales : é 15

Encore quelques jours et le nouveau (?) visage politique de la Suisse sera connu. A quoi avons-nous assisté ces dernières semaines s'agissant des "compagnes" des différents partis ? En vérité, à pas grand chose. Nous nous "européeisons" de plus en plus, hélas. Les soi-disant débats, publics ou pas, n'en sont pas et les enjeux partisans immédiats l'emportent souvent sur l'intérêt public. Nouveauté dans le débat général : les budgets des partis et, partant, de ceux des candidats eux-mêmes. Il ne passe pas un jour sans que nous n'assistions sur les augmentation successives, parfois vertigineux, de ces derniers : 35%, 50% 100%, voire plus de 200% pour certains. On nous dit que (vous ne le croirez pas) "tout augmente", que les "publicités" dans les journaux coûtent cher, etc.

Je disais plus haut, avec un néologisme que je ne répéterai certainement plus, que nous nous "européeisons", hélas, de plus en plus. Et alors qu'il fut un temps où l'on pouvait compter sur des aspirations purement "patriotiques" de la part des candidats (miliciens), en tout cas celles et ceux pour qui le pays avait encore un sens, on glisse de plus en plus vers un système où les enjeux économiques sont d'une importance telle que, très souvent, les intérêts réels de la population (avis populiste ?) passent au second plan.

Libre circulation, crise migratoire, perte d'identité nationale, indépendance nationale (je pèse mes mots). Les sujets "d'inquiétude" ou du moins de préoccupation ne manquent pas. Pourtant, peu en parlent. Peu, parce que les enjeux purement électoraux (que ce soit au niveau des partis ou même à celui des individus, candidats) ont pris tellement d'importance que peu se risquent à les aborder de front.

Peu, mais pas tous. Certains, majoritairement UDC, continuent de distiller leurs messages envers et, justement, contre tout (tous ?). Le politiquement correcte régnant de nos jours hélas en maître et devenant le déterminant de "l'humanisme", voire de l'humanité de chacun, il ne faut, pour la plupart des partis, surtout pas aborder ces sujets sauf sous l'angle de la permissivité absolue. Dans le cas contraire, on devient fascisant voire littéralement fasciste.

Je parlais de l'UDC en disant que ce parti continue d'aborder ces sujets (certains diront de prédilection) envers et contre tout (tous ?). C'est peut-être là une petite faiblesse qu'il convient de gommer. Ce pays a été bâti sur une culture de compromis et de collégialité qui, s'il est vrai qu'elle n'a pas toujours été d'une efficacité exemplaire, lui a malgré tout permis d'être ce qu'il est maintenant. Il faut tout de même reconnaître que ceci (compromis et collégialité) est très difficilement envisageable avec les partis de gauche dont le but affiché est précisément de gommer toute spécificité suisse. Moins compréhensible, à moins qu'il ne le soit au contraire trop, est cette tendance PLR à virer "Europe toutes". Reste, encore une fois, le PDC, un OVNI dans le ciel politique suisse dont le message (y en a-t-il un ?) est de moins en moins compréhensible et ce ne sont pas les déclarations contradictoires, motivées par des ambitions personnelles exacerbées, des chefs, qui viendront éclaircir ce message.

ça et là, on entend des voix qui nous parlent d'un éloignement entre le "Peuple" et l'élite politique. Chose tout à fait nouvelle pour notre pays qui s'est au contraire bâti, fait, sur une parfaite osmose, pour ne pas dire confusion, entre le Peuple et ses représentants. Chose nouvelle, même dans les termes utilisés, qui, encore une fois, montre ce glissement vers des usages et des cultures politiques qui ne sont pas les nôtres et qui sont symptomatiques d'une "professionnalisation" mal maîtrisée, voire malvenue. Les effets marketing l'emportent sur les débats de fond. Encore faut-il que ces derniers aient lieux.

 

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

L'élite politique suisse ne s'aligne-t-elle pas notamment sur l'élite politique française laquelle n'est plus à "européeiser" (ciel! j'avais écrit un lapsus: "europénaliser"...)

L'éloignement entre le peuple (ne fut-il pas nommé le "souverain"?!) et l'élite politique est évident en même temps que comme calqué sur celui de la France et de ses alliés (heureusement que je ne commets pas un autre lapsus comme"comparses" pour alliés!)


La Suisse étant plus que fortunée le passage à l'UE ne pouvant qu'être d'autant plus profitable pour elle... il n'est pas bien difficile d'avoir une idée sur la couleur du dimanche qui vient: "Ce dimanche, Mesdames et Messieurs, ne sera pas "noir"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 14/10/2015

Réaction à chaud sur l UDC qui a "gagné" en Suisse, nous dit-on les mé(r)dias européens, UDC appelée droite Populiste.
--Déjà , le vote du peuple a toujours raison même s il a tort et à respecter.
--On nous dit : LES SYRIENS ONT FAIT éLIRE l UDC(droite Populiste) en Suisse!
Blagues à part:
1--Sur la Syrie, on est tombé dessus et sur les syriens. L Occident est tombé dessus comme des tarés et des malades. Hollande et Fabius soutiennent Al Qaida en Syrie et sa branche principale Al Nosra qui fait, disent ces deux Escrocs d Etat précités, du bon boulot en Syrie. Ces deux n ont pas été mis en prison à ce jour à cause de l apologie et le soutien au Terrorisme entre autres d Al Qaida. Immaginez ces deux Escros à la prison de la Santé...On marche sur la tête..
2--Netanayou a soigné en Israel 800 Djihadistes blessés venant de la Syrie puis requinqués et envoyés pour continuer leur mission *divine " en Syrie (=décapiter...) . (info prise d après un contributeur sur ce site mais bien "infiltré" là bas, disait il). Netanayou les a requinqués puis il les a envoyés de nuovo en Syrie...mais seulement , disent ils, par respect au serment d "Hypocrite", blague à part! ..
3--Ces Syriens sont "forts" : ils ont fait élire l UDC en Suisse...(au 2ème degré..)
4--La situation en Syrie va déclencher une 3 ème guerre mondiale, nous dit on. Mais réveillez vous les gars, ça fait 5 ans que l Europe, Turquie, USA foutent la m.... en Syrie qui subit des souffrances atroces comme s il avait une 3 ème guerre mondiale sur son territoire et ce n est pas elle qui va déclencher la 3 ème guerre mais les mêmes fouteurs de m..... précités. Au fait, pourquoi la Syrie devrait subir seule sur 190 pays de la planète une 3 ème guerre mondiale et pas les 189 desquels l opinion publique a baissé les banderoles et a regardé ailleurs comme si rien n y était.

Écrit par : Asmar | 18/10/2015

Les commentaires sont fermés.