31/08/2015

Quoi ? Radicalisés à la Mosquée ?

Je ne sais s'il faut en rire, mais l'étonnement "presque" généralisé de "l'exceptionnelle découverte" à la Mosquée du Petit Saconnex a de quoi faire pleurer. Ainsi, après 5 ans de démocratisation à tout va de ce monde islamique, 5 ans d'une succession de printemps plus glaciaux que les pires hivers qu'ait connu cette pauvre planète, certains (Tribune de Genève, édition du samedi-dimanche 29-30.08.2015) nous parlent carrément de "stupéfaction" suite à la "découverte" du départ pour le "Jihad" en Syrie de deux "fidèles". Et cela n'a pas manqué : radicalisés, simples d'esprit et presque à la limite de l'idiotie clinique.

Radicalisés ? Comme s'il était possible de devenir autre chose à la ... Mosquée. Au fait, de quoi parle-t-on dans une Mosquée ? De la tolérance de ... l'Islam, bien évidemment. On se demande comment toute cette tolérance finit tout de même par nous sortir tous ces "radicalisés" qui partent s'exercer à l'égorgement en Syrie, Irak et ailleurs. J'oubliai : "ils ne connaissaient pas bien le Coran". Encore une chance car qu'est-ce que cela serait s'ils le connaissaient.

Suivent les imbécilités habituelles sur le choc des "croyants", voire même des "Imams" (entre parenthèses fichés "S" en France), "incompréhension" de X et la désolation de Y. Manquait l’intervention d'un "socialiste". Cela fut fait par Cesla Amarelle, encore elle. Ainsi, selon C'est Cela, tout est OK, il ne faut rien faire car nos institutions sont "parfaitement armées" pour parer à toute menace et affronter ce genre de problèmes. On se demande de quelles institutions elle parle, Cesla. Car je trouve que les "nôtres" sont totalement désarmées pour faire quoi que ce soit contre les agissements de ces criminels infâmes. Ce, grâce notamment aux actions de ses acolytes.

Surtout ne rien faire et...laisser faire. Tout va bien.

Oh, j'oubliai :

  • Pas d'amalgames
  • Tous les Musulmans ne sont pas "comme ça"
  • Il ne faut pas stigmatiser

Est-ce que j'en oublie ?

On se demande juste (et j'aimerais vraiment, mais vraiment, qu'on nous le dise) pourquoi tout cela n'arrive QUE chez les Musulmans.

10:30 Écrit par Jean-Souhel Gowrié | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Vous relevez l'effarante naïveté, ignorance et stupidité des réactions à la nouvelle diffusée récemment. Vous faites bien, encore que je doute qu'elle cède, devant les faits, à laisser la place à une réflexion critique, seule garante d'une lucidité qui pourrait protéger l'Europe contre la prise de pouvoir de nos nouveau geôliers.

Écrit par : Mère-Grand | 31/08/2015

"ses nouveaux geôliers"

Écrit par : Mère-Grand | 31/08/2015

La mosquée ne radicalise pas plus que l'église, le temple ou la synagogue.... c'est bien le lieu où l'on se rapproche des sources et des racines.

Le problème est le contenu de ces sources et racines. Le lieu de culte, lui, n'en est qu'un vecteur.

Écrit par : Archi-Bald | 31/08/2015

Tout comme les ... prisons ?

"Le lieu de culte, lui, n'en est qu'un vecteur.
Écrit par : Archi-Bald | 31/08/2015"

Écrit par : Victor-Liviu Dumitrescu | 01/09/2015

Deux jeunes hommes, radicalisés, auraient quitté la Suisse pour rejoindre la Syrie. Deux imams sur les trois qui officient dans l’établissement genevois sont fichés en France, révèle la « Tribune de Genève »

Genevois catholique converti à l’islam, un jeune homme âgé de 20 ans se trouverait aujourd’hui en Syrie, selon le témoignage de ses parents recueillis par la «Tribune de Genève» ce vendredi. Selon eux, leur enfant – prénommé désormais Abdullah – se serait radicalisé au sein d’un «noyau» de fidèles de la plus grande mosquée de Suisse situé au Petit-Saconnex. A ses côtés, un autre jeune, se faisant appelé Ramzi, serait également parti rejoindre l’Etat islamique.

Un imam lié à Mohamed Merah
Selon le quotidien, deux des trois imams officiant à la Grand mosquée de Genève font l’objet d’une surveillance accrue de la part des services de renseignements français, à savoir la Direction générale de la sécurité intérieure. Cette dernière indique que l’intéressé, ayant étudié de 2003 à 2009 à Médine en Arabie saoudite, est «susceptible d’appartenir à la mouvance islamiste radicale internationale». Ce Toulousain apparaît dans le dossier judiciaire de Mohamed Merah, rapporte la Tribune de Genève. Tous deux ont été en contact quelques mois avant les tueries, son numéro de portable français figurant au moins à sept reprises dans la liste des appels entrants et sortants du téléphone du tueur.

Quant au deuxième prêcheur, lui-aussi d’origine française et converti, il est aussi sous les radars des services de renseignements hexagonaux.

L’Arabie saoudite comme principal soutien financier de la mosquée
La mosquée est gérée par la Fondation culturelle islamique de Genève, sous tutelle de la Ligue islamique mondiale. Bien que son mode de financement demeure opaque, l’Arabie saoudite semble être le principal soutien des lieux.

Écrit par : Corto | 01/09/2015

Les 6 pays du Golfe ont refusé d’accueillir un seul réfugié syrien.

L’Arabie saoudite, le Qatar, le Koweït, Oman, Bahreïn et les Émirats arabes unis n’ont jusqu’à présent proposé aucune place d’accueil aux réfugiés syriens.

Bien que l’Arabie saoudite a de l’expérience en matière de gestion de visiteurs en très grand nombre: le pays accueille des millions de pèlerins à la Mecque !

Mais c'est payant !

Écrit par : Corto | 02/09/2015

L'enquête sur la mort des 71 migrants enfermés dans le compartiment frigorifique laisse entrevoir un acte volontaire organisé par les filières djihadistes installées en Turquie et en Hongrie.

Organisé dans le dessein d'attirer la pitié et provoquer de la culpabilisation, en fait, un coup monté. Les résultats de l'enquête se refuse de publier des informations sur l'identité des victimes, informations qui sembleraient gêner le parquet autrichien en charge de l'affaire.

Écrit par : Corto | 02/09/2015

Les commentaires sont fermés.